Politiquemania

La base de données de la vie politique française

La vie politique américaine

Ce forum permet de réagir sur tous les évènements politiques qui ne concernent ni la France ni l'Europe. Exprimez-vous sur les élections, décisions ou nominations dans le reste du monde.

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Mer 15 Mai 2019 23:46

manudu83 a écrit:
jojomarg a écrit:
Sinon à part ça, Trump qui soutenait Apple devant la cour suprême pour un problème d'abus de position dominante (avec l'appstore) a été débouté et c'est Kavanaugh qui s'est rangé avec les libéraux et a rédigé lui même l'avis de la cour.



A ce propos, comment expliquer la position étonnante de Kavanaugh, pourtant considéré comme un fervent conservateur lors de sa nomination par Trump ?


Kavanaugh est dans ses premiers pas beaucoup moins conservateur que ne l'espérait les partisans de Trump.
Il a botté en touche (avec Roberts) et avec les juges libéraux sur une tentative de recours sur l'avortement.
il rédige un avis avec les libéraux sur les lois anti trust.
il a cependant voté avec la majorité conservatrice mais en rédigeant sa propre analyse sur un cas de peine de mort.

Il est parti pour être plus centriste que prévu.


Un grand classique de la vie judiciaire américaine : des juges conservateurs nommés pour leur conservatisme qui se révèlent moins conservateurs qu'attendus dans leurs jugements. L'inverse (un juge libéral plus conservateur que prévu) étant plus rare.
Dans le cas de Kavanaugh, il n'est pas impossible que son accession controversée au siège ainsi que sa perception publique d'homme inféodé à Trump ne le poussent à la modération pour soigner son image. Quant à Roberts, il est de notoriété publique qu'il tient beaucoup, en tant que chief justice, à maintenir l'image impartiale et neutre politiquement de la SCOTUS. Ce dernier penche parfois pour des votes avec les libéraux sur certains sujets, en partie pour éviter cette image partisane.
Concernant le procès contre Apple, précisons que la décision de la SCOTUS autorise simplement les poursuites contre la compagnie dans ce dossier juridique. Elle ne présuppose rien du jugement à venir concernant l'affaire au regard des lois relatives au monopole. Mais on constatera qu'en la matière, les rôles se sont inversés entre démocrates et républicains. Il y a plusieurs décennies les républicains étaient farouchement opposés aux monopoles industriels pour des raisons de libéralisme économique, là où les démocrates, dans une logique plus étatiste (et corporatiste aussi), n'y étaient pas forcément opposés. Aujourd'hui, les positions se sont inversées : beaucoup de républicains défendent des situations monopolistiques au nom d'une supposées efficacité économique mondialisée, alors que la plupart des démocrates dénoncent le poids des grands groupes industriels qui abuseraient de leurs positions, au détriment des consommateurs.
La perception partisane de la SCOTUS devrait être testée assez prochainement, avec tous les dossiers sur le feu (offensive généralisée de plusieurs états rouges contre l'avortement, décisions attendues sur le gerrymandering politique, voire sur la lutte entre l'exécutif et le législatif, notamment sur les prérogatives d'investigation de ce dernier et les déclarations fiscales du président...).
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2684
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede Eco92 » Dim 19 Mai 2019 11:19

Le représentant républicain au Congrès Justin Amash (Michigan) vient de déclarer dans plusieurs tweets que le rapport Mueller contenait « de nombreux exemples de comportements » témoignant « obstruction à la justice ». Pour lui « Il ne fait aucun doute qu'une personne qui ne serait pas présidente des États-Unis serait inculpée sur la base de telles preuves ». Il en conclut que cela pourrait légitimement être passible d'impeachment.

Contrairement à ce que dit le titre de l'article du Point il n'appelle pas à destituer Trump mais explique tout de même que ce serait parfaitement légitime et que toute personne qui ne serait pas au dessus du droit commun aurait été poursuivie.

Cela reste une parole pour le moins forte, d'autant que contrairement à d'autres Amash n'est pas un RINO et certainement pas proche des démocrates. Son élection en 2010 avait même été analysée comme une victoire du Tea Party.

Ce libertarien est cependant un député atypique, qui dit se tenir au maximum à la constitution et à la non-intervention de l'état. On l'a ainsi vu voter contre le retrait de subventions à Planned Parenthood alors qu'il se dit contre le financement public de l'avortement ou contre l'oléoduc Keystone alors qu'il soutient sa construction car selon lui les proposition ne respectaient pas la constitution. Il est aussi un des rares républicains radicalement opposé à la surveillance de masse ou au Patriot Act, au nom de la liberté individuelle.

https://www.lepoint.fr/monde/le-journal-de-trump/etats-unis-un-republicain-appelle-a-destituer-trump-19-05-2019-2313506_3241.php
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 5517
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Mar 21 Mai 2019 22:34

Eco92 a écrit:Le représentant républicain au Congrès Justin Amash (Michigan) vient de déclarer dans plusieurs tweets que le rapport Mueller contenait « de nombreux exemples de comportements » témoignant « obstruction à la justice ». Pour lui « Il ne fait aucun doute qu'une personne qui ne serait pas présidente des États-Unis serait inculpée sur la base de telles preuves ». Il en conclut que cela pourrait légitimement être passible d'impeachment.

Contrairement à ce que dit le titre de l'article du Point il n'appelle pas à destituer Trump mais explique tout de même que ce serait parfaitement légitime et que toute personne qui ne serait pas au dessus du droit commun aurait été poursuivie.

Cela reste une parole pour le moins forte, d'autant que contrairement à d'autres Amash n'est pas un RINO et certainement pas proche des démocrates. Son élection en 2010 avait même été analysée comme une victoire du Tea Party.

Ce libertarien est cependant un député atypique, qui dit se tenir au maximum à la constitution et à la non-intervention de l'état. On l'a ainsi vu voter contre le retrait de subventions à Planned Parenthood alors qu'il se dit contre le financement public de l'avortement ou contre l'oléoduc Keystone alors qu'il soutient sa construction car selon lui les proposition ne respectaient pas la constitution. Il est aussi un des rares républicains radicalement opposé à la surveillance de masse ou au Patriot Act, au nom de la liberté individuelle.

https://www.lepoint.fr/monde/le-journal-de-trump/etats-unis-un-republicain-appelle-a-destituer-trump-19-05-2019-2313506_3241.php


Je me répète, mais en soutenant cette position, Amash reprend seulement intégralement la conclusion de Mueller dans le rapport et que j'ai citée dans un post précédent. Mueller écrit noir sur blanc que d'après lui Trump et son administration sont coupables d'obstruction à la justice, et que seuls le statut de président de Trump et la jurisprudence du DOJ empêchent des poursuites. Et Mueller de rappeler que c'est justement pour ce genre de cas de figure que les pères fondateurs ont créé l'impeachment dans la constitution.
En tout cas, Amash est devenu un paria au sein du GOP suite à ses propos.
https://thehill.com/homenews/administra ... hment-talk
https://www.politico.com/story/2019/05/ ... us-1336684
https://thehill.com/homenews/house/4445 ... n-michigan
La chasse est ouverte au sein du GOP, qui est désormais complètement le parti de Trump.
Trump qui désormais critique même Fox News qui commet l'affront d'offrir aux candidats démocrates une tribune.
https://www.nytimes.com/2019/05/20/busi ... llace.html

Pendant ce temps, ont lieu aujourd'hui les primaires dans le Kentucky pour le poste de gouverneur, dont le poste sera à pourvoir en novembre. Le sortant républicain, Bevin, bien que très impopulaire (il est même selon les baromètres, le gouverneur le plus impopulaire de l'Union actuellement), est candidat, et devrait vraisemblablement empocher l'investiture républicaine. Son challenger interne, Robert Goforth, semble un peu léger pour le faire tomber, mais son score sera intéressant à suivre : si il est haut cela confirmera que Bevin a un petit problème, y compris dans son camp.
Côté démocrates, le favori est Andy Beshear, actuel attorney general de l'état, et fils du précédent gouverneur. Mais il affronte deux démocrates qui ne lui garantissent pas non plus un score fleuve.
La question que tout le monde se pose : un démocrate peut-il réellement avoir une chance dans un tel état ? En temps normal je répondrais non. Mais le résultat de la course au poste de gouverneur du Kansas l'année dernière et l'impopularité de Bevin font que l'hypothèse n'est pas forcément ubuesque. Rendez vous en novembre...
https://fivethirtyeight.com/features/ca ... -kentucky/

Sinon Trump vient de subir une première grosse défaite judiciaire concernant sa déclaration fiscale. Le juge qui devait décider si la Chambre avait le droit de consulter les données fiscales du président vient de donner raison au législatif dans sa querelle avec l'exécutif. Il faut dire que les arguments avancés par les avocats de Trump dans ce dossier me paraissaient très faibles.
Mais il devrait faire appel...
https://www.politico.com/story/2019/05/ ... ds-1335370
https://edition.cnn.com/2019/05/20/poli ... index.html
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2684
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede guillaume44 » Mer 22 Mai 2019 14:53

Corondar a écrit:
Je me répète, mais en soutenant cette position, Amash reprend seulement intégralement la conclusion de Mueller dans le rapport et que j'ai citée dans un post précédent. Mueller écrit noir sur blanc que d'après lui Trump et son administration sont coupables d'obstruction à la justice, et que seuls le statut de président de Trump et la jurisprudence du DOJ empêchent des poursuites. Et Mueller de rappeler que c'est justement pour ce genre de cas de figure que les pères fondateurs ont créé l'impeachment dans la constitution.
En tout cas, Amash est devenu un paria au sein du GOP suite à ses propos.
https://thehill.com/homenews/administra ... hment-talk
https://www.politico.com/story/2019/05/ ... us-1336684
https://thehill.com/homenews/house/4445 ... n-michigan
La chasse est ouverte au sein du GOP, qui est désormais complètement le parti de Trump.
Trump qui désormais critique même Fox News qui commet l'affront d'offrir aux candidats démocrates une tribune.
https://www.nytimes.com/2019/05/20/busi ... llace.html


Je trouve qu'on n'en fait un peu beaucoup pour ce représentant républicain du Michigan. Il ne faut pas oublier que ce fut un "Never trumper" en 2016 et qu'en 2017, il envisageait la destitution de Mr Trump suite au limogeage de Mr Comey. Il reste donc fidèle à ses convictions.

Les tweets de Mr Amash auraient été nettement plus inquiétant pour Mr Trump s'ils avaient été rédigés par des pro-Trump comme Jim Jordan ou le leader de la minorité républicaine Kevin McCarthy.
guillaume44
 
Messages: 215
Inscription: Mar 1 Mar 2016 20:40

Re: La vie politique américaine

Messagede Eco92 » Mer 29 Mai 2019 19:38

Très simplement, Mueller sort du silence de manière brève (une dizaine de minutes) et sans doute pour retourner dans le silence pour longtemps. Lors de cette allocution, il a donné une lecture bien différente de son rapport que la président et le ministre de la justice.

Il a rappelé la réalité des « efforts multiples et systématiques » mis sur pied « pour nuire à un candidat » (Hillary Clinton), a indiqué qu'il 'navait pas conclu sur l'obstruction car c'étaient les directive de sa hiérarchie et non une absence de preuve et qu'il n'avait pas requis de poursuite contre le président car en fonction cela était inconstitutionnel. Cependant, il a précisé « Si nous avions eu la conviction que le président n’avait clairement pas commis un délit, nous l’aurions dit. »

Trump a tweeté en réponse : « Il n’y avait pas de preuves suffisantes et, dans ce cas, dans notre pays, une personne est innocente. L’affaire est close ! Merci » Outre que Mueller dit explicitement que le manque de preuves n'était pas en jeu, il me semblait que dans système US c'était à l'accusé de prouver son innocence, et non l'inverse comme semble le dire le président. Personnellement je préfère un système où il faut prouver la culpabilité et faire peser la charge de la preuve sur l'accusation mais ce "dans notre pays" m'étonne car je croyais justement que c'était l'inverse.

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/05/29/enquete-russe-pour-le-procureur-mueller-inculper-trump-n-etait-pas-une-option-legale_5469283_3210.html
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 5517
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Mer 29 Mai 2019 20:54

Eco92 a écrit:Très simplement, Mueller sort du silence de manière brève (une dizaine de minutes) et sans doute pour retourner dans le silence pour longtemps. Lors de cette allocution, il a donné une lecture bien différente de son rapport que la président et le ministre de la justice.

Il a rappelé la réalité des « efforts multiples et systématiques » mis sur pied « pour nuire à un candidat » (Hillary Clinton), a indiqué qu'il 'navait pas conclu sur l'obstruction car c'étaient les directive de sa hiérarchie et non une absence de preuve et qu'il n'avait pas requis de poursuite contre le président car en fonction cela était inconstitutionnel. Cependant, il a précisé « Si nous avions eu la conviction que le président n’avait clairement pas commis un délit, nous l’aurions dit. »

Trump a tweeté en réponse : « Il n’y avait pas de preuves suffisantes et, dans ce cas, dans notre pays, une personne est innocente. L’affaire est close ! Merci » Outre que Mueller dit explicitement que le manque de preuves n'était pas en jeu, il me semblait que dans système US c'était à l'accusé de prouver son innocence, et non l'inverse comme semble le dire le président. Personnellement je préfère un système où il faut prouver la culpabilité et faire peser la charge de la preuve sur l'accusation mais ce "dans notre pays" m'étonne car je croyais justement que c'était l'inverse.

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/05/29/enquete-russe-pour-le-procureur-mueller-inculper-trump-n-etait-pas-une-option-legale_5469283_3210.html


C'est ce que disent le rapport Mueller et Mueller lui même depuis le début : ils ne poursuivent pas le président pas parce qu'ils le pensent innocent d'obstruction à la justice (le rapport conclue même l'inverse : que des éléments suffisants rendraient des poursuites judiciaires crédibles), mais parce que la jurisprudence du DOJ (bâtie sur les précédents Nixon et Clinton) stipule qu'un président en exercice ne peut être poursuivi. Seule sa sortie de fonction (au terme normal de son mandat ou suite à un impeachment) le transformant en justiciable lambda.
Quant au tweet de Trump, comme souvent, il interprète mal le système judiciaire de son pays. Il n'est pas poursuivi parce que le procureur l'a considéré innocent, mais parce que la jurisprudence du DOJ (dont dépend Mueller) l'interdit de le poursuivre. Je suis d'accord avec les conclusions de Mueller (aussi bien sur la gravité des éléments que l'impossibilité de poursuivre en l'état).
Moi, mon plus gros problème dans tout ça, ça reste le cas de l'AG Barr. Ce dernier, par son "résumé" lapidaire du rapport Mueller dans lequel il exonérait Trump, a clairement commis un parjure devant le Congrès, et a lui aussi, dans ce contexte, commis une obstruction à la justice (qu'il a aggravé depuis, en refusant de se rendre à la convocation de la Chambre et qu'il refuse toujours de livrer l'intégralité du rapport Mueller). Et l'AG des Etats Unis, contrairement au président, ne bénéficie pas lui d'une jurisprudence le protégeant de poursuite.
Quant à Trump, concernant l'impeachment, je reste sur mon sentiment : juridiquement parlant ce serait sans doute très justifiable, d'un point de vue politique ce serait par contre très contre productif (et voué à l'échec).
Mais on sent que beaucoup de démocrates sont en train d'évoluer sur l'impeachment : certains, qui jusque là étaient contre, commencent à développer une nouvelle idée. Certains murmurent que lancer une procédure préliminaire d'impeachment au niveau de la Chambre pourrait avoir un immense intérêt, non pas au niveau de la finalité (l'impeachment lui même), mais de l'enquête qui en découlerait. En effet, pour pouvoir statuer sur la validité ou non de l'impeachment, la Chambre aurait accès à tout un tas de documents que l'exécutif lui refuse pour l'heure. Dans le cadre d'une enquête en vue d'impeachment, tous les juristes (même les plus républicains) s'accordent sur le fait que la Chambre aurait accès à tout le dossier, et que même concernant les déclarations fiscales du président (pour l'heure 2 juges successifs ont donné raison à la Chambre contre le président dans ce dossier là, les appels sont toujours en cours...), la Chambre aurait plus de facilité à les obtenir.
Pour résumer, certains démocrates plaident désormais pour initier l'enquête préalable à l'impeachment afin d'obtenir les dossiers, quitte à ne pas aller au bout de cette procédure. J'avoue être nettement plus perplexe quant à cette stratégie éventuelle. En tout cas, pour l'heure, Pelosi reste inflexible : pas d'impeachment. Ça ne manque pas de sel de voir cette figure honnie par la trumpie et le GOP depuis toujours être le meilleur rempart entre le président et l'impeachment...

https://www.sfchronicle.com/opinion/ope ... 838804.php
https://edition.cnn.com/2019/05/22/opin ... index.html

Mais une seule chose est désormais très claire : les démocrates et les républicains n'analysent plus cette situation qu'en terme de stratégie politicienne. La recherche de la justice et de la vérité sont des éléments secondaires désormais. Et c'est fort dommage, mais tellement symptomatique du paysage politique américain actuel.
Mais je reste fasciné par la dérive républicaine en la matière : l'immense majorité des républicains du Congrès soutient désormais le principe selon lequel le législatif n'aurait pas autorité à enquêter sur l'exécutif. Outre que c'est une lecture clairement anti-constitutionnelle de l'équilibre des pouvoirs, c'est un revirement total par rapport à il y a encore 2 ans.
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2684
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede guillaume44 » Jeu 30 Mai 2019 15:20

Corondar a écrit:
Eco92 a écrit:Très simplement, Mueller sort du silence de manière brève (une dizaine de minutes) et sans doute pour retourner dans le silence pour longtemps. Lors de cette allocution, il a donné une lecture bien différente de son rapport que la président et le ministre de la justice.

Il a rappelé la réalité des « efforts multiples et systématiques » mis sur pied « pour nuire à un candidat » (Hillary Clinton), a indiqué qu'il 'navait pas conclu sur l'obstruction car c'étaient les directive de sa hiérarchie et non une absence de preuve et qu'il n'avait pas requis de poursuite contre le président car en fonction cela était inconstitutionnel. Cependant, il a précisé « Si nous avions eu la conviction que le président n’avait clairement pas commis un délit, nous l’aurions dit. »

Trump a tweeté en réponse : « Il n’y avait pas de preuves suffisantes et, dans ce cas, dans notre pays, une personne est innocente. L’affaire est close ! Merci » Outre que Mueller dit explicitement que le manque de preuves n'était pas en jeu, il me semblait que dans système US c'était à l'accusé de prouver son innocence, et non l'inverse comme semble le dire le président. Personnellement je préfère un système où il faut prouver la culpabilité et faire peser la charge de la preuve sur l'accusation mais ce "dans notre pays" m'étonne car je croyais justement que c'était l'inverse.

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/05/29/enquete-russe-pour-le-procureur-mueller-inculper-trump-n-etait-pas-une-option-legale_5469283_3210.html


C'est ce que disent le rapport Mueller et Mueller lui même depuis le début : ils ne poursuivent pas le président pas parce qu'ils le pensent innocent d'obstruction à la justice (le rapport conclue même l'inverse : que des éléments suffisants rendraient des poursuites judiciaires crédibles), mais parce que la jurisprudence du DOJ (bâtie sur les précédents Nixon et Clinton) stipule qu'un président en exercice ne peut être poursuivi. Seule sa sortie de fonction (au terme normal de son mandat ou suite à un impeachment) le transformant en justiciable lambda.
Quant au tweet de Trump, comme souvent, il interprète mal le système judiciaire de son pays. Il n'est pas poursuivi parce que le procureur l'a considéré innocent, mais parce que la jurisprudence du DOJ (dont dépend Mueller) l'interdit de le poursuivre. Je suis d'accord avec les conclusions de Mueller (aussi bien sur la gravité des éléments que l'impossibilité de poursuivre en l'état).
Moi, mon plus gros problème dans tout ça, ça reste le cas de l'AG Barr. Ce dernier, par son "résumé" lapidaire du rapport Mueller dans lequel il exonérait Trump, a clairement commis un parjure devant le Congrès, et a lui aussi, dans ce contexte, commis une obstruction à la justice (qu'il a aggravé depuis, en refusant de se rendre à la convocation de la Chambre et qu'il refuse toujours de livrer l'intégralité du rapport Mueller). Et l'AG des Etats Unis, contrairement au président, ne bénéficie pas lui d'une jurisprudence le protégeant de poursuite.
Quant à Trump, concernant l'impeachment, je reste sur mon sentiment : juridiquement parlant ce serait sans doute très justifiable, d'un point de vue politique ce serait par contre très contre productif (et voué à l'échec).
Mais on sent que beaucoup de démocrates sont en train d'évoluer sur l'impeachment : certains, qui jusque là étaient contre, commencent à développer une nouvelle idée. Certains murmurent que lancer une procédure préliminaire d'impeachment au niveau de la Chambre pourrait avoir un immense intérêt, non pas au niveau de la finalité (l'impeachment lui même), mais de l'enquête qui en découlerait. En effet, pour pouvoir statuer sur la validité ou non de l'impeachment, la Chambre aurait accès à tout un tas de documents que l'exécutif lui refuse pour l'heure. Dans le cadre d'une enquête en vue d'impeachment, tous les juristes (même les plus républicains) s'accordent sur le fait que la Chambre aurait accès à tout le dossier, et que même concernant les déclarations fiscales du président (pour l'heure 2 juges successifs ont donné raison à la Chambre contre le président dans ce dossier là, les appels sont toujours en cours...), la Chambre aurait plus de facilité à les obtenir.
Pour résumer, certains démocrates plaident désormais pour initier l'enquête préalable à l'impeachment afin d'obtenir les dossiers, quitte à ne pas aller au bout de cette procédure. J'avoue être nettement plus perplexe quant à cette stratégie éventuelle. En tout cas, pour l'heure, Pelosi reste inflexible : pas d'impeachment. Ça ne manque pas de sel de voir cette figure honnie par la trumpie et le GOP depuis toujours être le meilleur rempart entre le président et l'impeachment...

https://www.sfchronicle.com/opinion/ope ... 838804.php
https://edition.cnn.com/2019/05/22/opin ... index.html

Mais une seule chose est désormais très claire : les démocrates et les républicains n'analysent plus cette situation qu'en terme de stratégie politicienne. La recherche de la justice et de la vérité sont des éléments secondaires désormais. Et c'est fort dommage, mais tellement symptomatique du paysage politique américain actuel.
Mais je reste fasciné par la dérive républicaine en la matière : l'immense majorité des républicains du Congrès soutient désormais le principe selon lequel le législatif n'aurait pas autorité à enquêter sur l'exécutif. Outre que c'est une lecture clairement anti-constitutionnelle de l'équilibre des pouvoirs, c'est un revirement total par rapport à il y a encore 2 ans.



Mueller affirme que s'il avait la certitude que Trump n'avait pas commis d'obstruction à la justice, il l'aurait dit.
Mais en même temps, il ne dit pas clairement que Trump a commis des obstructions à la justice.

Par ailleurs, son rapport pourrait contenir des erreurs. Une partie de l'accusation sur le volet obstruction repose sur le témoignage de Don McGahn (ancien conseiller juridique de la Maison Blanche), selon lequel Trump lui aurait dit de trouver des prétextes pour limoger Mueller. Hors Trump affirme le contraire.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/trump ... r-20190425

Concernant William Barr, Mueller est mécontent de la présentation qu'il a faite de son rapport mais en même temps, il dit que Mr Barr a dit la vérité. Il n'y a donc aucun parjure.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/enque ... n-20190501

En attendant, un nouveau procureur a été nommé pour savoir si les responsables de l'administration Obama n'avait pas espionné la campagne Trump.

https://thehill.com/homenews/administra ... ate-russia
guillaume44
 
Messages: 215
Inscription: Mar 1 Mar 2016 20:40

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Ven 31 Mai 2019 16:13

guillaume44 a écrit:Mueller affirme que s'il avait la certitude que Trump n'avait pas commis d'obstruction à la justice, il l'aurait dit.
Mais en même temps, il ne dit pas clairement que Trump a commis des obstructions à la justice.


Si, Mueller affirme clairement que pour lui Trump a bien fait obstruction à la justice, et que, nonobstant son statut de président, il l'aurait poursuivi au vu des éléments qu'il a collectés et présentés dans son rapport.

guillaume44 a écrit:Par ailleurs, son rapport pourrait contenir des erreurs. Une partie de l'accusation sur le volet obstruction repose sur le témoignage de Don McGahn (ancien conseiller juridique de la Maison Blanche), selon lequel Trump lui aurait dit de trouver des prétextes pour limoger Mueller. Hors Trump affirme le contraire.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/trump ... r-20190425

Concernant William Barr, Mueller est mécontent de la présentation qu'il a faite de son rapport mais en même temps, il dit que Mr Barr a dit la vérité. Il n'y a donc aucun parjure.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/enque ... n-20190501


Sur le fait que le rapport Mueller et Don McGahn pourraient être dans l'erreur, je suis d'accord. Contrairement à beaucoup, mon application de la présomption d'innocence est totale et pas à géométrie variable. Le gros souci c'est que comme dans le même temps l'exécutif fait tout pour empêcher la Chambre d'avoir accès à l'intégralité du dossier Mueller et empêcher McGahn (et plusieurs autres) de témoigner devant le Congrès, non seulement on ne peut pas se prononcer, mais en plus il prête le flanc aux soupçons et aux critiques.
Par contre, là où l'exécutif commet une grosse erreur c'est sur l'angle d'attaque retenue sur le plan juridique pour contester les enquêtes parlementaires. Une administration qui s'oppose au législatif sur des demandes de documents ou de témoignage c'est courant. Mais un exécutif qui empêche des convoqués de se rendre devant le comité (d'habitude ils y vont et invoquent le privilège de l'exécutif), et qui surtout choisit de défendre le point juridique que le législatif n'aurait pas le droit d'enquêter sur lui, c'est de l'inédit (d'habitude l'exécutif s’appuie sur quelques textes de lois garantissant quelques privilèges à l'exécutif).
Si j'étais conseiller juridique de la Maison Blanche je changerai d'urgence de stratégie : aucun juge, fut-il républicain, ne soutiendra jamais un arrêté judiciaire basé sur une défense aussi ouvertement anticonstitutionnelle...


guillaume44 a écrit:En attendant, un nouveau procureur a été nommé pour savoir si les responsables de l'administration Obama n'avait pas espionné la campagne Trump.


Là aussi, contrairement à beaucoup, je considère qu'une enquête pouvant permettre d'établir des faits et des réalités n'est jamais du temps perdu. Pour l'heure, on se bornera à constater que ce "dossier" a l'air aussi solide que celui des "fraudes" d'Hillary Clinton ayant "volé" le vote populaire à Donald Trump. On sent clairement la tentative (maladroite) de diversion.
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2684
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Dim 16 Juin 2019 12:14

En quelques jours à peine, l'administration Trump a rappelé à tous son incurie et son sens moral plus qu'incertain.
Il y a quelques jours, lors d'une interview, Trump a répondu à la question d'un journaliste que, si il était contacté par des services de renseignements étrangers pour lui proposer des informations sur un candidat démocrate, non seulement il écouterait attentivement ce que cet agent étranger aurait à lui dire, mais en plus il ne préviendrait pas forcément le FBI.
Outre que c'est très problématique de voir un chef d'état annoncer publiquement qu'il est susceptible d'être réceptif au lobbying et à la manipulation d'une puissance étrangère, il semble surtout que Trump n'ait toujours pas intégré que la loi américaine interdit à toute campagne politique de recevoir de l'aide (financière, opérationnelle ou organisationnelle) d'une puissance étrangère.
https://abcnews.go.com/Politics/abc-new ... d=63688943
Depuis, l'administration est en mode gestion de crise en reprenant les éléments de langage habituels : tentative (maladroite) d'atténuation des propos présidentiels, lancement de contre feux et attaques des ennemis classiques (les journalistes, les démocrates, les libéraux).
https://www.politico.com/story/2019/06/ ... ce-1363403
https://www.politico.com/story/2019/06/ ... nt-1364342
Les démocrates dénoncent évidemment unanimement cette dernière sortie présidentielle, et du côté des républicains, certains aussi ne se sentent pas de défendre le président sur ce coup là (Lindsey Graham notamment).
https://www.politico.com/story/2019/06/ ... ks-1364220
https://edition.cnn.com/2019/06/13/poli ... index.html
Beaucoup plus grave, les agents du FBI qui, depuis l'élection de 2016, tentent de sécuriser le processus électoral de 2020 de futures interférences déplorent que cette sortie du président anéantisse leur travail.
https://www.politico.com/story/2019/06/ ... mp-1364597
Et dans la catégorie, la loi ne s'applique pas à nous, le bureau du conseiller juridique spécial (un organe qui surveille que les membres de l'administration respectent la loi et les procédures les concernant) vient d'émettre un avis officiel pour demander la démission ou le renvoi de Kellyanne Conway, conseillère spéciale du président.
https://edition.cnn.com/2019/06/13/poli ... index.html
Cette dernière n'arrête pas d'enfreindre la loi Hatch (votée en 1939), qui interdit à tous les employés de l'administration fédérale (à l'exception du président et de son VP) de se livrer à des activités électoralistes dans le cadre de leurs fonctions. Malgré plusieurs rappels à l'ordre de la part du bureau juridique elle s'obstine à faire la promotion de Trump et de son action, y compris depuis la Maison Blanche. Hélas, cet avis n'est pas contraignant, il y a donc peu de chance de voir Trump appliquer une sanction contre un de des plus fidèles et zélés soutiens.

Enfin, dans un autre registre, Trump a annoncé via twitter que Sarah Huckabee, la porte parole officielle de la Maison Blanche, allait quitter ses fonctions à la fin du mois. Possiblement pour tenter une candidature pour le poste de gouverneur de l'Arkansas. Et depuis que le rapport Mueller avait rendu publique ses déclarations où elle reconnaissait mentir dans ses fonctions, son image, déjà polémique, s'était fortement dégradée.
Aucune annonce pour l'heure quant à un possible remplacement, et la plupart des médias font remarquer que les points presse de la Maison Blanche étant désormais en voie de disparition (photo à l'appui des poussières sur les pupitres de la salle de presse), est ce vraiment utile de nommer un remplaçant ? Objectivement, Trump est son premier porte parole, et en second, il y a Fox. L'ex directeur de la communication, Bill Shine, qui a démissionné en mars (personnellement j'ai arrêté de tenir le compte des départs depuis un moment...), n'a toujours pas été remplacé. En sera t il de même pour le porte-parole ?
https://www.cnbc.com/2019/06/13/sarah-h ... -says.html
https://twitter.com/maeganvaz/status/11 ... 38/photo/1
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2684
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Mer 19 Juin 2019 19:25

Corondar a écrit:(personnellement j'ai arrêté de tenir le compte des départs depuis un moment...)


Voilà qui ne devrait pas m'aider à tenir les comptes : Pat Shanahan, le secrétaire à la défense par intérim (depuis la démission de Jim Mattis il y a 6 mois), vient d'annoncer qu'il retirerait sa candidature pour être confirmé par le Sénat, et que, par voix de conséquence, il quittait également son intérim.
https://edition.cnn.com/2019/06/18/poli ... index.html
Dès le départ, plusieurs sénateurs avaient émis quelques réserves le concernant : en tant qu'ancien employé de chez Boeing il n'a aucune expérience militaire ni dans l'administration publique, il entretient des liens très étroits avec les lobbies (ça c'est une marque de fabrique de cette administration ceci dit), et il n'a pas du tout défendu les prérogatives de son ministère au cours des 6 derniers mois, qui parait totalement effacé face au secrétariat d'état dirigé par Bolton (qui est incontestablement l'homme fort au sein de l'administration ces derniers temps). Des soucis domestiques qui ont refait surface (des actes de violence de sa femme contre lui, puis de son fils contre sa femme à priori) ont fini de décrédibiliser sa candidature.
Dans l'immédiat il est remplacé par le secrétaire aux armées Mark Esper. Si ce dernier a aussi travaillé pour les industries de l'armement, il a au moins le mérite d'avoir une expérience militaire. Bref, encore un ministère où l'interim devrait durer longtemps. En cette période de tensions croissantes avec l'Iran ça fait un peu désordre pour la Défense cependant...
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2684
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique dans le monde

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Guide de l'élu délégué à l'animation, à la vie associative et à la vie des quartiers

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques locales d'animation, de vie associative et de vie des quartiers : les acteurs et le contexte d'intervention, les enjeux, les champs d'intervention...

Découvrir l'ouvrage

Les compétences du conseil municipal, du maire et des adjoints

Joël Clérembaux

Les communes ont des compétences multiples, dont certaines seulement sont clairement identifiées par le Code général des collectivités territoriales ; les lois de décentralisation et la...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités