Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Elections municipales de 1977

Espace dédié aux membres qui souhaitent échanger sur les élections plus anciennes. Résultats, analyses, cartographie,...

Re: Elections municipales de 1977

Messagede Jean-Philippe » Mer 27 Avr 2011 18:25

Chauny a de 1971 à 1989 pour maire Yves Brinon (conseiller général de 1973 à sa mort en 1995), passé du PS au PSD dans ces années 70 où le PS perd beaucoup d'élus en Picardie notamment.
Marcel Lalonde est le maire actuel (depuis 1989), membre du PRV.

Sur Nice, l'écart était de moins de 1000 voix entre la liste de gauche menée par le conseiller général communiste de Nice 3.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 9029
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Re: Elections municipales de 1977

Messagede vudeloin » Mer 27 Avr 2011 18:57

Une précision utile JP, sinon j'allais vieillir un peu trop Marcel Lalonde, mais cela ne change rien à la couleur !
Tu te souviens de la commune dont Roland Renard était le secrétaire de mairie aussi ?

Sur Nice, le fait est que l'écart entre Jacques Médecin et Charles Caressa, le chef de file de la gauche, conseiller général PCF, était de l'ordre de 1 000 voix... Mais je fouille pour trouver le texte fondateur du sectionnement et, par delà, les résultats précis des cinq villes ainsi sectorisées dont il me semble intéressant qu'elles soient examinées avec précision !
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Elections municipales de 1977

Messagede orional » Mer 27 Avr 2011 19:30

Bonsoir à tous,

Nice, à l'occasion des élections municipales de 1977, fut divisée en trois secteurs.

Les résultats obtenus par chacune des listes au premier et au second tours sont les suivants :

1er secteur :
Union de la gauche : 40,77% - 22 141 voix
49,70% - 27 939 voix
Ecologistes et jobertistes : 13,53% - 7 349 voix
Majorité : 45,70% - 24 821 voix
50,30% - 28 279 voix

2ème secteur :
Union de la gauche : 40,22% - 19 662 voix
49,68% - 25 157 voix
Ecologistes et jobertistes : 14,46% - 7 064 voix
Majorité : 45,32% - 22 154 voix
50,32% - 25 489 voix

3ème secteur :

Union de la gauche : 40,72% - 14 821 voix
49,61% - 18 826 voix
Ecologistes et jobertistes : 13,18% - 4 809 voix
Majorité : 44,95% - 16 391 voix
50,39% - 19 120 voix
Extrême droite : 1,15% - 421 voix

On constatera le remarquable équilibre des forces dans chacun des secteurs d'où l'intérêt de connaître les limites du découpage.
orional
 
Messages: 23
Inscription: Ven 14 Jan 2011 00:51
Localisation: Issy-les-Moulineaux (92)

Re: Elections municipales de 1977

Messagede Zimmer » Mer 27 Avr 2011 20:32

vudeloin a écrit:Robert Jarry fera plusieurs mandats à la tête de la ville, qui est toujours à gauche aujourd'hui et connaîtra des désaccords avec la direction du PCF qui le feront quitter le Parti avant la fin de son mandat local.


vudeloin a écrit:Orly ( avec Gaston Viens, premier président du CG 94 en 1967, qui quitta le parti dans les années 90 et influence toujours la vie politique locale )


Robert Jarry et Gaston Viens furent, en fait, tous les deux exclus du PCF à la veille des élections municipales de 1989.
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

Re: Elections municipales de 1977

Messagede vudeloin » Mer 27 Avr 2011 22:59

Exclusion ?
Je ne crois pas qu'il y en ait eu beaucoup, sauf celle de Pierre Juquin en 1988 au motif qu'il s'était présenté contre le candidat du PCF, André Lajoinie...
En tout cas, pas beaucoup depuis 1970 et le congrès où fut exclu Roger Garaudy.
A dire vrai, les départs plus ou moins " spectaculaires " de tel ou tel furent bien plus nombreux.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Elections municipales de 1977

Messagede vudeloin » Mer 27 Avr 2011 23:09

Sur le cas de Nice, outre qu'on devrait pouvoir trouver en cherchant du côté du JO, on notera tout de même l'étrange similitude des résultats ( environ 300 voix d'avance par secteur pour les listes Médecin ) entre les trois secteurs.
Une série d'inscriptions de résidents Français à l'étranger fut sans doute à l'origine de ce résultat, même si on peut penser que les électeurs domiciliés Boulevard Victor Hugo ou Boulevard Dubouchage votaient plus facilement pour la liste Médecin que ceux de l'Ariane ou de Saint Roch...
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Elections municipales de 1977

Messagede Zimmer » Mer 27 Avr 2011 23:21

vudeloin a écrit:Exclusion ?


Les circonstances de ces exclusions, dont je me souviens très bien par ailleurs, sont rappelées en page 21 de ce document.

C'était juste une parenthèse rectificative de ma part. Ne nous éloignons pas, en effet, du sujet qui concerne les élections municipales de 1977. ;)
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

Re: Elections municipales de 1977

Messagede vudeloin » Jeu 28 Avr 2011 10:42

Ensuite, dans ces affaires là, Zimmer, outre que l'époque Marchais finissante n'a pas toujours été un symbole absolu de souplesse politique, il y a au moins un truc qui apparaît : c'est que les deux parties en présence n'avaient pas forcément fait beaucoup de pas l'une vers l'autre quand les éléments de discorde étaient apparus...
Je me souviens par exemple d'une manifestation val de marnaise où les élus locaux marquaient, je crois bien, le vingtième anniversaire du département ( en 1987 donc ), où les rapports entre Gaston Viens et ses collègues communistes étaient déjà assez distendus pour ne pas dire plus...
La vie politique est ainsi faite que c'est parfois aussi un univers impitoyable, et ce, quelque soit le Parti en cause ou quelque soit le bilan, l'actif ou le passif des individus...
mais bon, je reviens cet après midi sur le sujet des élections de 1977 où certaines divergences d'appréciation pouvaient parfois s'estomper derrière les succès...
La victoire est souvent la soeur de l'aveuglement ;)
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Elections municipales de 1977

Messagede vudeloin » Jeu 28 Avr 2011 18:31

Comme il faut bien en finir à un moment donné, un dernier détour, quant aux villes ayant voté à gauche ou non en 1977, par les quatre départements de la grande couronne de l’Ile de France cette année là.

Nous avions vu, lors des messages précédents, que la gauche avait conquis, en petite couronne, des positions importantes, puisque, mine de rien, sur les 123 mairies de ces départements ultra urbanisés, nous avions, en mars 1977, 54 maires PCF et 18 maires socialistes et apparentés.

Le tout face à 51 maires de droite et du centre, qui ne gardaient, entre autres, que la satisfaction d’avoir vu la capitale du pays et de la Région, Paris, choisir un maire RPR pour la première élection municipale depuis 1871…

En grande couronne, les positions de la gauche étaient, de manière générale, plus réduites et surtout, le plus souvent, strictement limitées aux municipalités ouvrières gérées par le Parti Communiste.

L’une des grandes affaires, si l’on peut dire, des municipales 1977 est l’émergence d’une nouvelle génération de candidats socialistes, en général plutôt jeunes et souvent issus des couches moyennes en développement dans la population locale, qui vont constituer l’essentiel des nouvelles équipes municipales de gauche élues dans ce printemps de victoire et d’espérance de succès plus grands encore…

Pour donner une idée des phénomènes, commençons le tour des départements par la Seine et Marne, le plus « rural « des départements franciliens.

De quelques positions déjà anciennes comme la cité cheminote de Mitry Mory pour le PCF, nous allons aboutir, en mars 1977, à un authentique raz de marée des mairies d’union de la gauche.

Evidemment, certaines villes résistent à la pression comme Melun, Fontainebleau ou encore Provins, cette dernière ville réélisant Alain Peyrefitte, qui fut Ministre dans ces années là et fut notamment le père de la loi « Sécurité et liberté « .

Mais le PS va emporter Meaux, avec Jean Lion, Pontault Combault ( Jacques Heuclin ), Roissy en Brie ( Louis Reboul ), Brie Comte Robert, Combs la Ville ( Alain Vivien, député et futur animateur de la lutte contre les sectes au sein de la MIVILUDES ), Ozoir la Ferrière ( qui va commencer son jeu d’alternance entre gauche et droite ), Coulommiers ( avec la défaite du sortant, le député UDR Bertrand Flornoy ), Nemours ( où Jean Grattier défait le sénateur radical valoisien Etienne Dailly, futur membre du Conseil constitutionnel et père, entre autres, de la société par actions simplifiée ), Souppes sur Loing…
Mais les progrès du PS affecteront singulièrement les agglomérations nouvelles avec des victoires à Emerainville, Moissy Cramayel, Nandy, Savigny le Temple, Torcy, Vert Saint Denis tout en obtenant aussi des succès sur Othis, Verneuil l’Etang, Trilport, Thieux, Crégy les Meaux ou Soignolles en Brie.

Des municipalités de sensibilité de gauche sont également élues dans de petites communes ou des communes en devenir comme Le Châtelet en Brie, Gouaix, Courtomer ( où l’élu, Marc Bareyre, est progressivement allé vers la droite ), Saint Ouen en Brie, Quincy Voisins, Coutençon.

Une municipalité de tendance PSU est même élue dans le village de Coupvray, alors surtout connu pour être le lieu de naissance de Louis Braille, l’inventeur de l’alphabet pour aveugles bien connu.

Le PCF n’est pas en reste dans cette élection 1977 puisqu’outre son fief de Mitry Mory, il se renforce et se retrouve à la gestion d’un nombre relativement important de communes : des villes comme Villeparisis, Montereau Fault Yonne ( José Alvarez ), Champs sur Marne ( Lionel Hurtebize ), Dammarie les Lys, La Ferté sous Jouarre ( avec le docteur Bevilacqua ), Nangis ( Claude Pasquier ), ou encore Chelles, le succès le plus significatif cette année là ( victoire du député Gérard Bordu ).

Les succès du PCF se doublent de l’élection de mairies à direction communiste dans des communes plus petites ou des villes moyennes : Veneux les Sablons, Varennes sur Seine, Fontenay Trésigny, Le Pin, Brou sur Chantereine, Ecuelles, Pézarches, Solers, Fontenailles, Trilbardou ou encore Saint Loup de Naud.

La liste n’est pas exhaustive mais, nonobstant le fait que certaines villes, aujourd’hui de gauche, ne figurent pas encore dans cet ensemble, 1977 marque clairement le début de temps nouveaux dans la vie politique seine et marnaise, largement dominée par la droite, et singulièrement les gaullistes, depuis 1958.

Dans les Yvelines, vous pouvez évidemment vous douter de la résistance des fiefs naturels de la droite que sont des villes comme Le Chesnay, Le Vésinet, La Celle Saint Cloud ou Jouy en Josas.

Pour autant, la droite a, là encore, senti passer le vent du boulet.

A Versailles, les centristes, menés par le bâtonnier André Damien, infligent une défaite sans appel au giscardien Bernard Destremau, ancien champion de tennis tandis qu’à Saint Germain en Laye, on assiste à la première élection du journaliste de télévision Michel Péricard en qualité de maire RPR de la cité royale.

Mais la poussée de gauche est forte et affecte nombre de villes.

Le PS gagne ainsi les municipales à Mantes la Jolie ( Paul Picart ), Conflans Sainte Honorine ( Michel Rocard y est élu, au terme d’une primaire avec le candidat PCF ), Andrésy, Elancourt ( que le PS gérera jusqu’en 1995 ), Plaisir ( que le PS a perdu en 2001 ), Verneuil sur Seine ou encore Villepreux et Ablis.

La liste des mairies de gauche s’enfle singulièrement des mairies conservées ou gagnées par le PCF : Achères ( Pierre Soulat ), Bois d’Arcy, Trappes ( avec le futur sénateur Bernard Hugo ), Sartrouville ( Auguste Chrétienne ), Houilles ( Eugène Séleskovitch ), Saint Cyr l’Ecole ( Jean Cuguen ), Guyancourt ( Robert Rondeau ), Magny les Hameaux, Maurepas, Limay ( Maurice Quettier ), Mantes la Ville ( René Martin, qui deviendra sénateur après le suicide du sénateur PS Philippe Machefer ), Les Mureaux ( Roger Le Toullec ), Poissy ( Jean Tricart ), Carrières sous Poissy, La Verrière, Fontenay le Fleury, Les Clayes sous Bois ( Jeannine Thomas Flores, qui sera maire pendant 24 ans ), mais encore Chevreuse, et les petites communes de Gommecourt ou Issou.

Pour sa part, le MRG pouvait aussi compter sur les maires de Marly le Roi ( Jean Béranger qui sera sénateur ) et Montesson.

Sans compter le cas particulier de Rambouillet, dont la maire était alors Jacqueline Thome Patenôtre, qui fut députée MRG des Yvelines mais qui restera proche de Robert Fabre et le suivra dans son évolution vers le soutien de VGE en 1981.

Cette liste, d’ailleurs non exhaustive des communes de gauche yvelinoises en 1977 conduira d’une part le PCF à la Présidence de la Ville Nouvelle de Saint Quentin en Yvelines et d’autre part à l’élection de trois sénateurs de gauche aux sénatoriales de septembre 1977, la gauche ayant constitué une seule liste face à une droite divisée.

Seront donc élus : Bernard Hugo, le maire communiste de Trappes, Jean Béranger, le maire MRG de Marly le Roi et Philippe Machefer, élu PS sur Houilles et enseignant à la fac’ de Nanterre.

Dans l’Essonne, où le PCF vient de prendre la majorité du Conseil général avec le conseiller général et maire de Vigneux sur Seine Robert Lakota, la poussée de gauche est également spectaculaire.

Le PCF est à l’apogée de son influence dans le département ( il a trois députés sur quatre et préside le conseil général ) mais il va aussi réaliser une performance exceptionnelle aux municipales en gardant Corbeil Essonnes ( Roger Combrisson, député ), Palaiseau ( Robert Vizet, député ), Athis Mons ( Paulette Chemier ), Brétigny sur Orge ( Alain Blin, conseiller général ), Champcueil, Sainte Geneviève des Bois ( Jean Ooghe, qui a aussi été sénateur ), Savigny sur Orge, Saint Michel sur Orge, Morsang sur Orge, Fleury Mérogis, Grigny, Igny, Vauhallan, Champlan, Etampes ( Serge Lefranc fils), Saclas ( Serge Lefranc père, ancien Questeur du Conseil de la République ), Pussay, Janville sur Juine, Ollainville, La Norville, La Ville du Bois, Lisses, Ris Orangis, Saint Germain les Arpajon, Saulx les Chartreux, Leuville sur Orge, Villiers sur Orge, Villabé ou encore Villebon sur Yvette. Et nous avons déjà évoqué le cas de Vigneux sur Seine.

Le PS, pour sa part, apparaît en grand sur la carte politique locale en gérant les mairies de Massy ( Claude Germon, futur directeur de « Combat socialiste « ) ; Evry ( Jacques Guyard ), Bures sur Yvette, Les Ulis ( Paul Loridant, premier maire élu de la commune ), Chilly Mazarin, Yerres, Courcouronnes, Crosne ( Michel Berson, futur Président du CG ), Nozay, Boussy Saint Antoine, Etréchy, Juvisy sur Orge, Montgeron, Orsay, Limours en Hurepoix, Villiers le Bâcle ou Saint Pierre du Perray.

Liste non exhaustive là encore mais qui motive pleinement, surtout qu’en matière de villes importantes, la droite n’avait gardé que Viry Châtillon, Draveil, Arpajon, Longjumeau ou Brunoy, que les sénatoriales 77 aient conduit à l’élection de deux sénateurs communistes et d’un sénateur socialiste.

Dans le Val d’Oise, la gauche a également connu une forte progression de son influence.

Le PCF, alors leader dans le département ( position qu’il ne perdra qu’à l’occasion des présidentielles de 1981 ), aura la gestion des communes d’Argenteuil, Bezons, Montigny les Cormeilles ( gagnée cette année là par Robert Hue ), Goussainville, Garges les Gonesse, Sarcelles ( avec le député Henri Canacos ), Fosses ( gagnée cette année là par le futur conseiller général Gérard Lenoir ), Marly La Ville, Vemars, Chaumontel, Saint Martin du Tertre, Piscop, Franconville ( gagnée par Annie Brunet sur la droite ), La Frette sur Seine ( emportée par surprise par Henri Paulin ), Pierrelaye, Eragny sur Oise ( Louis Don Marino ), Persan ( avec le sénateur Fernand Chatelain ), la petite commune industrielle de Bray et Lû dans le Vexin, Montmagny, Méry sur Oise et Mériel.
Dans ce dernier cas, le maire élu en 1977 décèdera en 1979 ( ou 1980 ) et sera remplacé par l’un de ses adjoints socialistes.
Le PS, pour sa part, fera également son entrée dans le paysage politique du département.
Notamment en gardant son vieux fief de Villiers le Bel, mais en renforçant sa présence en emportant les mairies de Taverny ( au terme d’une primaire entre Jean Pierre Le Coadic, futur député, et Francis Arzalier, le conseiller général communiste élu en 1976 ), Saint Gratien, Saint Ouen l’Aumône ( première élection d’Alain Richard, futur député et Ministre de la Défense ), Menucourt, Courdimanche, Boisemont, Ecouen ( première élection de Bernard Angels, futur sénateur ), Domont, Bouffémont ( élection de Michel Coffineau, futur député ), Ableiges, Survilliers ou encore Montreuil sur Epte.

Le MRG et les divers gauche obtinrent la majorité dans les communes de Saint Leu La Forêt ( François Gayet ), Nointel, Marines et Villiers Adam.

La gauche ne réussit cependant pas dans toutes ses entreprises, malgré la réalité de nombreux succès.

Ainsi, la droite – plutôt giscardo centriste dans ce département – conserva les mairies de Cergy ( où le développement urbain n’avait pas encore vraiment commencé ), Pontoise ( avec le sénateur Alfred Chauvin ), Sannois, Cormeilles en Parisis, Ermont, Eaubonne, Magny en Vexin, Gonesse ( ville où François Mitterrand avait pourtant obtenu la majorité absolue au premier tour de la présidentielle de 1974 ), Louvres, Soisy sous Montmorency entre autres localités sur lesquelles la gauche aurait pu nourrir quelques espoirs.

Une droite qui avait conservé sans problèmes les communes bourgeoises de L’Isle Adam ( avec le Ministre de l’Intérieur Michel Poniatowski ), Montmorency et Enghien les Bains.

Ou encore dans les villégiatures de Beauchamp, Herblay ou Le Plessis Bouchard.

Enfin, sur Beaumont sur Oise fut élue une liste socialiste dissidente, composée d’élus d’essence SFIO et d’élus modérés.

Un schéma proche se retrouva au Thillay, avec un maire socialisant, des adjoints de droite et membres du PS ( dont le futur maire de la commune, Georges Delhalt ) tandis qu’à Arnouville les Gonesse, la succession de l’ancien député SFIO Mazurier fut assurée par Claude Bigel, membre du parti socialiste démocrate, c'est-à-dire du parti regroupant les socialistes opposés au programme commun et bientôt ralliés à l’UDF.

Enfin, comme assez souvent, la droite et le centre restèrent dominants dans la plupart des communes rurales du Vexin et du pays de France.

Cette affaire entendue, nous verrons dans les messages suivants quelques unes des pistes d’explication que l’on peut donner aux succès municipaux de la gauche en 1977, même si l’évidente politisation de ces élections a constitué l’un des éléments clés des résultats constatés.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Elections municipales de 1977

Messagede vudeloin » Jeu 28 Avr 2011 18:35

Un petit oubli rapidement réparé : dans le Val d'Oise, le PS perdit aussi la mairie de Roissy en France.
En effet, le maire sortant ( Raymond Oisée, par ailleurs surveillant général de collège ) ne se représenta pas et une liste de défense des intérêts communaux fut élue, avec à sa tête André Toulouse, qui s'avéra en fait être un pur adhérent du RPR...
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

PrécédenteSuivante

Retourner vers Histoire des élections en France

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Les marchés publics expliqués aux élus locaux

Patrice Cossalter

Le droit de la commande publique a été bouleversé début 2016. Il est d'autant plus indispensable d'intégrer ce droit nouveau que les élus ont un rôle juridique, stratégique et de management dans la commande publique...

Découvrir l'ouvrage

Comprendre le nouveau paysage intercommunal après la loi NOTRe

Anne Gardàre

L'ouvrage constitue une présentation globale du paysage intercommunal français et de son fonctionnement au lendemain de la loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités