Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Sondages sur l'exécutif Macron-Philippe

Forum général sur l'actualité politique du moment. Discutez ici de l'action de la Présidence, des décisions gouvernementales, des projets ou propositions de lois ainsi que de toutes les démarches de l'opposition.

Re: Sondages sur l'exécutif Macron-Philippe

Messagede alamo » Dim 3 Fév 2019 18:37

Azertyuiop a écrit:
alamo a écrit:20% ... des 30% de participation ?

Je ne vois pas trop ce que ça change au schmilblick. L'important, c'est le score en pourcentage des exprimés, pas des inscrits. Sinon, autant tout de suite exhiber des partielles pour délégitimer le pouvoir en place et en particulier la départementale partielle de Corbeil-Essonnes où le candidat LREM a rassemblé 1% des inscrits alors que le canton n'était pas spécialement un point faible de Macron à la présidentielle.
Ensuite, le sondage donnant 20% à LREM ne donne pas 30% de participation mais 43% (pas fameux mais il y a une sacrée marge).
Et puis, si on commence à la prendre en compte, l'abstention peut être vue du côté opposé : imaginons 70% d'abstention. Ces abstentionnistes refusent donc de voter contre Macron et sa politique et expriment ainsi un soutien tacite. Si on rajoute à ces 70% les 6% des inscrits qui vont jusqu'à voter LREM, 76% du corps électoral plébiscite Macron !


si, ça joue au sens où ça témoigne d'un manque d'adhésion à la politique menée, qui ne conduit qu'à dégoûter une part croissante de la vie politique, du moins sous sa forme élective.
C'est d'ailleurs tout le sens da la question de la prise en compte du vote blanc.

Par ailleurs ça rend encore plus grotesques et obscènes les rodomontades de Macron à l'étranger, prétendant décréter qui est légitime ou non pour diriger son pays...

Azertyuiop a écrit:La semaine prochaine, trois sondages sont attendus : Ifop mardi, YouGov et Elabe jeudi. Si Macron y enregistre des hausses ou reste stable, alors on pourra confirmer qu'il y a un retour de l'état de grâce pour Macron comme il l'avait connu entre novembre 2017 et janvier 2018 et contrairement au mois d'octobre dernier où beaucoup de hausses (surtout pour Philippe d'ailleurs) avaient été enregistrées et s'étaient révélées être un pur feu de paille aux livraisons suivantes.


"Etat de grâce", le passage de 23 à 27 ou 28% d'opinions favorables ? le terme est peut-être un peu exagéré, non ? ;-)
alamo
 
Messages: 2381
Inscription: Lun 16 Avr 2012 14:22

Re: Sondages sur l'exécutif Macron-Philippe

Messagede Azertyuiop » Dim 3 Fév 2019 19:14

Je pense en effet que la définition de l'état de grâce devrait être sérieusement revue. Beaucoup continuent de qualifier un président de populaire lorsqu'il dépasse 50% de confiance/satisfaction/bonnes opinions. Ce genre de définition pouvait convenir jusque dans les années 1980 mais aujourd'hui, dans un paysage politique aussi éclaté et avec une popularité moyenne des personnalités politiques qui vole au ras des pâquerettes, je considère qu'à partir de deux ans de mandat, une popularité peut être considérée comme élevé à partir de 30% et bonne à partir de 25. Les niveaux de Macron sont assez loin d'être hollandiens : dans la grande majorité des baromètres, il est nettement au-dessus de Hollande au même moment de son mandat, à deux exceptions près : Ipsos où il est un point en-dessous et BVA où il est au même niveau et pas moins de 4 sondages l'ont donné au moins à 30% ce qui est énorme dans un pays comptant autant de chapelles irréconciliables.
Une mesure objective pour qualifier la qualité de la popularité de Macron, c'est la comparaison avec les opposants, et là, c'est une victoire par KO.
Azertyuiop
 
Messages: 1844
Inscription: Jeu 1 Jan 2015 13:46

Re: Sondages sur l'exécutif Macron-Philippe

Messagede WitherBoss » Dim 3 Fév 2019 20:28

Le grand débat peut-il vraiment être un succès si ce que Chantal Jouanno en a dit récemment est vrai?
WitherBoss
 
Messages: 335
Inscription: Sam 6 Jan 2018 22:02

Re: Sondages sur l'exécutif Macron-Philippe

Messagede alamo » Lun 4 Fév 2019 08:27

Azertyuiop a écrit:Je pense en effet que la définition de l'état de grâce devrait être sérieusement revue. Beaucoup continuent de qualifier un président de populaire lorsqu'il dépasse 50% de confiance/satisfaction/bonnes opinions. Ce genre de définition pouvait convenir jusque dans les années 1980 mais aujourd'hui, dans un paysage politique aussi éclaté et avec une popularité moyenne des personnalités politiques qui vole au ras des pâquerettes, je considère qu'à partir de deux ans de mandat, une popularité peut être considérée comme élevé à partir de 30% et bonne à partir de 25. Les niveaux de Macron sont assez loin d'être hollandiens : dans la grande majorité des baromètres, il est nettement au-dessus de Hollande au même moment de son mandat, à deux exceptions près : Ipsos où il est un point en-dessous et BVA où il est au même niveau et pas moins de 4 sondages l'ont donné au moins à 30% ce qui est énorme dans un pays comptant autant de chapelles irréconciliables.


Je ne vois pas bien en quoi ce serait une fatalité inéluctable.
Pour retrouver l'adhésion de la majorité de la population, il suffirait sans doute de mener une politique tournée vers l'amélioration de sa situation et non vers l'enrichissement sans fin et sans cause d'une oligarchie ultra minoritaire en nombre, mais énorme en puissance financière, et il est vrai généreuse quand il faut récompenser ses affidés.
C'est si utopique et irréaliste que cela ?
alamo
 
Messages: 2381
Inscription: Lun 16 Avr 2012 14:22

Re: Sondages sur l'exécutif Macron-Philippe

Messagede ChristianC. » Lun 4 Fév 2019 08:29

SALVAT a écrit:@christianC
macronia delenda....ce n'est pas acquis aujourd'hui et Caton plaida longtemps.....
mais dire "triomphans" c'est déjà avoir vendu la peau de l'ours...20% au dernier sondage en vue des européennes : certes, c'est moins mal....mais ce n'est pas un triomphe.

Nous sommes dans une phase de déséquilibre : tout est possible.
En l'espèce, je "laissais du temps au temps" comme disait l'autre....et les européennes ne sont pas pour la semaine qui vient.
Bertrand SALVAT


Je reconnais que le participe présent triumphans, "triomphante", est encore prématuré. Que diriez-vous du participe futur triumphatura ?
Sérieusement, le climat a bien changé depuis la mi-décembre, qui a marqué le point le plus bas du macronisme.
Macron a inversé la courbe des sondages, et de ce point de vue là, le mouvement me paraît plus important, pour l'instant, que le niveau atteint, car il rend confiance aux macronistes, qui ne vont plus hésiter à se manifester comme tels, et à faire valoir leurs arguments; autrement dit, ce mouvement ascendant a bien des chances de se nourrir de lui même - tout comme faisait à l'automne le mouvement inverse, en décourageant les partisans du Président.
Cela va de pair avec ce Grand débat qui jusqu'à présent se passe bien pour le Pouvoir, dont les représentants, à commencer par le Président, savent se mettre en valeur, et bénéficient d'une large couverture médiatique - qui leur donne en quelque sorte du temps d'antenne de campagne électorale gratuit.
En tout cas, ces dernières heures, l'hypothèse référendaire a tout d'un coup pris une consistance nouvelle. Cela traduit du moins la confiance retrouvée de l'Exécutif, qui pense user de cette procédure pour répondre (ou faire semblant de répondre) aux Gilets Jaunes en faisant passer ses propres projets institutionnels.
Alors, certes, Renzi, ce pré-Macron italien, est tombé sur un referendum institutionnel jugé imperdable - mais au terme d'une longue campagne électorale qui avait permis de débattre au fond; ici, nous allons avoir, si les rumeurs d'hier se confirment, une campagne brusquée qui écartera le débat au profit de la communication.
Et si alors le (ou les) OUI l'emportent, Macron jugera qu'il a retrouvé toute légitimité (au regard du pays, pas au sien, car je ne pense pas que pour sa part il doute un instant d'être légitime) pour poursuivre des réformes dans la continuité de la politique qui aura suscité contre elle des mobilisation de forme et de durée jusque là inconnues de notre pays.
Alors on passera du participe futur au participe présent.
Et cela durera ce que cela durera. Certes, cela n'aura qu'un temps. Mais Caton n'était plus de ce monde lorsqu'enfin Carthage fut détruite. Espérons mieux pour notre génération.
Juste une précision sur la notion de la légitimité de Macron. Il ne fait aucun doute que son élection a été parfaitement légitime, et qu'il est jusqu'en 2022 le légitime président de la République française. Le problème est de savoir s'il a reçu un mandat légitime pour mener sa politique. Lui assure et fait assurer par ses porte-parole et ses parlementaires, que les électeurs lui ont donné mandat d'appliquer le programme que de fait il avait annoncé clairement durant la campagne, et que chacune de ses réformes est sacralisée par sa légitimité présidentielle (raison pour laquelle le Grand Débat met hors de discussion la suppression de l'ISF, qui "était dans le programme d'Emmanuel Macron").
Pour les opposants, Macron a été élu comme opposant à Marine Le Pen, ce qui ne donnait nullement quitus à son programme, et ne confère nulle légitimité électorale à ses réformes, que rejettent de nombreux électeurs lui ayant donné leur voix: pour ceux-là, il n'était légitime que pour battre MLP, rien de plus.
Un mauvais esprit dirait que ces opposants se sont piégés eux-mêmes, en légitimant ce dont ils ne voulaient pas.
ChristianC.
 
Messages: 212
Inscription: Ven 20 Sep 2013 19:55

Re: Sondages sur l'exécutif Macron-Philippe

Messagede alamo » Lun 4 Fév 2019 12:21

ChristianC. a écrit:Pour les opposants, Macron a été élu comme opposant à Marine Le Pen, ce qui ne donnait nullement quitus à son programme, et ne confère nulle légitimité électorale à ses réformes, que rejettent de nombreux électeurs lui ayant donné leur voix: pour ceux-là, il n'était légitime que pour battre MLP, rien de plus.
Un mauvais esprit dirait que ces opposants se sont piégés eux-mêmes, en légitimant ce dont ils ne voulaient pas.


« Politiquement, la faiblesse de l’argument du moindre mal a toujours été que ceux qui choisissent le moindre mal oublient très vite qu’ils ont choisi le mal ».

(Hannah Arendt)

Effectivement, le mal est fait...
alamo
 
Messages: 2381
Inscription: Lun 16 Avr 2012 14:22

Re: Sondages sur l'exécutif Macron-Philippe

Messagede ploumploum » Lun 4 Fév 2019 15:08

Les propos de ChristianC sont sévères mais justes.

ChristianC. a écrit:Que l'on soit ou non partisan de Macron, il va falloir admettre que le Pouvoir est en train de gagner le la bataille (sinon la guerre). Il y a encore un mois, fleurissaient partout (y compris sur ces pages) les prophéties annonçant sa fin prochaine. Depuis l’enclenchement de l'Affaire Benalla, suivie de la démission de Hulot, puis de celle de Colomb, puis encore de quelques pantalonnades médiatiques telles que l'inénarrable "itinérance mémorielle", le gouvernement et le Président semblaient dans une spirale les conduisant au discrédit et au délitement. On a cru que le mouvement des Gilets Jaunes allait lui infliger le coup de grâce, et l'on commençait à envisager une démission de Macron d'ici à deux mois. ou du moins la déroute des marconistes aux prochaines européennes.

Sur ce point, je déplore que certains aient tenté des pronostics voire de souhaits fumeux, dépassant largement le cadre de l'analyse pour tomber dans une caricature de supporter de base avec des affirmations pacorabannesques (j'attends toujours la dissolution promise début décembre...)

Aujourd'hui, le grand débat, que l'on avait présenté comme une pitoyable tentative d'enfumage, a l'air de bien fonctionner et fait de belles audiences chez Hanouna (!!). La cote de popularité du président et du gouvernement remonte plus ou moins vite (et sera servie par l'absence des catastrophes annoncées à propos du prélèvement à la source). Surtout, la campagne européenne se profile telle exactement que la rêvent les macronistes: eux contre les "affreux" populistes nationalistes d'extrême droite. avec en prime une Gauche "éparpillée façon puzzle" (et encore, dans un puzzle, on peut arriver à construire quelque chose).
Mieux, on nous laisse entendre que le Président va tenter ce qui il y a un mois me semblait impensable: un referendum qui lui permettra de faire passer sa réforme constitutionnelle, dont il va assurer (non sans quelques arguments en effet) qu'elle va dans le même sens antiparlementariste que les revendications de Gilets Jaunes. Et il aura de nouveau l'onction des urnes, tout en ouvrant la porte à un nouveau succès législatif de la REM, à la liquidation de l'essentiel de l'opposition parlementaire, voire à la suppression du Sénat, qui ose poursuivre ses recherches sur Benalla.
Quant aux Gilets Jaunes, ils continuent à mobiliser de maigres troupes qui défilent sous le regard sympathique, mais distancié de l'opinion. Et on doit en être à trois listes, ou plutôt projets ou avortements de listes européennes. Juste de quoi discréditer leur mouvement tout en déboussolant l'électorat d'opposition, en achevant de disloquer celui de Gauche et en fragilisant celui de Droite. Et en assurant ainsi qu'aucune liste oppositionnelle ne pourra menacer l'hégémonie REMiste (sauf peut-être celle du RN, juste pour mobiliser derrière Macron tous ceux qui s'inquiètent du réveil de la "bête immonde" et croient sentir les effluves "nauséabondes" des "heures les plus sombres de notre histoire".
Et il faut de surcroît reconnaître qu'il ne s'agit pas simplement du réflexe de l'opinion saisie de la "sainte trouille" de juin 1968. Il y a aussi au moins une qualité propre du Président, que l'on aurait tort de lui dénier et qu'il avait déjà manifestée lors de la campagne électorale de 2017: sa capacité à aller au contact physique de ses contradicteurs: je pense notamment à cette usine où il était allé après Marine Le Pen, et où, au lieu de quelques selfies, il avait pris le temps de parler aux ouvriers, de s'expliquer, d'argumenter: il fait de même pour ce grand débat, et ça marche.
Autrement dit, il ne va rester aux opposants qu'à avouer: "Chapeau l'artiste!"
Et à en prendre encore pour Dieu seul sait combien d'années.
Macronia non deleta, sed triumphans.
Eheu!


ChristianC. a écrit:Juste une précision sur la notion de la légitimité de Macron. Il ne fait aucun doute que son élection a été parfaitement légitime, et qu'il est jusqu'en 2022 le légitime président de la République française. Le problème est de savoir s'il a reçu un mandat légitime pour mener sa politique. Lui assure et fait assurer par ses porte-parole et ses parlementaires, que les électeurs lui ont donné mandat d'appliquer le programme que de fait il avait annoncé clairement durant la campagne, et que chacune de ses réformes est sacralisée par sa légitimité présidentielle (raison pour laquelle le Grand Débat met hors de discussion la suppression de l'ISF, qui "était dans le programme d'Emmanuel Macron").
Pour les opposants, Macron a été élu comme opposant à Marine Le Pen, ce qui ne donnait nullement quitus à son programme, et ne confère nulle légitimité électorale à ses réformes, que rejettent de nombreux électeurs lui ayant donné leur voix: pour ceux-là, il n'était légitime que pour battre MLP, rien de plus.
Un mauvais esprit dirait que ces opposants se sont piégés eux-mêmes, en légitimant ce dont ils ne voulaient pas.



Pour le reste, sans revenir sur l'énorme PSCHITT du mouvement (mais ça je l'ai déjà écrit dès décembre dans le fil adéquat) et ce pour des raisons évidentes(entre autres absence de structure et de dureté; "le pays est mou"), le fait est que Macron bénéficie d'une sorte de "TINA" politique : l'opposition est inaudible, faible (oh, il y a bien des gens qui disposent d'une certaine éloquence, mais le problème c'est le niveau affligeant des lieutenants les entourant) et n'a pas de projet clair (ces dernières semaines, ça se contente seulement de "taper" (!) sur la violence policière qui est bien sûr à dénoncer mais derrière c'est le vide intersidéral...)
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 15238
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: Sondages sur l'exécutif Macron-Philippe

Messagede Tirnam » Mar 5 Fév 2019 17:26

Ifop Paris-Match

Poursuite de la forte remontée pour Macron dans ce baromètre, après les +5 de janvier, il gagne ce mois-ci 6 points. Il retrouve son niveau d'avant la crise des gilets jaunes.

Macron : approuvent 34%, désapprouvent 66%
Philippe : approuvent 34% (+1), désapprouvent 66%

https://www.parismatch.com/Actu/Politiq ... 1549382173
Tirnam
 
Messages: 257
Inscription: Mer 18 Jan 2017 12:52

Re: Sondages sur l'exécutif Macron-Philippe

Messagede Corondar » Mer 6 Fév 2019 23:22

Azertyuiop a écrit:Je pense en effet que la définition de l'état de grâce devrait être sérieusement revue. Beaucoup continuent de qualifier un président de populaire lorsqu'il dépasse 50% de confiance/satisfaction/bonnes opinions. Ce genre de définition pouvait convenir jusque dans les années 1980 mais aujourd'hui, dans un paysage politique aussi éclaté et avec une popularité moyenne des personnalités politiques qui vole au ras des pâquerettes, je considère qu'à partir de deux ans de mandat, une popularité peut être considérée comme élevé à partir de 30% et bonne à partir de 25. Les niveaux de Macron sont assez loin d'être hollandiens : dans la grande majorité des baromètres, il est nettement au-dessus de Hollande au même moment de son mandat, à deux exceptions près : Ipsos où il est un point en-dessous et BVA où il est au même niveau et pas moins de 4 sondages l'ont donné au moins à 30% ce qui est énorme dans un pays comptant autant de chapelles irréconciliables.
Une mesure objective pour qualifier la qualité de la popularité de Macron, c'est la comparaison avec les opposants, et là, c'est une victoire par KO.


C'est tout de même très généreux comme définition d'une bonne popularité. Plus que les chiffres bruts, moi ce que je regarde surtout c'est le solde d'image (les opinions positives moins les opinions négatives). Et même avec les dernières remontées, Macron doit toujours être dans les -30 environ, ce qui est, objectivement, très mauvais.
A mon sens, si le solde est positif c'est que la personne est populaire.
Entre 0 et -10, elle est impopulaire mais d'assez peu (faut voir si c'est -1 ou -9), surtout elle garde sans doute de bons scores auprès de sa base.
Entre -10 et -20, la côte d'alerte est atteinte, ça décroche sérieusement.
Entre -20 et -30, l'impopularité est massive et touches la majorité des différentes couches de la société.
Au delà de -30 c'est franchement catastrophique.
A cet aune là, non Macron ne connait pour l'heure pas d'état de grâce, on ne peut pas dire non plus qu'il sort la tête de l'eau. Il y a un mieux, ou alors c'est moins pire :). Mais c'est pas encore brillant. Après je parle là uniquement de popularité, absolument pas d'électorabilité, qui sont deux choses très différentes.
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2690
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: Sondages sur l'exécutif Macron-Philippe

Messagede ploumploum » Jeu 7 Fév 2019 16:31

You Gov pour Le HuffPost et CNews (février 2019)

Pas de remontées notables mais il est indiqué que la popularité du chef de l’État penche de plus en plus à droite.

Une convalescence qui dissimule un équilibre précaire entre un électorat de droite séduit par la fermeté du président et un électorat de gauche qui décroche. Désormais, "le chef de l'État affiche deux visages bien distincts", relève l'institut YouGov. Quand il perd 1 point auprès des sympathisants de gauche (18% d'opinions favorables) et de ceux d'extrême gauche (4% d'opinions favorables), Emmanuel Macron en grignote un autre auprès des sympathisants centristes (74% d'opinions favorables), 3 points auprès des sympathisants de droite (27%) et 5 chez les électeurs d'extrême droite (11%).

Une confirmation d'une tendance entamée en tout début d'année. En janvier, la cote d'Emmanuel Macron avait en effet repris de l'aplomb en raison d'un retour en grâce de 14 points dans l'électorat de droite, malgré un léger repli à gauche.


(jugement sur l'action)

Président E.Macron :
Favorable : 21 % (=)
Défavorable : 73 % (+1 pt)
NSP : 6 % (-1 pt)


Premier Ministre E.Philippe :
Favorable : 22 % (=)
Défavorable : 69 % (=)
NSP : 9 % (=)
https://www.huffingtonpost.fr/2019/02/0 ... r-homepage


Et dans l'Elabe du mois de février :

Le Président Macron gagne deux points dans sa cote de confiance qui s'établit à 27 %
Dans le détail, la cote de confiance d’Emmanuel Macron progresse de 5 points auprès de ses électeurs de 1er tour (63%). Il s’agit de la première hausse auprès de son socle électoral depuis le mois de mai 2018. Il est également en hausse de 6 points auprès des électeurs de Jean-Luc Mélenchon, à 13%.

A noter que sa cote de confiance progresse de 6 points auprès des classes moyennes (28%) et de 5 points auprès des retraités (34%) ce mois-ci, alors qu’elle baisse de 7 points auprès des cadres (33%). Elle est quasi-stable auprès des classes populaires (18%, +2).

Celle du Premier Ministre reste stable, à 26 %
https://elabe.fr/barometre-fevrier2019/
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 15238
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

PrécédenteSuivante

Retourner vers Débats politiques du moment

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Guide de l'élu délégué à l'enfance et à la jeunesse

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques en faveur de l'enfance et de la jeunesse : les acteurs et le contexte d'intervention, les enjeux, les champs d'intervention. Il développe aussi une démarche d'élaboration et de mise en oeuvre de cette...

Découvrir l'ouvrage

Guide de l'élu délégué à l'action sociale et à la solidarité

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques sociales locales : les acteurs et contextes d'intervention, les enjeux, les champs d'intervention (l'enfance et la famille, les personnes âgées, les handicapés, la lutte contre l'exclusion, la santé...)...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité