Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Ce forum permet de réagir sur tous les évènements politiques qui ne concernent ni la France ni l'Europe. Exprimez-vous sur les élections, décisions ou nominations dans le reste du monde.

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede Corondar » Sam 9 Jan 2021 20:01

Je profite de ce topic également pour souligner à nouveau à mon sens "le" véritable exploit électoral de cette séquence 2020-2021 au sein des élections pour le Congrès (Chambre et Sénat confondus) : la réélection de Susan Collins en tant que sénatrice républicaine du Maine.
Cette dernière est la seule candidate sénatoriale sur les 2 dernières élections présidentielles à avoir réussi à emporter sa sénatoriale en ayant une appartenance politique contraire à celle du candidat qui remportait la présidentielle dans son état.
Sur près de 70 élections sénatoriales concomitantes avec les présidentielles de 2016 et 2020, elle est la seule. Dans tous les autres cas, en 2016 et 2020, les états ont toujours voté pour le même parti à la présidentielle et au Sénat. Et, du coup, même si c'est un peu plus sujet à caution étant donné que les run-off ne se tenaient pas en même temps que la générale, on peut éventuellement se dire que la Géorgie a aussi respecté cette "règle", en choisissant Biden à la présidentielle et en élisant deux sénateurs démocrates dans la foulée. Il parait que chaque règle doit avoir une exception, cette exception a donc un nom, Susan Collins.
Et ce qui est encore plus à souligner c'est que, tout comme Biden empoche assez facilement le Maine au niveau de l'état dans son ensemble (plus de 9 points d'avance sur Trump, pas loin de 75 000 voix d'écart), Collins en fait de même de son côté (8.6 points d'avance sur Gideon, 70 000 voix d'écart).
Il y a de cela quelque temps, un contributeur du forum affirmait que les RINO ne pesaient rien et ne servaient à rien pour le GOP, à part être des traîtres à la ligne majoritaire du parti (aujourd'hui je serais bien en peine d'affirmer qu'il existe une ligne réellement majoritaire au sein du parti républicain). Avec Collins et une majorité sénatoriale qui se joue au final à pas grand chose, on a la réponse : des élus RINO ça peut parfois être très utile pour le GOP...
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 3799
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede Jean-Philippe » Mar 12 Jan 2021 14:09

Je viens de regarder les âges des élus de la chambre élue en novembre (2 sièges sont vacants) : on compte déjà 11 octogénaires (dont 9 démocrates), 16 membres de 75 à 80 ans, 19 de 35 à 40 ans et 12 de moins de 35 ans.
https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_c ... sentatives

D'autres chiffres intéressants doivent être trouvables ici ou là, mais je pense que l'on doit être face à l'une des Chambres dont la moyenne d'âge est la plus importante de l'histoire américaine (en partie grâce à l'augmentation de l'espérance de vie).
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 9176
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede pmf » Mar 12 Jan 2021 16:02

Je trouve que le précédent message est, de mon point de vue, très intéressant, eu égard aux éléments d'ordre statistique qu'il nous apporte et il est également fort pertinent car il témoigne effectivement d'un vieillissement des élus Confédéraux des Etats-Unis d'Amérique.

Il serait intéressant que nous puissions lire sur le forum un état complet de la démographie des élus Confédéraux, même si l'élaboration d'un tel document statistique et démographique n'est pas sans être consommateur de temps de travail de recherche et de classements statistiques.

Pour ce faire, nous pourrions nous interroger sur l'existence d'études statistiques en la matière élaborées aux États-Unis d'Amérique, un Pays qui dispose de puissants calculateurs ainsi que de nombreux chercheurs en sciences humaines, dont certains peuvent être des Doctorants ou des Post Doctorants de nationalité française ou des francophones, et pourquoi pas un Américain de Louisiane de langue maternelle française mais je m'égare en pensant à Lafayette.
pmf
 
Messages: 2780
Inscription: Mer 2 Déc 2015 18:56

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede jojomarg » Mar 12 Jan 2021 18:16

En effet, le vieillissement des parlementaires américains est un phénomène remarquable qui ne s'explique qu'en partie par la hausse de l'espérance de vie. Alors que depuis 1980, les Américains ont gagné 4 ans d'espérance de vie (74 à 78 ans), l'âge moyen de leurs élus au Congrès a augmenté de 11 ans (49 à 60 ans).

L'âge moyen des représentants est ainsi de 59 ans et celui des sénateurs s'élève à 64 ans.

Senat2021.png
Répartition des sénateurs américains par âge (2021).

House2021.png
Répartition des représentants américains par âge (2021).


Si la présence d'hommes et de femmes politiques âgés voire très âgés peut être une source de stabilité politique, elle se transforme en problème lorsque ces élus à l'âge vénérable monopolisent les principales fonctions du Congrès.

Ce monopole est particulièrement visible chez les démocrates :
- Nancy Pelosi, présidente démocrate de la Chambre des représentants, a 80 ans ;
- Steny Hoyer, leader de la majorité démocrate à la Chambre, a 81 ans ;
- James Clyburn, whip de la majorité démocrate à la Chambre, a 80 ans ;
- Chuck Schumer, leader de la minorité démocrate au Sénat, a 70 ans ;
- Dick Durbin, whip de la minorité démocrate au Sénat, a 76 ans.

Au contraire, chez les républicains, les âges des leaders sont plus diversifiés :
- Kevin McCarthy, leader de la minorité républicaine à la Chambre, a 55 ans ;
- Steve Scalise, whip de la minorité républicaine à la Chambre, a 55 ans ;
- Mitch McConnell, leader de la majorité républicaine au Sénat, a 78 ans ;
- John Thune, whip de la majorité républicaine au Sénat, a 60 ans.
jojomarg
 
Messages: 134
Inscription: Jeu 9 Fév 2017 19:25

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede Corondar » Mar 12 Jan 2021 19:17

Sur le vieillissement moyen des parlementaires américains, je pense que le gerrymandering joue un rôle majeur aussi.
Désormais 75 à 80% des districts à la Chambre sont des forteresses imperdables pour un camp ou pour l'autre. Une fois qu'un homme ou une femme politique a réussi à se faire élire une fois dans un de ces districts, il ou elle devient quasi indéboulonnable, sauf à le ou la battre sur les primaires, mais les élections générales sont des formalités. Une fois que l'élu(e) s'est assuré(e) de tout faire pour ne pas perdre le soutien de la base, il ou elle peut espérer rester représentant de la Chambre très longtemps.
Ce qui est assez ironique d'ailleurs, car c'est clairement une grosse entorse à l'esprit des pères fondateurs lorsqu'ils ont pensé les assemblées. Pour eux, le mandat de représentant était court (2 ans), et devait favoriser un renouvellement relativement fréquent au sein de la Chambre basse. En revanche, ils percevaient le Sénat comme une assemblée avec des élus plus stables et âgés.
Ils n'avaient pas anticipé la pratique du gerrymandering qui permettrait à de nombreux représentants d'envisager des carrières aussi longues et pérennes que celles des sénateurs.
D'ailleurs, pour le Sénat, il y a un véritable intérêt pour un sénateur à durer : chaque état distingue un sénateur senior de son sénateur junior. Et les sénateurs seniors sont nettement mieux traités au niveau des commissions que les juniors. A la Chambre, ce qui compte surtout c'est si vous êtes dans la majorité ou dans la minorité. Cette dernière a nettement moins de pouvoir qu'au Sénat.
Enfin, ce serait à vérifier, mais il me semble qu'au niveau de la Chambre, le caucus républicain pratique une rotation des postes au sein du leadership (je crois que les républicains ne peuvent exercer le leadership au delà d'une certaine durée dans leur caucus), alors que ce ne serait pas le cas chez les démocrates ?

Sinon, au niveau des run-offs de Géorgie, on est quasiment sur du définitif, et, si une victoire des démocrates me semblait tout à fait possible, j'aurais pas parié sur des écarts aussi nets. Ossoff finit avec plus de 55 000 voix d'avance sur Perdue, et Warnock plus de 93 000 voix sur Loeffler.
Autre bizarrerie à noter : alors que les sondages ont globalement été assez (voire très) mauvais sur les élections pour le Congrès (nettement plus que sur la présidentielle), ils ont été très précis concernant ces run-offs, qui sont pourtant traditionnellement plus difficiles à appréhender pour les sondeurs que les générales.
Chez FiveThirtyEight, à la veille du scrutin Ossoff était à +1.8 (il finit à +1.2) et Warnock à +2.1 (il finit à +2).
https://projects.fivethirtyeight.com/ge ... ate-polls/
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 3799
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede Ramdams » Jeu 14 Jan 2021 13:12

Corondar a écrit:Sur le vieillissement moyen des parlementaires américains, je pense que le gerrymandering joue un rôle majeur aussi.
Désormais 75 à 80% des districts à la Chambre sont des forteresses imperdables pour un camp ou pour l'autre. Une fois qu'un homme ou une femme politique a réussi à se faire élire une fois dans un de ces districts, il ou elle devient quasi indéboulonnable, sauf à le ou la battre sur les primaires, mais les élections générales sont des formalités. Une fois que l'élu(e) s'est assuré(e) de tout faire pour ne pas perdre le soutien de la base, il ou elle peut espérer rester représentant de la Chambre très longtemps.
Ce qui est assez ironique d'ailleurs, car c'est clairement une grosse entorse à l'esprit des pères fondateurs lorsqu'ils ont pensé les assemblées. Pour eux, le mandat de représentant était court (2 ans), et devait favoriser un renouvellement relativement fréquent au sein de la Chambre basse. En revanche, ils percevaient le Sénat comme une assemblée avec des élus plus stables et âgés.
Ils n'avaient pas anticipé la pratique du gerrymandering qui permettrait à de nombreux représentants d'envisager des carrières aussi longues et pérennes que celles des sénateurs.


Je suis la vie américaine d'assez loin mais je me demande si cette stabilité dans de nombreux districts n'est pas aussi le fait du mandat très court, qui permet à l'élu sortant de garder une visibilité permanente auprès de l'électorat et garder ses militants constamment en alerte, là où en France par exemple il y a une déperdition des militants juste après l'élection, jusqu'à leur retour 5 ans après.
Ramdams
 
Messages: 1131
Inscription: Dim 24 Mar 2013 11:55

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede Corondar » Jeu 14 Jan 2021 19:05

Ramdams a écrit:
Corondar a écrit:Sur le vieillissement moyen des parlementaires américains, je pense que le gerrymandering joue un rôle majeur aussi.
Désormais 75 à 80% des districts à la Chambre sont des forteresses imperdables pour un camp ou pour l'autre. Une fois qu'un homme ou une femme politique a réussi à se faire élire une fois dans un de ces districts, il ou elle devient quasi indéboulonnable, sauf à le ou la battre sur les primaires, mais les élections générales sont des formalités. Une fois que l'élu(e) s'est assuré(e) de tout faire pour ne pas perdre le soutien de la base, il ou elle peut espérer rester représentant de la Chambre très longtemps.
Ce qui est assez ironique d'ailleurs, car c'est clairement une grosse entorse à l'esprit des pères fondateurs lorsqu'ils ont pensé les assemblées. Pour eux, le mandat de représentant était court (2 ans), et devait favoriser un renouvellement relativement fréquent au sein de la Chambre basse. En revanche, ils percevaient le Sénat comme une assemblée avec des élus plus stables et âgés.
Ils n'avaient pas anticipé la pratique du gerrymandering qui permettrait à de nombreux représentants d'envisager des carrières aussi longues et pérennes que celles des sénateurs.


Je suis la vie américaine d'assez loin mais je me demande si cette stabilité dans de nombreux districts n'est pas aussi le fait du mandat très court, qui permet à l'élu sortant de garder une visibilité permanente auprès de l'électorat et garder ses militants constamment en alerte, là où en France par exemple il y a une déperdition des militants juste après l'élection, jusqu'à leur retour 5 ans après.


Il faut être conscient qu'aux USA, c'est de toute façon la campagne permanente, quels que soient les échelons en réalité. Il ne faut pas oublier non plus que les Américains élisent un nombre considérable de personnes : en plus du président, des gouverneurs, des représentants et des sénateurs à Washington, on vote aussi pour les représentants et les sénateurs au niveau des états, pour les shérifs, les procureurs, les conseillers municipaux, dans certains cas les juges, les conseils d'administration scolaire, plus tout un tas de postes au niveau des états (commissaires à l'éducation, à l'agriculture...), et j'en oublie surement quelques uns. Sans oublier que vous pouvez aussi rajouter l'échelon des primaires pour les électeurs qui souhaitent y participer...
Certains états votent en décalé (cet automne on aura notamment les élections locales en Virginie et au New-Jersey) aussi. Bref, la campagne électorale américaine c'est tout le temps, pas seulement pour les représentants.
Enfin, étant donné le nombre exponentiel d'élus divers et variés, il est très fréquent que les électeurs ne connaissent absolument pas le nom de tous ces élus. De plus en plus d'électeurs votent uniquement en fonction de l'étiquette politique que vous trouvez juste derrière le nom du candidat, le fameux (R) ou (D). Même pour le représentant de district à la Chambre fédérale, à moins que votre élu ne soit une figure nationale (Pelosi, AOC, McCarthy, Gaetz, Jordan...), il est assez fréquent que l'électeur soit incapable de vous donner son nom, il saura en revanche plus souvent vous dire si c'est un républicain ou un démocrate. Seuls les gouverneurs et les sénateurs fédéraux ont une visibilité plus grande (et le président évidemment).
Au niveau de la base militante en revanche la mobilisation est en effet beaucoup plus prégnante. Trop à mon sens d'ailleurs. Etre un militant actif d'un parti américain est une tâche exténuante et qui requière énormément d'investissement en temps et en énergie. Vous êtes en campagne permanente, avec un gros travail de terrain et des réunions en tout genre. D'autant que le système politique américain est très friand de collecte d'informations personnelles (adresse, mail, numéro de téléphone, histoire de pouvoir relancer le sympathisant quant aux collectes de fonds et aux opérations de votes).
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 3799
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede Corondar » Lun 18 Jan 2021 18:41

Comme prévu (c'est pas comme si elle avait le choix :) ), Kamala Harris démissionne de son poste de sénatrice de Californie. Il semblerait que sa présence soit requise ce mercredi pour prêter un serment afin de servir auprès d'une autre fonction élective...
Le gouverneur du Golden State avait déjà fait savoir qu'il nommait Alex Padilla, secrétaire d'état de Californie, comme remplaçant pour terminer le mandat (qui sera à renouveler en 2022, à son terme normal).
Padilla étant relativement jeune (47 ans), et la Californie étant désormais ce qu'elle est, il est très probable que ce dernier commence là une fort longue carrière sénatoriale. Il est le premier sénateur latino de l'état, et l'autre siège étant actuellement occupé par Diane Feinstein (87 ans, assurément son dernier mandat), il peut même espérer devenir le sénateur senior à moyen terme.
https://edition.cnn.com/2021/01/18/poli ... index.html
Techniquement tout un tas de démocrates vont pouvoir lui contester l'investiture en 2022 lors de la jungle primary, mais étant donné le poids politique de Padilla et son implantation (il est issu de la zone de Los Angeles, ce qui est plutôt rare chez les sénateurs démocrates californiens ces derniers temps, et il est très apprécié par les syndicats locaux), il ne devrait pas avoir trop de mal à être (ré)élu en 2022. Le seul démocrate californien qui aurait pu représenter un danger pour lui était Xavier Becerra, l'actuel attorney general de l'état, mais comme il est bien parti pour être le futur secrétaire à la santé de Biden, il aura vraisemblablement d'autres chats à fouetter d'ici à 2022...
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 3799
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede Corondar » Jeu 21 Jan 2021 00:06

3 nouveaux sénateurs démocrates ont donc rejoint aujourd'hui les bancs de la haute assemblée américaine : 2 élus (Warnock et Ossoff pour la Géorgie) et 1 nommé (Padilla pour la Californie). Ossoff entre en fonction pour un mandat plein (jusqu'en 2026), les deux autres pour terminer le mandat en cours (jusque 2022 dans les deux cas).
On notera que les trois ont prêté serment sous les auspices de la nouvelle présidente du Sénat, en sa qualité de vice-présidente, Kamala Harris.
https://abcnews.go.com/Politics/kamala- ... d=75352575
Cela porte donc le nombre de sénateurs démocrates à 50, face à 50 sénateurs républicains. Toujours en sa qualité de vice-présidente, Harris pourra casser les égalités, faisant donc basculer de facto la majorité sénatoriale aux mains des démocrates pour la première fois depuis 2014. Dans la foulée, Chuck Schumer, sénateur de New-York, a été élu nouveau leader de la majorité par le caucus démocrate.
https://thehill.com/homenews/senate/524 ... ity-leader
Il semblerait que ce dernier soit arrivé à un accord avec McConnell (ancien leader de la majorité républicaine, et nouveau leader de la minorité) concernant les commissions (quand il y a un 50/50, la tradition incite la majorité à être moins hégémonique, mais ce n'est en rien une obligation). Signe des temps plus partisans, l'accord serait moins généreux avec la minorité que le précédent accord (en 2001 aussi on avait eu un 50/50 donnant droit à un gentleman agreement). Les démocrates conserveraient la présidence de toutes les commissions (en 2001, elles avaient été partagées équitablement entre les deux caucus, mais le caucus démocrate, minoritaire à l'époque, s'était alors engagé à ne jamais bloquer l'examen d'un projet via une présidence de comité, il semble que cette fois les démocrates n'aient pas eu suffisamment confiance dans les républicains pour respecter un engagement de ce genre), par contre les sièges au sein des commissions sont équitablement partagées entre démocrates et républicains (dans chacune d'entre elles siégera un nombre égal de démocrates et de républicains). Sachant qu'en cas de vote égalitaire au sein d'une commission, McConnell aurait consenti à approuver une modification du règlement interne du Sénat : le texte serait tout de même transmis à la haute assemblée pour un vote plénier. L'accord devrait être soumis au vote du Sénat pour s'appliquer, mais si Schumer et McConnell sont d'accord leurs caucus suivront...
https://edition.cnn.com/2021/01/18/poli ... index.html
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 3799
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Précédente

Retourner vers Politique dans le monde

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Découvrir l'ouvrage

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités