Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Longévité des parlementaires

Espace dédié aux membres qui souhaitent échanger sur les élections plus anciennes. Résultats, analyses, cartographie,...

Re: Longévité des parlementaires

Messagede Zimmer » Mar 17 Jan 2012 14:08

C'est sous la IIIème République qu'on trouve celui qui reste encore, à ce jour, le recordman de la longévité parlementaire. Il s'agit de Gaston Thomson, qu'on pourrait classer aujourd'hui au centre droit et qui fut député de Constantine (Algérie française), sans interruption, de 1877 à sa mort en 1932 (55 ans de mandats parlementaires). Il décéda le 14 mai 1932, six jours après sa 15ème élection à la Chambre des députés.

Pour l'anecdote, on peut aussi se souvenir que Max Lejeune, qui doit détenir la médaille d'argent avec une longévité de 54 ans, décéda à peine deux mois après la fin de son dernier mandat de sénateur, en 1995.
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

Re: Longévité des parlementaires

Messagede Jean-Philippe » Mar 17 Jan 2012 14:57

On peut poursuivre, pour ceux dont l'amplitude dépasse 40 ans, avec Abel Gardey, élu radical du Gers entre 1914 et 1955.
Toujours actif, le sénateur PS de Gironde Philippe Madrelle, élu depuis 1968 à l'AN puis au Sénat depis 1980.
Pierre de Bénouville, député d'Ille-et-Vilaine puis de Paris, élu entre 1951 et 1993.
Mermaz, dans l'Isère, a été parlementaire entre 1967 et 2011.
Neuwirth, dans la Loire, l'a été de 1958 à 2001. Louis Marin, en Meurthe-et-Moselle, a été député entre 1905 et 1951.
André Beauguitte, dans la Meuse, l'a été entre 1932 et 1978. Dans le Morbihan, Bonnet a été parlementaire entre 1956 et 2001.
Albert Denvers, élu PS de Gravelines, l'a été entre 1946 et 1993. Paul Reynaud a été député entre 1919 et 1962, dans 3 départements différents. Arthur Ramette a été parlementaire PCF du Nord entre 1932 et 1973.
Dans un an (en 2013), l'ancien maire de Cambrai Jacques Legendre atteindra cette amplitude de 40 ans, tout comme Chevènement.
Giscard a été député entre 1956 et 2002. Eugène Chassaing, dans le même département, l'a été entre 1909 et 1955, mais avec des parenthèses dont 10 ans au Sénat de 1920 à 1940.
Joseph Delachenal a été député de Savoie entre 1910 et 1958. Son fils lui a succédé jusqu'à sa défaite en 1973.
Lecanuet a été parlementaire entre 1951 et sa mort en 1993. Dans le même département de Seine-Maritime, André Bettencourt l'a été de 1951 à 1995. Peyrefitte, en Seine-et-Marne, l'a été de 1958 à 1999. Jean Chamant dans l'Yonne, l'a été de 1946 à 1995. Pasqua l'a été de 1968 à 2011.
Fajon, directeur de l'Humanité entre 1958 et 1974, a été député entre 1936 et 1978.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 9126
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Re: Longévité des parlementaires

Messagede Jean-Philippe » Mar 17 Jan 2012 15:09

J'oubliais Aimé Césaire, député de 1945 à 1993 et Gaston Monnerville, parlementaire de 1932 à 1974 avant de siéger 9 ans au Conseil constitutionnel.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 9126
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Re: Longévité des parlementaires

Messagede vudeloin » Mar 17 Jan 2012 15:35

Jean-Philippe a écrit:Dans la catégorie des moins de 50 ans de mandats, on peut citer Gaston Defferre, député de 1945 à sa mort en 1986, excepté en 1958 où battu, il se fait élire au Sénat l'année suivante.
Mitterrand a à peu près le même parcours : élu de 1946 à 1981 (sauf en 1958, d'où également un passage de 3 ans au Sénat), ses 14 ans à l'Elysée font un total de 48 ans.
Virgile Barel, doyen de l'AN quand il la quitte en 1978 à 88 ans, a été député PCF de 1936 à 1951, 56-58 et 67-78, soit 42 ans "d'amplitude".
Autre vétéran communiste, François Billoux, député de Marseille de 1936 à sa mort en janvier 1978.

Le père de Giacobbi a été député de Corse en 1956-58 avant d'être sénateur de 1962 à sa mort en 1997.
Lucien Dutard, en Dordogne, a été député PC entre 1945-51 et 1973-86 (41 ans "d'amplitude").
Georges Bonnet, dans le même département (dont on pourrait parler dans les dynasties, du même que Giacobbi) a été député entre 1924 et 1968, avec des interruptions. Son fils Alain l'a été 20 ans entre 1973 et 1993.

Edgar Faure a été parlementaire entre 1949 et sa mort en 1988, avec de fréquents changements entre Sénat, AN et ministères.
Maurice-René Simonnet, centriste, a été député entre 1946 et 1962, puis eurodéputé en 1979 jusqu'à sa nomination au Conseil constitutionnel de 1984 à sa mort en 1988.
Maurice Pic, maire PS de Montélimar, a été parlementaire de 1948 à 1989.


Une liste fort intéressante, Jean Philippe, et qui me semble d’ailleurs nécessiter quelques éléments complémentaires.

Parce que, mine de rien, on ne peut évidemment pas arrêter le cas de longévité des Giacobbi ou encore des Alfonsi (c’est la Corse et c’est là que cela se corse) à un seul exemplaire des édiles de la famille…

Tu vas presque m’obliger à faire toutes les recherches sur les dynasties électorales de Corse, qui sont quand même une des spécialités de Kallistê.

J’ai ouvert un fil sur les dynasties électives et on peut d’ailleurs se demander si le fait de le mêler avec le présent fil de discussion n’aurait pas un peu de sens au demeurant.

Après, on peut aussi regarder la durée de la carrière d’un élu quelque soit le mandat, parce que, dans le cas de Christian Poncelet, déjà évoqué, le premier mandat de député est de 1962 et celui d’élu local est encore antérieur…

Autre exemple : si tu prends un désormais ancien Sénateur comme Jack Ralite, tu as une première élection comme conseiller municipal d’Aubervilliers en 1959, un passage en adjoint au Maire dans les années 60, une première élection de député en 1973 pour un mandat interrompu en 1981 pour cause de nomination au Gouvernement, un mandat de conseiller régional de 1986 à 1992, une élection comme maire en 1989, si je ne me trompe, puis une première élection en qualité de Sénateur en 1995, avec une réélection en 2004 et un mandat achevé en septembre 2011, soit plus de 52 années de vie politique et de fonctions électives et/ou ministérielles.

Et dans le genre dynastique, si l’on peut dire, ne pas oublier que la candidate du PS sur Montélimar s’appelle Danielle Reme Pic, et qu’elle est la fille de Maurice.

Ceci dit, il convient sans doute de s’interroger sur ces cas assez particuliers de mandats prolongés.

J’avais bien, dans le temps, le maire d’un petit village à côté de chez moi qui fut élu de 1953 à …2008 !
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Longévité des parlementaires

Messagede vudeloin » Mar 17 Jan 2012 15:39

Zimmer a écrit:C'est sous la IIIème République qu'on trouve celui qui reste encore aujourd'hui le recordman de la longévité parlementaire. Il s'agit de Gaston Thomson, qu'on pourrait classer aujourd'hui au centre droit et qui fut député de Constantine (Algérie française), sans interruption, de 1877 à sa mort en 1932 (55 ans de mandats parlementaires). Il décéda le 14 mai 1932, six jours après sa 15ème élection à la Chambre des députés.

Pour l'anecdote, on peut aussi se souvenir que Max Lejeune, qui doit détenir la médaille d'argent avec une longévité de 54 ans, décéda à peine deux mois après la fin de son dernier mandat de sénateur, en 1995.


Un Max Lejeune qui, ironie du sort, fut même le doyen du Sénat à un moment donné, malgré son nom...

Et qui (est ce un lien avec Gaston Thomson ?) fut aussi Ministre du Sahara au tout début de la Cinquième République, puisque son nom apparaît ès qualités sur le parapheur du texte constitutionnel...
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Longévité des parlementaires

Messagede vudeloin » Mer 18 Jan 2012 21:45

Jean-Philippe a écrit:J'oubliais Aimé Césaire, député de 1945 à 1993 et Gaston Monnerville, parlementaire de 1932 à 1974 avant de siéger 9 ans au Conseil constitutionnel.


Dans le cas de Césaire, ce fut doublé avec un mandat local, celui de maire de Fort de France de 1945 à 2001, c'est à dire qu'il n'a quitté ces fonctions qu'à l'âge de 87 ans et 11 mois.
Il a même cumulé ses mandats avec celui de conseiller général de Martinique entre 1945 et 1949 puis de 1955 à 1970, étant aussi, à un moment donné, conseiller régional et Président du conseil régional.
Césaire a eu un adjoint dans son équipe municipale, Pierre Aliker, qui a eu la même longévité électorale, assumant notamment la fonction de premier adjoint de Césaire (avec qui il avait fondé le PPM, Parti Progressiste Martiniquais) de 1957 à 2001.
Quant à Gaston Monnerville, il était également conseiller général du Lot et fut président du conseil général de ce département.

Gaston Monnerville fut d'abord député radical de Guyane (1932-1940) et maire de Cayenne (1935-1940).
Après la Libération, il est d'abord Sénateur de Guyane (1948-1948) ou plutôt Conseiller de la République, avant de se faire élire dans le Lot dont il sera l'élu de 1948 à 1974. Elu conseiller général de Saint Céré, il sera pendant vingt ans (1951-1971) président du conseil général de ce département où il sera suivi, notons le, par Maurice Faure, Président de 1971 à 1994 dans le fameux canton de Montcuq et qui, pure coincidence, sans doute, sera, comme Gaston Monnerville, membre du Conseil Constitutionnel...
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Longévité des parlementaires

Messagede pierrep » Sam 21 Jan 2012 17:13

La longévité de certains a quand même interrompue à plusieurs reprises : Mermaz par exemple a certes été élu dès 67, mais battu en 73 , puis aussi en 93, etc .. ce qui fait quand même des carrières en dents de scie .
A ce moment là on pourrait aussi inclure les carrières de ceux qui étant candidats sans jamais être élus changeaint ensuite de terres , pour aller voir ailleurs ... La gauche a abrité plusieurs de ces spécialistes à la longvité très mobile géograpiquement : on peut citer Hernu ( qui se posa finalement dans le Rhône) , Bérégovoy ( idem dans la Nièvre) , ou encore Gilles Martinet ( qui tenta la Drôme, l'Oise, Paris et j'en oublie ......sans jamais être lu député !!) .
pierrep
 
Messages: 1410
Inscription: Jeu 15 Avr 2010 20:43

Re: Longévité des parlementaires

Messagede ploumploum » Sam 21 Jan 2012 19:26

Vous avez oublié Alain Poher, sénateur de 1946 à 1948 et de 1952 à 1995, et surtout Président du Sénat pendant 24 ans ( 1968 à 1992)
Au passage,il fut Maire de la commune d"Ablon-sur-Seine (Val-de-Marne) pendant 37 ans (1946-1983)
ploumploum
 
Messages: 15519
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: Longévité des parlementaires

Messagede Jean-Philippe » Sam 21 Jan 2012 20:40

Je crois que l'on n'a pas évoqué le cas du maire gaulliste de Forbach (Moselle) Jean-Éric Bousch, député en 1978, mais surtout sénateur de 1948 à 1974 et entre 1988 et 1992.
Autre sénateur gaulliste, élu entre 1948 et 1992 : Amédée Bouquerel.
Soldani, sénateur socialiste de Var, a siégé 40 ans, de 1946 à 1986.
Jean Geoffroy, député PS du Vaucluse en 1945, siège au Sénat de 1948 à 1986.
L'ancien maire d'Asnières Michel Maurice-Bokanowski a été député de 1951 à sa nomination comme ministre sous De Gaulle puis sénateur de 1968 à 1995.
Jacques Duclos a été député dès 1926 et sa carrière se termine au Séant en 1975 avec son décès.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 9126
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Re: Longévité des parlementaires

Messagede vudeloin » Sam 21 Jan 2012 21:07

Le cumul avec les mandats locaux n'est pas sans intérêt puisque Soldani fut assez longtemps maire de Draguignan et Président du Conseil général du Var...
Edouard Soldani fut conseiller de la République puis Sénateur de 1946 à 1958 puis de 1959 à 1986, maire de Draguignan de 1959 à 1983 et Président du conseil général de 1956 à 1985, après avoir été Vice Président pendant dix ans entre 1946 et 1956, ce qui signifie qu'il a tout de même représenté les Dracénois pendant pratiquement quarante ans.
Je note qu'il a été battu en 1983 par un candidat de droite nommé Jean Paul Claustres, ancien collaborateur de Jacques Médecin, député maire de Nice, qui sera battu en 1989 après avoir commis quelques malversations financières.

Sur le cas Bousch, les mandats nationaux ont été de pair avec un très long mandat de maire de Forbach (de 1953 à 1995), et de conseiller général du canton, qui a été redécoupé, ne l'oublions pas (de 1949 à 1973 puis de 1976 à 1989).

Jacques Duclos, pour sa part, fut d'abord député de Paris, élu en partielle en 1926 face à Paul Reynaud puis au scrutin uninominal dans le 20e arrondissement en 1928. En 1932, il devance Léon Blum au premier tour mais est battu par Marcel Déat, alors dissident de la SFIO (on sait comment finira la carrière de celui ci) dans la même circonscription.
En 1936, il franchit les boulevards extérieurs et se fait élire à Montreuil, où ll sera élu jusqu'en 1958, la guerre faisant évidemment exception, avec la période de l'Occupation où Jacques Duclos joue un rôle essentiel dans la direction clandestine du PCF entre 1940 et 1944.
Battu en 1958, il se fait élire, jusqu'à la fin de sa vie, Sénateur de la Seine puis de la Seine Saint Denis jusqu'à sa mort, étant Présidnent du Groupe communiste au Luxembourg.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

PrécédenteSuivante

Retourner vers Histoire des élections en France

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Découvrir l'ouvrage

Guide de l'élu délégué à la culture

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques culturelles communales et intercommunales : les acteurs et le contexte d'intervention, les enjeux, les champs d'intervention. Il développe aussi une démarche d'élaboration et de mise en oeuvre de ces...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité