Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Les cantonales dans l'Ain

Chambre de discussion sur les élections cantonales qui seront organisées en mars 2011 et visant au renouvellement de la moitié des conseillers généraux.

Les cantonales dans l'Ain

Messagede Zimmer » Lun 13 Sep 2010 21:07

Un article publié aujourd'hui sur Le Progrès.fr à propos des prochaines élections cantonales dans le département de l'Ain.

Cantonales de mars 2011 : la droite pourra-t-elle reconquérir le Département ?

La droite rêve de reprendre la majorité qu'elle a perdue en 2008 après 32 ans au pouvoir. Bien des paramètres risquent de brouiller les cartes...

http://www.leprogres.fr/fr/region/l-ain/ain/article/3773298/Cantonales-de-mars-2011-la-droite-pourra-t-elle-reconquerir-le-Departement.html
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

Re: Les cantonales dans l'Ain

Messagede Eric » Jeu 23 Sep 2010 17:59

Article paru le 23 septembre 2010 dans le n°987 de "Prospective Rhône-Alpes-Méditerranée", lettre hebdomadaire interrégionale d'information politique :

UMP : le délicat rendez-vous des cantonales dans l'Ain
En mars 2008, le département de l'Ain a créé la surprise en basculant à gauche. Il semblait imprenable par celle-ci qui, pour le conquérir, devait s'emparer de quatre nouveaux sièges sans en perdre aucun. Sont ainsi "tombés" à gauche les cantons de Bourg-Nord-Centre (ex-UMP, PRG), de Chalamont (ex-UMP, DVG), de Champagne-en-Valromey (ex-UMP, DVG), d'Izernore (ex-UMP-Rad, DVG), de Saint-Trivier-sur-Moignans (ex-UMP, PS). Une progression de la gauche qui s'est donc essentiellement réalisée au profit des divers-gauche et du PRG. D'ailleurs, sur les 23 conseillers généraux de la majorité départementale, 16 sont DVG, 6 PS et 1 PRG. Cette majorité, qui reste néanmoins étroite (la majorité absolue est de 22 voix), peut aussi compter sur l'attitude globalement bienveillante du conseiller général SE de Poncin Jean CHABRY, maire de Jujurieux. Le département reste d'ailleurs marqué à droite lorsqu'il s'agit des rendez-vous présidentiels et législatifs de même qu'il a été, après la Haute-Savoie, le plus à droite de Rhône-Alpes à l'occasion des régionales de mars dernier. La perte de deux sièges par l'actuelle majorité se traduirait par un jeu égal droite/gauche (21 contre 21). Ce qui devrait motiver l'UMP dans le canton de Poncin où elle pourrait présenter le maire de la commune centre Jean-Michel GUILLOUX puisque la voix de Jean CHABRY est très incertaine.

Du côté de la majorité présidentielle, on veut imaginer une possible reconquête du Conseil général. Sur le papier 22 cantons sont renouvelables l'année prochaine, celui de Poncin ainsi que 10 cantons détenus par un UMP ou un divers-droite et 11 cantons détenus par un membre de la majorité départementale présidée par le socialiste Rachel MAZUIR. Une donne très légèrement favorable à la droite et au centre droit qui doit cependant gérer trois situations de cantons où le sortant ne se représente pas, ceux de Lhuis avec Maurice BERLIOZ (DVD élu depuis 1985), de Seyssel avec René AILLOUD (DVD élu depuis 1992) et de Nantua avec Claude FERRY (UMP élu depuis 1985). Et l'on sait que les scénarios de succession sont toujours délicats, suscitant d'ailleurs parfois des querelles fratricides. La tâche des dirigeants de l'UMP sera d'autant plus délicat qu'ils doivent faire face à une certaine montée en puissance des divers-droite, des néo-centristes ainsi qu'à une volonté de plus grande affirmation politique de la part des radicaux valoisiens.

Cette diversité source de concurrence au sein de la majorité présidentielle est renforcée par l'autonomisation croissante de la sénatrice maire de Cerdon, Sylvie GOY-CHAVENT qui a quitté l'UMP (mais qui reste rattachée au groupe UMP du Sénat) et qui a créé sa propre association "Changer Pour Gagner". Cette association soutiendra des candidats aux cantonales, éventuellement opposés à des candidats UMP ou centristes mais dans le cadre souhaité par l'élue cerdonnaise d'un engagement réciproque de désistement systématique en faveur du candidat le mieux placé au premier tour. Une stratégie dont il reste à savoir si elle sera source d'émulation favorisant la reconquête du département ou au contraire de divisions et de conflits la compromettant. Toujours est-il que quatre vice-présidents de "Changer Pour Gagner" sont d'ores et déjà dans les startings-blocks : Guy BILLOUDET maire de Feillens, candidat dans le canton de Bâgé-le-Châtel (actuellement DVG) ; Bruno PELLEGRINI maire de Port, candidat dans le canton de Nantua (actuellement UMP) ; Gérald DENTINGER, maire de Thoiry, candidat dans le canton de Ferney-Voltaire où se représentera Jocelyne BOCH qui présente la particularité d'être à la fois secrétaire départementale de l'UMP et présidente du "Groupe d'Union Républicaine" au Conseil général. Bref, ma perspective d'une primaire plutôt explosive qui pourrait même rendre impossible un accord global de désistement UMP-CPG. Enfin, Jean-Claude DESCHIZEAUX maire de Montceaux, UMP mais vice-président de CPG se présentera dans le canton de Thoissey (sortant DVG) où il devrait a priori se voir opposer le divers-droite Jean-Christian FORESTIER, maire de Montmerle-sur-Saône lequel peut espérer profiter du trouble au sein de l'UMP.
Eric
 
Messages: 244
Inscription: Lun 5 Juil 2010 16:48

Re: Les cantonales dans l'Ain

Messagede Jean-Philippe » Jeu 14 Oct 2010 08:26

En 1998, la gauche gagne 6 sièges et en perd un, Châtillon-sur-Chalaronne. En 2002, le PS met la main sur le canton de Bellegarde-sur-Valserine. En 2004, la droite perd Bâgé-le-Châtel et Thoissey, mais reprend Belley (perdu en 1998).

Étienne Blanc pressenti aux cantonales à Bellegarde

L'actuel député-maire de Divonne-les-Bains, Étienne Blanc, également président de la fédération UMP de l'Ain, serait tenté par un mandat de conseiller général du canton de Bellegarde en mars 2011...

http://www.leprogres.fr/fr/dernieres-mi ... garde.html
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8979
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Re: Les cantonales dans l'Ain

Messagede Eric » Mer 20 Oct 2010 14:44

Même si l'Ain est régulièrement cité dans la liste des départements pouvant basculer de gauche à droite en mars 2011, l'ambiance nationale et la situation locale ne jouent pas vraiment en faveur de la droite.

Le groupe UMP du Conseil général n'a pas vraiment de leader. Charles de la Verpillière, le précédent Président UMP du Département est contesté pour avoir perdu la majorité en 2008, après quelques mois dans la minorité, il a laissé les rênes du groupe à Jocelyne Boch, également fragilisée pour avoir perdu sa mairie en 2008 (battue par un DVD qui reste le seul Maire de droite des 8 communes du canton de Ferney-Voltaire).
Un leader de rechange pourrait être le Président départemental de l'UMP, le Député-Maire de Divonne-les Bains Etienne Blanc, mais son canton n'est pas renouvelable ... d'où son projet de s'auto-parachuter à Bellegarde, soit à 50 km de son fief actuel !
Un projet un peu fou qui l'obligerait à abandonner sa Mairie et surtout la Présidence de la Communauté de Communes du Pays-de-Gex (26 communes et 70 000 habitants), à condition que ses nouveaux électeurs lui fassent confiance.

Sans véritable leader, le droite locale se divise toujours plus, notamment depuis le départ de l'UMP pour les radicaux-valoisiens de la Sénatrice Sylvie Goy-Chavent.

Ainsi, des primaires dangereuses sont annoncées à Thoissey (Jean-Christian Forestier et Jean-Claude Deschizeaux), Nantua (Bruno Pellegrini et Jean Deguerry), Belley (le sortant Jean-Claude Travers, Olivier de Seyssel, Christian Jimenez, Franck Bellemin et/ou Julien Quignard), Hauteville (Franck Steyaert et Stéphanie Pernod-Baudon), Poncin (Jean-Michel Guilloux et Christian Battailly).
Même si certains n'iront peut-être pas au bout, les séquelles peuvent être dévastatrices.

De plus, de nombreuses mairies importantes ont basculé de droite à gauche en 2008 ouvrant des boulevards aux nouveaux élus pour se faire réélire (Montluel, Hauteville) ou élire (Lhuis, Belley, Pont-de-Veyle, Ferney-Voltaire).

Je pense donc que la majorité actuelle devrait sortir renforcée. Même si elle peut perdre 1 ou 2 de ses 11 cantons actuels, elle devrait au minimum compenser ces pertes.
Eric
 
Messages: 244
Inscription: Lun 5 Juil 2010 16:48

Re: Les cantonales dans l'Ain

Messagede Zimmer » Mar 26 Oct 2010 23:59

Eric a écrit:Un leader de rechange pourrait être le Président départemental de l'UMP, le Député-Maire de Divonne-les Bains Etienne Blanc, mais son canton n'est pas renouvelable ... d'où son projet de s'auto-parachuter à Bellegarde, soit à 50 km de son fief actuel !
Un projet un peu fou qui l'obligerait à abandonner sa Mairie et surtout la Présidence de la Communauté de Communes du Pays-de-Gex (26 communes et 70 000 habitants), à condition que ses nouveaux électeurs lui fassent confiance.


Étienne Blanc candidat, ni à l'UMP en décembre, ni à Nantua en mars

Au cours d'une conférence de presse hier dans les locaux de l'UMP départementale à Bourg, le président Étienne Blanc, député-maire de Divonne-les-Bains, a annoncé officiellement son intention de ne pas se représenter à la tête du mouvement...

http://www.leprogres.fr/fr/region/l-ain/ain/article/4038468/Etienne-Blanc-candidat-ni-a-l-UMP-en-decembre-ni-a-Nantua-en-mars.html
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

Re: Les cantonales dans l'Ain

Messagede Eric » Ven 29 Oct 2010 17:22

Un nouvel article paru dans le n°992 de "Prospective Rhône-Alpes-Méditerranée", lettre hebdomadaire interrégionale d'information politique :

Ain : Interrogations au sein de la majorité présidentielle

Dans notre précédent numéro, nous faisions état de la rumeur, reprise dans la presse locale, d'une possible candidature dans le canton de Bellegarde-sur-Valserine d'Etienne BLANC, député maire de Divonne-les-Bains, sur fond de repositionnement dans la perspective des élections territoriales de 2014. L'intéressé vient de démentir une telle rumeur en indiquant sur un ton pour le moins distancié "Je n'irai pas. Je ne serais pas l'homme providentiel. Ce sera aux bellegardiens de choisir et de trouver la meilleure formule pour battre le socialiste sortant Guy Larmanjat. Je resterai maire de Divonne jusqu'en 2014 et président de l'intercommunalité". S'agissait-il donc d'une rumeur sans fondement mais légitimement nourrie par plusieurs défections de candidats potentiels au sein de la majorité présidentielle pour se présenter dans le canton de Bellegarde ? S'agissait-il d'un ballon d'essai visant à tester le scénario BLANC qui serait ainsi apparu non opportun ? Qui, dans ce cas, aurait-il lancé un tel ballon ? Toujours est-il que cet épisode anecdotique est un révélateur de plus du trouble et des interrogations qui caractérisent la droite et le centre droit dans un département qui, lors de la présidentielle de 2007 et des régionales de mars dernier a été, avec la Haute-Savoie, l'un des deux département les plus à droite de Rhône-Alpes.

Il est vrai que depuis quelques années, dans l'Ain, se multiplient les mésaventures au sein de la majorité présidentielle. En mars 2004, la révolution du Palais qui avait vu l'UMP Charles de la VERPILLIERE accéder à la présidence du conseil général en lieu et place du sénateur Jean PEPIN, avait pu être considérée par certains comme une étape nouvelle et prometteuse. Mais les nuages se sont vite amoncelés. L'annus horribilis a, bien sûr, élé l'année 2008 avec le double échec des cantonales et municipales en mars, échec suivi d'un revers sénatorial en septembre. Contre toute attente cinq cantons de droite basculaient à gauche, celle-ci n'en perdant aucun. Après quatre années de présidence départementale, le nouveau députe Charles de la VERPILLIERE devait céder la place au bientôt sénateur PS Rachel MAZUIR. Dans le même temps les villes de Bourg-en-Bresse, d'Ambérieu-en-Bugey, de Belley, de Ferney-Voltaire, de Montluel et d'Hauteville basculaient également à gauche. En septembre, les sénatoriales se traduisaient par l'élection de deux socialistes et d'une UMP alors que les deux sénateurs précédents (un troisième siège a été créé pour le renouvellement de 2008) étaient tous deux UMP. De plus, ces sénatoriales devaient être perturbées par la candidature de Charles MILLON qui tentait alors en vain un retour sur la scène politique départementale.

Malgré l'échec de leur mentor, les Millonistes n'ont pas pour autant encore dit leur dernier mot dans l'Ain. Par ailleurs, la miraculée des sénatoriales, la sénatrice maire de Cerdon, Sylvie GOY-CHAVENT, a rapidement campé dans une posture critique et rénovatrice pour finir par quitter l'UMP. Désormais membre du parti radical valoisien, elle a, on le sait, créé l'association "Changer pour Gagner" qui promeut des candidats aux cantonales. Plus généralement les préparatifs des cantonales mettent en lumière de nombreuses tensions locales. Bref, un terreau propice à toutes les rumeurs comme celle concernant le valoisien rhodanien Bernard FIALAIRE et ou encore celles incessantes et changeantes concernant le député européen néo-centriste Damien ABAD. C'est dans ce contexte d'inconnues et d'incertitudes qu'Etienne BLANC confirme qu'il ne se représentera pas à l'issue des élections internes à l'UMP en vue de la désignation du président du comité départemental de cette formation en quête d'un nouveau souffle et d'un leader sur l'ensemble du département.
Eric
 
Messages: 244
Inscription: Lun 5 Juil 2010 16:48

Re: Les cantonales dans l'Ain

Messagede Zimmer » Sam 20 Nov 2010 10:01

Olivier Wyssa a révélé les noms de 21 des 22 candidats, la situation à Hauteville n'étant pas réglée : Marie-Lucienne Catherin (canton de Bâgé), Patrick Dumas (Bellegarde), Gaëtan Noblet (Belley), Nicole Boisson (Châtillon), Fabrice Lapierre (Coligny), Gilbert Dubouchet (Ferney), Georges Beaudet (Lhuis), Patrick Bouchard (Miribel), Nicole de Lacheisserie (Montluel), Olivier Wyssa (Nantua), Monique Mingard (Péronnas), Pierre Valton (Poncin), Gilles Marchand (Pont-d'Ain), Richard Jourdan (Pont-de-Veyle), Fabrice Chevallier (Seyssel), Nadine Perrin (Thoissey), Jean-Loup de Lacheisserie (Trévoux), Thierry Robin (Villars), François Gros (Viriat), Christophe Galley (Virieu).

http://www.leprogres.fr/fr/region/l-ain/ain/article/4176262/Front-national-l-Ain-roule-pour-Gollnisch-et-prepare-les-cantonales.html
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

Re: Les cantonales dans l'Ain

Messagede Zimmer » Sam 20 Nov 2010 10:43

Conseil général : les anciens ne s'accrochent pas toujours

Ils seront six à sortir en mars avec le sentiment du devoir accompli. Quatre de droite et deux de gauche. Préparer la succession, trouver le dauphin, accepter la retraite… pas simple...

http://www.leprogres.fr/fr/region/l-ain/ain/article/4169328/Conseil-general-les-anciens-ne-s-accrochent-pas-toujours.html
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

Re: Les cantonales dans l'Ain

Messagede belgarion » Mar 23 Nov 2010 09:53

Interview de Jean Marc Fognini dans Le Progrès lors de son annonce de sa candidature :

http://www.leprogres.fr/fr/article/3791 ... spens.html
belgarion
 
Messages: 1
Inscription: Mar 23 Nov 2010 09:31

Re: Les cantonales dans l'Ain

Messagede Zimmer » Lun 3 Jan 2011 22:30

Les dernières élections cantonales en mars


La droite veut croire en ses chances de reprendre le Département

Le 20 et le 27 mars, ce seront les dernières élections cantonales, puisque la réforme territoriale et des collectivités conduira trois ans plus tard à l’élection de la première génération de conseillers territoriaux...

http://www.leprogres.fr/fr/region/l-ain/ain/article/4403417/Les-dernieres-elections-cantonales-en-mars.html
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

Suivante

Retourner vers Élections cantonales de 2011

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Droits des élus d'opposition

Joël Clérembaux

Le mode de scrutin des élections municipales assure la représentation des minorités au sein de l'assemblée délibérante communale. Les minorités constituent l'opposition, c'est-à-dire les conseillers qui n'appartiennent pas à la majorité et bénéficient...

Découvrir l'ouvrage

Guide de l'élu délégué à l'enfance et à la jeunesse

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques en faveur de l'enfance et de la jeunesse : les acteurs et le contexte d'intervention, les enjeux, les champs d'intervention. Il développe aussi une démarche d'élaboration et de mise en oeuvre de cette...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité