Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Les cantonales en Seine-Saint-Denis

Chambre de discussion sur les élections cantonales qui seront organisées en mars 2011 et visant au renouvellement de la moitié des conseillers généraux.

Les cantonales en Seine-Saint-Denis

Messagede Zimmer » Dim 1 Aoû 2010 12:17

Ayant eu une présidence communiste de sa création, en 1967, jusqu'à 2008, le conseil général de la Seine-Saint-Denis, département qui fut pendant longtemps un bastion emblématique du PCF (entre 1978 et 1981, les neuf députés qu'il comptait alors étaient tous membres du parti dirigé à l'époque par Georges Marchais), est présidé par le socialiste Claude Bartolone depuis 2008.

Si cette présidence ne devrait pas changer à l'issue du renouvellement cantonal du mois de mars prochain, ce scrutin devrait néanmoins s'avérer intéressant, notamment dans la perspective, même si elle est encore lointaine, des élections municipales de 2014. Dans la plupart des villes encore détenues par le PCF, la concurrence est en effet âpre entre celui-ci et un PS qui souhaite désormais être hégémonique sur le département. Aux dernières élections municipales de mars 2008, il y avait eu de nombreuses primaires entre ces deux partis dans ces différentes villes, le PS, même lorsqu'il était devancé par le PCF, s'étant alors maintenu au second tour dans certaines d'entre elles (il avait, de cette façon, remporté notamment Aubervilliers).

Le conseil général est actuellement composé de 40 membres, avec 30 élus de gauche (dont 16 PS, 11 PCF et apparentés, 1 FASE, 1 Europe Ecologie et 1 divers gauche) et 10 élus de droite (dont 9 UMP et apparentés et 1 Nouveau Centre).

Le renouvellement de mars 2011 concernera 20 cantons : 9 sont détenus par le PS (Aubervilliers-Est, Aulnay-sous-Bois-Nord, La Courneuve, Epinay-sur-Seine, Les Lilas, Montreuil-Ouest, Noisy-le-Grand, Pantin-Ouest et Pierrefitte-sur-Seine), 6 par l'UMP et apparentés (Drancy, Gagny, Montfermeil, Les Pavillons-sous-Bois, Le Raincy et Rosny-sous-Bois), 3 par le PCF et apparentés (Saint-Denis-Nord-Ouest, Saint-Ouen et Villepinte), 1 par Europe Ecologie (Sevran) et 1 par une élue divers gauche (Romainville).

En cas de nouvel échec probable de la droite au plan national, le PS pourrait conquérir, au détriment de l'UMP, les cantons du Raincy (qui comprend la commune de Clichy-sous-Bois qu’il dirige déjà), de Drancy (où le PCF paraît désormais en retrait), de Montfermeil (dans le cas d’une triangulaire avec le FN) et éventuellement de Rosny-sous-Bois (il s’agira également là d’un test intéressant, puisque le conseiller général sortant, Claude Capillon, s’il se représente, est aussi le tout nouveau maire de la ville). Le PCF pourrait conserver ses trois sièges, même si son avance sur le PS est assez faible dans le canton de Villepinte (la conseillère générale élue en 2004, Nelly Roland Iriberry, a toutefois remporté la mairie de Villepinte en 2008, ce qui devrait lui donner un avantage si elle se représente), tandis que la droite ne semble en mesure de conquérir aucun siège. La bataille devrait être serrée, au sein de la gauche, dans le canton de La Courneuve, que le PCF peut éventuellement espérer reconquérir sur le PS, notamment si le maire communiste de la ville, Gilles Poux, était candidat, et aussi dans celui de Montreuil-Ouest (j‘en avais déjà parlé dans ce sujet), où les choses paraissent assez ouvertes entre le PS, les Verts et le PCF (ou, le cas échéant, le Parti de Gauche, allié au PCF et qui est également bien implanté dans cette ville).

Au total, le PS devrait, au minimum, conserver son avance en nombre de sièges et dans le meilleur des cas pour lui, la consolider.
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

Re: Les cantonales en Seine-Saint-Denis

Messagede BeN » Dim 29 Aoû 2010 08:41

Je crois qu'il est important de rajouter une ou deux informations sur les cantons renouvelables, qui ne devraient pas tous être perdus pour la Droite locale. Je pense notamment au canton d'Epinay sur Seine qui, s'il a échappé à son Maire Hervé CHEVREAU en 2004, pourrait le conquérir, fort de sa large victoire (60% au 1er tour aux Municipales en 2008) précédente. Désormais sans étiquette, mais à coup sûr bien de Droite, le Maire d'Epinay, pourra ravir au PS Serge MERY un canton-ville, qui sera séduit par un Maire pouvant également sièger au Département ; demain à la Région avec la réforme territoriale.
Comptons aussi sur les bons scores précédents de la Droite à Saint Ouen, où une autre bataille interne fait rage à la Mairie entre Communistes et Socialistes. Jacqueline ROUILLON qui se targue maintenant de ne plus faire partie du PCF, est en délicatesse avec sa majorité, où les socialistes menés par le tout nouveau Conseiller Régional Abdelhak KACHOURI, pourraient prendre le couteau entre les dents. Les reports de voix au 2nd tour pourront ne pas être si automatiques, sur un scrutin ne l'oublions pas, unique (pas de municipales ou de régionales accolées) et manquant d'intérêt immédiat. La Droite unie - pour une fois - pourrait en profiter.
Pour revenir sur le canton de Montreuil Ouest, là encore, on peut imaginer une bagarre rangée entre le sortant PS, les tenants de la Majorité municipale Verte, les héritiers du quasi-communiste BRARD et un candidat Divers Droite ; et la quadrangulaire est possible au 2nd tour.
Enfin, les faibles écarts entre Droite et Gauche à l'occasion des Municipales de Villepinte ou Aulnay, qui ont pour toutes les 2 tournées à l'avantage de la Gauche, pourraient très bien en cas de faible participation au scrutin, bénéficier ce coup-ci à l'opposition de Droite.
BeN
 
Messages: 39
Inscription: Dim 29 Aoû 2010 07:57
Localisation: Ile de France

Re: Les cantonales en Seine-Saint-Denis

Messagede Zimmer » Dim 29 Aoû 2010 09:51

Je suis d'accord sur le fait que j'ai peut-être été un peu trop "optimiste", en ce qui concerne le PS, pour le canton d'Epinay-sur-Seine. L'actuel conseiller général, Serge Méry, n'avait été réélu, en 2004, qu'avec une avance de 58 voix, au second tour, contre le maire désormais "divers droite" (il était, à l'époque, candidat UDF) Hervé Chevreau. Si ce dernier est à nouveau candidat, ce canton peut en effet basculer à droite, d'autant plus que le PS spinassien a connu quelques turbulences, à l'occasion des dernières élections régionales, lorsque le même Serge Méry, alors également conseiller régional sortant, avait été écarté de la liste départementale au profit du conseiller municipal Yannick Trigance.

Je partage également l'avis que le canton de Saint-Ouen ne restera pas "éternellement" acquis au PCF, tout comme d'ailleurs la mairie. Je pense néanmoins que, pour cette fois-ci encore et même s'il peut toujours y avoir des surprises, la maire et conseillère générale sortante, Jacqueline Rouillon, restera la mieux placée pour se succéder à elle-même.

La bataille devrait en effet être très dure, à gauche, dans le canton de Montreuil-Ouest. Pour qu'il y ait une quadrangulaire au second tour, il faudrait, toutefois et entre autres conditions, que quatre candidats franchissent la limite des 10 % des électeurs inscrits au premier tour, ce qui supposerait un bon taux de participation.

Enfin, je ne vois pas la droite reconquérir, lors de ce scrutin, les cantons d'Aulnay-sous-Bois-Nord (le plus à gauche des deux cantons que compte la ville) et de Villepinte.
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

Re: Les cantonales en Seine-Saint-Denis

Messagede Jean-Philippe » Dim 29 Aoû 2010 10:46

BeN a écrit:Pour revenir sur le canton de Montreuil Ouest, là encore, on peut imaginer une bagarre rangée entre le sortant PS, les tenants de la Majorité municipale Verte, les héritiers du quasi-communiste BRARD et un candidat Divers Droite ; et la quadrangulaire est possible au 2nd tour.


A cause de l'abstention qui promet d'être importante dans ces cantons populaires, souvent ancrés à gauche, quand la gauche part divisée, elle ratisse plus large et cela a souvent pour conséquence d'éliminer le candidat de droite, comme lors des municipales 2008 à Montreuil. Une quadrangulaire est donc quasi impossible dans ce type de canton.

L'abstention risque de coûter très cher aux candidats qui devront affronter des dissidents bien implantés. A droite, le FN sera en embuscade, pouvant profiter d'éventuelles dissidences, alors qu'à gauche, les divisions entre socialistes, communistes (et apparentés) et écologistes peuvent faire chuter des sortants, même si le canton reste à gauche.

Comme Zimmer, à part à Epinay, je ne vois pas la droite gagner le moindre siège. Le solde de 2004 ayant été négatif d'un siège pour la gauche (gain facile de Villepinte, mais pertes d'assez peu de Drancy et du Raincy), le rapport de force gauche/droite ne devrait guère évolué.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8979
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Re: Les cantonales en Seine-Saint-Denis

Messagede BeN » Dim 29 Aoû 2010 18:51

Va pour l'impossibilité de quadrangulaire à Montreuil Ouest, mais le maintien de deux candidats de gauche au 2nd tour, est certain ; les récentes dissensions au sein de la majorité Verts/PS auxquelles il faut ajouter la querelle entre BRARD et VOYNET, où cette dernière a pris la Mairie au premier, rendra l'ambiance belliqueuse. Si un candidat de Droite fait 20 à 25 % pour lui aussi se maintenir, le double maintien à gauche risquerait éventuellement, de faire basculer le canton dans le giron de la Droite. Lors des Municipales, on a pu voir ce genre de pari, pris par la Gauche à la Courneuve. Malgré l'arrivée en tête de la liste communiste, celle menée par le socialiste Stéphane TROUSSEL s'est maintenue alors que la liste UMP le faisait également. Tout comme à Aubervilliers, où ce sont les communistes qui ont à leur tour fait voler en éclat l'accord séculaire de retrait au bénéfice du meilleur score à Gauche. La guerre totale faisant rage entre PS et PC en Seine Saint-Denis, les différents candidats sont parfaitement capables de faire ce genre d'erreur.
Pour Aulnay, les retraits de certains groupes politiques au sein de la majorité municipale, et la politique de transformation de la ville - pour ne pas dire de bétonnage - rend la position du Maire-candidat Gérard SEGURA assez difficile. Maintenant, il est en effet titulaire du poste dans ce canton depuis 1998, où il l'avait remporté à l'époque contre Gérard GAUDRON, qu'il battit justement lors des dernières municipales. Toutefois, la surprise par l'abstention reste possible : je maintiens si vous le permettez...
Pour en finir, si je consens qu'une quelconque victoire sur un canton par la Droite est difficile (mais possible !), il faut aussi pouvoir imaginer que le PS perde 2 cantons au profit du PC, et que la Présidence de Claude BARTOLONE lui échappe, et revienne aux Communistes !
BeN
 
Messages: 39
Inscription: Dim 29 Aoû 2010 07:57
Localisation: Ile de France

Re: Les cantonales en Seine-Saint-Denis

Messagede Zimmer » Lun 30 Aoû 2010 08:50

BeN a écrit:Tout comme à Aubervilliers, où ce sont les communistes qui ont à leur tour fait voler en éclat l'accord séculaire de retrait au bénéfice du meilleur score à Gauche.


Lors des élections municipales de 2008, à Aubervilliers, c'est la liste du PCF qui devançait celle du PS, à l'issue du premier tour, et c'est celui-ci (comme, en effet, à La Courneuve et dans d'autres villes du département) qui n'a pas joué le jeu du désistement et de la fusion. A Aubervilliers, cette stratégie lui a été payante puisqu'il a réussi à devancer le PCF et à conquérir la mairie lors du second tour.
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

Re: Les cantonales en Seine-Saint-Denis

Messagede BeN » Sam 4 Sep 2010 18:59

La rentrée politique est de toutes les façons morose pour la majorité présidentielle, et le scrutin de mars prochain sera mauvais pour elle. En regardant les résultats aux cantonales sur quelques années en arrière, on constate que les électeurs se prononcent, systématiquement, en contre de la politique gouvernementale. En France, en 1988 et 1992, les renouvellements partiels des conseils généraux ont contribué à mener à la tête des départements, jusqu'à 80% de présidences de Droite, au seul motif que la Gauche était à la tête de l'Etat. Depuis 2004, c'est maintenant l'inverse avec actuellement 60 % de Présidence de Gauche.

Les bons scores de la Droite sur des cantons de Seine Saint-Denis n'ont été obtenus dans des endroits aussi improbables que Pantin, Montreuil ou Aulnay Nord, qu'en 1992 ; lorsque les Gouvernements CRESSON puis BEREGOVOY ne finissaient pas d'être impopulaires.

Ne pensez-vous pas alors, comme en Province, qu'il ne serait pas judicieux aux candidats de la Droite, de mettre leur appartenance politique de côté, et de faire campagne en affichant leur personnalité plutôt que leur étiquette ? Plus encore que pour les Municipales de 2008, le logo UMP sera véritablement à bannir.
BeN
 
Messages: 39
Inscription: Dim 29 Aoû 2010 07:57
Localisation: Ile de France

Re: Les cantonales en Seine-Saint-Denis

Messagede maxxx » Jeu 9 Sep 2010 18:44

BeN a écrit:Comptons aussi sur les bons scores précédents de la Droite à Saint Ouen, où une autre bataille interne fait rage à la Mairie entre Communistes et Socialistes. Jacqueline ROUILLON qui se targue maintenant de ne plus faire partie du PCF, est en délicatesse avec sa majorité, où les socialistes menés par le tout nouveau Conseiller Régional Abdelhak KACHOURI, pourraient prendre le couteau entre les dents. Les reports de voix au 2nd tour pourront ne pas être si automatiques, sur un scrutin ne l'oublions pas, unique (pas de municipales ou de régionales accolées) et manquant d'intérêt immédiat. La Droite unie - pour une fois - pourrait en profiter.


Il est en effet intéressant d'avoir noté que le canton de Saint Ouen pourrait réserver des surprises lors de ces cantonales. La gauche n'a d'habitude aucun souci à se faire dans ce fief du PC et on pourrait penser au premier abord, comme en 2004, que cela se résumera à un duel PC-PS pour savoir qui gagnera le canton, au premier tour et qui fera donc 100% des voix au second.

Une analyse plus fine montre en effet que la ville a pour habitude de ne pas être tant à gauche que cela. La droite était structurellement divisée aux municipales et aux cantonales entre 2,3 voire 4 candidatures/listes différentes, qui n'arrivaient jamais à s'entendre. Les municipales de 2008 se sont soldées par un score historique pour une liste de droite : la communiste sortante Jacqueline Rouillon, tête de liste d'une gauche unie, n'a été réélue qu'au second tour, avec 51% des voix, contre 39.8% à la liste de droite conduite par William Delannoy et 9.2% à une liste étiquettée DVG mais en réalité davantage apolitique, menée par des associatifs...Et ceci dans un contexte national défavorable à la droite. Ce n'est pas que la droite n'atteignait jamais de bons scores, mais ceux-ci n'étaient obtenus qu'en additionnant les voix de différentes listes, dont certaines SE ou DVD...Sans compter un FN d'habitude toujours en embuscade mais qui semble avoir lâché le pied sur la ville de Saint Ouen, au plus grand bonheur de la droite parlementaire...

Comme certains l'ont signalé, le PC pourrait peut être regagner la présidence en 2011...en comptant sur une perte de sièges globale pour la gauche. Ce constat à un côté un peu schizophrène, mais la bonne tenue de la droite pourrait en effet permettre au PC d'envisager une reconquête : il faudrait que la droite vienne taquiner le PS dans des cantons comme Epinay ou Aulnay-Nord en investissant le maire DVD d'Epinay, Hervé Chevreau, et le député UMP Gérard Gaudron. Le second cas est effectivement beaucoup moins improbable que le premier : Hervé Chevreau risque fort de s'emparer du canton mais je doute que Gérard Gaudron ait une réelle chance de victoire, sauf dans l'hypothèse d'un mécontentement vis-à-vis de la municipalité Ségura et d'un vote sanction contre ce dernier...
Il faudrait dans tous les cas un 3ème canton pour le PC : La Courneuve est l'hypothèse la plus crédible si Gilles Poux part au combat.
Mais le PC devrait espérer en retour que l'UMP ne perde aucun siège : celle-ci est bien ancrée aux Pavillons et Gagny et les scores locaux sur Drancy éloignent l'hypothèse d'une défaite du premier adjoint de Jean-Christophe Lagarde, Stéphane Salini. Le fait que le conseiller général UMP Claude Capillon soit devenu, depuis peu, maire de Rosny-sous-Bois, à la suite du décès de Claude Pernès (NC), lui donne une visibilité sans pareille, ce qui ne peut que le renforcer aux cantonales...Cela dit, rien n'est gagné pour lui.
Le dernier canton, celui de Drancy, se jouera comme d'habitude dans un 50/50 entre le conseiller général UMP Ludovic Toro et le désormais célèbre maire PS de Clichy-sous-Bois Claude Dilain: les deux villes du canton sont totalement opposées sociologiquement et électoralement et cela se joue sur les taux de participations, comme en 2004. Clichy-sous-Bois compte deux fois plus d'habitants que le Raincy, mais il n'est pas besoin de faire une longue analyse sociologique pour expliquer que la seconde se mobilise beaucoup plus que la première, ce qui a permis la victoire de la droite en 2004 et en 1992. Tout dépend aussi des divisions à droite au Raincy entre le clan Raoult et le trublion de droite, Jean-Marie Genestier...
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 20:20

Re: Les cantonales en Seine-Saint-Denis

Messagede maxxx » Jeu 9 Sep 2010 19:00

Correction : je parlais bien évidemment du canton du Raincy dans mon dernier paragraphe...

Pour revenir à Saint-Ouen, je voulais juste ajouter qu'il ne serait pas improbable que la ville connaisse une évolution similaire à celle de Drancy. Il y a trois modèles d'implantation de la droite en Seine-Saint-Denis :
- une poignée de villes sociologiquement et historiquement à droite (Le Raincy, Neuilly-Plaisance, Villemonble, Le Bourget),
- des villes avec des difficultés sociales nombreuses, donc plutôt favorables au PC et à la gauche à la base, à implantation longue (ce fut le cas des Lilas avec Jean-Jack Salles, d'Aulnay-sous-Bois avec Jean-Claude Abrioux et c'est désormais le cas des Pavillons, de Montfermeil et, même si l'implantation est toute récente, de Drancy ou d'Epinay). Sur ce point, il faut guetter les scores de la droite sur Saint Ouen et Le Blanc Mesnil pour voir que ces deux dernières pourraient suivre le même chemin dans les 10 prochaines années.
- des villes à éclipse pour la droite : des succès conjoncturels sans transformation de l'essai (Sevran avec Jacques Oudot (RPF) de 1995 à 2001, Villepinte avec Martine Valleton (UMP) de 2002 à 2008 et Noisy-le-Sec avec Nicole Rivoire (UDF-Modem) de 2003 à 2008)...Ces villes retombent généralement dans l'escarcelle de la gauche et la droite retrouve ses scores d'antan, comme c'est le cas à Sevran.
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 20:20

Re: Les cantonales en Seine-Saint-Denis

Messagede BeN » Ven 10 Sep 2010 09:12

Somme toute, on pourrait imaginer un scénario de bonne tenue de la droite départementale ; avec un regain de vitalité du PC, moins sur ses positions acquises, que sur ses cantons perdus.

Imaginons que la droite conserve ses cantons, même là où elle serait théoriquement en difficulté (Le Raincy, Drancy, Rosny sous bois, Coubron) ; retenons que les pertes de cantons historiquement communistes, et passés en 2004 au PS (Aubervilliers-Est et la Courneuve) reviennent dans l’escarcelle du PC (ce dernier en guerre larvée avec le PS) ; et qu’enfin, la Droite obtiennent malgré le contexte national, des surprises dans la 1ère Circonscription législative, à Epinay et Saint Ouen donc, mais aussi à Montreuil-Ouest : la physionomie du Conseil Général en serait vraiment changée.

En effet, la Seine Saint-Denis passerait de 17 conseillers généraux socialistes et apparentés à 13, pendant que les communistes monteraient de 13 à 14. On pourra imaginer alors que Claude BARTOLONE subira une défaite sur ses terres, alors qu’il est actuellement au PS dans le quarteron des premiers ministrables… Ce serait fâcheux pour lui.

Par ailleurs, j’ai cité la 1ère circonscription comme pouvant profondément changer sur le plan cantonal en mars prochain. Celle-ci, et malgré le redécoupage MARLEIX de 2012, restera composée de 3 cantons ; et dans le scénario précédemment esquissé, deux d’entre eux pourraient passer à droite. Sans digresser sur le topic des Législatives 2012 du présent forum, on peut encore une fois avoir l’imagination fertile et penser qu’un autre cacique socialiste en la personne du Député LEROUX, pourrait lui aussi avoir à subir déconvenue.

Cependant, les prochaines élections vont avoir – à coup sûr – une forte abstention, et ce sont généralement les sortants qui bénéficient de la chose. Le statu quo pouvant être dès lors, de mise au Conseil Général de Seine Saint-Denis.
BeN
 
Messages: 39
Inscription: Dim 29 Aoû 2010 07:57
Localisation: Ile de France

Suivante

Retourner vers Élections cantonales de 2011

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Comprendre les finances locales

Joël Clérembaux

Les finances locales sont une matière trop sérieuse pour être confiée aux seuls experts ! Les élus locaux, qui ont la lourde responsabilité de prendre les décisions en matière budgétaire, ne doivent pas s'en tenir...

Découvrir l'ouvrage

Comprendre les finances locales

Joël Clérembaux

Les finances locales sont une matière trop sérieuse pour être confiée aux seuls experts ! Les élus locaux, qui ont la lourde responsabilité de prendre les décisions en matière budgétaire, ne doivent pas s'en tenir...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité