Politiquemania

La base de données de la vie politique française

"Attaquer la SNCF" :provocation, ou lapsus de "Casta" ?

Réagissez sur ce forum à toutes les interventions des hommes ou femmes politiques dans les médias. Une interview, une émission télé, un article, donnez votre avis.

"Attaquer la SNCF" :provocation, ou lapsus de "Casta" ?

Messagede SALVAT » Jeu 28 Juin 2018 07:46

Ce matin, j'ai entendu le distingué "Casta", aux propos généralement ciselés et calculés, déclarer que ce que d'autres n'avaient pas fait, le gouvernement actuel l'avait osé : "attaquer la SNCF"(sic).
on avait compris depuis longtemps, nonobstant les dénégations du Président, du 1er Ministre et de la Ministre BORNE, comme des leaders de LaREM. : aujourd'hui ce fut le temps de l'AVEU.
En matière d'arrogance et de brutalité, "Casta" parvient, enfin, au niveau de son Maître !
Et si sa langue a fourché, nous avons eu droit à un magnifique lapsus freudien.
Bertrand SALVAT
SALVAT
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 4270
Inscription: Dim 8 Nov 2009 22:13
Messages : 1 (détails)

Re: "Attaquer la SNCF" :provocation, ou lapsus de "Casta" ?

Messagede WitherBoss » Jeu 28 Juin 2018 12:47

Tiens, ça me rappelle un lapsus réalisé à une semaine d'intervalle par Emmanuel Macron puis par Gérard Collomb sur la "sortie de l'état de droit" (parlant de l'état d'urgence)
WitherBoss
 
Messages: 241
Inscription: Sam 6 Jan 2018 22:02

Re: "Attaquer la SNCF" :provocation, ou lapsus de "Casta" ?

Messagede alamo » Dim 1 Juil 2018 09:24

Ce qui tendrait à prouver que G. Collomb se borne à répéter ce qu'il entend de la voix de son maître.

Ceci étant, ce que dit Castaner (désolé mais il me fait sans cesse penser au sketch des Inconnus sur les "branleurs" marseillais) ets tout à fait juste : il s'agit bien d'attaque contre la SNCF, de la détruire au profit d'entreprises privées, comme le service public d'une manière général (chez certains macron-béats, on appelle ça "modernisation" de la SNCF).

Nous sommes dans une logique ultra-libérale dans le ligne de Milton Friedman, père du monétarisme et de l'ultralibéralisme, inspirateur des néocons reaganiens et de la politique de M. Thatcher, qui mit directement la main à la pâte pour devenir conseiller déconomique de Pinochet au Chili.
Toute activité humaine doit forcément avoir pour objectif de rapporter de l'argent à quelqu'un. Le reste doit disparaître

Sur la forme, on s'aperçoit que l'arrogance du pouvoir prend des accents de plus en plus brutaux et vulgaires (Sarkozy va finir par passer pour modéré et distingué).
encore récemmenr le "pognon dingue" dépensé pour les pauvres (on croit rêver, après les 5 ou 6 miliards de cadeaux fiscaux aux très très très riches).

Récemment l'inénarrable J. Denormandie, Secrétaire d'Etat au logement, sans doute le pire de l'histoire (désolé, mais c'est moi, entre autres, qui me le coltine), a sorti "nous allons déchirer une page sur cinq du Code de la Construction".
D'habitude, ce sont plutôt les enfants qui font ce genre de truc. Ou les chiens...wouf...
Dans le secteur où il sévit, et que je connais bien, les effets de la politique menée commencent déjà un peu à se faire sentir, l'activité de construction (Permis de construire, mises en chantier...) subit déjà une baisse conséquente de 6% environ, mais ce n'est qu'un début. L'année 2018 va probablement pulvériser le record du plus faible nombre de logements sociaux financés depuis très longtemps, certaines DDT n'ont pas vu un dossier de demande d'agrément d'un bailleur social depuis octobre dernier, et l'effondrement du logement social va entraîner dans la chute un secteur privé déjà touché par d'autres mesures gouvernementales et à la merci de la première remontée des taux d'intérêts.
Dans le secteur de la construction, on peut donc s'attendre à la destruction de 300.000 emplois environ.

Mais les crétins répètent en boucle "choc de l'offre" comme les adeptes de la secte dans Signé Furax (ça c'est pour les plus vieux) anonaient "des figues, des bananes, des noix"...
alamo
 
Messages: 2221
Inscription: Lun 16 Avr 2012 14:22

Re: logement

Messagede cevenol30 » Mer 10 Oct 2018 21:19

Pour corroborer le propos d'alamo: selon la FFB, la "dynamique" du secteur du bâtiment "est cassée".
Il est assez clair que vu les baisses de loyer demandées etc... les organismes de logement social doivent en être davantage à essayer de survivre qu'à se lancer dans des projets de construction.
L'accession à la propriété, notamment pour du neuf (ce qui tire la construction), est aussi affectée avec du rabotage du dispositif Pinel (pour de la construction neuve destinée à être louée), la suppression de l'APL accession et des freins aux prêts à taux 0. Le secteur reconnaît pourtant des aspects positifs de la loi Elan mais qui jouent à long terme et ne compensent pas les multiples coups de frein à court terme.
Le secteur du BTP et de la construction neuve est cependant encore en croissance grâce à l'immobilier non-résidentiel, entre autres les bâtiments administratifs à l'approche des municipales, +28% (tiens, tiens...)
https://www.batiactu.com/edito/logement ... -53565.php
cevenol30
 
Messages: 2643
Inscription: Lun 16 Mar 2015 00:52

Re: "Attaquer la SNCF" :provocation, ou lapsus de "Casta" ?

Messagede alamo » Ven 12 Oct 2018 22:42

Je reviens du Congrès HLM de Marseille, et effectivement à peu près tout ce que j'avais pu annoncer (par écrit comme à la radio) il y a un an s'est vérifié , parfois en pire.

La volonté de destruction du système de logement social (peut-être pourtant le meilleur de la planète) est plus qu'affirmée. On en voit déjà quelques résultats, nombre d'organismes HLM ont d'ores et déjà réduit la voilure, leur production neuve étant divisée par deux ou trois alors même que les projets de rénovation sont repoussés de cinq à dix ans, et les crédits d'entretien / maintenance et les petites et moyennes réparation sabrés. Un gros groupe passe le logement social classique de 85% de sa production à 15%, se repliant sur les secteurs dispensés de baisse d'APL et de loyers (logement pour étudiants, foyers...), d'autres font un peu de cavalerie pour soutenir le Gouvernement (quand ils appartiennent à la CDC ou à Action Logement c'est-à-dire au MEDEF) mais n'auront pas les moyens de le faire longtemps, les Offices publics se transforment en SEM, en coopérative ou en ESH (SA HLM privée).
Le regrouypement à marche forcée des bailleurs est une stupidité sans nom en matière de gestion, puisque non seulement on perd en proximité de terrain, mais les coûts de gestion unitaires sont plus élevés dans les gros organismes que dans les petits (quand on connaît un peu le secteur, on le savait déjà, mais les décisions politiques sont prises par des crétins dogmatiques...).
La vente massive de logements aux locataires est un fantasme que l'on nous ressort depuis trente ana avec les mêmes résultats ridicules (facile de comprendre pourquoi...)
On aura bientôt une idée de l'ampleur de la chute des agréments HLM par rappport à 2017, pour le moment le chiffre qui a filtré est celui de 6.000 pour toute la France à fin juin, au lieu des 25 à 30.000 habituels.


Tout à leur objectif de privatisation et financiarisation du secteutr social, nos chers macronistes n'ont même pas été capables de comprendre qu'ils allaient plomber aussi la promotion privée.
La surévaluation des prix de l'immobilier par rapport aux valeurs de long terme et aux revenus de la population ne date pas d'aujourd'hui, le secteur est à la merci de la moindre remontée des taux qui désolvabilise les acquéreurs, mais la suppression de l'APL accession et quelques autres bourdes donnent le signal du départ en faisant disparaître une grande partie des primo accédants.
Les dépôts de permis de construire chutent fortement (jusqu'à - 14% sur le dernier trimestre par rapport à l'équivalent de 2017). On devrait être à 8 ou 10% de baisse en moyenne sur l'année, soit 40 à 45.000 legements. Or ce sont ls chantiers de demain.

Avec la dégringolade du logement social, et les dégâts collatéraux sur la part privée des opérations mixtes, la baisse de la production pourrait être de 20 à 25%, soit 80 à 100.000 logements.
100.000 logements et la réhabilitation durement touchée, c'est à peu près 300.000 emplois supprimés dans la seule activité économique d'envergure non délocalisable.

Or l'immobilier est lié à l'économie générale et à la confiance.
quand on ne sait pas si on aura encore son travail dans un an, deux ans, cinq ans, on ne court pas s'endetter sur 25 ans pour changer de logement. et même si on le voulait on ne trouverait pas de banquier. les banques ne prêtent pas aux CDD et aux chauffeurs Uber, en revanche elles adorent prêter aux fonctionnaires, cheminots, etc, que Macron veut éradiquer.
Quand le projet de société (le projeeeeeerk...) est de précariser l'ensemble des salariés, on prend le risque de fabriquer de toutes pièces une crise de l'immobilier digne des années 91-98.

Et comme toujours, on constatera que les ultra-libéraux et leurs petits comptables sans vision au-delà du 31 décembre de l'année en cours creusent les déficits publics qu'ils prétendent réduire, il y a fport à parier que dès cette année la perte de recettes fiscales sera plus impoortante que les économies de bouts de chandelles opérées sur l'APL ou autres.

En écoutant les gens, beaucoup plus qu'en lisant les sondages, je constate que nous sommes de plus en plus nombreux à considérer ce régime comme le pire depuis la fin de la guerre.
et on a encore trois ans et demi à tirer, les dégâts seront considérables...
Les dégâts de la connerie dogmatique en l'occurrence...

PS : juste un détail : personne en réalité, en tout cas personne de sérieux et comprenant le fonctionnement du système, n'attend quoi que ce soit de la Loi Elan.
alamo
 
Messages: 2221
Inscription: Lun 16 Avr 2012 14:22

Re: logement

Messagede cevenol30 » Dim 14 Oct 2018 21:42

Je suis largement d'accord.
Concernant la loi Elan, je ne faisais que reporter un avis vu au détour d'un article mais le peu que j'ai pu en comprendre par ailleurs me laisse penser qu'elle "ne casse pas trois pattes à un canard", ce qui est toujours mieux que si c'était pire tant ce gouvernement cherche à toucher à tout ce qui existe (voire casser ce qui fonctionne).

Le côté particulier ici est que l'immobilier est atteint non tant par la baisse de la demande générale: la hausse des taux existe mais pour le reste, le volume net d'emplois stables n'est encore attaqué qu'à la marge et le nombre d'agents ayant quelques années de carrière (le temps de remplir un peu son PEL et de fonder un couple...) n'a pas encore trop bougé.
Ce sont avant tout des mesures spécifiques à l'immobilier qui créent des problèmes.
Un aspect supplémentaire est celui sur l'énergie: les logements neufs respectent la réglementation thermique 2012 (RT 2012) et respecteront à l'avenir la RT 2020 quand elle entrera en vigueur (au passage, la ventilation/aération n'est pas toujours suffisante comme vous l'avez indiqué il y a quelque temps, ce qui n'est pas une raison pour jeter la performance énergétique "avec l'eau du bain"). Ils sont donc bien plus économes que le parc existant et contribuent à l'amélioration du parc global. Parallèlement, les budgets de rénovation baissent et au sein de ceux-ci, la rénovation énergétique (amélioration de l'existant sans tout reconstruire) doit pâtir plus ou moins proportionnellement.
Ralentir la production de neuf et affaiblir la rénovation peut donc être une mauvaise idée aussi de ce point de vue, qui est plus de long terme que l'emploi dans le BTP à un instant T même si cela compte aussi.
cevenol30
 
Messages: 2643
Inscription: Lun 16 Mar 2015 00:52


Retourner vers Vu dans les médias

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

L'acte III de la décentralisation - Une nouvelle donne pour les territoires

Chrystelle Audoit, Aurélie Aveline, Mounia Idrissi et Laurent Roturier

À vouloir répondre à tous les enjeux territoriaux à la fois, tout en s'exonérant d'une réforme constitutionnelle, la nouvelle réforme territoriale...

Découvrir l'ouvrage

Abécédaire du conseil municipal

Joël Clérembaux

Avec 175 entrées et 100 articles avec développements encyclopédiques répondant aux exigences des spécialistes, cet ouvrage est conçu et organisé comme un dictionnaire afin d'en faciliter l'utilisation par le néophyte.

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités