Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Elections législatives de novembre 1958 en Algérie

Espace dédié aux membres qui souhaitent échanger sur les élections plus anciennes. Résultats, analyses, cartographie,...

Elections législatives de novembre 1958 en Algérie

Messagede Ariège 61 41 38 26 » Mer 25 Juil 2012 12:46

Bonjour
M'intéressant aux élections législatives de novembre 1958 je possède une liste tirée des journaux de l'époque qui présente quelques contradictions et différences avec les résultats présentés dans vos tableaux
1/ pour toute l'Algérie le scrutin appliqué était le "scrutin de liste majoritaire à un tour " et non pas le scrutin proportionnelle comme indiqué (équivalant au système anglais : la liste arrivé en tête rafle la totalité des sièges de la circonscription
2/j'ai 19 circonscriptions au lieu de 18 : la circonscription supplémentaire étant celle de Philippeville
je reprendrai la suite des différences dans un autre message
Cordialement
Ariège 61 41 38 26
 
Messages: 77
Inscription: Mar 24 Juil 2012 18:08

elections législatives de novembre 1968 en Algérie (suite)

Messagede Ariège 61 41 38 26 » Mer 25 Juil 2012 16:17

je reprends la suite de mes remarques
3
/je comprends que le sigle RNUR que vous utilisez (dont j'ignore la signification )doit être le sigle du groupe parlementaire constitué par les députés d'algérie (me préciser si je fais erreur) mais n'est en aucun cas le sigle de la liste sur laquelle ils ont été élus
4/ voici le détail des liste sur lesquels les dépputés ont été élus
1/ Alger ville (4 élus) : liste "AF" (abréviation de algérie française) - Membre du cartel
2/Alger banlieue (4 élus) :liste "AF" (abréviation de algérie française)- Membre du cartel
3/ "Alger-blida" (3 élus) :liste "FN" (abréviation de fraternité nationale ; l'UNR se cacherait derrière ce sigle)- Membre du cartel
4/ Batna (4 élus) : liste" UNR" (abréviation de Union pour la Nouvelle République) - Membre du cartel
5/ Bône (4 élus) : liste" FPR" (abréviation de Fraternité Progrès rénovation) - Membre du cartel
6/ Bougie (4 élus) : liste" CSP" (abréviation de Comité de Salut Publique) - Membre du cartel
7/ Constantine (4 élus) ; liste" CSP" (abréviation de Comité de Salut Publique)
8/ Médéa (4 élus) :liste "AF" (abréviation de algérie française)- Membre du cartel
9/ Mostaganem (2 élus) :liste "FN" (abréviation de fraternité nationale ; l'UNR se cacherait derrière ce sigle)
10/ Oran Ville (3 élus) : liste" UNR" (abréviation de Union pour la Nouvelle République) - Membre du cartel
11/ Oran Campagne (4 élus) : liste "AF" (abréviation de algérie française) - Membre du cartel
12/ Orléansville (4 élus) : liste" CSP" (abréviation de Comité de Salut Publique) - Membre du cartel
13/ Sétif (4 élus) ; liste" SFIO" (abréviation de Section Française de l'Internationale Ouvrière)
14/ Tiaret (3 élus) : liste" UN" (abréviation inconnue : probablement : Union nationale) - Membre du cartel
15/ Tizi Ouzou (5 élus) : liste" CART" (abréviation de cartel) - Membre du cartel
16/ Tlemcen (3 élus) : liste" IND" (abréviation de Indépendant)
17/ Sahara "Oasis" (3 élus) : liste "AF" (abréviation de algérie française) - Membre du cartel
18/ Sahara "Saoura" (1 élu) : liste" CART" (abréviation de cartel) - Membre du cartel

Enfin je possède une 19ième circonscription qui ne figure pas sur la carte
19/ Philippeville (4 élus) :liste UPP(abréviation inconnue)
On remarque que 14 de ces listes font partie d'un cartel. J'ignore tout de celui ci et de son mode de fonctionnement!Fonctionnait til comme le système des apparentements dedes élections de 1952 ou alors n'y avait til qu'un liste de présentée quand elle était membre di dit cartel
merci à toute personne qui pourra m'apporter des informations sur le sujet
Ariège 61 41 38 26
 
Messages: 77
Inscription: Mar 24 Juil 2012 18:08

Re: elections législatives en algérie de novembre 1958

Messagede vudeloin » Mer 25 Juil 2012 18:22

Le mode de scrutin algérien était différent de celui pratiqué pendant la IVe République.

En 1958, les soixante seize arrondissements algériens sont en effet répartis sur dix neuf circonscriptions qu'on peut ainsi lister

1 Alger ville
2 Alger agglomération (Maison Blanche)
3 Blida
4 Médéa, Aumale, Djelfa
5 Orléansville
6 Tizi Ouzou
7 Oran ville
8 Sidi Bel Abbès et Oranais rural
9 Tlemcen
10 Mostaganem
11 Relizane, Mascara
12 Saïda, Tiaret
13 Constantine
14 Jijel
15 Batna, Biskra
16 Bône, Guelma, Souk Ahras
17 Sétif, Bordj Bou Arréridj
18 Oasis
19 Saoura (c'est à dire le désert pour l'essentiel)

Les 67 élus étaient répartis entre 21 élus de droit commun (en général un par circonscription sauf celles d'Alger 1 et 2 et d'Oran, où deux sièges étaient à pourvoir de ce point de vue) et 46 de droit local (en général 3 élus par circonscription).

La distinction droit commun et droit local était fondée sur le collège des électeurs d'origine européenne et celui des électeurs d'origine non européenne mais le scrutin était, de toutes manières, un scrutin de liste majoritaire à un tour où la liste arrivée en tête raflait tous les sièges en jeu.

Dans la Saoura, le vote était uninominal, puisqu'il n'y avait qu'un siège à pourvoir.

Quant au cartel, il ne traduisait, sur le fond, que le rassemblement des Européens pro De Gaulle ou Algérie Française avec des partis arabes "croupions", présentant des candidats anti indépendantistes.
Les 67 élus d'Algérie (sauf un, Pierre Lagaillarde, animateur du putsch du 13 mai à Alger) adhérèrent au Groupe du Rassemblement pour l'Unité de la République, animé par les gaullistes, du côté européen et les élus Arabes ou musulmans réunis autour du Bachaga Boualam, député d'Orléansville ou de Nafissa Sid Cara, élue de la seconde circonscription d'Alger, future Secrétaire d'Etat aux questions sociales en Algérie.

Lors des scrutins de la Quatrième République, si les sièges étaient répartis en deux collèges selon les départements algériens, les élus étaient désignés au scrutin de liste avec proportionnelle à la plus forte moyenne.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: elections législatives en algérie de novembre 1958

Messagede vincent » Mer 25 Juil 2012 18:41

Bonjour,

Nous ne disposons que de peu d'informations concernant les étiquettes des députés élus en Algérie lors de la 1ère législature en 1958. Ainsi, nous accueillons avec plaisir tout complément aux données proposées par le site.

Quelques éléments de réponse par rapport aux point levés précédemment :

Le site a fait le choix de présenter les élus par département algérien (plus les deux départements du Sahara) et non par circonscription. Il est donc normal de ne pas voir apparaître directement les élus de Philippeville, cette circonscription faisait partie du département de Constantine. Tout comme celle de Mascara que vous ne citez pas et qui se situe dans le département de Mostaganem. Cela explique aussi pourquoi votre décompte s'arrête à 67 élus lorsqu'il y en eu 71.

Chaque page de présentation des députés d'un département d'Algérie Française donne quelques informations sur les différentes circonscriptions concernées, par exemple : les députés de Constantine, toutes disponibles en bas à droite de la page consacrée aux députés.

Concernant la mention "élus à la proportionnelle" présente sur certaines pages, il s'agit d'une erreur qui sera corrigée.
vincent
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 2687
Inscription: Ven 12 Déc 2008 21:37

Re: elections législatives en algérie de novembre 1958

Messagede vudeloin » Mer 25 Juil 2012 19:34

On peut évidemment essayer d'affiner les étiquettes politiques des élus d'Algérie.
Ceci dit, dans le contexte de l'époque, je ne suis pas certain qu'on puisse dire autre chose que le fait que ces élections n'ont pas été tout à fait libres et justes, ni parfaitement transparentes, puisque, depuis la Toussaint 54, le pays était l'objet de la "guerre sans nom" qui a généré nombre de marqueurs sociaux et politiques jusqu'à aujourd'hui, tant en France qu'en Algérie.Et le bloc des députés algériens n'était qu'un soutien numérique relativement important pour le Gouvernement d'alors.
La fin du mandat fut plus précoce pour ces élus que pour d'autres, puisqu'on peut la dater au pire du 5 juillet 1962, date officielle de l'indépendance de la République algérienne.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Elections législatives de novembre 1958 en Algérie

Messagede Ariège 61 41 38 26 » Ven 27 Juil 2012 23:38

merci a tous pour les informations complémentaires que vous m'avez apportées .
un détail mais je ne me souviens plus ou j'ai lu cette information. Pour tous les députésdont le mandat s'est arrêté prématuremment, il était prévu qu'ils gardent leur indemnité parlementaire jusqu'a la fin de la session
Ariège 61 41 38 26
 
Messages: 77
Inscription: Mar 24 Juil 2012 18:08

Re: Elections législatives de novembre 1958 en Algérie

Messagede vudeloin » Mar 31 Juil 2012 19:40

Un message sur le sujet ouvert l'autre jour quant aux députés de la première législature de la Cinquième République élus en Algérie.

On rappellera évidemment, dans un premier temps, le contexte très particulier de ce scrutin de 1958.

L'Algérie votait, depuis la Libération, sous la forme du double collège, voyant ses députés désignés en partie par les électeurs d'origine européenne et en partie par les électeurs d'origine « musulmane ».

Le dernier scrutin, celui de 1951, avait été marqué par un renforcement relatif de la droite au sein du collège électoral des Français d'Algérie, et une affirmation de partis sous influence des partis de la métropole pour les électeurs autochtones.

En 1951, le département d'Alger est ainsi représenté par 3 républicains indépendants, 2 gaullistes et un communiste pour ce qui est des Français, face à 1 socialiste, 2 radicaux, 1 MRP et 1 divers droite pour les Algériens.

Celui de Constantine est représenté par 1 gaulliste, 2 radicaux, 1 républicain indépendant et un indépendant (d'ailleurs de droite, puisque représentant des riches colons en Algérie), tandis que la population locale était représentée par 1 socialiste, 2 radicaux, 1 MRP, 1 républicain indépendant, 1 UDSR et 1 gaulliste.

Enfin, sur Oran, la population européenne avait élu un gaulliste (le maire d'Oran, Henri Fouques Duparc), un élu divers droite (nostalgique du maréchal Pétain), un socialiste issu de la Résistance, un républicain indépendant et une communiste.
Les autochtones étaient représentés par 2 radicaux, dont le Docteur Chérif Sid Cara et un UDSR.

En 1956, l'Algérie n'a pas voté, étant depuis plus d'un an le théâtre de la « guerre sans nom » et la situation ne s'est d'ailleurs pas arrangée en 1958, quand vient le moment d'élire la première Assemblée nationale de la Cinquième République.

La guerre s'est enlisée puisque les succès militaires de l'armée française se doublent des échecs diplomatiques internationaux correspondants et le climat local s'est encore alourdi avec les événements de mai 1958 sur le Forum d'Alger et la visite du Général de Gaulle, début juin, ponctuée par le fameux « Je vous ai compris ».

Le climat politique local est délétère : les organisations proches de la cause de l'indépendance sont pourchassées (notamment les communistes algériens), les comités de salut public, sous le double parrainage revendiqué de l'armée et du courant gaulliste, quadrillent la plupart des grandes villes et l'armée se préoccupe elle même beaucoup de l'organisation des opérations électorales.

Le scrutin en lui même est marqué par trois innovations, si l'on peut dire.

Première innovation : le principe du double collège est abandonné au profit du collège unique, regroupant donc les électeurs de toutes confessions et origines, ce qui fait que les élus de chaque circonscription sont désignés sur la base d'une proportion relative (un européen pour deux autochtones en gros) de la population électorale par origine.

Seconde innovation : les femmes sont pourvues du droit de vote

Troisième innovation : l'Algérie voit ses soixante seize arrondissements répartis en dix neuf circonscriptions au total, la dernière, celle de la Saoura ne désignant qu'un élu et les autres un nombre compris entre trois et cinq sièges.
Le scrutin est un scrutin de liste majoritaire qui attribue tous les élus à la liste arrivée en tête, quand bien même cette liste n'aurait pas obtenu la majorité absolue.

Les résultats du scrutin sont à prendre avec les réserves nécessaires, au regard des conditions d'organisation et de l'implication de l'armée dans le déroulement des opérations.

La participation est assez inégale, premier signe de cette implication.

Les données sont les suivantes

Alger : 217 948 inscrits, 128 693 votants (59,05 %), 127 174 exprimés
Alger banlieue : 311 038 inscrits, 212 061 votants (68,18 %), 194 359 exprimés
Blida : 146 217 inscrits, 104 130 votants (71,22 %), 98 077 exprimés
Médéa : 305 304 inscrits, 178 484 votants (58,46 %), 173 628 exprimés
Orléansville : 271 642 inscrits, 193 874 votants (71,37 %), 190 968 exprimés
Tizi Ouzou : 268 962 inscrits, 156 770 votants (58,29 %), 153 551 exprimés
Oran ville : 174 327 inscrits, 123 546 votants (70,87 %), 118 438 exprimés
Oran campagne, Sidi Bel Abbès : 314 335 inscrits, 238 286 votants (75,81 %), 230 917 exprimés
Tlemcen : 152 142 inscrits, 101 533 votants (66,74 %), 98 254 exprimés
Mostaganem : 108 923 inscrits, 82 703 votants (75,93 %), 80 768 exprimés
Mascara : 183 765 inscrits, 132 538 votants (72,12 %), 129 105 exprimés
Tiaret : 172 957 inscrits, 132 977 votants (76,88 %), 132 587 exprimés
Constantine : 253 651 inscrits, 172 025 votants (67,82 %), 162 493 exprimés
Philippeville, Jijel : 225 854 inscrits, 126 318 votants (55,93 %), 119 515 exprimés
Batna : 242 198 inscrits, 142 210 votants (58,72 %), 137 904 exprimés
Bône (Annaba) : 295 644 inscrits, 196 215 votants (66,37 %), 186 580 exprimés
Sétif : 249 466 inscrits, 129 044 votants (51,73 %), 123 455 exprimés
Bougie (Béjaïa) : 214 849 inscrits, 117 430 votants (54,66 %), 115 590 exprimés
Oasis : 186 455 inscrits, 135 949 votants (72,91 %), 125 733 exprimés
Saoura : 77 290 inscrits, 65 082 votants (84,20 %), 64 081 exprimés.

Ce qui fait, sur les circonscriptions de l'Algérois

1 521 111 inscrits, 974 012 votants (64,03 %), 937 757 exprimés

Pour l'Oranais, nous avons

1 106 449 inscrits, 811 583 votants (73,35 %), 790 069 exprimés

Pour le Constantinois, nous avons

1 481 662 inscrits, 883 242 votants (59,61 %), 845 537 exprimés.
Enfin, la partie saharienne de l'Algérie donne

263 745 inscrits, 201 031 votants (76,22 %), 189 814 exprimés.

On le voit, les circonscriptions du Constantinois ont moins voté (c'est là l'effet de la présence du FLN en grande partie, à partir de la Tunisie voisine), et notamment les circonscriptions berbères (Béjaïa, Tizi Ouzou sur Alger) ou acquises de longue date à la cause indépendantiste (Sétif).

Quant au scrutin, il a connu plusieurs listes uniques.

Ce fut le cas dans les circonscriptions d'Orléansville (où la liste était menée par le bachaga Boualam), de Tizi Ouzou (avec une liste composée par un candidat UNR et des candidats du futur groupe Unité de la République), de Tiaret (avec des élus Unité de la République là encore) ou encore dans les Oasis où la liste unique, composée de députés non inscrits, comprenait notamment Sid Hamza Boubakeur, futur Recteur de la Mosquée de Paris et père de l'actuel Recteur, Dalil Boubakeur.

Il y eut un certain nombre d'élections à la majorité relative.

Ce fut le cas pour Alger ville où la liste Lagaillarde (droite) Djebbour (Unité de la République, futur proche de Jean Marie Le Pen), René Vinciguerra, Mourad Kaouah (Unité de la République aussi) l'emporta avec 47 527 voix (37,37 % des suffrages), face à une liste UNIR, plus proche de l'UNR, pourvue de 40 807 voix (32,09 %).

Ce fut le cas pour Alger Banlieue où la liste conduite par Nafissa Sid Cara (l'une des rares femmes élues) et Marc Lauriol ( futur député et sénateur des Yvelines) obtint 61 860 voix (31,83 %) devança de fort peu la liste UNIR, 60 276 voix (31,01 %).

Autre élection serrée sur Oran ville où la liste UNR du maire de la ville, Henri Fouques Duparc, l'un des deux seuls parlementaires de 1951 reconduits en 1958 avec le docteur Sid Cara sur Oran Campagne, réunit 48 466 voix (40,92 %) contre 47 975 voix (40,51 %) pour la liste arrivée deuxième.

Mascara connaît également cette situation avec une liste « Rénovation » composée de candidats proches de l'UNR ou futurs membres d'Unité de la République, l'emporte avec 62 624 voix (48,51 %) contre 59 918 voix (46,41 %) pour la liste arrivée deuxième.

Enfin, sur Philippeville et Jijel, la liste victorieuse obtint 63 294 voix (48,87 %) contre 56 221 voix (43,41 %) pour la liste arrivée deuxième.

Je ne vais pas épiloguer sur toutes les circonscriptions mais je tiens cependant à noter qu'un seul député de sensibilité de gauche fut élu en Algérie en 1958, à savoir William Widenlocher, député de Sétif, membre de la SFIO, et dont la liste pour le moins composite (il y avait des élus de droite sur la même liste) obtint 63 975 voix (51,82 %) sur 123 455, le solde allant à une liste plus « Algérie Française ».

Les élus de Sétif se partageront ensuite : outre l'élu SFIO précité, un UNR (Khelil Benhalla), une Unité de la République (Rebiha Khebtani) et un non inscrit (Ali Bendjelida).

Rebiha Khebtani sera maire de Sétif en 1959, avant l'indépendance et Ali Bendjelida, greffier en cabinet notarial, adhérera à l'UNR ensuite.
Pour autant, contrairement à ses trois autres colistiers, il ne quittera pas l'Algérie et finira son existence comme directeur d'établissement scolaire.

Le socialiste William Widenlocher, pour sa part, s'installera à Nice où il reprendra ses activités de notaire (l'office existe toujours) et s'occupera de retrouver et aider les militants « Pieds Noirs » de la SFIO.

Quelques uns des élus algériens de 1958 ont cependant laissé une trace plus ou moins nette dans l'histoire récente de notre pays.

Outre le recteur Boubakeur, Pierre Laffont, député d'Oran Campagne, directeur de l'Echo d'Oran, fera carrière en France dans l'édition, auprès de son frère, Robert Laffont.

Nafissa Sid Cara sera un temps Ministre du Général de Gaulle, déléguée aux Affaires sociales en Algérie.

Marc Lauriol, comme nous l'avons vu, sera parlementaire des Yvelines, élu dans la circonscription où, par surprise, Michel Rocard avait été élu en 1969.

Le Bachaga Boualam (ou Boualem) sera l'un des responsables harkis et son exil en France s'achèvera par son décès à Mas Thibert, village de la commune d'Arles où de nombreuses familles harkies ont été installées après 1962, dans des conditions qui sont loin d'avoir été idéales, comme cela se produit en pareil cas.

Enfin peut on citer parmi les députés « européens » l'ex radical Léopold Morel, maire de Constantine et directeur du journal local, la Dépêche, devenu prudemment Unité de la République en 1959 et Robert Abdesselam, ancien maire d'El Biar et député d'Alger Banlieue, qui sera surtout connu, après l'indépendance, par son rôle dans les instances dirigeantes de la … Fédération française de tennis et plus encore (les choses étant liées) dans le groupe Lacoste.

Autant le dire tout de suite : pour les députés représentant la population autochtone, la plupart ont connu l'oubli, venant s'ajouter à l'exil (les lieux de résidence et parfois de décès des intéressés traduisent le long chemin des harkis notamment) et pour ceux restés en Algérie, le plus souvent une certaine forme d'indignité nationale, pour le pire si l'on peut dire, et d'indifférence, pour le meilleur...

Comme on peut s'en douter, ceux qui ont choisi l'exil sont souvent ceux qui n'ont pas tout à fait accepté l'indépendance de l'Algérie et notamment les revirements apparents de la politique gaulliste, matérialisés par les affiliations mouvantes allant d'Unité de la République à l'UNR en passant par les non inscrits, ce choix étant notamment opéré par les députés qui resteront proches des ultras de l'Algérie Française, comme Pierre Lagaillarde.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Elections législatives de novembre 1958 en Algérie

Messagede Ariège 61 41 38 26 » Sam 10 Nov 2012 20:54

après consultation du livre de bernard gaudillère :"atlas historiquedes circonscriptions électorales françcaises "il y avait en 1958 en algérie 18 circonscriptions élisant 67 députés auquel il faut rajouter les "départements : "oasis " et "soura""lisant respectivement 3 et un député on arrive donc bien au total de 71 députés
la seule différence avec la carte présentée dans politique mania concerne les arrondissements de télagh, Mécheria , Aïn Seffra et géryville qui sont rattachée à la circonscription oran "campagne"
Fichiers joints
algérie 1958.jpg
extrait du livre de bernard gaudillère
Ariège 61 41 38 26
 
Messages: 77
Inscription: Mar 24 Juil 2012 18:08


Retourner vers Histoire des élections en France

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Découvrir l'ouvrage

Guide de l'élu délégué à l'animation, à la vie associative et à la vie des quartiers

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques locales d'animation, de vie associative et de vie des quartiers : les acteurs et le contexte d'intervention, les enjeux, les champs d'intervention...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité