Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Vie politique en Côte d'Ivoire

Ce forum permet de réagir sur tous les évènements politiques qui ne concernent ni la France ni l'Europe. Exprimez-vous sur les élections, décisions ou nominations dans le reste du monde.

Vie politique en Côte d'Ivoire

Messagede maxxx » Dim 28 Nov 2010 21:43

Ce forum s'intéresse essentiellement aux élections nationales voire européennes mais on n'évoque pas souvent ce qui se passe ailleurs, et l'Afrique a pour le moment été oubliée. Même si la politique est très complexe à déchiffrer dans la plupart des pays africains, je pense qu'il n'est pas inutile d'ouvrir des sujets sur ce qui s'y passe.

Je me lance donc avec la Côte d'Ivoire, où se déroulent actuellement des élections décisives et très tendues.

ABIDJAN — Les bureaux de vote ont ouvert dimanche à 07H00 (locales et GMT) en Côte d'Ivoire pour le second tour d'une présidentielle historique qui doit clore une décennie de crise politico-militaire, un scrutin sous haute tension après des violences.

Au moins trois personnes ont été tuées samedi à Abidjan lors de heurts entre la police et des opposants qui manifestaient contre le couvre-feu entré en vigueur dans la soirée.

Alors que des jeunes protestaient contre cette mesure dans le quartier populaire d'Abobo (nord), bastion de l'opposant et candidat Alassane Ouattara, les manifestants se sont affrontés aux forces de l'ordre, qui ont répliqué par des tirs à balles réelles, ont rapporté à l'AFP des témoins et une source policière.

Au moins trois personnes ont été tuées, ont indiqué des sources concordantes, notamment médicale. Une dizaine de personnes ont été blessées, a constaté un journaliste de l'AFP dans un centre hospitalier.

Ces violences meurtrières ajoutent à la tension qui régnait depuis l'annonce à la mi-journée d'un couvre-feu à partir de samedi à 22H00 (locales et GMT), à quelques heures d'une présidentielle historique censée clore une décennie de crises politico-militaires.

Le président Laurent Gbagbo, qui affronte M. Ouattara dimanche, a décrété ce couvre-feu nocturne jusqu'à mercredi pour assurer le "maintien de l'ordre". La mesure ne s'applique pas aux "personnes impliquées dans l'organisation des élections", ni aux observateurs ni aux journalistes.

Le chef de l'Etat a défendu une "mesure dissuasive pour quelques extrémistes", mais le camp de son rival avait assuré qu'il ne respecterait pas cette décision qui est selon lui "la porte ouverte" aux "fraudes".

Pourtant à Abidjan, la ville était bel et bien déserte à partir de 22H00, et seules les forces de l'ordre déployées aux points stratégiques et de très rares véhicules autorisés y étaient visibles, a-t-on constaté.

Mais à Bouaké (centre), fief de l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) qui contrôle le nord du pays depuis le putsch raté de septembre 2002, la vie suivait son cours. Passants dans les rues, bars et restaurants ouverts, mais regardant la télévision au bord de la route: la ville vivait un samedi soir ordinaire.

Le décret a été signé le jour même d'une visite à Abidjan du médiateur dans la crise ivoirienne, le président burkinabè Blaise Compaoré, qui a rencontré ensemble les candidats.

Alors que la Commission électorale indépendante (CEI) avait dans un communiqué "recommandé au chef de l'Etat d'assouplir les mesures de sécurisation" liées au couvre-feu, aucune annonce précise n'a été faite sur le sujet à l'issue de la visite du médiateur.

Les deux prétendants ont lancé "un appel solennel" aux électeurs à "s'abstenir de tout acte d'agression" pour "permettre l'organisation du scrutin dans un climat apaisé". Ils se sont de nouveau engagés à respecter le verdict des urnes.

La campagne électorale a été marquée par un durcissement des discours et des échauffourées entre partisans des deux bords. Un militant pro-Gbagbo a été tué jeudi dans son bastion du centre-ouest, lors d'un de ces heurts qui ont fait de nombreux blessés dans la capitale économique et dans l'intérieur du pays.

Quelque 5,7 millions de personnes sont appelées aux urnes pour cette élection - six fois repoussée depuis la fin du mandat de M. Gbagbo en 2005 - à l'issue très incertaine entre les deux figures les plus antagonistes de la politique ivoirienne.

MM. Gbagbo et Ouattara avaient recueilli au premier tour le 31 octobre 38% et 32% des suffrages.

Signe de l'appréhension liée au scrutin et à ses suites, à Abidjan les habitants s'étaient pressés samedi devant les guichets de banques et dans les commerces.

"Nous avons peur, c'est pourquoi je fais des provisions", confiait à l'AFP Madeleine Hema, mère au foyer, dans le quartier de Marcory (sud).


http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gq3U2_0LM258MmZuVeO9AT0zK38Q?docId=CNG.a61ca041d185e7829ef9e63d504a7014.741
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 20:20

Re: Elections présidentielles en Côte d'Ivoire

Messagede maxxx » Dim 28 Nov 2010 21:43

Les résultats du premier tour.

Le taux de participation s'est élevé à 83.73% des votants.

Ont obtenu, pour les 3 principaux candidats :

Laurent Gbagbo (FPI) : 38.3% (65 ans, président sortant)
Alassane Ouattara (RDR) : 32.04% (68 ans, ex-Premier ministre de 1990 à 1993)

Henri Konan Bédié (PDCI) : 25.24% (76 ans, ancien chef de l'Etat, de 1993 à 1999)

Henri Konan Bédié a été battu au premier tour. Il a appelé à voter pour Alassane Ouattara et à faire battre le président sortant.
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 20:20

Re: Elections présidentielles en Côte d'Ivoire

Messagede maxxx » Mar 30 Nov 2010 14:04

Second tour de la présidentielle : les résultats de l'intérieur se font attendre

La Commission électorale ivoirienne a annoncé les résultats du second tour concernant le vote des Ivoiriens de la diaspora pour 15 pays. Comme au premier, Alassane Dramane Ouattara arrive en tête à l'étranger. Pour ce qui est de l'intérieur, l'attente continue.

Les Ivoiriens ont eu un petit quelque chose à se mettre sous la dent lundi soir, mais le suspens reste entier. La Commission électorale indépendante (CEI) a annoncé les résultats pour 15 pays étrangers, et, comme ce fut le cas au premier tour, Alassane Dramane Ouattara (ADO) est arrivé en tête dans ce corps électoral particulier.

Sur les 10 623 suffrages exprimés dévoilés lundi soir, ADO en remporte 6371, contre 4252 pour le président sortant Laurent Gbagbo. Alassane Dramane Ouattara est donc théoriquement majoritaire (59,97 % contre 40,03 %) parmi les électeurs de l'étranger, en attendant les résultats du Sénégal et de l'Italie notamment. Le vote des Ivoiriens de France, la plus importante communauté de la diaspora, ne sera quant à lui pas comptabilisé. Ces résultats ne comptent que pour environ 0,2 % du total du corps électoral total.

À l'issue de son intervention, le porte-parole de la CEI, Bamba Yacouba, a donné rendez-vous aux Ivoiriens mardi matin à 10 heures GMT (11 heures à Paris) pour le début des résultats concernant l'intérieur du pays. Mais, selon France 24, une heure avant l'annonce officielle, les gendarmes ont prié les journalistes présents de se retirer des locaux de la CEI, sans avancer d'explication.

Lors du premier tour, il avait fallu attendre plus de 48 heures après la fin du scrutin avant que les premiers résultats de l'intérieur du pays ne soient annoncés. Bamba Yacouba, avait progressivement égrené les chiffres, département par département puis région par région. L'estimation globale n'avait été publiée que peu après l'expiration du délai légal de 72 heures.

Un premier chiffre avait été dévoilé lundi en fin d'après-midi par la CEI : le taux de participation avoisine les 70 %, en retrait par rapport au premier tour où il atteignait 83 %.

Comme pour le premier tour, la CEI est tenue de terminer la publication des estimations du résultat 72 heures après la fin du vote, soit avant mercredi soir.


http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20101129155700/second-tour-de-la-presidentielle-les-resultats-de-la-diaspora-sont-connus.html
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 20:20

Re: Elections présidentielles en Côte d'Ivoire

Messagede Artisan-Politologue » Mar 30 Nov 2010 19:01

A noter la carte sur l'excellent site de notre ami Hashémite: http://welections.wordpress.com/2010/11 ... an-review/

Elle montre assez bien la répartition ethnique et religieuse du vote. Les chiffres de la participation au second tour peuvent laisser entendre que Ouattara n'a pas forcément partie gagnée. Même s'il se présente sous l'étiquette d'une coalition "houphouétiste", il n'est pas sûr que tous les suffrages s'étant portés sur Bédié au premier tour se reportent sur lui au second. Henri Konan Bédié porte une part de responsabilité dans la situation actuelle, avec le concept d'"ivoirité" qu'il a utilisé contre Ouattara.
Cependant, selon moi, le facteur ethnique n'est pas à surestimer. Cette affaire d'ivoirité montre, en contre, que les Ivoiriens semblent au moins aussi attachés à leur nation qu'à leur appartenance ethnique. Ce n'est pas partout en Afrique qu'on peut en dire autant, en témoigne ce qui s'est passé la semaine dernière en Guinée. Le phénomène "tout sauf un Peul" semble avoir joué contre Diallo qui était arrivé pourtant largement en tête au premier tour.
Ici donc, on pourrait avoir affaire à un "tout sauf Gbagbo" sur le thème "sortez les sortants" ou "tout sauf Ouattara" qu'on pourrait aussi traduire par un vote anti-musulman. Mais, là aussi, ce serait à relativiser. Après tout, cinquante ans après l'indépendance, il n'est pas choquant que joue le vote religieux. Cette notion a bien existé en France jusqu'au début du XXe siècle.
Bref, sauf en cas de scénario noir (violences post-électorales, relance de la guerre civile, nouvelle partition du pays), ce scrutin ne se déroule pas si mal.

Manu
Artisan-Politologue
 
Messages: 210
Inscription: Jeu 8 Oct 2009 13:45
Localisation: Ardèche

Re: Elections présidentielles en Côte d'Ivoire

Messagede maxxx » Jeu 2 Déc 2010 21:52

Il y a si longtemps qu'il attendait ce jour ! Le 29 novembre au soir, Alassane Dramane Ouattara, ADO comme l'appellent les Ivoiriens, sait déjà qu'il a gagné son bâton de maréchal : il sera le quatrième président de la République ivoirienne.

Dans l'attente des résultats officiels, la Côte d'Ivoire retient son souffle. À Abidjan, les écoles ont fermé à 13 heures et les entreprises à 17 heures afin que petits et grands rentrent chez eux avant le couvre-feu. Les jours précédents, des affrontements entre jeunes partisans de Laurent Gbagbo, le président sortant, et d'Alassane Ouattara, ont fait sept morts. Chacun craint le pire. Chrétiens contre musulmans, Nord contre Sud, le pays est profondément divisé par huit ans de guerre civile. Laurent Gbagbo, le très ambitieux président sortant, va-t-il accepter sa défaite ? "Le pire semble devant nous", s'inquiètent dans un communiqué des responsables religieux chrétiens et musulmans.

À 68 ans, grand, svelte, souriant, toujours tiré à quatre épingles, l'allure réservée d'un haut fonctionnaire, calme et pondéré, Alassane Ouattara symbolise paradoxalement le changement et la continuité. Changement, car ADO, l'homme le plus détesté et le plus admiré du pays, est un musulman très modéré d'une famille originaire du nord du pays (le fief des Dioulas, l'ethnie majoritaire qui rassemble 40 % des Ivoiriens) dans un pays traditionnellement dirigé par un chrétien issu du centre ou du sud. Pour une partie des Ivoiriens, c'est une révolution. Continuité aussi, celle d'Houphouët-Boigny, dont cet économiste et banquier fut le Premier ministre de 1990 à 1993. Il avait alors relevé un pays qui partait, financièrement, à vau-l'eau, laissant le souvenir d'un excellent gestionnaire intègre.

L'anti-Gbagbo

Alassane Ouattara, c'est l'anti-Gbagbo. Les deux hommes sont comme l'eau et le feu. Un temps alliés politiquement, à la fin des années 1990, quand tous deux étaient des opposants au président Henri Konan Bedié, ils deviendront rivaux après le coup d'État militaire de Noël 1999 qui renversa Konan Bedié.

L'un, Gbagbo, est un politicien roublard et bon vivant, issu d'un milieu populaire, tribun aux "pieds dans la glaise" qui ne vit que pour la politique et se dit volontiers "socialiste non pratiquant". Il compte nombre de socialistes français parmi ses amis.

L'autre, Ouattara, aux allures de grand bourgeois, prône un libéralisme économique "à visage humain". Pendant sa campagne électorale, il est sorti de son habituelle réserve pour sillonner la brousse et écumer les quartiers populaires, une casquette de base-ball sur la tête. Une façon de répliquer à ses détracteurs, qui l'accusent d'être trop occidentalisé. Il a longtemps vécu aux États-Unis et en France, à Paris et à Mougins. Il y compte de nombreux amis dont Dominique Strauss-Kahn, Nicolas Sarkozy et Martin Bouygues qui assistèrent autrefois à son mariage avec une Française de Côte d'Ivoire, Dominique, femme d'affaires devenue sa meilleure conseillère.

Son rêve ? Réconcilier son pays avec lui-même

Pour les Ivoiriens musulmans, Ouattara est une véritable idole. Et le symbole de l'injustice de ces quinze dernières années. Pour l'écarter du pouvoir, ses adversaires, Bedié d'abord, Gbagbo ensuite, l'ont tenu à l'écart de la course électorale en contestant sa nationalité ivoirienne, n'hésitant pas à jouer sur la corde ethnique qui allait mettre le pays à feu et à sang.

Alassane Ouattara est, pourtant, né le 1er janvier 1942 à Dimbokro, dans le centre de la Côte d'Ivoire. Mais son père, commerçant aisé issu d'une grande famille musulmane du Nord, s'installe pour ses affaires au Burkina-Faso lorsque ADO est adolescent. Après des études aux États-Unis (il obtient un PhD en sciences économiques), il entre au FMI à 26 ans. Il en gravit les échelons, devient gouverneur de la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest en 1988 avant d'être appelé, deux ans plus tard, par Houphouët-Boigny pour diriger le gouvernement puis de retourner au FMI comme directeur général adjoint avant de rentrer au pays. Il y vivra des années difficiles, manquera d'être assassiné en 2002, se réfugiera à l'ambassade de France puis à Paris.

Son rêve ? Réconcilier son pays avec lui-même, le remettre en ordre de marche et l'ouvrir sur le monde après des années d'enfermement. Une tâche difficile après les obstructions mises par le président sortant, qui n'entendait pas voir annoncer la victoire de son rival.


Le Conseil constitutionnel ivoirien a invalidé jeudi soir les résultats provisoires tant attendus du second tour de la présidentielle, peu après leur annonce par la Commission électorale indépendante (CEI).

Selon ces chiffres, l'opposant Alassane Ouattara a obtenu 54,1% des voix, contre 45,9 % des suffrages pour le président sortant Laurent Gbagbo. La plus grande incertitude règne désormais. Le couvre-feu décrété ce week-end est en vigueur jusqu'à dimanche prochain.

Les résultats des élections ont été invalidé au prétexte que «la CEI a épuisé son délai pour donner des résultats provisoires» et n'est donc «plus à même de décider quoi que ce soit», a précisé le président du Conseil Constitutionnel, Paul Yao N'dré, un proche de Laurent Gbagbo. Mais mercredi déjà, Pascal Affi N'Guessan, le porte-parole du président sortant, avait annoncé le dépôt d'un recours et avait averti qu'«au niveau du Conseil constitutionnel tout était encore possible».

Dans sa première déclaration après l'annonce des résultats, Ouattara, l'ex-Premier ministre de Félix Houphouët-Boigny, a appelé au «rassemblement» et invité ses partisans à célébrer sa victoire «dans la paix», en évitant de «répondre aux éventuelles provocations». S'exprimant dans un grand hôtel d'Abidjan, il a dit avoir «une pensée pour toutes les victimes de (la) longue crise» qui déchire le pays depuis une décennie. Promettant de former «un gouvernement d'union» rassemblant notamment les «différentes forces politiques», Ouattara a rappelé à son «frère», le président sortant Laurent Gbagbo, leur «engagement commun à respecter les résultats proclamés par la CEI».

La communauté française retient son souffle

Sur place, la communauté française retient son souffle. «Nous essayons de rester sereins, explique Catherine Rechenmann, la présidente de l'Union des Français de l'étranger à Abidjan jointe par le Parisien.fr. Cet après-midi, il y avait moins de monde dans les rues. Mais la communauté française essaie de continuer à bosser. C'est une crise entre Ivoiriens.»

Depuis dimanche, les tensions étaient montées d'un cran en Côte d'Ivoire, alors que les estimations devaient être rendues publiques mercredi à minuit. Huit partisans d'Alassane Ouattara ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi.
Mercredi, l'ONU, l'Union européenne et l'Elysée avaient montré des signes d'impatience, exigeant la publication des chiffres du scrutin de dimanche dernier.

Ce jeudi, au moment de la divulgation des résultats, les quinze pays du Conseil de sécurité de l'ONU se consultaient sur la situation dans ce pays d'Afrique de l'Ouest qui vient de vivre onze ans de crise politico-militaire et six reports de présidentielles depuis 2005. «Ils ont réaffirmé leur volonté de prendre les mesures appropriées contre ceux qui entravent le processus électoral et en particulier le travail de la CEI», a indiqué Susan Rice, la présidente en exercice du Conseil de sécurité pour le mois de décembre.

Le bureau du procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a également averti qu'il «surveillait» la situation en Côte d'Ivoire.



http://www.leparisien.fr/international/cote-d-ivoire-la-victoire-de-ouattara-invalidee-par-le-conseil-constitutionnel-02-12-2010-1175146.php
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 20:20

Re: Elections présidentielles en Côte d'Ivoire

Messagede Jean-Philippe » Jeu 2 Déc 2010 23:09

Gbagbo ne pourra pas se maintenir longtemps, la pression de la communauté internationale le fera plier à court terme.
S'il tente un coup de force, il ne pourra pas compter sur le moindre soutien extérieur, du moins je crois.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8988
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Re: Elections présidentielles en Côte d'Ivoire

Messagede Artisan-Politologue » Jeu 2 Déc 2010 23:18

A noter l'interview d'Antoine Glaser il y a quelques minutes dans le Soir 3 (la vidéo sera dispo demain sur www.france3.fr).
Selon lui, Gbagbo est capable de balader tout le monde encore un moment. Glaser a rappelé qu'il avait finalement eu raison de Chirac en 2003, ce dont d'ailleurs Gbagbo se vantait encore il y a quelques semaines dans le Journal du dimanche (http://www.lejdd.fr/International/Afriq ... re-230228/).
Effectivement, la pression internationale semble ce soir assez forte. Certains diront que Ouattara, en tant qu'ancien membre du FMI, est aussi le candidat des institutions internationales.

Manu
Artisan-Politologue
 
Messages: 210
Inscription: Jeu 8 Oct 2009 13:45
Localisation: Ardèche

Re: Elections présidentielles en Côte d'Ivoire

Messagede Hashemite » Mer 8 Déc 2010 02:59

Artisan-Politologue a écrit:A noter la carte sur l'excellent site de notre ami Hashémite: http://welections.wordpress.com/2010/11 ... an-review/Manu


Merci ;)
Hashemite
 
Messages: 366
Inscription: Dim 6 Sep 2009 23:16

Re: Elections présidentielles en Côte d'Ivoire

Messagede vudeloin » Ven 14 Jan 2011 21:05

Le seul problème dans tout cela, c'est que l'absolue transparence des élections n'a pas véritablement été assurée ni au premier ni au second tour...
Pour l'information pleine et entière de chacun, la France devait, dans le cadre de la stabilisation politique de la Côte d'Ivoire, assurer le financement des opérations électorales par attribution d'une dotation spécifique.

un collectif budgétaire avait d'ailleurs remis en cause ce financement qui se limitait de surcroît, essentiellement, en la fourniture d'urnes de vote et de matériels techniques de récolement des résultats, sans travail très accompli sur la question des listes électorales...
de plus, le processus électoral s'est déroulé alors même qu'un des éléments fondamentaux de la situation n'avait pas été réglé, à savoir le désarmement des milices, et singulièrement des Forces Nouvelles, au Nord du pays, contrôlées par Guillaume Soro, qui est rapidement passé de Premier Ministre obligé de Laurent Gbagbo à Premier Ministre de Alassane Ouattara...

Alors, bien sûr, je ne vais pas commenter inutilement l'initiative de deux avocats français bien connus, dont un ancien Ministre des Affaires Etrangères amateur de jolies chaussures, mais je crois que nous ne soyons pour quelques temps encore dans un beau dialogue de sourds entre ce que dit une commission électorale penchant pour Ouattara et un Conseil constitutionnel à la solde de Gbagbo...

Comme en plus, le vote identitaire semble avoir bien fonctionné ( au Nord musulman pour Ouattara et dans le pays baoulé pour Konan Bédié ), on voit que les perspectives sont sombres.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Elections présidentielles en Côte d'Ivoire

Messagede vudeloin » Sam 9 Avr 2011 14:57

Pour les sombres perspectives, nul doute qu'on est servi ces jours ci...
Et pour ce qui est des Ivoiriens, je crains qu'ils ne soient pas au bout de leurs peines...
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Suivante

Retourner vers Politique dans le monde

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

La première année du mandat municipal - Guide pratique

Eric Landot

Une nouvelle mandature municipale commence. Les ennuis aussi. Les défis à relever. Les points à maîtriser très vite. Ce guide pratique vise à répondre à toutes les questions simples mais urgentes que se pose toute nouvelle équipe municipale...

Découvrir l'ouvrage

L'acte III de la décentralisation - Une nouvelle donne pour les territoires

Chrystelle Audoit, Aurélie Aveline, Mounia Idrissi et Laurent Roturier

À vouloir répondre à tous les enjeux territoriaux à la fois, tout en s'exonérant d'une réforme constitutionnelle, la nouvelle réforme territoriale...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité