Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Les cantonales dans les Bouches-du-Rhône

Chambre de discussion sur les élections cantonales qui seront organisées en mars 2011 et visant au renouvellement de la moitié des conseillers généraux.

Re: Les cantonales dans les Bouches-du-Rhône

Messagede marc joseph » Ven 12 Nov 2010 20:45

article paru dans la provence d' aujourd'hui


Les cantonales, élections à multiples inconnues


Vingt-neuf cantons seront renouvelés en mars 2011 dans le département

Le scrutin est prévu en mars 2011, mais déjà, les partis politiques avancent leurs pions pour la bataille. 29 des 57 cantons des Bouches-du-Rhône (voir la carte) seront à renouveler dans cinq mois. Une élection qui ne mobilisera guère, n'étant pour une fois pas couplée à une autre. Mais qui aura des conséquences dès 2011: ces grands électeurs que sont les conseillers généraux participent au renouvellement du Sénat. Or, la Haute Assemblée pourrait basculer. Chaque voix, chaque siège comptera. Les enjeux ne sont donc pas anodins, ils sont multiples, dans (voir la carte) ou en dehors de Marseille (voir la carte). Certes, la gauche, qui détient 22 des 29 cantons, compte sur une forte prime au sortant. Ainsi que sur un vote sanction à l'égard de Nicolas Sarkozy en particulier et de la droite en général pour renforcer ses positions. Il lui faudra notamment compter avec le FN et Europe Écologie qui présenteront des candidats partout. Et sur une UMP qui n'hésitera pas à jouer chaque coup à fond.

Les cinq clés de Marseille


Huit des onze cantons renouvelables sur 25 (voir la carte) sont détenus par la gauche. Les socialistes Jeanine Écochard à la Capelette, René Olmeta à la Pomme ou Michel Pezet à Saint-Just ne devraient pas trembler. Au Camas, l'UMP compte en revanche sur la jeune Marine Pustorino, dont le père fut adjoint de Bruno Gilles en mairie du 4e/5e, pour titiller le radical Antoine Rouzaud. "On lui rappellera qu'il a en charge les ordures au Conseil général", souligne Bruno Gilles. La campagne sera tendue. Tout comme aux Cinq-Avenues où la sociologie diversifiée laisse espérer au docteur Padovani (UMP) un coup fin face à Marie-Arlette Carlotti (PS). Aux Olives, Christophe Masse ne devra pas décevoir la tradition familiale socialiste dans un secteur à fort potentiel UMP. La droite présente une candidate Nouveau Centre, Sonia Léon, ex-Arzano. À Notre-Dame-du-Mont, la droite proposera la candidature de Solange Biaggi face à Jocelyn Zeitoun. "Nous sommes déterminés à batailler", prévient Patrick Mennucci, président du groupe PS à la Ville. À Mazargues enfin, l'UMP Didier Réault n'apprécie pas la venue du centriste Collet-Fénétrier, dissident du Nouveau Centre rallié à l'Alliance centriste. La gauche et Benoît Payan aimeraient en profiter.

Confusion à droite à Marignane

Issu de l'extrême droite et adoubé par l'UMP au scrutin précédent, le sortant Daniel Simonpieri ne recevra plus l'investiture d'un parti qui souhaite soutenir son ex (?) dissident Éric Le Dissès et "remettre les compteurs à zéro", selon Bruno Gilles. Deux candidats de droite sont donc sur les rangs dans un canton où se présentera également le maire de Saint-Victoret Claude Piccirillo (DVD) et où le FN a réalisé 37,5% des voix aux régionales. Une situation qui pourrait sourire au socialiste Vincent Gomez, qui "fait l'unanimité à gauche", note Jean-David Ciot, premier secrétaire fédéral délégué.

Quels accords pour la gauche ?

À Arles-Ouest, le communiste Hervé Schiavetti met la pression sur un canton tenu par son adjoint socialiste David Grzyb. Le PS a opposé une fin de non-recevoir, mais rien n'est ficelé. À Aubagne-Est, en revanche, la gauche devrait accorder ses violons face au sortant UMP-NC Roland Giberti. Une entente avec le Front de Gauche et Europe Écologie est envisageable. "On y travaille, confirme le Vert Sébastien Barles. On y pense aussi à La Ciotat face à Patrick Boré, et à Marignane. Mais aucun accord n'est prévu à Marseille." Qui a dit législatives brûlantes en 2012 ?

Doute à Tarascon

Battu aux municipales 2008 par l'UMP Charles Fabre, le divers droite Lucien Limousin remet son siège en jeu face à l'UMP… Charles Fabre. Le PS observera dans un contexte où le FN est très présent.

juste une erreur cependant : le sortant d' Arles Ouest est bel et bien le maire PC d' Arles Hervé Schiavetti et non son adjoint PS qui ira l' affronter en primaire !

EDIT par Vincent le 12/11/2010 à 23:42 -> Ajout du lien vers l'article : http://www.laprovence.com/article/polit ... -inconnues
marc joseph
 
Messages: 193
Inscription: Lun 21 Déc 2009 20:45

Re: Les cantonales dans les Bouches-du-Rhône

Messagede maxxx » Ven 12 Nov 2010 21:11

Remarques sur cet article dont je n'ai pas l'url :

- le journaliste dit n'importe quoi sur les enjeux sénatoriaux ; les Bouches du Rhone font partie de la série renouvelée en 2008, et qui sera dont renouvelable en septembre 2014 : c'est-à-dire après les municipales et les futures territoriales (si le conseiller territorial est maintenu par la gauche). Ce qui se passera aux cantonales de 2011 dans les BDR ne changera absolument rien pour le Sénat en septembre 2011...

- un coup de gueule, encore une fois, contre les logiques purement claniques (la droite et la gauche se partagent les départements sur ce plan là mais ici la gauche est purement traversée par les fils et filles de) : on nous a ressorti Christophe Masse pour le canton de Marseille-les Olives pour succéder à son père Marius, 69 ans, conseiller général sortant PS depuis 1973, date à laquelle il avait lui même succédé à son père Jean, qui lui même avait été appuyé en 1946 par son père Marius, adjoint au maire de Marseille...C'est un vrai scandale : au-delà du pur népotisme, n'oublions pas quand même que Christophe Masse a été battu aux législatives de 2007 (en perdant la circonscription qu'il avait lui-même hérité de son père), puis aux municipales et aux cantonales de 2008 (battu dans le canton dont il était le sortant, Marseille-Les-Trois-Lucs, face à l'UMP-NC Robert Assante - seul canton perdu par la gauche à Marseille en 2008!)...N'importe quel autre élu n'aurait pas bénéficié de telles faveurs après de telles débâcles : mais heureusement, papa est là et annonce qu'il se retire aussi pour lui remettre le pied à l'étrier - sauf qu'avec l'avalanche de défaites de son fils, il ne serait pas impossible qu'il perde le canton - un canton qui a par ailleurs glissé électoralement plus à droite...
J'oubliais de préciser que la soeur de Christophe Masse, Florence, est également élue dans le 8ème secteur...ca lui permet de cotoyer une autre fille à papa, la députée PS Sylvie Andrieux Bacquet...Mais pour cette dernière, j'arrête : on ne tire pas sur une ambulance...
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 20:20

Re: Les cantonales dans les Bouches-du-Rhône

Messagede marc joseph » Sam 13 Nov 2010 00:18

c'est vrai , cela m' avait complètement échappé : les bouches du rhône ont élu leurs sénateurs en 2008 !
sinon , pour continuer sur le népotisme local , on pourrait aussi épiloguer sur l' élection de Sophie Joissains au Sénat .
marc joseph
 
Messages: 193
Inscription: Lun 21 Déc 2009 20:45

Re: Les cantonales dans les Bouches-du-Rhône

Messagede pierrep » Sam 13 Nov 2010 10:43

Sujet inépuisable !! Il y a bien 15 ans était sorti un livre intitulé " la politique de pere en fils" , où étaient évoqués les Debré, Ponia, Baylet, Mitterrand ...et j'en passe bien sur !
Ce bouquin pourrait faire l'objet d'une vaste mise à jour : la politique de pere en fils, de pere en fille, de mere en fille ou en fils , de mari en femme et de femme en mari aussi!!! Sans parler des cousins, des cousines et des mariages assez politiques (une certaine sénatrice de l'Orne en connait un rayon ..) .
pierrep
 
Messages: 1785
Inscription: Jeu 15 Avr 2010 20:43

Re: Les cantonales dans les Bouches-du-Rhône

Messagede stephed » Sam 13 Nov 2010 16:09

Je n'ai rien contre Jeanine Ecochard et Réné Olméta: sans doute font ils bien leur travail si ils sont donnés favori et n'ont pas d'opposant crédibles mais le PS ne pourrait il pas présenter des candidats plus nouveaux: respectivement agé de 72 ans et 76 ans, ils étaient adjoints de Gaston deferre dans les années 1970.
stephed
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 4449
Inscription: Mar 21 Sep 2010 09:47
Localisation: Toulouse

Re: Les cantonales dans les Bouches-du-Rhône

Messagede marc joseph » Ven 10 Déc 2010 15:04

NOUVEAU CENTRE
Hervé Morin "ne veut pas mettre la pagaille" aux cantonales

Pour son troisième déplacement en moins d'un an à Marseille, hier, Hervé Morin s'est offertune escapade au Vélodrome.
Le Normand, président du Nouveau Centre et candidat presque déclaré à la présidentielle 2012, est "fan de foot".

Avant de goûter à OM-Chelsea, l'ancien ministre de la Défense a présidé deux tàbles rondes, consacrées l'une à la santé à la clinique Clairval, l'autre à la formation et à l'emploi à Château- Gombert (13'). C'est là, entre Les Olives et Saint-Mitre, que le Nouveau Centre présentera avec l'UMP son unique candidate marseillaise aux cantona-. les de mars 2011. "Avec une vraie possibilité de créer la surprise", veut croire la très énergique Sonia Léon-Arzano qui connaît bien son adversaire socialiste,
le sortant Christophe Masse, pour l'avoir affronté sous l'étiquette UDF auxlégislatives 2007. Valérie Boyer (UMP) avait alors emporté la mise.

Le Nouveau Centre naissait tout juste à l'époque, assumant son statut de satellite de l'UMP. Stratégie d'union qui a sérieusement pris l'eau, depuis, au niveau national, mais qui continue à tenir la corde ici, malgré des vents contraires. "Les Bouches- du-Rhône sont un département difficile où la majorité socialiste est écrasante, souligne Hervé Morin. La vocation de la deuxième famille de la majorité n'est pas de mettre la pagaille. D'autant que nos partenaires de UMP nous respectent. Le canton des Olives est un très bon canton à cet égard.
Une analyse qui n'est pas partagée par tous. Robert Assante, le maire des Il'-12' qui a été défait par Bruno Genzana lors de l'élection interne départementale, se réserve ainsi la possibilité de soutenir d'autres candidats aux cantonales. D'autres, comme Michel Collet-Fénétrier, candidat Alliance centriste à Mazargues, ont choisi de quitter le Nouveau Centre pour marquer leur indépendance vis-à-vis de l'UMP. On donnera des investitures nationales, précise Hervé Morin. S'il yen a qui n'en veulent
pas ... "
Bruno Genzana préfère, lui, inscrire la différenciation avec l'UMP au calendrier 2012. Présidentiel, où il sera temps de se compter. Législatif, où "il y aura nécessairement de la place pour des candidats Nouveau Centre dans le département."
En guise de test fratricide, chacun décortiquera les résultats dans le canton de Tarascon en mars 201 L Où le Nouveau Centre soutient le sortant Lucien Limousin alors que l'UMP préfère être derrière le maire Charles Fabre.
marc joseph
 
Messages: 193
Inscription: Lun 21 Déc 2009 20:45

Re: Les cantonales dans les Bouches-du-Rhône

Messagede maxxx » Mer 12 Jan 2011 11:50

Les 20 et 27 mars, quelque 23200 Vitrollais seront appelés à élire leur représentant au Conseil général. À dix semaines du premier tour du scrutin, déjà cinq candidats se sont dévoilés et deux ont officiellement marqué leur entrée en campagne. La première à s'être lancée dans la course a été Christiane Aleman, qui porte les couleurs de l'UMP. Elle vient de choisir son suppléant, en la personne de Philippe Bizouard, professeur d'histoire à Gignac, et son directeur de campagne, Bernard Busnel, son colistier à la mairie. Le deuxième est Henri Agarrat, le candidat du Front de Gauche (lire aussi ci-dessous).

De nouvelles têtes et la fin des parachutages

Ce scrutin, qui s'inscrit dans le renouvellement de la moitié de l'assemblée départementale, intervient à un peu plus d'un an d'une élection partielle, provoquée par la disparition de GuyObino, élu pour la première fois conseiller général en mars 2004. Neuf candidats s'étaient présentés aux suffrages des électeurs. En l'espace d'un an, il y a beaucoup de nouvelles têtes: du côté de l'UMP Christiane Aleman succède à Christian Borelli et se présente pour la première fois sur son nom. Changement aussi du côté du Front national. Le parti d'extrêmedroite sera représenté par un jeune vitrollais de 25ans, Adrien Rondini. L'an passé, le FN avait aligné un Marseillais, Laurent Comas, qui depuis a pris du galon en devenant secrétaire départemental de son parti. Europe Ecologie joue également la carte du changement: c'est Philippe Gardiol qui défendra les couleurs de la formation écolo en lieu et place de Jean-Pierre Hopp, candidat lors de la précédente élection, domicilié à Aix. Ce scrutin marque donc la fin des parachutages qui sont souvent sanctionnés par les électeurs. Les prétendants au siège de conseiller général sont cette fois-ci tous des Vitrollais.

Quatre élus municipaux dont trois de la majorité

Parmi les cinq candidats déjà déclarés, quatre siègent au conseil municipal: Christiane Aleman, au sein du groupe d'opposition Rassemblement des droites vitrollaises (RDV); le maire Loïc Gachon, PhilippeGardiol et Henri Agarrat, au sein de la majorité. Trois issus du même camp, cela fait beaucoup... Il y aurait d'ailleurs pu en avoir un quatrième puisque Henri-Michel Porte avait envisagé de se lancer derrière la barrière du MoDem avant de se rétracter pour ne pas faire de l'ombre au maire.

Cette diversité est-elle synonyme de division ? La question est surtout de savoir si la candidature de Philippe Gardiol revêtira un caractère de "dissidence". "D'indépendance en tout cas", soutient l'élu qui se lancera officiellement dans la campagne la semaine prochaine; mais il promet d'ores et déjà d'être très critique et offensif sur la politique menée par le Conseil général en matière d'environnement. En clair, ce n'est pas l'adjoint au maire qui se présente en tant qu'allié du patron de la majorité... Le positionnement d'Henri Agarrat apparaît beaucoup moins "frondeur". Et sauf, coup de théâtre, il devrait appeler au rassemblement au second tour derrière Loïc Gachon pour faire gagner la gauche, comme il l'avait fait lors du précédent scrutin.

Y aura-t-il d'autres candidatures ?

Très certainement. Le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) d'Olivier Besancenot, bien que très affaibli au niveau national, est relativement bien implanté localement. Christophe Barnier apparaît comme le plus légitime pour porter les couleurs de ce parti. Il ne devrait pas être le seul à défendre les idées de la "gauche de la gauche" car, et c'est une particularité vitrollaise, les trotskistes non affiliés à Lutte ouvrière, ceux du Parti ouvrier indépendant (POI), sont des candidats très réguliers aux scrutins locaux.

Lors de l'élection partielle de décembre 2009, le camp écologiste était représenté par deux personnes: Jean-Pierre Hopp pour ce qui s'appelait encore Europe Ecologie-Les Verts et Rolande Guedj pour Génération Ecologie. La candidature de cette dernière qui, rappelons-le, a démissionné du conseil municipal il y a plus d'un an, semble plus qu'improbable.

En revanche, il n'est pas exclu que d'autres se déclarent à droite. Christian Borelli qui a longtemps fait régner le suspens, ne partira pas. Alain Césari en revanche, se "tâte" toujours. L'ex FN, exMNR... et ex MPF avait brigué le soutien du FN pensant que le parti lepéniste ne présenterait pas de candidat. S'il se lance dans la course, ce sera sans étiquette


http://www.laprovence.com/article/vitrolles/deja-cinq-candidats-sur-la-ligne-de-depart-du-scrutin-cantonal
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 20:20

Re: Les cantonales dans les Bouches-du-Rhône

Messagede vudeloin » Jeu 13 Jan 2011 00:33

Le scrutin est un sacré truc dans ce département où la bataille va beaucoup porter sur les cantons marseillais et singulièrement ceux du centre ville ( Camas et Notre Dame du Mont ) où les choses sont tangentes, le plus souvent, d'autant que le 3e secteur municipal ( 4e et 5e arrondissements de Marseille ) est resté de peu à droite aux élections municipales. C'est même là que Gaudin avait sauvé sa mairie centrale sur le Vieux Port...
Je profite de la discussion pour indiquer que je ne suis pas sûr que Pezet soit sûr à 100 % de sa réélection sur Saint Just.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Les cantonales dans les Bouches-du-Rhône

Messagede maxxx » Jeu 13 Jan 2011 11:42

vudeloin a écrit: Je profite de la discussion pour indiquer que je ne suis pas sûr que Pezet soit sûr à 100 % de sa réélection sur Saint Just.


Constat plus ou moins partagé.

Par rapport à 2004, dans beaucoup de cantons marseillais (ceux d'Olmeta, de Masse, de Rouzaud, de Carlotti...), la forte abstention prévisible pourrait avoir comme conséquence l'élimination du FN et de l'extrême droite du second tour...En duels droite/gauche classiques, il peut y avoir des surprises : le canton de Marseille-les-Trois-Lucs n'avait-il pas accordé en 2004, en triangulaire, 50.01% des voix à Christophe Masse contre 31.3% à l'UMP et le reste au FN ? En duel gauche/droite, il a basculé en 2008 au profit de Robert Assante...

Surtout qu'à Marseille, certains quartiers ont beaucoup évolué et continuent d'évoluer sociologiquement et électoralement...
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 20:20

Re: Les cantonales dans les Bouches-du-Rhône

Messagede vudeloin » Ven 14 Jan 2011 18:46

Là, mes chers amis, on rentre dans un débat politiquement très intéressant.

Je ne sais pas si vous avez remarqué mais la presse se fait l’écho de deux phénomènes contradictoires.

Le premier, c’est l’apparente fusion qui semble se dessiner entre électorat de l’UMP et électorat FN, une sorte de communauté d’idées qui rendrait possible les « cross over « entre les deux partis.

Au demeurant, et pour appuyer l’une des mes convictions ( l’origine du vote FN ), on ne peut pas oublier qu’une part non négligeable du vote Sarkozy de 2007 s’est fait par décrochage du FN, emporté par la vague qui a porté l’actuel Président à l’Elysée et séduit par sa thématique volontariste.

Je me souviens d’une personne rencontrée durant la campagne électorale qui me dit ( texto ) : « je vais voter Sarkozy, parce que c’est un petit Le Pen, et que lui, au moins, il pourra faire ce qu’il dit « .

Alors, le problème, dans cette conclusion tirée de certains sondages, c’est de savoir à quel étiage dans l’opinion on situe les sympathisants de l’UMP.

Le score des présidentielles ? Celui des législatives ? celui des Régionales ?

Mais bon qu’il y ait porosité des électorats atteste des traditions de comportement de l’un et de l’autre.

Le second point, dans cette affaire, c’est que, dans le passé, et à chaque fois que j’ai eu l’occasion de regarder un peu plus en détail les choses, une partie des électeurs FN a toujours fait défaut aux candidats de la droite « classique « au second tour.

Là, on se perd en conjectures.
Remords soudain d’avoir tordu le bâton dans un sens qui amène à changer son vote au second tour ?
Réflexe de classe, qui voudrait que le FN, plus influent dans les milieux les plus modestes, ne puisse reporter un électorat populaire pour des candidats de droite en général issus de catégories sociales plus favorisées ?
Règlement de comptes politique et « vote révolutionnaire « ?
Retour au bercail pour un électorat de gauche tenté par le vote FN de manière ponctuelle et qui, au second tour, se retrouve sur ses classiques ?

Peut être un peu de tout cela…

Tout cela pour dire que l’UMP aura, cette année encore, des problèmes de second tour qu’elle ne peut surmonter que de deux manières : un, en mobilisant ses forces pour creuser un écart substantiel avec le meilleur candidat de gauche dans chaque cas ; deux, attendre de l’abstention qu’elle desserve plus l’autre camp que le sien propre.

Autant dire qu’un candidat UMP n’ayant pas obtenu 35 % des votes au premier tour dans quelque canton que ce soit sera en grande difficulté pour le second et quasiment battu si son score se situe entre 25 et 30 %.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

PrécédenteSuivante

Retourner vers Élections cantonales de 2011

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Guide de l'élu délégué à l'animation, à la vie associative et à la vie des quartiers

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques locales d'animation, de vie associative et de vie des quartiers : les acteurs et le contexte d'intervention, les enjeux, les champs d'intervention...

Découvrir l'ouvrage

Guide de l'élu délégué à l'action sociale et à la solidarité

Jérôme Dupuis

Dédié à l'élu novice tout autant qu'à l'élu confirmé, ce guide permet d'appréhender les enjeux contemporains de la délégation d'action sociale locale. Replacées dans leur environnement historique et sociétal, les politiques publiques relatives à l'insertion...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités