Politiquemania

La base de données de la vie politique française

La vie politique américaine

Ce forum permet de réagir sur tous les évènements politiques qui ne concernent ni la France ni l'Europe. Exprimez-vous sur les élections, décisions ou nominations dans le reste du monde.

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Ven 24 Juin 2022 20:48

Je pense que vous êtes loin du compte...
Déjà, si l'annulation de Roe vs Wade est le sommet émergé de l'iceberg qui va attirer à lui le plus d'attention, la SCOTUS a vraiment poussé le bouchon très loin cette semaine, puisqu'elle a rendu 2 autres arrêts aux conséquences tout aussi potentiellement importantes : un sur le financement des écoles religieuses par les états qui met un sérieux coup de canif dans la séparation de l'église et de l'état (qui est pourtant écrite noir sur blanc dans la constitution, mais apparemment les juges conservateurs n'ont une vision rigoriste de la constitution que sur certains sujets, sur d'autres ils sont nettement plus dans l'interprétation des textes...), et un autre sur la suppression de toute limitation au second amendement (le port d'armes).
https://www.washingtonpost.com/politics ... s-schools/
https://www.politico.com/news/2022/06/2 ... s-00041691
Sur ces 3 sujets (avortement, séparation de l'église et de l'état, et droit au port d'armes), les juges conservateurs ont clairement défendu leur agenda politique sans vraiment se cacher, puisque dans les 3 cas ils envoient balader des décennies (voire près d'un siècle) de précédents judiciaires et livrent une lecture très à la carte de la constitution (rigoriste sur l'avortement et le port d'armes, très interprétative sur la séparation de l'église de l'état).
Mais le pire c'est que dans tous ces dossiers ce sont des lectures réellement extrémistes qui l'emportent, puisque les juges conservateurs laissent clairement entendre (enfin non, ils l'affirment) que quasiment tout est sur la table, et qu'on peut également revenir sur les droits LGBT, voire même les mariages interraciaux. Rien que sur l'avortement, c'est atterrant : outre que la SCOTUS ne trouve rien à redire au fait de voir l'état empêcher une femme disposer de son corps (y compris en cas de viol ou d'inceste), il semble aussi que la SCOTUS valide le droit des états à poursuivre des personnes ayant recours à l'avortement en dehors de leur état de résidence.
Quant aux conséquences politiques de tout ça, je suis nettement plus enclin que Eco92 à voir là un big bang aux conséquences potentielles innombrables, aussi bien à court qu'à long terme. Sur le fond, la SCOTUS est en train de revenir sur des décennies de précédents judiciaires pour consacrer les droits et pouvoirs d'une minorité (bruyante et influente) au détriment de la volonté de la majorité (tous les sondages indiquent qu'une très nette majorité des Américains sont en faveur du maintien de Roe vs Wade, et qu'une majorité encore plus écrasante rejette la lecture extrémiste de courant anti avortement qui ne distingue même pas les cas de viol ou d'inceste).
L'image de la SCOTUS va prendre un coup terrible dans la bataille, et je ne serais pas plus étonné que ça que certains de ses arrêts soient purement et simplement ignorés (soit par certains états, soit par le gouvernement fédéral, c'est déjà arrivé par le passé). Politiquement parlant, les républicains n'ont que des coups à prendre. Leur base ultra minoritaire va certes déborder d'euphorie, mais tout un tas d'électorats tangents, même dans des états rouges, risquent de ne pas partager l'enthousiasme. Je ne parle même pas des swing states ni des états bleu horizon.
Je n'en suis pas encore à dire que cette thématique va supplanter le pouvoir d'achat et l'inflation sur les élections de midterms, mais les démocrates ont désormais un contre argument massif à déployer en essayant de faire de tout ça un référendum sur l'avortement, avec en ligne de mire le filibuster. Car oui, la conséquence la plus immédiate et importante de tout ça c'est de renforcer considérablement les appels démocrates à supprimer le filibuster, seul élément qui permettrait aux démocrates d'imposer par la force législative des contre mesures.

Et la question de l'avortement divise nettement plus les républicains que les démocrates en réalité (à quelques très rares exceptions près, il n'y a quasiment plus de démocrates pro life). On va voir très vite jusqu'où l'aile extrémiste du GOP va vouloir pousser son avantage, dans les états rouges, mais aussi dans les swing states où elle le peut.
L'avortement va très certainement devenir une des questions centrales de toutes les courses pour les postes de gouverneur de l'automne, et le filibuster va devenir une question brulante pour tous les sénateurs et aspirants sénateurs.
https://www.politico.com/news/2022/06/2 ... n-00040770
D'autant qu'il y a un autre sujet sur lesquels les démocrates ont aussi une ouverture : la défense de la démocratie et du droit de vote. Là aussi, les auditions désormais publiques de la commission d'enquête sur l'assaut contre le Capitole du 06 janvier sont assez dévastatrices et effarantes, tout comme les législations imposées par certains républicains aux quatre coins du pays pour limiter l'expression du droit de vote, voir permettre aux autorités politiques de carrément rejeter le verdict des urnes le cas échéant.
Concernant la commission, à mon sens on est plus sur des confirmations que de véritables surprises, encore que, l'ampleur des manigances trumpistes pour essayer réellement d'annuler l'élection de novembre 2020 et de se maintenir est vertigineuse, avec des preuves et des témoins semés un peu partout. De la part d'une autre administration je serai effaré, de la part de cette administration Trump c'est juste business as usual je dirais ? Là aussi, les démocrates ont un angle d'attaque pour les midterms. Et d'un point de vue purement judiciaire, je vois mal comment Trump et tous ceux qui ont conspiré avec lui pourraient désormais éviter des poursuites, aussi bien au niveau fédéral que des états (notamment la Géorgie).
https://www.politico.com/news/2022/06/2 ... p-00041767
https://edition.cnn.com/2022/06/22/poli ... index.html
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 4824
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede Eco92 » Ven 24 Juin 2022 21:51

Corondar a écrit:Je pense que vous êtes loin du compte...

Corondar a écrit:Quant aux conséquences politiques de tout ça, je suis nettement plus enclin que Eco92 à voir là un big bang aux conséquences potentielles innombrables, aussi bien à court qu'à long terme.

Ha perso sur le compte je vous suis, j'avais évoqué "l'opinion" Thomas sur le mariage homosexuel et la contraception (le mariage interracial j'avoue que ça m'a échappé), j'avais vu le texte sur les armes mais pas celui sur les écoles, très ironique lecture, c'est vraiment très inquiétant.

Personnellement je serai ravis que ça secoue l'électorat démocrate et fasse tout basculer mais j'avoue peu y croire, après si ça ça ne suffit pas c'est sur que dur d'imaginer autre chose...

En tous cas c'est vrai que les première réactions des démocrates sont claires : en finir avec ceci, votez démocrates, midterms, etc. Pelosi parle de faire élire deux sénateurs démocrates, ce serait déjà une victoire, je doute qu'on arrive à 60... Warren parle en effet d'ajouter des sièges, je crois qu'il faut 60 sénateurs pour ça ? Je peux me tromper, c'est peut-être plus.

La question d'un état de Washington peut-elle plus crédiblement se poser ? (et être votée) Je ne parle pas de Porto Rico...

Le filibuster reste une chose méconnue ici, je suis un peu flou à ce sujet pouvez vous en réexpliquer le principe que je sois sur de comprendre ?
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8015
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Ven 24 Juin 2022 22:51

Eco92 a écrit:Le filibuster reste une chose méconnue ici, je suis un peu flou à ce sujet pouvez vous en réexpliquer le principe que je sois sur de comprendre ?


Déjà, il faut rappeler que le filibuster n'est pas écrit dans la constitution, mais fait parti du règlement interne du Sénat, et qu'il a lui aussi évolué de manière très sensible au cours des 300 dernières années.
Pour résumer, des sénateurs peuvent faire de l'obstruction parlementaire et bloquer l'adoption d'un texte de loi. Originellement, tant qu'un sénateur parlait, il pouvait empêcher n'importe quelle loi d'être mise au vote. C'est ce qu'on appelle le filibuster. Pour le casser, en clair retirer la parole au(x) sénateur(s) loquace(s) afin de soumettre la loi aux votes de l'assemblée plénière, il fallait que les 3/5 du Sénat s'opposent à ce filibuster (60 sénateurs donc de nos jours).
Dans sa forme originelle, le ou les sénateurs se livrant à l'obstruction devaient physiquement occuper la tribune et parler sans s'arrêter, étant entendu qu'une fois qu'un sénateur cédait la parole à un autre orateur, on considérait son temps de parole sur le sujet terminé. Le sénateur pouvait en revanche parler de ce qu'il voulait (certains récitaient le bottin téléphonique ou des recettes de cuisine). Ce système permettait de ralentir considérablement le travail législatif du Sénat si on trouvait suffisamment de sénateurs marathoniens (prêts à occuper l'estrade de longues heures sans pause) et que les 3/5 de leurs collègues ne s'y opposaient pas. Mais, on finissait toujours pas arriver, faute de combattant, à la fin du blocage. Mais cela pouvait prendre parfois des semaines et paralyser complètement la haute assemblée. A cette époque, le filibuster était utilisé avec parcimonie sur des textes très clivant.
Mais au cours des dernières décennies, le filibuster a considérablement évolué, puisque désormais les sénateurs n'ont plus l'obligation de tenir la tribune physiquement. Il leur suffit de manifester leur opposition à un texte de loi, et tant qu'un quorum des 3/5 ne vient pas briser cette opposition, alors le texte de loi est considéré comme rejeté.
Seules les lois budgétaires ne sont pas soumises à ce filibuster. Les nominations judiciaires étaient jadis concernées elles aussi, mais le filibuster a été aboli en 2 temps les concernant : sous Obama, Harry Reid (leader de la majorité démocrate de l'époque au Sénat, ancien sénateur du Nevada, l'équivalent démocrate à l'époque de Mitch McConnell aujourd'hui niveau tripatouillage dans les arcanes byzantines du Sénat US) l'a d'abord supprimé pour les nominations des juges dans les cours fédérales (les républicains s'opposant à toutes les nominations faites par Obama), puis Mitch McConnell a fini par le supprimer aussi pour les juges à la SCOTUS (puisque là aussi, l'institution devenant ultra politisée il devenait impossible d'espérer réunir 60 voix, sauf à proposer de vrais candidats de compromis, devenu un bien vilain mot dans le paysage politique US).
Le filibuster est désormais devenu une arme ultime d'obstruction parlementaire qui fait que tout texte de lois ne réunissant pas 60 voix de sénateurs est potentiellement voué à l'échec (sauf encore une fois si il s'agit d'un texte budgétaire).
Pour modifier (ou supprimer) le filibuster il suffit d'une majorité simple au Sénat puisqu'il s'agit du règlement intérieur de la haute assemblée. Les républicains sont évidement vent debout contre cette idée.
Chez les démocrates, jusqu'à encore récemment aussi de nombreux sénateurs y étaient opposés, craignant le retour de bâtons potentiel une fois le filibuster supprimé et des républicains majoritaires au Sénat.
Mais les démocrates ont fini par se rendre compte que le filibuster protégeait beaucoup plus l'agenda républicain qu'il ne protège l'agenda démocrate. En effet, le GOP reste le parti du laisser faire, plus l'état central est faible et moins il intervient, mieux ça leur va globalement. Le vrai sujet de consensus au sein du GOP c'est le moins d'impôts et de taxes pour les plus riches, et le moins de dépenses possibles pour l'état central (sauf pour la Défense). Or, ces éléments là ne sont pas concernés par le filibuster. En revanche, le filibuster leur permet de bloquer tout projet de loi un peu trop vaguement ambitieux en matière de lois électorales, de contrôle de la vente des armes à feu, de réformes sociétales (que ce soit les droits LGBT, l'avortement), de l'étatisation de DC ou de Porto-Rico, de réforme énergétique...
Il y a quelques mois, les démocrates ont fait voter une loi électorale garantissant de lisser les pratiques électorales au niveau national (ouverture des bureaux de vote plus large, encadrement du vote par correspondance, fériarisation des élections présidentielles et de mi mandat,), le vote a donné 50/50, Kamala Harris devant casser l'égalité. Les républicains ont filibuster le tout. Schumer (leader démocrate au Sénat) a tenté de modifier le règlement intérieur pour supprimer purement et simplement le filibuster. 2 sénateurs démocrates s'y sont opposés (Manchin de Virginie Occidentale et Synema d'Arizona), faisant échouer la proposition 52/48. Mais l'ensemble des autres membres du caucus démocrate ont tous voté en faveur pure et simple du filibuster. Ce qui en soit était déjà une révolution copernicienne par rapport aux années précédentes.
Si après les élections de novembre les démocrates devaient réussir à obtenir 50 sénateurs favorables à la fin du filibuster (que les 48 l'ayant déjà voté soient toujours en place, et que 2 élus démocrates favorables en plus rejoignent les rangs de la haute assemblée pour palier l'éventuel vote toujours non de Synema et Manchin), alors le Sénat pourrait supprimer le filibuster. Et derrière, the sky is the limit : loi garantissant le droit à l'avortement, interdiction de la vente d'armes aux mineurs de moins de 21 ans, plans sociaux et énergétiques, étatisation de DC et de Porto Rico, modification du fonctionnement de la SCOTUS, vote de lois électorales nationales...
Je ne dis pas que les démocrates auront bien 52+ sièges après les élections de novembre, ni même que c'est bien ce qu'il se passerait si ils les avaient, mais ce qui est certain c'est que c'est désormais largement sur la table et assumé comme tel par les démocrates...
Et que les républicains auraient préféré que pour les élections de novembre on ne parle que d'inflation et de pouvoir d'achat, pas aussi d'avortement, de filibuster ni de SCOTUS...
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 4824
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede manudu83 » Ven 24 Juin 2022 23:12

Actuellement je vois mal les démocrates avoir un 52-48 au sénat. déjà un statu quo 50-50 serait quasi une victoire.
manudu83
 
Messages: 5164
Inscription: Mer 8 Fév 2012 20:53
Localisation: le long de la grande bleu

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Ven 24 Juin 2022 23:58

manudu83 a écrit:Actuellement je vois mal les démocrates avoir un 52-48 au sénat. déjà un statu quo 50-50 serait quasi une victoire.


Je ne dis pas que ce serait facile, mais c'est là où à mon avis les derniers événements de la SCOTUS changent clairement la donne, et rendent ce scénario nettement moins impossible.
Cela aurait plus sa place dans le sujet sur les midterms, mais :
1) le siège de Pennsylvanie me parait très vraisemblablement à la portée des démocrates
2) depuis le début, le siège du Wisconsin me parait aussi être en jeu, le sortant républicain étant très prenable (mais là il faut aussi attendre de voir qui les démocrates nominent)
3) si les républicains choisissent Greitens comme candidat dans le Missouri, le siège sera loin d'être dans la poche pour le GOP
4) le plus dure pour les démocrates sera de conserver tous leurs sortants (cela me parait bien embarqué au New Hampshire, jouable dans le Nevada et en Arizona, plus difficile en Géorgie, mais si le candidat républicain continue sur sa lancée il n'est pas certain que sa campagne lui fasse du bien...)
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 4824
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede ligerien » Sam 25 Juin 2022 08:20

Ce qui est très clairement affiché par les républicains, c'est l'interdiction fédérale de l'avortement. Sasse, Pence et quelques autres se sont exprimés dans ce sens.
Vous évoquez les sondages sur les questions de société, il faut également le sujet de la représentativité. La présence de juges extrémistes a été rendue possible par la distorsion de 2 sénateurs par sénat, et ont été présentés par des présidents élus mais mis en minorité dans le vote populaire.
ligerien
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 1553
Inscription: Mer 12 Jan 2011 16:54
Localisation: Loire
Messages : 2 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede pba » Sam 25 Juin 2022 09:22

ligerien a écrit:Warren relance le projet de rajouter au moins 4 juges.


Quelqu'un peut-il nous rappeler comment cette modification pourrait se faire ?
Sans en connaitre tous les détours, j'ai l'impression qu'il s'agirait presque d'une "bombe atomique ", mais qu'en même temps (comme chez nous !!!!!), c'est peut être la seule voie, à court ou moyen terme, pour stopper cette frénésie des juges suprêmes, de plus en plus politiques et de moins en moins juges .

NB: c'est une autre histoire, mais notre conseil constitutionnel n'a pas cette "tare "de juges nommés à vie et seulement par une seule personne .
pba
 
Messages: 1154
Inscription: Lun 8 Aoû 2011 14:26

Re: La vie politique américaine

Messagede Eco92 » Sam 25 Juin 2022 10:23

Oui, comme souvent notre système paraît un peu mieux que celui des US, mais un peu seulement.

Car de fait on a en France des juges ultra politisés, qui sont rarement juges (au moins aux USA tous les sont). Dans la plupart des autres cours suprême (ce que n'est pas le CC officiellement d'ailleurs) on a des juges de carrières, nommés pour garder en effet une certaine mesure et la durée est là pour être "hors du temps" court (pour le coup la durée française me semble bien).

Par contre aux USA le juge n'est pas nommé par une seule personne mais par tout un Sénat, qui a déjà retoqué une candidature, une fois la nomination faite. En France les juges nommés par le président le sont par lui seul. Mais en effet j'apprécie qu'en France la soumission du nom vienne de plusieurs endroits.
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8015
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Sam 25 Juin 2022 11:56

pba a écrit:
ligerien a écrit:Warren relance le projet de rajouter au moins 4 juges.


Quelqu'un peut-il nous rappeler comment cette modification pourrait se faire ?
Sans en connaitre tous les détours, j'ai l'impression qu'il s'agirait presque d'une "bombe atomique ", mais qu'en même temps (comme chez nous !!!!!), c'est peut être la seule voie, à court ou moyen terme, pour stopper cette frénésie des juges suprêmes, de plus en plus politiques et de moins en moins juges .

NB: c'est une autre histoire, mais notre conseil constitutionnel n'a pas cette "tare "de juges nommés à vie et seulement par une seule personne .


Pour la modification du nombre de juges, une loi simple suffirait, puisque le nombre de Suprêmes n est pas inscrit dans la constitution. Évidemment, à l heure actuelle, une telle loi serait soumise au filibuster. Si ce dernier disparaissait, la majorité simple suffirait. Par contre, on serait typiquement sur un sujet où la fin du filibuster entraînerait une course à l échalote : une fois les républicains de nouveau majoritaires au Sénat ils rajouteraient 5 juges à leur tour :). Puis les démocrates en rajouteraient 6 quand ils le pourraient. Au bout de quelques législatures on se retrouverait avec une SCOTUS pléthorique :).
Par contre, pour réduire la durée du mandat des Suprêmes, une modification de la constitution serait nécessaire. Or cette dernière est désormais impossible étant donnée l hyper partisanerie politique.
Et oui, ce qui choque le plus dans les 3 arrêtés rendus cette semaine c'est à quel point ils envoient ballader le droit, la constitution et les précédents pour faire de la politique politicienne. Le tout saupoudré d une lecture religieuse ultra réactionnaire, parce que si la SCOTUS reste sur cette lancée, à ce rythme là ils vont rendre la prière obligatoire à l école et la séparation de l église et de l état va disparaître.
Quant à l avortement, je suis curieux de voir à quel rythme et jusqu'à quel niveau les états rouges vont le mettre en pièce, avec en perspective un bordel sans nom pour juger de l aspect médical d un avortement. Car jusqu à présent les républicains ne parlent pas d interdire les avortements en cas de grossesse à risque pour la vie de la femme enceinte. Mais rien n interdira à un gynécologue de dire que cette décision est médicale et ne relève pas de la loi. Bon courage derrière pour définir la nécessité ou non de l avortement (le médecin pouvant aussi d ailleurs s appuyer sur la santé psychologique de la femme enceinte). Et je ne parle même pas des projets visant à criminaliser les femmes qui iraient pratiquer un avortement dans un autre état. Là ça me paraît carrément dément.
Mais le bilan c'est qu on va se retrouver de nouveau avec une inégalité criante entre les femmes selon leur état de résidence, mais aussi leur niveau de vie (les femmes aisées pourront plus facilement se faire avorter dans un autre état). Sans parler du retour des avortements clandestins avec tous les risques vitaux que cela induit.
Et l hypocrisie des républicains est totale sur tout ça, car derrière ils ne mettront pas un dollar dans les aides sociales pour aider les familles pauvres, pour financer l éducation sexuelle, et encore moins l aide à l enfance ou à la scolarisation. Et le pire c'est que la droite US dénonce l avortement au nom de supposées bases religieuses inexistantes : la Bible stipule noir sur blanc que la vie commence avec la première respiration du bébé, il n y a pas une ligne dans le texte qui indique que la vie commencerait in utero, pas une...
En tout cas, si on m avait annoncé il y a 10 ans que Donald Trump et Mitch McConnell seraient responsables de la fin du droit à l avortement aux USA j aurais beaucoup ri et me serais inquiété de la santé mentale de la personne qui m aurait annoncé ça. Comme quoi, en politique il ne faut jamais jurer de rien :).
Je suis aussi curieux de voir comment les républicains pro choice (surtout ceux du Nord Est) vont se dépatouiller avec tout ça...
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 4824
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede Eco92 » Sam 25 Juin 2022 12:25

Autre question, sans parler de limiter le mandat des juges, existe-t-il des procédures de destitutions des juges de la CS ?
Je ne dis pas du tout que ça aboutirait, mais quand je vois les conflits patents entre Thomas et l'activisme de sa femme, je me questionne.
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8015
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique dans le monde

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Les compétences du conseil municipal, du maire et des adjoints

Joël Clérembaux

Les communes ont des compétences multiples, dont certaines seulement sont clairement identifiées par le Code général des collectivités territoriales ; les lois de décentralisation et la...

Découvrir l'ouvrage

Guide des usages, du protocole et des relations publiques

Collectif

Les questions protocolaires sont généralement source d'un grand stress dans les collectivités locales. Comment composer une table d'honneur ? Comment aligner les drapeaux devant un bâtiment public ? Quel est l'ordre des discours lors d'une inauguration ?...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité