Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Ce forum permet de réagir sur tous les évènements politiques qui ne concernent ni la France ni l'Europe. Exprimez-vous sur les élections, décisions ou nominations dans le reste du monde.

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede jean24 » Mar 26 Jan 2021 08:30

Corondar a écrit:Plus intéressant, le sénateur républicain de l'Ohio, Portman, annonce qu'il ne se représentera pas en 2022. Il met en avant les blocages partisans pour justifier son retrait de la politique. Il est le troisième sénateur républicain dont le mandat sera à renouveler en 2022 qui annonce ne pas se représenter, après Burr en Caroline du Nord et Toomey en Pennsylvanie.
https://edition.cnn.com/2021/01/25/poli ... index.html
Deux autres sénateurs républicains dont le siège sera aussi à renouveler en 2022 n'ont pas encore fait part de leur choix définitif, mais envisageraient également de ne pas se représenter : Johnson du Wisconsin (il avait laissé entendre que ce mandat serait le dernier, mais il ne l'a pas confirmé officiellement) et Grassley d'Iowa (lui c'est son âge qui pose question : il aura 89 ans en 2022).
Bref, il est possible qu'au moins 5 sièges actuellement détenus par des républicains soient ouverts en 2022.

Il y a aussi Richard Shelby de l'Alabama qui doit annoncer bientôt si il se représente (à priori avant fin janvier), il aura 88 ans en 2022.
jean24
 
Messages: 652
Inscription: Mar 26 Aoû 2014 12:05

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede Jean-Philippe » Mar 26 Jan 2021 10:31

Ron Johnson a 65 ans, tout comme Rob Portman et Richard Burr, alors que Toomey n'a "que" 59 ans. Ce sont des âges particulièrement précoces pour renoncer à une réélection au Sénat. La crainte d'une défaite et le peu d'appétance à travailler sous une présidence démocrate et dans un climat politique plus que tendu, notamment à l'intérieur du parti républicain, sont en effet des arguments qui pèsent davantage. Peut-être que des problèmes de santé qui nous sont encore inconnus entrent également en ligne de compte.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 9188
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede Corondar » Mar 26 Jan 2021 13:50

jean24 a écrit:
Corondar a écrit:Plus intéressant, le sénateur républicain de l'Ohio, Portman, annonce qu'il ne se représentera pas en 2022. Il met en avant les blocages partisans pour justifier son retrait de la politique. Il est le troisième sénateur républicain dont le mandat sera à renouveler en 2022 qui annonce ne pas se représenter, après Burr en Caroline du Nord et Toomey en Pennsylvanie.
https://edition.cnn.com/2021/01/25/poli ... index.html
Deux autres sénateurs républicains dont le siège sera aussi à renouveler en 2022 n'ont pas encore fait part de leur choix définitif, mais envisageraient également de ne pas se représenter : Johnson du Wisconsin (il avait laissé entendre que ce mandat serait le dernier, mais il ne l'a pas confirmé officiellement) et Grassley d'Iowa (lui c'est son âge qui pose question : il aura 89 ans en 2022).
Bref, il est possible qu'au moins 5 sièges actuellement détenus par des républicains soient ouverts en 2022.

Il y a aussi Richard Shelby de l'Alabama qui doit annoncer bientôt si il se représente (à priori avant fin janvier), il aura 88 ans en 2022.


Ah oui, j'avais zappé que Shelby était aussi âgé. Après, pour rendre compétitif le siège de l'Alabama il faudra plus qu'un siège ouvert. A moins que les républicains ne renominent Roy Moore comme candidat :).
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 3906
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede jean24 » Mar 26 Jan 2021 14:51

Corondar a écrit:
jean24 a écrit:
Corondar a écrit:Plus intéressant, le sénateur républicain de l'Ohio, Portman, annonce qu'il ne se représentera pas en 2022. Il met en avant les blocages partisans pour justifier son retrait de la politique. Il est le troisième sénateur républicain dont le mandat sera à renouveler en 2022 qui annonce ne pas se représenter, après Burr en Caroline du Nord et Toomey en Pennsylvanie.
https://edition.cnn.com/2021/01/25/poli ... index.html
Deux autres sénateurs républicains dont le siège sera aussi à renouveler en 2022 n'ont pas encore fait part de leur choix définitif, mais envisageraient également de ne pas se représenter : Johnson du Wisconsin (il avait laissé entendre que ce mandat serait le dernier, mais il ne l'a pas confirmé officiellement) et Grassley d'Iowa (lui c'est son âge qui pose question : il aura 89 ans en 2022).
Bref, il est possible qu'au moins 5 sièges actuellement détenus par des républicains soient ouverts en 2022.

Il y a aussi Richard Shelby de l'Alabama qui doit annoncer bientôt si il se représente (à priori avant fin janvier), il aura 88 ans en 2022.


Ah oui, j'avais zappé que Shelby était aussi âgé. Après, pour rendre compétitif le siège de l'Alabama il faudra plus qu'un siège ouvert. A moins que les républicains ne renominent Roy Moore comme candidat :).


Oui mais c'était pour compléter la liste des sénateurs républicains pouvant ne pas se représenter.
Même si c'est un républicain, Shelby est une des membres du GOP les plus bipartisans donc il faudra voir qui sera le successeur mais ça peut quand être un vote de moins pour des textes centristes.

Pour les républicains qui ont déjà annoncés qu'ils renonçaient à l'élection, beaucoup l'ont fait avant la présidentielle, signe qu'ils ne voulaient vraiment pas être réembarqués dans un nouveau mandat même si on ne savait pas encore qui allait remporter la maison blanche ou le sénat. Seul Portman l'a fait après.
Pour Burr, le scandale qu'il a eu en vendant ses actions en bourse juste après avoir reçu un rapport du sénat, a pesé dans sa décision.
jean24
 
Messages: 652
Inscription: Mar 26 Aoû 2014 12:05

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede VincentLP92 » Mar 26 Jan 2021 23:56

Corondar a écrit: Plus intéressant, le sénateur républicain de l'Ohio, Portman, annonce qu'il ne se représentera pas en 2022. (...) Il est le troisième sénateur républicain dont le mandat sera à renouveler en 2022 qui annonce ne pas se représenter, après Burr en Caroline du Nord et Toomey en Pennsylvanie.
Deux autres sénateurs républicains dont le siège sera aussi à renouveler en 2022 n'ont pas encore fait part de leur choix définitif, mais envisageraient également de ne pas se représenter : Johnson du Wisconsin et Grassley d'Iowa.
Bref, il est possible qu'au moins 5 sièges actuellement détenus par des républicains soient ouverts en 2022.


Si on reprend la liste des sièges républicains ouverts en 2022, on a tous remarqué qu'ils sont dans des swing states ou des états qui restent tangents :
  • Ohio : ex-swing state avec désormais un penchant républicain, mais capable d'élire un démocrate sur l'autre siège sénatorial
  • Caroline du Nord : officiellement un swing state vu comment l'avance républicaine y est désormais réduite, et que le gouverneur est démocrate.
  • Pennsylvanie : swing state certes, mais avec un penchant démocrate quand même.
  • Wisconsin : un des états les plus disputés
  • Iowa : un penchant républicain ancien certes, mais des votes parfois serré (cette année à la chambre)
Bref, dans cette liste, que des batailles qui vont être saignantes car les démocrates voit y voir logiquement la possibilité de maintenir leur majorité au sénat (d'autant qu'ils vont remettre en jeu les 2 sièges très fragiles dans des swing state, en Arizona et Géorgie).
Mais un sénateur sortant est toujours beaucoup plus fort (globalement). Et les mid-term ne sont pas forcément mauvaise pour un président (voir celles de 2018 pour Trump). Les défaites démocrates ne sont pas encore écrites, contrairement à ce que prédisent déjà certains contributeurs.
VincentLP92
 
Messages: 212
Inscription: Lun 12 Sep 2011 16:00
Localisation: Nanterre (Hauts-de-Seine)
Messages : 2 (détails)

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede Corondar » Mer 27 Jan 2021 02:34

VincentLP92 a écrit:
Corondar a écrit: Plus intéressant, le sénateur républicain de l'Ohio, Portman, annonce qu'il ne se représentera pas en 2022. (...) Il est le troisième sénateur républicain dont le mandat sera à renouveler en 2022 qui annonce ne pas se représenter, après Burr en Caroline du Nord et Toomey en Pennsylvanie.
Deux autres sénateurs républicains dont le siège sera aussi à renouveler en 2022 n'ont pas encore fait part de leur choix définitif, mais envisageraient également de ne pas se représenter : Johnson du Wisconsin et Grassley d'Iowa.
Bref, il est possible qu'au moins 5 sièges actuellement détenus par des républicains soient ouverts en 2022.


Si on reprend la liste des sièges républicains ouverts en 2022, on a tous remarqué qu'ils sont dans des swing states ou des états qui restent tangents :
  • Ohio : ex-swing state avec désormais un penchant républicain, mais capable d'élire un démocrate sur l'autre siège sénatorial
  • Caroline du Nord : officiellement un swing state vu comment l'avance républicaine y est désormais réduite, et que le gouverneur est démocrate.
  • Pennsylvanie : swing state certes, mais avec un penchant démocrate quand même.
  • Wisconsin : un des états les plus disputés
  • Iowa : un penchant républicain ancien certes, mais des votes parfois serré (cette année à la chambre)
Bref, dans cette liste, que des batailles qui vont être saignantes car les démocrates voit y voir logiquement la possibilité de maintenir leur majorité au sénat (d'autant qu'ils vont remettre en jeu les 2 sièges très fragiles dans des swing state, en Arizona et Géorgie).
Mais un sénateur sortant est toujours beaucoup plus fort (globalement). Et les mid-term ne sont pas forcément mauvaise pour un président (voir celles de 2018 pour Trump). Les défaites démocrates ne sont pas encore écrites, contrairement à ce que prédisent déjà certains contributeurs.


Même si cela me parait tôt pour aller trop loin dans la politique fiction, je pense qu'à l'instant T, les sénateurs démocrates de Géorgie et d'Arizona qui devront se représenter en 2022 peuvent être raisonnablement optimistes : si leur réélection est loin d'être acquise, ils peuvent constater que les partis républicains dans leurs deux états sont dans des situations très complexes, et que la division qui y règne actuellement ne va pas disparaître comme par magie d'ici aux primaires de 2022. Et eux sont certains d'empocher leur réinvestiture sans aucun souci.
Pour les futurs sièges ouverts des républicains je serais nettement plus réservé : dans ces états là cela dépendra grandement de qui seront les candidats démocrates et qui seront les candidats républicains, et à quoi vont ressembler les primaires des uns et des autres. Les sièges de la Pennsylvanie, du Wisconsin et de la Caroline du Nord seront compétitifs. Ceux de l'Ohio et de l'Iowa moins...
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 3906
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede guillaume44 » Mer 3 Fév 2021 20:13

VincentLP92 a écrit:
Corondar a écrit: Plus intéressant, le sénateur républicain de l'Ohio, Portman, annonce qu'il ne se représentera pas en 2022. (...) Il est le troisième sénateur républicain dont le mandat sera à renouveler en 2022 qui annonce ne pas se représenter, après Burr en Caroline du Nord et Toomey en Pennsylvanie.
Deux autres sénateurs républicains dont le siège sera aussi à renouveler en 2022 n'ont pas encore fait part de leur choix définitif, mais envisageraient également de ne pas se représenter : Johnson du Wisconsin et Grassley d'Iowa.
Bref, il est possible qu'au moins 5 sièges actuellement détenus par des républicains soient ouverts en 2022.


Si on reprend la liste des sièges républicains ouverts en 2022, on a tous remarqué qu'ils sont dans des swing states ou des états qui restent tangents :
  • Ohio : ex-swing state avec désormais un penchant républicain, mais capable d'élire un démocrate sur l'autre siège sénatorial
  • Caroline du Nord : officiellement un swing state vu comment l'avance républicaine y est désormais réduite, et que le gouverneur est démocrate.
  • Pennsylvanie : swing state certes, mais avec un penchant démocrate quand même.
  • Wisconsin : un des états les plus disputés
  • Iowa : un penchant républicain ancien certes, mais des votes parfois serré (cette année à la chambre)
Bref, dans cette liste, que des batailles qui vont être saignantes car les démocrates voit y voir logiquement la possibilité de maintenir leur majorité au sénat (d'autant qu'ils vont remettre en jeu les 2 sièges très fragiles dans des swing state, en Arizona et Géorgie).
Mais un sénateur sortant est toujours beaucoup plus fort (globalement). Et les mid-term ne sont pas forcément mauvaise pour un président (voir celles de 2018 pour Trump). Les défaites démocrates ne sont pas encore écrites, contrairement à ce que prédisent déjà certains contributeurs.


Une défaite démocrate au Sénat en 2022 est loin d'être écrite qu'à l'instar de Trump en 2018, ils auront une carte électorale favorable car les républicains défendront 20 sièges contre 14 pour les démocrates.
Je vous rejoins sur les sièges que peuvent viser les démocrates :
- le siège de Ron Johnson dans le Wisconsin (Un petit focus sur ce sénateur qui a la chance de toujours tomber sur des contextes favorables : en 2010 lors de la montée du Tea Party, en 2016 lors de l'élection Trump et en 2022 à mi-mandat de la présidence Biden)
- Pat Toomey en Pennsylvanie qui ne se représentera pas.
- Richard Burr en Caroline du Nord qui ne se représentera pas

En revanche, je ne vous rejoins pas sur les sièges de Chuck Grassley en Iowa et Rob Portman en Ohio qui ne se représenteront pas sauf si les futurs candidats républicains sont catastrophiques et encore ! Ces 2 états tanguent vers le rouge et je serai étonné qu'ils élisent des sénateurs démocrates dans un contexte qui sera à priori favorables aux républicains.
Limite, le siège de Marco Rubio en Floride me semble plus accessible pour les démocrates pour peu qu'ils trouvent un excellent candidat.

Les autres sièges tenus par les républicains Idaho, Iowa, Louisiane, Missouri, Arkansas, Nebraska, Dakota Nord et Sud, Alabama, Caroline du Sud me semblent relativement surs. Les démocrates n'y ont à priori aucune chance sauf si l'administration Biden réussit à faire passer un projet de loi régularisant entre 9 et 11 millions de travailleurs irréguliers. Dans ce cas, la carte électorale pourrait changer radicalement :

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/bide ... s-20210202

Quant aux républicains, je ne vois aucun siège démocrates qu'ils peuvent viser sauf si le contexte leur est particulièrement favorables. Néanmoins, ils auraient tort de ne pas se lancer à fond dans ces états-là "Sur un malentendu sait on jamais " :)
- le siège de Catherine Cortez Masto dans le Nevada (Un peu à la surprise général et état est redevenue un swing state lors de la présidentielle de 2020 et Trump a perdu de justesse l'état. Je suppose également que les républicains auront réglé leur lutte interne dans cet état. Cela permettra peut-être à Den Heller de reprendre sa revanche après avoir perdu son siège en 2018).
- le siège de Maggie Hassan dans le New Hampshire (Cela permettrait à Kelly Ayotte de reprendre sa revanche suite à sa défaite de 2016, l'ancien gouverneur Grev Sunnu est aussi intéréssé pour l'aventure)
- J'ajoute ce siège pour me faire plaisir et en étant gentil avec les républicains : le siège de Michael Bennett dans le Colorado. Je spécule que le contexte sera mauvais pour les démocrates et que les républicains auront réglé leur lutte interne dans cet état. De plus, Cory Gardner ne fut pas un mauvais sénateur entre 2014 et 2020).

Une dernier élément en faveur des républicains, ils ont prouvé entre 2010 et 2016 que leur base électorale moins nombreuse que la base électorale démocrate était bien plus disciplinée ce qui leur a permis de remporter des sièges de gouverneurs et de sénateurs dans des états très bleus. Ils ont par exemple remporté un siège de sénateurs dans l'Illinois en 2010.

Attention, je ne dis pas que les républicains peuvent remporter les sièges de Californie, Oregon, l'état de Washington, New-York, Illinois, Vermont, Delaware mais les précédents 2010 et 2014 devraient inciter les démocrates à prendre ces élections au minimum au sérieux !
guillaume44
 
Messages: 292
Inscription: Mar 1 Mar 2016 20:40

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede Corondar » Mer 3 Fév 2021 21:24

guillaume44 a écrit:
VincentLP92 a écrit:
Corondar a écrit: Plus intéressant, le sénateur républicain de l'Ohio, Portman, annonce qu'il ne se représentera pas en 2022. (...) Il est le troisième sénateur républicain dont le mandat sera à renouveler en 2022 qui annonce ne pas se représenter, après Burr en Caroline du Nord et Toomey en Pennsylvanie.
Deux autres sénateurs républicains dont le siège sera aussi à renouveler en 2022 n'ont pas encore fait part de leur choix définitif, mais envisageraient également de ne pas se représenter : Johnson du Wisconsin et Grassley d'Iowa.
Bref, il est possible qu'au moins 5 sièges actuellement détenus par des républicains soient ouverts en 2022.


Si on reprend la liste des sièges républicains ouverts en 2022, on a tous remarqué qu'ils sont dans des swing states ou des états qui restent tangents :
  • Ohio : ex-swing state avec désormais un penchant républicain, mais capable d'élire un démocrate sur l'autre siège sénatorial
  • Caroline du Nord : officiellement un swing state vu comment l'avance républicaine y est désormais réduite, et que le gouverneur est démocrate.
  • Pennsylvanie : swing state certes, mais avec un penchant démocrate quand même.
  • Wisconsin : un des états les plus disputés
  • Iowa : un penchant républicain ancien certes, mais des votes parfois serré (cette année à la chambre)
Bref, dans cette liste, que des batailles qui vont être saignantes car les démocrates voit y voir logiquement la possibilité de maintenir leur majorité au sénat (d'autant qu'ils vont remettre en jeu les 2 sièges très fragiles dans des swing state, en Arizona et Géorgie).
Mais un sénateur sortant est toujours beaucoup plus fort (globalement). Et les mid-term ne sont pas forcément mauvaise pour un président (voir celles de 2018 pour Trump). Les défaites démocrates ne sont pas encore écrites, contrairement à ce que prédisent déjà certains contributeurs.


Une défaite démocrate au Sénat en 2022 est loin d'être écrite qu'à l'instar de Trump en 2018, ils auront une carte électorale favorable car les républicains défendront 20 sièges contre 14 pour les démocrates.
Je vous rejoins sur les sièges que peuvent viser les démocrates :
- le siège de Ron Johnson dans le Wisconsin (Un petit focus sur ce sénateur qui a la chance de toujours tomber sur des contextes favorables : en 2010 lors de la montée du Tea Party, en 2016 lors de l'élection Trump et en 2022 à mi-mandat de la présidence Biden)
- Pat Toomey en Pennsylvanie qui ne se représentera pas.
- Richard Burr en Caroline du Nord qui ne se représentera pas

En revanche, je ne vous rejoins pas sur les sièges de Chuck Grassley en Iowa et Rob Portman en Ohio qui ne se représenteront pas sauf si les futurs candidats républicains sont catastrophiques et encore ! Ces 2 états tanguent vers le rouge et je serai étonné qu'ils élisent des sénateurs démocrates dans un contexte qui sera à priori favorables aux républicains.
Limite, le siège de Marco Rubio en Floride me semble plus accessible pour les démocrates pour peu qu'ils trouvent un excellent candidat.

Les autres sièges tenus par les républicains Idaho, Iowa, Louisiane, Missouri, Arkansas, Nebraska, Dakota Nord et Sud, Alabama, Caroline du Sud me semblent relativement surs. Les démocrates n'y ont à priori aucune chance sauf si l'administration Biden réussit à faire passer un projet de loi régularisant entre 9 et 11 millions de travailleurs irréguliers. Dans ce cas, la carte électorale pourrait changer radicalement :

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/bide ... s-20210202

Quant aux républicains, je ne vois aucun siège démocrates qu'ils peuvent viser sauf si le contexte leur est particulièrement favorables. Néanmoins, ils auraient tort de ne pas se lancer à fond dans ces états-là "Sur un malentendu sait on jamais " :)
- le siège de Catherine Cortez Masto dans le Nevada (Un peu à la surprise général et état est redevenue un swing state lors de la présidentielle de 2020 et Trump a perdu de justesse l'état. Je suppose également que les républicains auront réglé leur lutte interne dans cet état. Cela permettra peut-être à Den Heller de reprendre sa revanche après avoir perdu son siège en 2018).
- le siège de Maggie Hassan dans le New Hampshire (Cela permettrait à Kelly Ayotte de reprendre sa revanche suite à sa défaite de 2016, l'ancien gouverneur Grev Sunnu est aussi intéréssé pour l'aventure)
- J'ajoute ce siège pour me faire plaisir et en étant gentil avec les républicains : le siège de Michael Bennett dans le Colorado. Je spécule que le contexte sera mauvais pour les démocrates et que les républicains auront réglé leur lutte interne dans cet état. De plus, Cory Gardner ne fut pas un mauvais sénateur entre 2014 et 2020).

Une dernier élément en faveur des républicains, ils ont prouvé entre 2010 et 2016 que leur base électorale moins nombreuse que la base électorale démocrate était bien plus disciplinée ce qui leur a permis de remporter des sièges de gouverneurs et de sénateurs dans des états très bleus. Ils ont par exemple remporté un siège de sénateurs dans l'Illinois en 2010.

Attention, je ne dis pas que les républicains peuvent remporter les sièges de Californie, Oregon, l'état de Washington, New-York, Illinois, Vermont, Delaware mais les précédents 2010 et 2014 devraient inciter les démocrates à prendre ces élections au minimum au sérieux !


C'est étrange, certains passages de ce post sont identiques au mot près à certains passages de votre message en date du 09 janvier à 14h50. Vous avez voulu faire une citation qui a échoué ou vous faites dans le copié collé ?

Pour l'éventuelle compétitivité comparative des sièges de la Floride, de l'Ohio et de l'Iowa en 2022, je dirais tout de même que ceux d'Ohio et d'Iowa (si Grassley ne se représente pas in fine) seraient tout de même un peu plus susceptibles d'être visés par les démocrates que le siège de la Floride, à partir du moment où ce dernier verrait Rubio se représenter.
L'élément clef à regarder dans les états éventuellement compétitifs, c'est plus, à mon sens, de savoir si le sortant se représente ou pas, que de savoir si l'état a un PVI plus équilibré ou plus favorable à un parti plutôt qu'à un autre.
En l’occurrence, la Floride est moins républicaine que l'Ohio ou l'Iowa, mais si le sortant s'y représente la bascule devient moins probable. L'autre élément aussi, c'est que l'Ohio, bien que rouge désormais, a tout de même un autre sénateur qui lui est démocrate (alors que les 2 sénateurs d'Iowa et de Floride sont républicains). On a donc la preuve qu'un démocrate peut, dans certains cas de figures, l'emporter en Ohio.
Pour la Floride, si Rubio se représente et qu'il n'est pas contesté en interne, il sera très favori. La rumeur voudrait qu'Ivanka Trump envisagerait de lui contester l'investiture républicaine, on verra bien si ce sera le cas ou pas. Dans tous les cas, pour prendre le siège de Floride les démocrates devraient se trouver un candidat exceptionnel, et espérer en effet que Rubio et Ivanka Trump se livrent des primaires très contestées. Etant donné que le siège de l'Ohio sera ouvert, même si cela reste difficile pour les démocrates, si ils se dégotent un bon candidat et les républicains un mauvais, sur un malentendu ça peut passer...
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 3906
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede Corondar » Ven 5 Fév 2021 19:23

Pour ceux que ça amuserait, j'ai trouvé un site qui permet de fabriquer des cartes électorales fictives au niveau des districts de chaque état, en compilant tout un tas de données (population, origines ethniques, PVI, revenus...), en intégrant aussi les futures modifications à venir suite au nouveau recensement (qui a pris du retard sous l'égide de l'administration précédente suite à sa volonté, contestée juridiquement, d'exclure les étrangers du recensement). On devrait connaitre le bilan final de ce dernier (quels états perdent ou gagnent combien de circonscriptions...) dans les mois à venir.
https://davesredistricting.org/maps#home
Si vous aussi vous voulez vous livrer aux joies du gerrymandering, faites vous plaisir :).

Concernant ce futur découpage d'ailleurs, il est fort possible que celui-ci s'annonce nettement plus complexe à optimiser pour les républicains et les démocrates (même si ces derniers sont en position de gerrymander à leur profit dans un moins grand nombre de circonscriptions et d'états tangents que les premiers) que celui de 2010. En effet, les experts en carte électorale sont face à des données électorales de 2016-2020 nettement plus complexes à analyser :
1) il est certain que lorsque Trump est présent sur les bulletins de vote, ça a un impact énorme sur les résultats, aussi bien sur ceux qui viennent pour voter pour lui que parmi ceux qui viennent voter contre lui. Il sera très difficile d'évaluer précisément cet impact sur les résultats de 2016-2020, et de prévoir ce que son absence éventuelle (probable...) aura sur ces mouvements électoraux là. Sans Trump, les pro iront-ils voter pour le GOP, les anti iront-ils voter pour les démocrates ?
2) certains états où les républicains sont aux manettes du découpage ont quand même un petit souci d'ordre démographique à gérer. En effet, dans beaucoup d'états, la croissance démographique se concentre énormément dans des zones urbaines très réduites en superficie (c'est très saillant dans des états comme le Texas, la Caroline du Nord, la Géorgie, l'Arizona...). Or, au niveau découpage ils doivent tout de même respecter au maximum un équilibre démographique entre les circonscriptions. Diluer les zones urbaines où la population aura fortement augmenté en les mélangeant à des zones plus rurales sans pour autant rendre ces districts trop compétitifs va être une gageure nécessitant des coups de scalpels dignes des plus grands chirurgiens de la carte électorale...
3) il reste une grande inconnue par rapport aux résultats électoraux des dernières années : l'électorat de banlieue. Ce dernier était considéré par les républicains comme un électorat plutôt favorable à leur cause lors du découpage de 2010. 10 ans plus tard c'est nettement moins certain, et il est très difficile d'anticiper comment cet électorat va se comporter exactement dans la décennie à venir. Va t il continuer sa glissade vers les démocrates ? Va t il se recentrer ? Bref, c'est désormais nettement plus compliqué d'appréhender dans les découpages si les zones de banlieue sont des zones de forces pour le GOP, pour les démocrates, ou des zones tangentes...
Ces 3 points (nettement plus saillants aujourd'hui que lors des découpages de 2010) risquent de compliquer grandement la tâche des experts en gerrymandering...
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 3906
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede VincentLP92 » Ven 5 Fév 2021 19:58

Corondar a écrit: (...) L'élément clef à regarder dans les états éventuellement compétitifs, c'est plus, à mon sens, de savoir si le sortant se représente ou pas, que de savoir si l'état a un PVI plus équilibré ou plus favorable à un parti plutôt qu'à un autre.


Je rejoins Corondar sur cet élément-clé : nous constatons tous que la prime aux sortants est particulièrement forte pour les élections des sénateurs et des gouverneurs (elle a par exemple jouée en faveur de Johnson au Wisconsin). Et de ce fait elle limite les bascules (mais ne les empêche pas non plus).
Nous partageons également tous le même constat : Ohio et Iowa ont désormais un net penchant rouge. En 2016, les sénateurs républicains (sortants) avaient plus de 20 pts d'avance. Mais ce n'est qu'un penchant (on n'est pas sur du safe), et les élections peuvent y être serrée, parfois même favorables aux démocrates (l'autre sénateur de l'Ohio, démocrate, a été réélu en 2018 avec 6,8 pts d'avance).
Si le siège de sénateur est ouvert (= sans candidat sortant), alors les démocrates ont une chance.

Globalement, les conditions de ce renouvellement seront a priori favorables aux démocrates sur ce point (et si on s'en tient aux infos disponibles pour l'instant) :
  • tous les sortants démocrates se représentent
  • tous sont dans des états avec au moins un penchant bleu (grosse différence avec 2018 où ils avaient plusieurs sortants très fragiles dans des états à penchant rouge : Dakota, Floride, Indiana, Missouri)
  • Les 3 sièges les plus fragiles : Colorado, Nevada et New Hampshire (emportés avec une faible marge en 2016) tendent (au moins pour les 2 premiers) à renforcer leur penchant démocrates.
  • les républicains qui se représentent le seront dans les états rouges (pas de gain à capitaliser donc)
  • les 5 sièges ouverts étaient tous détenus par des républicains
  • et parmi eux 3 des 4 sièges les plus difficilement gagnés en 2016 : Pennsylvanie (1,5 pts), Wisconsin (3,4 pts) et Caroline du Nord (5,8 pts). Il manque dans cette liste le Missouri (3,2 pts).

Il reste des éléments positifs pour les républicains : 2 sièges un peu fragiles car gagné avec une modeste avance (Missouri et Floride 7,7 pts) auront un sortant, et dans des états qui ont confirmé un tropisme rouge. Roy Blunt et Marco Rubio ne seraient menacés qu'en cas de vague bleu et/ou avec d'excellents adversaires démocrates.
Mais la principale incertitude sera l'état de la vie politique étatsunienne, après 2 ans de présidence Biden et de gestion du post-trumpisme dans le parti républicain.
VincentLP92
 
Messages: 212
Inscription: Lun 12 Sep 2011 16:00
Localisation: Nanterre (Hauts-de-Seine)
Messages : 2 (détails)

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique dans le monde

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Découvrir l'ouvrage

Guide de l'élu délégué au budget

Joël Clérembaux

Ce guide, principalement destiné aux adjoints chargés des finances et du budget, constitue aussi un précieux instrument de travail pour celles et ceux qui ont vocation à le devenir. L'auteur présente d'abord le statut de l'adjoint chargé des finances et...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités