Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Les sénatoriales dans l'Oise

Forum de discussion dédié aux élections sénatoriales de septembre 2011 et au renouvellement pour la première fois d'une moitié du Sénat français.

Les sénatoriales dans l'Oise

Messagede Zimmer » Dim 12 Déc 2010 11:08

Le département de l'Oise sera représenté par 4 sénateurs (contre 3 actuellement), élus à la représentation proportionnelle, à partir de septembre 2011.

Les résultats de septembre 2001 dans le département :
Inscrits : 2 220
Votants : 2 204 (99,27 %)
Exprimés : 2 191

3 sièges à pourvoir - Représentation proportionnelle

Liste RPR-UDF : 892 (40,71 %) - 1 élu - Alain Vasselle (RPR)
Liste Gauche plurielle : 660 (30,12 %) - 1 élu - André Vantomme (PS)
Liste RPR-UDF : 540 (24,64 %) - 1 élu - Philippe Marini (RPR)
8 autres listes se partageaient, au total, 99 voix (4,51 %)

Les militants du PS de l'Oise étaient appelés, à la fin de la semaine dernière, à se prononcer sur la composition de la liste présentée par leur parti :

La liste PS surprend le PC
05.12.2010, 07h00

Le vote des militants socialistes s’est déroulé vendredi soir à Clermont. « A près de 90% », selon Béatrice Lejeune, première secrétaire fédérale du PS, la liste conduite par Yves Rome — le président PS du conseil général — a été confirmée pour les prochaines élections sénatoriales, en septembre 2011.
Pour la première fois, le département de l’Oise comptera quatre sénateurs au lieu de trois, avec la mise en œuvre de la réforme du Sénat.

Au nom de la parité, la no 2 de la liste est Laurence Rossignol, vice-présidente du conseil régional, membre du secrétariat national du parti et conseillère d’opposition à Compiègne. En troisième position seulement, on retrouve André Vantomme, pourtant sénateur sortant de l’Oise et vice-président du conseil général. La quatrième place est occupée par Valérie Menn, épouse du maire de Liancourt et adjointe dans cette municipalité.

Cette présentation de liste en totalité rose a fortement surpris les communistes de l’Oise, comme l’a fait savoir Thierry Aury, secrétaire départemental du PCF. Ce dernier souhaitait des négociations communes dès ce stade. « Avec une liste socialo-socialiste, on ne peut pas se donner comme objectif de rassembler largement les grands électeurs de gauche », note Thierry Aury. Un quiproquo que Béatrice Lejeune s’efforçait hier de balayer. « Ce vote est une première étape, une procédure interne au PS, explique-t-elle. Dans un deuxième temps, il y aura une ouverture de négociations avec nos partenaires. » Des précisions qui ne semblent pas convaincre au PCF. « On ne veut pas de place en fin de tableau, comme faire-valoir », conclut Aury.

http://www.leparisien.fr/oise-60/la-liste-ps-surprend-le-pc-05-12-2010-1178164.php
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

Re: Les sénatoriales dans l'Oise

Messagede maxxx » Dim 12 Déc 2010 13:18

Le scénario que je pressentais se réalise : c'est dingue, là c'est vraiment la goûte d'eau qui fait déborder le vase au niveau des investitures du PS ; que l'on nous mette en tête de liste quelqu'un qui a été largement battu deux fois de suite aux législatives (2002 et 2007) et qui pense que le Sénat est naturellement ce qu'on lui doit, c'est difficilement acceptable mais je ne vais pas relancer les arguments et les débats que j'ai déjà mentionnés dans d'autres billets (même si je pense que le PS fait vraiment, pour ces futures sénatoriales, un vrai festival de battus du suffrage universel direct) et on va encore m'objecter qu'Yves Rome peut se valoir d'être président du conseil général et qu'il a été constamment et bien élu dans son canton...

Mais là où c'est un véritable scandale, et je me doutais que le PS nous la sortirait, c'est de mettre Laurence Rossignol en numéro 2 : une batte des scrutins locaux comme nationaux, dont les électeurs ne veulent pas. Pour rappel, elle a été battue trois fois aux législatives (1997 et surtout 2002 et 2007, où elle a été écrasée par Lucien Degauchy à ces derniers scrutins) et deux fois aux municipales sur Compiègne : à chaque fois les électeurs l'ont largement écartée (en 2008, dans le contexte que l'on sait, en tête de liste d'union de la gauche élargie à l'extrême gauche, elle obtenait quand même 34% contre 66% pour la liste Marini!). Elle n'a jamais été élue sur ce nom et ce serait tout à fait normal qu'elle aille siéger au Sénat : je n'ai pas tendance à reprocher la façon qu'à Martine Aubry de diriger le PS mais là c'est du copinage sur toute la ligne et une récompense à quelqu'un qui n'a rien d'autre à faire valoir...

Le PS avait une candidate toute trouvée en la personne d'Anne-Claire Delafontaine, 46 ans, la maire-CG PS de Mouy...Si cette dernière n'était pas intéressée, il y a quand même d'autres femmes : Colette Bureto, la 1ère adjointe au maire de Creil par exemple...

Et cerise sur le gâteau : en 4ème place, non éligible, on retrouve...Valérie Menn, dont le faire-valoir est son mari, maire de Liancourt...

Quelle belle liste au final ! Heureusement qu'il reste un espoir du côté des négociations avec la gauche communiste et EELV et qu'on peut envisager ainsi un changement de la numéro 2...Je pense de toute façon que la gauche a pour impératif de partir unie si elle veut avoir une chance de conquérir un 2ème siège : ça signifie donc être conciliants avec le PC-PG et MUP, ces derniers ayant suffisamment de grands électeurs (Montataire, Longueil, Thourotte, Ribécourt...) pour empêcher le second siège...Une attitude un peu moins omnipotente du PS accorderait la place de numéro 2 à une communiste...voire, au niveau des négociations nationales, à une écologiste...

De toute façon, le 4ème siège créé sera disputé dans ce département : si la droite fait une belle union, elle peut emporter ce siège...Problème : deux sénateurs sortants très influents sont sur les rangs, à savoir Philippe Marini, le médiatique rapporteur du budget au Sénat, et Alain Vasselle, un spécialiste des questions sociales et rapporteur de la LFSS, très apprécié au Sénat...Tout l'enjeu est de faire comprendre à ces deux-là que l'intérêt supérieur de la majorité au Sénat commande qu'ils partent unis et qu'un des deux accepte la place de numéro 3 - c'est très loin d'être gagné : d'emblée, selon le poids politique acquis depuis 2001, on dirait que Philippe Marini aurait plus de chances de tirer la liste mais Alain Vasselle a un énorme capital : il est élu d'un canton rural depuis 1974 (en n'ayant que 63 ans pour autant...), il est président de l'Union des maires de l'Oise, il avait réalisé un score impressionnant en 2001, devançant largement Philippe Marini alors qu'ils étaient tous les deux sortants...Ca fait beaucoup d'atouts...
Pour s'essayer au montage de "listes idéales", je pense que la liste de la victoire pour la droite se constituerait assez naturellement sur le papier :
1. Alain Vasselle, pour tous les arguments précédents, il serait un très efficace meneur de liste, qui sait brasser large
2. Caroline Cayeux - incontournable dans son secteur, seule femme à ce niveau à droite dans ce département, joli contrepoids potentiel à Yves Rome
3. Philippe Marini
4. Frédérique Leblanc, adjointe DVD-Centriste au maire de Méru, présente sur la liste Cayeux des régionales

Cette liste respecterait en plus les équilibres géographiques...
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 20:20

Re: Les sénatoriales dans l'Oise

Messagede SALVAT » Dim 12 Déc 2010 15:53

Un point sur les mutations des villes, cantons et conseillers régionaux.
3 villes de plus de 3500 habitants sont passées de la droite au PS : NOGENT, NOYON, Pont Ste Maxence , une autre St Leu d'E. est passée du PCF à une liste PS-modem divers bilan 60 voix de grands électeurs en plus pour la gauche
Par ailleurs MOUY est passée du PCF au PS comme le canton éponyme
dans les communes de moins de 3500 habitants (j'en ai les 3/4) 8 sont passées de Gauche à droite et 6 de droite à gauche : bilan : une balance presqu'égale à 2 voix près au profit de la droite, ce qui, soit dit en passant, montre que les élections municipales de 2008 n'ont pas partout donné lieu à une déferlante vers la gauche. Les résultats de quelques grandes villes ont occulté un moindre déséquilibre au niveau local. Dans l'Oise, ce sont 3 villes qui ont basculé.
sur les cantons la gauche a gagné 6 sièges et parmi les conseillers régionaux 5.
Soit 70 voix de différentiel par rapport à 2001

Au total, 1400 voix en chiffres ronds pour la droite (toutes composantes réunies) et 730/740 pour la gauche toutes tendances unies.
Suivant ce que vient d'écrire Maxxx, il est tout à fait possible que la droite remporte le nouveau siège (450 voix contre 370 à la gauche) et que le résultat aboutisse à 3 sièges contre un.
Je souscris à tout ce qu'il a écrit comme probabilité de ce succès si la liste qu'il suggère se réalisait...mais les deux sortants sont-ils aussi solidaires qu'on pourrait le penser ? En fait, sur le papier, il n'y a pas de risque réel pour le troisième dans cette configuration.
Mais la discipline sera-t-elle totale entre les "familles" de l'UMP, les DVD et les trente ou 40 voix du MODEM divers centre qui existent et qui, à droite, seraient éliminées de tout espoir de déboucher, alors que le centre a eu jusqu'en 2001 un siège de sénateur ?

Maxxx souligne les difficultés rencontrées à gauche où le PCF est quelque peu inquiet : il a raison de l'être : outre la mairie et le canton de MOUY qui lui ont été arrachés par le PS , la perte de ST LEU lui fut d'autant plus cruelle que l'allié de gauche a réussi à la lui subtiliser par le truchement d'une liste d'alliance avec des candidats du centre et d'autres un peu plus à droite. L'érosion s'est accentuée par la perte au profit du PS/DVG de la commune d'HERMES qui était un bastion , compensée, il est vrai par la réciproque de BREUIL.Le PCF a eu de quoi être échaudé.
Le PCF a quelques beaux restes : Montataire, Ribecourt D. et THOUROTTE ainsi que 26 autres communes de moins de 3500 habitants : ce n'est pas rien et voilà qu'occupant la seconde place sur la liste sénatoriale d'union en 2001, il pourrait être relégué en 3 ème, 4ème.....position. Ce serait accepter son effacement et de nouveaux reculs locaux à venir.
Devant un PS trop gourmand, il pourrait se rebeller et donc présenter une liste qui gèlerait une grosse centaine de suffrages ce qui ferait tomber les dernières inquiétudes de Ph. MARINI, A. VASSELLE et de leur colistière.
Je verse ces éléments complementaires au dossier.
Bertrand SALVAT
SALVAT
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 3999
Inscription: Dim 8 Nov 2009 22:13
Messages : 1 (détails)

Re: Les sénatoriales dans l'Oise

Messagede Zimmer » Dim 12 Déc 2010 16:31

maxxx a écrit:que l'on nous mette en tête de liste quelqu'un qui a été largement battu deux fois de suite aux législatives (2002 et 2007) et qui pense que le Sénat est naturellement ce qu'on lui doit, c'est difficilement acceptable


Comme dans un certain nombre d'autres départements, le PS choisit dans l'Oise, comme chef de file, pour ces élections sénatoriales, le président du conseil général. C'est sans doute le meilleur choix pour ratisser le plus large possible, le principal enjeu (politique mais aussi historique) de ces élections étant, rappelons-le, de conquérir la présidence du Sénat.
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

Re: Les sénatoriales dans l'Oise

Messagede maxxx » Dim 12 Déc 2010 19:22

SALVAT a écrit:Mais la discipline sera-t-elle totale entre les "familles" de l'UMP, les DVD et les trente ou 40 voix du MODEM divers centre qui existent et qui, à droite, seraient éliminées de tout espoir de déboucher, alors que le centre a eu jusqu'en 2001 un siège de sénateur ?


Plus que dans un autre département, je pense que la discipline pourrait être réelle si l'UMP positionne Alain Vasselle en numéro 1 - constat beaucoup moins vrai si c'est Philippe Marini. Le premier est beaucoup plus proche du terrain, beaucoup plus apprécié chez les élus ruraux et, en l'absence de candidat sortant du côté du PS en tête de liste, il est un sérieux agent électoral...

Après, si le PC-PG n'obtient pas la place de numéro 2, je pense aussi que les communistes partiront en liste séparée : il vivrait certainement très mal le fait d'être relégué sur une troisième place inéligible alors que, comme l'a souligné dans le détail Bertrand Salvat, il est encore influent dans pas mal de municipalités...Donc, si le PC monte sa liste, l'UMP n'a pas de craintes à avoir à mettre un des deux sénateurs sortants en numéro 3 avec une autre liste de centristes-DVD faisant quelques 40-80 voix, étant donné que le PC en prendra beaucoup plus à la liste PS...

Zimmer a écrit:Comme dans un certain nombre d'autres départements, le PS choisit dans l'Oise, comme chef de file, pour ces élections sénatoriales, le président du conseil général. C'est sans doute le meilleur choix pour ratisser le plus large possible, le principal enjeu (politique mais aussi historique) de ces élections étant, rappelons-le, de conquérir la présidence du Sénat.


Oui, c'est tout à fait de bonne guerre avec l'enjeu de la conquête du Sénat : je déplore juste le manque de renouvellement politique alors qu'il y a des opportunités avec le départ des sortants...Je ne veux pas donner l'impression de ne m'en prendre qu'au PS mais j'émets ces critiques à l'égard des socialistes car la gauche est la première à dégainer ses listes...la droite est encore très silencieuse et les stratégies à droite sont, je trouve, encore plus discutables (les diverses nominations de sénateurs de ces derniers mois, le non recours au vote des militants mais plutot les négociations souterraines et les promesses de postes contre un retrait...).
Mais je trouve un peu contradictoire pour le PS de mettre en avant un programme de renforcement de la démocratie (tout à fait louable : consultation des militants, primaires, non cumul des mandats) et de renforcer l'idée d'une classe politique : le problème avec ces listes, c'est qu'encore une fois, on met les mêmes en avant, et souvent ce ne sont pas des gloires ou des gens qui brillent par leurs succès électoraux...Et je ne suis pas sûr que ce soit forcément la meilleure stratégie électorale pour gagner le Sénat que de virer les sortants ou de ne pas positionner de petits élus locaux pour mettre des présidents de conseils généraux : OK, ils ont des atouts à dégainer (présence sur le terrain, subventions dans les communes...) mais le Sénat incarne pour moi toutes les collectivités territoriales : les CG comme les CR, les petites communes comme les secteurs urbains ; or, pour le moment c'est un peu décevant car je trouve que les listes que l'on nous livre pour le moment regorgent soit de PCG (Vincent Eblé, Yves Rome...) soit d'élus de grosses communes (Michel Delebarre-Audrey Linkenheld-René Vandierendonck, Yannick Vaugrenard-Michelle Meunier...)...
N'oublions pas que les surprises de 2008 ne sont pas toujours forcément venues des présidents de CG ou CR (il n'y a pas eu que les succès de François Patriat ou Claude Jeannerot mais aussi les échecs Jean-Louis Destans, Jean-Paul Bachy...) mais d'élus locaux, municipaux ou simples CG (Alain Fauconnier, Anne-Marie Escoffier...)...Et cette fois-ci, la droite, avec le risque de perte du Sénat, ne referra probablement pas les erreurs qui ont conduit, par ses querelles, aux élections de sénateurs de gauche dans l'Ain ou la Cote d'Or (où François Rebsamen a quand même bien galéré pour remporter son siège) par exemple...
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 20:20

Re: Les sénatoriales dans l'Oise

Messagede vudeloin » Ven 7 Jan 2011 12:32

La droite oisienne dispose effectivement a priori de la majorité des votes des électeurs sénatoriaux, effet d’un mode de désignation des électeurs assez nettement décalé des rapports de forces politiques locaux réels.

En même temps, tous les élus estampillés « divers droite « ne sont pas acquis au vote UMP, auquel cas le Sénat n’en serait pas là où il en est aujourd’hui.

La gauche peut obtenir le 4e élu, mais à condition d’être unie ( d’où une sénatrice qui ne serait pas socialiste ) et d’une division de la droite.
Celle ci a deux sortants, Vasselle et Marini qui ont, l’un comme l’autre, une forte personnalité et un poids non négligeable au Sénat.
L’un rapporte les lois de financement de la Sécurité Sociale et est resté Président de l’association des maires
L’autre est rapporteur général du Budget même s’il défend bien souvent des dossiers qui ont peu à voir avec l’Oise et beaucoup avec le secteur financier.
Il a contre lui d’être plus ou moins mêlé aux affaires Woerth et d’être assimilé à la spéculation immobilière, depuis les affaires de vente à la découpe, que ses initiatives parlementaires ont favorisé ( à son corps défendant ? ).
Il est donc un peu moins Oisien que Vasselle, et représente une autre droite sociologique que celui ci.
Si une liste de gauche, rassemblée, arrive en tête devant une liste Vasselle et une liste Marini, elle peut aller chercher le 4e élu.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Les sénatoriales dans l'Oise

Messagede Zimmer » Mar 11 Jan 2011 22:30

Nouvelle donne : des femmes et un 4e fauteuil
F.H. | 04.01.2011, 07h00

Les prochaines élections sénatoriales en septembre vont forcément bouleverser la donne. Pour la première fois, le département de l’Oise comptera quatre sénateurs au lieu de trois actuellement et, grande première, il devrait également y avoir au moins une femme parmi les élus. Autant dire que ce quatrième fauteuil est une aubaine pour les femmes qui rêvent de décrocher un mandat de sénateur.

Actuellement, l’UMP compte deux sénateurs : Philippe Marini, maire de Compiègne, et Alain Vasselle, maire d’Ourcel-Maison. André Vantomme, pour les socialistes, est le 3e sénateur. Mais ce dernier n’est pas certain du tout de conserver son fauteuil puisque la tête de liste socialiste sera emmenée par Yves Rome, président du conseil général avec Laurence Rossignol en numéro deux, André Vantomme n’étant que 3e sur cette liste devant l’épouse de Roger Menn, maire PS de Liancourt.

Caroline Cayeux pourrait être en 2e position sur la liste UMP

A droite, qui de Marini ou de Vasselle tirera la liste, en sachant qu’avec la parité l’un des deux se retrouvera automatiquement en 3e position, légèrement inconfortable? Caroline Cayeux, UMP, maire de Beauvais, sera sans doute en 2e position, ce qui pourrait enfin lui ouvrir les portes du Sénat. Frédérique Leblanc, épouse du maire UMP de Méru, est annoncée comme 4e de liste.

Au final, plusieurs cas de figure sont possibles, même si un grand chelem d’un des deux partis paraît exclu. Mais en politique les surprises sont toujours possibles.

http://www.leparisien.fr/beauvais-60000/nouvelle-donne-des-femmes-et-un-4e-fauteuil-04-01-2011-1211813.php
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

Re: Les sénatoriales dans l'Oise

Messagede maxxx » Mar 11 Jan 2011 22:48

Soit nous sommes lus par le Parisien, soit je commence à faire des prévisions de plus en plus exactes : les hypothèses annoncées pour la liste UMP sont exactement celles que j'évoquais dans mon billet inaugural à ce sujet (hypothèses Cayeux-Leblanc).
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 20:20

Re: Les sénatoriales dans l'Oise

Messagede vudeloin » Mar 11 Jan 2011 23:19

Pas forcément impossible de ce point de vue, à moins que nous soyons modestement géniaux :)
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Les sénatoriales dans l'Oise

Messagede Zimmer » Sam 28 Mai 2011 11:44

Dans une interview publiée il y a quelques jours sur Le Parisien.fr, la conseillère régionale et maire de Beauvais, Caroline Cayeux (UMP), confirme son souhait d'être candidate. Elle envisage cette candidature sur une liste d'union avec les deux sortants de son parti, Philippe Marini et Alain Vasselle.
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

Suivante

Retourner vers Élections sénatoriales de 2011

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Ecrire un discours

Alexandra Fresse

Le discours est un exercice récurrent, voire quotidien, des élus. De l'inauguration au discours de campagne, écrire un discours demande à la fois rigueur et imagination. De la rigueur dans la forme, de l'imagination dans l'art de toucher l'auditoire...

Découvrir l'ouvrage

Les compétences du conseil municipal, du maire et des adjoints

Joël Clérembaux

Les communes ont des compétences multiples, dont certaines seulement sont clairement identifiées par le Code général des collectivités territoriales ; les lois de décentralisation et la...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité