Politiquemania

La base de données de la vie politique française

La vie politique québécoise

Ce forum permet de réagir sur tous les évènements politiques qui ne concernent ni la France ni l'Europe. Exprimez-vous sur les élections, décisions ou nominations dans le reste du monde.

Re: La vie politique québécoise

Messagede Républicain67 » Mer 19 Jan 2022 11:28

Paul St-Pierre Plamondon se présentera finalement dans la circonscription de Bourget lors des élections générales de 2022. Le chef péquiste choisit de se présenter dans un comté populaire et très francophone de l'Est de Montréal. Un siège longtemps détenu par le Parti québécois (ancienne circonscription de Camille Laurin) et passé de justesse à la CAQ en 2018.

https://www.ledevoir.com/politique/quebec/661014/paul-st-pierre-plamondon-briguera-la-circonscription-de-bourget
Républicain67
 
Messages: 4284
Inscription: Jeu 17 Jan 2013 10:57
Avertissements: 1

Re: La vie politique québécoise

Messagede Eco92 » Lun 21 Fév 2022 23:46

La partielle dans Marie-Victorin n'a pas encore été déclenchée mais on connaît a priori tous les candidats.

Un deuxième sondage a confirmé la bonne place du PQ, à égalité avec la CAQ :
Parti Québécois – Pierre Nantel: 33%
Coalition Avenir Québec – Shirley Dorismond: 33%
Québec solidaire – Shophika Vaithyanathasarma: 11%
Parti libéral du Québec – Émilie Nollet: 11%
Parti conservateur du Québec – Anne Casabonne: 8%
Climat Québec – Martine Ouellet: 3%

Sauf que bon, dans un fief péquiste historique, que le PQ puisse résister à la CAQ n'est pas vraiment un signe de forte dynamique. Mais c'est sur que s'ils ne perdent pas le siège ils pourront dire qu'ils ne sont pas mort, gagner un député "vedette" et regagner en couleurs. De son côté la CAQ présente Shirley Dorismond, infirmière et ex-vice présidente Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), ce qui a étonné car elle s'est plusieurs fois positionné contre le gouvernement, sur la santé comme sur la non-reconnaissance du racisme systémique (elle même est noire), elle explique que la CAQ est une coalition et soutient la majorité du gouvernement. En 2018 la CAQ obtenait 28 %, 14% lors de la partielle de 2016, être à 33 % dans un sondage commandé par le PQ est plutôt une bonne nouvelle. S'ils gagnent le siège ce sera un succès très porteur.

Québec solidaire a réussi un beau coup en présentant Shophika Vaithyanathasarma, étudiante qui était candidate remarquée du Bloc Québecois dans une circonscription voisine en septembre. Eux qui sont souvent accusé d'être des indépendantistes frileux soutenant les néodémocrates au fédéral, ils investissent une bloquiste face à un ex-député néodémocrate investi par le Parti québécois. Il reste que son score sondé de 11% serait une grosse déception puisque QS était à 20% dans la circo en 2018. S'ils augmentent un peu (plus près de leur score général sondé actuellement, en baisse par rapport à 2018 mais tjs plus haut qu'avant) ils pourraient faire perdre le siège au PQ face à une CAQ plus solide (le "faire perdre" étant relatif, puisque je rappelle qu'en 2018, avec 20% des sièges pour QS, le PQ gagnait quand même, s'il perd il le devra d'abord à sa faiblesse et à la hausse de la CAQ, et notamment aux nombreux transfert de péquistes vers la CAQ).

Le Parti libéral et sa candidate Émilie Nollet, chercheuse à l'Université Saint-Paul et inconnue en politique jusqu'alors, sait qu'il fera de la figuration, et s'il égale QS sera ravis. L'ex-ministre Martine Ouellet pointe à 3 %, autant dire la grosse marge d'erreur, mais 1 ou 2 % pour elle pourraient manquer au PQ. Enfin l'actrice Anna Casabonne, qui avait annoncer cesser ses spectacles car refusant le pass sanitaire et la vaccination, porte le Parti conservateur, en réalité plutôt libertarien et anti-vaccination, à un score historique pour eux, conforme aux sondages montrant une envolée face aux restrictions de libertés liées à la pandémie.

Ont aussi annoncé leurs candidature Annabelle Bouvette pour le Parti vert (2,2 % en 2016) et Florent Portron pour Équipe autonomiste, un micro parti de droite né du refus de certains membres de l'ADQ de se fondre dans la CAQ, déjà candidat en 2018 (0,2 % et 45 voix). Ces candidats ou leurs partis n'ont pas été testés.

Plus de détail sur les candidats ici, dans l'ordre de leurs annonces https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lec ... #Candidats

Une synthèse de campagne par La Presse :
https://www.lapresse.ca/actualites/2022-02-21/election-partielle-dans-marie-victorin/a-l-assaut-d-un-chateau-fort.php

L'article du Journal de Québec avec le sondage Léger :
https://www.journaldequebec.com/2022/02/13/une-course-a-deux-dans-marie-victorin

Commentaire de Philippe J. Fournier (QC125) sur ce sondage :
https://twitter.com/338Canada/status/14 ... 9116949509
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8015
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Re: La vie politique québécoise

Messagede Eco92 » Dim 27 Mar 2022 15:56

Pas exactement tous les candidats puisqu'il y en a finalement 12, soit quatre de plus, rien d'inusuel dans une partielle où l'on peut facilement se présenter ou se compter. Les nouveaux candidats, dont les scores seront sans doute marginaux, sont :
- Michel Blondin, du Parti pour l'indépendance du Québec, parti indépendantiste donc, c'est le chef qui se présente. J'ignore si c'est la branche extrême droite qui existait à une époque, elle a toujours été marginale, le parti peut un peu piquer au PQ mais bon...
- Shawn Lalande McLean du Parti accès propriété et équité, enregistré comme indépendant, c'est un parti que je découvre, entièrement tourné sur la question de l'immobilier et de la construction ;
- Michel Lebrun de l'Union nationale, nom d'un parti conservateur catholique qui a dirigé le Québec de 1944 à 1960 avant de disparaître. Michel Lebrun est le chef de cette nouvelle version sur laquelle il y a peu d'info (le slogan est "Transparence-intégrité-respect") spontanément je dirai que ça prend plus sur la CAQ et le PCQ (mais il y aura sans doute très peu de voix)
- Philippe Tessier, indépendant (aucune info)
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/18 ... e-fournier


Par ailleurs la candidate verte Annabelle Bouvette s'est retirée après que son chef ait déclaré que l'Ukraine devait accepter les demandes de la Russie sur l'OTAN, au nom de la paix. Selon le parti ce n'est pas tant les propos que la vague de harcèlement subit ensuite par la candidate qui sont le problème. Alex Tyrrell, chef du Parti depuis 2013, qu'il a ancré dans le fédéralisme et la social-écologie tout en le limitant à des scores marginaux, et s'assure avec ce poste un salaire assez confortable, a été candidat à de très nombreuses partielles sans jamais beaucoup de succès. Son score face à Climat Québec sera important pour ce (petit) morceau de l'échiquier politique.
https://www.fm1033.ca/elections-partiel ... -victorin/
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8015
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Re: La vie politique québécoise

Messagede Eco92 » Jeu 7 Avr 2022 22:00

Catherine Dorion, comédienne et poétesse élue en 2018 en gagnant le siège de Tascherau (Québec) pour Québec solidaire, figure de l'assemblée nationale où elle a fait de très nombreuses fois parler d'elles, pour des polémiques diverses sur ses vêtements, mais aussi pour sa fougue, sa manière d'emmener d'autres gens à s'intéresser à la politique, etc. a annoncé le 1er avril, certains ont cru (espéré dans mon cas) une blague, qu'elle ne se représentera pas. Si le siège peut-être un des sièges hors Montréal conservé par QS, c'est quand même un départ important, après un seul mandat.

Expliquant avoir voulu être élue pour injecter de l'art en politique, continuer à toujours militer mais hors de la sphère professionnelle politicienne, elle a lutté ces derniers mois pour le tramway de Québec, avec succès, et utilisé son enveloppe parlementaire de manière inédite en coproduisant un film (avec une de ses collègues solidaires) sur la politique auprès de gens inconnus. Elle a expliqué vouloir ralentir son rythme de vie, au côté de ses jeunes enfants (une est née durant son mandat).

Personnellement, de manière totalement subjective, elle me manque déjà.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/18 ... -nationale

https://www.journaldemontreal.com/5-foi ... rler-delle
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8015
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Re: La vie politique québécoise

Messagede Eco92 » Mar 12 Avr 2022 07:47

Partielle dans Marie-Victorin hier, pour celles eu ceux qui auraient oublié le contexte, je le dresse dans 2/3 posts au dessus.

Mais en gros, quelques enjeux centraux :
- Le premier est le duel PQ/CAQ : c'est un fief PQ perdu une seule fois en 1984 (durant un an), le PQ y a investi un poids lourd, l'ex député fédéral NPD puis vert Pierre Nantel et fait fuiter plusieurs sondages le donnant gagnant. Un récit s'écrivait de "regardez le PQ va mieux et n'est pas mort" ce qui quoiqu'il en soit me semble assez erroné, gagner Marie-Victorin est un peu la base, le perdre serait par contre catastrophique (et ça n'a pas été gagné de beaucoup par Fournier en 2018). La CAQ de son côté veut tenter d'appuyer encore sa domination avant la générale d'octobre, et valider sa stratégie pandémique avec une candidate ex-syndicaliste infirmière ;
- Québec solidaire était 3e à plus de 20% en 2018, les sondages fuitant l'ont mis parfois en dessous de 10%, la candidature de Nantel, écolo et de gauche, devant les démonétiser. Gagner Marie-Victorin semblait hors de porté mais y rester haut est important pour eux ;
- Les libéraux ont sont historiquement inexistants (sauf en 1984 !), leur score est toujours intéressant pour voir ce qu'ils deviennent dans les zones francophones ;
- Deux nouveaux partis : le parti conservateur du Québec (libertariens) existait déjà, mais c'est son premier test depuis sa montée dans la sondages sur la ligne anti-vax, représenté par une actrice assez connue, le parti Climat Québec de l'ex-ministre PQ de l'environnement Martine Ouellet, qui veut offrir une offre écologiste et indépendantistes face aux verts québécois, fédéralistes, la hiérarchie de score entre les deux sera intéressante à voir.

Résultats (voix / résultats en 2018)
Shirley Dorismond (Coalition avenir Québec) : 34,95 % (5697 voix /30,8 %)
Pierre Nantel (Parti québécoi) : 30,07 % (4902 voix /28,4 %)
Shophika Vaithyanathasarma (Québec solidaire) : 14,21 % (2316 voix /21,7 % )
Anne Casabonne (Parti conservateur du Québec) : 10,40 % (1696 voix /-)
Émilie Nollet (Parti libéral du Québec) : 6,93 % (1130 voix /15,2 % )
Martine Ouellet (Climat Québec) : 1,90 % (310 voix / -)
Alex Tyrrell (Verts) : 0,87 % (1425 voix /2,2 %)
Shawn Lalande McLean (Parti accès propriété et équité) : 0,26 % (42 voix / -)
Michel Blondin (Parti pour l'indépendance du Québec) : 0,13 % (21 voix / -)
Michel Lebrun (Union nationale) : 0,10 % (17 voix / -)
Philippe Tessier (Indépendant) : 0,10 % (17 voix / -)
Florent Portron (Équipe autonomiste) : 0,07 % (11/0,20%)

C'est donc un pari réussi pour la CAQ, qui ajoute une députée à sa majorité déjà écrasante, députée qui ne siègera que quelques mois. Un signal pouvait être envoyé par les électeurs sur la pandémie ou la gouvernance économique, il a été envoyé, pas dans le sens attendu par l'opposition.

Nantel fait un score honorable et pige des voix à Québec solidaire, il n'est pas loin de la victoire, mais il se frappe sans doute au plafond du PQ, démonétisé, et alors que les sondages le donnant gagnant plaçaient Québec solidaire à 11%, voire sous les 10%, le maintien assez haut de l'autre parti indépendantiste lui enlève sa victoire. Enfin, c'est ce que le PQ dira en tous cas, en attaquant la division du vote. Il ne faut cependant pas oublier qu'en 2018 le PQ conservait la circonscription avec un QS dépassant les 21%... (cela rappellera quelques débats sur l'union de la gauche ici).

Le PLQ confirme sa totale déperdition hors de Montréal et Gattineau (zones plus anglophones), et divise son corde par plus de 50%, c'est très inquiétant pour son avenir à court terme, même s'il pourra conserver un groupe, et sans doute le deuxième, face à une CAQ dominante, grâce au vote anglophone - si un parti anglophone pur ne vient pas le concurrencer (les récents votes des libéraux sur la francisation remettent ce débat au goût du jour). La chute est d'autant plus rude que le Parti conservateur, absent ici en 2018, atteint la quatrième place et plus de 10% sur une ligne anti-vaccin, pro-voiture, libertarienne quoi.

Enfin, dans le duel microscopique des partis écologistes, notons que Martine Ouellet bat le Parti vert. C'est une ancienne ministre et lui un chef arrivé là après une polémique amenant au désistement de sa candidate, il faudra voir si cette hiérarchie se confirme à la générale.


https://www.electionsquebec.qc.ca/resul ... en-direct/
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8015
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Re: La vie politique québécoise

Messagede Eco92 » Jeu 21 Avr 2022 22:33

On s'en doutait un peu mais sans certitude, Véronique Hivon (PQ), quittera la vie politique en octobre. Figure du Parti québécois, la député de Joliette a une aura transpartisane qui dépasse son parti, son départ ne fait pas les affaires du PQ qui aura bien du mal à conserver son siège. Située dans la région de Lanaudière Joliette est, depuis la perte de Marie-Victorin, le dernier siège du PQ dans la grande région montréalaise.

Véronique Hivon a été ministre sous Pauline Marois, et a porté le projet de loi sur l'aide à mourir, qui n'a pu être voté avant la chute du gouvernement. Il a finalement été adopté par le gouvernement libéral et, chose rare, a été cosigné par le ministre de la Santé et elle-même.

Elle a indiquée « J'ai besoin d'exister en dehors de la politique », elle est élue depuis 2008 et avait renoncé à la course à la chefferie du PQ il y a quelques années pour pouvoir rester auprès de sa famille et de sa jeune fille, nouvellement adoptée.

Sur 7 députés du PQ (contre dix en début de mandat : Catherine Fournier a quitté le parti qui l'assemblée après son élection comme mairesse, Lebel a quitté le caucus face à des accusations d'agressions sexuelles, Sylvain Roy l'a quitté sur un désaccord politiques), 3 ont déjà annoncé qu'ils ne se représenteraient pas : Mme Hivon, Mme Richard, élue depuis 2003, et M. Gaudreault, élu depuis 2007 et ancien ministres. Tous sont des poids lourds dans le caucus Martin Ouelet a été élu en 2015, Joël Arseneau et Méganne Perry Mélançon en 2018, de 41 voix après recomptage pour la deuxième. Seul Pascal Bérubé fait figure de poids lourd dans les survivant, et son siège devrait être le dernier à échappé au PQ en cas de catastrophe.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/18 ... -elections
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8015
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Re: La vie politique québécoise

Messagede Eco92 » Ven 29 Avr 2022 15:23

Je parle souvent des "sièges assurés" du PLQ à Montréal, il y en a qui le sont assurément, mais ces "fiefs" sont en partie menacés aujourd'hui.

Philippe J. Fournier a fait une synthèse intéressant montrant cinq circonscriptions souvent considérées comme "sures" qui sont en fait bien fragiles. Plusieurs raisons à cela :
- Le PLQ est plus faible aujourd'hui, c'est ainsi ;
- Anglade cherche à le réancrer plus à gauche mais, surtout, a soutenu plusieurs évolutions de la Loi 101 et cherché à séduire le public francophone : comme dans les années 80 cela a braqué des anglophones et des partis spécifiques se sont créés. En 1989 cela avait permi au "Parti égalité" de gagner 4 sièges libéraux, même si le parti a ensuite implosé. Deux partis pro-droits des anglophones ont été créé récemment : le Mouvement Québec (MvQ) créé par l'ex joueur des Alouettes et ex candidat à la mairie de Montréal Balarama Holness, et le Parti canadien du Québec (PCanQ). Ces partis ont aujourd'hui peu de chance de gagner des sièges (mais ça peut aller très vite, comme avec le Parti égalité) mais ils prendront assurément des voix aux libéraux ;
- Même sans voter pour d'autres partis, les positions du parti font que certains soutiens classiques ne se déplaceront pas, dans plusieurs circos considérées comme des fiefs, les anglophones sont nombreux mais pas toujours majoritaires (Anjou-Louis-Riel est assez francophone, Marquette est francophone à 49 %), s'ils ne sont pas hyper mobilisés l'échec est prévisible ;
- Le renforcement de la CAQ et de QS à Montréal au détriment du PQ aide à concentrer ce vote, surtout dans des circos où le "vote utile PQ" n'existe pas vraiment ;
- L'analyste repère une baisse du vote PLQ dans plusieurs de ces circos depuis plusieurs années, même s'il restait dominant ;
- Le cas de Maurice Richard est particulier : ex siège PQ, circo à 68 % francophone, Marie Monpetit avait gagnée de justesse face à QS, elle veut en plus se maintenir en dissidente...

Les cinq sièges ne seront peut-être pas perdu par le PLQ, mais c'est possible, et ça comprend le siège de la cheffe. On pourrait voir QS y gagner quelques sièges (même si le parti en perd ailleurs), la CAQ assurément.

https://lactualite.com/non-classe/le-pl ... urveiller/

Notons que si M. Holnes est un peu connu de par son passé de sportif, il n'a obtenu que 7 % lors de sa candidature, aucun élu pour son parti municipal et qu'il est inéligible à cause d'un problème de documents non fournis sur les comptes de campagne.
https://www.ledevoir.com/politique/7014 ... s-a-quebec
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8015
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Re: La vie politique québécoise

Messagede Eco92 » Dim 5 Juin 2022 07:56

Deux gros départs de députés avant les élections d'octobre :

- Carlos Leitao, ancien ministre des finances faisant partie de la "dream team" économique de Philippe Couillard en 2014, c'est encore une fois une figure du Parti libéral qui s'en va. Il avait obtenu plus de 87 % en 2014 et quasi 74 % en 2018, donc il n'était pas vraiment menacé dans cette circonscription libérale quasi depuis toujours (le député élu en 1966 était indépendant mais a rejoins les libéraux ensuite). Mais il a débuté en politique comme ministre et ne se satisfait sans doute pas d'opposition, lui met en avant un engagement fait à sa femme de ne pas faire plus de deux mandats. Cela aura l'avantage de libérer une circo absolument sure pour lancer un nouveau visage libéral. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/18 ... iberal-plq
- François Paradis, figure connue comme présentateur télé, a d'abord été élue dans l'opposition en 2014, puis réélu en 2018 et était devenu président de l'assemblée nationale. Plutôt salué dans son animation des débats, malgré quelques polémique, il a évidemment eu un mandat marqué par une longue absence en chambre liée à la pandémie, et la digitalisation des débats. Il libère la circonscription de Lévis, j'allais dire assez solide pour la CAQ mais de toute manière quasiment toutes les circonscriptions du Québec le sont par défaut en ce moment... https://www.ledevoir.com/politique/queb ... son-depart

Et justement, la CAQ a annoncé qui serait son candidat dans Lévis et il s'agit de rien de moins que Bernard Drainville, député péquiste de Marie-Victorin (récemment gagné par la CAQ) de 2006 à 2016, Ministre des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne durant le gouvernement Marois où il avait porté la "Charte des valeurs québecoise", candidat à la chefferie du parti québecois en 2015 (il s'était retiré face à la vague PKP). Il a quitté la politique en 2016 et est redevenu journaliste. Si cette candidature est critiquée par ses adversaire (opportuniste pour le PQ, centrant les débats sur l'identité et l'immigration pour QS, séparatiste pour le PLQ) cela reste un gros coup, une "onde de choc" dit le Devoir, qui va assurément contribuer à affaiblir encore le PQ, qui n'en avait pas vraiment besoin.
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/18 ... itique-caq
https://www.ledevoir.com/politique/queb ... de-de-choc
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8015
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Re: La vie politique québécoise

Messagede Eco92 » Jeu 9 Juin 2022 07:32

Drainville est donc passé officiellement à la CAQ.

En même temps que ce fervent indépendantiste (qui dit désormais non pas qu'il ne l'est plus mais qu'il est nationaliste et que les québécois s'en fichent de l'enjeu référendaire) rejoint la CAQ, le parti enregistre une victoire symbolique, possiblement juridique, avec l'inscription dans la Constitution du Canada de trois choses :
- les Québécois et les Québécoises forment une nation ;
- le français est la seule langue officielle du Québec ;
- Elle est la langue commune de la nation québécoise.
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/18 ... canadienne
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/18 ... ebec-levis

C'est un vote de l'assemblée nationale du Québec qui l'a permis, ce qui a un peu surpris. En effet le Québec n'a jamais ratifié la Consitution canadienne, qui s'y applique pourtant, mais ce même texte indique qu'une "législature a compétence exclusive pour modifier la constitution de sa province", le Québec a donc modifié la partie V de la Loi constitutionnelle de 1867, qui le concerne. Ce n'est pas inscrit dans le texte tranversal, ça reste inscrit dans la constitution.
Au Canada, ça a un peu fâché, le Québec n'ayant guère prévenu qu'il allait modifier la Constitution, qu'il combat depuis longtemps, cette modification est d'ailleurs contenue dans un micro article d'une loi plus vaste sur la langue.
Chose intéressante, une fois le débat constitutionnel fait, Trudeau et Ottawa ont refusé le conflit, admettant que le Québec avait le droit de faire ça, ce qui a un peu désamorcé la lutte sans doute espérée par la CAQ. Il reste que pour le fédéral c'est une mesure symbolique à l'application juridique floue, pour la CAQ c'est au contraire une protection juridique, j'imagine qu'il faudra attendre que quelqu'un s'appuie dessus devant la cour suprême pour savoir !

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/17 ... awa-canada
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/17 ... nstitution
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8015
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Précédente

Retourner vers Politique dans le monde

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Découvrir l'ouvrage

Conseil communautaire : mode d'emploi

Joël Clérembaux

Elaboré par un ancien directeur général des services, ce classeur est le fruit d'une double expérience : expérience de dirigeant à l'origine de la création d'une communauté de communes, expériences de DGS acquises au sein de communes intégrées...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités