Politiquemania

La base de données de la vie politique française

La vie politique américaine

Ce forum permet de réagir sur tous les évènements politiques qui ne concernent ni la France ni l'Europe. Exprimez-vous sur les élections, décisions ou nominations dans le reste du monde.

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Sam 19 Sep 2020 21:46

Eco92 a écrit:
Tirnam a écrit:Lindsey Graham avait notamment fait cette promesse. J'espère me tromper mais je suis persuadé qu'il va renier sa parole (surtout que sa réélection n'est pas vraiment assurée et qu'il ne peut pas vraiment se permettre de s'aliéner l'électorat conservateur).

Sans surprise, vous ne vous êtes pas trompé https://www.nytimes.com/2020/09/19/us/politics/supreme-court-ruth-bader-ginsburg-live.html


Graham n'est plus, ces dernières années, à quelques reniements près...
Ceci dit, à sa décharge, il fait parti des sénateurs républicains embêtés par tout ça, et il fallait bien faire un choix. Dans son cas, maintenir son opposition de principe à une nomination précipitée, c'était prendre le risque de mécontenter ses électeurs les plus conservateurs (nombreux en Caroline du Sud), à quelques semaines d'un scrutin qui s'annonçait déjà assez serré et compliqué pour lui. Son adversaire démocrate, Jaime Harrison, le dépeignait déjà comme un adepte du flip-flop, incarnation de la créature washingtonienne. Tout cela va lui donner de nouveaux arguments et clips de campagne, mais c'est un moindre mal ?
En tout cas, Trump et McConnell semblent bien décidés à tenter la nomination express.
https://www.republicanleader.senate.gov ... r-ginsburg
https://edition.cnn.com/2020/09/18/poli ... index.html
Concernant la suite, les démocrates vont tout faire pour ralentir au maximum le processus, et ils ont quelques armes à leur disposition. Actuellement, le Sénat doit débattre de la prochaine loi de finance, qui, légalement parlant est prioritaire sur les autres textes et votes. Les sénateurs démocrates peuvent ralentir au maximum cette loi là (aidés par la Chambre et Pelosi aussi) pour gagner quelques précieuses semaines. Ils peuvent aussi tenter la voie judiciaire et arguer qu'avec sa jurisprudence Garland, McConnell aurait instauré un précédent parlementaire qui pourrait faire office de règle de fonctionnement sénatorial. Même si Trump et McConnell mettent le paquet, faire ratifier un poste de juge à la SCOTUS avant le 03 novembre me parait très compliqué (d'autant que beaucoup de sénateurs sont en campagne).
Après le 03 novembre, on bascule dans la lame duck session, et là les scénarios possibles se complexifient. Déjà, un point technique : concernant le poste de sénateur de l'Arizona qui est à renouveler en novembre, est celui du défunt John McCain. C'est donc une élection spéciale afin de terminer le mandat de 2016 (qui se termine en 2022, où il sera remis en jeu). Le gagnant du 03 novembre dans cet état pourrait siéger plus tôt que les autres sénateurs élus ce même jour, qui eux devront attendre janvier pour enclencher un éventuel nouveau mandat. Si c'est la républicaine McSally qui est élue, cela ne change rien, puisqu'elle occupe déjà l'intérim par nomination du gouverneur républicain de l'Arizona. En revanche, si c'est le démocrate Kelly (qui fait désormais figure de favori) qui l'emporte, ce dernier aura tout à fait le droit d'exiger de prêter serment dès le 30 novembre, ce qui réduirait encore la majorité républicaine d'un siège.
Ensuite, tout dépend évidemment des résultats du 03 novembre, mais si jamais Trump devait perdre et que plusieurs sénateurs républicains sortants aussi, réussir à vendre le concept d'une ratification d'un juge nommé par un président vaincu et élu par des sénateurs défaits, ce serait plus tout à fait la même limonade. Surtout pour les sénateurs républicains élus dans des swing states et dont leur mandat devrait être renouvelé en 2022 (Ohio, Pennsylvanie, Floride...). Surtout si derrière les démocrates devaient récupérer la majorité sénatoriale dès janvier : ces derniers pourraient faire payer très cher aux républicains la manœuvre (suppression du filibuster pour tous les textes, nominations de 3 ou 4 juges supplémentaires à la SCOTUS, étatisation de DC et de Porto Rico....?). En revanche, si Trump devait être réélu et/ou si les républicains devaient conserver le Sénat, évidemment cela ne changerait pas grand chose....
Mais, à court terme, on verra déjà très vite si McConnell pense ou non avoir une majorité de 50 voix pour tenter la chose.
Je pense qu'on peut affirmer sans trop de doute que Murkowski, la sénatrice de l'Alaska, qui a fait toute sa carrière au Sénat sur sa réputation de franc-tireuse indépendante, est une cause perdue pour McConnell sur une manœuvre de ce genre (ses électeurs alaskaiens lui semblent gré de ne pas trop patauger dans les magouilles washingtoniennes). Pour Collins, la sénatrice du Maine c'est aussi un jeu dangereux : elle est déjà en très mauvaise posture pour novembre en grande partie à cause de son vote pour Kavanaugh, je ne suis pas certain qu'elle ait très envie de remettre une pièce dans la machine ? Ou alors elle fait comme Heitkamp, l'ancienne sénatrice démocrate du Dakota du Nord, qui, perdue pour perdue, préféra quand même voter contre Kavanaugh quitte à perdre son siège dans la foulée ?
Outre Graham (qui a donc changé d'avis depuis), Murkowski et Collins, un autre sénateur républicain avait déclaré cette année qu'il refuserait de pourvoir un siège à la SCOTUS pendant l'élection présidentielle : il s'agissait de Chuck Grassley (sénateur de l'Iowa depuis 1981, actuel président pro tempore, et dont le siège sera à renouveler en 2022, mais il n'est pas certain qu'il se représente alors pour un 7e mandat, il aurait alors 89 ans...). Lui aussi peut aussi décider de se raviser. D'autres sénateurs républicains pourraient aussi avoir quelques scrupules (on pense évidemment à Mitt Romney ou à Cory Gardner)...
Concernant la candidate éventuelle de Trump, avant le décès de RBG, la rumeur parlait beaucoup de Amy Coney Barrett, une juge conservatrice et "textualiste" de l'Indiana, âgée de 48 ans...
https://en.wikipedia.org/wiki/Amy_Coney_Barrett
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 3376
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede Galaad » Dim 20 Sep 2020 11:47

Pour la candidate de Trump à la Cour suprême, puisque je pense qu'il est quasiment certain que cela sera une femme à moins d'une grosse surprise, Amy Coney Barrett, juge à la Cour d'appel, fait en effet figure de favorite.
D'autant plus que sa candidature ayant déjà été étudiée au moment de la nomination du précédent juge à la Cour suprême, les vérifications d'usage pour un candidat à la Cour suprême ont déjà été faites ce qui accélererait sa confirmation. Cela joue beaucoup en sa faveur, la priorité des Républicains étant que la confirmation se tienne avant l'élection.

Une autre candidate a été suggérée, qui a été rajoutée récemment sur la liste publiée par Donald Trump de ses choix éventuels pour la Cour suprême, c'est celui de Barbara Lagoa, juge à la Cour d'appel et qui fut avant cela juge à la Cour suprême de Floride. Logoa est une Cubaine-Américaine de Floride, un électorat qui sera sans aucun doute déterminant pour une victoire de Trump dans cet état. Elle avait également été confirmée par un soutien très largement bipartisan à la Cour d'appel, par un vote de 80 contre 15 au Sénat, ce qui n'était pas le cas de Barrett confirmée par un vote largement républicain par 55 voix contre 43. Ceci dit, si elle est candidate, vue les circonstances, il y a peu de chances qu'elle obtienne ne serait-ce qu'une voix démocrate.
Sa nomination permettrait également de mettre les Démocrates dans la position peu évidente de voter contre la confirmation d'une femme hispanique à la Cour suprême.

Les deux tiennent bien évidemment des positions très conservatrices sur le plan sociétal (contre l'avortement, pour le port d'armes, etc.), à l'image des deux précédents juges nommés par Trump qui se sont par ailleurs révélé comme moins conservateur qu'attendu. Cela permettra de mobiliser un peu plus l'électorat évangélique et plus généralement conservateur social dont l'une des principales attentes est la nomination de candidats proches de leurs valeurs à la Cour suprême.
Seul bémol pour Logoa, elle n'a pas clairement promis contrairement à Barrett qu'elle voterait pour abolir la jurisprudence Roe v. Wade qui protège le droit à l'avortement au niveau fédéral.

Un autre point important qui, il me semble, n'a pas été évoqué ici, c'est le fait que si l'élection devait être décidée par la Cour suprême, comme ce fut le cas en 2000, la décision aurait désormais de grandes chances d'être favorable à Donald Trump plutôt qu'à Joe Biden.
En effet, les juges clairement conservateurs et potentiellement favorables à Trump (Thomas, Alito, Gorsuch et Kanavaugh) sont désormais majoritaires à la Cour suprême, les juges clairement progressistes et potentiellement favorables à Biden (Breyer, Sotomayor et Kagan) étant en minorité. Roberts pourrait donc trancher en faveur de Trump ou faire que la Cour suprême ne puisse pas exprimer de décision (un vote de 4 contre 4), s'il vote avec les juges progressistes, mais il ne pourrait désormais plus trancher en faveur de Biden.
Si les Républicains parviennent à confirmer le candidat nommé par Trump à la Cour suprême avant l'élection, les juges conservateurs n'auront alors même plus besoin de la voix de Roberts et la décision aura alors de fortes chances d'être favorable à Trump. La voix du juge nommé par Trump dans des conditions pour le moins suspectes sera alors décisive, ce qui aurait sans doute des conséquences catastrophiques. Je me rappelle que l'on avait évoqué ici le scénario noir d'une élection contestée, ce scénario pourrait empirer si l'élection venait à être décidée par un juge confirmé dans de telles conditions.
Galaad
 
Messages: 100
Inscription: Jeu 29 Aoû 2019 10:31

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Dim 20 Sep 2020 19:39

Galaad a écrit:Sa nomination permettrait également de mettre les Démocrates dans la position peu évidente de voter contre la confirmation d'une femme hispanique à la Cour suprême.


Si les démocrates arrivent à faire dire à l'éventuelle candidate qu'elle est en faveur d'une annulation du droit à l'avortement, je doute que les électrices démocrates reprochent aux sénateurs démocrates de ne pas voter pour elle :).
Par contre je suis vraiment sceptique quant à la possibilité de faire ratifier une candidate avant le 03 novembre : entre la loi de finances, les outils parlementaires aux mains des démocrates pour ralentir le travail sénatorial et le fait que plus d'une trentaine de sénateurs sortants soient en campagne, le délai me parait très serré. Sur les précédentes nominations à la SCOTUS, on navigue globalement entre 50 et 100 jours pour faire valider la nomination. Même en mettant les bouchées doubles, réduire le processus à une trentaine de jours, j'ai dû mal à voir comment ce serait possible ?
https://edition.cnn.com/2020/09/19/poli ... index.html

Edit : sans grande surprise, les sénatrices républicaines Collins (Maine) et Murkowski (Alaska) annoncent qu'elles refusent de soutenir un processus d'analyse d'une candidature à la Cour Suprême avant la date du 03 novembre. Toutes deux appellent à laisser passer les élections avant que la haute assemblée ne se saisisse éventuellement du processus de nomination.
Pour l'heure les deux refusent de dire ce que pourraient être leurs votes en cas de victoire de Biden (et Collins ne précise pas non plus si elle voterait en cas de défaite pour elle le 03 novembre). Murkowski est d'ailleurs très franche et honnête : elle rappelle qu'en 2016 elle avait soutenu la position de McConnell de dire qu'on ne pouvait nommer un juge à la SCOTUS aussi près d'un scrutin présidentiel. Elle note qu'en 2016, le poste a été vacant à partir de février, soit 9 mois avant le scrutin. Elle dit que soutenir aujourd'hui qu'on pourrait pourvoir le poste à peine un mois avant le scrutin serait totalement hypocrite :).
https://edition.cnn.com/2020/09/20/poli ... index.html
Si 2 sénateurs républicains de plus devaient opter pour cette position, Schumer n'aurait pas d'autre choix que de devoir patienter.... A ma connaissance, pour l'heure, ni Grassley (Iowa) ni Romney (Utah) ne se sont prononcés depuis l'annonce de la mort de RBG...
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 3376
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede Jean-Philippe » Mar 22 Sep 2020 11:33

La situation générale est inquiétante pour la démocratie américaine, déjà assez mal en point. Si Biden est élu avec une cour suprême durablement conservatrice (avec un passage en force des républicains avant sa prise de fonction en janvier), je pense que les démocrates n'auraient pas le choix de modifier le nom de membres de la Cour suprême.
Le pire scénario serait un scrutin serré, avec des résultats contestés dans plusieurs Etats clés, où la Cour suprême serait obligé de faire un arbitrage. Je crains vraiement une poussée de violence importante, quelques soient les résultats, avec des affrontements entre milices d'extrême droite et manifestants issus en partie du mouvement Black Lives Matter. L'appel à la garde nationale sera souvent inévitable.
La caporalisation du parti républicain est assez impressionnante en 4 ans, ce qui permet de mon point de vue de mieux comprendre l'efficacité de la propagande dans les Etats totalitaires des années 1930. Pourtant, les habitants des USA ont des sources d'informations variées, sans censure, avec une opposition qui peut s'exprimer, des tribunaux indépendants. Je ne sais pas combien de temps il faudra pour que le GOP retrouve un fonctionnement "normal", c'est à dire détrumpisé si l'on me permet se néologisme.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 9142
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Re: La vie politique américaine

Messagede Jean-Philippe » Mar 22 Sep 2020 12:34

Suite de mon message précédent.
Sur la base de ce que nous savons à l'heure actuelle, voici la manière la plus probable que les dominos tombent: Trump choisit un candidat cette semaine. Le Sénat tient des audiences en octobre, mais il n'y a pas de vote sur le candidat avant l'élection. Biden bat Trump. Lors de la session postélectorale du Sénat boiteux, 50 sénateurs républicains et le vice-président Mike Pence se combinent pour 51 voix pour confirmer le candidat de Trump, avec les 47 démocrates, Collins, Murkowski et Romney dans l'opposition.

Voici ce qu'a écrit Perry Bacon Jr. sur FiveThirtyEight
Il y a un sénateur démocrate à suivre, c'est Joe Manchin, sénateur de Virginie-Occidentale, le plus conservateur du caucus démocrate qui a voté pour les 2 candidats de Trump à la Cour suprême. Cependant, il a voté pour sa destitution et a confirmé son soutien à Biden après avoir dit en 2018 et en février 2020 qu'un soutien à Trump ne pouvait être exclu (source). Je pense que cette fois, il restera avec ses collègues démocrates, mais une petite incertitude demeure.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 9142
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Re: La vie politique américaine

Messagede Galaad » Mar 22 Sep 2020 15:43

Mitt Romney, sénateur de l'Utah et ancien candidat à la présidentielle, annonce qu'il soutient la tenue d'un vote de confirmation d'un candidat à la Cour suprême qui serait nommé par Donald Trump. Trump possède donc la majorité suffisante de 51 voix pour proposer un candidat au Sénat.

Il n'y aura en principe que Murkowski et Collins parmi les sénateurs républicains qui auront refusé la tenue d'un vote avant l'entrée en fonction du prochain président, puisque Cory Gardner, sénateur sortant du Colorado dont la réélection est en jeu et Chuck Grassley, qui prend sa retraite à la fin de son mandat et n'a plus de réélection à considérer, avait déjà un peu plus tôt annoncé leur soutien à la tenue du vote.
Galaad
 
Messages: 100
Inscription: Jeu 29 Aoû 2019 10:31

Re: La vie politique américaine

Messagede ligerien » Mar 22 Sep 2020 18:04

Dans l'hypothèse probable d'une victoire democrate dans la speciale en arizona. Kelly siégeait à partir de novembre ou janvier ?
ligerien
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 1478
Inscription: Mer 12 Jan 2011 16:54
Localisation: Loire
Messages : 2 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede Relique » Mar 22 Sep 2020 18:33

ligerien a écrit:Dans l'hypothèse probable d'une victoire democrate dans la speciale en arizona. Kelly siégeait à partir de novembre ou janvier ?


Novembre. Pour les élections spéciales, le sénateur élu siège dès la publication de la victoire par le secrétaire aux élections de l'Etat. Cela inclut également si les démocrates gagnaient l'élection partielle de Géorgie, mais ça n'a pas de chances d'arriver (il faut plus de 50% des voix pour éviter un deuxième tour).

Edit: pour la durée, il n'est pas certain qu'il y ait des auditions en comité. Cela réduira la durée. A noter que Ruth Bader Ginsburg a été confirmée en 42 jours, assez rapidement donc.
Relique
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2654
Inscription: Jeu 20 Jan 2011 13:03

Re: La vie politique américaine

Messagede Jean-Philippe » Mar 22 Sep 2020 20:33

Elle avait été confirmée par 96 voix. Époque pourtant pas si lointaine où l'on votait davantage sur la compétence que sur l'étiquette.
En 2005, Roberts obtient encore 78 votes positifs, Kagan 63 contre 37 en 2010.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 9142
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Mar 22 Sep 2020 22:52

Jean-Philippe a écrit:Elle avait été confirmée par 96 voix. Époque pourtant pas si lointaine où l'on votait davantage sur la compétence que sur l'étiquette.
En 2005, Roberts obtient encore 78 votes positifs, Kagan 63 contre 37 en 2010.


Le souci majeur c'est qu'entre temps le système institutionnel et politique américain s'est complètement détraqué.
Le souci, c'est que la SCOTUS est désormais devenue la troisième chambre du pouvoir législatif, composée non pas de 9 juges impartiaux disant le droit, mais de 9 députés à vie faisant de la politique...
Et si Trump n'est absolument pas la cause du mal, il est le dernier symptôme de la maladie, qui est en train de tuer le patient.

On notera quand même que, comme toujours, le Trump présidentiel n'aura pas fait long feu : apparemment il voulait à tout prix donner le nom de l'heureuse élue aujourd'hui ou demain, mais ses conseillers lui auraient fait comprendre que donner le nom avant même les funérailles de RBG, ça aurait été un peu déplacé. Du coup, Trump fait quand même du Trump : il accuse les enfants et les petits-enfants de RBG de mentir lorsqu'ils disent que le dernier souhait de la juge aurait été de voir son remplaçant nommé par le vainqueur du 03 novembre...
https://edition.cnn.com/2020/09/21/poli ... index.html
https://www.politico.com/news/2020/09/2 ... ish-419407
Dans l'intervalle, le corps de RBG reposera mercredi et jeudi au sein du bâtiment de la Cour Suprême, puis sera exposé au Capitole ce vendredi. Elle est la première femme dans l'histoire américaine à recevoir ces honneurs.
https://www.politico.com/news/2020/09/2 ... ose-419432
Quant à la popote politicienne qui suit son cours, c'est assez tordant de voir les républicains expliquer pourquoi la jurisprudence Garland de 2016 ne s'appliquerait plus ici : parfois on nous dit que c'est parce qu'Obama en était à son second mandat alors que Trump en est à son premier, d'autres fois on met en avant que lorsque le président est de la même couleur politique que le sénat, c'est pas pareil. Quelques uns assument la manœuvre politicienne ceci dit...
Je maintiens qu'à mon sens il parait difficile de faire approuver quiconque avant le 03 novembre : les démocrates peuvent tout de même ralentir le processus suffisamment, la campagne complique la vie des sénateurs qui se représentent, et il y a quand même quelques contraintes de procédures à respecter (au moins pour les apparences, histoire de ne pas trop prêter le flanc aux critiques). Et puis, si le siège est pourvu avant le 03 novembre, je pense que Trump perd l'intérêt électoral de la manœuvre ? Même si je ne suis absolument pas certain que tout cela représentera in fine une plus valu électorale pour les républicains ? Mobiliser encore plus une base déjà sur-mobilisée ? Cela stimule aussi les démocrates à priori (il suffit de voir l'afflux massif d'argent ces derniers jours...). Quant au Sénat, je suis plutôt convaincu que cette situation va même faire perdre des plumes aux républicains sur les élections sénatoriales dans certains états ?
https://www.politico.com/news/2020/09/2 ... rge-419308
Quant au résultat du vote, je pense que ça dépendra grandement des résultats du 03 novembre. Si Trump devait être nettement battu (avec tout un tas de swing states qui auraient voté Biden ?) et que les démocrates devaient avoir conquis la majorité sénatoriale (avec une demie douzaine de sénateurs républicains sur le carreau ?), je pense qu'il y aurait une petite possibilité (10 ou 20% ?) pour que le vote échoue, essentiellement à cause de la défection de quelques sénateurs républicains élus dans des états tangents (Ohio, Floride, Pennsylvanie...) et dont le mandat sera à renouveler en 2022.
Par contre, si réellement Biden est élu et que les démocrates emportent le Sénat et que les républicains passent quand même en force, je ne suis pas certain que ces derniers se rendent bien compte de ce que les démocrates feraient derrière. Dans un tel contexte, je pense que les démocrates lâcheraient les vannes : suppression du filibuster pour tous les textes de lois, augmentation du nombres de juges à la SCOTUS, étatisation de DC et de Porto Rico ? Bref, de nouveaux symptômes pour un patient en fin de vie ?
Si Trump est réélu et/ou si les républicains conservent le Sénat, évidemment, c'est différent...
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 3376
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique dans le monde

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Petit guide du protocole local

Fabrice Jobard

Ce « Petit guide du protocole local » s'appuie sur les formations animées depuis plus de quinze ans par Fabrice Jobard, reconnu comme l'un des plus grands spécialistes français des questions protocolaires. Accessible et opérationnel, l'ouvrage a pour objectif...

Découvrir l'ouvrage

Guide du conseil municipal - Règles, pièges et astuces

Eric Landot

Comment un conseil municipal fonctionne-t-il ? Quel est le statut de l'élu ? Quels sont les droits des élus minoritaires ? Quels pièges juridiques éviter lors des séances du conseil ? Quelles astuces faut-il maîtriser ? Quelles sont les premières mesures à prendre...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Christouille et 1 invité