Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Gilets jaunes : feu de paille ou réelle crise politique fran

Réagissez sur ce forum à toutes les interventions des hommes ou femmes politiques dans les médias. Une interview, une émission télé, un article, donnez votre avis.

Gilets jaunes : feu de paille ou réelle crise politique fran

Messagede neutre » Dim 18 Nov 2018 11:32

Suite à la manifestation d’hier qui est considérée comme un échec en termes de mobilisation par le gouvernement, j’ai entendu des propositions pour tenter de trouver une solution à cette forme de manifestation inédite via les réseaux sociaux. Deux exemples :

Côté CFDT : « Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a appelé Emmanuel Macron samedi à "réunir très rapidement" syndicats, patronat et associations "pour construire un pacte social de la conversion écologique".

Coté gilets jaunes : une des représentantes des gilets jaunes redemandait hier soir sur le plateau de BFM TV à être reçue par le ministre de la transition écologique et solidaire (évidemment la question se pose de savoir si elle est vraiment représentative de ce mouvement sans chef pour l’instant).

Réponse (indirecte) de François de Rugy dans le JDD qui ressemble à une fin de non-recevoir : « le Gouvernement veut maintenir la trajectoire prévue ».

J’avoue que la stratégie du gouvernement à ce stade me laisse perplexe (annonce de l'augmentation de divers chèques trois jours avant les blocages puis ce raidissement après). Il ne faudrait quand même pas oublier qu’une gilet jaune est décédée hier avec des violences des deux cotés.
neutre
 
Messages: 38
Inscription: Dim 14 Juin 2015 19:15

Re: Gilets jaunes : feu de paille ou réelle crise politique fran

Messagede SALVAT » Mer 21 Nov 2018 18:44

La politique de ce gouvernement est empreinte de violence : des mesures sont annoncées, qui signifient des sacrifices pour la plupart des catégories sociales (sauf une)...on indique qu'elles passeront quoi qu'il advienne : leurs prétextes varient au fil des heures ou des jours...les objectifs concrets ne sont pas définis. Et on ne voit pas le bout et le but de décisions qui s'accumulent.

Un jour, les taxes, ensuite le modèle de voiture à éliminer immédiatement ou à terme, puis les chaudières et encore quoi ?
Des mesures prises dans le domaine du travail l'an dernier reposaient sur la promesse de jours heureux sur le plan de l'emploi...nous n'en voyons toujours pas les effets au niveau comptable...et pourtant...on a entendu le refrain : "dans 18 mois vous verrez"....

Ajoutons que certains excès de dépenses publiques (usage immodéré de l'avion par nos gouvernants peu soucieux d'écologie en l'espèce) agacent.

Sur le plan de l'éthique, les autres étaient "pourris et avaient triché sur leurs frais de campagne"...et...enfin, on ouvre le dossier de REM sur ce chapitre.
Des parlementaires sont mis en cause et cependant on a vu deux exceptions ....2 députés REM...qui devaient être démissionnés d'office et qui sont toujours là ...on a appris que DE RUGY bouffe cher et qu'un député REM d'Ile de France, qui avait fait ses classes au PS, avait conservé la mauvaise habitude d'avaler du homard au frais du...contribuable....mais harro sur d'autres !

Le retraité ponctionné, le ménage privé de certaines aides...n'acceptent plus.

Les "gilets jaunes" sont le révélateur de cette colère, hier rentrée.
On comptabilise les porteurs de gilets sur les barrages...on n'a pas fait le décompte de ceux qui ont déposé ostensiblement leur gilet sur la plage avant ou arrière de leur voiture : on n'est plus dans les fourchettes autour de 300.000 qui sont largement outrepassées... n'en déplaise à CASTA, grand héraut de l'ordre qu'il a défié dans sa jeunesse....Ces gilets apparents sont autant de manifestation de rejet du pouvoir actuel.

Neutre a posé le problème et la question : j'y réponds par la révélation d'une grave crise politique que le président macron ne peut plus conjurer tant il a excité les catégories les unes contre les autres : il est l'homme de la dissension sociale...je l'écrivais il y a déjà quelques temps.
Je viens d'entendre LE DRIAN....qui me semble tracer une voie différente de celle des macronistes inconditionnels.

Macronia delenda
Bertrand SALVAT
SALVAT
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 4334
Inscription: Dim 8 Nov 2009 22:13
Messages : 1 (détails)

Re: Gilets jaunes : feu de paille ou réelle crise politique fran

Messagede ligerien » Jeu 22 Nov 2018 08:11

Quelques observations :
- Me déplaçant, il m'a semblé que gilets jaunes à l'avant de la voiture sont plus fréquents à la campagne qu'à la ville
- Il y a certainement des disparités entre les diverses régions françaises, mais je n'ai pas d'élément
- Comme le dit Salvat, il y a plus de gilets affichés dans les voitures que de gens dans la rue. C'est assez fréquent les mouvements sociaux, les supporters sont plus nombreux que les acteurs
- Je peine à déterminer la sociologie politique des gilets jaunes, elle est sans doute diverse (importante chez FI, sans doute pas très présente chez les électeurs PS, écolo et en marche, partielle chez les républicains et sans doute très présente au RN).
- Il y a aussi une partie de la population qui est anti-gilets jaunes, en partie bloquée dans les bouchons, ou économiquement frappée, qui elle se retrouve sans trop de représentation politique ou médiatique
ligerien
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 1439
Inscription: Mer 12 Jan 2011 16:54
Localisation: Loire
Messages : 2 (détails)

Re: Gilets jaunes : feu de paille ou réelle crise politique fran

Messagede Michel29 » Jeu 22 Nov 2018 11:34

Témoignage personnel du 29 sud :

Samedi dernier , sur 20km environ, entre Scaër et Concarneau :
- 30 gilets jaunes sur le rond-point de "la grande surface". Simple présence, ni blocage, ni filtrage.
- 2O GJ à l'entrée de Bannalec. Ni blocage, ni filtrage, mais invitation à l'apéritif pris autour du tracteur, amené sur le rond-point pour l'occasion
- sur la 4 voies (artère vitale de la Bretagne) : pas de GJ, je passe sous un pont occupé par une trentaine de Gj (pas de voiture visible pour savoir s'il y a blocage ou filtrage)
- sortie de la 4 voie à Concarneau : plus d'une centaine de GJ (avec présence de police nationale et locale), filtrage.... 10 minutes à attendre. Pas d'agressivité....


dimanche suivant, le même rond-point : un gilet jaune, seul, arrête les voitures pour les convaincre de filtrer avec lui...

Mardi dernier : toujours la 4 voies à Lorient : 2 à 3 km de bouchon dans un sens, dû aux GJ , idem dans l'autre sens, dû à la police qui bloque une voie sur 2 (pourquoi ?)

Voitures croisées ou garées : entre 25 et 50 % de gilets apparents

A suivre...
Michel29
 
Messages: 58
Inscription: Ven 27 Nov 2015 10:53

Re: Gilets jaunes : feu de paille ou réelle crise politique fran

Messagede cevenol30 » Ven 23 Nov 2018 20:35

Quelques indications de mon côté: des barrages à un rond-point pour des communes de plus de 2.000 habitants, tenus régulièrement depuis samedi en journée et début de soirée, barrage filtrant ou simple présence (causant tout de même quelque ralentissement) sur une ou plusieurs entrées mais avant tout sur la route principale (D999, ex N99). Présence y compris aujourd'hui alors qu'on est en alerte météo orange et qu'il pleut parfois fort, ce qui dénote une certaine motivation. Des pancartes sont aussi apparues en bord de route dans des communes plus petites, l'une dénonçant "le président mac-euro" (et non mac-ronds...). Une grande pancarte sur un barrage affichait: "sondage: Macron 0%".
Les personnes du cru empruntent parfois de petites rues pour contourner le petit bouchon (parfaitement supportable en contexte urbain mais inhabituel là), quand elles ne sont pas fermées pour travaux. Les véhicules passent plus facilement les barrages en arborant un gilet jaune eux-même, ce qui peut expliquer en partie le nombre qu'on en voit (ils servent de badge de télépéage, en quelque sorte ^^). Je n'exclus pas, ceci dit, une certaine solidarité du reste de la population.
Le personnel et la direction du supermarché local ont ainsi affiché leur solidarité avec les "gilets jaunes".
Pourtant, la distribution de carburant a été affectée et coupée, autour de mardi notamment, ainsi que l'approvisionnement de certains supermarchés qui a été difficile surtout sur les produits à forte rotation (pain de mie...). Le carburant est cependant rétabli (suite à la levée du blocage des dépôts?) et l'approvisionnement n'est pas coupé, les camions passant sans problème la nuit (ce qui est souvent leur moment de livraison habituel) et n'étant que ralentis le jour. Certaines personnes ont cependant stocké du carburant ou d'autres denrées par crainte de la pénurie.
Autre exemple, une personne passant ailleurs en ville avec un gilet jaune confirme qu'elle en est et une autre à peine plus âgée de lui dire "merci de nous défendre, vous les jeunes". Les gens au barrage ont entre 40 et 70 ans, dirais-je.

Les gendarmes passent de temps à autre au barrage, sans interpeller personne alors que le barrage n'est très probablement pas une manifestation déclarée en préfecture pour toute sa durée (d'ailleurs, celle-ci ne le liste pas dans ses points trafic comme celui-ci: http://www.gard.gouv.fr/Actualites/Cond ... re-a-12h00 où il faut compter que le nombre de barrages est sous-estimé peut-être d'un tiers, ou plus sûrement qu'il y a plusieurs barrages dans des cantons où il n'en est mentionné aucun). Au début, ils ont corrigé des erreurs de débutant que faisaient les bloqueurs de sorte que cela se passe mieux.

Sur cette commune comme d'autres, pratiquement personne ne participe à des manifestations: elles sont généralement loin et quand c'est sur place à de rares occasions (gaz de schiste, réforme des retraites sous Fillon) il n'y a pas plus de monde qu'actuellement au barrage... et beaucoup plus ponctuellement. Concernant les modes de mobilisation, c'est attristant pour toutes les organisations et corps intermédiaires. Un point commun avec d'autres comme celui des Coquelicots est l'inscription dans la durée: on a bien compris que face à la surdité parfois revendiquée du pouvoir, il faut insister longuement et dépasser les grèves ou manifestations ponctuelles même si cela reste un mode de protestation fréquent.

Alès, on aura pu le voir dans le point trafic préfectoral (là, cela n'a pas pu échapper au sous-préfet), est fortement pourvue en barrages: c'est aussi le cas d'Arles, ai-je su. Inversement, à Montpellier, la pénurie de carburant a été ressentie mais pas de barrage. On voit là probablement une illustration des différences territoriales: les habitants des sous-préfectures et de la campagne ont de longs trajets en voiture vers les préfectures ou capitales régionales; les habitants de ces dernières peuvent plus facilement se débrouiller à pied et en transports en commun (c'est le cas de la plupart des personnes que je connais à Montpellier). Quant au covoiturage, s'il est facile entre villes, il est très malaisé à la campagne (typiquement, pour un trajet entre deux villes, il y a un covoiturage possible chaque quart d'heure, entre communes d'environ 3.000 habitants quasi aucun).
cevenol30
 
Messages: 2718
Inscription: Lun 16 Mar 2015 00:52

Re: Gilets jaunes : feu de paille ou réelle crise politique fran

Messagede SALVAT » Ven 23 Nov 2018 20:39

en ville, les GJ "embarqués" tournent effectivement autour de 25 à 30% ( selon comptage de véhicules en stationnement dans les parkings et le long des voies de circulation.
je reviens d'une incursion en Livradois ; les GJ "embarqués"sont plus que majoritaires dans les files de "navetteurs" que j'ai croisées à contre-sens ce matin et en cette après-midi.(16 h)....au-delà ...c'est le crépuscule sous une pluie de nature à troubler toute observation et comptage
Sur Clermont, un important rond point a été aménagé en barrage filtrant : une quarantaine de GJ veillent et le flux des automobilistes s'écoule à vitesse réduite après attente de 5 à 6 mn pour aborder le rond point où chacun respecte les règles du code de la route.
Pas de forces de l'ordre...au demeurant inutiles en l’espèce : saluts amicaux accompagnés de coups de klaxon rythmés....

Bertrand SALVAT
SALVAT
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 4334
Inscription: Dim 8 Nov 2009 22:13
Messages : 1 (détails)

Re: Gilets jaunes : feu de paille ou réelle crise politique

Messagede neutre » Sam 24 Nov 2018 01:35

SALVAT a écrit: j'y réponds par la révélation d'une grave crise politique que le président macron ne peut plus conjurer tant il a excité les catégories les unes contre les autres : il est l'homme de la dissension sociale...je l'écrivais il y a déjà quelques temps.
Bertrand SALVAT


Comme je crois deviner chez B.Salvat une admiration très limitée à l’égard de notre Président (je m’en excuse si je me trompe), je vais essayer vu mon pseudo de rester neutre :
-je trouve plus intelligent de la part du locataire de l’Elysée de faire ses nouvelles annonces mardi prochain après les manifestations de ce jour plutôt que de les faire avant comme la semaine dernière (ce qui avait été un bel échec)
-à sa décharge, j’ai l’impression qu’il paye les gestions calamiteuses des 2 précédents quinquennats avec un raz le bol général de beaucoup de français de payer de plus en plus de taxes et d’impôts pour des résultats minables depuis des décennies en termes d’emploi et de pouvoir d’achat (je n’ose faire la comparaison de sa situation actuelle avec le pauvre louis 16 qui a également payé pour ses prédécesseurs)
Si j’ai lancé ce fil, c’est parce que je considère qu’après l’affaire benella (j’étais modestement l’un des premiers à avoir prévu l’importance de cet événement sur ce forum), les gilets jaunes seront un deuxième marqueur fort de ce quinquennat alors qu’il reste 3 ans et demi de mandat.
Enfin, je suis assez effaré par la médiocrité des députés LAREM qui passent à la télé avec les mêmes éléments de langage pour défendre leur patron.
neutre
 
Messages: 38
Inscription: Dim 14 Juin 2015 19:15

Re: Gilets jaunes : feu de paille ou réelle crise politique fran

Messagede SALVAT » Sam 24 Nov 2018 10:42

Tu as bien compris, cher ami, mon appréciation plus que négative à l'encontre du président actuel de notre pays.
Rencontrant ma députée LREM lors d'une récente manifestation patriotique, je lui disais attendre, de son groupe, autre chose que des tentatives de justification d'une conduite politique injustifiable et lui citais le nom de Brigitte BOURGUIGNON comme plus libre de propos que ses collègues. Sa dénégation concernant sa collègue a été démentie par la tribune de la députée du Pas de Calais parue hier, preuve qu'une évolution se dessine,
Les députés LREM ne se connaissent pas entre eux , voire n'hésitent pas à se débiner (cf; propos peu amènes recueillis par le Midi Libre entre les députés de l'Hérault) mais hésitent à dévier de la ligne fixée selon des éléments de langage délivrés par leurs dirigeants : Brigitte BOURGUIGNON a entr'ouvert une porte et je ne doute pas que d'autres vont lui emboîter le pas....l'ex-giscardophile Le GENDRE, président du groupe LREM, n'a-t-il pas esquissé un mouvement par l'envoi, rendu public, d'une missive à l'Elysée ?

Bertrand SALVAT

ps : sur l'affaire Benalla, je crois que nous étions sur la même ligne d'appréciation de sa gravité et de son impact dans l'opinion publique.
SALVAT
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 4334
Inscription: Dim 8 Nov 2009 22:13
Messages : 1 (détails)

Re: Gilets jaunes : feu de paille ou réelle crise politique fran

Messagede cevenol30 » Sam 24 Nov 2018 23:14

Une analyse sur la fiscalité écologique:
https://aoc.media/analyse/2018/11/23/gi ... -limpasse/
En gros, l'élasticité-prix de la demande de carburant est faible, du moins à court terme: quel que soit le prix, on en consomme autant. (Sachant toutefois que la renonciation à certains trajets non indispensables peut être faite depuis longtemps et que le parc automobile tient déjà compte de la nécessité d'une consommation raisonnable, à la différence des USA p.ex. Par contre, l'éloignement respectif des lieux de travail et de consommation d'une part, d'habitation de l'autre, s'est poursuivi depuis les chocs pétroliers, le coût des trajets étant souvent sous-estimé et le prix de l'immobilier, plus bas en périurbain lointain, tendant à le contrebalancer voire plus: il tend d'ailleurs à inciter à habiter loin des zones de création d'emploi). L'incitation à se diriger vers les véhicules les moins consommateurs semble une politique plus prometteuse.
(A cet égard, l'annonce d'un plan spécifique -même s'il reste à préciser, il s'agirait de suppléments d'aide en plus du crédit d'impôt et autres, tenant compte là de la mauvaise qualité du matériel enlevé en plus de celles pour la bonne qualité de ce qui est posé- pour l'abandon des chaudières au fioul individuelles complète utilement un trou dans le dispositif, jusqu'à présent réglé parfois par des rustines comme la prime à la cuve (dont le chèque-énergie est une extension valable pour plus de paiements). Le fioul, avec la nécessité de remplir sa cuve à coups de pleins de plusieurs centaines de litres à parfois plus d'un euro le litre et jamais moins de 60 centimes, est d'ailleurs bien plus terrible pour la trésorerie des ménages que les pleins de carburant. Il faudrait aussi, au passage, en finir avec le peu de chaudières et poëles à charbon restants)
L'aspect inégalitaire est aussi noté: les plus riches consomment en fait trois fois plus de trajets (bien que n'ayant pas autant à habiter loin pour trouver un logement à portée de leur bourse - l'article ne précise pas s'il s'agit seulement de trajets automobiles) que les plus pauvres (1er décile vs dernier) mais cette dépense pèse, malgré tout, moins dans leur budget (4% pour le décile le plus haut contre 7,5 pour les deux déciles les plus bas - là, l'auteur joue un peu: le décile le plus bas doit avoir moins de trajets, même si parfois un job précaire implique un long aller-retour pour travailler une heure ou deux).

Plus largement, ceux qui ont une sensibilité environnementale veulent plus de moyens sur la transition disons active, qui inclut notamment le changement des véhicules et logements (plus largement, fort peu de monde conteste les aides, à la rigueur le détail de leur ciblage et surtout leurs baisses, comme la suppression du crédit d'impôt sur les fenêtres): https://www.francetvinfo.fr/economie/tr ... 47937.html

Un point sur les barrages dans le Gard: on notera un nombre non négligeable de barrages bloquants, totalement ou seulement pour les poids lourds. Et il en manque encore: un barrage non-indiqué s'est dédoublé avec une opération escargot-klaxon en plus.
https://www.francebleu.fr/infos/economi ... 1543056776
J'ajouterais que la manifestation parisienne était mentionnée sur les barrages mais la capitale est clairement trop loin à tous points de vue. La mobilisation ne va vraisemblablement s'arrêter après le jour de cette manifestation parisienne plutôt modeste - mais symbolique, avec des barricades ce qui historiquement n'est pas sans rappeler des choses. On aura ainsi compté 8000 manifestants à Paris mais 1619 actions (barrages, escargots ...) sur le territoire. Soit en moyenne 5 manifestants parisiens envoyés par une équipe locale, ce qui n'est pas rien mais est bien plus flou: certains manifestants ont dû participer à 2-3 actions différentes et les manifestants ont surtout dû venir des départements relativement proches (monter de loin, avec tous ces barrages! et le prix du carburant! est trop difficile). https://www.francebleu.fr/infos/economi ... 1542969116
Cela ne va probablement pas s'arrêter là: dimanche tous les habitués seront disponibles, lundi les commerçants (et les chômeurs et inactifs) seront encore là... il peut y avoir des actions pendant un moment. Le froid et l'approche des fêtes et vacances de Noël, fatal aspirateur à mouvements sociaux, vont aussi jouer. Des actions policières pourraient par contre s'avérer contre-productives.
Socialement, le hiatus peut se développer entre les actifs occupés bloqués (plutôt salariés, un peu plus CSP+) et le noyau des bloqueurs formé d'indépendants et surtout d'inactifs et chômeurs ou précaires - inversement, quasiment aucun salarié ne peut utiliser son droit de grève pour les rejoindre sur son temps de travail faute de préavis me semble-t-il; plus de monde sur la place de grève sans préavis syndical qu'avec, cela pose question.

Politiquement, le hiatus entre l'Assemblée et la rue est important: le projet de budget incluant la vague suivante de hausse de taxes a été largement voté, comme si de rien n'était.
Les députés LREM semblent pédaler dans la semoule face à des revendications qui dépassent le prix du carburant voire le pouvoir d'achat. Le dialogue semble difficile avec le mouvement (or idéalement dans un schéma classique, chacun finit par rentrer chez soi en ayant le sentiment d'avoir eu gain de cause); le souhait profond de beaucoup étant probablement que les politiques classiques avec leur lot d'inconvénients s'en aillent et non qu'ils restent et lâchent quelques bricoles comme l'abandon provisoire de nouvelles taxes. Le député LREM du Gard cité (désolé pour l'apparence de tropisme local là mais c'est le seul dans l'article) indique qu'en parlant à quatre gilets jaunes, il a su que trois n'avaient pas voté en 2017: difficile à extrapoler précisément mais il semble clair (jaune clair ^^) que les dégoûtés de la politique participent.
https://www.francetvinfo.fr/economie/tr ... 43629.html
On a ainsi l'abandon provisoire de l'annonce de la vignette poids lourds (n'en déplaise à ceux qui villipendent S. Royal pour l'abandon de l'écotaxe, possiblement nécessaire mais difficile à faire passer): https://www.francetvinfo.fr/economie/tr ... 47187.html
Face à la suppression au moins partielle de la détaxation des carburants pour les professionnels, ceux-ci (chauffeurs de VTC, routiers, entreprises de BTP) tendent à se mobiliser davantage ou à menacer les élus, comme une députée LREM du Jura par la Capeb départementale (le national affirme que le texte est dû à la pression des gilets jaunes... il se peut que cela en majore l'ampleur au lieu de la diminuer) https://www.francetvinfo.fr/economie/tr ... 48277.html .

Si je devais comparer les gilets jaunes à quelque chose de connu, ce serait au final les piqueteros argentins du début des années 2000, la tendance politique correspondante étant avant tout le dégagisme. Mais là c'est plus désordonné. Pour répondre à la question du sujet, c'est une crise politique parce que les politiques en place sont mis en cause mais aussi parce que l'action politique et les corps intermédiaires sont chahutés aussi même sans être la cible.
cevenol30
 
Messages: 2718
Inscription: Lun 16 Mar 2015 00:52

Re: Gilets jaunes : feu de paille ou réelle crise politique

Messagede Pullo » Dim 25 Nov 2018 14:18

neutre a écrit:
SALVAT a écrit: j'y réponds par la révélation d'une grave crise politique que le président macron ne peut plus conjurer tant il a excité les catégories les unes contre les autres : il est l'homme de la dissension sociale...je l'écrivais il y a déjà quelques temps.
Bertrand SALVAT


Comme je crois deviner chez B.Salvat une admiration très limitée à l’égard de notre Président (je m’en excuse si je me trompe), je vais essayer vu mon pseudo de rester neutre :
-je trouve plus intelligent de la part du locataire de l’Elysée de faire ses nouvelles annonces mardi prochain après les manifestations de ce jour plutôt que de les faire avant comme la semaine dernière (ce qui avait été un bel échec)
-à sa décharge, j’ai l’impression qu’il paye les gestions calamiteuses des 2 précédents quinquennats avec un raz le bol général de beaucoup de français de payer de plus en plus de taxes et d’impôts pour des résultats minables depuis des décennies en termes d’emploi et de pouvoir d’achat (je n’ose faire la comparaison de sa situation actuelle avec le pauvre louis 16 qui a également payé pour ses prédécesseurs)
Si j’ai lancé ce fil, c’est parce que je considère qu’après l’affaire benella (j’étais modestement l’un des premiers à avoir prévu l’importance de cet événement sur ce forum), les gilets jaunes seront un deuxième marqueur fort de ce quinquennat alors qu’il reste 3 ans et demi de mandat.
Enfin, je suis assez effaré par la médiocrité des députés LAREM qui passent à la télé avec les mêmes éléments de langage pour défendre leur patron.

Je n'absoudrais pas aussi facilement l'actuel locataire de l'Elysée. Emmanuel Macron a été secrétaire général adjoint à l'Elysée, et surtout, ministre de l'Economie de 2014 à 2016. Il est en partie comptable du bilan de son prédécesseur immédiat, Hollande, donc. Louis XVI, lui, n'a jamais été associé aux décisions de l'exécutif sous son grand-père Louis XV. Mais je suis d'accord pour dire qu'il a payé en partie pour ses prédécesseurs...

Pour ce qui est des Gilets Jaunes, ce mouvement m'apparaît comme une vaste auberge espagnole, où voisinent des actions et personnages très sympathiques, et des actions et des personnages franchement inquiétants. Ce côté "illisible" du mouvement n'est pas un hasard. A force de mépriser, de discréditer ou de dénigrer les corps intermédiaires (partis, syndicats ou associations), ça débouche sur des objets sociaux et politiques non identifiés. Bien malin qui peut affirmer avec certitude que le mouvement va déboucher sur une action progressiste ou sur une vague poujadiste....
Pullo
 
Messages: 1434
Inscription: Ven 30 Mar 2012 20:25
Localisation: Paris
Avertissements: 2

Suivante

Retourner vers Vu dans les médias

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Mémento du président du bureau de vote

Joël Clérembaux

Ce mémento a été conçu et réalisé pour permettre aux présidents des bureaux de vote de disposer d'outils pratiques à mettre en oeuvre avant, pendant et après le scrutin. Il expose les principales tâches qui incombent au président du bureau de vote pour...

Découvrir l'ouvrage

La première année du mandat municipal - Guide pratique

Eric Landot

Une nouvelle mandature municipale commence. Les ennuis aussi. Les défis à relever. Les points à maîtriser très vite. Ce guide pratique vise à répondre à toutes les questions simples mais urgentes que se pose toute nouvelle équipe municipale...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités