Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Les sénatoriales dans la Marne

Forum de discussion dédié aux élections sénatoriales de septembre 2011 et au renouvellement pour la première fois d'une moitié du Sénat français.

Les sénatoriales dans la Marne

Messagede maxxx » Dim 19 Sep 2010 18:44

Dans ce département où la droite et le centre dominent facilement depuis plusieurs générations, les élections sénatoriales devraient être en théorie assez calmes, dans la mesure où les équilibres droite-gauche, s'ils sont moins défavorables à la droite qu'il y a quelques années, n'ont pas non plus permis à celle-ci de prendre le dessus.

Les 3 sénateurs sortants, tous élus pour la première fois en 2001, sont, par ordre d'élection :
- Yves Détraigne (UC), 56 ans, maire de Witry-les-Reims depuis 1989, ancien vice-président du conseil général jusqu'en 2001, date à laquelle il conduit la liste RPR-UDF aux sénatoriales de septembre et devient un jeune sénateur à 47 ans.
- Françoise Ferat (UC), 61 ans, conseillère générale de Chatillon-sur-Marne depuis 1992, après avoir été vice-présidente de l'institution pendant de quelques années, maire de Cuchery, elle fut également élue pour la première fois en 2001.
- Jean-Claude Etienne (UMP), 69 ans, ancien député de Reims, ancien conseiller municipal de cette même ville sous l'ère Falala et surtout ancien président du conseil régional de Champagne-Ardennes de 1998 à 2004.

L'âge des candidats et le fait qu'ils finissent tous les trois leur premier mandat permettent d'envisager à coup sûr leur volonté de repartir...Seul Jean-Claude Etienne atteint un âge raisonnable pour prétendre à une retraite politique méritée, mais à 69 ans, avec la réduction du mandat à 6 ans, il pourrait très bien repartir et il n'y aurait rien d'illogique à cela.

Ce département est marqué par une bonne capacité structurelle de rassemblement de la droite et du centre : contrairement à ce qui s'est passé dans d'autres places fortes de la droite comme le Loiret et la Manche (qui ont grosso modo la même configuration politique que la Marne), les sénatoriales de 2001 ont été marquées par la constitution d'une liste unique RPR-UDF, qui a récolté les 2/3 des suffrages et a fait élire ses trois candidats mentionnés ci-dessus, malgré le scrutin proportionnel qui lui était plus défavorable. Le poids de la gauche était de toute façon très faible et n'aurait pu gagner un siège qu'en cas de très forte bataille à droite. En voix, sur les 1491 grands électeurs, 1022 - 68.5% - s'étaient dirigés vers la liste RPR-UDF et 290 seulement vers celle de la gauche unie (le reste pour des DVD et DVG) en 2001.

Depuis 2001, la droite a plus perdu que la gauche : c'était à la fois prévisible, eu égard aux rapports de force écrasants en faveur de la droite qui prouvaient que la gauche pouvait difficilement faire pire, et logique, si on prend en considération le contexte national de 2004, 2008 et 2010...Cela dit, c'est loin aussi d'être catastrophique pour la droite. On peut globalement résumer ces pertes à celles de Reims et Vitry-le-François en 2008 (pour la seconde, ce ne fut qu'un retour logique à un vote structurel à gauche, avec un FN toujours fort dans cette ville) et de quelques cantons en 2004 puis 2008 (avec un rapport actuel de 27 pour la majorité contre 17 à l'opposition, ce qui permet de parier à une très probable reconduction de la droite en 2011 au conseil général). La droite reste très majoritaire dans des villes d'importance (Chalons, Epernay, Tinqueux, Saint Memmie) dans les campagnes, et c'est à cause de celles-ci que la gauche ne parvient pas à conquérir de siège au Sénat.

Le retour au scrutin majoritaire permettra très probablement à la droite et au centre d'éviter le gain par la gauche d'un siège. Les deux sortants centristes repartiront avec une influence renforcée, la prime aux sortants et leur travail de terrain : ils seront probablement soutenus par l'UMP, qui n'a plus rien à leur reprocher depuis leur départ du Modem en octobre 2009 et leur adhésion à l'ALC de Jean Artuis, et donc leur positionnement sans équivoque au centre-droit. Ce ne sera peut être plus avec 68% des voix qu'ils seront élus mais, avec les gains de la gauche, ce sera certainement dans une fourchette entre 55 et 60% des voix au premier tour.
Ils emporteront dans leur sillage soit le sortant UMP ou soit, s'il décide de raccrocher, l'actuel président du conseil général UMP, René-Paul Savary, 57 ans. Je ne vois pas de candidat à l'UMP aussi crédible que lui. S'il ne se présentait pas, ce pourrait être dans ce cas le maire-conseiller général UMP de Tinqueux, Jean-Pierre Fortuné, 52 ans, ou le maire de Chalons, Bruno Bourg-Broc, ancien député qui l'est redevenu avec la nomination de Benoit Apparu au gouvernement.

La stabilité sera donc très certainement la règle dans ce département...
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 20:20

Re: Les sénatoriales dans la Marne

Messagede SALVAT » Lun 27 Sep 2010 21:44

Actuellement, mes pointages sur ce département donnent 520 voix pour la gauche toutes tendances confondues et 850 voix pour la droite et le centre , une dizaine de voix pour le FN.
Donc, c'est vrai que les sortants ont toute chance d'être réélus s'ils restent unis : il faudra que l'UMP se fasse modeste et se contente d'un candidat titulaire : par le biais des suppléants elle peut trouver une compensation, bien qu'il ne soit pas convenable de tabler sur la disparition physique d'un "allié" !
L'étoile de Jean-Claude ETIENNE a pâli depuis 2001 date de son entrée au Palais du Luxembourg : il a perdu la région : la candidature du maire de Tinqueux, s'il conserve son canton, ce qui n'est pas assuré, mettrait en selle un élu qui contribuerait au renouvellement du personnel politique. Quant à BBB, il commence à appartenir à l'histoire depuis son élection comme député en janvier 1982...mais lui, n'a jamais connu l'échec.
Donc, pas de surprise mais un tassement des voix imputable à la perte de Reims (-90 voix) et à celle de Vitry (-18) : à ces voix s'ajoutent par petits paquets celles de communes où la droite a disparu des municipalités faute de candidats et de communes où des divers gauche ont remplacé des divers-centre et divers-droite. un déficit de conseillers régionaux et deux conseillers généraux complètent la soustraction..élargie de deux ou trois sièges lors des élections cantonales de 2011 (mais j'y reviendrai dans la rubrique appropriée).
Bertrand SALVAT
SALVAT
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 3999
Inscription: Dim 8 Nov 2009 22:13
Messages : 1 (détails)

Re: Les sénatoriales dans la Marne

Messagede maxxx » Jeu 28 Oct 2010 10:33

Jean-Claude Etienne quitte le Sénat


MARNE. En acceptant un mandat au sein du CESE, Jean-Claude Etienne, sénateur de la Marne depuis 2001, ouvre dans notre région la campagne pour les sénatoriales de septembre 2011.

Le sénateur Etienne (UMP) a été nommé, hier, au Conseil économique, social et… environnemental. Il figure au nombre des 40 personnalités qualifiées choisies par le gouvernement, dont la liste a été adoptée en conseil des ministres.
D'autres personnalités politiques d'importance accompagnent M. Etienne dans son évolution vers le CESE, à commencer par le conseiller de Nicolas Sarkozy pour les Affaires sociales, Raymond Soubie. Jean-Claude Etienne nous a d'ailleurs expliqué que c'est ce dernier qui l'avait approché et convaincu de rejoindre les rangs de cette assemblée, dont les membres ont statut de parlementaires, et qui travaillera rapidement sur le dossier des retraites, dont il sera de nouveau question en 2013. Raymond Soubie, 70 ans, avait annoncé son départ de l'Elysée après la promulgation de la réforme des retraites.
Parmi les personnalités nommées au CESE, figure également le médiateur de la République Jean-Paul Delevoye, ancien ministre de Jacques Chirac, favori pour prendre la présidence du conseil. A noter le maintien d'un autre collaborateur du chef de l'Etat, Pierre Charon, qui siégeait déjà dans l'ancien Conseil économique et social, rebaptisé CESE, du fait de son élargissement environnemental.
Dans un registre quelque peu différent, on observe la nomination de jeunes femmes émérites, telles l'escrimeuse Laura Flessel et la navigatrice Maud Fontenoy.

348 sièges, curules, cela va sans dire

Jean-Claude Etienne nous a dit être heureux de cette évolution de son cursus honorum. Victime de graves incidents de santé qu'il a su surmonter d'assez extraordinaire manière, le Pr. Etienne est curieux de tout et… philosophe. « J'ai été frôlé par l'aile des anges, alors… » Il apprécie donc ce « plus » que lui a offert la Providence et œuvre au mieux de ses compétences dans l'intérêt général, tant en matière de Santé que de Bioéthique.
Sa décision d'opter pour le CESE fait des « heureux ». Sa suivante de liste sénatoriale, Mireille Oudit, maire de Val-de-Vière jusqu'en 2008, est proche de Charles de Courson. Elle est en droit d'accepter, ou pas, ce mandat qui prendra fin en septembre 2011. Elle avait précédemment décliné cette éventuelle succession - ce qui l'honore - lors du grave incident de santé du Pr. Etienne… Au cas où elle passerait son tour, ce serait à René-Paul Savary, président du conseil général de la Marne de faire valoir ses droits. Mais pour 2011, le jeu est ouvert. Le scrutin de liste de 2001 avait permis une alliance UMP-UDF profitable à la droite, avec l'élection de Yves Détraigne (UC), maire de Witry-lès-Reims et Françoise Férat (UC), conseillère générale de Châtillon-sur-Marne en sus de Jean-Claude Etienne ; la donne sera différente en 2011, avec un scrutin majoritaire à deux tours. Pour mémoire 170 sièges seront à pourvoir au Sénat, soit 50 % de l'effectif. Pour obtenir la majorité absolue au Sénat, la gauche devrait conquérir 22 sièges par rapport aux 153 qu'elle détient actuellement, sachant que l'effectif total du Sénat sera porté à 348 sièges, curules, cela va sans dire.


http://www.lunion.presse.fr/article/region/jean-claude-etienne-quitte-le-senat
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 20:20

Re: Les sénatoriales dans la Marne

Messagede maxxx » Jeu 28 Oct 2010 10:43

On peut envisager des pressions sur Mireille Oudit, suivante de liste, par l'UMP : la nomination de Jean-Claude Etienne n'est pas innocente, tout le monde le sait, et elle s'inscrit dans la droite ligne de celles de Michel Thiollière à la CRE ou de Christian Gaudin dans la préfectorale.

Je pense qu'une telle nomination vise avant tout à rapprocher René-Paul Savary, président UMP du conseil général, du Sénat : comme le précise l'article, il suit dans la liste Mireille Oudit et si celle-ci déclinait la proposition, il se retrouverait au Sénat moins d'un an avant le renouvellement de septembre 2011 : ça ferait taire les autres ambitions et le légitimerait pour sa réélection de 2011.

En plus, je ne crois pas que l'UMP verrait d'un très bon œil que les 3 sièges soient occupés par des centristes, avec cette proche de Charles de Courson : pour éviter de perdre le Sénat, l'UMP sera obligée dans ce département d'appuyer les 2 autres sortants mais la contrepartie sera que le siège du sénateur Etienne lui revienne.
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 20:20

Re: Les sénatoriales dans la Marne

Messagede SALVAT » Jeu 28 Oct 2010 13:01

tout à fait d'accord avec maxxx...mais que de manoeuvres se déroulent sous nos yeux sans que personne (médias etc...) ne les dénonce. La règle nouvelle d'accès des suppléants aux mandats des titulaires, pratiquement quelles qu'en soient les circonstances, est inique, de même que les retours de ministres sur leurs sièges de parlementaires sans élections. Cela rappelle les heures les plus tristes de la IV° république (qui n'a pas eu que ces aspects là) où l'on vit des ministres rejoindre leurs rangs de parlementaires pour voter pour ou contre le gouvernement auquel ils appartenaient avec toute la confusion des pouvoirs qu'une telle pratique engendrait.Nous n'en sommes plus loin : encore une réformette et l'on y sera !
Bertrand SALVAT
SALVAT
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 3999
Inscription: Dim 8 Nov 2009 22:13
Messages : 1 (détails)

Re: Les sénatoriales dans la Marne

Messagede vudeloin » Mer 12 Jan 2011 02:02

Pour revenir sur les messages précédents, tout d'abord, je conforte l'analyse de Salvat sur le nombre de votes.

Sur le collège des délégués municipaux, sous les réserves d'usage, j'ai environ 490 voix à gauche, une soixantaine dans la mouvance centriste avérée, près de 300 sur les listes UMP et plus de 700 votes sur des listes divers droite et d'intérêts communaux.

En fait, toute la question est de savoir, dans cette affaire, comment vont se régler les relations UMP - centristes, attendu que le retour au scrutin majoritaire leur permet de s'expliquer sans que la gauche ait beaucoup de sens de gêner le règlement de comptes.
Personnellement, je pense que l'UMP va tenter d'asseoir sa suprématie sur la droite marnaise, ne serait ce que pour poser les jalons de la reconquête future d'une région, Champagne Ardennes, dont elle ne comprend toujours pas comment elle a pu passer à gauche en 2004 et le confirmer en 2010.
Alors, affaire à suivre.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Les sénatoriales dans la Marne

Messagede vudeloin » Jeu 18 Aoû 2011 19:27

Un petit article qui permet d'y voir plus clair sur la situation locale...

MARNE. Anomalie criante, sur trois postes de sénateurs dans la Marne, deux étaient occupés par des femmes. Heureusement, l'UMP veillant au grain, cette anomalie ne devrait pas se reproduire lors des sénatoriales de septembre prochain.

La suite : http://m.lunion.presse.fr/article/marne/senatoriales-de-septembre-le-troisieme-homme

Message édité par Zimmer le 18/08/11 à 22 h 38. Réduction de l'article, voir ici pour davantage de précisions.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Les sénatoriales dans la Marne

Messagede vudeloin » Ven 19 Aoû 2011 11:15

Pour mémoire, René Paul Savary est le président du Conseil général de ce département où la gauche, pour son grand malheur, si l'on peut dire, est un peu trop urbaine pour espérer quoique ce soit.
En même temps, si cela châble dans les campagnes sur des questions comme les finances locales ou la réforme des collectivités locales, chi lo sà ?

Ma conclusion provisoire est donc la suivante : si l'un des trois sièges de droite ( on peut aisément, à la lecture de l'article en lien avec le message précédent mesurer que ni Françoise Férat ni Yves Détraigne ne sont prêts à s'allier avec la gauche ) passe à gauche, c'est que le Sénat sera, à coup sûr, de gauche le 25 septembre !

PS pour l'information d'Yves Détraigne, je rappelle tout de même, si cela a échappé à l'intéressé, que, jusqu'en 1968, et l'élection d'Alain Poher au enième tour de scrutin, à trois heures du matin après un souper sandwich au Tournon, le Président du Sénat s'appelait Gaston Monnerville et qu'il n'était pas vraiment de droite puisque radical, fondant sa majorité sénatoriale sur un rassemblement allant de la SFIO aux centristes...
C'est là une erreur historique assez répandue que de penser que la droite a toujours été majoritaire au Sénat depuis 1958, alors qu'en réalité, les choses étaient plus floues...
Notons juste que si le Président Monnerville était un radical plutôt orienté à gauche, un autre membre de son groupe, Marcel Pellenc, rapporteur général du budget, était, lui, plutôt orienté à droite et qu'il n'a jamais fait voter contre une loi de finances présentée par le pouvoir gaulliste.
Comme quoi, rien n'est simple
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Les sénatoriales dans la Marne

Messagede chroniqueur central » Ven 19 Aoû 2011 14:57

Les clivages entre gauche et droite étaient différents dans les années 60, à une période de consensus sur le socle des valeurs républicaines issues du programme du CNR, avec une politique économique à dominante keynésienne reposant sur une planification indicative dans une économie de marché sous surveillance de la puissance publique (changes fixes, encadrement du crédit, secteur bancaire dominé par les 3 nationalisées en 1945 (BNP, SG et CL).
Le clivage majeur opposait les partisans d'un régime parlementaire aux gaullistes historiques défendant la prééminence du Président.
Dans les premiers se trouvaient des familles politiques de centre-droit alliées à celles du centre gauche dans les élections locales, par exemple les municipales de 1965, alors que la gauche discutait à l'époque de la "grande fédération" portée par Gaston Defferre, Pierre Uri, Pierre Abelin et quelques autres et que le PC commençait seulement à tenter de sortir de son isolement.
La majorité sénatoriale de 1958 à 1974, unie sur les questions institutionnelles, correspondait à cette réalité politique de l'époque tant avec Gaston Monnerville qu'avec Alain Poher.
chroniqueur central
 
Messages: 547
Inscription: Dim 17 Avr 2011 11:13

Re: Les sénatoriales dans la Marne

Messagede vudeloin » Sam 20 Aoû 2011 03:23

Mince, un cours d'histoire...
Merci, chroniqueur central, mais bon, en soi, disons que si cela apprend quelque chose aux petits jeunes, tant mieux, pour le reste ;)
Le fait est que l'élection de Poher à la présidence du Sénat en 1968 a constitué un mouvement vers la droite de la Haute Assemblée, les électeurs de l'ancien maire d'Ablon sur Seine étant plutôt à rechercher de ce côté là de l'échiquier politique que dans le pacte centre gauche - centre droit qui avait cours avec Monnerville.
Pour en revenir à l'essentiel, on dira aussi que le Sénat est devenu un enjeu spécifique d'élections plus " politisées " à compter de 1977, qui ont marqué une progression de la gauche, puis 1980, qui ont été touchées par des règlements de comptes internes à la gauche qui l'ont sans doute privé de nombreux élus.
Ensuite, à partir de 1983, le Luxembourg est devenu à la fois la caisse de résonance de l'opposition de droite au gouvernement de la gauche sous Mitterrand et le lieu d'expansion du RPR de Pasqua, qui s'est lancé dans une offensive grand style de prise de contrôle du Sénat.
Le cycle centriste s'est achevé en 1995 avec l'élection de Christian Poncelet, dans des conditions que je me permettrais, un de ces jours, de rappeler, vu qu'elles créèrent un profond dépit chez le tenantr du titre, René Monory, et de sérieux tiralilements au sein dse groupes de la majorité d'alors.
2011 va t elle marquer la fin du cycle des post gaullistes ?
Réponse dans un mois et quelques jours...
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Suivante

Retourner vers Élections sénatoriales de 2011

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

L'acte III de la décentralisation - Une nouvelle donne pour les territoires

Chrystelle Audoit, Aurélie Aveline, Mounia Idrissi et Laurent Roturier

À vouloir répondre à tous les enjeux territoriaux à la fois, tout en s'exonérant d'une réforme constitutionnelle, la nouvelle réforme territoriale...

Découvrir l'ouvrage

Guide de l'élu délégué à l'enfance et à la jeunesse

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques en faveur de l'enfance et de la jeunesse : les acteurs et le contexte d'intervention, les enjeux, les champs d'intervention. Il développe aussi une démarche d'élaboration et de mise en oeuvre de cette...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité