Politiquemania

La base de données de la vie politique française

L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Ce forum permet de réagir sur tous les évènements politiques qui ne concernent ni la France ni l'Europe. Exprimez-vous sur les élections, décisions ou nominations dans le reste du monde.

Re: L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Messagede Corondar » Jeu 13 Fév 2020 00:58

Concernant les primaires républicaines, les comparer avec les primaires démocrates n'aurait pas grand sens, on a d'un côté une primaire ouverte avec pléthore de candidats viables, de l'autre une primaire avec un quasi candidat unique.
Tout comme cela n'aurait pas grand sens de comparer les primaires républicaines de 2020 avec celles de 2016, pour les mêmes raisons.
Quant au chiffre brut, en terme de voix, je pense en effet que Trump enregistre un record pour un président républicain sortant, mais je n'y mettrais pas ma main à couper, il n'est pas si facile de trouver les chiffres bruts des primaires avec un président sortant, les pourcentages oui, mais le nombre de voix ce sera plus incertain. Même si le comparatif est assez faiblard pour les raisons que j'évoquais en introduction, Trump fait 24 000 voix de plus qu'en 2016, dans un contexte de participation évidemment beaucoup plus faible (le nombre de votants est divisé par 2). Quant au score de Weld (9% et 13 000 voix), vu comment Trump est hégémonique dans son camp, c'est pas humiliant pour Weld. Pas de quoi inquiéter le Donald néanmoins, même si je l'imaginais plutôt autour des 90%. Quant à Rocky de la Fuente, ce type est candidat partout tout le temps :).
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2876
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Messagede PhB » Lun 17 Fév 2020 09:20

Je signale une excellente analyse sociologique de Robert MacLiam Wilson dans le Charlie Hebdo de cette semaine (en vente jusque demain mardi) sur les bonnes chances de réélection de Donald Trump. À lire pour les passionnés de ce scrutin.
PhB
 
Messages: 1064
Inscription: Ven 26 Aoû 2011 22:32
Localisation: Planète Terre

Re: L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Messagede Corondar » Lun 17 Fév 2020 17:42

PhB a écrit:Je signale une excellente analyse sociologique de Robert MacLiam Wilson dans le Charlie Hebdo de cette semaine (en vente jusque demain mardi) sur les bonnes chances de réélection de Donald Trump. À lire pour les passionnés de ce scrutin.


Dans le même genre d'idées, je vous mets ici un article très intéressant du New York Times, concernant l'une des ressources les plus exportées par la Californie : les électeurs démocrates :). Désolé pour les non anglophones, mais c'est dans la langue de Shakespeare...
https://www.nytimes.com/2020/02/14/opin ... trump.html
Pour résumer, suite à une forte hausse continue des prix de l'immobilier en Californie (où il y a énormément de terres non constructibles dès qu'on s'éloigne un peu du bord de mer et des vallées fluviales), la Californie est aussi devenue une terre d'émigration : depuis 2007, 7 millions de Californiens sont partis s'installer dans un autre état (en partie compensés par les arrivées et les naissances, même si pour la première fois depuis très longtemps la Californie est susceptible de ne pas gagner de sièges lors du prochain recensement, voire d'en perdre un). Rien que pour le Nevada, ce ne sont pas moins de 500 000 Californiens qui sont venus s'y installer entre 2008 et 2018. Les autres états les plus ciblés étant le Colorado, l'Arizona et le Texas. Et cette diaspora californienne joue un rôle majeur dans le fait que les états en question deviennent de plus en plus démocrates...
Quant à Trump, je me répète, mais aux USA, son statut de président sortant et la croissance économique font de lui le favori de l'élection. L'anomalie étant qu'il ne soit pas ultra favori en fait, et que les démocrates conservent une chance de l'emporter malgré cela.
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2876
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Messagede guillaume44 » Jeu 20 Fév 2020 13:20

Corondar a écrit:
PhB a écrit:Je signale une excellente analyse sociologique de Robert MacLiam Wilson dans le Charlie Hebdo de cette semaine (en vente jusque demain mardi) sur les bonnes chances de réélection de Donald Trump. À lire pour les passionnés de ce scrutin.


Dans le même genre d'idées, je vous mets ici un article très intéressant du New York Times, concernant l'une des ressources les plus exportées par la Californie : les électeurs démocrates :). Désolé pour les non anglophones, mais c'est dans la langue de Shakespeare...
https://www.nytimes.com/2020/02/14/opin ... trump.html
Pour résumer, suite à une forte hausse continue des prix de l'immobilier en Californie (où il y a énormément de terres non constructibles dès qu'on s'éloigne un peu du bord de mer et des vallées fluviales), la Californie est aussi devenue une terre d'émigration : depuis 2007, 7 millions de Californiens sont partis s'installer dans un autre état (en partie compensés par les arrivées et les naissances, même si pour la première fois depuis très longtemps la Californie est susceptible de ne pas gagner de sièges lors du prochain recensement, voire d'en perdre un). Rien que pour le Nevada, ce ne sont pas moins de 500 000 Californiens qui sont venus s'y installer entre 2008 et 2018. Les autres états les plus ciblés étant le Colorado, l'Arizona et le Texas. Et cette diaspora californienne joue un rôle majeur dans le fait que les états en question deviennent de plus en plus démocrates...
Quant à Trump, je me répète, mais aux USA, son statut de président sortant et la croissance économique font de lui le favori de l'élection. L'anomalie étant qu'il ne soit pas ultra favori en fait, et que les démocrates conservent une chance de l'emporter malgré cela.


Je confirme que l'émigration Californienne est assez mal vu dans le Colorado (état que je connais bien pour des raisons amicales). L'une des blagues les plus répandue est de profiter de "l'inculture" géographique des californiens pour leur faire croire que le Wyoming se situe dans le Colorado et inversement et infine les Californiens iront au Wyoming…

N'ayant pas réussi à intégrer l'image pour les explications, je vous laisse le lien à copier coller et vous comprendrez mieux.

https://www.google.fr/search?hl=fr&tbs= ... 8ASe76JgNM

En revanche, je suis en désaccord avec vous sur le statut d'ultra-favori que Trump devrait avoir dû à l'économie florissante et qu'il soit président sortant….

Vous savez parfaitement que les états les plus pourvoyeurs de grands électeurs (Californie, Illinois et New-York) n'ont aucune chance de voter républicain, que les minorités de plus en plus nombreuses votent très majoritairement démocrates malgré les efforts de Trump.

A l'heure et à la carte politique actuelle, n'importe quel candidat démocrate serait favori face à un républicain…
C'est de la fiction mais je pense que même Ronald Reagan en 2020 s'il était président sortant avec une économie florissante face à un démocrate serait outsider…
Ca fait 30 ans que la Californie, le New Jersey ne sont plus des états rouges et 15 ans pour la Virginie et le Colorado pour ne citer que les pertes républicaines emblématiques…
D'ailleurs, les victoires républicaines en 2000 et 2016 sont en partie lié à l'apparition de 3ième larron ayant plombé les candidats démocrates…
guillaume44
 
Messages: 230
Inscription: Mar 1 Mar 2016 20:40

Re: L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Messagede Jean-Philippe » Jeu 20 Fév 2020 14:44

Lors du dernier débat où seuls les 6 principaux candidats étaient présents (Yang et Steyer étant exclus), les tensions ont été particulièrement fortes, notamment envers Bloomberg dont c'était le premier débat. Biden a été perçu comme plutôt faible.
Ce qui est assez impressionnant, c'est que certains sondages récents le placent en tête, comme dans l'Arkansas, en Virginie ou en Caroline du Nord, certes souvent de très peu.
Je doute également fortement que Bloomberg l'emporte au final, mais le fait qu'il soit désormais 3e, devant Warren et juste derrière Biden (16,2 contre 16,6 sur l'agrégateur de Fivethirtyeight, loin derrière les 25,3 de Sanders) montre que sa campagne n'est pas ridicule.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 9075
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Re: L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Messagede Eco92 » Jeu 20 Fév 2020 15:01

guillaume44 a écrit:En revanche, je suis en désaccord avec vous sur le statut d'ultra-favori que Trump devrait avoir dû à l'économie florissante et qu'il soit président sortant….

Vous savez parfaitement que les états les plus pourvoyeurs de grands électeurs (Californie, Illinois et New-York) n'ont aucune chance de voter républicain, que les minorités de plus en plus nombreuses votent très majoritairement démocrates malgré les efforts de Trump.

A l'heure et à la carte politique actuelle, n'importe quel candidat démocrate serait favori face à un républicain…
C'est de la fiction mais je pense que même Ronald Reagan en 2020 s'il était président sortant avec une économie florissante face à un démocrate serait outsider…
Ca fait 30 ans que la Californie, le New Jersey ne sont plus des états rouges et 15 ans pour la Virginie et le Colorado pour ne citer que les pertes républicaines emblématiques…
D'ailleurs, les victoires républicaines en 2000 et 2016 sont en partie lié à l'apparition de 3ième larron ayant plombé les candidats démocrates…


Il me semble que c'est plutôt l'inverse, les républicains ont un avantage structurel vu le différentiel voix/grands électeurs. Je ne dis pas que c'est de la triche, c'est le système, mais les démocrates "gâchent" bien plus de voix. Les républicains ont un avantage évident.

Après bien sur il y a d'autres basculements, on a vu des états bleus passer rouge sous Trump. Quand au fait que les victoires républicaines soient liés à des troisièmes larrons je ne sais pas, ça se discute aussi. D'une part car leur apparition peut-être une conséquences de mauvais choix des démocrates (typiquement Clinton fait grimper Stein, modérément tout de même), par ailleurs en 2016 la candidature Trump au discours protectionniste fait aussi monter le candidat libertarien, qui fini devant les verts et a sans doute plus pris de voix à Trump que Stein à Clinton (presque 4,5 millions de voix pour Johnson contre un peu moins d'1,5 millions pour Stein / en 2012 1,2 millions pour Johnson contre 469000 pour les verts).

Jean-Philippe a écrit:Lors du dernier débat où seuls les 6 principaux candidats étaient présents (Yang et Steyer étant exclus), les tensions ont été particulièrement fortes, notamment envers Bloomberg dont c'était le premier débat. Biden a été perçu comme plutôt faible.

Pour Yang, il aurait été exclu des débats de toute façon mais il a renoncé à sa candidature après la primaire du Newx-Hampshire. Wikipédia FR indique un soutien à Sanders mais ça n'est pas sourcé et assez douteux.
https://www.20minutes.fr/monde/2716495-20200212-primaire-democrate-entrepreneur-andrew-yang-jette-eponge
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 5760
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Re: L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Messagede Corondar » Jeu 20 Fév 2020 17:53

guillaume44 a écrit:Je confirme que l'émigration Californienne est assez mal vu dans le Colorado (état que je connais bien pour des raisons amicales). L'une des blagues les plus répandue est de profiter de "l'inculture" géographique des californiens pour leur faire croire que le Wyoming se situe dans le Colorado et inversement et in fine les Californiens iront au Wyoming…


Les Californiens sont mal vus par presque tous les autres Américains vous savez :). Ils sont perçus par beaucoup d'Américains comme des hippies mal élevés qui s'intéressent à la nature et à la protection de l'environnement :).
Presque chaque état américain est la cible de caricature de la part des 49 autres états ceci dit (les New-Yorkais sont des élitistes, les habitants du New Jersey des mafieux, les habitants de l'intérieur des ploucs, les Floridiens des vieillards séniles cramés par le soleil, et j'en passe :) ). En cela, l'Amérique ne dépareille pas des régions françaises, où chacun est l'objet de caricatures, plus ou moins réalistes, et plus ou moins sympathiques...
Quant à l'inculture géographique (ou même historique), là je vous assure que tous les Américains sont égaux face à cela (l'histoire et la géographie sont des matières très peu et très mal enseignées aux USA, au moins jusqu'au lycée). Ceci dit, je ne suis pas totalement certain que le niveau moyen des élèves français nous permette d'être trop prétentieux par rapport aux Américains ?
Par contre, très joli le coloriage de la carte, il ressemble furieusement à celui de Trump concernant la trajectoire du cyclone Dorian :).
https://www.ouest-france.fr/catastrophe ... ne-6506426

guillaume44 a écrit:En revanche, je suis en désaccord avec vous sur le statut d'ultra-favori que Trump devrait avoir dû à l'économie florissante et qu'il soit président sortant….


Ma remarque est d'ordre du pure constat historique : aux USA, lorsque vous êtes président sortant vous êtes favori. Lorsque vous êtes président sortant en période de forte croissance économique, vous êtes ultra favori. Le fait que Trump soit simplement favori, et pas ultra favori, est bien un cas atypique par rapport aux précédents historiques. Je ne fais que le constater, ni plus ni moins.

guillaume44 a écrit:Vous savez parfaitement que les états les plus pourvoyeurs de grands électeurs (Californie, Illinois et New-York) n'ont aucune chance de voter républicain, que les minorités de plus en plus nombreuses votent très majoritairement démocrates malgré les efforts de Trump.

A l'heure et à la carte politique actuelle, n'importe quel candidat démocrate serait favori face à un républicain…
C'est de la fiction mais je pense que même Ronald Reagan en 2020 s'il était président sortant avec une économie florissante face à un démocrate serait outsider…
Ca fait 30 ans que la Californie, le New Jersey ne sont plus des états rouges et 15 ans pour la Virginie et le Colorado pour ne citer que les pertes républicaines emblématiques…
D'ailleurs, les victoires républicaines en 2000 et 2016 sont en partie lié à l'apparition de 3ième larron ayant plombé les candidats démocrates…


Pour la millième fois, le collège présidentiel avantage les républicains, puisqu'il réduit par nature l'avantage qu'ont les démocrates au niveau du vote populaire, en augmentant le poids des petits états par rapport aux grands, étant donné que les républicains sont prédominants dans un plus grand nombre de petits états par rapport aux démocrates. Encore une fois, c'est un constat. Si la représentation de chaque état dans le collège était strictement proportionnelle, alors oui, cela avantagerait les démocrates. Ce n'est pas le cas...
Quant à Reagan, je ne sais pas, c'est un président qui a toujours été populaire auprès de sa base, mais aussi chez les indépendants et auprès de quelques électeurs du camp d'en face. Ce fut aussi le cas de Clinton, de W.Bush (dans un contexte post 11/09), et même d'Obama (chez les indépendants au moins, pas chez les républicains).
Le gros problème de Trump c'est que depuis 4 ans il ne parle qu'à sa base, ne s'intéresse qu'à elle, et a même développé une stratégie de haine du camp d'en face pour souder son propre camp. C'est plus cette courbe, là aussi atypique, qui rend Trump plus vulnérable que ses prédécesseurs. Là aussi, c'est un simple constat. Et je vous assure que chez les bookmakers et les analystes politiques, Trump est bien le favori de novembre. Pas un ultra favori, mais favori quand même. Je dirais à 60/40 ?
Quant au rôle des petits candidats dans les résultats de 2000 et 2016, outre que je rejoins assez Eco92 (si ces petits candidats performent ici ou là, c'est aussi à cause des carences des gros candidats), si sur l'élection de 2000 on peut en effet sans doute affirmer que cela a été déterminant (sans la candidature du parti vert de Ralph Nader en Floride, vu l'étroitesse du résultat dans cet état, il est probable que Gore l'aurait emporté), sur l'élection de 2016, je serais nettement plus réservé. Le candidat libertarien pique aux deux candidats, la candidate verte plus à Clinton. Vu les résultats dans les différents états et le résultat global au niveau du collège, je ne suis pas persuadé que leur rôle ait réellement changé la donne. Peut-être au Michigan ? Mais même en passant le Michigan dans la colonne Clinton, Trump est quand même élu, alors...Mais en Floride, en Pennsylvanie, et au Wisconsin, vu les scores des uns et des autres, une absence totale de petits candidats n'aurait sans doute pas eu d'impact majeur. D'autant que pour beaucoup d'électeurs de ces petits candidats, ils représentaient surtout un débouché face à une affiche Trump/Clinton qui ne leur convenait pas. Les deux restent à ce jour les candidats les plus impopulaires de l'histoire américaine. On peut supposer que certains des électeurs des petits candidats, sans cette offre là, se seraient sans doute abstenu, d'autres auraient choisi Clinton peut-être, d'autres Trump peut-être...Mais de là à changer la donne dans plusieurs états, à priori non (à part peut-être le Michigan, encore une fois...).
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2876
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Messagede Galaad » Jeu 20 Fév 2020 19:02

Corondar a écrit:Ma remarque est d'ordre du pure constat historique : aux USA, lorsque vous êtes président sortant vous êtes favori. Lorsque vous êtes président sortant en période de forte croissance économique, vous êtes ultra favori. Le fait que Trump soit simplement favori, et pas ultra favori, est bien un cas atypique par rapport aux précédents historiques. Je ne fais que le constater, ni plus ni moins.


Cela ne s'applique cependant pas à l'histoire récente. Bush et Obama ont été plutôt mal réélus avec pourtant une situation économique qui leur était favorable : 3,8% de croissance pour Bush en 2004, 2,2% de croissance pour Obama en 2012. Contre sans doute autour de 2% pour Trump en 2020.

Pour autant, Bush n'a battu Kerry que de 2,5 points en 2004, avec à peine 286 votes électoraux et avec un gain net d'un état, tandis qu'Obama n'a battu Romney que de 4 points, et a été le premier président depuis 70 ans à être réélu avec un pourcentage des voix et un nombre de votes électoraux inférieurs à ceux de sa première élection. Pire, beaucoup de sondages à la même période en 2004 donnaient Bush perdant. De toute évidence, l'absence de statut d'ultra-favori pour Trump n'est pas atypique, en particulier neuf mois avant l'élection, si l'on se réfère aux deux derniers présidents réélus.

Tout cela peut s'expliquer à mon avis par une polarisation croissante des électeurs depuis vingt ans. Quand auparavant des électeurs traditionnels d'un parti pouvaient avoir une opinion favorable d'un président de l'autre parti et même une opinion très largement défavorable d'un président de leur propre parti (exemple de Lyndon Johnson vers la fin de son mandat), ce qui pouvait se refléter dans leur vote, avec notamment les fameux Reagan Democrats, ce n'est presque plus le cas aujourd'hui.
Les Républicains sont quasi-unanimement favorables à Trump quand les Démocrates lui sont quasi-unaniment défavorables.

Là où je vous rejoins, c'est que Trump a sans doute encouragé cette tendance en renforçant cette polarisation pour des raisons qui tiennent à la fois de la stratégie politique et de sa personnalité. Le fait qu'il ne soit un républicain et un conservateur que depuis récemment l'a sans doute poussé à adopter des positions très conservatrices ce qui a renforcé son soutien chez les Républicains mais a accentué la polarisation des électeurs.
Bien entendu, sa personnalité joue aussi : pour lui, on ne peut être qu'absolument avec lui ou qu'absolument contre lui. Le moindre élu républicain qui se permet de le critiquer s'expose à des tweets moqueurs ou insultants. Cela aussi contribue à la polarisation.
Alors qu'il pouvait très bien, notamment grâce à son histoire d'outsider modéré de Manhattan, réduire cette polarisation, il l'a volontairement accentué.

C'est ce qui explique sa côte de popularité autour des 40% incroyablement stable depuis son élection. Même Bush et Obama ont connu des côtes de popularité plus variables ce qui montrait que certains électeurs ont changé de position à leur sujet. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas.
Galaad
 
Messages: 17
Inscription: Jeu 29 Aoû 2019 10:31

Re: L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Messagede Corondar » Jeu 20 Fév 2020 19:37

Galaad a écrit:
Corondar a écrit:Ma remarque est d'ordre du pure constat historique : aux USA, lorsque vous êtes président sortant vous êtes favori. Lorsque vous êtes président sortant en période de forte croissance économique, vous êtes ultra favori. Le fait que Trump soit simplement favori, et pas ultra favori, est bien un cas atypique par rapport aux précédents historiques. Je ne fais que le constater, ni plus ni moins.


Cela ne s'applique cependant pas à l'histoire récente. Bush et Obama ont été plutôt mal réélus avec pourtant une situation économique qui leur était favorable : 3,8% de croissance pour Bush en 2004, 2,2% de croissance pour Obama en 2012. Contre sans doute autour de 2% pour Trump en 2020.

Pour autant, Bush n'a battu Kerry que de 2,5 points en 2004, avec à peine 286 votes électoraux et avec un gain net d'un état, tandis qu'Obama n'a battu Romney que de 4 points, et a été le premier président depuis 70 ans à être réélu avec un pourcentage des voix et un nombre de votes électoraux inférieurs à ceux de sa première élection. Pire, beaucoup de sondages à la même période en 2004 donnaient Bush perdant. De toute évidence, l'absence de statut d'ultra-favori pour Trump n'est pas atypique, en particulier neuf mois avant l'élection, si l'on se réfère aux deux derniers présidents réélus.

Tout cela peut s'expliquer à mon avis par une polarisation croissante des électeurs depuis vingt ans. Quand auparavant des électeurs traditionnels d'un parti pouvaient avoir une opinion favorable d'un président de l'autre parti et même une opinion très largement défavorable d'un président de leur propre parti (exemple de Lyndon Johnson vers la fin de son mandat), ce qui pouvait se refléter dans leur vote, avec notamment les fameux Reagan Democrats, ce n'est presque plus le cas aujourd'hui.
Les Républicains sont quasi-unanimement favorables à Trump quand les Démocrates lui sont quasi-unaniment défavorables.

Là où je vous rejoins, c'est que Trump a sans doute encouragé cette tendance en renforçant cette polarisation pour des raisons qui tiennent à la fois de la stratégie politique et de sa personnalité. Le fait qu'il ne soit un républicain et un conservateur que depuis récemment l'a sans doute poussé à adopter des positions très conservatrices ce qui a renforcé son soutien chez les Républicains mais a accentué la polarisation des électeurs.
Bien entendu, sa personnalité joue aussi : pour lui, on ne peut être qu'absolument avec lui ou qu'absolument contre lui. Le moindre élu républicain qui se permet de le critiquer s'expose à des tweets moqueurs ou insultants. Cela aussi contribue à la polarisation.
Alors qu'il pouvait très bien, notamment grâce à son histoire d'outsider modéré de Manhattan, réduire cette polarisation, il l'a volontairement accentué.

C'est ce qui explique sa côte de popularité autour des 40% incroyablement stable depuis son élection. Même Bush et Obama ont connu des côtes de popularité plus variables ce qui montrait que certains électeurs ont changé de position à leur sujet. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas.


En ce qui me concerne, je ne considère pas qu'Obama en 2012 entrait dans la catégorie du président sortant en période de forte croissance. On était sur une économie qui redémarrait et qui se portait mieux après le crash de 2008, mais en 2012 on n'était pas du tout sur la même prospérité qu'actuellement. On était plutôt sur une économie en convalescence je dirais ?
Actuellement, le chômage atteint des plus bas historiques, et en terme de cycle de croissance ininterrompue, on est sur une période de plus de 10 ans désormais.
Pour Bush également, c'était plus mitigé : les USA avaient connu une petite récession et une hausse du chômage sur la période 2000-2004 suite au 11/09.
La donnée essentielle dans mon postulat historique, c'est le chômage. Et, à cet égard, les situations économiques des USA en 2020 (si bien sur on reste en novembre sur le même type de conjoncture qu'actuellement), 2012 et 2004 me paraissent très différentes. Je persiste, mais, historiquement, les présidents sortants connaissant des périodes de croissance et de chômage bas (surtout si la courbe est descendante), normalement, ils n'ont pas de souci à se faire (Reagan 1984, Clinton 1996).
Enfin, en 2012, Obama était bien le favori. Personne ne le voyait gagner avec un écart énorme, mais personne ne le voyait perdre. En 2004, pour les observateurs extérieurs, c'était plus disputé. Mais j'avoue avoir une vision très personnelle de la présidentielle 2004 aux USA : c'est l'année où j'y ai vécu :). En Floride qui plus est, et pour moi, il ne faisait aucun doute que Bush allait être réélu (j'ai des amis démocrates qui avaient voté pour Bush, encore marqués par l'esprit du 11/09).
Quant au fait que le statut de sortant fait de vous le favori aux USA, là c'est nettement plus facile à démontrer : depuis 1945, 7 présidents sortants ont été réélus (Truman, Eisenhower, Nixon, Reagan, Clinton, Bush Fils et Obama). Seuls 2 présidents sortants ont été battus : Bush père (qui a surtout pâti de la candidature Perot et de la mort en mars 1991 de son directeur de campagne de 1988, Lee Atwater, lequel, si il avait été présent sur la campagne 1992 aurait à mon avis eu un impact déterminant pour contrer l'envolée de Clinton) et Carter. Je laisse de côté Ford (qui ne rentre pas vraiment dans la catégorie président sortant) et Johnson, qui ne se représenta pas (lequel considéra, avec justesse à mon avis, que le bourbier vietnamien ne lui laissait aucune chance de réélection).
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2876
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Messagede Corondar » Sam 22 Fév 2020 22:35

guillaume44 a écrit:(...) L'une des blagues les plus répandue est de profiter de "l'inculture" géographique des californiens (...)


D'ailleurs, si l'on veut se faire une idée de l'inculture des Américains en matière de géographie, il suffit de regarder leur président actuel : en plus de croire que le Colorado est frontalier du Mexique, récemment, lors du Super Bowl, le président a félicité l'état du Kansas après la victoire de Kansas City, qui comme son nom ne l'indique pas se trouve dans le Missouri :).
https://www.20minutes.fr/monde/2709679- ... super-bowl


J'avais enregistré le dernier débat, je viens de le voir, en effet, c'est le plus virulent de tous depuis le début, et de très loin. Mais toutes les attaques ou presque ont été concentrées sur Bloomberg, qui fut dépeint pendant toute la soirée en Trump version démocrate, notamment par Warren, qui a fait feu de tout bois (on sentait clairement qu'elle était bien consciente que si sa campagne ne rebondissait pas maintenant, ça sentait surement le chant du cygne pour elle). Et il faut bien reconnaitre que je n'ai pas trouvé Bloomberg très convaincant face à toutes ces attaques. Je l'ai trouvé assez mal à l'aise, et peu préparé.
Du coup, Sanders a été très peu attaqué, malgré son statut de front runner. Buttigieg et Klobuchar ont tous deux tenté de se présenter comme les meilleures alternatives pour le créneau centriste, quant à Biden, il a été très transparent, ce qui, vu sa situation, est sans doute très mauvais.
Cette nuit se tient donc le caucus du Nevada (9 heures de décalage horaire, on aura pas les résultats avant au mieux la fin de matinée de dimanche, voire dans l'après midi). Pour la première fois, les électeurs du Nevada pouvaient y participer en vote par anticipation, et, comme souvent dans cet état (lors de la présidentielle de 2016 plus de 50% des votes totaux de l'état avaient été des votes par anticipation), cela a fait un carton. A priori, rien que les votes par anticipation représenteraient pas loin du total des votants des primaires démocrates de 2016. Et sur les états du Super Tuesday, on est déjà à plus de 2 millions de votes par anticipation.
https://edition.cnn.com/2020/02/21/poli ... index.html
Pour le Nevada, les derniers sondages donnent Sanders en très nette hausse, Biden en forte baisse, Buttigieg et Klobuchar en hausse, et Warren plutôt stable. Du coup, ça se tire encore la bourre pour la seconde place...
https://www.realclearpolitics.com/epoll ... -6866.html
Mais c'est un caucus, du coup, tout est possible...
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2876
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique dans le monde

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Petit guide du protocole local

Fabrice Jobard

Ce « Petit guide du protocole local » s'appuie sur les formations animées depuis plus de dix ans par Fabrice Jobard, qui est reconnu comme un des plus grands spécialistes français des questions protocolaires. Accessible et opérationnel, l'ouvrage...

Découvrir l'ouvrage

Comprendre les finances locales

Joël Clérembaux

Les finances locales sont une matière trop sérieuse pour être confiée aux seuls experts ! Les élus locaux, qui ont la lourde responsabilité de prendre les décisions en matière budgétaire, ne doivent pas s'en tenir...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité