Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Elections américaines des midterms 2022

Ce forum permet de réagir sur tous les évènements politiques qui ne concernent ni la France ni l'Europe. Exprimez-vous sur les élections, décisions ou nominations dans le reste du monde.

Re: Elections américaines des midterms 2022

Messagede Corondar » Lun 20 Sep 2021 00:15

Nico78 a écrit:Dans le Nebraska, les Républicains tentent de bétonner le 2e district (autour d'Omaha), qui a parfois tendance à leur échapper et qui peut apporter un grand électeur très précieux aux Démocrates, quand le scrutin présidentiel est serré.
Le Nebraska étant le seul état avec le Maine à ne pas pratiquer le "winner takes all".
https://twitter.com/politique_usa/status/1438762698251059207


Sur le gerrymandering, je pense que l'exemple new-yorkais et l'exemple du Nebraska indiquent clairement que les deux grands partis vont se rendre coup pour coup dans les états où ils le pourront.
Lors de la décennie précédente, les démocrates ont tenté de jouer la carte judiciaire pour faire rejeter les découpages partisans, mais si cela a pu marcher ici ou là et permettre d'aboutir à des cartes plus "équilibrées" (en Pennsylvanie et en Caroline du Nord notamment), les arrêts de la SCOTUS sur le sujet ont été limpides : si le gerrymandering racial (diluer le poids des minorités pour les empêcher d'obtenir une représentation) est verboten, le gerrymandering politique (réduire au maximum la représentation d'un parti au détriment d'un autre) a lui été jugé casher, les 9 statuant (enfin, les juges conservateurs parmi les 9 pour être précis :) ) que si les électeurs n'aimaient pas le gerrymandering, ils pouvaient élire d'autres représentants qui banniraient le gerrymandering. C'est évidemment oublier que les assemblées locales (qui sont en charge des découpages dans de nombreux états) sont le fruit de gerrymandering encore plus massifs que pour les assemblées fédérales, et que les démocrates auront encore plus de mal à reprendre pied dans ces assemblées là.
L'autre élément où les démocrates sont coincés, c'est que dans beaucoup d'états où ils sont ultra dominants, surtout à l'ouest, ils ont fait voter des lois en accord avec leurs positions de principe : en Californie et au Colorado ce sont par exemple des commissions indépendantes qui livrent des découpages nettement plus équilibrés. Les démocrates sont donc en position de découper à leur avantage dans nettement moins d'états que les républicains.
Après, je pense que sur le temps long les républicains vont avoir de plus en plus de mal à rentabiliser leurs découpages partisans. On l'a déjà vu précédemment : le découpage de 2010 a eu de sérieuses fuites sur les élections de 2018, et même de 2020 (si sur ce scrutin là les démocrates reculent, ils parviennent tout de même à conserver une majorité à la Chambre malgré une avance de seulement 3 points dans le vote populaire sur cet échelon). Si les coalitions restent ce qu'elles sont, je pense que les républicains vont avoir de plus en plus de mal à optimiser aussi bien que par le passé les découpages.
L'enjeu restant l'électorat de banlieue, si ce dernier continue à glisser vers les démocrates, les républicains auront bien du mal à diluer le poids des électeurs démocrates (qui ne cesse de se renforcer dans le vote populaire).

Mais il faut noter que les républicains sont toujours très inventifs, et ne reculent devant rien pour tripatouiller le système à leur avantage. Le gerrymandering fait presque figure d'outil du passé désormais. Depuis un an, les républicains semblent avoir d'autres manœuvres à mettre en place :
1) en Arizona, les assemblées locales (aux mains des républicains, avec des majorités assez courtes ceci dit, les démocrates ayant pas mal progressé ici sur les dernières années) viennent de sortir de leur chapeau un truc assez magique. Dans cet état, les élections étaient du ressort du bureau du secrétaire de l'état, actuellement occupé par une démocrate, Katie Hobbs. Outre que cette dernière et sa famille ont été la cible de menaces depuis la présidentielle, cette dernière a vu ses fonctions débarrassées de la gestion des élections, qui est désormais entre les mains de l'attorney general, qui lui est républicain : CQFD. Quand les républicains perdent une élection (comme en Arizona), ils ne s'interrogent pas vraiment sur les raisons de leur recul électoral éventuel, ils ont comme réflexe premier de changer les règles du jeu électoral dans un sens qu'ils pensent leur être favorable (on l'a vu aussi dans certains autres états : quand un démocrate est élu au poste de gouverneur, les assemblées républicaines votent des lois pour réduire les pouvoirs du gouverneur fraîchement élu). Mais dans le cas de l'Arizona, là ou c'est vraiment magique, c'est que les républicains ont voté ce changement de manière temporaire : le pouvoir de contrôle des élections est confié à l'attorney gerneral républicain avec une date limite, laquelle correspond à la fin du mandat de la secrétaire d'état démocrate : CQFD bis :).
https://www.nytimes.com/2021/06/25/us/A ... oting.html
2) encore plus inquiétant, dans plusieurs états, les assemblées locales à majorité républicaine sont en train de retirer la validation des résultats électoraux des mains de l'exécutif, pour les confier aux assemblées locales. Le but étant clairement de faire en sorte que le scénario que Trump avait vainement tenté d'appliquer en 2020 (annuler l'attribution des grands électeurs par le vote populaire, et la confier aux assemblées locales à majorité républicaine), soit éventuellement possible à l'avenir.
https://eu.azcentral.com/story/news/pol ... 308396001/
En Arizona, mais aussi dans d'autres états. Là évidemment les démocrates contre-attaquent sur le plan judiciaire, mais est ce que la SCOTUS ne laissera pas aussi passer ce genre de projet ? Mystère... Par contre, si jamais les républicains tentaient réellement un truc de ce genre (par exemple voir les assemblées locales de Pennsylvanie attribuer les grands électeurs de l'état au candidat républicain alors que le candidat démocrate y est arrivé en tête, au nom de "fraudes" imaginaires...), je pense qu'ils sous-estimeraient grandement les risques d'effondrement complet du système démocratique derrière.
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 4951
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: Elections américaines des midterms 2022

Messagede Corondar » Sam 16 Oct 2021 15:26

Un petit point sur les candidatures concernant ces futures midterms, notamment au niveau des postes de gouverneurs :
1) en Pennsylvanie, l'Attorney General démocrate de l'état, Josh Shapiro, lance officiellement sa candidature, en la plaçant sous le signe de la défense du droit de vote des électeurs.
https://www.nytimes.com/2021/10/14/us/p ... ernor.html
C'était attendu, depuis que ce dernier avait dealé avec le lieutenant-gouverneur démocrate de l'état John Fetterman : Shapiro devait tenter le gouvernorat, et Fetterman la sénatoriale, les deux ayant décidé de ne pas se concurrencer l'un l'autre. Alors que sur les primaires pour la sénatoriale Fetterman va devoir affronter la candidature du représentant démocrate Connor Lamb, du côté des primaires pour le poste de gouverneur, aucun démocrate d'importance ne devrait contester la candidature de Shapiro (ce dernier avait élu AG de l'état en 2016 avec 2.8 points d"avance sur son adversaire républicain, il a été réélu en 2020 avec cette fois 4.5 points d'avance sur son opposante républicaine).
Du côté républicains, il est notable de constater que pour le moment les candidats à la nomination du GOP pour le poste de gouverneur sont des seconds couteaux, voire des illustres inconnus. Parmi les 9 républicains déjà candidats à la candidature, aucun poids lourd pour le moment. Le président républicain pro tempore du Sénat local, Jake Corman, souffle le chaud et le froid, indiquant qu'il ne se déciderait pas au mieux avant novembre ou décembre quant à une éventuelle candidature.
2) en Arizona, côté démocrates, l'actuelle secrétaire d'état démocrate Katie Hobbs (élue en 2016 avec 20 000 voix d'avance sur son adversaire républicain, première occupante démocrate du poste depuis 1995), qui est première dans l'ordre de succession du gouverneur (il n'y a pas de lieutenant-gouverneur en Arizona) a officiellement lancé sa candidature. Personne ne devrait sérieusement lui contester la nomination au sein du parti de l'âne.
Côté républicains, le gouverneur sortant Doug Ducey finit son deuxième mandat et ne peut donc se représenter. 6 candidats sont déjà déclarés de ce côté là, où la condition sine qua non pour se présenter semble être de soutenir les allégations de "fraudes électorales" sur la présidentielle 2020. Un peu à la surprise générale, Trump a décidé d'apporter son soutien à une néophyte en politique, ancienne journaliste au sein du Fox News local, Kari Lake, cette dernière étant la plus en pointe sur la croisade des "fraudes électorales". Parmi les 5 autres candidats, le plus connu est l'ancien représentant Matt Salmon, qui a lui aussi beaucoup soutenu Trump, et est donc très triste que le Donald ne lui ait pas apporté son soutien. Mais il maintient tout de même sa candidature, espérant faire la différence avec son expérience et son implantation.
https://eu.azcentral.com/story/news/pol ... 837690001/
3) à New-York, la chute de Cuomo ouvre la voie à un duel sanglant entre deux candidates démocrates pour l'investiture : l'actuelle occupante du poste de gouverneure, Kathy Hochul, et l'AG de l'état, Letitia James. L'avocat activiste et libéral Jumaane Williams envisage de peut-être tenter de jouer les trublions dans ce duel annoncé de femmes. Le très impopulaire maire de New-York, Bill de Blasio, réfléchirait aussi. Bref, ça s'annonce potentiellement sanglant côté démocrates, mais à mon avis cela devrait se jouer entre Hochul et James. Mais même en cas de primaires sanglantes et disputées, je ne vois pas les démocrates perdre dans un état aussi bleu. Il faudra tout de même regarder qui sort du chapeau républicain, mais si c'est un ardent trumpiste qui ne parle que de "fraudes", cela ne devrait pas faire l'affaire pour New-York.
4) en Géorgie, Stacey Abrams n'a pas encore officiellement lancé sa candidature pour le poste de gouverneur, mais c'est un secret de polichinelle. Elle vient de lancer une tournée nationale pour promouvoir différents candidats démocrates dans le cadre des midterms, et elle continue inlassablement son travail de terrain pour enregistrer un maximum d'électeurs en Géorige, notamment Afro-Américains (elle fait toujours beaucoup de pédagogie pour contrer les nouvelles lois plus restrictives des opérations de votes votées par les assemblées locales dirigées par les républicains). Personne ne lui contestera la nomination en interne.
Côté républicains c'est plus complexe. Le gouverneur sotant Brian Kemp se représente pour un second mandat. Mais ce dernier fait désormais figure d'apostat en trumpie puisqu'il a reconnu la victoire de Biden dans son état et qu'il ose affirmer qu'il n'y a pas eu fraude :). Résultat des courses il doit déjà affronter la candidature de Vernon Jones, un ancien élu de l'assemblée locale, Afro-Américain, et ancien démocrate qui a changé de parti en 2020 après avoir appelé à voter pour Trump. Profil donc assez atypique, je ne sais pas trop si il pourrait percer ? Mais étant donné que Kemp est tricard en trumpie, beaucoup de républicains envisagent sérieusement de lui contester sa réinvestiture, David Perdue, ancien sénateur de l'état (battu par Jon Ossoff lors du run-off de janvier dernier) réfléchit...
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 4951
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: Elections américaines des midterms 2022

Messagede jean24 » Mer 3 Nov 2021 17:38

Suite aux résultats de cette nuit, Sabato, un des rares organismes qui a prévu la bascule de la Virginie, change ses estimations pour les élections au sénat en 2022, jusqu'à hier ils voyaient 50 sièges démocrates, 49 républicains et un toss up (la Pennsylvanie), soit un sénat démocrate, aujourd'hui ils ont passés les courses de l'Arizona, de la Géorgie et du Nevada dans la case toss up et la course du Colorado dans la case likely democrat. Ils s'apprêteraient aussi a changé la course du New-Hampshire dans la case toss up si le gouverneur Sununu se présente.

J'ai toujours pensé que les deux Etats gagnés lors des partielles de 2020 seraient vulnérables en 2022 et des cibles de choix pour les républicains, ces résultats me les confirment.
jean24
 
Messages: 703
Inscription: Mar 26 Aoû 2014 12:05

Re: Elections américaines des midterms 2022

Messagede guillaume44 » Jeu 4 Nov 2021 02:38

Très belle soirée pour les républicains qui remportent le poste de gouverneur en Virginie en la personne de Glenn Youngkin, le poste de lieutenant Gouverneur en la personne de Winsome Sears, la chambre des représentants de l'état par la plus petite des marges 51 contre 49 alors qu'elle était à 55-45 en faveur des démocrates depuis 2019.

En outre, la mairie de Seattle dans l'état de Washington bascule républicain en la personne d'Ann Wilson. Bien que je ne suive pas l'actualité de cette ville au quotidien et n'ai aucune idée de comment elle est gérée, l'incapacité de l'équipe démocrate a faire face aux émeutes récurrentes de l'été 2020 suite au décès de Floyd ne pouvait que laisser présager ce résultat.

Les démocrates peuvent se consoler en disant qu'ils conservent le poste de gouverneur dans le New-Jersey. Mais la victoire fut lente à se dessiner avec seulement 50 000 victoires alors qu'ils s'attendaient à un double digit (Victoire avec 10% de marge).

Par ces résultats en avance sur les Mid-Terms 2022, les républicains confirment qu'ils sont vraiment très forts sur les élections intermédiaires lorsqu'un démocrate accède à la Maison Blanche. Je ne vois pas comment un remake de 2010 pourrait ne pas arriver en 2022. Pour rappel, les républicains avaient pris 64 sièges à la chambre des représentants et 6 sénateurs. Cette défaite avait signé la fin du madat effectif d'Obama et il ne s'en est d'ailleurs jamais remis pour gouverner éfficacement.

Concernant la Virginie, il est évidemment trop tôt pour savoir si elle redeviendra un swing state en 2024. L'élection ou la non réélection à la sénatoriale du malheureux candidat à la Vice Présidence Tim Kaine en 2016 permettra d'en savoir plus mais ce n'est pas sur. En tous cas, je ne m'attendais pas à cette victoire républicaine dans une terre qui penche nettement démocrate depuis 2012 et la défaite de Mitt Romney à la présidentielle et la non-élection d'un sénateur républicain en 2014 dans un contexte hyper favorable.

Pour l'instant, je laisse la Virginie dans la couleur bleue donc démocrate pour la présidentielle de 2024. Cette défaite n'est pas suffisamment inquiétante pour les démocrates dans l'optique de cette élection.

https://www.lefigaro.fr/international/e ... e-20211103

https://www.breitbart.com/politics/2021 ... -attorney/

https://www.breitbart.com/politics/2021 ... -election/
guillaume44
 
Messages: 297
Inscription: Mar 1 Mar 2016 20:40

Re: Elections américaines des midterms 2022

Messagede Eco92 » Jeu 4 Nov 2021 21:22

Je regarde un peu les sièges sénatoriaux ouverts, comme je ne suis pas spécialistes j'attends vos commentaires.

Je vois qu'il y a eu 35 élections car il y avait deux partielles, j'en déduis donc qu'en temps normal on a 33 sièges renouvelés ?

Il y avait eu 20 républicains élus (-3) et 15 démocrates (+3).

33 sièges sont en jeux cette fois dont des très surs républicains et démocrates. Forcément les démocrates risquent plus gros puisqu'ils ont déjà une "majorité" qui n'est qu'à un siège.

Alors un certains nombre de sièges sont risqués j'imagine, selon les sondages voici les sièges ouverts tenus par des démocrates :
- Arizona en Tossup (PVI R+3)
- Georgie en Tossup (PVI R+3)
- Nevada en Tossup (PVI =)

J'ai du mal à imaginer les républicains être menacés dans le contexte mais ceux-ci sont aussi balancés :
- Pennsylvannie en Tossup (PVI R+2)
- Wisconsin en Tossup (PVI R+2)

Il y a aussi quelques lean et likely mais honnêtement Marc Rubio menacé je serai étonné.

Ma question : y-a-t-il un seul siège que les démocrates pourraient gagner en + ? Je n'ai pas l'impression (et conserver leurs sièges semble déjàrait déjà une folle victoire).

Ici un thread de Mathieu Gallard plutôt intéressant expliquant les causes des défaites quasi systématiques du parti présidentiel aux mid-tems (3 exceptions sur 40 depuis 1862 : 1934, 1998 et 2002) https://twitter.com/mathieugallard/status/1058661797262249985
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8148
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Re: Elections américaines des midterms 2022

Messagede jean24 » Ven 5 Nov 2021 19:34

Eco92 a écrit:Je regarde un peu les sièges sénatoriaux ouverts, comme je ne suis pas spécialistes j'attends vos commentaires.

Je vois qu'il y a eu 35 élections car il y avait deux partielles, j'en déduis donc qu'en temps normal on a 33 sièges renouvelés ?

Il y avait eu 20 républicains élus (-3) et 15 démocrates (+3).

33 sièges sont en jeux cette fois dont des très surs républicains et démocrates. Forcément les démocrates risquent plus gros puisqu'ils ont déjà une "majorité" qui n'est qu'à un siège.

Alors un certains nombre de sièges sont risqués j'imagine, selon les sondages voici les sièges ouverts tenus par des démocrates :
- Arizona en Tossup (PVI R+3)
- Georgie en Tossup (PVI R+3)
- Nevada en Tossup (PVI =)

J'ai du mal à imaginer les républicains être menacés dans le contexte mais ceux-ci sont aussi balancés :
- Pennsylvannie en Tossup (PVI R+2)
- Wisconsin en Tossup (PVI R+2)

Il y a aussi quelques lean et likely mais honnêtement Marc Rubio menacé je serai étonné.

Ma question : y-a-t-il un seul siège que les démocrates pourraient gagner en + ? Je n'ai pas l'impression (et conserver leurs sièges semble déjàrait déjà une folle victoire).

Ici un thread de Mathieu Gallard plutôt intéressant expliquant les causes des défaites quasi systématiques du parti présidentiel aux mid-tems (3 exceptions sur 40 depuis 1862 : 1934, 1998 et 2002) https://twitter.com/mathieugallard/status/1058661797262249985

En 2022, il y aura 34 sièges à renouveler puisqu'il s'agit de la classe 3, les classes 1 et 2 quand à elles comptent chacune 33 sénateurs.

En 2022, je n'ai pas très bien compris si il y aura une partielle pour la fin du mandat d'Alex Padilla (qui a remplacé Kamala Harris). Je crois, si j'ai bien compris, qu'il y aura deux élections le même jour, une pour déterminer qui sera le sénateur jusqu'au 03 janvier 2023 (jour d'intronisation des élus au congrès) et l'autre pour déterminer le remplaçant à partir de cette date.

En 2022, globalement vous avez mis les doigts sur les principaux sièges à enjeu. Personnellement j'en rajouterai deux : la Caroline du Nord (actuellement détenue par un républicain) et le New-Hampshire (détenu par une démocrate). Pour ce dernier siège cela dépend du populaire gouverneur républicain Chris Sununu s'il se présente ou non. Si il se présente, l'élection de son successeur sera très intéressante, surtout si l'ancienne sénatrice républicaine Kelly Ayotte se présente. Actuellement ce sont les rumeurs qui courent aux Etats-Unis, il ne reste plus qu'à attendre. Il y a aussi d'autres rumeurs sur des gouverneurs qui se présenteront ou non, notamment Ducey en Arizona, qui avait renoncé mais dont Scott vient de dire qu'il envisage désormais de courir. Il y a aussi Larry Hogan dans le Maryland, mais ici il ne faut pas oublier qu'un gouverneur très populaire ne fait pas toujours une bonne campagne sénatoriale.

Pour revenir sur les sièges républicains du Wisconsin et de Pennsylvanie, les démocrates ont la même faiblesse dans le Wisconsin que les républicains en Pennsylvanie : ils n'ont pas de bons candidats. Ce qui parait bizarre, puisque le sénateur Johnson n'est pas forcément populaire et a quelques polémiques à son actif, et en Pennsylvanie les républicains arrivent à y gagner des élections à l'échelle de tout l'Etat, notamment les postes de trésorier et d'auditeur général en 2020 (alors que les démocrates gagnaient en même temps les 20 grands électeurs de l'Etat et le poste d'avocat général) et mardi ils ont conservés leur siège à la cour suprême.

Pour répondre à votre question, les démocrates, comme écrit un peu plus haut, peuvent donc faire basculer le siège de Caroline Du Nord. Surtout depuis l'annonce de la candidature de l'ancienne juge à la cour suprême de l'Etat Cheri Beasley battu de seulement 400 voix en 2020. Mais c'est peu probable, notamment parce que cette candidate entre dans une primaire bondée et les démocrates n'y ont gagné que le poste de gouverneur en 2020 (celui ci était très populaire à ce moment là ce qui explique cet exploit) alors que d'autres démocrates, notamment Joe Biden face à Trump, le rival du sénateur impopulaire Thom Tillis, Cal Cunningham et des juges sortants à la cour suprême. Avec le contexte actuel cela reste dans le champ du possible mais il faudrait un bon alignement des planètes pour faire un exploit pareil.

Personnellement, je pense qu'il est très probable que le sénat repasse chez les républicains, mais il reste un an de campagne et beaucoup d'eau peut encore couler sous les ponts.
jean24
 
Messages: 703
Inscription: Mar 26 Aoû 2014 12:05

Re: Elections américaines des midterms 2022

Messagede Corondar » Sam 6 Nov 2021 15:20

jean24 a écrit:Personnellement, je pense qu'il est très probable que le sénat repasse chez les républicains, mais il reste un an de campagne et beaucoup d'eau peut encore couler sous les ponts.


C'est à mon avis le point principal à retenir : c'est encore un peu tôt pour être catégorique dans les pronos. L'élection a lieu dans un an : impossible de savoir d'ici là ce que sera le niveau d(e) (im)popularité de Biden et des démocrates, leur bilan, la situation économique et sociale à ce moment là...
Plus important encore, qui seront les candidats victorieux des primaires dans chaque camp, et comment se dérouleront les primaires. D'ici là, cela n'empêche pas quelques remarques et analyses en effet :).

jean24 a écrit:Personnellement j'en rajouterai deux : la Caroline du Nord (actuellement détenue par un républicain) et le New-Hampshire (détenu par une démocrate). Pour ce dernier siège cela dépend du populaire gouverneur républicain Chris Sununu s'il se présente ou non. Si il se présente, l'élection de son successeur sera très intéressante, surtout si l'ancienne sénatrice républicaine Kelly Ayote se présente. Actuellement ce sont les rumeurs qui courent aux Etats-Unis, il ne reste plus qu'à attendre. Il y a aussi d'autres rumeurs sur des gouverneurs qui se présenteront ou non, notamment Ducey en Arizona, qui avait renoncé mais dont Scott vient de dire qu'il envisage désormais de courir. Il y a aussi Larry Hogan dans le Maryland, mais ici il ne faut pas oublier qu'un gouverneur très populaire ne fait pas toujours une bonne campagne sénatoriale.

Pour revenir sur les sièges républicains du Wisconsin et de Pennsylvanie, les démocrates ont la même faiblesse dans le Wisconsin que les républicains en Pennsylvanie : ils n'ont pas de bons candidats. Ce qui parait bizarre, puisque le sénateur Johnson n'est pas forcément populaire et a quelques polémiques à son actif, et en Pennsylvanie les républicains arrivent à y gagner des élections à l'échelle de tout l'Etat, notamment les postes de trésorier et d'auditeur général en 2020 (alors que les démocrates gagnaient en même temps les 20 grands électeurs de l'Etat et le poste d'avocat général) et mardi ils ont conservés leur siège à la cour suprême.


En Caroline du Nord, il y a également beaucoup de candidats sur les rangs côté républicains. Dans cet état, les primaires s'annoncent potentiellement disputées des deux côtés. Il faudra voir qui sort du chapeau de chaque côté, et dans quel état.
Si les républicains ont dans cet état un très léger avantage, c'est vraiment très léger. Les écarts en voix y sont désormais toujours très faibles.
Pour le New Hampshire, si Sununu y va, on aura je pense un combat homérique entre le gouverneur républicain sortant ultra populaire et la sortante démocrate Hassan. Je n'enterrerai pas cette dernière pour autant (elle avait déjà réussi l'exploit de battre la sortante républicaine en 2016, dans un contexte pas forcément ultra porteur pour les démocrates dans cet état), elle est elle aussi une ancienne gouverneure populaire et aurait l'avantage du statut de sortant, dans un état où cela compte beaucoup (moins l'état est peuplé, plus le statut de sortant pèse). Si Sununu n'y va pas, je pense qu'Hassan serait nettement moins en danger.
Pour l'Arizona, je suis nettement moins enclin à penser que Ducey serait un bon candidat que vous je pense, pour une raison simple : à mon avis il n'est pas certain qu'il l'emporterait sur les primaires républicaines, et il le sait. Dans cet état c'est comme pour la Géorgie : les trumpistes ont pris la main en interne (de très peu en Arizona, où ça s'est joué à rien sur les dernières élections internes du GOP), et ils en veulent beaucoup aux gouverneurs en place, Ducey en Arizona, et Kemp en Géorgie. Ducey pourrait très bien perdre les primaires face à un candidat plus trumpiste, ou les gagner de peu et devenir l'homme à abattre pour les trumpistes sur la générale. Pareil pour Kemp en Géorgie, qui lui peut se représenter pour un second mandat de gouverneur.
Et je vous rejoins : autant sur les postes de gouverneur on peut voir des victoires contraires au penchant politique d'un état (les gouverneurs républicains du nord-est, les gouverneurs démocrates du Kentucky, du Kansas et de la Louisiane), sur des sénatoriales c'est tout de même l'étiquette politique qui prédomine. Sur une sénatoriale dans le Maryland, même si Hogan y allait, il aurait fort à faire pour basculer le siège (Bullock a tenté au Montana en 2020, il a échoué).

Pour le Wisconsin, côté démocrates, tout le monde attend de connaitre le choix du sortant républicain avant de se lancer ou non sur les primaires : affronter un sortant ou tenter un siège ouvert c'est très différent sur une générale. Une fois que Johnson aura clarifié son choix (je pense qu'il va tenter de se présenter), les candidatures démocrates afflueront. Reste à voir qui les démocrates choisiront ? Johnson étant, je vous rejoins, sur le papier un sortant potentiellement jouable (plus qu'un Rubio en Floride par exemple), puisqu'il n'est pas très populaire, et qu'il a beaucoup de mal à s'extirper de son rôle et de ses positions lors de l'assaut du 06 janvier contre le Capitole.
Pour la Pennsylvanie, on ne peut que constater que côté républicains ça ne se bouscule pas, aussi pour le poste de sénateur que celui de gouverneur, là où côté démocrates on aura du lourd, que ce soit Fetterman ou Lamb qui soit candidat pour la sénatoriale (je pense que Fetterman remportera l'investiture ?).
Pour la Géorgie, je suis curieux de voir si Kemp va tenter un second mandat de gouverneur ou pas. Du côté démocrates, la candidature de Stacey Abrams, bien que non officielle, coule de source. Pour la sénatoriale on aura le choc Warnock (sénateur démocrate sortant) - Walker (ex star de football US). Ce dernier a plus ou moins été imposé par le soutien de Trump à sa candidature, mais on sent que beaucoup de républicains (en Géorgie et à DC) le soutiennent à contre cœur. Il est très mauvais orateur, a quelques casseroles qui font la une (sa femme avait obtenu plusieurs restrictions contre lui pour violences conjugales, il est domicilié au Texas et pas en Géorgie pour l'heure...). Ses atouts : il est très connu (pas plus que Warnock) et il lève beaucoup de fonds (pas plus que Warnock). C'est sa première candidature, et il devrait ne pas être testé par les primaires du coup. La générale sera à priori son test grandeur nature. Faudra voir ce que ça donnera. De toute façon, en Géorgie, il y aura peut-être run-off :). Mais je pense que dans cet état là, les démocrates peuvent peut-être espérer un peu du juggernaut Abrams (c'est une machine à mobiliser et à faire campagne) et des divisions républicaines ?
Je compte revenir dans le sujet sur la vie politique américaine sur toutes les élections de la semaine dans le courant du week-end, car il y en avait beaucoup et qu'il y a beaucoup à dire. Mais je ne suis pas certain que tout cela ait un impact majeur sur les futures midterms ?
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 4951
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: Elections américaines des midterms 2022

Messagede PhB » Sam 6 Nov 2021 17:09

Merci pour ces analyses comme toujours très complètes et très éclairantes. J'ai un petit manque de vocabulaire pour tout bien comprendre : que signifient les expressions run-off et juggernaut ?
PhB
 
Messages: 1926
Inscription: Ven 26 Aoû 2011 22:32
Localisation: Planète Terre

Re: Elections américaines des midterms 2022

Messagede Corondar » Sam 6 Nov 2021 17:29

PhB a écrit:Merci pour ces analyses comme toujours très complètes et très éclairantes. J'ai un petit manque de vocabulaire pour tout bien comprendre : que signifient les expressions run-off et juggernaut ?


Alors, le run-off c'est une sorte de second tour, mais à l'américaine. Certains états (Géorgie, Californie, Louisiane, Alaska...) organisent un système de jungle primary, premier tour géant où tout le monde peut se présenter simultanément (y compris plusieurs candidats d'un même parti). Pour être élu sur ce "premier tour", le candidat en tête doit obtenir la majorité absolue généralement. Si ce n'est pas le cas il y a alors "second tour" (run-off en anglais) : on repêche les 2 candidats arrivés en tête du "premier tour" (indépendamment de leur étiquette, ce peut être 2 démocrates ou 2 républicains), qui s'affronteront lors du "second tour".
La difficulté, c'est qu'il y a des variations selon les états qui pratiquent ce système sur les modalités du scrutin :
1) en Californie et en Louisiane, la jungle primary se passe plusieurs semaines ou mois avant le scrutin général, qui fera office de run-off entre les 2 candidats arrivés en tête. Mais en Louisiane, si un candidat dépasse les 50% plus une voix sur la jungle primary, il est élu, et il n'y aura pas run-off. En Californie, même si le candidat dépasse les 50% plus une voix, il devra tout de même affronter un run-off sur la générale face au second.
2) en Géorgie, c'est l'élection générale qui fait office de jungle primary. Si le candidat en tête obtient la majorité absolue, il est élu. Si non, alors il y a run-off entre les 2 candidats de tête plusieurs mois plus tard. C'est ce qui s'est passé lors des deux sénatoriales de Géorgie en 2020 qui se tenaient le même jour que la présidentielle : aussi bien sur la sénatoriale normale que la spéciale, aucun candidat n'a eu la majorité absolue. Il y a donc eu run-off début janvier 2021 entre Warnock et Loeffler d'un côté, et Ossoff et Perdue de l'autre pour les départager. Les 2 démocrates l'ont emporté à cette occasion.
3) en Alaska, c'est assez original, ils nous ont sorti un tout nouveau système hybride qui sera testé pour la première fois sur les midterms 2022. Il y aura une jungle primary plusieurs mois avant la générale, les 4 candidats arrivés en tête sont repêchés pour la générale. Lors de la générale, les électeurs d'Alaska seront invités à voter pour ces 4 candidats sur un système à l'irlandaise, par rang de préférence.

Pour le terme "juggernaut", c'est en effet un terme angliciste (dérivé du sanscrit, mais qui se retrouve en français où son utilisation est autorisée il me semble ?) qui désigne de manière métaphorique une force inarrêtable, qui écrase tout sur son passage (c'est un terme que j'ai découvert en lisant les comics X-Men, un superhéros de cette série s'appelant ainsi :) ).
En désignant ainsi Stacey Abrams, je signalais qu'on avait affaire avec elle à une bête de campagne redoutable, qui s'est montrée incroyablement efficace depuis au moins 3 ou 4 ans pour mobiliser les électeurs démocrates en Géorgie (les faire s'inscrire et les faire voter surtout), tout en contrant les tentatives républicaines pour limiter l'expression du droit de vote (surtout des minorités) dans cet état. Je pense que la victoire de Biden sur la présidentielle et des 2 sénateurs démocrates sur les sénatoriales lui doivent beaucoup. Et je ne doute pas qu'elle va mettre de nouveau la machine en marche pour essayer de se faire élire gouverneure de Géorgie (victoire qui lui a échappé de peu en 2018 : moins de 60 000 voix d'écart, avec un candidat républicain qui avait très énergiquement fait le toilettage des listes électorales, puisqu'il était le chef des élections en tant que secrétaire d'état à cette époque).
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 4951
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: Elections américaines des midterms 2022

Messagede jean24 » Sam 6 Nov 2021 19:51

Corondar a écrit:En Caroline du Nord, il y a également beaucoup de candidats sur les rangs côté républicains. Dans cet état, les primaires s'annoncent potentiellement disputées des deux côtés. Il faudra voir qui sort du chapeau de chaque côté, et dans quel état.
Si les républicains ont dans cet état un très léger avantage, c'est vraiment très léger. Les écarts en voix y sont désormais toujours très faibles.
Pour le New Hampshire, si Sununu y va, on aura je pense un combat homérique entre le gouverneur républicain sortant ultra populaire et la sortante démocrate Hassan. Je n'enterrerai pas cette dernière pour autant (elle avait déjà réussi l'exploit de battre la sortante républicaine en 2016, dans un contexte pas forcément ultra porteur pour les démocrates dans cet état), elle est elle aussi une ancienne gouverneure populaire et aurait l'avantage du statut de sortant, dans un état où cela compte beaucoup (moins l'état est peuplé, plus le statut de sortant pèse). Si Sununu n'y va pas, je pense qu'Hassan serait nettement moins en danger.
Pour l'Arizona, je suis nettement moins enclin à penser que Ducey serait un bon candidat que vous je pense, pour une raison simple : à mon avis il n'est pas certain qu'il l'emporterait sur les primaires républicaines, et il le sait. Dans cet état c'est comme pour la Géorgie : les trumpistes ont pris la main en interne (de très peu en Arizona, où ça s'est joué à rien sur les dernières élections internes du GOP), et ils en veulent beaucoup aux gouverneurs en place, Ducey en Arizona, et Kemp en Géorgie. Ducey pourrait très bien perdre les primaires face à un candidat plus trumpiste, ou les gagner de peu et devenir l'homme à abattre pour les trumpistes sur la générale. Pareil pour Kemp en Géorgie, qui lui peut se représenter pour un second mandat de gouverneur.
Et je vous rejoins : autant sur les postes de gouverneur on peut voir des victoires contraires au penchant politique d'un état (les gouverneurs républicains du nord-est, les gouverneurs démocrates du Kentucky, du Kansas et de la Louisiane), sur des sénatoriales c'est tout de même l'étiquette politique qui prédomine. Sur une sénatoriale dans le Maryland, même si Hogan y allait, il aurait fort à faire pour basculer le siège (Bullock a tenté au Montana en 2020, il a échoué).

Pour le Wisconsin, côté démocrates, tout le monde attend de connaitre le choix du sortant républicain avant de se lancer ou non sur les primaires : affronter un sortant ou tenter un siège ouvert c'est très différent sur une générale. Une fois que Johnson aura clarifié son choix (je pense qu'il va tenter de se présenter), les candidatures démocrates afflueront. Reste à voir qui les démocrates choisiront ? Johnson étant, je vous rejoins, sur le papier un sortant potentiellement jouable (plus qu'un Rubio en Floride par exemple), puisqu'il n'est pas très populaire, et qu'il a beaucoup de mal à s'extirper de son rôle et de ses positions lors de l'assaut du 06 janvier contre le Capitole.
Pour la Pennsylvanie, on ne peut que constater que côté républicains ça ne se bouscule pas, aussi pour le poste de sénateur que celui de gouverneur, là où côté démocrates on aura du lourd, que ce soit Fetterman ou Lamb qui soit candidat pour la sénatoriale (je pense que Fetterman remportera l'investiture ?).
Pour la Géorgie, je suis curieux de voir si Kemp va tenter un second mandat de gouverneur ou pas. Du côté démocrates, la candidature de Stacey Abrams, bien que non officielle, coule de source. Pour la sénatoriale on aura le choc Warnock (sénateur démocrate sortant) - Walker (ex star de football US). Ce dernier a plus ou moins été imposé par le soutien de Trump à sa candidature, mais on sent que beaucoup de républicains (en Géorgie et à DC) le soutiennent à contre cœur. Il est très mauvais orateur, a quelques casseroles qui font la une (sa femme avait obtenu plusieurs restrictions contre lui pour violences conjugales, il est domicilié au Texas et pas en Géorgie pour l'heure...). Ses atouts : il est très connu (pas plus que Warnock) et il lève beaucoup de fonds (pas plus que Warnock). C'est sa première candidature, et il devrait ne pas être testé par les primaires du coup. La générale sera à priori son test grandeur nature. Faudra voir ce que ça donnera. De toute façon, en Géorgie, il y aura peut-être run-off :). Mais je pense que dans cet état là, les démocrates peuvent peut-être espérer un peu du juggernaut Abrams (c'est une machine à mobiliser et à faire campagne) et des divisions républicaines ?
Je compte revenir dans le sujet sur la vie politique américaine sur toutes les élections de la semaine dans le courant du week-end, car il y en avait beaucoup et qu'il y a beaucoup à dire. Mais je ne suis pas certain que tout cela ait un impact majeur sur les futures midterms ?

Juste quelques petites remarques :
- la première je n'ai jamais dis que Ducey serait un bon ou un mauvais candidat... Juste que Scott vient de relancer les rumeurs de sa candidature. Je n'ai pas donné mon avis sur cette candidature ni en bien ni en mauvais. Ducey et Kelly ont d'après le sondage Highground la même popularité à 42%. Kirk Adams serait pour moi un très bon candidat mais il est peu probable qu'il se présente.

- Les sondages sont excellents pour Sununu s'ils se présentent, autant il est vrai qu'un gouverneur républicain dans le Maryland a peu de chances de gagner, autant un gouverneur républicain populaire dans le New-Hampshire je peux y miser une pièce... à la fin de la campagne et avant l'élection. Oui ce sera une campagne d'arrache pied et si Sununu se présente ce sera pour moi un des meilleurs candidats républicains pour ces midterms, si il ne se présente pas, la démocrate Hassan sera certainement réélue.

- En Caroline Du Nord, peut être que les écarts en voix y sont toujours très faibles, mais presque toujours pour le GOP :
- les présidentielles et les sénatoriales pour le GOP
- pour le gouverneur, une victoire pour les démocrates de 10000 voix en 2016, reconduction du sortant populaire en 2020 face à un candidat républicain faible et sous financé et dans un contexte morose pour le GOP
- l'avocat général est démocrate depuis 1975, et réélu de seulement 0,2% en 2020, le lieutenant gouverneur est républicain depuis 2013
- gain d'un siège à la cour suprême pour les démocrates en 2016 (dans la dernière élection non partisane pour ce genre de poste), en même temps que de deux pertes à la cour d'appel
- suivies en 2018 d'un autre gain à la cour suprême de moins de 50% des voix face à deux républicains, d'une reconduction d'un sortant à la cour d'appel, d'une autre victoire à la cour d'appel à moins de 50% des voix face à deux autres républicains et d'une dernière victoire à moins de 50% des voix
- en 2020, une victoire républicaine sur une sortante démocrate à 400 voix, accompagnée de sept autres victoire républicaines à plus de 50% des voix et de de plus de deux points d'écarts. ce qui fait cinq bascules des démocrates vers les républicains sur 8 élections judiciaires, ça fait un peu beaucoup non ?
Que chacun se fasse son idée, mais en 2022 avec les démocrates à la maison blanche qui sont incapables de garder un siège en Virginie alors que le candidat républicain était un illustre inconnu il y a un an, que le GOP n'y avait rien gagné depuis 2009 et que le démocrate était un ancien gouverneur avec une reconnaissance bien établie ! Ils ne partent pas comme favoris d'après moi. Que chacun se fasse son idée mais la Caroline Du Nord a peut être de faibles marges, mais c'est comme pour le Nevada avec les démocrates, c'est souvent pour le même parti.

- Je n'ai aucune idée pour la primaire démocrate en Pennsylvanie, les deux me semblent de bons candidats représentant chacun un courant différent de leur parti mais la campagne sera longue et sans doute violente. Les républicains auront peut être un candidat consensuel sur le modèle de Youngkin en la personne de David McCormick, qui pourrait s'autofinancer, mais rien n'est encore fait et ce ne sont encore que des rumeurs.

- Quelque chose d'ironique en Géorgie : il n'y a que deux sondages qui ont testés Warnock face à Walker, l'un républicain donnant Walker à 48% et Warnock à 46%, l'autre démocrate donnant 48% à Warnock et 46% à Walker. Autant en 2020 les dossiers de Warnock étaient restés sous le tapis (violences conjugales avec des appels à la police, des accusations de lui avoir roulé sur le pieds en voiture et une vidéo où l'on voit la femme de Warnock en pleur devant les forces de l'ordre suite à un de ces appels [pour moi c'est bien plus grave que les accusations d'harcèlement contre Kavanaugh, mais je laisse les soutiens "féministes" de Warnock avec leurs consciences], accueil et propos bienveillant envers Castro, déclarations disant qu'on ne peut servir Dieu et l'armée, etc.) autant en midterms, je pense que ça va ressortir et bien sortir. Et puis Kemp avait un peu le profil d'ancien ségrégationniste s'étant acheté une conduite, si il fallait coller cette image à Walker, je ne suis pas sur que ça prenne...

- Laxalt le favori républicain pour le Nevada en 2022, me semble un candidat sénatoriale très (trop ?) faible.
jean24
 
Messages: 703
Inscription: Mar 26 Aoû 2014 12:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique dans le monde

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Ecrire un discours - Manuel pratique à l'usage de l'élu local ou de sa plume

Alexandra Fresse

Le discours est un exercice récurrent, voire quotidien, des élus. De l'inauguration au discours de campagne, écrire un discours demande à la fois rigueur et imagination. De la rigueur dans la forme, de...

Découvrir l'ouvrage

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité