Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Nombre d'adhérents des partis

Partagez vos opinions sur l'actualité ou les évènements internes aux différents partis politiques français.

Re: Nombre d'adhérents des partis

Messagede Drieu » Mar 10 Jan 2012 12:07

Comme je l'ai indiqué dans mon message, le résultat n'est pas totalement exact, mais il permet de donner un nombre maximum d'adhérents.

En effet, plus la cotisation moyenne augmente moins le nombre d'adhérents est elevé. A titre d'exemple, on peut estimer que, pour le PS, celle-ci se situe entre 40 et 50 € (9 360 704 € de cotisations adhérents que divisent les 200 000 adhérents annoncés, si ce nombre n'est pas "gonflé").

Comme vous l'indiquez en fin de message, il serait intéressant d'analyser les fluctuations d'une année sur l'autre, notamment les années d'élection présidentielle qui voient une augmentation des adhésions. De mémoire, les rapports des années précédentes sont sur le site de la CNCCFP.
Drieu
 
Messages: 41
Inscription: Jeu 17 Fév 2011 20:13

Re: Nombre d'adhérents des partis

Messagede Jean-Philippe » Mar 10 Jan 2012 22:32

Le Parti socialiste revendique 174.022 adhérents et assure avoir été rejoint en 2011 par 23.117 adhérents, a annoncé aujourd'hui Pascale Boistard, secrétaire nationale du PS à l’organisation et aux adhésions.


http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/01/10/97001-20120110FILWWW00668-23000-adherents-de-plus-au-ps-en-2011.php

Je ne comprends pas le point d'interrogation mis à la fin du titre par le Figaro : il ne l'avait pas fait pour l'UMP dont les chiffres sont davantage sujet à caution.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 9062
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Re: Nombre d'adhérents des partis

Messagede vudeloin » Mer 11 Jan 2012 02:13

Je ne sais pas si l'extrapolation des éléments fournis par le rapport de la CNCCFP est susceptible de nous permettre de connaître le nombre exact des adhérents des différents partis politiques français, mais le document nous donne quand même d'intéressants éléments sur la situation réelle des partis politiques, en tout cas en 2010...

Ainsi, prenons le cas de l'Union pour un Mouvement Populaire.

Je ne sais pas si vous êtes versé en manière comptable, chers lecteurs et contributeurs, mais tout de même...

Prenons le bilan du parti majoritaire.

Il présente, dans un premier temps, un report à nouveau négatif à hauteur de 8 335 737 euros, ce qui constitue, par exemple, dix huit mois de cotisations au niveau encaissé en 2010...

On pourrait sans doute s'interroger sur les processus qui ont conduit le grand parti de droite à une telle situation, mais le fait est que la gestion des affaires publiques par un gouvernement UMP a déjà montré que la dégradation des comptabilités semble être une sorte d'habitude maison...

Pour 2010, deux trois remarques.

Un, le montant des cotisations perçues (5 519 672 euros) pose une question récurrente.

Adhérer à l'UMP, c'est 25 euros pour une adhésion simple.
A supposer que les adhérents du parti gouvernemental acquittent exclusivement ce montant, on se retrouve avec un nombre d'adhérents de 220 000 environ qui ne me semble pas tout à fait le bon.

A dire vrai, comme le site même du parti encourage au versement de cotisations plus élevées (dites cotisations de soutien ), la moyenne de versement par adhérent doit se situer plus près de 40 à 50 euros, et le nombre des adhérents, par conséquent, de 110 à 150 000...

Seconde observation : la faible part de l'apport des élus au financement du Parti.

1 751 632 euros pour l'année alors que l'UMP comptait, en 2010, plus de 400 parlementaires (sénateurs et députés), ce qui signifie que chacun de ces élus ( à supposer qu'il ne s'agisse que des parlementaires), verserait quelque chose comme un peu moins de 4 400 euros par an au mouvement, soit bien moins que l'ensemble des indemnités perçues par eux mêmes.

Troisième observation : les comptes de l'UMP attestent de la part déterminante du financement public (plus de 33,3 millions d'euros) qui, à lui seul, constitue 66,7 % des ressources d'un parti qui n'évite cependant pas, dans ce contexte, de se retrouver avec une perte comptable proche de 9 % du montant des recettes annuelles...

Enfin, notons la part des dons des personnes physiques, supérieure, comme en bien d'autres partis, au montant des cotisations perçues.

Vu le montant (7 050 357 euros ) et si l'on applique à ce montant le plafond autorisé (7 500 euros ), on se retrouverait avec moins d'un millier de très gros donateurs.

Mais je pense que leur nombre est cependant plus élevé et me semble devoir être envisagé aux alentours de 15 à 20 000...

Prenons le cas du Nouveau centre, pour le moins étonnant dans son mode de fonctionnement.

Le parti d'Hervé Morin présente un « chiffre d'affaires «  particulièrement faible (moins de 2,15 millions d'euros de recettes, un peu plus de 2,35 millions de dépenses), qui interroge immédiatement sur la réalité organique du Parti.

Les adhérents contribuent pour 178 130 euros au financement du parti.

La cotisation de base du Nouveau centre étant de 20 euros pour une adhésion individuelle, 30 euros pour un couple ou 10 euros pour un lycéen, nous prendrons la base de 20 euros.

Ce qui nous donne un parti riche de moins de 9 000 adhérents en 2010, que l'on pourrait considérer comme à jour de leur cotisation annuelle (même observation que pour l'UMP de ce point de vue).

Le nombre réel doit être plus faible, avec le jeu habituel des cotisations auto majorées par les adhérents eux mêmes.

Le parti consolide d'ailleurs les comptes de 64 fédérations départementales, ce qui signifierait, a priori, que l'effectif moyen d'une fédération NC se situerait aux alentours de 140 adhérents au plus.

A noter que le Nouveau centre ne dispose pas de fonds propres, le passif étant constitué exclusivement de dettes de court ou long terme...

Et que, comme pour l'UMP, on se retrouve avec une aide publique (passant ici par la Polynésie) qui dépasse les deux tiers des ressources déclarées.

Prenons le cas du Mouvement Démocrate, maintenant...

Encore un parti dont l'état des comptes traduit une absence de fonds propres, les campagnes 2010 ayant saigné le Modem aux quatre veines (plus d'un million d'euros en perte comptable sur un peu plus de cinq millions d'euros de ressources ), et un passif détérioré qui, pour une entreprise privée, se terminerait par un dépôt de bilan.

Le Modem doit pratiquement 80 % de son budget (79,3 % exactement) au financement public, notamment celui consécutif au résultat du candidat du Parti lors de l'élection présidentielle.

Comme je ne suis pas certain que la situation du Modem se soit beaucoup arrangée en 2011 où les cantonales n'ont pas été un grand succès (ni d'ailleurs l'occasion d'une participation très importante du Mouvement au scrutin), on peut presque dire que Bayrou joue un peu à quitte ou double lors de la présidentielle de 2012 et qu'il attend d'un bon score de quoi apurer les comptes de son mouvement...

Sur les dépenses du Parti, notons aussi les 447 000 euros occasionnés par l'organisation de congrès et autres Universités d'été.

Un nombre qu'on pourrait, éventuellement, rapprocher du prix de gros de la location des sites d'accueil de ces Universités d'été, notamment les villages du groupe Belambra (ex VVF) qui sont utilisés par le Modem pour cela.

Prenons la question des adhérents du Mouvement démocrate.

Le Modem offre un premier tarif d'adhésion, en quelque sorte auto modulable, de 20 euros.

Comme le produit des cotisations est annoncé à 351 993 euros, on peut donc considérer que le Modem dispose, au plus, de 17 600 adhérents.

Je dis bien « au plus » parce que le montant de la cotisation effectivement acquittée peut être plus élevé et, par voie de conséquence, celui du nombre des adhérents proportionnellement plus faible.

Un Modem comptant entre 10 et 15 000 adhérents, fort loin de la force de frappe politique susceptible de « porter » la bonne parole bayrouiste partout en France, voilà qui me semble plus cohérent et conforme à la réalité.

Comme le Modem est organisé partout en France, en tout cas dans tous les départements, on peut envisager que ses fédérations ont des effectifs proches des normes d'influence relative du Mouvement dans chaque département ou, à tout le moins, en regard de la population respective de ces départements.

Dans un département dont la population équivaut au centième de la population du pays, on doit pouvoir trouver 80 à 150 adhérents du Modem, par exemple.

A noter que le Mouvement est endetté à hauteur d'un million d'euros à rembourser en juin 2012 et que ce remboursement sera, évidemment, facilité par un bon résultat lors de la présidentielle.

Dans le cas contraire, je ne sais pas si le Modem survivra fort longtemps à tout cela...

Prenons le cas du Front National, maintenant.

Voilà de nouveau un parti quasiment en cessation de paiement fin 2010, du fait d'une opération exceptionnelle conduite pour compenser le fameux litige entre le Parti et Fernand Le Rachinel, ancien député européen du FN, imprimeur et ancien conseiller général de la Manche, visant à placer en saisie conservatoire l'une des SCI du Front, en l'occurrence la SCI Clergerie Hugo qui, en 2010, était encore la propriétaire du siège social du Front National à Saint Cloud, dans ce que l'on appelait alors «  Le Paquebot ».

Comme il s'agit d'une perte constatée et non d'une dotation aux amortissements et provisions, cela signifie, dans le cas du FN, qu'une partie du produit de la vente du Paquebot a effectivement permis d'apurer une part du contentieux entre le Parti et Le Rachinel, mais que la cession du bien concerné a été marquée par une moins value relativement conséquente (plus de 3 millions d'euros, dans une banlieue, Saint Cloud, où le mètre carré est quand même loin d'être donné).

On sait que le FN attendait un rendement de 15 millions d'euros de la cession du Paquebot et que la perte de 3 millions est donc une sérieuse moins value sur cette somme, puisque la valeur comptable du site clodoaldien devait être inférieure à sa valeur vénale et que sa cession a donc du se faire sous la valeur comptable.

Il faudrait sans doute comparer la situation 2010 avec la situation 2009 pour mesurer l'évolution des choses.

Pour le reste, le FN, c'est aussi la COTELEC, la structure de financement constituée autour de Le Pen lui même et qui tond, elle même, un peu plus la laine sur le dos du Parti «  mouton ».

Le Pen a tout de même réussi (il est tout de même juriste de formation, ne l'oublions pas) à constituer une entité comptable ( la COTELEC) qui est devenue créancière de son propre parti, et dont il est probable qu'elle capitalise aussi ses interventions moyennant rémunération (achats de prestations extérieures).

Le fait que l'entrée des meetings du FN soit payante (je crois que c'était cinq euros à Metz récemment) n'est pas étranger à cela...

A noter que le FN déclare 386 095 euros de recettes au titre de ses manifestations publiques, ce qui laisse penser qu'au mieux, 75 000 personnes ont participé à une initiative du Parti.

Constatons aussi qu'il y a plus de 248 000 euros de provisions imputées sur les créances des fédérations du Parti, montant équivalent au niveau des créances d'exploitation (actif circulant) restant à recouvrer.

En clair, la moitié des sommes imputables aux fédérations n'est jamais recouvrée.

Sur les adhérents, que penser ?

L'adhésion classique au Front est à 50 euros et se fixe à 30 euros pour les personnes à revenus dits modestes.

Supposons donc que nous ayons un FN avec moitié d'adhérents « classiques » et moitié d'adhérents « modestes » et que notre moyenne de cotisation annuelle se fixe donc à 40 euros.

Dans ce cas, on prend le montant de cotisations perçues (1 004 990 euros) et on divise par 40 pour arriver, environ, à 25 000 adhérents.

Un nombre qu'il faut sans doute majorer du nombre des jeunes adhérents du Front, bénéficiant d'un taux de cotisation plus faible mais qu'il faut aussi penser à réduire de ceux qui versent, au titre de la cotisation, une somme plus élevée.

L'apport des élus atteint 542 717 euros, et ne représente donc (en tout cas on peut le supposer) que les versements effectués par les députés européens et les conseillers régionaux FN.

Les 118 élus du FN au niveau régional semblent donc en situation de s'acquitter de 3 à 4 000 euros par an au bénéfice du Parti, sous les réserves habituelles, c'est à dire que ce don est fiscalement déductible.

A noter le niveau relativement faible de la souscription de dons (119 936 euros) qui, sur la base du plafond de 7 500 euros par an, donne un total de 16 très gros donateurs.

A mon avis, les souscripteurs du FN sont moins d'un millier, en dehors des adhérents, s'entend.

Voilà pour une partie de notre échiquier politique.

On regardera aussi la gauche... :)
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Nombre d'adhérents des partis

Messagede pierrot » Mer 11 Jan 2012 18:10

Jean-Philippe a écrit: Je ne comprends pas le point d'interrogation mis à la fin du titre par le Figaro : il ne l'avait pas fait pour l'UMP dont les chiffres sont davantage sujet à caution.


Allez, je suis sûr qu'en réalité tu as une petite idée de la raison de cette différence de traitement. ;) Peut être que le Figaro veut laisser entendre que par modestie ou stratégie le PS minimise la progression de ses effectifs. :D

Pour répondre sur le fond, il est très difficile d'obtenir une grande précision sur le nombre d'adhérents des partis politiques.
Comme suggéré par certains ici, les directions nationales peuvent avoir tendance à gonfler les chiffres : en parlant selon les cas des chiffres sur une période fixe, une période glissante ou à date, en jouant aussi sur le flou qui entoure le fameux "à jour de cotisation" par exemple (dans certains parti on est à jour très longtemps, dans d'autres cas si M. X paye sa cotisation le 3 janvier 2011 et la suivante le 29 décembre 2011, il compte pour 2 adhérents à jour de cotisation en 2011).
Mais il ne faut pas trop les accabler car je suis certain que les directions nationales elles-mêmes n'ont qu'une idée imparfaite de la réalité de chacune de leurs fédérations. Les chiffres remontés sont plus ou moins fiables : les militants fantômes ça existe dans tous les partis et d'ailleurs ce sont souvent eux qui votent le plus lors des consultations internes en particulier pour désigner/valider les candidats locaux aux élections, ils sont toujours à jour de cotisation le jour J et en plus ils votent comme il faut :roll: . Le cumul des imprécisions de ce type sur 100 départements (qui vont souvent dans le même sens) peut arriver à un biais conséquent au final.
Ne pas oublier non plus que dans beaucoup de partis, seule une partie des cotisations est remontée au national. Il y a parfois des montages autour de plusieurs associations de financement, un parti (au sens politique et médiatique) pouvant fédérer, regrouper, associer plusieurs partis (au sens juridique). Ce qui relativise les calculs réalisés à partir des rapports de la CNCCFP.
pierrot
 
Messages: 1652
Inscription: Ven 7 Mai 2010 19:44
Messages : 3 (détails)

Re: Nombre d'adhérents des partis

Messagede vudeloin » Mer 11 Jan 2012 19:36

J'indique tout de même que le rapport de la commission Logerot, pour chaque parti audité, indique le périmètre de consolidation, même si je suis convaincu que tout le produit des cotisations comme des initiatives des partis au plan local ne remonte effectivement pas.
Ceci dit, les chiffres, en termes financiers, peuvent donner une approche...
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Nombre d'adhérents des partis

Messagede vudeloin » Jeu 12 Jan 2012 17:48

On va un peu regarder la gauche, maintenant, si vous le voulez bien…

Commençons par le PCF, le Parti Communiste Français.

Première observation : le bilan du PCF est globalement positif (je sais, c’était tentant ;) …) puisque ses fonds propres constituent l’essentiel de son passif avec un peu plus de 23,8 millions d’euros, soit 71 % du total de bilan.

Et les dettes de court terme (6,9 millions environ) sont largement couvertes par les disponibilités et créances du même ordre (8,8 millions d’euros).

On sent donc que l’amortissement logique des biens du Parti (notamment le siège de la place du Colonel Fabien) a été géré avec le souci du détail et de la précision.

Pour ce qui concerne le compte de résultat du Parti, quelques observations.

S’agissant des recettes, il est évidemment compliqué de définir le nombre des adhérents du PCF, le Parti n’ayant pas encore vraiment la tradition de la cotisation annuelle et préférant, de manière générale, la cotisation mensuelle, même si l’usage du prélèvement automatique des cotisations s’est développé.

La base de 70 000 adhérents cotisants traduit, de fait, une cotisation annuelle moyenne d’environ 40 euros par cotisant, sans doute assez nettement inférieure à ce qui pourrait être perçu si le PCF menait une politique de recouvrement de cotisations plus volontariste encore.

Parce que le principe, a priori, c’est de voir l’adhérent verser 1 % de son revenu annuel en cotisation, ce qui situe à 4 000 euros, dans ce cas, la moyenne de revenu des cotisants…

On est donc loin du compte en la matière et je penche sérieusement pour la perception de cotisations sur une partie de l’année (6 à 8 mois en moyenne), complétée par un versement au titre des dons aux personnes physiques dans le cadre des souscriptions qui constituent l’un des ressorts de financement du PCF.

Le PCF a encaissé près de 5 millions d’euros de souscription, alors que l’UMP est de peu au-delà de 7 millions, disposant a priori de donateurs plus fortunés et plus susceptibles de verser dans la limite du plafond autorisé par la loi…

La grande originalité du PCF, évidemment, c’est l’apport des élus et le reversement intégral (ou presque) des indemnités électives au Parti et à ses organisations de terrain.

On connaît le principe : le montant des indemnités est totalement reversé, le Parti rémunère les élus sur la base d’un niveau de salaire donné, en général celui d’un ouvrier qualifié vivant en Région Ile de France, acquitte pour le compte de l’élu ses impôts et utilise la différence pour faire « tourner la boutique », notamment rémunérer les permanents politiques et les salariés.

Et, de par les résultats les plus récents du Parti au niveau électoral, le financement public est relativement secondaire dans le budget général.

Pour le Parti socialiste, le bilan est également globalement positif, même si la structure du passif est moins stabilisée (il y a moins de fonds propres qu’au PCF et plus de dettes, mais les provisions constituées sont loin d’être inexistantes).

Le siège a été acquis plus récemment aussi...

Là encore, les dettes de court terme sont largement couvertes par les disponibilités bancaires et les créances du même ordre.

Sur le compte de résultat, notons de suite la part significative du financement public : 23,2 millions d’euros sur un peu plus de 55 millions, soit 42,2 % des recettes, permettant notamment au PS de s’accorder une provision significative au titre des dépenses de campagne électorale.

Les contributions des élus (15,1 millions) sont, en montant, du même ordre que celles observées pour le PCF, et obéissent donc à des règles différentes, puisque le montant des indemnités perçues est évidemment plus élevé, que ce soit par référence aux députés européens, aux députés et sénateurs ou encore aux conseillers généraux et régionaux ou aux Maires.

La part des cotisations est également significative et, compte tenu du recrutement social du PS (tel qu’avéré par les Congrès par exemple), on peut penser que la moyenne de cotisation est relativement élevée, le nombre des cotisants me paraissant devoir être plus proche de 130 à 150 000 que de 200 000…

Et un produit de cotisation supérieur de 60 % au montant perçu par l’UMP !

Notons par contre le niveau relativement faible de la souscription, sous le million d’euros, ce qui semble montrer que le PS n’a pas de « tradition « de collecte en la matière.

Pour les Verts, le développement du Parti étant plus récent, le bilan n’atteint pas encore le niveau du PS ou du PCF.

A noter d’ailleurs que l’essentiel du bilan demeure constitué de dettes et que celles-ci sont couvertes de manière assez délicate par les créances.

On a ainsi 3,904 millions de dettes de court terme et 3,909 millions de créances du même ordre.

La particularité des Verts, si l’on peut dire, c’est la part déterminante des prestations facturées au titre des produits d’exploitation, avec 2,82 millions d’euros sur 8,78 millions d’euros de produits.

Et c’est ce point qui est le plus critiqué par la Commission, au motif qu’il s’agit le plus souvent de prestations immatérielles.

La cotisation minimale étant de 36 euros, désormais, au sein de EELV, on peut donc considérer, en regard du montant des cotisations, que le nombre maximal d’adhérents est de 29 000.

On a compté 32 000 inscrits, avec les « coopérateurs », lors du scrutin de désignation d’Eva Joly dont la moitié en adhérents.
A noter enfin que le financement public couvre environ 20 % des dépenses du mouvement.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Nombre d'adhérents des partis

Messagede PURSANG » Mer 25 Jan 2012 14:56

Je doute fortement du nombre d'adhérents annoncé chez DE VILLEPIN.
PURSANG
 
Messages: 2
Inscription: Mer 25 Jan 2012 14:45

Re: Nombre d'adhérents des partis

Messagede PURSANG » Mer 25 Jan 2012 15:02

Pour DE VILLEPIN 25 000 ca me parait beaucoup trop !
PURSANG
 
Messages: 2
Inscription: Mer 25 Jan 2012 14:45

Re: Nombre d'adhérents des partis

Messagede lacara » Lun 20 Fév 2012 15:46

Ne faudrait-il pas faire constater par huissier le nombre d'adhérents des partis politiques ? Cela pourrait être fait une fois par an à une date déterminée, histoire d'introduire un peu de clarté dans le vie politique. Ce serait un baromètre très fiable de la dynamique des partis et nous éclairerait beaucoup sur les forces en présence sur léchiquier politique. Mais les partis, notamment dominant, qui pourraient voter la mesure, y ont-ils intérêt ?
lacara
 
Messages: 65
Inscription: Mer 8 Fév 2012 18:09

Re: Nombre d'adhérents des partis

Messagede vudeloin » Lun 20 Fév 2012 15:59

Je ne crois pas cela souhaitable.
Et la nature des partis politiques, leur place dans la vie politique, la reconnaissance de leur rôle dans la Constitution, tout cela suffit largement...
Qu'ensuite, nous fassions effort pour en apprécier un peu plus les contours et les objectifs, l'activité et l'implantation, c'est une autre histoire...
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

PrécédenteSuivante

Retourner vers Vie des partis

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Guide de l'élu délégué aux travaux

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques communales de travaux et explique comment agir, quelles relations développer avec les acteurs et opérateurs, quels outils méthodologiques privilégier, quels rapports et coopérations bâtir...

Découvrir l'ouvrage

Guide de l'élu délégué à l'économie et à l'emploi

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse des leviers d'action au service de l'économie et de l'emploi communaux, sans oublier les articulations avec l'intercommunalité, acteur désormais essentiel du domaine. Il s'attache aussi à répondre aux questions suivantes...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité