Politiquemania

La base de données de la vie politique française

La vie politique américaine

Ce forum permet de réagir sur tous les évènements politiques qui ne concernent ni la France ni l'Europe. Exprimez-vous sur les élections, décisions ou nominations dans le reste du monde.

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Mer 1 Aoû 2018 19:11

Sachant que ce n'est pas la première fois que Trump appelle Mueller à cesser ses enquêtes. Le faire le jour de l'ouverture du procès de Manafort et en interpellant le ministre de la justice c'est en effet plus original.
Mais oui, Sessions s'étant récusé du dossier, il ne peut rien faire pour destituer Mueller, seul son adjoint, Rosenstein, en aurait le pouvoir. Mais ce dernier a déjà répété plusieurs fois qu'il ne comptait pas empêcher Mueller d'enquêter, tant que ce dernier suit les procédures et qu'il s'en réfère à des juges pour les besoins de son enquête (ce qu'il fait scrupuleusement jusqu'ici).
La ligne rouge que de nombreux élus républicains ont tracé dans ce dossier ce n'était pas sur les éventuelles pressions de Trump (c'est pas le premier tweet où Trump tente d'intimider Mueller), mais bien sur les renvois putatifs de Sessions et Rosenstein (pour démettre par ricochet Mueller en les remplaçant par des loyalistes qui auraient moins de scrupule à le virer). Seul un tel mouvement de la part du président mettrait le feu aux poudres je pense...
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2690
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede guillaume44 » Jeu 2 Aoû 2018 20:39

Si Jeff Sessions a toujours la possibilité de stopper l'enquête en se dé récusant. Il aurait également une autre possibilité en demandant le renvoi de Rosenstein au Président. Dans ce cas-là, ce serait le ministère de la justice qui congédierait Rosenstein et non Donald Trump. l'impact politique et médiatique seraient donc très différents. Les 2 hypothèses demeurent improbables à l'heure actuelle.

Je trouve dommage que Donald Trump twitte quotidiennement sur le sujet d'autant que l'opinion semble avoir tranché. Les sondages sur Mueller et son équipe sont au mieux médiocres et au pire mauvais. Donald Trump semble avoir gagné l'opinion pour le moment.

https://www.politico.com/story/2018/06/ ... oll-643491

Il ferait mieux d'aller en Californie voir les pompiers combattant les feux de forêt pour améliorer sa popularité actuellement aux alentours des 45%.

Je me rappelle qu'en Août 2016, sa visite en Louisiane durant les inondations lui avait permis de remonter la pente après ses attaques contre les parents d'un soldat musulman mort. Elle contrastait avec les parties de Golf de Barack Obama à l'époque et d'Hillary Clinton qui étaient je ne sais ou.

En cet été, je trouve l'agenda et l’actualité politique particulièrement faible. Probablement que les sénateurs des 2 camps préparent leurs armes pour l'éventuelle nomination du juge Kavanaugh à la cour suprême en Septembre.

Concernant la réunion Trump Juncker, nous sommes effectivement dans l'art du No-Deal. L'UE n'a pas le pouvoir d'imposer aux industriels l’achat de quantité supérieure de soja américain ni de gaz liquéfiés. Sur ce dernier produit, seuls le Royaume-Uni et la Pologne en achètent en quantité sérieuse, la première car elle dispose déjà des terminaux dans ses ports pour pouvoir le traiter grâce à ses installations pétrolières en Mer du Nord. La seconde car elle ne souhaite pas dépendre du gaz russe contrairement à l’Allemagne.
L’affaire en est donc au statu-quo pour le moment. Les Etats-Unis maintiennent leurs taxes sur l’acier et l’aluminium et l’UE sur les Harley-Davidson, Jean Levis made in USA, Bourbon du Kentucky etc…
guillaume44
 
Messages: 215
Inscription: Mar 1 Mar 2016 20:40

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Jeu 2 Aoû 2018 22:55

guillaume44 a écrit:Si Jeff Sessions a toujours la possibilité de stopper l'enquête en se dé récusant. Il aurait également une autre possibilité en demandant le renvoi de Rosenstein au Président. Dans ce cas-là, ce serait le ministère de la justice qui congédierait Rosenstein et non Donald Trump. l'impact politique et médiatique seraient donc très différents. Les 2 hypothèses demeurent improbables à l'heure actuelle.


Jeff Sessions a été très clair : il ne reviendra pas sur son retrait du dossier, et il a déjà annoncé qu'il ne ferait rien pour renvoyer Rosenstein. Et si vraiment Sessions décidait de renvoyer Rosenstein, je doute que l'artifice "c'est pas le président mais son ministre qui l'a fait" suffirait à éviter de mettre le feu aux poudres. Tant que Trump ne vire pas Sessions et Rosenstein, Mueller peut dormir tranquille, d'autant que la semaine dernière, quelques membres républicains de la Chambre (les plus pro-Trump) ont vainement tenté d'enclencher un impeachment contre Rosenstein, basé sur rien. La manœuvre était tellement grossière, que je ne l'ai même pas signalée ici (le caucus républicain ayant tué la tentative dans l’œuf avant même qu'elle ne puisse prospérer).

guillaume44 a écrit:Je trouve dommage que Donald Trump twitte quotidiennement sur le sujet d'autant que l'opinion semble avoir tranché. Les sondages sur Mueller et son équipe sont au mieux médiocres et au pire mauvais. Donald Trump semble avoir gagné l'opinion pour le moment.

https://www.politico.com/story/2018/06/ ... oll-643491

Il ferait mieux d'aller en Californie voir les pompiers combattant les feux de forêt pour améliorer sa popularité actuellement aux alentours des 45%.

Je me rappelle qu'en Août 2016, sa visite en Louisiane durant les inondations lui avait permis de remonter la pente après ses attaques contre les parents d'un soldat musulman mort. Elle contrastait avec les parties de Golf de Barack Obama à l'époque et d'Hillary Clinton qui étaient je ne sais ou.


En effet, l'opinion semble avoir tranché : l'article que vous citez met en effet un sondage en avant qui, en plus de tester la popularité de Mueller (qui est franchement un élément anecdotique : c'est pas sur la popularité du procureur que vont devoir se prononcer les tribunaux dans les procès à venir, mais sur la cuplabilité ou l’innocence des accusés, enfin, pour ceux qui n'ont pas plaidé coupables...), teste aussi la perception de Trump dans le dossier. Je m'étonne que vous n'ayez pas pris le temps de signaler ces chiffres là. Un oubli sans doute ?
48% des Américains pensent que Trump a commis ou commet une obstruction à la justice (en hausse de 4 points par rapport à l'enquête précédente), et 59% des sondés déclarent être contre l'idée que Trump a émise récemment, à savoir qu'il serait possible pour un président de s'auto pardonner en cas de condamnation. Si vous cherchez bien, vous trouverez aussi de nombreux sondages où les sondés déclarent très majoritairement croire que Trump est un menteur chronique. Je ne suis pas certain qu'en terme d'image on puisse juger que Trump a triomphé auprès du peuple américain (auprès de sa base c'est indéniable).
De même, je ne suis pas certain que sur le terrain "parties de golfe" Trump ait des leçons à donner à quiconque :). Il est le président ayant pris le plus de vacances dans sa première année de mandat de l'histoire, et en terme de temps consacré au golfe il est second (derrière W. Bush, qui s'était nettement calmé sur le golf après le 11/09...).
Par contre, Trump à 45%, ça sort d'où ?
Chez realclearpolitics il est à 43.5% de moyenne de popularité (contre 52.8% de désapprobation)
https://www.realclearpolitics.com/epoll ... -6179.html
Chez Fivethirtyeight il est à 41.4% de moyenne de popularité (contre là aussi 52.8% de désapprobation). Ce dernier site pondérant les enquêtes en fonction d'une notation des sondeurs.
https://projects.fivethirtyeight.com/tr ... id=rrpromo
Chez les deux, sa côte de popularité est assez stable depuis plusieurs mois, sa côte de désapprobation est elle en légère hausse (rien de dramatique non plus).

guillaume44 a écrit:En cet été, je trouve l'agenda et l’actualité politique particulièrement faible. Probablement que les sénateurs des 2 camps préparent leurs armes pour l'éventuelle nomination du juge Kavanaugh à la cour suprême en Septembre.


Surement ça, et les midterms aussi. C'est un grand classique de la politique US : plus on s'approche des midterms, et plus le Congrès tourne au ralenti...
Remarquez, c'est peut-être mieux pour Trump : ses records d'impopularité sur sa première partie de mandats correspondait à l'époque où la majorité républicaine essayait de faire passer deux grosses réformes parlementaires impopulaires, une avec succès (la réforme fiscale) et une avec un échec à l'arrivée (la suppression de l'obamacare). Visiblement, l'inaction parlementaire semble mieux réussir au Donald. Quant à espérer le voir arrêter de tweeter à tort et à travers, il ne faut pas y compter : il a déjà déclaré publiquement que ce qu'il préférait dans son rôle de président, c'était les tweets et les meetings. C'est sa manière de gouverner il semblerait...
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2690
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede guillaume44 » Ven 3 Aoû 2018 02:00

Je ne comprends vraiment pas votre réaction épidermique à chacun de mes messages mais bon passons...

Corondar a écrit: Jeff Sessions a été très clair : il ne reviendra pas sur son retrait du dossier, et il a déjà annoncé qu'il ne ferait rien pour renvoyer Rosenstein. Et si vraiment Sessions décidait de renvoyer Rosenstein, je doute que l'artifice "c'est pas le président mais son ministre qui l'a fait" suffirait à éviter de mettre le feu aux poudres. Tant que Trump ne vire pas Sessions et Rosenstein, Mueller peut dormir tranquille, d'autant que la semaine dernière, quelques membres républicains de la Chambre (les plus pro-Trump) ont vainement tenté d'enclencher un impeachment contre Rosenstein, basé sur rien. La manœuvre était tellement grossière, que je ne l'ai même pas signalée ici (le caucus républicain ayant tué la tentative dans l’œuf avant même qu'elle ne puisse prospérer).


Pour une personne dont la passion est de suivre la politique, cela m'étonne que vous n'ayez jamais vu un ministre ou un président changer d'avis du jour au lendemain. Si Jeff Sessions souhaite se dé récuser demain, la semaine prochaine ou dans un an rien ne l'empêchera....

La manœuvre de destitution de Rosenstein par la chambre ne reposait pas sur rien. Elle reposait sur 2 piliers :
- Malgré des demandes insistantes d'informations sur l'avancée de l'enquête, Rosenstein refusait de donner l'ensemble des documents pour les besoins des parlementaires... Comme par hasard, les représentants démocrates préféraient rester dans le brouillard.
- Pire, Rosenstein a menacé en commission de la justice à la chambre de prononcer des accusations en justice à l'intention des parlementaires républicains.

https://www.youtube.com/watch?v=1VQw7wqL9NA

C'est simplement Paul Ryan qui l'a mise sous le tapis...

Corondar a écrit: De même, je ne suis pas certain que sur le terrain "parties de golfe" Trump ait des leçons à donner à quiconque :). Il est le président ayant pris le plus de vacances dans sa première année de mandat de l'histoire, et en terme de temps consacré au golfe il est second (derrière W. Bush, qui s'était nettement calmé sur le golf après le 11/09...).
Par contre, Trump à 45%, ça sort d'où ?


Je me demande si vous prenez le temps de lire mes messages. Je faisais référence à une séquence d'Août 2016 ou Trump en grande difficulté dans les sondages avaient réussi à en partie remonter la pente en allant voir les habitants de Louisiane. Ai-je dit qu'Obama avait passé 8 ans a joué au Golf ?
Quant à Bush vu son bilan et les méandres de la popularité dans laquelle il est tombé à partir de son second mandat, je pense qu'une bonne partie des américains auraient préféré qu'il continue à prendre ses vacances dans son ranch de Crawford plutôt qu'il travaille.
Quant au 45%, ils sortent d'il y a 15 jours peu après sa rencontre avec Poutine. Faut dire entre 43.5% et 45% waouhhhh il y a une différence énorme.... La critique aurait été plus judicieuse si vous m'auriez trouvé un sondage à 33%, 36%....

Corondar a écrit:Surement ça, et les midterms aussi. C'est un grand classique de la politique US : plus on s'approche des midterms, et plus le Congrès tourne au ralenti...
Remarquez, c'est peut-être mieux pour Trump : ses records d'impopularité sur sa première partie de mandats correspondait à l'époque où la majorité républicaine essayait de faire passer deux grosses réformes parlementaires impopulaires, une avec succès (la réforme fiscale) et une avec un échec à l'arrivée (la suppression de l'obamacare). Visiblement, l'inaction parlementaire semble mieux réussir au Donald. Quant à espérer le voir arrêter de tweeter à tort et à travers, il ne faut pas y compter : il a déjà déclaré publiquement que ce qu'il préférait dans son rôle de président, c'était les tweets et les meetings. C'est sa manière de gouverner il semblerait...


Je vous trouve assez sévère avec Trump. Ses 2 premières années de mandat ne se limitent pas à la réforme fiscale et à l'échec de l'Obamacare. Je ferais un bilan en Septembre mais je trouve qu'il tient plutôt ses promesses de campagne. De plus, ses résultats économiques sont excellents... Même si la reprise date d'Obama, je la met tout de même à son crédit car si les Etats-Unis seraient en dépréssion, beaucoup lui tomberaient dessus.
guillaume44
 
Messages: 215
Inscription: Mar 1 Mar 2016 20:40

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Ven 3 Aoû 2018 11:33

guillaume44 a écrit:Je ne comprends vraiment pas votre réaction épidermique à chacun de mes messages mais bon passons...


N'y voyez aucune raison personnelle ni même "épidermique". Sur le fond vos messages comportent souvent des informations erronées (Trump n'est jamais apparu dans un film porno...), parcellaires (le parti démocrate souhaitant supprimer l'ICE selon vous...) ou fausses (Trump à 45%...). Sur la forme, il vous arrive très souvent de mal citer les propos d'autres contributeurs du forum, les mélangeant avec vos propres propos, rendant la compréhension de certaines de vos interventions très compliquée. Je n'interviens que dans ce cadre là : soit pour rétablir des contre-vérités, soit pour essayer de clarifier la mise en page de vos posts.

guillaume44 a écrit:Pour une personne dont la passion est de suivre la politique, cela m'étonne que vous n'ayez jamais vu un ministre ou un président changer d'avis du jour au lendemain. Si Jeff Sessions souhaite se dé récuser demain, la semaine prochaine ou dans un an rien ne l'empêchera....

La manœuvre de destitution de Rosenstein par la chambre ne reposait pas sur rien. Elle reposait sur 2 piliers :
- Malgré des demandes insistantes d'informations sur l'avancée de l'enquête, Rosenstein refusait de donner l'ensemble des documents pour les besoins des parlementaires... Comme par hasard, les représentants démocrates préféraient rester dans le brouillard.
- Pire, Rosenstein a menacé en commission de la justice à la chambre de prononcer des accusations en justice à l'intention des parlementaires républicains.

https://www.youtube.com/watch?v=1VQw7wqL9NA

C'est simplement Paul Ryan qui l'a mise sous le tapis...


Oui Sessions pourrait se dérécuser, mais il a inlassablement répété qu'il ne le ferait pas, malgré les pressions que Trump a exercées sur lui en ce sens. Déjà, il faut reconnaître à Sessions un très haut niveau de responsabilité et d'honnêteté dans l'exercice de sa fonction sur ce coup là : pris la main dans le sac en ayant menti sur ses contacts avec des officiels Russes lors de ses auditions devant le Congrès, il a décidé de se dérécuser du dossier Mueller, pour ne pas prêter le flanc aux critiques d'éventuelles pressions sur l'enquête de Mueller, ou de conflit d'intérêt. C'était la meilleure chose à faire.
Ce que Trump et ses soutiens ne voient pas, c'est qu'en agissant ainsi, Sessions a fait une fleur à Trump : il a rendu les critiques d'obstruction à la justice plus difficiles, et surtout, les enquêtes de Mueller pourront aller à leur terme sans être faussées par des pressions. Si Trump sort blanc comme neige de tout ça, le fait que Sessions se soit récusé du dossier apportera beaucoup de crédit à l’innocence du président. Si Sessions revenait là dessus, surtout si c'est pour virer Mueller, ce serait ce que le DOJ pourrait faire de pire pour Trump.
Quant à la tentative d'impeachment de Rosenstein, si c'était bien une vaste blague. Les commissions d'enquête parlementaires américaines sont à l'image de la politique US : partisanes, biaisées, et ont pour but premier de divertir la base. Déjà, à la manœuvre dans cet "impeachment", deux membres célèbres du freedom caucus : Meadows et Jordan. Rosenstein a fourni tous les documents en lien avec le dossier demandé par la commission, et il a émis une fin de non recevoir sur les demandes supplémentaires arguant que les dossiers réclamés n'avaient aucun lien avec l'affaire étudiée, et il est venu devant le Congrès défendre son point de vue. Tout cela rappelle furieusement l'enquête sur l'emailgate : comme on ne trouve rien on demande de plus en plus de documents, à la fois pour noyer le poisson et pour essayer désespérément de trouver quelque chose. Pas de bol pour le freedom caucus, avec Rosenstein ils sont tombés sur un officiel qui ne joue pas à ce jeu là.
https://www.bbc.com/news/world-us-canada-44962120
Cette tentative était de la poudre aux yeux. Outre l'aspect très léger des "crimes" reprochés à Rosenstein, il n'y avait aucune chance pour que tout cela aboutisse. Il aurait fallu que le caucus républicain accepte de faire passer ça au vote, puis qu'une majorité de la Chambre vote l'impeachment, puis que les 2/3 du Sénat condamne Rosenstein. Aucune de ces 3 conditions n'étant remplies, Ryan a préféré s'épargner une farce coûteuse (pour le contribuable américain et pour l'image déjà fort dégradée du Congrès).
http://thehill.com/policy/national-secu ... empt-after
Mais Meadows et Jordan sont trop intelligents pour avoir été surpris : ils savaient dès le départ que tout cela était voué à l'échec. Le but est seulement de divertir la base. Et Trump saura leur en être reconnaissant.

guillaume44 a écrit:Je me demande si vous prenez le temps de lire mes messages. Je faisais référence à une séquence d'Août 2016 ou Trump en grande difficulté dans les sondages avaient réussi à en partie remonter la pente en allant voir les habitants de Louisiane. Ai-je dit qu'Obama avait passé 8 ans a joué au Golf ?
Quant à Bush vu son bilan et les méandres de la popularité dans laquelle il est tombé à partir de son second mandat, je pense qu'une bonne partie des américains auraient préféré qu'il continue à prendre ses vacances dans son ranch de Crawford plutôt qu'il travaille.
Quant au 45%, ils sortent d'il y a 15 jours peu après sa rencontre avec Poutine. Faut dire entre 43.5% et 45% waouhhhh il y a une différence énorme.... La critique aurait été plus judicieuse si vous m'auriez trouvé un sondage à 33%, 36%....


Pardon si je vous ai mal compris, mais je pensais que votre remarque sur les parties de golfe d'Obama étaient une critique d'un président préférant jouer au golfe plutôt que de travailler. Ce n'était pas le cas ?
En tout cas, c'est là une critique qui revenait très souvent dans la bouche de Trump (avant qu'il ne se lance en politique mais aussi sur les routes de campagne). Il a déclaré à de très nombreuses reprises que lui président ( :) ), il n'aurait aucun temps à consacrer au golfe. Là aussi, je ne fais que souligner l'hypocrisie et le double langage trumpien (puisque depuis son élection Trump consacre beaucoup de temps à golfer).
Je précise qu'en ce qui me concerne, ce que les présidents font de leurs loisirs m’indiffère au moins autant que de savoir avec qui ils couchent (ou ne couchent pas). Là aussi, c'est juste qu'à partir du moment où Trump a décidé d'utiliser cet argument (le golf contre Obama, les relations sexuelles contre Clinton), je trouve juste hallucinant qu'il considère que lui ne peut pas prêter le flanc aux mêmes critiques...
Quant à la popularité de Trump...en démocratie, un écart de 1.5% peut faire d'énormes différences vous savez. 51% c'est par exemple très différent de 49.5%...Désolé, mais oui, dire "la popularité de Trump tourne actuellement autour des 45%" c'est faux. Actuellement, sa popularité tourne autour des 41-43%. Si vous vouliez dire "il y a 15 jours un sondage parmi des dizaines donnait Trump à 45%", alors oui, ce serait plus juste. En ce cas, mon propos vous aura permis de clarifier votre pensée. On y gagne tous. Vous noterez que contrairement à vous, je ne sélectionne pas mes sondages, et je m'attache à en regarder les moyennes. Quand il y a une quinzaine de jours Quinnipiac sort une enquête donnant Trump à 38%, je ne fais pas un message pour dire "la popularité de Trump tourne autour des 38%". On en revient au léger souci d'informations parcellaires ou erronées que j'évoquais plus haut...

guillaume44 a écrit:Je vous trouve assez sévère avec Trump. Ses 2 premières années de mandat ne se limitent pas à la réforme fiscale et à l'échec de l'Obamacare. Je ferais un bilan en Septembre mais je trouve qu'il tient plutôt ses promesses de campagne. De plus, ses résultats économiques sont excellents... Même si la reprise date d'Obama, je la met tout de même à son crédit car si les Etats-Unis seraient en dépréssion, beaucoup lui tomberaient dessus.


Encore une fois, vous extrapolez grandement mes propos. Ma remarque sur les 2 tentatives de réformes législatives lors de la première année de Trump n'était absolument pas une tentative de bilan de Trump. Personnellement je fais ce genre de bilan à la fin d'un mandat, rarement avant, et surtout, le bilan d'un président ne se limite jamais à ses seuls legs législatifs.
C'était un simple constat : Trump a été le plus impopulaire lors des débats de ces deux textes législatifs, et sa courbe de popularité a eu tendance à remonter depuis que l'administration ne propose plus de textes majeurs. Je pense (mais je peux me tromper) qu'il y a un lien.
Quant à la situation économique US, oui elle est très bonne (macro-économiquement parlant en tout cas). Mais là aussi, je tiens juste à souligner mon incompréhension de l'argument en faveur de Trump. Ce dernier déniait à Obama toute implication dans la bonne santé économique de l'Amérique. C'était même pire que ça : Trump dépeignait une situation apocalyptique de la situation économique US pendant sa campagne. Qu est ce qui a changé depuis son élection dans ce domaine ? Le chômage est faible, la croissance est forte, et les inégalités crèvent le plafond. La situation est très semblable à celle d'avant. Le seul changement notable, c'est que le déficit et la dette ont encore explosé (ce qui est remarquable vu comment on partait déjà de très haut), et que les prix ont tendance à augmenter (légère inflation due à l'afflux de capitaux, et premiers effets de la guerre commerciale). A l'heure actuelle, la bonne santé de l'économie US tend plutôt à présenter les premiers signes d'un risque de surchauffe et d'emballement (et donc de crash) que d'une croissance pérenne aux bénéfices équitablement répartis. On semble plutôt être vers la fin d'un cycle qu'au début. Mais les voies de l'économie sont souvent impénétrables :).
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2690
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede manudu83 » Ven 3 Aoû 2018 11:47

Il me semble que Sessions ne peux pas se "dérécuser" sans une raison extrémement sérieuse, pour les connaisseurs du watergate, c'est l'origine du saturday night massacre. Elliot richardson attorney general s'était engagé à ne pas intervenir sur l'enquête, Nixon lui a demandé de virer le procureur spécial et Richardson a estimé qu'une dérécusation sans raison valable serait passible de poursuite pour parjure (il avait indiqué ne pas intervenir après serment devant la commission d'investiture sénatoriale). et avait démissionné dans la foulée.

Concernant la destitution de Rosenstein elle ne repose en droit sur RIEN :
Rosenstein n'est pas obligé légalement de remettre l'ensemble des documents aux parlementaires s'il estime que ça nuirait à l'enquête (c'est même le principe fondant la création des procureurs spéciaux).
Quand aux "menaces", on attend toujours les preuves de la part de Nunes, qui dans son témoignage initial a indiqué que les menaces avaient eu lieu entre autre par mail.
manudu83
 
Messages: 4128
Inscription: Mer 8 Fév 2012 20:53
Localisation: le long de la grande bleu

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Ven 3 Aoû 2018 12:11

manudu83 a écrit:Il me semble que Sessions ne peux pas se "dérécuser" sans une raison extrémement sérieuse, pour les connaisseurs du watergate, c'est l'origine du saturday night massacre. Elliot richardson attorney general s'était engagé à ne pas intervenir sur l'enquête, Nixon lui a demandé de virer le procureur spécial et Richardson a estimé qu'une dérécusation sans raison valable serait passible de poursuite pour parjure (il avait indiqué ne pas intervenir après serment devant la commission d'investiture sénatoriale). et avait démissionné dans la foulée.

Concernant la destitution de Rosenstein elle ne repose en droit sur RIEN :
Rosenstein n'est pas obligé légalement de remettre l'ensemble des documents aux parlementaires s'il estime que ça nuirait à l'enquête (c'est même le principe fondant la création des procureurs spéciaux).
Quand aux "menaces", on attend toujours les preuves de la part de Nunes, qui dans son témoignage initial a indiqué que les menaces avaient eu lieu entre autre par mail.


Pour la partie "dérécusation" c'est en effet un peu plus obscur et sujet à caution : je ne suis pas certain non plus que Sessions pourrait revenir sur son retrait, légalement parlant en tout cas. La jurisprudence semble indiquer qu'il ne le pourrait pas ou difficilement. Il faudrait surement qu'un juge se penche sur la question, possiblement jusqu'à la SCOTUS ?
Pour Rosenstein, là aussi nous sommes d'accord : le DOJ a tout à fait le droit de ne pas transmettre des documents en lien avec des enquêtes en cours qui pourrait compromettre l'enquête en question. C'est pour cela que le chef d'accusation de Rosenstein retenu par Meadows et Jordan était risible.
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2690
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede manudu83 » Ven 3 Aoû 2018 17:22

En fouillant le problème de la récusation de Sessions je suis tombé sur son communiqué de presse :
https://www.justice.gov/opa/pr/attorney-general-sessions-statement-recusal

“During the course of the confirmation proceedings on my nomination to be Attorney General, I advised the Senate Judiciary Committee that ‘[i]f a specific matter arose where I believed my impartiality might reasonably be questioned, I would consult with Department ethics officials regarding the most appropriate way to proceed.’


il fait clairement référence à son audition de confirmation au sénat, donc en revenant dessus sans raison valable, il se mettrait en position pénalement dangereuse.

quand on se souvient que Richardson avait confirmé qu'il ne virerait Cox que pour des faits graves :
Richardson had, in his confirmation hearings before the U.S. Senate, promised not to use his authority to dismiss the Watergate special prosecutor, unless for cause.

Considérant le risque de parjure et devant l'obligation de désobéir à un ordre direct du président, il avait démissionné et dans la foulée le vice-attorney avait fait de même.
manudu83
 
Messages: 4128
Inscription: Mer 8 Fév 2012 20:53
Localisation: le long de la grande bleu

Re: La vie politique américaine

Messagede Eco92 » Sam 4 Aoû 2018 08:48

Intéressante dépêche AFP que un courant complotiste américain soutenant Trump, les QAnons, se cachant derrière la lettres Q et diffusant tooutes sortes de théories du complot sur internet. On en parle car pour la première fois des militants portants des T-shirts et pancartes « Q » ou « Je suis Q » sont apparus dans des meetings, laissant la majorité des observateurs interrogatifs.

Le mouvement a pris la lettre Q, qui équivaut au niveau d’habilitation secret défense, comme symbole car leur origine serait une taupe au plus au sommet de l’état quui aurait décidé de tout balancer sur le dark web. Bon jusqu’ici que de très classique et les « secrets » aussi : « les Etats-Unis sont dirigés depuis des décennies par une organisation criminelle impliquant les Clinton, les Obama, les Rothschild, le puissant investisseur George Soros, des vedettes d'Hollywood et d'autres membres de l'élite mondiale. » avec bien sûr un réseau pédophile (cf. le pizzagate). Le tout étant un complot mondial contre lequel ils résistent.

Mais là où ça devient original c’est leur thèse principale « le président américain aurait en réalité fait exprès de prétendre être de mèche avec Moscou afin de pouvoir travailler en secret avec le procureur spécial Robert Mueller pour vaincre le grand réseau criminel international. 
Les Américains doivent se tenir prêts, insiste QAnon, pour la riposte de Donald Trump, une "tempête" imminente qui, à coups d'arrestations, fera tomber la machination et rendra le pouvoir au peuple. »
J’avoue que je ne l’aurai pas imaginé. Ces fanatiques soutiens de Trump assume donc une collusion (contre la parole de la maison blanche) en expliquant que c’est une superbe stratégie, et commencent à apparaître physiquement.
Des soutiens connus de Trump ont fait référence à ce mouvement (l'actrice Roseanne Barr, Alex Jones, fondateur du site complotiste et pro-Trump Infowars), et un homme arrêté armé près du barrage de Hoover (Nevada) en juin avait laissé des écrit faisant référence à Qanon, ce qui inquiète les services de sécurité y voyant là une possibilité de soulèvement violent disséminé sur le territoire et très difficile à contrôler ou prévoir. Sarah Sanders a donc démenti publiquement tout lien leurs thèses et condamné toute action violente, mais les ANons y ont vu une reconnaissance e leur mouvement dans les plus hauts cercles, et leur théorie centrale étant que Trump fait semblant d’être contre Mueller, ils ont compris qu’il faisait semblant de démentir.
En conclusion je vous laisse celle de la dépêche : « Pour ses partisans les plus fervents, cela ne fait d'ailleurs aucun doute: Donald Trump lui-même sème des indices validant leur théorie. 
A Tampa mardi, il a ainsi déclaré s'être rendu quelque "17 fois" à Washington avant d'être élu. Et il n'a de cesse d'épingler les "17 démocrates en colère" qui enquêtent sur le dossier russe. Q est la 17ème lettre de l'alphabet. »
Lutter contre les théories complotistes est sans doute une des choses les plus complexes actuellement, et le président Trump n’a pas aidé dans la lutte contre les « fakes news » (soit toute info qui critique son action, qu’elle soit véridique, sérieuse ou non) et les « alternatives facts ».

https://actu.orange.fr/monde/a-des-meetings-de-trump-l-ombre-mysterieuse-de-qanon-et-ses-theories-du-complot-CNT0000015po1h/photos/un-homme-brandit-la-lettre-q-designant-le-mysterieux-mouvement-qanon-lors-d-un-meeting-de-donald-trump-a-wilkes-barre-en-pennsylvanie-le-2-aout-2018-6e4927d52f4afec9d3a17f682fdddf42.html
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 5544
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Re: La vie politique américaine

Messagede Pullo » Sam 4 Aoû 2018 19:14

Si des scénaristes de séries télé proches des démocrates, ou de la gauche en général, avaient imaginé des personnages comme les QAnons pour leurs histoires, on les aurait accusé d'exagérer, et de tomber dans le délire paranoïaque anti-droite.

Décidément, on ne va pas s'ennuyer durant le mandat du Donald...
Pullo
 
Messages: 1571
Inscription: Ven 30 Mar 2012 20:25
Localisation: Paris
Avertissements: 2

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique dans le monde

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Les marchés publics expliqués aux élus locaux

Patrice Cossalter

Le droit de la commande publique a été bouleversé début 2016. Il est d'autant plus indispensable d'intégrer ce droit nouveau que les élus ont un rôle juridique, stratégique et de management dans la commande publique...

Découvrir l'ouvrage

Guide du conseil municipal - Règles, pièges et astuces

Eric Landot

Comment un conseil municipal fonctionne-t-il ? Quel est le statut de l'élu ? Quels sont les droits des élus minoritaires ? Quels pièges juridiques éviter lors des séances du conseil ? Quelles astuces faut-il maîtriser ? Quelles sont les premières mesures à prendre...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité