Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Elections générales 2019 au Royaume-Uni

Forum dédié à la vie politique sur le "vieux continent". Réagissez sur les institutions européennes, les élections ou les décisions politiques de nos voisins européens.

Elections générales 2019 au Royaume-Uni

Messagede Relique » Sam 2 Nov 2019 18:38

Après plusieurs tentatives, Boris Johnson obtient enfin ses élections législatives.

En 2017, Theresa May avait réussi à arracher une victoire de justesse, alors qu'on la disait au départ largement favorite (il suffit de voir la différence de ton entre l'article du monde lors de la convocation des élections et l'ensemble d'articles de presse sur la perte de la majorité absolue par les conservateurs et la nécessaire alliance historique avec le parti unioniste nord-irlandais, le DUP.

Les résultats de 2017 pour rappel, au Royaume-Uni, la comparaison se faisant par rapport à 2015, lorsque les leaders étaient David Cameron pour les conservateurs, Ed Miliband pour les travaillistes et Nick Clegg pour les libéraux-démocrates, après 5 ans d'alliance entre conservateurs et libéraux-démocrates:

Conservateurs: 42.4% (+5,5), 317 (-13)
Travaillistes: 40% (+9,6), 262 (+30)
Libéraux-démocrates: 7,4% (-0,5), 12 (+4)
Scottish National Party: 3% (-1,7), 35 (-21)
Green Party on England and Wales: 1,6% (-2), 1 (=)
Democratic Unionist Party: 0,9% (+0,3), 10 (+2)
Sinn Féin: 0,7% (+0,1), 7 (+3)
Plaid Cymru (parti indépendantiste gallois): 0,5% (-0,1), 4 (+1)
UKIP: 1,8% (-10,8), 0 (-1)

Depuis 2017, il y a eu beaucoup d'aléas. Ils ont été retracés sur ce forum dans les sujets sur la vie politique au Royaume-Uni et sur le Brexit il me semble. Au niveau parlementaire, on peut noter:
- un nouveau groupe est apparu au parlement, centriste, nommé "Change UK", et comprenant des centristes du Labour anti Corbyn et des centristes parmi les conservateurs ne souhaitant pas de Brexit. Ils étaient 11 en février 2019 (3 conservateurs et 8 travaillistes), ils ne sont désormais que 5, 6 d'entre eux étant partis après les élections européennes où le parti n'a pas réussi à obtenir d'élus. Parmi ces 6, 5 ont rejoint les libéraux démocrates, et une est restée membre d'un autre groupe d'indépendants (qui avait été rejoint par trois des anciens Change UK qui sont partis ensuite chez les libéraux démocrates).
- il y a eu 5 élections partielles entre 2017 et 2019. 3 circonscriptions travaillistes qui le sont restées, 1 circonscription Sinn Féin qui l'est restée et 1 circonscription conservatrice qui est passée chez les libéraux démocrates.
- 22 élus conservateurs avaient été suspendus du parti en septembre suite à leur vote contre le gouvernement sur un amendement qui permettait au parlement d'empêcher un Brexit sans accord. 10 ont été réintégrés le 29 octobre à la condition soit qu'ils ne se représentent pas soit qu'ils votent avec le gouvernement s'ils étaient réélus.

En tout et pour tout, le parlement sortant ressemble donc plutôt à :

Conservateurs: 298
Travaillistes: 243
SNP: 35
Lib-Dem: 21
DUP: 10
SF: 7
The Independent Group for Change (ex Change UK après une plainte du site change . org): 5
Plaid Cymru: 4
Green Party: 1
Indépendants: 23

Le président de la chambre n'est pas sujet aux élections, toutefois, il ne se représente pas.Il y avait aussi encore un siège vacant.


Maintenant les résultats par "nation" de 2017:

Angleterre:
Conservateurs: 45,6% (+4,6), 297 (-22)
Travaillistes: 41,9% (+10,3), 227 (+21)
Lib-dem: 7,8% (-0,4), 8 (+2)
Green: 1,9% (-2,3), 1 (=)
UKIP: 2,1% (-12,1), 0 (-1)

Ecosse:
SNP: 36,9% (-13,1), 35 (-21)
Conservateurs: 28,6% (+13,7), 13 (+12)
Travaillistes: 27,1% (+2,8), 7 (+6)
Lib-dem: 6,8% (-0,8), 4 (+3)
Scottish Green: 0,2 (-1,1), 0
UKIP: 0,2 (-1,4), 0

Pays-de-Galles:
Labour: 48,9% (+12,1), 28 (+3)
Conservateurs: 33,6% (+6,3), 8 (-3)
Plaid Cymru: 10,4% (-1,7), +1
Lib-dem: 4,5% (-2), 0 (-1)
UKIP: 2% (-11,6)
Green: 0,3% (-2,2)

Irlande-du-Nord:
DUP: 36% (+10,3), 10 (+2)
SF: 29,4 (+4,9), 7 (+3)
SDLP: 11,7% (-2,2), 0 (-3)
UUP: 10,3% (-5,8), 0 (-2)
AP: 7,9% (-0,6), 0 (=)
Green: 0,9% (=)
TUV: 0,4 (-1,9)


Les sondages actuels donnent une très bonne avance pour les conservateurs face à une opposition très divisée entre Labour, Lib-Dem et Green.

Toutefois, il me semble que les conservateurs peuvent perdre beaucoup en Ecosse, où leur ancienne leader, partie récemment, avait beaucoup fait pour cette deuxième place. Il faudra compenser donc en Angleterre surtout par des gains.

En Irlande du Nord, il pourrait y avoir un retour d'un peu de diversité dans les partis représentés. Le SDLP et le SF se battront pour reconquérir ou garder Foyle (le leader du SDLP y sera candidat), match sans doute arbitré par les anti-avortement d'Aontu, créés depuis peu et qui peuvent prendre des voix aux deux partis. Le DUP peut perdre ses trois sièges de Belfast, l'un (Nord) au Sinn Féin qui a encore une fois investi celui qui est devenu Lord Mayor de Belfast entre temps, John Finucane, qui était passé pas si loin de la conquête du siège en 2017 (moins de 2000 voix d'écart, soit 5 points de pourcentage). Il est le fils de l'ancien avocat Pat Finucane, assassiné par des paramilitaires unionistes en 1989 avec l'aide des services secrets britanniques. Cette conquête pourrait être facilitée si l'UUP re-sélectionne enfin un candidat contre le DUP (ce n'était pas le cas en 2017 et 2015 pour éviter cette bascule). Le député DUP est Nigel Dodds, qui est le leader du DUP à la chambre des communes (la vraie leader du parti, Arlene Foster, étant élus au parlement régional). C'est donc une cible assez connue pour le Sinn Féin qui le qualifie d'un des artisans du Brexit (il a fait la campagne avec le camp du Brexit). Ils en ont fait leur objectif au niveau de l'Irlande du Nord: réélire leurs 7 élus et obtenir un huitième à Belfast North. A l'est, l'Alliance, un parti anti-brexit qui se dit "non-sectarian" (qui ne veut pas se catégoriser selon la religion - catholiques nationaliste contre protestants unionistes), qui a eu une très bonne dynamiques aux élections locales (53 sièges, soit +23) et européennes (1 siège, ce qui n'est jamais arrivé), a déjà tenu le siège avec sa leader Naomi Long, désormais élue au parlement européen. Si elle se présentait, elle aurait une bonne chance. Aux dernières élections locales dans la circonscriptions, son parti a enregistré une hausse de 12 points, venant prendre la tête sur le DUP. Au Sud, enfin, aussi bien l'Alliance Party que le SDLP vont lutter pour prendre ce siège au DUP. Le SDLP souhaite reconquérir ce siège, ce qui sera facilité par un accord informel avec le SF où chaque parti se concentrera l'un sur le nord et l'autre sur le sud (même s'ils sélectionnent des candidats, il y a de grandes chances pour qu'ils ne fassent pas campagne dans la circonscription non ciblée).

Globalement, donc, le DUP pourrait perdre quelques plumes, mais il faut dire que Johnson ne semble de toute façon pas souhaiter s'encombrer de cet allié parfois difficile.

Si on prend donc le groupe actuel (298) des conservateurs, auquel on peut, à mon avis, retirer une dizaine de députés écossais, cela veut dire qu'il faut, grosso modo pour avoir un gouvernement relativement stable, que Boris Johnson conquière une trentaine de sièges en Angleterre et au Pays de Galles (mais surtout en Angleterre).

J'essaierai d'étayer un peu cet argument plus tard, avec un aperçu des circonscriptions écossaises.
Relique
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2195
Inscription: Jeu 20 Jan 2011 13:03

Re: Elections générales 2019 au Royaume-Uni

Messagede LeysinNight » Lun 4 Nov 2019 23:01

Je pense que cette élection anticipée va faire des dégâts pour certains partis traditionnels comme le Labour ou en cas de défaite, Jeremy Corbyn devra rendre son tablier (il me fait penser à Neil Kinnock, trop à gauche pour les britanniques) et je vois pas les Lib-Dem dépasser leur 3e voir la 4e place.

Malgré les difficultés, je vois les Tories gagner les élections mais attention à l'UKIP ou le Brexit Party qui vont faire des bons scores.

Rendez-vous le 12 décembre pour en débattre.
LeysinNight
 
Messages: 297
Inscription: Ven 17 Mai 2013 18:16

Re: Elections générales 2019 au Royaume-Uni

Messagede Relique » Mar 5 Nov 2019 16:27

Relique a écrit:Irlande-du-Nord:
DUP: 36% (+10,3), 10 (+2)
SF: 29,4 (+4,9), 7 (+3)
SDLP: 11,7% (-2,2), 0 (-3)
UUP: 10,3% (-5,8), 0 (-2)
AP: 7,9% (-0,6), 0 (=)
Green: 0,9% (=)
TUV: 0,4 (-1,9)


En Irlande du Nord, il pourrait y avoir un retour d'un peu de diversité dans les partis représentés. Le SDLP et le SF se battront pour reconquérir ou garder Foyle (le leader du SDLP y sera candidat), match sans doute arbitré par les anti-avortement d'Aontu, créés depuis peu et qui peuvent prendre des voix aux deux partis. Le DUP peut perdre ses trois sièges de Belfast, l'un (Nord) au Sinn Féin qui a encore une fois investi celui qui est devenu Lord Mayor de Belfast entre temps, John Finucane, qui était passé pas si loin de la conquête du siège en 2017 (moins de 2000 voix d'écart, soit 5 points de pourcentage). Il est le fils de l'ancien avocat Pat Finucane, assassiné par des paramilitaires unionistes en 1989 avec l'aide des services secrets britanniques. Cette conquête pourrait être facilitée si l'UUP re-sélectionne enfin un candidat contre le DUP (ce n'était pas le cas en 2017 et 2015 pour éviter cette bascule). Le député DUP est Nigel Dodds, qui est le leader du DUP à la chambre des communes (la vraie leader du parti, Arlene Foster, étant élus au parlement régional). C'est donc une cible assez connue pour le Sinn Féin qui le qualifie d'un des artisans du Brexit (il a fait la campagne avec le camp du Brexit). Ils en ont fait leur objectif au niveau de l'Irlande du Nord: réélire leurs 7 élus et obtenir un huitième à Belfast North. A l'est, l'Alliance, un parti anti-brexit qui se dit "non-sectarian" (qui ne veut pas se catégoriser selon la religion - catholiques nationaliste contre protestants unionistes), qui a eu une très bonne dynamiques aux élections locales (53 sièges, soit +23) et européennes (1 siège, ce qui n'est jamais arrivé), a déjà tenu le siège avec sa leader Naomi Long, désormais élue au parlement européen. Si elle se présentait, elle aurait une bonne chance. Aux dernières élections locales dans la circonscriptions, son parti a enregistré une hausse de 12 points, venant prendre la tête sur le DUP. Au Sud, enfin, aussi bien l'Alliance Party que le SDLP vont lutter pour prendre ce siège au DUP. Le SDLP souhaite reconquérir ce siège, ce qui sera facilité par un accord informel avec le SF où chaque parti se concentrera l'un sur le nord et l'autre sur le sud (même s'ils sélectionnent des candidats, il y a de grandes chances pour qu'ils ne fassent pas campagne dans la circonscription non ciblée).

Globalement, donc, le DUP pourrait perdre quelques plumes, mais il faut dire que Johnson ne semble de toute façon pas souhaiter s'encombrer de cet allié parfois difficile.



En Irlande du Nord, cela bouge beaucoup !

Comme je l'ai dit, le scrutin n'aura probablement pas le même impact que la dernière fois concernant la formation du gouvernement. Mais l'allié de May, l'unioniste très droitier DUP, pourrait devenir minoritaire (en fait, les unionistes pourraient, il me semble pour la première fois, ne pas gagner au moins la moitié des sièges; il y en avait 9/18 en 2010, il pourrait n'y en avoir que 8).

On a assisté à un certain nombre de retraits des partis pro-Remain ces derniers jours.

A Belfast Nord, c'est l'UUP qui a reçu de nombreuses pressions pour ne pas sélectionner de candidats face au sortant DUP. Il n'y avait déjà pas de candidat UUP en 2015 et 2017 pour se prémunir contre une éventuelle victoire du Sinn Féin. Cette année, suite à la lente agonie de l'UUP (qui a perdu son siège au parlement européen en mai, qu'il détenait depuis 1979), le potentiel leader (il n'a pas encore été formellement élu leader) Steve Aiken avait annoncé qu'il sélectionnerait 18 candidats, un pour chaque circonscription, afin de montrer une alternative unioniste au DUP (ces dernières années, la politique nord-irlandaise s'est assez "radicalisée" autour du DUP et du SF au détriment des plus modérés UUP et SDLP, ce qui a d'ailleurs encouragé la réémergence, en réaction, de l'Alliance Party qui n'est ni nationaliste ni unioniste).

Beaucoup de pression a été mise sur l'UUP suite à cela pour qu'ils ne sélectionnent pas de candidat à Belfast Nord. Unilatéralement, le DUP a annoncé se retirer de Fermanagh and South Tyrone, circonscription reconquise par le Sinn Féin sur l'UUP en 2017 (après un mandat de 2010 à 2015), pour laisser la place à l'UUP (alors que pourtant, aux élections locales de 2019, le DUP y a recueilli 22% des voix contre 18% pour l'UUP; aux élections régionales 2017, c'était 30% pour le DUP et 12% pour l'UUP). Des groupes para-militaires unionistes (ou terroristes, selon le point de vue) ont même lancé des menaces contre l'UUP qui font l'objet d'enquêtes par la police nord-irlandaise.

L'UUP a donc finalement annoncé ne pas présenter de candidat à Belfast Nord; ça, c'était il y a quelques jours.

Ces deux ou trois derniers jours, c'est du côté du Remain que les choses ont bougé. Le Sinn Féin a annoncé ne pas présenter de candidats à South Belfast, y soutenant la candidate SDLP, à East Belfast, y soutenant la leader de l'Alliance Party, députée européenne, et à North Down, y soutenant (!) l'unioniste indépendante Lady Sylvia Hermon, ancienne UUP et pro-remain. Le SDLP a également annoncé se retirer d'au moins trois circonscriptions: Belfast Nord (où ils annoncent vouloir s'opposer au DUP sans dire clairement qu'ils soutiennent le candidat Sinn Féin), Belfast Est et North Down également !

Le Green Party a également annoncé soutenir la candidate SDLP à Belfast Sud, et réfléchis à jun soutien à l'unioniste indépendante à North Down (ils attendent que la parlementaire annonce officiellement qu'elle se représente).

L'Alliance Party lui, plutôt dans une bonne dynamique aux élections locales et européennes, et se sentant probablement pousser des ailes, a annoncé sélectionner des candidats dans les 18 circonscriptions. Ils ont toutefois indiqué qu'ils mèneraient une campagne "discrète" ("low-key") à North Down contre l'unioniste pro-remain.

Une idée un peu des forces en présence:

Belfast Nord: élections westminster 2017 (par rapport à 2015) / élections locales 2019 (par rapport à 2014) (estimations):
DUP: 46,20% (-0,8) / 30,7% (+2,19)
SF: 41,7 (+7,8) / 23,8 (-1,97)
UUP: absent (absent) / 9,1 (-1,4)
AP: 5,4% (-1,9) / 11,9 (+1,4)
SDLP: 4,5 (-3,7) / 11,2 (+2,22)
Green P: 1,2 (+1,4) / 3,2 (+3,2)

Clairement, les choses seront serrées, le candidat Sinn Féin étant populaire localement (dépassant largement la base habituelle Sinn Féin, et même la base nationaliste). Cela sera serré et la question du Brexit sera fondamentale.

Belfast Sud:
DUP: 30,4 (+8,2) / 24 (+2,5)
SDLP: 25,9 (+1,4) / 15,1 (-3,8)
AP: 18,2 (+1) / 24,4 (+5,1)
SF: 16,3 (+2,4) / 12,6 (-0,2)
UUP: 3,5 (-5,6) / 6,2 (-4,1)
GP: 5,1 (-0,6) / 9,4 (+5,5)

Ici, le SDLP semble avoir une voie royale pour reprendre le siège que l'ancien leader Alaisdair McDonnell avait conquis en 2005 et perdu en 2017. Ne serait-ce que la somme SDLP et SF pèse plus de 40% de l'électorat de 2017...

Belfast Est:
DUP: 55,8% (+6,5) / 32,3% (+0,8)
AP: 36% (-6,8) / 32,4% (+11,8)
UUP: 3,3% (absent) / 12,7% (-2,9)
SF: 2,1% (=) / 4,2% (-0,2)
SDLP: 0,4% (+0,1) / 1,4% (-0,4)
GP: 1,3% (-1,4) / 7,3% (+2,3)


Ici, ce ne sera pas facile pour la leader de l'Alliance Party, nouvelle députée européenne Naomi Long. Elle avait réussi à conquérir le siège en 2010 en gagnant 25 points et plus de 9 000 voix en cinq ans. Elle est plutôt dans une bonne dynamique, avec notamment les élections locales qui l'ont vu passer devant. Ce ne sera pas facile, mais c'est une circonscription plutôt pro-remain, et ils n'ont pas forcément apprécié la participation du DUP au gouvernement May.

Enfin, à North Down, où la sortante est une unioniste indépendante, anciennement proche de l'UUP.

North Down:
L. S. Herman: 41,1% (-8,1) / pas de candidats localement
DUP: 38% (+14,4) / 28,6 (-2,4)
UUP: Absent (absent) / 20,1% (-2,4)
AP: 9,3% (+0,7) / 26,1% (+10,8)
SF: 1,4% (+0,6) / 0,3% (+0,3)
SDLP: 1% (=) / 0% (-2,3)
GP: 6,5% (+1,1) / 14,8% (+6,6)

Clairement, le soutien du Green Party pourrait être important, alors que l'Alliance est un peu "grisée" par ses bons résultats locaux. Il y a toutefois de grandes chances pour que ses électeurs des élections locales soient des électeurs de la parlementaire et votent pour elle. Je pense que le DUP ne devrait pas réussir à conquérir la circonscription, malgré leur relative progression ici.


Et enfin, concernant la circonscription tenue par le SF et où l'UUP a reçu le soutien du DUP :

Fermanagh and South Tyrone:
SF: 47,2% (+1,8) / 30,7% (-1,5)
UUP: 45,5 (-0,9) / 18,2% (-6)
DUP: absent (absent) / 22,1% (+4,3)
SDLP: 4,8% (-0,6) / 12% (-0,6)
AP: 1,7 (+0,4) / 2,4% (+1,6)
GP: 0,8 (-0,7) / 0,3 (+0,1)

Ici, le SDLP semble présenter un candidat. Il n'est pas sûr toutefois qu'il améliore son score de 2017 et le Sinn Féin, pas forcément en grande dynamique, pourrait réussir à conserver le siège (clairement, tous les efforts seront mis par le Sinn Féin sur ce siège et celui de Belfast Nord)
Relique
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2195
Inscription: Jeu 20 Jan 2011 13:03

Re: Elections générales 2019 au Royaume-Uni

Messagede Tirnam » Mer 6 Nov 2019 11:13

En tout cas début de campagne assez mitigé pour les conservateurs.

Alors que l'élection a été accepté il y a une semaine ce n'est qu'aujourd'hui que Johnson lance sa campagne. Ainsi le Labour a eu tout le champs libre durant la première semaine et a assez dominé l'espace politique avec le lancement de leur campagne et l'annonce de premières promesses. Les conservateurs ont été mis en difficulté par ailleurs avec l'irruption de Trump dans la campagne :
- Ce dernier a publiquement appelé Johnson et Farage à s'allier (Appel relié plus tard par Farage mais rejeté par Johnson)
- Il a dénoncé l'accord sur le Brexit comme empêchant de faire un accord commercial
- Il a critiqué Corbyn.
Un vrai cadeau pour Corbyn qui a pu ressortir la menace d'une main-mise de Trump sur le NHS.
Hier les conservateurs ont eu à subir deux polémiques :
- un conseiller de Alun Cairns, secrétaire d'Etat au Pays-de-Galles, est accusé d'avoir saboté le procès pour viol d'un de ses amis. Alun Cairns a démenti avoir été au courant mais un email révèle qu'il l'était.
- Jacob Rees-Mogg s'est très rapidement excusé après avoir dit que lui aurait eu "le bon sens" de ne pas écouter les instructions des pompiers lors du terrible incendie de la tour Grenfell.
Tirnam
 
Messages: 283
Inscription: Mer 18 Jan 2017 12:52

Re: Elections générales 2019 au Royaume-Uni

Messagede Tirnam » Jeu 7 Nov 2019 09:36

https://www.politics.co.uk/comment-anal ... olatile-el

Cet article résume assez bien les enjeux région par région.
Tirnam
 
Messages: 283
Inscription: Mer 18 Jan 2017 12:52

Re: Elections générales 2019 au Royaume-Uni

Messagede Corondar » Jeu 7 Nov 2019 15:31

LeysinNight a écrit:Je pense que cette élection anticipée va faire des dégâts pour certains partis traditionnels comme le Labour ou en cas de défaite, Jeremy Corbyn devra rendre son tablier (il me fait penser à Neil Kinnock, trop à gauche pour les britanniques) et je vois pas les Lib-Dem dépasser leur 3e voir la 4e place.

Malgré les difficultés, je vois les Tories gagner les élections mais attention à l'UKIP ou le Brexit Party qui vont faire des bons scores.

Rendez-vous le 12 décembre pour en débattre.


Je pense qu'il y a un autre scénario ayant une probabilité raisonnable de se produire : un parlement sans majorité claire.
Sur ce début de campagne, j'ai moi même le sentiment que ça patine un peu du côté des conservateurs (en même temps j'ai le sentiment que c'est tout le paysage politique britannique qui patine depuis 3 ans ?).
Le moins qu'on puisse dire c'est que le premier ministre britannique a choisi un angle "d'attaque" assez original pour lancer sa campagne : il compare Corbyn à Staline, rien que ça...Alors je ne suis pas forcément un grand fan du leader travailliste (qui tout comme Johnson m'a l'air préoccupé par des considérations bien personnelles concernant le Brexit), mais j'avoue que le bien fondé du parallèle historique m'échappe ?
https://www.theneweuropean.co.uk/top-st ... -1-6360131
Ceci dit Johnson a l'air d'être un adepte du point Godwin : il avait déjà comparé le projet européen au programme nazi.
https://www.lefigaro.fr/international/2 ... hitler.php
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2796
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: Elections générales 2019 au Royaume-Uni

Messagede Républicain67 » Jeu 7 Nov 2019 16:04

Tirnam a écrit:https://www.politics.co.uk/comment-analysis/2019/10/31/election-2019-region-by-region-guide-to-the-most-volatile-el

Cet article résume assez bien les enjeux région par région.


Si je comprends bien le Brexit Party de Nigel Farage n'aurait des chances que dans deux circonscriptions, celle de Lincoln dans le Lincolnshire (Midlands de l'Est) et celle de Hartpool, dans le comté de Durham (Nord-Est). Dans les deux cas, il s'agit de sièges travaillistes. Il ne semble plus menaçant dans le Sud-Est où Nigel Farage avait failli être élu dans une circonscription du Kent lors des élections législatives de 2015. Je ne connais pas assez bien la situation politique britannique, mais d'après l'article, le nouveau parti de Farage serait désormais plus fort dans le nord de l'Angleterre que dans le sud, et plutôt dans des bastions du Labour.

Le Brexit Party aurait aussi ces chances dans les circonscriptions de Thururrock et Clacton, dans l'Essex. La dernière est la seule que l'UKIP a remporté en 2015. Les deux sièges ont un député conservateur.
Républicain67
 
Messages: 2403
Inscription: Jeu 17 Jan 2013 10:57
Avertissements: 1

Re: Elections générales 2019 au Royaume-Uni

Messagede Alambic » Ven 8 Nov 2019 11:39

Corondar a écrit:Je pense qu'il y a un autre scénario ayant une probabilité raisonnable de se produire : un parlement sans majorité claire.
Sur ce début de campagne, j'ai moi même le sentiment que ça patine un peu du côté des conservateurs (en même temps j'ai le sentiment que c'est tout le paysage politique britannique qui patine depuis 3 ans ?).
Le moins qu'on puisse dire c'est que le premier ministre britannique a choisi un angle "d'attaque" assez original pour lancer sa campagne : il compare Corbyn à Staline, rien que ça...Alors je ne suis pas forcément un grand fan du leader travailliste (qui tout comme Johnson m'a l'air préoccupé par des considérations bien personnelles concernant le Brexit), mais j'avoue que le bien fondé du parallèle historique m'échappe ?
https://www.theneweuropean.co.uk/top-st ... -1-6360131
Ceci dit Johnson a l'air d'être un adepte du point Godwin : il avait déjà comparé le projet européen au programme nazi.
https://www.lefigaro.fr/international/2 ... hitler.php

Il est certain qu'à ce stade, un parlement sans majorité claire est un scénario qui est aussi probable que celui d'une majorité claire pour les conservateurs.

Cela dit, si les sondages en restent à leur niveau actuel (un gros "si"), je pense que Johnson aura sa majorité.

On insiste beaucoup sur le Brexit Party mais, avec un gros 10% dans les sondages, ils n'auront que peu d'impact : en 2015, UKIP avait fait 13% et n'avait gagné qu'un seul siège parce que le député était un sortant conservateur qui avait changé de parti en cours de route (à Clacton). Un score important du Brexit Party impacte de manière négative les Tories par rapport aux travaillistes car, si les Leavers du Labour ont une probabilité plus grande voter pour le Brexit Party que les Leavers tories, ces derniers sont très sensiblement plus nombreux que les premiers quelque soit la circonscription. Néanmoins, vu que beaucoup de circonscriptions très Leave ont des majorités Tories ou Labour très marquées, l'impact du Brexit Party sera faible puisqu'il concernerait uniquement les circonscriptions Leave avec des faibles majorité Tories (qui sont peu nombreuses).

A l'inverse, le score plus important des LibDems par rapport à 2017 (actuellement, ils sont à 16% vs. 7% en 2017) défavorise le parti travailliste : le vote Remain de centre gauche et de centre droit se réoriente dans des proportions voisines vers les LibDems au détriment du Labour et des Tories mais, en moyenne, les remainers de centre-gauche sont plus nombreux que ceux de centre-droit. Dans les endroits où les LibDems ne sont pas en capacité de l'emporter, la division du vote Remain favorise singulièrement le parti conservateur.

Le cumul des deux effets ferait qu'en Angleterre et au Pays de Galles, les LibDems gagneraient des sièges Remain de centre gauche (au détriment du Labour) et de centre droit (au détriment des conservateurs) tout en favorisant par la division du vote Remain des gains des conservateurs dans les zones plutôt Leave (pourvu qu'elles ne soient pas trop marquées à gauche). Comme les conservateurs vont également probablement perdre beaucoup de sièges en Ecosse, il faudra voir si les gains compensent les pertes. On se pourrait alors se rapprocher du scénario du hung parliament de 2010.

Il faudra voir l'évolution des sondages pour juger : une division moins forte du vote Remain défavorise Johnson (ça rapprocherait du scénario du hung parliament de 2017), une division plus forte du vote Leave également et, ce qui serait le plus handicapant, ça serait que des remainers tories migrent encore davantage vers les LibDems.
Alambic
 
Messages: 40
Inscription: Jeu 9 Mai 2019 09:05
Localisation: Paris

Re: Elections générales 2019 au Royaume-Uni

Messagede Républicain67 » Lun 11 Nov 2019 14:55

Le Brexit Party de Nigel Farage ne présentera pas de candidats dans les 317 circonscriptions gagnées par des députés conservateurs en 2017, afin de ne pas affaiblir davantage le vote pro-leave.

https://www.bbc.com/news/election-2019-50377396

Le parti eurosceptique vise donc essentiellement des sièges travaillistes ayant voté pour la sortie de l'Union européenne en 2016, essentiellement dans les Midlands, le Nord de l'Angleterre et le Pays de Galles.
Républicain67
 
Messages: 2403
Inscription: Jeu 17 Jan 2013 10:57
Avertissements: 1

Re: Elections générales 2019 au Royaume-Uni

Messagede ploumploum » Lun 11 Nov 2019 16:56

Républicain67 a écrit:Le Brexit Party de Nigel Farage ne présentera pas de candidats dans les 317 circonscriptions gagnées par des députés conservateurs en 2017, afin de ne pas affaiblir davantage le vote pro-leave.

https://www.bbc.com/news/election-2019-50377396

Le parti eurosceptique vise donc essentiellement des sièges travaillistes ayant voté pour la sortie de l'Union européenne en 2016, essentiellement dans les Midlands, le Nord de l'Angleterre et le Pays de Galles.


Le retrait du Brexit Party intervient après l'accord tripartite des pro-remain Libéraux-verts-Plaid Cymru dans une soixantaine de circos (49 en Angleterre et 11 au Pays-de-Galles) et qui consiste à la présentation d'une candidature unique (43 LD/ 10 Verts et 7 PC)
https://www.theguardian.com/politics/20 ... ction-pact
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 15412
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Suivante

Retourner vers Politique en Europe

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Guide de l'élu délégué à la participation, la démocratie locale et la citoyenneté

Jérôme Dupuis

Du budget participatif à la territorialisation des services municipaux et intercommunaux et aux panels des pratiques participatives, en passant par les repas de quartier, les comités d'engagement au...

Découvrir l'ouvrage

Guide de l'élu délégué à la culture

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques culturelles communales et intercommunales : les acteurs et le contexte d'intervention, les enjeux, les champs d'intervention. Il développe aussi une démarche d'élaboration et de mise en oeuvre de ces...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité