Politiquemania

La base de données de la vie politique française

L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Ce forum permet de réagir sur tous les évènements politiques qui ne concernent ni la France ni l'Europe. Exprimez-vous sur les élections, décisions ou nominations dans le reste du monde.

Re: L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Messagede ligerien » Sam 11 Mai 2019 06:43

C'est surtout que si le Texas passe à bleu, cela veut dire que toute la frontière pacifique et mexicaine serait bleue : Washington, Oregon, Californie, Nevada, Arizona, Colorado, Nouveau Mexique et Texas.

En conséquence, avec la carte actuelle, cela imposerait aux républicains d'emporter en échange : Wisconsin, Floride, Georgie, Caroline du Nord, Virginie, Pennsylvanie, Ohio, Michigan et 2 sur 3 de New Hampshire, Maine et Iowa.
ligerien
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 1451
Inscription: Mer 12 Jan 2011 16:54
Localisation: Loire
Messages : 2 (détails)

Re: L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Messagede ploumploum » Ven 17 Mai 2019 20:41

La liste des candidats déclarés côté démocrate continue de s'allonger : il y en aurait 24 au dernier pointage après les annonces de Steve Bullock (53 ans,), Gouverneur du Montana depuis 2013...
https://www.cbsnews.com/news/steve-bull ... 5-14-2019/

...et de Bill de Blasio, le maire de New-York, qui suscite beaucoup de réactions négatives :
https://www.huffingtonpost.fr/entry/la- ... 728ba41009
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 15276
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Messagede Corondar » Mar 21 Mai 2019 22:52

ploumploum a écrit:La liste des candidats déclarés côté démocrate continue de s'allonger : il y en aurait 24 au dernier pointage après les annonces de Steve Bullock (53 ans,), Gouverneur du Montana depuis 2013...
https://www.cbsnews.com/news/steve-bull ... 5-14-2019/

...et de Bill de Blasio, le maire de New-York, qui suscite beaucoup de réactions négatives :
https://www.huffingtonpost.fr/entry/la- ... 728ba41009


Autant Bullock, pourquoi pas, autant de Blasio ? Il avait annoncé précédemment qu'il n'irait pas, et vu son niveau d'impopularité y compris dans la ville qu'il administre, je vois pas bien ce qu'il espère ?
Les bookmakers parient aussi désormais sur qui tiendra jusque l'Iowa. De Blasio et Gabbard font figure de favoris pour être les premiers à se retirer...
Pour les débats ça va être coton. Les autorités du parti démocrate regrettent un peu d'avoir été aussi souples dans les conditions de participation aux débats : le candidat doit soit avoir reçu des dons d'au moins 65 000 donateurs, soit atteindre les 1% d'intentions de votes dans au moins 3 sondages nationaux différents. Certains demandent à ce que les deux conditions soient remplies simultanément au lieu d'être exclusives, afin de réduire le champ de bataille. Si il fallait remplir les deux conditions plutôt qu'une seule il ne resterait que 7 ou 8 candidats qui pourraient participer aux débats...
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2729
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Messagede a-adda » Mer 22 Mai 2019 01:09

La campagne risque d'être très longue du côté démocrate. Personnellement, je ne vois pas Biden gagner la primaire. Il incarne trop l'ancien parti.
Sanders a-t-il une chance ? oui, mais je pense que son âge est un handicap, malgré son fort succès chez les jeunes.
Personnellement, je vois bien O'Rourke créer une surprise. Etant du Texas, il aura peut-être une chance de gêner Trump sur ses propres fiefs. A voir


Il faudra attendre pour en savoir plus. Mais Trump me semble aujourd'hui très bien parti pour sa propre succession.
a-adda
 
Messages: 1
Inscription: Mer 22 Mai 2019 00:17

Re: L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Messagede Corondar » Jeu 13 Juin 2019 03:32

Petites brèves de campagne...
Côté démocrates, Biden confirme sa stratégie : il est le seul des candidats à taper sur Trump frontalement, il est le seul à ne pas avoir un mot pour ses concurrents démocrates, et il est le seul à se projeter déjà sur la générale en s'adressant plus aux électeurs modérés et indépendants qu'aux libéraux (en faisant le pari que la détestation de Trump suffira à lui apporter les voix de l'aile gauche ?). C'est clairement un pari, on verra si ça marche...
Les autres jouent presque tous au plus à gauche que moi tu meurs (à l'exception de O Rourke, Booker et Butigieg, qui jouent une partition un peu plus au centre du parti ?). Pour l'heure, l'aile gauche du parti se divise entre Sanders et Warren.
Niveau sondages, ça bouge assez peu : Biden se stabilise autour des 30-35% (et confirme sa pole position dans tous les sondages par état), Sanders est scotché à la seconde place aux alentours des 15-20% (il fait une campagne très semblable à celle de 2016 pour l'heure, je suis pas sur que ce soit une bonne idée...), et le trio Warren-Harris-Buttigieg se bat pour la 3e place aux alentours des 10% chacun. Autant dire que ça peut encore bouger pas mal.
Par contre je serai très étonné qu'un des autres émerge au cours du processus (Booker, Klobuchar et O Rourke font un peu pschitt, quant aux autres ils sont invisibles ou presque).
Une rumeur se fait de plus en plus insistante : Biden aurait déjà dealé avec Stacey Abrams (la candidate afro américaine malheureuse au poste de gouverneur de Géorgie lors des midterms). Si il obtient la nomination démocrate, le poste de VP serait pour elle. Les deux intéressés ne confirment ni ne démentent...
https://www.politico.com/story/2019/06/ ... gy-1358530
https://www.huffpost.com/entry/joe-bide ... ipvtGoCckU

Côté républicains, il semblerait que Trump annonce (officiellement) sa candidature lors d'un meeting prévu le 18 juin (toute ressemblance avec un général français qui eut une carrière politique sur le tard est à mon avis purement fortuite :) ). C'est un secret de polichinelle : il est candidat depuis le jour de son investiture. L'élément important c'est que Mike Pence sera présent lors de ce meeting : c'est plus une confirmation qu'une surprise, mais Trump ne devrait donc pas changer de VP pour sa campagne de réélection.
Trump qui passe lui aussi beaucoup de temps à dire du mal de Biden (la réponse du berger à la bergère). Il a choisi un angle d'attaque un peu incongru je trouve : son âge et sa santé. Je suis pas certain que Trump ait beaucoup à gagner à aller sur ce terrain là vu son propre pedigree (les deux hommes n'ont que 4 ans d'écart, et on ne peut pas dire que Trump soit dans une forme plus olympique que Biden), mais bon, ça avait un peu marché face à Clinton, alors pourquoi pas ? Le problème c'est que Biden n'est pas Clinton...
https://www.washingtonpost.com/politics ... eae677c9c6
https://www.thedailybeast.com/fox-news- ... ens-health
Par contre, vu comment ça vole déjà très bas entre Biden et Trump, si vraiment l'affiche devait être celle là, je pense qu'on va pouvoir se préparer à une campagne de caniveau. Si le candidat démocrate ne devait pas être Biden, celui ci devrait choisir : ignorer les attaques ad nominem ou y répondre ? Pour Biden c'est clair : il répondra coup pour coup.
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2729
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Messagede Corondar » Mer 19 Juin 2019 19:03

Trump a bien lancé sa campagne hier, du moins officiellement (il avait rempli les papiers pour une nouvelle candidature dès le 20 janvier 2017, jour de son investiture, déposant même son slogan Keep America great). Un rally très trumpien, avec les grands classiques : une foule en adoration, les attaques habituelles contre les méchants démocrates, les méchants journalistes, les très méchants immigrés, le meilleur bilan présidentiel de tous les temps, un âge d'or économique.
Plus étonnant, une seule mention de Joe Biden (qualifié "d'assoupi"), mais un retour en force d'un hit de la campagne de 2016 : Hillary Clinton. On a eu droit à tous les anciens gimmicks : les emails (apparemment en trumpie on n'a pas eu l'information que ce dossier là était définitivement clos, puisque Trump parle encore d'investigation et de découvertes ?), et surtout retour en force du lock her up. J'avoue, ce retour pavlovien d'Hillary Clinton dans le discours m'a nettement plus surpris. On aurait vraiment dit un meeting de 2016.
https://edition.cnn.com/2019/06/18/poli ... index.html
On sent qu'il est le sortant désormais, ça n'a plus l'aspect nouveau de la précédente campagne, et tout cela fait très déjà vu. Par contre on sent qu'il n'a jamais cessé de faire campagne : il ne devrait pas connaitre le souci de certains de ses prédécesseurs qui avaient parfois du mal à se remettre dans la peau d'un candidat après l'exercice de la Maison Blanche. Sa base est toujours là et l'adule toujours autant. Pour l'heure pas vraiment de signe qu'il s'adresse à d'autres gens au delà de sa base. Clairement on sent qu'il mise tout sur la bonne santé économique du pays. Deux remarques : c'était déjà la stratégie sur les midterms et ça n'a pas fonctionné, et, surtout, il faut que l'économie tienne à ce rythme là jusque novembre 2020 pour que ça reste un argument de campagne...

Côté démocrates, on a la liste des 20 qualifiés pour le premier débat, répartis sur les 2 soirées.
https://www.vox.com/2019/6/14/18678241/ ... tes-nights
1) Pour le premier débat, on aura Cory Booker, Julián Castro, Bill de Blasio, John Delaney, Tulsi Gabbard, Jay Inslee, Amy Klobuchar, Beto O'Rourke, Tim Ryan et Elizabeth Warren. Cette dernière a eu beaucoup de chances au tirage : elle se retrouve seule parmi les gros candidats sur la première soirée, face à des candidats pas forcément très dangereux. Elle bénéficiera de l'attrait médiatique du premier débat de la série, et n'aura pas à se démarquer face à Sanders sur son créneau libéral. Et comme elle est généralement plutôt bonne en débat rhétorique. D'ailleurs, depuis une semaine environ, Warren est à la hausse dans les sondages. Dans certaines enquêtes elle a même dépassé Sanders pour lui ravir la deuxième place...En face d'elle, plusieurs candidats vont impérativement devoir briller si ils veulent relancer leurs campagnes qui, pour certains, battent de l'aile (Gabbard, O Rourke et Klobuchar notamment). Les autres vont avoir droit à leur quart d'heure de gloire, puissent ils en profiter pour émerger ?
2) Pour la deuxième soirée, on a Michael Bennet, Joe Biden, Pete Buttigieg, Kirsten Gillibrand, Kamala Harris, John Hickenlooper, Bernie Sanders, Eric Swalwell, Marianne Williamson et Andrew Yang. Nettement plus de têtes d'affiche sur ce second débat. Ici, l'enjeu pour Biden sera de tourner 7 fois sa langue dans sa bouche avant de parler :). Buttigieg devra confirmer si il veut continuer à s'imposer comme la découverte de ce début de campagne. Harris et Sanders devraient parler de leurs programmes ?
N'ont donc pas réussi à se qualifier pour cette première fournée Bullock, Moulton, Graver et Messam. Pour ces derniers c'est déjà très mauvais signe, surtout pour Bullock.
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2729
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Messagede Corondar » Ven 28 Juin 2019 01:33

Corondar a écrit:1) Pour le premier débat, on aura Cory Booker, Julián Castro, Bill de Blasio, John Delaney, Tulsi Gabbard, Jay Inslee, Amy Klobuchar, Beto O'Rourke, Tim Ryan et Elizabeth Warren. Cette dernière a eu beaucoup de chances au tirage : elle se retrouve seule parmi les gros candidats sur la première soirée, face à des candidats pas forcément très dangereux. Elle bénéficiera de l'attrait médiatique du premier débat de la série, et n'aura pas à se démarquer face à Sanders sur son créneau libéral. Et comme elle est généralement plutôt bonne en débat rhétorique. D'ailleurs, depuis une semaine environ, Warren est à la hausse dans les sondages. Dans certaines enquêtes elle a même dépassé Sanders pour lui ravir la deuxième place...En face d'elle, plusieurs candidats vont impérativement devoir briller si ils veulent relancer leurs campagnes qui, pour certains, battent de l'aile (Gabbard, O Rourke et Klobuchar notamment). Les autres vont avoir droit à leur quart d'heure de gloire, puissent ils en profiter pour émerger ?


Retour de ce premier débat, que j'ai regardé en direct.
Sur le fond :
1) c'est assez incroyable de constater à quel point le parti démocrate a glissé très à gauche en à peine 10 ans. C'est flagrant sur tous les thèmes : la sécurité sociale, les impôts sur les plus riches, l'éducation, l'immigration, les droits des minorités, le contrôle des armes...Quasiment tous les candidats, même les plus centristes, matérialisent ce glissement vers la gauche de l'échiquier politique US. On notera même que 3 candidats (O Rourke, Castro et Booker) ont été jusqu’à parler en espagnol, tout un symbole.
2) un débat à 10, c'est vraiment pas terrible. Au final, chacun parle peu, les candidats placés au centre par la grâce du tirage au sort ont plus de temps de parole que ceux sur les franges. Mais certains ont tiré leur épingle du jeu.
Sur la forme, ce n'est que mon avis (qui rejoint grandement l'écho médiatique) :
1) deux vainqueurs pour moi : Castro et Warren. Les deux ont été très solides et très précis. Le premier a clairement joué la carte de l'expérience gouvernementale (avec succès je trouve). Warren a rappelé à tous que son agenda est précis et chiffré, et, quand elle parle, elle est toujours très convaincante sans être ennuyeuse ou professorale. Elle a beaucoup profité d'être la seule "poids lourd" de ce premier débat (son momentum dans les derniers sondages s'est confirmé). Booker a lui aussi marqué quelques points (c'est sans doute celui qui paraissait le plus humain et décontracté).
2) un gros perdant, et de loin : O Rourke. Déjà, il paraissait très fatigué et un peu perdu. Il est le seul à avoir été pris vraiment à parti et à avoir semblé perdre pied sur des éléments techniques. Globalement, tout le monde a été assez courtois, à une exception près : Bill de Blasio. Il est le seul à avoir interrompu les autres candidats dans leurs réponses, et il a opté pour une ligne assez agressive. Je ne suis pas sur que ça lui fera gagner des points, au contraire (je ne le connaissais pas avant ce débat, je commence à comprendre pourquoi il est aussi impopulaire :) ).
https://www.thelily.com/who-won-and-los ... al-debate/
Ce soir a lieu la deuxième partie. Pour la suite, les conditions d'accès aux débats seront plus strictes, il devrait donc y avoir moins de monde.
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2729
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Messagede Corondar » Sam 29 Juin 2019 01:58

Seconde soirée du premier débat : beaucoup plus punchy et intéressant que le premier. C'était plus rythmé, on a eu plus d'échanges et de contradictions.
Clairement, Harris l'emporte très largement sur cette deuxième soirée. Son CV d'ancienne procureur l'a aidée assurément : elle est excellente en joute verbale et en débat. Elle a largement surclassé tout le monde en exposé de son projet aussi.
Buttigieg a été pas mauvais, il a eu quelques bons moments. Lui, ce qui est assez incroyable, c'est qu'il parvient facilement à faire oublier qu'il n'a que peu d'expérience politique au delà de son mandat de maire. Il a été très franc en assumant quelques ratés de son bilan d'ailleurs. Il reste clairement la révélation de ce début de primaires côté démocrates.
Ce débat a été aussi plus rugueux que le premier. Biden a franchement été très moyen, voire mauvais. J'ai trouvé Sanders assez transparent (on sent que le fait qu'il ne soit plus en situation de duel comme en 2016 l'handicape grandement : il a du mal à se distinguer de la masse). Yang et Williamson m'ont paru franchement mauvais.
Ce débat là a aussi été nettement plus critique envers Trump que le précédent.
https://edition.cnn.com/2019/06/28/poli ... index.html
Le virage à gauche se confirme par contre.
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2729
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Messagede Eco92 » Sam 29 Juin 2019 07:56

Corondar a écrit:Buttigieg n'a été pas mauvais, il a eu quelques bons moments. Lui, ce qui est assez incroyable, c'est qu'il parvient facilement à faire oublier qu'il n'a que peu d'expérience politique au delà de son mandat de maire. Il a été très franc en assumant quelques ratés de son bilan d'ailleurs. Il reste clairement la révélation de ce début de primaires côté démocrates.

Sur Buttigieg, qui a apparemment rappelle beaucoup son côté conservateur, sa foi (notamment pour attaquer la foi de chrétiens soutenu de "mettre des enfants dans des cages") et son passé de vétéran - tout en étant un "conservateur" en effet aux positions bien plus à gauche que des démocrates de gauche d'il y a quatre ans - je m'amuse des analyses de sa franchise. La phrase clef reste celle sur le fait que dans sa ville il n'y ai que 6% de policiers noirs malgré plus de 20% d'afro-américains, dans un contexte ou un policier blanc vient de tuer un habitant noir. Questionné sur le pourquoi il a réponde "Parce que je n'ai pas réussi à faire mieux" (s'il y a une nuance qui m'échappe je laisse corriger mais c'est l'idée) et pour ma part je trouve ça assez chouette et intéressant. Un aspect modeste mais qui montre quand même une volonté et qui refuse de rejeter la faute, une sorte de promesse de s'engager, tout en évacuant assez vite le sujet. J'ai vu plusieurs analyses dire que Buttigieg avait fait une belle réponse, osée, d'autres dire que cette manière d'être passif et dépassée était ridicule, qu'il montrait les limites, etc. Je serai curieux de savoir comment l'ont perçu la majorité des spectateurs.

Je n'ai pas vu le débat entier juste des analyses et de gros bouts mais Biden en a pris en effet plein pour son grade. Deux exemples qui montrent qu'en effet on était moins à fleuret mouchetés et que Biden semblait largué :
- Eric Swalwell : « J’avais six ans quand un candidat à la présidentielle est venu à la convention démocrate en Californie et a dit, il est temps de passer le flambeau à une nouvelle génération d’Américains. C’était le sénateur Joe Biden. [...] Passez le flambeau Joe Biden » Beaucoup on souligné l'inélégance, dont Sanders forcément, mais outre que l'élégance ne fait pas gagner la présidentielle (coucou Trump) et que Swalwell, qui n'a aucune chance, pouvait ainsi apparaître un peu, ça a mis le sujet sur la table et Biden s'en est bien mal sorti par un "Je tiens toujours le flambeau" ;
- La charge très forte de Harris, qui a régulièrement joué les modératrices avec piquant (mettant les applaudissements de son côté), mais a indiqué que si elle ne pensait pas Biden raciste elle avait été profondément blessée par son éloge du transpartisanisme à travers des louanges à de sénateurs ségrégationnistes. Elle a rappelé que Biden s'était opposé au "busing" pratique visant à envoyer en bus des enfants noirs de quartiers pauvres dans des écoles de quartiers blancs et aisés pour casser la ségrégation de fait alors qu'elle connaissait une petite fille qui prenait le bus chaque matin pour rêver un monde meilleur et que « Cette petite fille, c’était moi. » Dur de résister à ça, ce que Biden a très mal fait, s'appuyant surtout sur un "My time is up. Sorry." il parlait bien sur de son temps de parole, ce qui a surpris de toute manière, mais ce "my time is up" est repris sur le ton 'Biden a fait son temps et l'avoue"...

https://www.france24.com/fr/20190628-etats-unis-debat-democrate-kamala-harris-nouvelle-generation-joe-biden
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 5573
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Re: L'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis

Messagede Corondar » Dim 30 Juin 2019 00:52

Eco92 a écrit:
Corondar a écrit:Buttigieg n'a été pas mauvais, il a eu quelques bons moments. Lui, ce qui est assez incroyable, c'est qu'il parvient facilement à faire oublier qu'il n'a que peu d'expérience politique au delà de son mandat de maire. Il a été très franc en assumant quelques ratés de son bilan d'ailleurs. Il reste clairement la révélation de ce début de primaires côté démocrates.

Sur Buttigieg, qui a apparemment rappelle beaucoup son côté conservateur, sa foi (notamment pour attaquer la foi de chrétiens soutenu de "mettre des enfants dans des cages") et son passé de vétéran - tout en étant un "conservateur" en effet aux positions bien plus à gauche que des démocrates de gauche d'il y a quatre ans - je m'amuse des analyses de sa franchise. La phrase clef reste celle sur le fait que dans sa ville il n'y ai que 6% de policiers noirs malgré plus de 20% d'afro-américains, dans un contexte ou un policier blanc vient de tuer un habitant noir. Questionné sur le pourquoi il a réponde "Parce que je n'ai pas réussi à faire mieux" (s'il y a une nuance qui m'échappe je laisse corriger mais c'est l'idée) et pour ma part je trouve ça assez chouette et intéressant. Un aspect modeste mais qui montre quand même une volonté et qui refuse de rejeter la faute, une sorte de promesse de s'engager, tout en évacuant assez vite le sujet. J'ai vu plusieurs analyses dire que Buttigieg avait fait une belle réponse, osée, d'autres dire que cette manière d'être passif et dépassée était ridicule, qu'il montrait les limites, etc. Je serai curieux de savoir comment l'ont perçu la majorité des spectateurs.

Je n'ai pas vu le débat entier juste des analyses et de gros bouts mais Biden en a pris en effet plein pour son grade. Deux exemples qui montrent qu'en effet on était moins à fleuret mouchetés et que Biden semblait largué :
- Eric Swalwell : « J’avais six ans quand un candidat à la présidentielle est venu à la convention démocrate en Californie et a dit, il est temps de passer le flambeau à une nouvelle génération d’Américains. C’était le sénateur Joe Biden. [...] Passez le flambeau Joe Biden » Beaucoup on souligné l'inélégance, dont Sanders forcément, mais outre que l'élégance ne fait pas gagner la présidentielle (coucou Trump) et que Swalwell, qui n'a aucune chance, pouvait ainsi apparaître un peu, ça a mis le sujet sur la table et Biden s'en est bien mal sorti par un "Je tiens toujours le flambeau" ;
- La charge très forte de Harris, qui a régulièrement joué les modératrices avec piquant (mettant les applaudissements de son côté), mais a indiqué que si elle ne pensait pas Biden raciste elle avait été profondément blessée par son éloge du transpartisanisme à travers des louanges à de sénateurs ségrégationnistes. Elle a rappelé que Biden s'était opposé au "busing" pratique visant à envoyer en bus des enfants noirs de quartiers pauvres dans des écoles de quartiers blancs et aisés pour casser la ségrégation de fait alors qu'elle connaissait une petite fille qui prenait le bus chaque matin pour rêver un monde meilleur et que « Cette petite fille, c’était moi. » Dur de résister à ça, ce que Biden a très mal fait, s'appuyant surtout sur un "My time is up. Sorry." il parlait bien sur de son temps de parole, ce qui a surpris de toute manière, mais ce "my time is up" est repris sur le ton 'Biden a fait son temps et l'avoue"...

https://www.france24.com/fr/20190628-etats-unis-debat-democrate-kamala-harris-nouvelle-generation-joe-biden


Concernant Buttigieg, il est certain que son discours et son positionnement sont très atypiques, et qu'il se démarque sans forcer des autres candidats. Bien qu'assez libéral sur plusieurs questions, il est le seul à revendiquer sa foi et à se réclamer des valeurs militaires (sur ce dernier point, Tulsi Gabbard aussi). Pour résumer, il dit que les démocrates ont abandonné depuis trop longtemps le terrain de la religion et de l'armée aux républicains, et que ces derniers ont dévoyé les valeurs religieuses et militaires au nom de leur agenda politique. Il revendique une approche religieuse de tolérance et d'ouverture au monde (il a eu un échange avec Pence il y a quelques temps assez symptomatique de cette approche, où il disait que si le VP avait un problème avec son homosexualité, alors c'est avec leur Créateur que Pence avait un problème, puisqu'il dit que c'est Dieu qui l'a fait ainsi).
Son assertion sur les limites de son bilan de maire, bien que très certainement répétée et prévue en amont, avait des accents de sincérité assez désarmants. Buttigieg tente un grand écart assez original : courtiser aussi bien le jeune urbain démocrate que l'Américain rural plus conservateur. En tout cas, il a en quelques mois réussi à complètement ringardiser O Rourke sur ce créneau là. Et, comme je le faisais remarquer, pour un homme politique au CV aussi léger, son professionnalisme et son sens de la formule font souvent mouche. De là à décrocher la nomination, peut-être pas, l'avenir nous le dira. En tout cas, il a clairement émergé sur la scène nationale, et même si il ne devait pas l'emporter sur ces primaires, il s'est déjà assurément ouvert des portes pour une carrière (même si, pour lui, si il reste en Indiana, ce serait un réel défi d'emporter le poste de gouverneur ou un siège de sénateur d'ici quelques années...).
Quant à Biden, nous sommes d'accord, c'était franchement mauvais, et Sanders c'était pas terrible non plus. Si je devais classer les candidats qui ont marqué des points sur ces débats, je donnerai ça (et dans cet ordre) :
1) Harris
2) Castro et Warren ex aequo
3) Buttigieg
Pour ceux qui ont perdu des points :
1) O Rourke, honnêtement la pire prestation, et de loin (surtout je l'ai trouvé réellement épuisé : la présidentielle US c'est un marathon très exigeant)
2) Biden
3) Sanders
4) tous les petits candidats, dont aucun n'a réussi à émerger
Je dirais que Booker et Hickenlooper se situent quelque part entre ces deux catégories : pas mauvais, mais un peu court pour vraiment se distinguer.
Il va falloir voir qui va se qualifier pour le deuxième round de débat, pour lequel les conditions d'accès seront plus sévères. Les rapports des prochaines levées de fonds et les sondages post débats permettront aussi de voir qui a un momentum et qui ne l'a pas...
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2729
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique dans le monde

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Guide de l'élu délégué au budget

Joël Clérembaux

Ce guide, principalement destiné aux adjoints chargés des finances et du budget, constitue aussi un précieux instrument de travail pour celles et ceux qui ont vocation à le devenir. L'auteur présente d'abord le statut de l'adjoint chargé des finances et...

Découvrir l'ouvrage

Mémento du président du bureau de vote

Joël Clérembaux

Ce mémento a été conçu et réalisé pour permettre aux présidents des bureaux de vote de disposer d'outils pratiques à mettre en oeuvre avant, pendant et après le scrutin. Il expose les principales tâches qui incombent au président du bureau de vote pour...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités