Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Coronavirus

Forum général sur l'actualité politique du moment. Discutez ici de l'action de la Présidence, des décisions gouvernementales, des projets ou propositions de lois ainsi que de toutes les démarches de l'opposition.

Re: Coronavirus

Messagede pop03 » Mar 17 Mar 2020 18:44

BernardD a écrit:
SALVAT a écrit:Il est compliqué de parler vrai pour celui qui a traîné, minimisé très (trop) longtemps l'importance de l'épidémie


Je ne suis ni macroniste , ni médecin, mais il me semble que vous refaites un peu vite le match.

Vous avez sûrement noté que jusqu'au milieu, voire la fin de la semaine dernière, les avis des médecins étaient fort divers:
-dans le JDD du 8 mars, le Pr François Bricaire (ancien chef du service d'infectiologie à La Pitié Salpétrière) estimait que le
gouvernement en faisait trop (alors qu'il n'était encore question que de mesures d'hygiène).
-le mardi 10, sur LCI,deux camps de médecins s'affrontaient;certains, menés par le Pr Eric Caumes (successeur du Pr Bricaire
à La Pitié) commençaient à alerter, mais beaucoup d'autres continuaient à minimiser( par exemple en contestant la
restriction d'accès aux EHPAD;
- le vendredi 13, plusieurs médecins continuaient à estimer que le gouvernement en faisait trop ou faisait peur.

Ce n'est que samedi 14 que cette éminente profession est devenue unanime, certains - mais pas tous - faisant courageusement- leur mea-culpa.

Utiliser le terme ''courageusement" pour certains médecins qui ont minimisé l'ampleur du problème, me semble inapproprié.
D'ailleurs, je rappelle que les médecins sont soumis au code de la santé publique intégré au code de déontologie:
Article 13 (article R.4127-13 du code de la santé publique)
Lorsque le médecin participe à une action d'information du public de caractère éducatif et sanitaire, quel qu'en soit le moyen de diffusion, il doit ne faire état que de données confirmées, faire preuve de prudence et avoir le souci des répercussions de ses propos auprès du public.

En revanche, celui qui laissera son nom à la postérité et mériterait d'être honoré à titre posthume c'est le très courageux Dr Li Wenliang.
BernardD a écrit:
Par ailleurs,les principaux pays européens (Italie, Espagne, France, Allemagne) ont à peu près tous mis en oeuvre le confinement avec le même délai de 14 jours après le début de la propagation (fixé conventionnellement au jour d'atteinte du centième cas); la couleur politique du gouvernement ne pèse pas lourd devant la culture de santé publique.

Non, l'Italie a mis en place une zone de confinement dans la province de Lodi dès le 21 février. Impossibilité de sortir ou d'entrer comme à Codogno.
Après la mort de deux personnes infectées, plusieurs communes de Lombardie sont placées en quarantaine. source wiki
pop03
 
Messages: 1929
Inscription: Jeu 26 Fév 2015 01:04

Re: Coronavirus

Messagede BernardD » Mar 17 Mar 2020 22:20

Les comptes rendus des 3 réunions du conseil scientifique COVID 19 sont en ligne sur le site du ministère de la santé:

- réunion du 12 mars
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/p ... s_2020.pdf

- réunion du 14 mars
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/p ... s_2020.pdf

- réunion du 16 mars
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/p ... s_2020.pdf

.
BernardD
 
Messages: 175
Inscription: Jeu 23 Mar 2017 16:06

Re: Coronavirus

Messagede Alambic » Mer 18 Mar 2020 10:03

Je vous remercie pour ces comptes rendus qui permettent d'éclairer la situation et notamment le déroulé de la prise de décision. Je me permets de rajouter le lien avec la page publiant les avis puisque de nouveaux avis viendront très probablement à être publiés : https://solidarites-sante.gouv.fr/actua ... e-covid-19

La lecture de ces documents m'inspire certaines remarques quant à la gestion de la crise. Je me concentrerai exclusivement sur l'aspect lié à la réduction des interactions sociales et la question des municipales. Je fais déjà la synthèse de ces documents.

A ma connaissance, le comité scientifique a été installé le 11/03 et il rend donc son premier avis le 12/03 (jeudi). C'est cet avis qu'il est avant tout important de lire pour connaitre le niveau de compréhension de la situation et des mesures à prendre jeudi dernier. Dans cet avis, il apparait que :
- la gravité de la situation sanitaire et la nécessité de prendre des mesures drastiques de distanciation sociale pour contrôler de la situation étaient déjà pleinement comprises par le comité et communiquées au gouvernement. Il est notamment fait référence à la nécessité de diminuer de 60% les interactions sociales avec une grande célérité. Pour cela, le comité recommande notamment la fermeture des crèches et des écoles.
- il est indiqué que l'effet des mesures prises ne pourra être mesuré sur le nombre de cas qu'après un délai de 2 à 3 semaines (donc pas immédiatement). Il est également fait référence à la modélisation de N. Ferguson (Imperial College), non publiée à l'époque, dont la presse s'est fait l'écho hier et qui est passablement pessimiste. L'étude est consultable ici : https://www.imperial.ac.uk/media/imperi ... 3-2020.pdf
- il est précisé que la réalisation de l'objectif de diminution drastique des interactions dépend de la compréhension de cette nécessité de réduction drastique des interactions par les individus ainsi que l'adhésion à cet objectif par la population.
- il est recommandé au gouvernement d'agir de la plus transparente possible et notamment de publier les avis du comité.
- sur les municipales, il est indiqué que, d'un point de vue strictement sanitaire, elles peuvent se tenir à condition de respecter strictement les consignes sanitaires (lavage de mains, distances, etc.) Il ne se prononce pas sur l'opportunité de les maintenir (en précisant que cela dépend du politique) mais indique que leur report doit être politiquement consensuel.

Sur ces mêmes éléments, l'avis du 14/03 (samedi) mentionne que :
- les mesures de distanciation sociale ne sont pas suffisamment adoptées par manque d'adhésion ou de compréhension et qu'il convient de renforcer les mesures prises pour s'assurer de l'adoption des mesures (il recommande notamment la fermeture des bars et des restaurants).
- à nouveau, il recommande la publication de l'avis.
- sur les municipales, les mêmes recommandations sont formulées mais l'avis relatif à la tenue du second tour pourrait être différents (concrètement, que le report pourrait être recommandé).

L'avis du 16/03 (lundi) formule les mêmes points, en recommandant le durcissement des mesures afin d'assurer une distanciation sociale suffisante (encore une fois, liée à l'adhésion trop faible des individus par rapport à l'objectif global) et recommande le report du second tour des municipales.

Ceci étant posé, il est donc clair que :
- la dynamique épidémique était parfaitement comprise dès le 12/03 ainsi que les risques de saturation du système hospitalier et rien de cela n'a pas changé depuis lors. Il était précisé que les résultats des mesures ne pourraient se voir qu'après un délai de 2 semaines. Il est était donc impossible de mesurer "scientifiquement" l'efficacité des mesures prises dans les 2-3 jours suivant leur mise en oeuvre. Quand le gouvernement explique qu'il renforce les mesures car les données scientifiques ont changé, c'est par conséquent inexact.
- l'ensemble du durcissement des mesures s'explique non par la dégradation sanitaire mais par une adhésion trop lente et trop partielle aux mesures de distanciation sociale. Le comité précisait que cette adhésion dépendait de manière déterminante de la communication gouvernementale. A cet égard, on peut formuler de nombreuses critiques :
1/ le discours de Macron de jeudi était insuffisamment clair et ferme à cet égard - l'objectif de réduction de 60% des interactions n'était pas indiqué et, à son écoute, on peut sincèrement penser qu'on ne peut modifier son comportement qu'assez marginalement, pas drastiquement ;
2/ le discours de Philippe de samedi est plus ferme à cet égard ce qui était bienvenu mais maintenir le 1er tour des municipales alors même que le conseil scientifique n'offrait aucune garantie quant à son avis pour le 2nd tour et qu'il y avait consensus politique pour le report à ce moment là est incompréhensible. A cet égard, si d'un point de vue strictement sanitaire dans les bureaux de vote la tenue du 1er tour ne présentait pas de problème particulier sous réserve du respect des consignes (comme indiqué par le comité), d'un point de vue de communication et de compréhension de la population pour l'application immédiate d'une importante distanciation sociale, c'était complètement incohérent ;
3/ le bruit de fond médiatique ainsi d'ailleurs que la communication gouvernementale jusqu'à la moitié de semaine dernière et depuis plusieurs semaines ayant été absurdement rassurants, cette absence de clarté de la part des autorités entre jeudi dernier et lundi est d'autant plus incompréhensible car il était clair qu'il fallait que la prise de conscience ait lieu très rapidement (c'était mon avis à l'époque mais c'était également celui du comité scientifique). Cette absence de clarté et d'adhésion rapide ont mené à devoir prendre des mesures draconiennes pour le même résultat, ce qui aura un coût très important. D'ailleurs, on a encore pu constater une certaine mollesse du discours de Macron lundi au regard des consignes, heureusement compensée par Castaner peu après. Dans ce genre de situation, on a besoin avant tout de clarté pas de poésie.
- je note que la publication des avis du comité a eu lieu lundi alors que cette publication était recommandée par ce même comité dès jeudi. Cela illustre un autre problème dans la gestion de cette crise qui est le manque de transparence des autorités : c'est vrai ici, c'est vrai dans la diffusion malthusienne des données épidémiologiques, c'est vrai aussi dans l'habitude qu'a prise le gouvernement de se "cacher" derrière le comité scientifique comme si c'était lui qui décidait (ce que le comité d'ailleurs rejette très clairement dans ces avis).

Enfin, et là je sors de mon commentaire des avis, à mon sens, l'installation du comité scientifique le 11/03 a été beaucoup trop tardive. Dans mes cercles d'amis personnels, nous sommes au moins 5 à avoir suivi le timing suivant par rapport à la crise : inquiétude à partir de la semaine du 2/3, très vive préoccupation et discussion à propos de la nécessité d'un confinement généralisé rapide à partir du week-end du 7-8/3. Et je ne compte pas tous les gens avec qui je suis en relation sur Twitter qui tenaient le même discours. Il y a un profil commun aux gens qui tenaient ce discours à ce moment là : actifs relativement jeunes avec une formation scientifique (non médicale, la plupart du temps) et informés. D'ailleurs je précise non médicale parce que j'ai lu et vu beaucoup de médecins (bien que pas tous) minimiser la situation de manière dramatique pendant très longtemps. Donc, si nous étions en mesure de comprendre les dynamiques et de faire des calculs sur un coin de table dont les conclusions étaient d'une clarté limpide dès la semaine du 2/3, il est incompréhensible que le fameux comité scientifique n'ait été constitué que le 11/03. Je précise par ailleurs que sa mise en place anticipée aurait permis aux autorités de prendre conscience plus tôt de la pleine mesure du problème et de pouvoir accompagner plus graduellement le basculement de l'opinion publique vers la prise en conscience de l'impérieuse nécessité de la distanciation. Ceci aurait permis d'obtenir une atténuation forte de l'épidémie par auto-discipline plutôt que d'avoir à prendre des mesures drastiques (nécessaires désormais à ce stade) mais extrêmement coûteuses. Il y a là pour moi une faute à nouveau.
Alambic
 
Messages: 127
Inscription: Jeu 9 Mai 2019 09:05
Localisation: Paris

Re: Coronavirus

Messagede Marcy » Mer 18 Mar 2020 11:21

Merci Alambic pour cette analyse précise que je partage, ainsi que pour les données partagées par les autres contributeurs sur ce forum.

Le point de la compréhension des mesures par la population me semble fondamental : j'ai dans mon entourage en France des personnes qui viennent d'Asie de l'est (je précise : la zone qui s'étend de la Chine au Japon), celle-là même (hors Chine) où il y a une culture de préparation à des pandémies, après le drame du SRAS. Elles ont été de loin et depuis des semaines les plus inquiètes, et j'ai constaté aussi que dans les premières personnes portant des masques figuraient de nombreux Asiatiques et leurs proches (typiquement, couple franco-asiatique).

Mes parents, scientifiques retraités, n'ont pas compris le maintien du premier tour des élections : pour la première fois de leur vie ils n'ont pas été voter, en ajoutant dès la journée de dimanche que selon eux le deuxième tour n'aurait pas lieu.

Pour ma part, étant de formation sciences humaines et droit, j'ai immédiatement pensé à la manière dont de précédents gouvernements français avaient - semble-t-il - surréagi à de précédentes crises sanitaires (comme la grippe aviaire, souvenons-nous des sarcasmes contre Roselyne Bachelot avec les "vaccinodromes" installés dans les gymnases). Dans les écoles où ont été formés le chef de l'Etat et le Premier ministre, puis les professions qu'ils ont exercées (vous m'objecterez certes qu'il y a beaucoup de médecins dans la famille du chef de l'Etat), la culture scientifique est faible et l'idée qu'il ne fallait pas surréagir pour éviter une panique et une crise économique était probablement prédominant. Les précédents sont très importants en politiques : la grippe aviaire et la vache folle ont été maîtrisées, il en serait probablement de même cette fois-ci. Je me souviens même d'un discours aujourd'hui révolu : seul le lobby pharmaceutique aurait intérêt à grossir la grippe aviaire, histoire de vendre ses vaccins... Au demeurant, tous les scientifiques étaient initialement loin d'être unanimes sur la gravité de la pandémie naissante.

Pour finir, à entendre le chef de l'Etat jeudi soir j'étais globalement rassuré et plutôt confiant, samedi soir perplexe et à le réentendre lundi soir j'ai été interloqué par le manque de précision (je n'ai pas entendu qu'il faudrait remplir des déclarations, alors que c'était un point important : il a laissé ce soin au gouvernement) et un décalage entre un début de discours relativement rassurant et le "nous sommes en guerre" ensuite martelé de plus en plus fort - alors que j'avais pronostiqué un discours guerrier dès le jeudi soir. D'où une impression de retard à l'allumage.
Dernière édition par Marcy le Ven 20 Mar 2020 14:17, édité 1 fois.
Marcy
 
Messages: 577
Inscription: Mer 31 Aoû 2011 18:03

Re: Coronavirus

Messagede Alambic » Mer 18 Mar 2020 14:13

Je partage globalement votre avis.

Je suis d'accord pour dire que la formation du chef de l'Etat et globalement des décideurs politiques n'a probablement pas aidé à la prise de conscience rapide. Néanmoins, il y a là un manque de prudence évident. Une épidémie, dans les premières phases, c'est assez aléatoire, ça peut se développer ou s'éteindre, on ne sait pas très bien. En revanche, une fois que c'est parti, ça devient un phénomène quasi déterministe, il n'y que très peu de place à l'aléa sur la dynamique (éventuellement, un peu sur la géographie mais c'est tout). C'est d'ailleurs pour cela que, parmi ceux que je connais qui s'en sont très vite inquiétés, il y a quasi exclusivement des chercheurs en sciences dures ou en sciences sociales quantitatives (je suis moi-même économiste), des ingénieurs ainsi que des gens qui font de l'analyse de données. Une épidémie, ça se comporte comme un système dynamique tel qu'on peut le retrouver en physique ou en économie. A part les infectiologues, les épidémiologistes et les chercheurs en général, les médecins ne sont pas particulièrement familiers de ce type de modèles. Raison pour laquelle beaucoup n'ont pas particulièrement été pertinents. Et si on rajoute à ça qu'on invite les grandes gueules sur les plateaux TV (même médecins) qui ont un excès de confiance en eux, ça n'arrange rien.

Il y eu pour moi un problème grave dans la gestion des risques (et encore, je ne mentionne pas comment on a laissé filer l'épidémie au début alors qu'on aurait dû adopter une stratégie de test à la coréenne - ce qu'il faudra d'ailleurs faire au terme du confinement). Ce n'est pas parce qu'un risque peut ne pas se matérialiser qu'il faut le négliger. Mais il y a eu aussi une faillite dans la gestion de la dynamique sociale : on est dans une société dans laquelle la culture scientifique n'est pas forcément très diffusée, où il y a pas mal de croyances complotistes en particulier sur ce qui touche à la santé, où on ne croit pas nécessairement les experts (il faut dire que la qualité d'expert est attribuée de manière pas forcément justifiée - et cette crise en est une bonne illustration, vu ce qu'on a entendu) ni d'ailleurs les autorités, tout cela implique qu'il était tout à fait prévisible que les recommandations sanitaires ne seraient pas suivies si facilement que ça. C'est l'autre raison pour laquelle il fallait anticiper et être d'autant plus limpide. Et par ailleurs même quand il a commencé à changer de discours, le gouvernement n'a jamais été clair : c'est bien de parler de freinage et de montrer des courbes de principe, mais tant qu'on explique pas de combien il faut freiner et à quelle vitesse, tout le monde est dans le flou. J'ai en mémoire une émission sur BFM où Véran dessinait ses petites courbes pour expliquer le principe du freinage : sauf que, déjà il ne disait pas de combien il fallait freiner, mais en plus par rapport à la publication dont ce graphique sortait, il a sciemment atténué le scénario sans freinage probablement pour "ne pas faire peur" (concrètement, sans freinage, on ne dépasserait que très modérément les capacités hospitalières, ce qui est totalement faux). Vous me direz sans doute que la capacité de ce gouvernement à expliquer ce qu'il fait et à ne pas prendre les gens pour des idiots dans ses explications est limitée, je n'en disconviendrai pas, et qu'il y avait peu d'espoir qu'ils se mettent rapidement au niveau mais on est quand même dans une situation où cette incapacité a été particulièrement dramatique dans ses conséquences.
Alambic
 
Messages: 127
Inscription: Jeu 9 Mai 2019 09:05
Localisation: Paris

Re: Coronavirus

Messagede Marcy » Mer 18 Mar 2020 15:16

Oui, pour rebondir sur l'analyse très détaillée d'Alambic je pense qu'il y a la gestion de crise (l'Italie a été plus réactive), la communication de crise (peu brillante, tant pour le contenu que la tonalité et la transparence discutable de l'action publique) et certainement une question de personnes - d'où sans doute la réaction d'Agnès Buzyn qui, dans "Le Monde", a cherché à se couvrir (ce sujet étant retracé dans le rubrique Elections municipales de 2020, sous-rubrique "Paris", alors qu'il trouverait plus sa place ici).

Le parallèle qui me vient est celui de la canicule de 2003. Mais la canicule n'avait pas changé nos modes de vie ; aujourd'hui si. Et pour une durée indéterminée, renforçant encore le sentiment de flottement d'un gouvernement qui veut maîtriser la communication en étant bien plus transparent.

Ceci dit, en matière de transparence on peut toujours trouver pire : le Président du Sénat Gérard Larcher, après avoir manifestement mis son veto à tout report des municipales (or le Sénat est majoritaire et une loi aurait dû être votée dans les deux assemblées) a choisi la méthode du black out sur la pandémie dans la Haute Assemblée - à la différence (frappante) de l'Assemblée nationale.
Marcy
 
Messages: 577
Inscription: Mer 31 Aoû 2011 18:03

Re: Coronavirus

Messagede BernardD » Mer 18 Mar 2020 15:59

[/code][/code]
Alambic a écrit:
Enfin, et là je sors de mon commentaire des avis, à mon sens, l'installation du comité scientifique le 11/03 a été beaucoup trop tardive. Dans mes cercles d'amis personnels, nous sommes au moins 5 à avoir suivi le timing suivant par rapport à la crise : inquiétude à partir de la semaine du 2/3, très vive préoccupation et discussion à propos de la nécessité d'un confinement généralisé rapide à partir du week-end du 7-8/3. Et je ne compte pas tous les gens avec qui je suis en relation sur Twitter qui tenaient le même discours. Il y a un profil commun aux gens qui tenaient ce discours à ce moment là : actifs relativement jeunes avec une formation scientifique (non médicale, la plupart du temps) et informés. D'ailleurs je précise non médicale parce que j'ai lu et vu beaucoup de médecins (bien que pas tous) minimiser la situation de manière dramatique pendant très longtemps. Donc, si nous étions en mesure de comprendre les dynamiques et de faire des calculs sur un coin de table dont les conclusions étaient d'une clarté limpide dès la semaine du 2/3, il est incompréhensible que le fameux comité scientifique n'ait été constitué que le 11/03. Je précise par ailleurs que sa mise en place anticipée aurait permis aux autorités de prendre conscience plus tôt de la pleine mesure du problème et de pouvoir accompagner plus graduellement le basculement de l'opinion publique vers la prise en conscience de l'impérieuse nécessité de la distanciation. Ceci aurait permis d'obtenir une atténuation forte de l'épidémie par auto-discipline plutôt que d'avoir à prendre des mesures drastiques (nécessaires désormais à ce stade) mais extrêmement coûteuses. Il y a là pour moi une faute à nouveau.


Je vous remercie pour ce résumé, ainsi que pour lien vers l'article de Thomas Pueyo, il y a quelques jours.

Scientifique de formation moi aussi,et ingénieur retraité après 40 ans dans une industrie à risques,et sachant, à peu près, ce qu'est une exponentielle, j'étais effaré, la semaine dernière, d'entendre beaucoup de médecins minimiser en argumentant sur le taux de survie élevé de 98 %
- certes,certains par incompétence ou légèreté;
- mais d'autres par un raisonnement de santé publique parfois analogue à celui du Chief Scientific Advisor britannique sur l'immunité de groupe, sans le dire explicitement.

Mais l'épidémiologiste et dirigeant politique de canapé que je suis est plus indulgent que vous avec les décisions des politiques face à une telle crise; ayant eu professionnellement- à mon modeste niveau - à gérer quelques crises, j'ai le souvenir que,toujours, les avis des experts sont contradictoires,que les parapluies s'ouvrent et qu'on doit souvent choisir entre plusieurs mauvaises solutions.


Il me semble que deux questions se posent:
- pourquoi un crescendo des décisions entre le 12 et le 16 mars ?
- que s'est-il passé avant le 12 mars et pouvait on enrayer l'épidémie à la source ?

Concernant le premier point, la situation semble assez claire au de l'avis du conseil du 12 mars, qui n'oublie pas cependant d'ouvrir le parapluie en rappelant que, par le passé, les modèles se sont beaucoup trompés (mais passons); il préconise la fermeture des écoles et évoque d'autres mesures d'endiguement tout en précisant qu'une stratégie trop rapide d'endiguement dans un contexte où il n'y a pas de risque perçu et où la perception d'une instrumentation politique de la situation risquerait de diminuer l'impact de l'intervention sur le long terme.Au vu de ce qu'il a été diffusé des échanges politiques du 12 mars, l'exécutif, notamment pour ne pas être accusé d'instrumentaliser les élections a donc préféré maintenir le premier tour (et pour cela se limiter à la fermeture des écoles dans le discours du 12), puis monter le niveau d'alerte par le discours du 14 afin de recueillir le consensus politique au soir du dimanche 15, lequel permettait l'annonce du confinement total le 16.


Concernant les décisions antérieures au 12 mars,la mise en place plus rapide d'un comité scientifique aurait été plus satisfaisante, mais quel aurait été son avis ? vous rappelez fort justement, dans un autre post,que, seuls, les épidémiologistes et les infectiologues connaissent la cinétique des épidémies; mais,même parmi eux,il y avait deux avis contradictoires; par exemple,le 8 mars , le Pr Bricaire, ancien chef du service infectiologie de la Pitié, membre de l'Académie de médecine racontait encore dans le JDD que le gouvernement en faisait trop (du reste,il persistait encore le 13 en disant que la fermeture des écoles était excessive); il a fallu la conjonction des décisions italiennes des 8 et 10 mars et,concomitamment, l'arrivée de jeunes gens dans les réanimations pour que l'école menée par le Pr Eric Caumes (successeur de Bricaire à La Pitié) l'emporte et que les médecins cessent de parler d'une grippette (et pas uniquement l'inénarrable Michel Cymes).

Enfin concernant l'endiguement à la source,aucun pays européen ou nord-américain n'y était préparé,culturellement
Notre culture de santé publique (en France, en Europe,et en Amérique du Nord) était convaincue que les antibiotiques les avaient éradiqué, ceci à la différence des Asiatiques, qui ont conservé ou réappris cette culture grâce au SRAS.Les dirigeants politiques peuvent-ils changer une culture en un mois ? à ce jour, aucun pays européen n'a réussi.
BernardD
 
Messages: 175
Inscription: Jeu 23 Mar 2017 16:06

Re: Coronavirus

Messagede Alambic » Mer 18 Mar 2020 18:00

BernardD a écrit:Enfin concernant l'endiguement à la source,aucun pays européen ou nord-américain n'y était préparé,culturellement
Notre culture de santé publique (en France, en Europe,et en Amérique du Nord) était convaincue que les antibiotiques les avaient éradiqué, ceci à la différence des Asiatiques, qui ont conservé ou réappris cette culture grâce au SRAS.Les dirigeants politiques peuvent-ils changer une culture en un mois ? à ce jour, aucun pays européen n'a réussi.

Je ne suis pas en désaccord avec vous. Ce qui me choque est moins qu'on n'ait pas réussi (ainsi que vous le pointez il y a un certain nombre d'impondérables en particulier culturels qui auraient posé problème de tout façon) mais qu'on ait pas essayé sérieusement. De même sur ce qui a été fait à partir du 12/03, il y a un certain nombre d'erreurs de communication : est-ce que communiquer correctement aurait changé radicalement les choses, ça n'est pas du tout certain car il était déjà tard à ce stade, il n’empêche que ça n'a certainement pas aidé...

Marcy a écrit:Ceci dit, en matière de transparence on peut toujours trouver pire : le Président du Sénat Gérard Larcher, après avoir manifestement mis son veto à tout report des municipales (or le Sénat est majoritaire et une loi aurait dû être votée dans les deux assemblées) a choisi la méthode du black out sur la pandémie dans la Haute Assemblée - à la différence (frappante) de l'Assemblée nationale.

Oui, il est clair que Larcher ne sort pas grandi de cette affaire (euphémisme).
Alambic
 
Messages: 127
Inscription: Jeu 9 Mai 2019 09:05
Localisation: Paris

Re: Coronavirus

Messagede BernardD » Mer 18 Mar 2020 18:26

Alambic a écrit:
Marcy a écrit:Ceci dit, en matière de transparence on peut toujours trouver pire : le Président du Sénat Gérard Larcher, après avoir manifestement mis son veto à tout report des municipales (or le Sénat est majoritaire et une loi aurait dû être votée dans les deux assemblées) a choisi la méthode du black out sur la pandémie dans la Haute Assemblée - à la différence (frappante) de l'Assemblée nationale.

Oui, il est clair que Larcher ne sort pas grandi de cette affaire (euphémisme).


Et, pourtant, il est vétérinaire de formation, non ?
BernardD
 
Messages: 175
Inscription: Jeu 23 Mar 2017 16:06

Re: Coronavirus

Messagede Alambic » Mer 18 Mar 2020 18:28

A ma connaissance, oui.
Alambic
 
Messages: 127
Inscription: Jeu 9 Mai 2019 09:05
Localisation: Paris

PrécédenteSuivante

Retourner vers Débats politiques du moment

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Mémento du président du bureau de vote

Joël Clérembaux

Ce Mémento du président de bureau de vote a été conçu pour permettre aux présidents des bureaux de vote de disposer d'outils pratiques à mettre en oeuvre avant, pendant et après le scrutin. Il expose les principales tâches qui leur incombent dans...

Découvrir l'ouvrage

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité