Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Ce forum permet de réagir sur tous les évènements politiques qui ne concernent ni la France ni l'Europe. Exprimez-vous sur les élections, décisions ou nominations dans le reste du monde.

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede nigdugg » Mer 18 Nov 2020 20:20

Il faut aussi mentionner que les grandes agglomérations américaines pèsent énormément dans la représentation nationale. Et à ce jeu là les démocrates ont misé sur cette population pour faire les différences.

Concernant le redécoupage on constate à peu près les mêmes zones de forces les très grandes villes et banlieues proches.
nigdugg
 
Messages: 218
Inscription: Mer 4 Mar 2020 14:43

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede Corondar » Mer 18 Nov 2020 20:37

nigdugg a écrit:Il faut aussi mentionner que les grandes agglomérations américaines pèsent énormément dans la représentation nationale. Et à ce jeu là les démocrates ont misé sur cette population pour faire les différences.

Concernant le redécoupage on constate à peu près les mêmes zones de forces les très grandes villes et banlieues proches.


Sur cet échelon là, guère de changement : les grandes métropoles américaines confirment être des no Man's land pour les républicains. Même dans l’agglomération de Miami où Trump a enregistré des gains énormes dans le comté de Miami-Dade, Biden reste tout de même nettement devant (plus de 7 points d'avance), et dans l'agglomération au sens large, cette poussée n'a pas vraiment essaimé (Biden est à +30 dans le comté de Broward et +13 dans le comté de Palm Beach). Et les autres grandes agglomérations de Floride aussi votent majoritairement démocrates (Tampa, Orlando, Tallahassee). Même la ville de Jacksonville (qui avait voté pour Trump en 2016 et avait été envisagée pour la convention présidentielle du GOP avant l'annulation finale) a cette année opté pour Biden (+4).
Si on va voir dans toutes les grandes villes américaines c'est la même chose, même parfois dans des états ultra rouges (le cas le plus visible étant la ville d'Omaha au Nebraska, qui a permis aux démocrates d'empocher 1 GE de l'état en 2008 et 2020, mais même la vile de Salt Lake City en Utah vire de plus en plus au bleu).
C'est le seul élément qui ne change pas au niveau des coalitions électorales : plus les villes sont grandes plus elles sont démocrates, plus les zones sont rurales plus elles votent républicains.
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 3846
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede nigdugg » Mer 18 Nov 2020 20:55

Concernant le district le plus serré en Iowa (48 voix séparent les deux candidats) des recomptes sont en cours. Des oublis et des erreurs auraient été signalé. D'après ce que j'ai lu la fin des décomptes et du processus aura lieu le 28/11 et les résultats définitifs seront annoncés le 30/11.

Corondar a écrit:Sur cet échelon là, guère de changement : les grandes métropoles américaines confirment être des no Man's land pour les républicains. Même dans l’agglomération de Miami où Trump a enregistré des gains énormes dans le comté de Miami-Dade, Biden reste tout de même nettement devant (plus de 7 points d'avance), et dans l'agglomération au sens large, cette poussée n'a pas vraiment essaimé (Biden est à +30 dans le comté de Broward et +13 dans le comté de Palm Beach). Et les autres grandes agglomérations de Floride aussi votent majoritairement démocrates (Tampa, Orlando, Tallahassee). Même la ville de Jacksonville (qui avait voté pour Trump en 2016 et avait été envisagée pour la convention présidentielle du GOP avant l'annulation finale) a cette année opté pour Biden (+4).
Si on va voir dans toutes les grandes villes américaines c'est la même chose, même parfois dans des états ultra rouges (le cas le plus visible étant la ville d'Omaha au Nebraska, qui a permis aux démocrates d'empocher 1 GE de l'état en 2008 et 2020, mais même la vile de Salt Lake City en Utah vire de plus en plus au bleu).
C'est le seul élément qui ne change pas au niveau des coalitions électorales : plus les villes sont grandes plus elles sont démocrates, plus les zones sont rurales plus elles votent républicains.


Oui et c'est tout le soucis que vont avoir les démocrates. Ils sont assez citadins dans leurs pensées. Et ils ont une idéologie très axée sur les grandes agglomérations oubliant énormément le reste. Une rectification s'impose si Biden veut vraiment "guérir" le pays il va falloir qu'il s'attelle à répondre à cela.
Car franchement si on s'amuse à enlever la grande ville de chaque état Biden ne gagne pas l'état quasiment partout.
Et la différence dans certain criant.
Les démocrates ont misé depuis 2000 sur cette stratégie, ils seraient temps de rééquilibrer la balance s'ils veulent combattre le Trumpisme et la populisme.
nigdugg
 
Messages: 218
Inscription: Mer 4 Mar 2020 14:43

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede Eco92 » Mer 18 Nov 2020 23:05

nigdugg a écrit:Car franchement si on s'amuse à enlever la grande ville de chaque état Biden ne gagne pas l'état quasiment partout.
Et la différence dans certain criant.


C'est vrai que quand on enlève les zones les plus peuplées, avec donc le plus d'électeurs, et les plus favorables aux démocrates, bizarrement ceux qui gagnent sont les républicains.
C'est un peu comme si on enlevait les grands électeurs à la Californie tiens.

Sinon, en reprenant votre idée, vous avez remarqué que, franchement, si on s'amuse à enlever toutes les zones rurales des états unis (et allez tiens, Miami Dale) Trump est complètement écrasé ? Il ne gagne quasi aucun état.

Et de fait, les républicains feraient bien de s'inquiéter, malgré un système inique et franchement peu démocratique, ils réussissent à perdre les élections. Il faut dire qu'avec 5 millions de voix de retard... mais si on enlève toutes les ville les plus peuplées je vous l'accorde ça fait moins.

J'entends l'idée du pb de vote rural chez les démocrates, mais l'inverse est vraie (et le GOP a aussi le pb du vote noir par exemple), juste entre les deux il y a un parti qui a obtenu une massive avance au vote populaire, ce qui change un peu la donne dans l'analyse. Et enlever toutes les zones de force n'est pas une analyse possible (d'autant que Biden a justement réussi à gagner du terrain dans les campagnes par rapport à Clinton, il gagne l'élection sans la Californie, en reprenant de nombreux états ruraux, certes grâces aux villes, mais pas que, la Georgie chaque voix à compté).
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 6603
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede Corondar » Mer 18 Nov 2020 23:50

nigdugg a écrit:Oui et c'est tout le soucis que vont avoir les démocrates. Ils sont assez citadins dans leurs pensées. Et ils ont une idéologie très axée sur les grandes agglomérations oubliant énormément le reste. Une rectification s'impose si Biden veut vraiment "guérir" le pays il va falloir qu'il s'attelle à répondre à cela.
Car franchement si on s'amuse à enlever la grande ville de chaque état Biden ne gagne pas l'état quasiment partout.
Et la différence dans certain criant.
Les démocrates ont misé depuis 2000 sur cette stratégie, ils seraient temps de rééquilibrer la balance s'ils veulent combattre le Trumpisme et la populisme.


Il est certain que si vous retirez les électeurs démocrates de l'équation, en effet, il ne reste plus que les électeurs républicains :). Il faudrait soumettre l'idée aux républicains : transformer toutes les métropoles américaines en centaines de Districts of Columbia et donner l'indépendance à la Californie...
Par contre j'ai un peu de mal à voir pourquoi une pensée plus "urbaine" serait qualitativement moins valide ou pertinente qu'une pensée plus "rurale" ? Rappelons également qu'aux USA, le diptyque ville/banlieue est très différent de ce qu'il représente en France. Chez nous, les agglomérations centres concentrent plutôt les populations riches et éduquées, alors que les banlieues concentrent plutôt les populations plus fragiles économiquement parlant (il y a des exceptions bien sur, mais le schéma global français est celui-là). Aux USA, c'est l'inverse, les agglomérations centres sont plutôt défavorisées et les banlieues plutôt aisées (là aussi il y a des exceptions, mais le schéma global est bien celui là). Et la percée des démocrates dans les banlieues (surtout chez les femmes) est un phénomène relativement récent.
Je pense surtout que les deux grands partis politiques américains devraient arrêter de faire de la politique comme si c"était une guerre ville contre campagne, Blancs contre Métis, hommes contre femmes, jeunes contre vieux, riches contre pauvres, gens en bonne santé contre gens malades...
Le gros problème c'est que les deux partis ont des plate-formes communautarisées ne s'adressant qu'à certains segments de la population et du pays. Tant que les deux partis ne réapprendront pas à se parler pour essayer de mettre en place des agendas nationaux transcendant les catégorisations électoralistes, il ne se passera pas grand chose au niveau réforme de fond.

Edit : un excellent article de CNN qui résume très bien pourquoi les dépouillements dans l'état de New-York sont toujours (et depuis toujours) un immense et long chemin de croix...
https://edition.cnn.com/2020/11/18/poli ... index.html
En Californie, le dépouillement est surtout rallongé car l'état déploie des systèmes de sécurité et de vérification assez énormes afin d'éviter toute fraude potentielle.
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 3846
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede nigdugg » Jeu 19 Nov 2020 17:58

Enfin à New York cela bouge.
Deux annonces et comme prévu et déjà évoqué les démocrates Delgado et Maloney sont annoncés vainqueurs dans le district 18 et 19.

D'après Fox News on serait à 222 contre 204 mais Fox ne compte pas le district en Louisiane alors que CNN et le New york Times a attribué un Run off entre les deux candidats républicains.
On peut donc dire que nous sommes à 222 contre 205.
A noter que la victoire de Zedlin et Katko devrait arriver prochainement (sans doute avant cette nuit pour les deux membres du GOP, leurs avances étant conséquentes +60000 voix ce n'est qu'une question de temps).
On sera sans trop me mouiller à 222 contre 207.
La victoire de Malliotakis dans le district 11 n'est pas encore comptabilisée non plus malgré l'article du New York Times et le fait que Rose ait reconnu sa défaite.
Par conséquent nous sommes à 222 contre 208.

Il restera donc 5 sièges à pourvoir 2 à New York : district 22 où Claudia Tenney pourrait rafler le siège au sortant Brindisi le duel est serré 2150 voix d'écart, mais il reste d'après ce que j'ai lu environ 5521 voix et par conséquent il faudra que Brindisi remporte 69% des voix restantes. C'est réalisable car sa remontée est en progression depuis quelques jours.
https://www.syracuse.com/politics/2020/ ... votes.html
https://www.syracuse.com/politics/2020/ ... votes.html
Affaire à suivre.
District 3 le candidat démocrate aurait acté sa défaite mais aucun site ne l'annonce donc je suis prudent.
https://www.nbcnewyork.com/news/politic ... g/2734217/
https://triblive.com/news/world/democra ... -district/

1 siège en Iowa où c'est tellement serré et fruit de contestations multiples des deux camps que l'histoire va encore tarder.

Et enfin les 2 en Californie où les positions ne bougent pas ni avancée, ni recul, les candidats engrangent peu d'écarts sur les bulletins restants. Pour le moment les deux candidats du GOP sont en tête mais des bulletins restent encore à dépouiller ce qui donne bonne espoir au candidat démocrate Smith qui a tweeté qu'il devrait passer devant rapidement (bulletins de Los Angeles).

Affaire en suivre.
Quoiqu'il arrive on reste sur des pertes côté démocrate de 8 sièges. Le GOP a renversé 11 sièges mais à un total de gain de 8. A noter qu'un a été gagné au détriment d'Amash qui ne se représentait plus.
Dernière édition par Corondar le Jeu 19 Nov 2020 20:54, édité 1 fois.
Raison: Corrections diverses
nigdugg
 
Messages: 218
Inscription: Mer 4 Mar 2020 14:43

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede jordan » Ven 20 Nov 2020 11:03

Le recul démocrate à la Chambre, et les autres reculs dans des scrutins locaux (trifecta républicains de-ci de là, très problématiques pour les démocrates au moment de redécouper les circonscriptions..) semblent très surprenants pour les lecteurs non-spécialistes que nous sommes.

Intuitivement, l'effet repoussoir du président sortant majoritaire dans le vote populaire, le handicap traditionnellement accolé à une majorité sortante, et surtout surtout la très forte hausse constatée de la participation, tout cela semblait devoir favoriser les candidats démocrates un peu partout.

Or on ne constate pas de poussée (même si on compare à une année 2018 qui avait été exceptionnellement bonne pour les démocrates).

J'avoue que j'ai hâte de lire sous la plume des meilleurs contributeurs de ce fil les premiers éléments d'explication (que l'on ne trouve nulle part dans la presse).
jordan
 
Messages: 170
Inscription: Mar 5 Oct 2010 09:18
Messages : 1 (détails)

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede ligerien » Ven 20 Nov 2020 12:56

Au niveau de la chambre, le découpage des circonscriptions crée une distorsion pro républicains.
2018 était une grosse perf des démocrates, pour une avance à la chambre pas énorme.
En 2020, pas une contre performance globale dans les urnes, mais le fait d'avoir des sortants en place les a sauvé d'une perte de majorité.
ligerien
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 1495
Inscription: Mer 12 Jan 2011 16:54
Localisation: Loire
Messages : 2 (détails)

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede Relique » Ven 20 Nov 2020 12:58

ligerien a écrit:Au niveau de la chambre, le découpage des circonscriptions crée une distorsion pro républicains.
2018 était une grosse perf des démocrates, pour une avance à la chambre pas énorme.
En 2020, pas une contre performance globale dans les urnes, mais le fait d'avoir des sortants en place les a sauvé d'une perte de majorité.


Moins le découpage, c'est l'ultra-concentration du vote démocrate qui crée une distorsion pro-républicaine. Si les démocrates veulent être compétitifs dans les années à venir à la chambre, ils doivent reconquérir des territoires péri-urbains et ruraux, ou en tout cas soutenir leurs "blue dogs" (ou équivalent) qui réussissent à emporter ce genre de districts.
Relique
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2707
Inscription: Jeu 20 Jan 2011 13:03

Re: Etats-Unis : élections au Congrès et des états en 2020

Messagede Corondar » Ven 20 Nov 2020 13:33

jordan a écrit:Le recul démocrate à la Chambre, et les autres reculs dans des scrutins locaux (trifecta républicains de-ci de là, très problématiques pour les démocrates au moment de redécouper les circonscriptions..) semblent très surprenants pour les lecteurs non-spécialistes que nous sommes.

Intuitivement, l'effet repoussoir du président sortant majoritaire dans le vote populaire, le handicap traditionnellement accolé à une majorité sortante, et surtout surtout la très forte hausse constatée de la participation, tout cela semblait devoir favoriser les candidats démocrates un peu partout.

Or on ne constate pas de poussée (même si on compare à une année 2018 qui avait été exceptionnellement bonne pour les démocrates).

J'avoue que j'ai hâte de lire sous la plume des meilleurs contributeurs de ce fil les premiers éléments d'explication (que l'on ne trouve nulle part dans la presse).


Là dessus, je pense qu'on peut s'avancer sur le terrain des suppositions, même sans avoir les résultats définitifs...
Petite précision quand même : il reste 2 run-offs à l'enjeu majeur début janvier. Si jamais les démocrates devaient l'emporter (je ne dis pas que je pense forcément que c'est ce qui va se passer :) ), le bilan au global des élections au Congrès deviendrait très différent. Mais, même avec un hypothétique 50/50 au Sénat (et donc bascule de la majorité grâce au vote de la VP Harris), on ne peut que constater en effet que les résultats démocrates au Congrès ont été nettement décevants par rapport aux objectifs et aux attentes, surtout si on les compare aux résultats de la présidentielle (qui, sommes toutes, sont pas si mauvais que ça au global, surtout quand on garde en mémoire que battre un président sortant reste une exception dans le système américain).
Je précise que ce sont là des hypothèses que je formule, et qu'elles ne s'excluent pas les unes les autres. Je vais faire ça en séparant le Sénat de la Chambre
Le Sénat
Aux USA, le statut de sortant ça aide aussi au niveau des sénateurs. Cela peut paraître bizarre de dire ça, surtout quand on constate que 3 sénateurs sortants ont été battus cette année (Arizona, Colorado et Alabama), et 6 en 2018 (Arizona, Nevada, Missouri, Dakota du Nord, Indiana et Floride) :). Mais il y a un élément à constater tout de même : la plupart de ces sénateurs sortants battus étaient des élus à l'affiliation politique très contraire au penchant politique majoritaire de leur état d'élection. Certains d'entre eux devaient même carrément leur élection ou leur réélection à des alignements astraux improbables (c'était notamment le cas des sénateurs démocrates au Missouri et en Alabama).
Bref, au Sénat on constate que les états alignent de plus en plus leurs votes sénatoriaux avec leur penchant naturel, là où avant on pouvait avoir de vrais barons locaux qui arrivaient à être élus sur leur étiquette personnelle. Mais, si cette réalité tend à disparaître, elle se maintient tout de même, et il n'en reste pas moins que battre un sortant c'est toujours plus difficile que d'essayer de faire basculer un siège ouvert. Ainsi, les démocrates ont tout de même réussi à conserver les sièges du Montana et de la Virginie Occidentale en 2018, et, cette année, les républicains ont réussi à conserver le siège du Maine. Pour ce dernier, il faut d'ailleurs souligner l'exploit de Collins. Pour l'heure, sur les élections sénatoriales de 2016 et 2020 (celles concomitantes avec une présidentielle), on a eu 69 élections sénatoriales. Pour l'heure, Collins, sur ces 69 élections est la seule sénatrice à avoir réussi à être réélue alors que son état votait (et très nettement en plus) pour le candidat du parti opposé à la présidentielle. Dans tous les autres cas de figure, les états ont voté pour le même parti à la présidentielle et à la sénatoriale. J'insiste sur le pour l'heure, car on aura peut-être 2 autres exceptions avec la Géorgie si l'état élit 2 candidats républicains en janvier (mais ce sera un peu spécieux, puisque l'état ne votera techniquement plus en même temps que la présidentielle).
Du coup, Biden ayant échoué à faire basculer l'Iowa ou la Caroline du Nord, ces 2 états ont été conservés par les républicains (dans le cas de la Caroline du Nord, il est aussi possible que le petit souci du candidat démocrate avec des SMS à caractère sexuel ait joué son petit rôle :) ).
Et pour souligner qu'il est toujours difficile de battre un sortant, on peut cette année mettre en avant le Michigan, l'Iowa et le Montana. Dans ces 3 états, les partis tentant la bascule (GOP au Michigan et démocrates dans les 2 autres) avaient objectivement des candidats excellents, et, pour avoir suivi un débat entre les deux candidates sénatoriales en Iowa, je pense ne pas trop m'avancer en disant que la candidate démocrate avait très nettement dominé la sortante républicaine lors de ce débat. Dans ces 3 états là, si l'élection ne se tenait pas en même temps que la présidentielle (plus de mobilisation démocrate au Michigan et plus de mobilisation républicaine en Iowa et au Montana) et/ou si ces sièges avaient été ouverts (le sortant ne se représentant pas), je pense alors que la probabilité de voir ces sièges basculer aurait été nettement plus grande.
On notera aussi que les sénateurs sortants devant leur statut de sortant à une nomination plutôt qu'à l'élection ont plus de mal à faire valoir ce statut de sortant, c'est le cas de Loeffler dans la spéciale de Géorgie, et de McSally en Arizona. Il faut s"arrêter sur le cas de cette dernière, qui ce sera révélée une candidate assez mauvaise, devant en plus se présenter dans un état qui vire méchamment au pourpre (je pense que l'Arizona est désormais clairement dans la zone swing state), face à 2 excellents candidats démocrates. J'espère pour les républicains locaux, qu'ils ne commettront pas avec McSally la même erreur que les républicains du Nevada ont jadis commise en (re)nominant l’inénarrable Danny Tarkanian à quasiment toutes les primaires de presque tous les échelons politiques possibles du Nevada pendant des années :).
Bref, concernant le Sénat, à partir du moment où Biden ne bascule pas la Caroline du Nord ou l'Iowa (ou le Montana, même si pour ce dernier cela me paraissait très peu probable), et que ces sièges étaient détenus par des sortants, voir les républicains conserver ces sièges là est loin d'être si étonnant que ça (pareil en sens inverse pour le Michigan). A mon sens, le seul vrai exploit étonnant de cette série c'est le Maine : Collins disposait visiblement d'une équation personnelle en béton armée. Dans cet état là d'ailleurs, il y a un élément à relever : les sondages sur la présidentielle ont été très bons, ceux sur la sénatoriale ont été catastrophiques.
La Chambre
Alors là, c'est plus compliqué, il y a beaucoup plus de cas de figure différents que pour le Sénat, et je m'aventure nettement plus dans les suppositions...
1) Perte des bascules historiques de la vague bleue de 2018
Lors des midterms de 2018, on avait eu des bascules de districts rouges vif à la surprise générale. Voir les districts 01 de Caroline du Sud, 05 de l'Oklahoma ou 04 de l'Utah revenir aux mains du GOP à partir du moment où les démocrates ne bénéficient plus de la même vague bleue que 2018 n'est pas très surprenant non plus.
2) Le gerrymandering
On le répète souvent, mais les républicains ont pratiqué nettement plus massivement le gerrymandering (aussi bien au niveau fédéral que fédéré) que les démocrates. Cette carte de FiveThirtyEught le résume très bien : 188 sièges sur les 435 de la Chambre sont issus d'un découpage favorable aux républicains, contre seulement 47 sièges issus d'un découpage favorable aux démocrates. Pour contrecarrer efficacement ce gerrymandering, les démocrates ont besoin d'une grosse avance dans le vote populaire à la Chambre. Ils seront devant cette année, mais avec nettement moins d'avance qu'il y a 2 ans (environ 3 ou 4 points d'avance cette année, contre 8.5 points il y a 2 ans). Forcément, cela se paye cash.
3) Peu de gains pour les démocrates
C'est clairement là où les démocrates n'ont pas obtenu ce qu'ils espéraient. Ils visaient beaucoup de sièges péri-urbains dans lesquels ils avaient progressé ces dernières années (notamment au Texas, à New-york, en Floride, en Géorgie). Et de ce côté là, la moisson a été très maigre (un siège en Géorgie et c'est tout :) ).
Et là, je vais m'avancer un peu plus sur les hypothèses :
- les électeurs démocrates sont parfois moins "disciplinés" que les électeurs républicains. On constate plus fréquemment sur les bulletins démocrates que sur les bulletins républicains optant pour les candidats à la présidentielle que certains électeurs ne votent que sur les premières lignes des bulletins à rallonge, et ne vont pas tous jusqu'au bout (et zappent donc de voter pour les échelons plus bas sur la liste).
Et, d'une manière générale, les électeurs républicains s'intéressent souvent plus aux échelons intermédiaires que les électeurs démocrates (qui se focalisent nettement plus sur la présidentielle, c'est pour ça qu'on constate souvent de meilleurs taux de participation des démocrates sur les années présidentielles, mais c'est peut-être là un schéma qui changerait un peu si on voit vraiment émerger de nouvelles coalitions électorales ?).
-certains électeurs ont voté contre Trump plus que pour Biden. Parmi ceux là on avait des nouveaux votants qui ne se sont déplacés que pour la présidentielle, et n'ont pas voté pour les autres échelons. Mais on a eu aussi des électeurs républicains ou des indépendants républicains qui ont franchi le Rubicon sur la présidentielle, mais pas sur les élections au Congrès.
-certains élus démocrates mettent en avant que la caricature républicaine à leur endroit (des communistes voulant supprimer les financements de la police, des écolos béats voulant détruire les industries, des pédophiles adorant le diable les nuits de pleine lune) aurait fonctionné et aurait pu leur coûter cher dans certains districts modérés. Ces élus démocrates là reprochent aussi aux représentants démocrates issus de l'aile libérale (et élus dans des districts bleu horizon) de ne pas leur faciliter la tâche en mettant trop ostensiblement en avant un agenda libéral (notamment une couverture santé universelle sur un modèle européen).

Je pense que c'est là un panorama assez complet des explications possibles aux contre performances constatées des démocrates sur les élections au Congrès.
Ceci dit, tout n'est pas noir non plus : certaines bascules de 2018 (ou antérieures) se sont confirmées (Arizona, Colorado, Nevada, New-Jersey, Virginie, Pennsylvanie...). Surtout tant qu'on ne connait pas les résultats en Géorgie c'est difficile d'évaluer le bilan global.
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 3846
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique dans le monde

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Mémento du président du bureau de vote

Joël Clérembaux

Ce Mémento du président de bureau de vote a été conçu pour permettre aux présidents des bureaux de vote de disposer d'outils pratiques à mettre en oeuvre avant, pendant et après le scrutin. Il expose les principales tâches qui leur incombent dans...

Découvrir l'ouvrage

Les compétences du conseil municipal, du maire et des adjoints

Joël Clérembaux

Les communes ont des compétences multiples, dont certaines seulement sont clairement identifiées par le Code général des collectivités territoriales ; les lois de décentralisation et la...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités