Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Élections législatives et présidentielles en Colombie 2018

Ce forum permet de réagir sur tous les évènements politiques qui ne concernent ni la France ni l'Europe. Exprimez-vous sur les élections, décisions ou nominations dans le reste du monde.

Élections législatives et présidentielles en Colombie 2018

Messagede Hashemite » Lun 12 Fév 2018 20:55

Les élections législatives auront lieu en Colombie le 11 mars prochain, avec le premier tour de l'élection présidentielle le 27 mai et le deuxième tour le 15 juin. Deux primaires présidentielles 'ouvertes' auront également lieu le 11 mars.

11 mars: Élections législatives (Congrès)

Sénat: jusqu’à 108 sièges -- 100 sièges dans une circonscription unique nationale, élus au scrutin proportionnel (méthode d'Hondt) avec des listes ouvertes (vote préférentiel) ou fermées et seuil de 3%. 2 sièges dans une circonscription spéciale pour les peuples indigènes. Minimum de 5 sièges d'office pour le parti FARC (pour les deux prochaines mandatures). Un siège pour le candidat(e) présidentiel terminant deuxième.

Chambre des représentants: jusqu'à 171 sièges -- 161 sièges dans 33 circonscriptions territoriales (les 32 départements et le district capital de Bogotá) avec entre 2 et 18 sièges, élus au scrutin proportionnel (méthode d'Hondt) avec des listes ouvertes (vote préférentiel) ou fermées et seuil de la moitié d'un quota (un tiers d'un quota pour les circos avec 2 sièges). 2 sièges dans une circonscription spéciale pour les afro-colombiens. 1 siège dans une circonscription spéciale pour les peuples indigènes. 1 siège pour les expatriés. Minimum de 5 sièges d'office pour le parti FARC (pour les deux prochaines mandatures). Un siège pour le candidat(e) vice-présidentiel terminant deuxième.

Bulletin de vote pour le Sénat:
http://tarjetas.procesoselectorales.com ... 000002.jpg

Principaux partis:
Centre démocratique (CD): Droite, parti de l'ancien président désormais sénateur Álvaro Uribe (2002-2010). Opposition.
Parti libéral (PLC): Centre. Parti historique/traditionnel fondé au 19e siècle.
Parti conservateur (PCC): Droite. Parti historique/traditionnel fondé au 19e siècle.
Parti de l'U (U): Centre-droite. Crée par des caciques libéraux pro-Uribe en 2005, maintenant parti proche du président Juan Manuel Santos (co-fondateur du parti) et donc en état de décomposition.
Changement radical (CR): Droite. Parti du candidat présidentiel et ex-vice président Germán Vargas Lleras.
Option citoyenne (OC): 'Parti poubelle', candidats et politiciens corrompus inacceptables pour les autres partis.
Pôle démocratique alternatif (Polo): Gauche. Principal parti de la gauche, très affaibli depuis 2007 par de nombreuses dissidences.
Alliance verte: Centre-gauche. Parti 'alternatif'/'indépendant' et progressiste (avec des éléments plus traditionnels).
Mouvement intégral de rénovation absolu (MIRA): Parti évangélique de l'Église de Dieu Ministérielle de Jésus-Christ Internationale.
Liste de la décence: Coalition 'alternative' de gauche entre l'Alliance sociale indépendante (ASI centre-gauche, à l'origine un parti indigène), l'Union patriotique (UP gauche, recrée en 2013 après le génocide de l'UP dans les années 80-90) et le Mouvement alternatif indigène et social (MAIS) avec le soutien du candidat présidentiel Gustavo Petro (Colombie Humaine/Progressistes).
Force alternative révolutionnaire du commun (FARC): Nouveau parti de l'ancienne guérilla des FARC.

27 mai: Élections présidentielles

Élection selon le système 'français', deux tours. Mandat non-renouvelable de 4 ans.

Principaux candidats:
OPPOSITION DE DROITE (primaire le 11 mars) / 'COALITION DU NON'
Iván Duque: sénateur (2014-2018). Jeune candidat de l'ex-président Uribe.
Marta Lucía Ramírez: ancienne ministre, ancienne sénatrice, candidate conservatrice en 2014. Soutenue par l'ex-président Andrés Pastrana et certaines bases conservatrices.
Alejandro Ordóñez: ancien inspecteur-général (2008-2016). Candidat d'extrême-droite ultra-conservateur et catholique traditionaliste (lefebvriste).

DROITE
Germán Vargas Lleras: ancien vice président (2014-2017), ancien ministre, ancien sénateur. Politicien aguerri avec une puissante machine électorale traditionnelle et clientéliste. Droite 'critique' de l'accord de paix avec les FARC.

Juan Carlos Pinzón: ancien ministre de la défense et ancien ambassadeur aux E-U. Ex-protégé du président Santos maintenant en opposition.

Viviane Morales: sénatrice libérale dissidente et ancienne procureure-générale. Évangélique et conservatrice, principalement sur les sujets sociétaux (adoption et marriage gai).

CENTRE ET CENTRE-GAUCHE
Sergio Fajardo: ancien maire de Medellín (2004-2007) et ancien gouverneur d'Antioquia (2012-2015). Mathématicien et populaire politicien 'alternatif'/'indépendant'. Candidat de la 'Coalition Colombie' (anti-corruption et progressiste). Soutenu par les Verts et le Polo. Style et vision politique comparable avec Macron et Justin Trudeau.

Humberto de la Calle: ancien chef négociateur de l'accord de paix (2012-2016) et ancien vice-président (1994-1996). Candidat du parti libéral, pour défendre l'accord de paix.

GAUCHE (primaire le 11 mars)
Gustavo Petro: ancien maire de Bogotá (2012-2015) et ancien sénateur (2006-2010). Personnage clivant et controversé: le diable castro-chaviste pour la droite, le courageux candidat 'anti-mafias' pour les 'indignés' de gauche. Personnalité proche de Jean-Luc Mélenchon.
Carlos Caicedo: ancien maire de Santa Marta (2012-2015). Le 'Petro des Caraïbes', avec une forte base locale/régionale mais peu connu ailleurs.

GAUCHE
Piedad Córdoba: ancienne sénatrice libérale (1994-2010). Figure controversée et impopulaire, autrefois très proche d'Hugo Chávez ainsi que des FARC et des mouvements de la gauche radicale et communiste.

Rodrigo Londoño 'Timochenko': dernier commandant-en-chef de la guérilla des FARC maintenant chef du parti de la FARC.
Hashemite
 
Messages: 366
Inscription: Dim 6 Sep 2009 23:16

Re: Élections législatives et présidentielles en Colombie 2018

Messagede Hashemite » Lun 12 Fév 2018 22:06

Le dernier 'grand sondage' pour la revue Semana, Caracol et Blu Radio (fin janvier) donnait, pour la première fois, Petro en tête de la course :

Petro 23,4
Fajardo 21,6
Vargas 14,8
De la Calle 10,6
Marta Lucía 7,8
Clara López 4,1 (maintenant candidate vice-présidentielle de H. de la Calle)
Pinzón 3,7
Córdoba 1,6
Timochenko 1,6
Morales 1,4
Vote blanc (valide) 8,1

Avec Duque comme candidat de la droite :
Gustavo Petro 23,5%
Sergio Fajardo 20,2%
Germán Vargas Lleras 15,6%
Humberto de la Calle 11%
Iván Duque 9,2%
Clara López Obregón 4,2%
Juan Carlos Pinzón 3.4%
Viviane Morales 2.2%
Piedad Córdoba 1.7%
Rodrigo Londoño 1.6%

Mais attention : les sondages sont trompeurs, comme le démontrent le plébiscite de 2016 et la présidentielle de 2010. De plus, les tendances peuvent changer dramatiquement avec les élections législatives et les résultats des primaires de droite en mars.
Hashemite
 
Messages: 366
Inscription: Dim 6 Sep 2009 23:16

Re: Élections législatives et présidentielles en Colombie 2018

Messagede Fabien » Mar 13 Fév 2018 10:51

Hashemite a écrit:Le dernier 'grand sondage' pour la revue Semana, Caracol et Blu Radio (fin janvier) donnait, pour la première fois, Petro en tête de la course :

Petro 23,4
Fajardo 21,6
Vargas 14,8
De la Calle 10,6
Marta Lucía 7,8
Clara López 4,1 (maintenant candidate vice-présidentielle de H. de la Calle)
Pinzón 3,7
Córdoba 1,6
Timochenko 1,6
Morales 1,4
Vote blanc (valide) 8,1

Avec Duque comme candidat de la droite :
Gustavo Petro 23,5%
Sergio Fajardo 20,2%
Germán Vargas Lleras 15,6%
Humberto de la Calle 11%
Iván Duque 9,2%
Clara López Obregón 4,2%
Juan Carlos Pinzón 3.4%
Viviane Morales 2.2%
Piedad Córdoba 1.7%
Rodrigo Londoño 1.6%

Mais attention : les sondages sont trompeurs, comme le démontrent le plébiscite de 2016 et la présidentielle de 2010. De plus, les tendances peuvent changer dramatiquement avec les élections législatives et les résultats des primaires de droite en mars.


Pour les raisons que vous dites, il est bien trop tôt pour tirer quelque conclusion que ce soit. Mais si ces tendances se confirment, les accords de paix et la fin de la guérilla auront mis fin au tropisme droitier qui marquait la Colombie ces derniers temps.
Fabien
 
Messages: 1601
Inscription: Lun 12 Oct 2009 07:49

Re: Élections législatives et présidentielles en Colombie 2018

Messagede Hashemite » Dim 4 Mar 2018 18:32

Une semaine avant les législatives, les derniers sondages montrent une forte poussée du candidat uribiste Iván Duque, désormais premier avec Gustavo Petro. Exemple dans le dernier sondage ce matin pour 'EL TIEMPO' et W Radio:

Duque 23.6%
Petro 23.1%
Fajardo 8.1%
Vargas 6.3%
Ramírez 5.7%
De la Calle 4.1%
Ordóñez 1.5%
Caicedo 1.5%
Pinzón 1%
Morales 0.8%
Córdoba 0.1%
Timo 0.1%
Vote blanc 13.2%
Indécis/sans réponse 10.5%

Duque est également archi-favori dans la primaire de droite contre Marta Lucía Ramírez et Alejandro Ordóñez.

Pour les élections sénatoriales, le même sondage indique que le parti uribiste, CD, est en avance:

CD 20.1%
Libéral 9.9%
CR 8.1%
Verts 6.1%
Conservateur 5%
La U 4.8%
Décence 4.7%
PDA 4%
O. Citoyenne 1.8%
MIRA 1.5%
Col. Justa Libres 1.1%
Farc 0.6%
Autres listes 1.5%
Vote blanc 16.1%
Indécis/sans réponse 14.7%
Hashemite
 
Messages: 366
Inscription: Dim 6 Sep 2009 23:16

Re: Élections législatives et présidentielles en Colombie 2018

Messagede ploumploum » Jeu 8 Mar 2018 21:06

La FARC annonce son retrait de la présidentielle suite aux problèmes de santé de son leader et candidat Rodrigo Londoño "Timochenko"

http://fr.euronews.com/2018/03/08/colom ... identielle
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 14582
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: Élections législatives et présidentielles en Colombie 2018

Messagede Eco92 » Lun 12 Mar 2018 22:05

Résultats sur 90% des bulletins : la droite uribiste l'emporte sans trop de surprise, obtenant dix-neuf sièges au Sénat et trente-trois à la Chambre des députés (280 sièges en tout), la coalition de droite échappe cependant à la majorité absolue.

La gauche progresse très légèrement, et les farcs obtiennent 0,35 % au Sénat et 0,22 % à la Chambre, ils ont cependant 5 sièges assurés dans chacun des cas.

L'accord de paix ne peut plus être bloqué mais la mise en œuvre de la réforme agraire et de la justice spéciale de paix vont être bien compliqués.

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/03/12/en-colombie-la-droite-anti-accord-de-paix-l-emporte_5269368_3222.html
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 5029
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Re: Élections législatives et présidentielles en Colombie 2018

Messagede ploumploum » Mar 13 Mar 2018 17:02

Eco92 a écrit:Résultats sur 90% des bulletins : la droite uribiste l'emporte sans trop de surprise, obtenant dix-neuf sièges au Sénat et trente-trois à la Chambre des députés (280 sièges en tout), la coalition de droite échappe cependant à la majorité absolue.

La gauche progresse très légèrement, et les farcs obtiennent 0,35 % au Sénat et 0,22 % à la Chambre, ils ont cependant 5 sièges assurés dans chacun des cas.

L'accord de paix ne peut plus être bloqué mais la mise en œuvre de la réforme agraire et de la justice spéciale de paix vont être bien compliqués.

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/03/12/en-colombie-la-droite-anti-accord-de-paix-l-emporte_5269368_3222.html


L'article du Monde précise également les noms des vainqueurs des deux primaires organisées dans le cadre de la présidentielle de mai-juin (voir message d'introduction d'Hashemite) :


Hashemite a écrit:OPPOSITION DE DROITE (primaire le 11 mars) / 'COALITION DU NON'
Iván Duque: sénateur (2014-2018). Jeune candidat de l'ex-président Uribe.
Marta Lucía Ramírez: ancienne ministre, ancienne sénatrice, candidate conservatrice en 2014. Soutenue par l'ex-président Andrés Pastrana et certaines bases conservatrices.
Alejandro Ordóñez: ancien inspecteur-général (2008-2016). Candidat d'extrême-droite ultra-conservateur et catholique traditionaliste (lefebvriste).


C'est le sénateur Ivan Duque (Centre démocratique) qui a été élu candidat par plus de 67 % des exprimés. Au total, plus de 6,1 millions d'électeurs (soit 1/6ème du corps électoral colombien) ont participé à cette primaire.


Hashemite a écrit:GAUCHE (primaire le 11 mars)
Gustavo Petro: ancien maire de Bogotá (2012-2015) et ancien sénateur (2006-2010). Personnage clivant et controversé: le diable castro-chaviste pour la droite, le courageux candidat 'anti-mafias' pour les 'indignés' de gauche. Personnalité proche de Jean-Luc Mélenchon.
Carlos Caicedo: ancien maire de Santa Marta (2012-2015). Le 'Petro des Caraïbes', avec une forte base locale/régionale mais peu connu ailleurs.


C'est l'ancien sénateur et ancien maire de Bogota G.Petro qui a été élu candidat de la coalition de gauche par près de 85 % des exprimés. Cette primaire n'a pas été autant suivi que celle de la droite : "à peine" 3,5 millions d'électeurs y ont participé.

http://resultados2018.registraduria.gov ... ulta.html#
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 14582
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: Élections législatives et présidentielles en Colombie 2018

Messagede Hashemite » Mar 13 Mar 2018 20:53

L'article du Monde offre un résumé plutôt complet, quoique un peu rapide et simplifié (mais je suis un chercheur spécialisé sur la Colombie, donc...).

Les résultats au SÉNAT:
CD (uribiste) 16.41% - 19 sièges (-1)
CR (droite) 14.07% - 16 sièges (+7)
Conservateur (droite) 12.58% - 15 sièges (-3)
Libéral (centre) 12.42% - 14 sièges (-4)
La U ('centre') 12.1% - 14 sièges (-7)
Verts (centre-gauche) 8.6% - 10 sièges (+5)
Polo (gauche) 4.8% - 5 sièges (=)
Liste de la Décence (gauche alternative) 3.41% - 4 sièges (+4)
MIRA (évangéliques 'alternatifs') 3.27% - 3 sièges (+3)

Colombia Justa Libres (droite évangélique) 2.81% - 0 (=)
Option citoyenne (poubelle/droite) 2.31% - 0 (-5)
SOMOS (droite évangélique/catholique) 0.61% - 0
TSC (divers) 0.41% - 0
FARC - 0.34% - 5 ex oficio (+5)

Indigènes : 1 MAIS (gauche), 1 AICO (inclassable)

CHAMBRE:
Libéral 16.62% - 35 (-4)
CD 16.02% - 32 (+13)
CR 14.4% - 30 (+14)
La U 12.38% - 25 (-12)
Conservateurs 12.24% - 21 (-6)
Verts 5.94% - 9 (+3)
MIRA 3.93% - 2 (-1)
Polo 2.99% - 2 (-1)
Option Citoyenne 2.09% - 2 (-4)
Décents 1.76% - 2 (+2)
Colombia Justa Libres 0.76% - 1 (+1)
Alt. Santandereana (Verts-Polo-ASI) 0.48% - 1 (+1)
MAIS 0.29% - 1 (+1)

Afros : divers inclassables 2 (un proche de la gouverneure du Valle, Dilian Francisca Toro de La U, autre proche du CD)
Indigènes : MAIS 1
Hashemite
 
Messages: 366
Inscription: Dim 6 Sep 2009 23:16

Re: Élections législatives et présidentielles en Colombie 2018

Messagede Hashemite » Mar 13 Mar 2018 22:06

Quelques enseignements du scrutin parlementaire :

1. La victoire du CD uribiste n'est pas éclatante, malgré le vrai succès du candidat Iván Duque, 'uribito 2', aux primaires de la droite (4 millions de votes : plus que le candidat uribiste au premier tour en 2014). Le parti obtient 2.5 millions de voix au Sénat, soit 500,000 de plus qu'en 2014 sur fond de participation en hausse (de 43% > 48.8%), mais perd un siège, une contre-performance importante vue que le parti voulait obtenir jusqu’à 30 sénateurs (et les prévisions plus réalistes indiquaient une fourchette entre 21 et 25). Le sénateur Uribe brise les records historiques pour les votes préférentiels sur son nom, mais il obtient 'seulement' 875,554 voix contre des prévisions de 1 - 1,5 million. Victoire éclatante du parti dans le fief d'Uribe, Antioquia (ainsi que l'axe du café).

2. Sur fond d'alliances douteuses et pratiques clientélistes, le parti 'Changement radical' remporte (presque) son pari : avec 16 sénateurs (+ 30 représentants) il est désormais deuxième force au Congrès. L'objectif de doubler les 9 sièges de 2014 (pour 18) n'est pas atteint, et le parti est plus faible que prévu à Bogotá et en Antioquia. Par contre, une nette victoire du très puissant 'clan Char' sur la côte Caraïbe, avec également des victoires importantes pour le parti grace à des candidats locaux (caciques) - les ex-gouverneurs Richard Aguilar (Santander : fils de l'ex-gouverneur et colonel Hugo Aguilar, 'tueur' de Pablo Escobar condamné pour parapolitique), Temistocles Ortega (Cauca) et Edgar Díaz (Nte de Santander). L’objectif maintenant : convaincre les nouveaux barons régionaux du parti que la candidature présidentielle de Vargas Lleras reste forte pour éviter qu'ils préfèrent migrer vers Uribe.

3. Les conservateurs et libéraux perdent des sièges (encore) : le premier sauve quelque peu la mise avec l'émergence d'un nouveau jeune baron (David Barguil) qui remplace un peu le vieux routard Roberto Gerlein; mais une nette défaite du second, qui rouvre les divisions internes (Cesar Gaviria v. Juan Fernando Cristo) et affaibli la candidature présidentielle d'Humberto de la Calle. Les votes conservateurs, sans candidat présidentiel, seront maintenant l'objectif de Duque et Vargas.

4. Échec du 'Partido de la U', en déclin (phase terminale ?). Une des raisons : la perte des puissants barons de 2014 - Musa Besaile et 'El Ñoño' Elías, les deux en prison pour corruption - et l’affaiblissement important de leurs réseaux dans le département de Córdoba (et ailleurs). Principale force du parti : la machine de la gouverneure du Valle, Dilian Francisca Toro, maintenant avec deux sénateurs.

5. Succès inattendu des Verts, avec un puissant message 'anti-clientélisme' et de renouveau politique : ils doublent leurs sièges au Sénat (5 > 10), avec le succès éclatant de leur candidat vedette, l'ancien maire de Bogotá (et candidat battu aux présidentielles de 2010), Antanas Mockus, l'icone de la 'politique de la vie' et de l'anti-clientélisme avec 540,700 voix. Très bon résultat également pour la candidate Angélica Lozano, représentante vedette depuis 2014, avec plus de 105,000 voix. Une source d'espoir pour le candidat des Verts et du Polo, S. Fajardo.

6. La gauche traditionnelle, le Polo, maintient ses sièges, un succès vu les prévisions pessimistes pour le parti. Le populaire sénateur Jorge Enrique Robledo, un des meilleurs sénateurs depuis des années, obtient 226,000 voix. Petite contre-performance à Bogotá, avec la perte d'un représentant (Alirio Uribe).

7. Succès inattendu de la gauche alternative de G. Petro, 'la liste de la décence', avec 3,4% et 4 sénateurs grace au succès du parti à Bogotá (10%). Élection, entre autres, du cinéaste Gustavo Bolívar et la cheffe de l'UP Aida Avella; sur Bogotá, élection de la candidate vedette María José Pizarro, artiste et fille du défunt chef de la guerrilla M-19 Carlos Pizarro (assassiné par C. Castaño en 1990).

8. Retour au Sénat pour le MIRA, avec 3 sénateurs dont Ana Paola Agudelo, représentante pour les Colombiens à l'étranger depuis 2014 et seule femme tête de liste. Le MIRA est un parti évangélique, mais 'alternatif' - le travail sérieux et 'propre' de leurs représentants est reconnu par les autres partis.

9. Par contre, échec notoire de la droite évangélique après le succès du vote religieux/évangélique au plébiscite de 2016 (et les 'marches pour la famille' de l'été 2016). Le mouvement évangélique Colombia Juste Libres, dont la liste au Sénat était mené par le pasteur John Milton Rodríguez, n'obtient pas les 3%. Le parti SOMOS, maintenant plutôt de droite religieuse et soutien de la candidature présidentielle de l'évangélique Viviane Morales, obtient que 0,6%. Option Citoyenne, avec quelques candidats issus des églises évangéliques (tel le fils du conseiller municipal de Bogotá et homophobe notoire Marco Fidel Ramírez), également battu (mais pour des raisons autres que le vote chrétien). Autre échec du vote chrétien : la déconfiture d'Alejandro Ordóñez.

10. Échec flagrant de la FARC : que 52,000 voix. Ils rêvaient de 2 millions, les prévisions les plus pessimistes étaient de 100,000 voix... Même dans les "fiefs" historiques de la guerrilla, c'est un échec complet.
Hashemite
 
Messages: 366
Inscription: Dim 6 Sep 2009 23:16

Re: Élections législatives et présidentielles en Colombie 2018

Messagede cevenol30 » Lun 19 Mar 2018 14:22

En tous cas, une importante diversité: 10 + 2 formations/étiquettes au Sénat et 14+3 (ou 13+1 si on apparente les candidats afroaméricains à un parti existant) à la Chambre.

Le parti "de la U" obtient 25 députés et 14 sénateurs (sur 107 sénateurs), en perte d'un tiers des sièges chaque fois mais même sans guère les connaître, il me semble prématuré de les enterrer...

Pour la Farc, c'est clairement un échec et "Timochenko" fait bien de ne pas insister surtout s'il a des ennuis de santé mais au Parlement, à moins qu'ils aient été partis pour faire plus de 4,5% des voix valant plus de 5 sièges au Sénat, cela ne servait à rien de voter pour eux puisque même sans voix, les sièges étaient garantis.

Par ailleurs, on notera que des anciens du M-19, guérilla qui avait cessé à la fin de la guerre froide et réintégrés, sont toujours dans le circuit politique, notamment l'ancien maire de Bogota justement, mais étiqueté plutôt au centre-gauche (alors que cette guérilla avait ses bases arrière à Cuba).

Et un dernier mouvement de guérilla, l'ELN, a observé une trêve à l'occasion des élections, ce qui a donné lieu à la réouverture de négociations: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/ ... -l-eln.php Il est à noter aussi que de petits mouvements de guérilla, probablement des dissidents des FARC, ont repris ou continué près des frontières. Tout cela pèse aussi sur le contexte politique, favorisant peut-être les uribistes même si l'accord de paix indique bien que la répression pure ne fonctionne pas.
cevenol30
 
Messages: 2676
Inscription: Lun 16 Mar 2015 00:52

Suivante

Retourner vers Politique dans le monde

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Comprendre la TVA et ses évolutions pour maîtriser son impact et sécuriser sa récupération

Jean-Claude Chocque et Anne Lise Rodier

L'ouvrage expose les différentes catégories d'EPCI à fiscalité propre et de structures syndicales, les procédures de fusion et de modification de périmètre des EPCI à fiscalité propre et des...

Découvrir l'ouvrage

Mémento du président du bureau de vote

Joël Clérembaux

Ce mémento a été conçu et réalisé pour permettre aux présidents des bureaux de vote de disposer d'outils pratiques à mettre en oeuvre avant, pendant et après le scrutin. Il expose les principales tâches qui incombent au président du bureau de vote pour...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 9 invités