Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Élections générales espagnoles anticipées de novembre 2019

Forum dédié à la vie politique sur le "vieux continent". Réagissez sur les institutions européennes, les élections ou les décisions politiques de nos voisins européens.

Élections générales espagnoles anticipées de novembre 2019

Messagede Azertyuiop » Mar 5 Nov 2019 16:46

Pour la seconde fois dans l'année et pour quatrième fois en moins de 4 ans, les Espagnols sont appelés aux urnes ce dimanche 10 novembre 2019 pour renouveler les 350 élus de la Chambre des députés et 208 des 266 sénateurs.

Comme il en devient l'habitude en Espagne, cette élection fait suite à l'impossibilité de constituer une majorité pour gouverner à l'issue du scrutin précédent.

Le mode de scrutin pour la Chambre des députés est proportionnel (méthode d'Hondt) par circonscription, les circonscriptions correspondant aux 50 provinces du pays ainsi qu'aux villes autonomes de Ceuta et Melilla formant chacune une circonscription. Ce mode de scrutin avantage largement les forces indépendantistes qui sont concentrées dans leurs bastions.

Rappel du résultat d'avril 2019 : (les pourcentages tiennent compte des bulletins blancs en Espagne).

Inscrits : 36 898 883
Votants : 26 478 140 (71,76%)
Abstention : 10 420 743 (28,24%)
Exprimés (dont blancs) : 26 201 371 (98,95%)
Votes nuls : 276 769 (1,05%)


Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) : 7 513 142 voix (28,67%) 123 sièges
Parti populaire (PP) : 4 373 653 voix (16,69%) 66 sièges
Ciudadanos (Cs) : 4 155 665 voix (15,86%) 57 sièges
Unidas Podemos (UP) : 3 751 145 voix (14,32%) 42 sièges
Vox : 2 688 092 voix (10,26%) 24 sièges
Gauche républicaine de Catalogne (ERC) : 1 024 628 voix (3,91%) 15 sièges
Junts (indépendantistes catalans) : 500 787 voix (1,91%) 7 sièges
Parti nationaliste basque (EAJ/PNV) : 395 884 sièges (1,51%) 6 sièges
Parti animaliste contre la maltraitance animale (PACMA) : 328 299 voix (1,25%) 0 siège
Euskal Herria Bildu (EH Bildu) : 259 647 voix (0,99%) 4 sièges
Coalition Compromís : 173 821 sièges (0,66%) 1 siège
Coalition canarienne-Parti nationaliste canarien (CC–PNC) : 137 664 voix (0,53%) 2 sièges
Front Republicà (FR) : 113 807 voix (0,43%) 0 siège
Navarra Suma (NA+) : 107 619 voix (0,41%) 2 sièges

Bulletins blancs : 199 836 (0,76%)


Les sénateurs sont élus par circonscription au scrutin plurinominal majoritaire à un tour, chaque circonscription élisant de 1 à 4 sénateurs : les 47 provinces de la péninsule élisent 4 sénateurs. Ce mode de scrutin est ultra-favorable aux indépendantistes. 25 sièges au total alors que UP et Vox n'ont pas pu faire élire le moindre sénateur.

En sièges, cela avait donné :

PSOE : 123
PP : 55
ERC : 11
PNV : 9
Cs : 5
Junts : 2
ASG : 1
EH Bildu : 1
UPN : 1


Le PSOE et UP n'avaient pas pu s'entendre pour former un gouvernement, l'UP exigeant un gouvernement de coalition, le PSOE ne lui proposant que des postes dans l'administration en échange d'un soutien sans participation. Une majorité stable aurait de toute façon dû également avoir l'appui de mouvements régionalistes ou indépendantistes pour atteindre la majorité absolue à la Chambre des députés. Le Roi a donc dissous le Parlement le 18 septembre dernier.

La campagne a notamment été marquée par l'aggravation des tensions en Catalogne, plusieurs manifestations indépendantistes ayant dégénéré et amené les partis à se positionner sur la question catalane.

D'après les sondages, la constitution d'une majorité serait encore plus compliquée dans le prochain Parlement qu'elle ne l'avait été dans le Parlement sortant, la gauche perdant quelques sièges au profit de la droite et des forces indépendantistes. Les deux blocs seraient plus ou moins au coude-à-coude alors qu'un des blocs avait clairement l'ascendant lors des précédentes élections. Cependant, ça bouge pas mal au sein de la coalition, de droite avec un effondrement de Ciudananos au profit du PP qui regagnerait un peu de terrain, et de Vox qui bénéficie d'une dynamique sondagière dans la dernière ligne droite avant l'interdiction de publication de nouvelles enquêtes d'opinion.

Les derniers sondages (publication interdite à partir d'hier soir) donnent :

PSOE : 27,5% (entre 25 et 30%)
PP : 20,5% (entre 19 et 22,5%)
VOX : 13% (entre 10 et 15%)
UP : 12,5% (entre 11 et 14%)
Cs : 9,5% (entre 8 et 11%)

En sièges, cela donnerait à la Chambre des députés :

PSOE : 114-126
PP : 85-96
VOX : 35-51
UP : 25-40
Cs : 12-19


EDIT : corrections
Dernière édition par Azertyuiop le Jeu 7 Nov 2019 16:18, édité 2 fois.
Azertyuiop
 
Messages: 1864
Inscription: Jeu 1 Jan 2015 13:46

Re: Élections générales espagnoles anticipées de novembre 2019

Messagede ploumploum » Mar 5 Nov 2019 21:46

Je remercie Azertyuiop pour avoir ouvert le sujet.


Concernant le rééquilibrage des blocs, signalons que la gauche est cette fois-ci un peu plus éclatée puisque les listes PSOE et Unidos Podemos vont être concurrencées dans les principales circonscriptions par Mas Pais, l'émanation nationale du Mas Madrid d'Inigo Errejon, co-fondateur de Podemos qui a quitté le parti mauve pour divergence avec P.Iglesias
A noter que pour l'occasion, Mas Pais a obtenu les soutiens de Equo et Compromis, qui étaient jusqu'ici alliés de Podemos.
https://elpais.com/politica/2019/09/26/ ... 33246.html


A droite effectivement, il y a trois phénomènes majeurs :
- redressement du PP qui se détache. Et ça peut impacter fortement concernant la composition du Sénat, qui rappelons-le, est le seul habilité à voter le célèbre et (semble-t-il nécessaire) article 155.
- la poussée de Vox qui doit avoisiner les 20 % ou plus dans certains endroits vu sa moyenne nationale sondagière et son très faible score en Catalogne (autour de 5-6 %) qui pèse près d'1/7 des sièges du Congrès
Si cette poussée se confirme, Vox pourra notamment remercier les séparatistes catalans.
- l'effondrement de C's, à tel point qu'il pourrait subir une double humiliation : se faire dépasser en sièges par ERC et perdre tout simplement son statut de groupe parlementaire ! (seuil à 15 élus)


A noter côté catalan que l'extrême-gauche séparatiste de la CUP a décidé de se présenter. Certaines enquêtes lui donnent jusqu'à 5 sièges, talonnant les listes de Junts per Catalunya du fuyard de Waterloo*.
https://www.elperiodico.com/es/politica ... na-7711466

*pas de parti pris de ma part, simplement un constat; Puigdemont a fui la justice son pays après avoir sciemment violé la Constitution et autres lois
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 15412
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: Élections générales espagnoles anticipées de novembre 2019

Messagede Estagel66 » Mar 5 Nov 2019 22:36

https://www.elperiodico.com/es/politica ... eo-7714324

Un journal andorran publie jusqu'à vendredi son baromètre.
On assiste à un effondrement de Ciudadanos et a une poussée de Vox (dont le candidat a été jugé par la majorité de la presse espagnole comme le vainqueur du débat qui a eu lieu hier soir.
En Catalogne, on devrait assister à un événement politique car les élus indépendantistes devraient avoir au pire 23 élus et au maximum 26 élus. 48 députés catalans siègeant au Cortes, on pourrait avoir plus de députés catalans indépendantistes que de députés catalans nationalistes. Depuis le retour de la démocratie en Espagne, cela n'est jamais arrivé.

Le PSOE devrait arriver en tête mais le bloc de droite (PP-C's-Vox) pourrait avoir plus de députés et les élus régionalistes devraient être plus nombreux (4 à 5 sièges).
Les journalistes espagnols parlent de "el bloqueo" (le blocage) car aucune majorité ne se dégage pour gouverner le pays.
Les extrêmes vont progresser : Vox à l'extrême droite, la CUP à l'extrême gauche va faire son entrée au parlement.
Le fossé se creuse tous les jours un peu plus entre les catalans indépendantistes et les espagnols car le dialogue devient impossible car chacun se refuse à faire un pas vers l'autre, chacun s'éloigne de l'autre par des déclarations "guerrières".
Le référendum d'auto-détermination voulu par les indépendantistes était voué à l'échec du "Oui". Les réactions des politiques espagnols et les décisions de justice vont à l'encontre du but recherché : mettre une fin à l'indépendantisme catalan. Beaucoup de catalans se sentent humiliés et votent "contre les espagnols". Aujourd'hui, personne ne peut dire qui remporterait le référendum. S'il y a plus (ou autant) de députés ERC-Junts-CUP que de députés PSOE-Podemos-C's-PP-Vox, ce sera un signe négatif envoyé à Madrid.
Pour info :
En 2006, il y avait : 3 ERC, 10 Junts, 1 Gauche radicale, 25 PS et 8 PP soit 13 régionalistes et 34 nationalistes.
En avril 2019 : 15 ERC, 7 Junts, 7 Podemos, 12 PS , 5 C's, 1 PP, 1 Vox soit 22 régionalistes et 26 nationalistes.
Estagel66
 
Messages: 518
Inscription: Sam 28 Déc 2013 23:42

Re: Élections générales espagnoles anticipées de novembre 2019

Messagede Azertyuiop » Mar 5 Nov 2019 23:06

ploumploum a écrit:
Concernant le rééquilibrage des blocs, signalons que la gauche est cette fois-ci un peu plus éclatée puisque les listes PSOE et Unidos Podemos vont être concurrencées dans les principales circonscriptions par Mas Pais, l'émanation nationale du Mas Madrid d'Inigo Errejon, co-fondateur de Podemos qui a quitté le parti mauve pour divergence avec P.Iglesias
A noter que pour l'occasion, Mas Pais a obtenu les soutiens de Equo et Compromis, qui étaient jusqu'ici alliés de Podemos.
https://elpais.com/politica/2019/09/26/ ... 33246.html

Je me disais bien que j'oubliais une information capitale. Mais oui, Mas Pais ! Pour être tout à fait complet sur ce mouvement :

- il est crédité de 3,5 à 5% des voix dans les derniers sondages, ce qui donnerait 1 à 5 sièges.
- afin de ne pas pénaliser le PSOE et UP dans les circonscriptions où il n'aura de toute façon aucune chance d'obtenir une représentation, il ne se présente que dans les provinces élisant 7 députés ou plus et dans toutes les provinces de la région de Valence, dont il émane.

Sur le déroulement des élections en elles-mêmes, rappelons qu'il existe un seuil de 3% à atteindre dans une province pour obtenir des élus. Étant donné le faible nombre d'élus par province, ce seuil reste toutefois assez théorique dans l'immense majorité d'entre elles. Seules les provinces de Madrid (37 élus) et Barcelone (32 élus) peuvent réellement voir le seuil jouer en pratique.

Précision importante sur les sénatoriales : j'ai dit que le scrutin était majoritaire plurinominal (comme pour nos élections municipales dans les communes de moins de 1000 habitants), mais cela n'est vrai que pour les entités élisant 1 ou 2 sénateurs, où les électeurs votent respectivement pour 1 et 2 candidats. Dans les circonscriptions élisant 3 ou 4 sénateurs, les électeurs votent pour respectivement 2 et 3 candidats, soit un de moins que le nombre de sièges à pourvoir ce qui permet en général de laisser un siège au second parti le plus important. Dans les circonscriptions concernées, si l'électorat ne se disperse pas trop et vote pour tous les candidats d'un même parti, le premier parti rafle tous les sièges sauf un et le deuxième parti prend le dernier siège.

Enfin, un point sur la situation des indépendantistes et/ou régionalistes en Espagne qui ont une présence notable dans 5 des 17 régions d'Espagne, surtout concentrées dans le nord et nord-est du pays. Leur poids est très variable selon ces régions et leurs revendications le sont tout autant. Il suffit de parcourir le fil de la politique espagnole de ce forum pour constater qu'une région en particulier est plus en proie aux revendications indépendantistes que les autres... Ces régions sont :

- la Catalogne
- Navarre
- les Pays basques
- la Cantabrie
- Les Îles Canaries

En Catalogne, la gauche indépendantiste (ECR) progresserait légèrement et devrait à minima conserver les 15 sièges qu'elle détient et possiblement en gagner jusqu'à 2 supplémentaires. Le parti de l'ancien dirigeant Carles de la région, Carles Puigdemont connaîtrait un net recul et pourrait perdre 2 des 7 sièges qu'il détient actuellement. Enfin, comme indiqué par Ploumploum, la CUP, parti d'extrême-gauche anticapitaliste et eurosceptique se présente à ces élections et raflerait près de 10% des voix en Catalogne, ce qui lui permettrait de décrocher environ 5 sièges.
Dans les Pays basques, un parti régionaliste, le Parti nationaliste basque (plutôt de centre-droit) et un parti indépendantiste de gauche radicale, EHB. Tous deux connaîtraient une progression modérée en score qui n'est pas certaine de se traduire par une progression en sièges.
A Navarre, EHB se présente également. A noter aussi la présence d'un parti régionaliste de centre-droit, l'Union du peuple navarrais, mais à des années-lumière d'avoir des revendications indépendantistes a priori, puisque le PP et Cs se sont alliés à lui en avril dernier.

Sinon, je disais que les sondages ne paraîtront plus mais je note que des enquêtes officieuses fuitent déjà sous des formes plus ou moins originales. Exemples :

https://twitter.com/electo_mania/status ... 3153842176
https://twitter.com/EuropeElects/status ... 8028891137
Dernière édition par Azertyuiop le Mer 6 Nov 2019 15:01, édité 1 fois.
Azertyuiop
 
Messages: 1864
Inscription: Jeu 1 Jan 2015 13:46

Re: Élections générales espagnoles anticipées de novembre 2019

Messagede pop03 » Mer 6 Nov 2019 14:29

Parmi les partis locaux, on peut citer "Teruel Existe". Ce mouvement est crédité d'1 siège et réclame de l'Etat plus d'investissement et d'infrastructures dans la province de Teruel pour lutter contre l'enclavement de cette zone.
Ils ont pu présenter une liste grâce à 6781 signatures alors qu'il suffit de 15 000 voix environ pour obtenir un élu.

Estagel66 a écrit:Les journalistes espagnols parlent de "el bloqueo" (le blocage) car aucune majorité ne se dégage pour gouverner le pays.

Effectivement, les projections tendraient vers un nouveau blocage à 60%:
60%: Blocage
15%: Majorité PSOE-UP-MP
9%: Majorité PP-Vox-Cs
16%: Majorité PSOE-UP-MP-PNV-PRC-CC
https://elpais.com/politica/2019/11/03/ ... 34397.html
pop03
 
Messages: 1751
Inscription: Jeu 26 Fév 2015 01:04

Re: Élections générales espagnoles anticipées de novembre 2019

Messagede Estagel66 » Jeu 7 Nov 2019 14:56

La percée de Vox est du:
1) à la crise catalane car beaucoup d'espagnols veulent qu'on y mette fin en prenant des mesures radicales et trouvent l'attitude du PP et de Ciudadanos trop timide.
2) à la décision du gouvernement de procéder à l'exhumation de Franco, el caudillo, de son tombeau de Los Valles de los Caïdos pour l'enterrer dans un cimetière madrilène car seul Vox s'est opposé avec virulence à ce transfert.
3) lors du débat de lundi soir, Santiago Abascal, leur leader, a été le vainqueur selon la Presse.
4) le discours ambigu de Ciutadans, qui était prêt à soutenir une investiture de Sanchez tout en faisant des alliances locales avec le PP et Vox, a dérouté son jeune électorat qui préfère les accents martiaux de Vox.

Les derniers sondages donnent une baisse de 50% des voix (15.6% à 7.8%) pour C's et 75% de sièges en moins (de 57 à 15)
Pour Vox, c'est une hausse de 50% des voix (10.30% à 15.8%) et un gain en sièges de 24 à 58.

Sinon le bloc de droite et le bloc de gauche font sensiblement le même score qu'en avril. Les changements se font au sein d'eux car "Gauche" et "Droite" a encore un sens en Espagne. La guerre civile et le franquisme ont laissé des traces qui perdurent aujourd'hui encore.
Je connais des couples qui se sont exilés car "un rouge ne peut épouser une blanche" (et vice-versa). C'est toujours vrai dans de nombreuses zones rurales des 2 Castille, d'Aragon et d'Andalousie.
Estagel66
 
Messages: 518
Inscription: Sam 28 Déc 2013 23:42

Re: Élections générales espagnoles anticipées de novembre 2019

Messagede Estagel66 » Jeu 7 Nov 2019 23:25

https://www.lavanguardia.com/local/madr ... istas.html

Les élus de l'assemblée provinciale de Madrid tire les conclusions logiques de la décision de justice qui a condamné les leaders indépendantistes catalans à de la prison. Ils veulent interdire les partis " qui attentent à l'unité de l'Espagne. Ce texte proposé par Vox, soutenu par le PP et le C's a été combattu par les élus de gauche, minoritaire.
C'est ce type d'initiatives qui éloigne chaque jour un peu plus une solution démocratique à cette crise politique, une crise qui devrait avoir des répercussions économiques (les premiers signes apparaissent) et qui accentue la haine de l'autre.
En 1936, c'est la volonté de mettre un terme à la violence politique (assassinats d'hommes politiques quasiment tous les jours) et de sauvegarder l'unité de la Patrie qui avaient amené au pronunciamento, suivi d'une guerre civile impitoyable et d'une dictature pendant près de 40 ans.
Le monde politique espagnol d'aujourd'hui est toujours hostile au compromis et reste figé dans ses convictions, persuadé d'avoir raison et que l'autre a tort. Un exemple: Pourquoi Sanchez a-t-il refusé qu'il y est des ministres issus de Podemos dans le gouvernement ?
Comme quoi, une décision anodine prise par Rajoy, celle de contester l'accord conclu en 2006 entre le gouvernement socialiste de Zapatero et les élus catalans de la Generalitat, s'avère lourde de conséquences pour l'Espagne : un fort courant indépendantiste en Catalogne, l'impossibilité de former un gouvernement stable pour diriger l'Espagne et l'apparition d'un parti d'extrême droite, Vox . D'autres conséquences devraient apparaître dans le futur.

https://sondeos.elperiodic.ad/sondeo-el ... trega.html

Le sondage interdit publié en Andorra démontre l'incertitude qui existe.
Les blocs de droite et de gauche sont au coude-à-coude : 151-162 (166 en avril) contre 149-162 (149 en avril).
Au sein du bloc de droite, C's continue sa dégringolade: il perd 0.8% au profit du PP: + 0.9%. Il est à 7% et le PP à 19.9%.
Les élus indépendantistes catalans sont entre 23 et 25 sièges (22 élus en avril).
Le PNV pourrait gagner 1 siège en passant à 7 et Bildu garderait ses 4 sièges.
Les élus régionalistes des Canaries resteraient à 2, le PRC (Cantabrie) à 1
Les élus régionalistes auraient entre 35 et 40 élus (contre 35 sortants).
NB: j'ai rajouté au bloc de droite les 2 élus de NA+ (coalicion de droite comprenant UPN, PP et C's) qui sont classés "en autres" dans le sondage.
Estagel66
 
Messages: 518
Inscription: Sam 28 Déc 2013 23:42

Re: Élections générales espagnoles anticipées de novembre 2019

Messagede ploumploum » Sam 9 Nov 2019 14:03

pop03 a écrit:Parmi les partis locaux, on peut citer "Teruel Existe". Ce mouvement est crédité d'1 siège et réclame de l'Etat plus d'investissement et d'infrastructures dans la province de Teruel pour lutter contre l'enclavement de cette zone.
Ils ont pu présenter une liste grâce à 6781 signatures alors qu'il suffit de 15 000 voix environ pour obtenir un élu.

Ces mouvements locaux font partie des nombreuses conséquences du cirque catalan : les provinces rurales se sentent oubliées par le pouvoir central et se sentent lésées par les traitements de faveur accordés à certaines collectivités.

Pop03 a écrit:
Estagel66 a écrit:Les journalistes espagnols parlent de "el bloqueo" (le blocage) car aucune majorité ne se dégage pour gouverner le pays.

Effectivement, les projections tendraient vers un nouveau blocage à 60%:
60%: Blocage
15%: Majorité PSOE-UP-MP
9%: Majorité PP-Vox-Cs
16%: Majorité PSOE-UP-MP-PNV-PRC-CC
https://elpais.com/politica/2019/11/03/ ... 34397.html



Le blocage pourrait d'autant plus perdurer que contrairement à avril, la somme PSOE-C's ou même PSOE-UP-C's-Mas Pais-PNV-PRC ne serait pas majoritaire.

Azertyuiop a écrit:Précision importante sur les sénatoriales : j'ai dit que le scrutin était majoritaire plurinominal (comme pour nos élections municipales dans les communes de moins de 1000 habitants), mais cela n'est vrai que pour les entités élisant 1 ou 2 sénateurs, où les électeurs votent respectivement pour 1 et 2 candidats. Dans les circonscriptions élisant 3 ou 4 sénateurs, les électeurs votent pour respectivement 2 et 3 candidats, soit un de moins que le nombre de sièges à pourvoir ce qui permet en général de laisser un siège au second parti le plus important. Dans les circonscriptions concernées, si l'électorat ne se disperse pas trop et vote pour tous les candidats d'un même parti, le premier parti rafle tous les sièges sauf un et le deuxième parti prend le dernier siège.


Concernant la partie sénatoriale, la droite a une probabilité relativement importante de récupérer la majorité absolue car outre les tendances sondagières, le PP bénéficie d'un coup de pouce de Vox : ce dernier ne présente qu'un seul candidat par circo, limitant ainsi la dispersion des voix.
Une projection sondagière récente indique que le PP pourrait récupérer une cinquantaine de sièges et le bloc PP-C's-NA+-Vox disposerait de la majorité absolue
https://twitter.com/EuropeElects/status ... 4085753857

https://elecciones.10noviembre2019.es/e ... egovia.htm


Estagel66 a écrit:https://www.lavanguardia.com/local/madrid/20191107/471445599517/asamblea-madrid-pide-ilegalizar-partidos-independentistas.html

Les élus de l'assemblée provinciale de Madrid tire les conclusions logiques de la décision de justice qui a condamné les leaders indépendantistes catalans à de la prison. Ils veulent interdire les partis " qui attentent à l'unité de l'Espagne. Ce texte proposé par Vox, soutenu par le PP et le C's a été combattu par les élus de gauche, minoritaire.
C'est ce type d'initiatives qui éloigne chaque jour un peu plus une solution démocratique à cette crise politique, une crise qui devrait avoir des répercussions économiques (les premiers signes apparaissent) et qui accentue la haine de l'autre.
En 1936, c'est la volonté de mettre un terme à la violence politique (assassinats d'hommes politiques quasiment tous les jours) et de sauvegarder l'unité de la Patrie qui avaient amené au pronunciamento, suivi d'une guerre civile impitoyable et d'une dictature pendant près de 40 ans.
Le monde politique espagnol d'aujourd'hui est toujours hostile au compromis et reste figé dans ses convictions, persuadé d'avoir raison et que l'autre a tort. Un exemple: Pourquoi Sanchez a-t-il refusé qu'il y est des ministres issus de Podemos dans le gouvernement ?


Alors d'abord, ce n'est pas une assemblée provinciale mais l'assemblée régionale de Madrid qui a voté ce texte.

Ensuite, je suis "étonné" que les initiatives du camp séparatiste ne soient pas mentionnées :
- la "majorité indépendantiste" fait de nouveau dans la provocation et ça oblige le Tribunal Constitutionnel à réagir
https://www.lavanguardia.com/politica/2 ... aluna.html
https://elpais.com/politica/2019/11/05/ ... 68975.html

On pourrait aussi citer l'affaire des membres arrêtés issus des milices CDR (chez certains, on a retrouvé du matériel pour des explosifs) qui planifiaient l'occupation de l'assemblée régionale et une proclamation de la république par Torra. Apparemment il y a des émules de Tejero à l'extrême-gauche.
https://elpais.com/politica/2019/09/25/ ... 04438.html
https://elpais.com/politica/2019/11/06/ ... 45751.html



Ah oui c'est vrai, j'avais oublié que l'attitude des séparatistes catalans est normale car ils ne font que se défendre face à "la terrible répression infligée par le pouvoir central"... (je trouve que j'imite assez bien les partisans de la cause catalane)
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 15412
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: Élections générales espagnoles anticipées de novembre 2019

Messagede manudu83 » Sam 9 Nov 2019 23:09

ploumploum a écrit:Ah oui c'est vrai, j'avais oublié que l'attitude des séparatistes catalans est normale car ils ne font que se défendre face à "la terrible répression infligée par le pouvoir central"... (je trouve que j'imite assez bien les partisans de la cause catalane)


.....

Sans commentaire
manudu83
 
Messages: 4151
Inscription: Mer 8 Fév 2012 20:53
Localisation: le long de la grande bleu

Re: Élections générales espagnoles anticipées de novembre 2019

Messagede pop03 » Dim 10 Nov 2019 13:34

L'indépendantiste catalan Carles Puigdemont est toujours très actif puisqu'il dirige la campagne électorale depuis Waterloo (Belgique) notamment par vidéoconférence.
Son quartier général est une jolie demeure de briques rouges du quartier résidentiel de Waterloo. "C'est la tour de contrôle de la campagne", assurent tous ceux qui ont eu l'autorisation de passer la porte d'entrée de la "Maison de la République catalane", comme il est écrit sur la plaque métallique vissée sur la façade.
D'un bout à l'autre du fil, on parle essentiellement stratégie électorale. Les candidats écoutent, réagissent, interrogent, demandent des conseils.
https://www.francetvinfo.fr/monde/espag ... 90973.html
pop03
 
Messages: 1751
Inscription: Jeu 26 Fév 2015 01:04

Suivante

Retourner vers Politique en Europe

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Guide de l'élu délégué à l'économie et à l'emploi

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse des leviers d'action au service de l'économie et de l'emploi communaux, sans oublier les articulations avec l'intercommunalité, acteur désormais essentiel du domaine. Il s'attache aussi à répondre aux questions suivantes...

Découvrir l'ouvrage

Guide de l'élu délégué à l'enfance et à la jeunesse

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques en faveur de l'enfance et de la jeunesse : les acteurs et le contexte d'intervention, les enjeux, les champs d'intervention. Il développe aussi une démarche d'élaboration et de mise en oeuvre de cette...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités