Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Vie interne du FN

Partagez vos opinions sur l'actualité ou les évènements internes aux différents partis politiques français.

Re: Vers un FN sans Jean-Marie Le Pen

Messagede Jean-Philippe » Mar 1 Fév 2011 21:05

vudeloin a écrit:Malgré l’apparent succès de sa nouvelle patronne dans les sondages, le parti ne semble pas en mesure de présenter beaucoup plus d’un candidat pour deux cantons, ce qui va sans doute réduire d’autant sa présence au second tour.

SI je suis d'accord avec le début de la phrase (je dirais même moins, 1 candidat pour 3 cantons), les cantons que le FN néglige cette année sont assurément des cantons où il ne pouvait espérer se qualifier pour le second tour.
Sur les 281 cantons de 2004, quelqu'un peut-il prendre le temps de nous dire dans combien le FN a atteint les 12,5% d'inscrits et si possible lesquels ?
A priori, je dirais un peu moins de 100.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8947
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Re: Vers un FN sans Jean-Marie Le Pen

Messagede vudeloin » Mar 1 Fév 2011 21:33

L0, tu es gentil, JP, mais bon, je ne me livrerais pas à ce genre de petit calcul pour quelques raisons.

1 le couplage électoral de 2004 est une réalité qui a pu pousser la participation dans certains secteurs, et pousser singulièrement, à mon avis, le score des candidats de gauche les plus à même de devancer les candidats de droite.
C'est à dire souvent les candidats PS et, plus marginalement, les candidats PCF ou autres.
Surtout que, dans la plupart des régions, l'option choisie à gauche était celle du rassemblement et des listes d'union au premier tour, avec des têtes de liste régionales exclusivement PS.

2 je ne suis pas certain que s'il y a baisse de la participation, ce soit forcément le FN qui en fasse le plus les frais.
C'est à dire que se retrouver dans une configuration où le FN pourrait passer en seconde position, sans atteindre les 12,5 % des inscrits, est une hypothèse qu'on ne peut exclure.
L'affirmation du leadership PS à gauche est une des questions du scrutin, mais je pense que les habitudes joueront encore un grand rôle en ce sens.
Par contre, à droite, l'hémorragie électorale de l'UMP depuis 2007 peut se prolonger et l'on ne peut exclure que certains électeurs du 1er tour des présidentielles venus du FN vers Sarkozy ne reviennent à leurs anciennes amours...

Une hypothèse qui pourrait conduire à le voir apparaître au second tour dans des cantons où il n'était pas forcément qualifié en 2004.

3 après, sur le coup, je pense qu'il vaut mieux que nous regardions sa performance, si l'on peut dire, en 2011, sur l'ensemble des cantons où il a des candidats et regarder notamment si sa quasi disparition se confirme dans l'ensemble des régions où il n' a pas réussi à se qualifier aux régionales, c'est à dire Basse Normandie, Ile de France, Bretagne, Pays de Loire, Poitou Charentes, Auvergne, Limousin, Aquitaine et Midi Pyrénées.
Mettons de côté la Corse, pour une fois, vu que, là, ce sont parfois les nationalistes qui cultivent les plates bandes du Front...
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Vers un FN sans Jean-Marie Le Pen

Messagede vudeloin » Ven 4 Fév 2011 02:02

Pour prolonger notre travail d'investigation sur les conditions de développement ou de dépérissement de nos organisations politiques, une étude rapide sur le Front National au début de son succès, si j'ose dire.

Nous sommes en 1988, et Jean Marie Le Pen vient de réaliser, avec 14,4 % des suffrages, le premier de ses scores élevés lors d'une présidentielle.
On est loin, en ce printemps là, des sept dixièmes de point de la présidentielle 1974, où Le Pen se présentait avec un bandeau sur l'oeil ou du 1,3 % de la liste de l'Eurodroite pour l'Europe des Patries des européennes de 1979...

La dissolution de l'Assemblée nationale par François Mitterrand tout juste réélu met le parti lepéniste en situation d'inconfort éventuel.
Puisqu'il dispose de 35 élus sortants, issus du scrutin proportionnel de 1986, et qu'il va se trouver confronté aux délices du découpage Pasqua qui a valu jusqu'en 2007 et que Marleix, déjà auteur dans le cabinet du travail de l'époque, a revu et corrigé pour 2012.

Je vous fais donc part de la liste des circonscriptions où le FN a dépassé les 10 % des inscrits.

Alpes Maritimes : toutes les circonscriptions sauf la 4e, autour de Menton. (8)
Bouches du Rhône : toutes les circonscriptions ( 16 )
Eure et Loir : 2e circonscription ( Dreux )
Gard : 2e circonscription ( Nîmes, Aigues Mortes )
Hérault : 1ere circonscription ( Montpellier 1,4,5,6 )
Nord : 7e circonscription ( Roubaix, Lannoy ) , 8e circonscription ( Roubaix, Wasquehal ), 10e circonscription ( Tourcoing Nord, Nord Est )
Pyrénées Orientales : 1ere circonscription ( Perpignan 3,4,5,7,9), 2e circonscription (Perpignan, Rivesaltes )
Bas Rhin : 2e circonscription ( Strasbourg 3,7,8,10 ), 7e circonscription ( Saverne )
Haut Rhin : 5e circonscription ( Mulhouse ), 6e circonscription ( Mulhouse Nord, Wittenheim )
Rhône : 7e circonscription ( Vaulx en Velin, Rillieux La Pape ), 13e circonscription ( Saint Priest ), 14e circonscription ( Vénissieux )
Yvelines : 8e circonscription ( Mantes La Jolie )
Var : toutes les circonscriptions ( 7 )
Vaucluse : toutes les circonscriptions ( 4 )
Hauts de Seine : 1ere circonscription ( Gennevilliers, Colombes Nord )
Seine Saint Denis : 1ere circonscription ( Saint Ouen, Epinay ), 11e circonscription ( Sevran, Tremblay )

Ce qui représente 54 circonscriptions dont, soulignons le, 35 dans la seule région Provence Alpes Côte d'Azur.
On note également 4 circonscriptions dans le Languedoc, 4 en Alsace, 4 en Ile de France, 3 dans le Nord, 3 dans Rhône Alpes et 1 dans le Centre Val de Loire.
C'est à dire que les zones de force du FN sont identifiées et que nous sommes toujours à l'Est de la ligne Caen Perpignan...

Au second tour, un accord avec la droite conduit à déposer des candidats dans les Bouches du Rhône ( 8 sièges laissés au FN, il n'en récupérera aucun ).

Une seule députée FN est élue, Yann Piat sur le siège de Hyères.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Vers un FN sans Jean-Marie Le Pen

Messagede pierrot » Ven 4 Fév 2011 15:26

pierrot a écrit:D’après Le Figaro du 24/01/11, Fabien Engelmann aurait rejoint le FN. Il a été candidat LO aux législatives de 2007 dans la 7ème circonscription de Meurthe et Moselle (celle de Longwy) puis tête de liste LO aux municipales de Thionville (57) en 2008. Il a ensuite rejoint le NPA, parti sur la liste duquel il occupait la 2e position en Moselle aux régionales 2010. Il est par ailleurs délégué de la CGT territoriaux à la mairie de Nilvange (57).


Le 30 janvier, j'employais le conditionnel en citant cette information du Figaro. Car elle suscitait le doute, y compris parmi certains "camarades" proches de Engelmann en Moselle que j'avais pu interroger. Certains parlaient même de calomnie et de complot.

Mais en début de semaine, il l'a confirmée lui même ... sur le site de Riposte Laïque (quel hasard!) en l'expliquant, comme supposé, par l'arrivée de Marine Le Pen à la tête du FN.
pierrot
 
Messages: 1637
Inscription: Ven 7 Mai 2010 19:44
Messages : 3 (détails)

Re: Vers un FN sans Jean-Marie Le Pen

Messagede vudeloin » Ven 4 Fév 2011 16:00

Pour prolonger le travail sur le passé du Front National, un petit détour par les élections législatives de 1993 qui apparaissent clairement pour les premières élections où le parti lepéniste se « nationalise « .

Voici en effet, par département, les résultats obtenus, et les circonscriptions où il a dépassé le seuil des 10 % des inscrits et, dans certains cas, participé au second tour.

On notera, pour le contexte politique, que l’année 1993 marque le point d’influence le plus bas atteint par la gauche aux législatives, avec un rejet massif du Parti socialiste par les électeurs conduisant à l’élection de moins d’une soixantaine de députés PS et apparentés.

Pour le Front National, donc :

Ain : 2e ( Oyonnax, Nantua ), 4e ( Miribel, Trévoux ) ; 2 qualifiés au second tour
Aisne : 5e ( Château Thierry )
Alpes Maritimes : toutes les circonscriptions (9) ; 8 qualifiés au second tour
Aube : 1ere ( Troyes, Bar sur Aube ) ; qualifié au second tour
Bouches du Rhône : toutes les circonscriptions (16) ; 13 qualifiés au second tour
Drôme : 4e ( Romans )
Eure : toutes les circonscriptions (4) sauf la 3e ( Bernay, Pont Audemer ) ; 2 qualifiés au second tour
Eure et Loir : 2e ( Dreux, meilleur résultat de second tour avec 49,9 % ), 3e ( Nogent le Rotrou, Perche ) ; 2 qualifiés dont 1 repêché dans la 4e
Gard : toutes les circonscriptions sauf la 5e ( Le Vigan, Alès ) ; 2 qualifiés au second tour
Hérault : 1ere ( Montpellier ), 3e ( Lunel, Castelnau Le Lez ), 6e ( Béziers ), 7e ( Sète ) ; 1 qualifié au second tour
Isère : 6e ( Bourgoin Nord, La Tour du Pin ), 7e ( Bourgoin Sud, L’Isle d’Abeau ), 8e ( Vienne ) ; 2 qualifiés au second tour
Loire : 1ere ( Saint Etienne Nord ), 3e ( Saint Chamond ), 4e ( Firminy ) ; 4 qualifiés au second tour dont 2 repêchés
Loiret : 5e ( Fleury les Aubrais, Pithiviers ) ; qualifié au second tour
Lot et Garonne : 1ere ( Agen )
Marne : 1 repêché au second tour sur la 3e ( Reims Bourgogne )
Haute Marne : 2e ( Saint Dizier )
Moselle : 2e ( Metz, Montigny ), 7e ( Saint Avold) ; 2 qualifiés au second tour dont 1 repêché dans la 9e ( Thionville )
Nord : 4e ( Lille Ouest ), 5e ( Haubourdin, Seclin ), 7e ( Roubaix, Lannoy ), 8e ( Roubaix, Wasquehal ), 9e ( Tourcoing Sud, Marcq ), 10e ( Tourcoing Nord ), 11e ( Armentières, Lomme ), 19e ( Denain ), 20e ( Saint Amand les Eaux ), 23e ( Maubeuge ) ; 5 qualifiés au second tour
Oise : toutes les circonscriptions (5) sauf la 1ere ( Beauvais ) et la 5e ( Compiègne, Crépy en Valois ) ; 4 qualifiés au second tour
Pyrénées Orientales : toutes les circonscriptions (3) sauf la 3e ( Céret ) ; 2 qualifiés au second tour
Bas Rhin : 7e ( Saverne ) ; un qualifié au second tour ( repêché dans la 4e, Illkirch Graffenstaden )
Haut Rhin : 5e ( Mulhouse ), 6e ( Mulhouse, Wittenheim ), 7e ( Cernay) ; 2 qualifiés au second tour
Rhône : toutes les circonscriptions (10) sauf la 2e ( Lyon ), la 8e ( Tarare, l’Arbresle ), la 10e (Vaugneray, Saint Genis Laval ), la 12e ( Tassin, Oullins ) ; 7 qualifiés au second tour
Haute Savoie : 3e ( Cluses, Bonneville, Chamonix ) ; 2 qualifiés au second tour ( repêché sur la 2e ( Annecy, Seynod ) )
Seine Maritime : 4e ( Elbeuf, Le Grand Quevilly, siège de Laurent Fabius ), 8e ( Le Havre Ouest, siège d’Antoine Rufenacht ) ; un qualifié au second tour ( 7e, le Havre Est )
Seine et Marne : toutes les circonscriptions (7) sauf la 1ere ( Melun ) et la 8e (Champs sur Marne, Torcy ) ; 5 qualifiés au second tour
Yvelines : 7e ( Conflans Sainte Honorine, Triel ), 8e ( Mantes ), 9e ( Aubergenville, Houdan ), 10e ( Rambouillet ) ; 2 qualifiés au second tour
Somme : un qualifié au second tour ( 2e, Amiens Sud )
Var : toutes les circonscriptions (7) ; 7 qualifiés au second tour
Vaucluse : toutes les circonscriptions ( 4) ; 4 qualifiés au second tour
Yonne : 3e ( Sens ) ; qualifié au second tour
Essonne : 1ere ( Evry, Corbeil ), 2e ( Etampes ) ; un qualifié au second tour
Hauts de Seine : 1ere ( Gennevilliers, Colombes ), 2e ( Asnières ), 3e (Courbevoie )
Seine Saint Denis : toutes les circonscriptions sauf la 7e ( Montreuil ) et la 13e ( Noisy le Grand ) ; 5 qualifiés au second tour
Val de Marne : 8e ( Charenton, Maisons Alfort ) ; 2 qualifiés au second tour dont la 4e ( Sucy, Villiers sur Marne )
Val d’Oise : toutes les circonscriptions (8) sauf la 4e ( Ermont, Eaubonne, Franconville ) ; 4 qualifiés au second tour – dont la 4e -.

Total : 138 circonscriptions ; 97 qualifiés au second tour.

L’augmentation du nombre de circonscriptions où les candidats du FN dépassent le dixième des inscrits est sensible sur le scrutin de 1988.
On passe de 54 à 138 sièges, soit 84 candidats de plus.
Et l’extension affecte à peu près toutes les régions de la partie Nord Est Sud Est de la France dont nous avons déjà parlé.

La région Provence se positionne comme d’habitude, semble t il, en tête avec 36 candidats, sur tous les sièges en jeu à l’exception notable des deux départements alpins semble t il rétifs aux idées lepénistes.

Poussée de la présence du FN en Ile de France : s’il ne peut qualifier le moindre candidat à Paris, il a au total 36 candidats au dessus des 10 % ( autant qu’en PACA, donc ) dont, soulignons le, 21 dans les quatre départements de la grande couronne.
Il peut, de plus, présenter 19 candidats au second tour.

Les autres régions de développement du Front National sont :

Nord Pas de Calais : 10 circonscriptions, toutes situées dans le Nord avec 7 candidats sur l’agglomération lilloise et les autres dans le Hainaut, mais pas le moindre candidat dans le Pas de Calais !
Rhône Alpes : 20 candidats au dessus de 10 %, dans tous les départements sauf l’Ardèche et la Savoie ; 17 candidatures de second tour
Picardie : 6 candidats au dessus de 10 % et 5 candidats au second tour
Alsace : 4 candidats et 3 seconds tours
Haute Normandie : 6 candidatures et 3 seconds tours
Champagne Ardennes : 2 candidats et 2 seconds tours
Lorraine : 2 candidats et 2 seconds tours ( en Moselle dans tous les cas )
Centre Val de Loire : 3 candidats et 3 seconds tours
Languedoc Roussillon : 11 candidats et 4 seconds tours
Bourgogne : 1 candidat et 1 second tour

Et, en solitaire dans cette partie de la France, 1 candidat dans le Lot et Garonne.

Notons aussi, comme nous l’avions déjà observé pour les élections cantonales de la série renouvelable en 1998 et 2004 que les départements de province immédiatement situés à proximité de l’Ile de France fournissent un contingent non négligeable de candidats FN : 11 au total dans ce grand Bassin Parisien…
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Vers un FN sans Jean-Marie Le Pen

Messagede vudeloin » Lun 7 Fév 2011 18:18

Pour continuer notre étude sur l’influence atteinte par le Front National, un retour sur les élections de mai et juin 1997, provoquées par la dissolution de l’Assemblée Nationale.

Comme pour les autres scrutins, nous listons ici les circonscriptions où les candidats lepénistes ont réussi à dépasser les 10 % des inscrits et celles où ils furent présents au second tour.

Ain : 2e ( Oyonnax ), 4e ( Miribel, Trévoux ) ; 1 candidat au second tour ( 2e )
Aisne : toutes les circonscriptions (5) ; 1 candidat au second tour ( 5e, Château Thierry )
Allier : 4e ( Vichy )
Alpes de Haute Provence : 2e ( Manosque, Forcalquier, Sisteron )
Alpes Maritimes : toutes les circonscriptions (9) ; 9 candidats au second tour
Ardennes : toutes les circonscriptions (3) ; 2 candidats au second tour ( 1ere, Mézières, Rethel ; 2e Charleville et vallée de la Meuse )
Aube : toutes les circonscriptions (3) ; 3 candidats au second tour
Aude : 1ere ( Carcassonne ), 2e ( Narbonne )
Bouches du Rhône : toutes les circonscriptions (16), 14 candidats au second tour
( manque Aix – Trets, Istres – Martigues )
Côte d’Or : 2e ( Dijon, Auxonne ), 3e ( Dijon, Chenôve ), 4e ( Montbard ); 5e ( Beaune ) ; 1 candidate au second tour
Doubs : 1ere ( Besançon, Audeux ), 2e ( Besançon, Ornans ), 3e (Montbéliard ), 4e ( Audincourt )
Drôme : toutes les circonscriptions (4) ; 1 candidat au second tour (4e, Romans sur Isère )
Eure : 1ere ( Evreux ), 2e ( Evreux, Conches ), 4e ( Louviers ), 5e ( Vernon, les Andelys ) ; 2 candidats au second tour ( 4e, 5e )
Eure et Loir : toutes les circonscriptions (4) ; 2 candidats au second tour ( 2e, Dreux, 3e Perche, Nogent le Rotrou )
Gard : toutes les circonscriptions (5) ; 3 candidats au second tour ( 1ere, Nîmes, 2e, Nîmes, Beaucaire, Aigues Mortes , 3e, Uzès, Pont Saint Esprit )
Haute Garonne : 6e ( Muret )
Hérault : toutes les circonscriptions (7) ; 4 candidats au second tour ( 1ere, Montpellier ; 3e, Lunel, Mauguio ; 6e, Béziers ; 7e, Sète )
Isère : 6e ( Bourgoin Nord ), 7e ( Bourgoin Sud ), 8e ( Vienne ), 9e (Voiron) ; 3 candidats au second tour (6e,7e,8e)
Jura : 2e ( Saint Claude et montagne ), 3e ( Pays de Dole )
Loir et Cher : toutes les circonscriptions (3)
Loire : 1ere ( Saint Etienne Nord ), 2e ( Saint Etienne Sud ), 3e ( Saint Chamond ), 4e ( Firminy, le Chambon Feugerolles ), 6e ( Feurs, Charlieu ), 7e ( Montbrison ) ; 4 candidats au second tour ( 1er,2e, 3e,4e )
Loiret : 3e ( Orléans, Châteauneuf ), 4e ( Gien, Montargis ), 5e ( Pithiviers, Fleury les Aubrais ) ; 1 candidat au second tour ( 4e)
Lot et Garonne : 1ere ( Agen ), 2e ( Marmande )
Manche : 1ere ( Saint Lô )
Marne : 2e ( Reims, Fismes ), 3e ( Reims, Suippes ), 4e ( Châlons sur Marne ), 5e ( Vitry le François ), 6e ( Epernay ) ; 1 candidat au second tour (5e)
Haute Marne : les 2 circonscriptions ; 1 candidat au second tour (2e, Saint Dizier )
Meurthe et Moselle : 4e ( Lunéville ), 5e ( Toul), 6e ( Briey, Pont à Mousson )
Meuse : les 2 circonscriptions
Moselle : toutes les circonscriptions (10) ; 7 candidats au second tour ( 1ere, Metz Woippy ; 2e Metz, Montigny ; 4e Sarrebourg ; 6e Forbach ; 7e Saint Avold ; 8e Fameck, Rombas ; 10e Hayange )
Nord : 4e ( Lille Ouest ), 5e ( Haubourdin, Seclin ), 6e ( Pont à Marcq, Cysoing ), 7e ( Roubaix, Lannoy ), 8e ( Roubaix ), 9e ( Tourcoing Sud, Marcq ), 10e ( Tourcoing Nord ), 11e ( Armentières, Lomme ), 12e ( Dunkerque, Grande Synthe ), 13e ( Dunkerque ), 14e ( Bergues, Bourbourg, Cassel ), 18e ( Cambrai ), 19e ( Denain ), 20e ( Saint Amand les Eaux ), 21e ( Valenciennes, Condé sur l’Escaut ), 22e ( Le Cateau, Le Quesnoy ), 23e ( Maubeuge ) ; 6 candidats au second tour ( 7e, 8e, 10e, 12e, 20e, 23e )
Oise : toutes les circonscriptions (7) ; 7 candidats au second tour
Orne : 2e ( l’Aigle, Vimoutiers )
Pas de Calais : 2e ( Arras, Vitry en Artois ), 11e ( Carvin, Noeux les Mines ), 12e ( Liévin ), 13e ( Lens ), 14e ( Hénin Beaumont ) ; 1 candidat au second tour ( 14e)
Pyrénées Orientales : toutes les circonscriptions (4) ; 2 candidats au second tour ( 1ere, Perpignan ; 2e Rivesaltes, Côte Radieuse )
Bas Rhin : toutes les circonscriptions sauf la 1ere ( Strasbourg Centre ) (8) ; 7 candidats au second tour ( toutes sauf la 2e, Strasbourg 2 )
Haut Rhin : toutes les circonscriptions (7) ; 4 candidats au second tour ( 4e, Huningue, Saint Louis ; 5e Mulhouse ; 6e Mulhouse Illzach, 7e, Cernay )
Rhône : toutes les circonscriptions sauf la 2e ( Lyon Croix Rousse ) (13) ; 6 candidats au second tour ( 6e, Villeurbanne ; 7e, Bron Vaulx en Velin ; 9e, Villefranche sur Saône ; 11e, Givors ; 13e, Meyzieu, Saint Priest ; 14e Vénissieux )
Haute Saône : les 3 circonscriptions ; 1 candidat au second tour ( 2e, Lure, Héricourt )
Savoie : 1ere ( Chambéry )
Haute Savoie : 3e ( Cluses, Bonneville, Chamonix ), 4e ( Annemasse, Saint Julien en Genevois ) ; 1 candidat au second tour ( 3e)
Seine Maritime : 3e ( Sotteville les Rouen, Saint Etienne du Rouvray ), 4e ( Elbeuf, Le Grand Quevilly ), 5e ( Maromme, Pavilly ), 6e ( Bolbec, Lillebonne ), 7e ( Le Havre Ouest ), 8e ( Le Havre Est ) ; 2 candidats au second tour ( 4e, 8e)
Seine et Marne : toutes les circonscriptions sauf la 1ere (8) ; 3 candidats au second tour ( 4e, Provins ; 5e, Meaux Coulommiers ; 6e, Meaux Dammartin )
Yvelines : 5e ( Sartrouville, Maisons Laffitte, Le Vésinet ), 7e ( Conflans, Triel sur Seine ), 8e ( Mantes), 9e ( Meulan, Aubergenville ), 12e ( Poissy, Plaisir ) ; 2 candidats au second tour ( 8e, 9e )
Somme : 1ere ( Amiens Nord ), 5e ( Albert, Péronne ), 6e ( Corbie )
Tarn : 2e ( Albi, Gaillac ), 4e ( Mazamet )
Tarn et Garonne : les deux circonscriptions
Var : toutes les circonscriptions (7) ; 7 candidats au second tour
Vaucluse : toutes les circonscriptions (4) ; 4 candidats au second tour
Vosges : 1ere ( Epinal ), 3e ( Remiremont ), 4e ( Mirecourt, Vittel, Neufchâteau )
Yonne : les 3 circonscriptions ; 1 candidat au second tour ( 3e, Sens )
Territoire de Belfort : les deux circonscriptions ; 1 candidat au second tour (2e, Belfort, Giromagny )
Essonne : 1er ( Evry, Corbeil ), 2e ( Etampes et Sud Essonne ), 3e ( Arpajon, Dourdan ), 7e ( Athis Mons, Viry Châtillon, Savigny sur Orge), 9e ( Draveil, Ris Orangis ), 10e ( Sainte Geneviève des Bois, Morsang sur Orge ) ; 1 candidat au second tour ( 2e )
Hauts de Seine : 1ere ( Gennevilliers, Colombes Nord ), 2e ( Asnières, Colombes Sud ) ; 1 candidat au second tour ( 2e)
Seine Saint Denis : toutes les circonscriptions sauf la 7e ( Montreuil ) (12) ; 11 candidats ( toutes sauf la 5e, Les Lilas, Le Pré Saint Gervais, 13e, Noisy le Grand )
Val de Marne : 3e ( Boissy saint Léger, Villeneuve Saint Georges ), 4e ( Sucy en Brie, Villiers sur Marne ).
Val d’Oise : toutes les circonscriptions (9) ; 3 candidats au second tour (1ere, Pontoise, Beaumont sur Oise, Vexin ), 7e ( Ecouen, Montmorency ), 9e ( Goussainville, Gonesse )

1997 marque donc une extension très sensible de l’impact des candidatures du Front National.

Ce sont en effet 262 circonscriptions où le parti lepéniste dépasse le seuil des 10 % des inscrits.

Nous sommes donc partis de 54 circonscriptions en 1988, pour arriver à 138 en 1993 et 262 en 1997.

Cette expansion du vote FN affecte à peu près toute la France, en partant des zones de force et en gagnant d’autres secteurs dans ces zones de force et d’auters départements jusqu’ici non atteints par le phénomène.

Par région, la situation est la suivante

Nord Pas de Calais : 22 circonscriptions, 7 seconds tours
Picardie : 15 circonscriptions, 8 seconds tours
Champagne Ardennes : 13 circonscriptions, 7 seconds tours
Haute Normandie : 10 circonscriptions, 4 seconds tours
Ile de France : 44 circonscriptions, 21 seconds tours
Centre Val de Loire : 10 circonscriptions, 3 seconds tours
Lorraine : 18 circonscriptions, 7 seconds tours
Alsace : 15 circonscriptions, 11 seconds tours
Franche Comté : 11 circonscriptions, 2 seconds tours
Bourgogne : 7 circonscriptions, 2 seconds tours
Auvergne : 1 circonscription
Limousin : 0
Poitou Charentes : 0
Pays de Loire : 0
Basse Normandie : 2 circonscriptions
Bretagne : 0
Aquitaine : 2 circonscriptions
Midi Pyrénées : 5 circonscriptions
Languedoc Roussillon : 18 circonscriptions, 9 seconds tours
Provence Alpes Côte d’Azur : 37 circonscriptions, 34 seconds tours
Corse : 0
Rhône Alpes : 32 circonscriptions, 16 seconds tours.

Nous avons donc un Front National présent au second tour dans 131 circonscriptions, soit exactement la moitié de celles où il dépasse 10 % des inscrits et 34 de plus qu’en 1993.

Seules quatre régions du Grand Ouest, dans une continuité géographique, échappent à la présence du FN au niveau constaté.

Si l’Ile de France ( à la notable exception de Paris, une fois encore ), se positionne en tête du nombre de candidats FN dépassant les 10 % des inscrits, on notera que les départements limitrophes, constituant le Grand Bassin Parisien, sont particulièrement affectés par l’implantation lepéniste avec 34 circonscriptions dans ce cas.

Pour l’implantation, la région PACA se positionne en tête avec 37 circonscriptions possibles sur 40 – il ne manque que la circonscription de Digne et les deux des Hautes Alpes -, mais l’Alsace, avec 15 candidats sur 16 possibles au dessus de 10 % et 11 seconds tours, se place en zone de force du courant FN.
On notera que la Moselle n’est pas en reste avec le 10/10 à plus de 10 % et 7 candidats au second tour.
Dans le même style, la région Champagne Ardennes, avec 13 circonscriptions à plus de 10 % sur 14, se retrouve également en zone de force du Front.

Même s’il faut se garder de conclusions définitives, on en peut manquer de souligner que ni l’Alsace, ni la Champagne Ardennes ne sont, a priori, des régions historiquement de gauche.

En tout cas pas dans l’histoire de la Cinquième République.
Dernière édition par vudeloin le Mer 9 Fév 2011 16:23, édité 1 fois.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Vers un FN sans Jean-Marie Le Pen

Messagede vudeloin » Mer 9 Fév 2011 16:21

Pour mieux examiner encore la présence du Front National sur l’échiquier politique, nous ne pouvions manquer de nous pencher sur le résultat des élections législatives de 2002.

Nous connaissons le contexte politique : le 21 avril, malgré la sécession des mégretistes du MNR, Jean Marie Le Pen vient de se qualifier pour le second tour de l’élection présidentielle en damant le pion à un Lionel Jospin dont on ne sait s’il a mené une campagne de médiocre qualité, s’il a été victime d’un climat politique délétère ou s’il était trop sûr de lui et de ses chances, ou bien un peu des trois.

Le coup de bambou pris par le Parti Socialiste et son candidat masquent cependant assez mal un autre aspect, celui d’une gauche dont l’influence électorale est loin d’être faible ( nettement plus de 12 millions de voix au premier tour et 42,9 % des votes ) mais qui n’aura sans doute jamais autant que ce jour d’avril là mérité son qualificatif de « plurielle «.

On rappellera, sans vouloir éveiller trop de mauvais souvenirs, que Ségolène Royal, en 2007, obtiendra 9 500 112 voix au premier tour et les autres candidats de gauche un peu moins de 3,9 millions de voix, ce qui situera les forces de gauche assez nettement sous le pourcentage atteint en 2002 avec 37,4 %...

Revenons à 2002.

Après le second tour et le véritable triomphe fait à Chirac, les élections législatives présentent la particularité d’être, pour la première fois, organisées dans la foulée des présidentielles, suivant les effets de la loi sur l’inversion du calendrier électoral, votée sous la législature précédente.

Le piège va d’ailleurs se refermer sur la gauche, puisque la majorité de droite sera écrasante au soir des deux tours de ces élections.

Un phénomène retient toutefois l’attention : la chute libre de la participation, avec une abstention dépassant les 35 % de l’électorat, un chiffre qui sera encore dépassé en 2007, faut il le rappeler…

Second aspect de cette élection : le Front National ne confirme pas du tout l’influence atteinte par le candidat Le Pen lors des présidentielles.

Sur la base des résultats du 21 avril, le parti lepéniste aurait pu prétendre jouer un rôle dans 237 circonscriptions, et sans doute risquer de troubler la répartition finale des élus.

Les résultats vont s’avérer beaucoup moins glorieux, comme nous allons le voir avec la liste qui suit et qui précise les régions, départements et circonscriptions où les candidats du FN ont dépassé les 10 % des inscrits et, pour certains, participé au second tour.

Alsace : 1 candidat, 1 au second tour

Haut Rhin : 6e ( Mulhouse )

Bourgogne : 1 candidat,

Yonne : 3e ( Sens )

Centre Val de Loire : 2 candidats

Eure et Loir : 2e ( Dreux )
Loiret : 4e ( Montargis )

Champagne Ardennes : 5 candidats, 1 au second tour

Aube : les 3 circonscriptions
Marne : 5e ( Vitry le François )
Haute Marne : 2e ( Saint Dizier ), qualifiée au second tour

Franche Comté : 3 candidats

Doubs : 4e ( Audincourt )
Haute Saône : 2e ( Lure, Héricourt )
Territoire de Belfort : 2e ( Belfort Ouest )

Ile de France : 4 candidats, 1 au second tour

Seine et Marne : 4e ( Provins )
Yvelines : 8e ( Mantes ), 9e ( Aubergenville, Meulan )
Seine Saint Denis : 3e ( Stains, Le Blanc Mesnil ), repêché au second tour
Val d’Oise : 9e ( Goussainville, Gonesse )

Languedoc : 12 candidats, 4 au second tour

Aude : 2e ( Narbonne )
Gard : 1ere ( Nîmes ), 2e ( Nimes, Aigues Mortes, Beaucaire ), 3e ( Uzès, Bagnols sur Cèze ) ; 2 au second tour dans les 2e et 3e en triangulaire
Hérault : 3e ( Lunel, petite Camargue ), 4’ ( Montpellier et Lodève ), 5e ( Pézenas ), 6e ( Béziers ), 7e ( Sète ) ; 2 candidats au second tour dans les 6e et 7e en triangulaire.
Pyrénées Orientales : 1ere ( Perpignan ), 2e ( Perpignan, Côte Radieuse ), 4e ( Céret, Thuir )

Lorraine : 1 au second tour

Moselle : 7e ( Saint Avold ), repêché au second tour

Midi Pyrénées : 1 candidat

Tarn et Garonne : 2e ( Moissac, Castelsarrasin )

Nord : 8 candidats, 6 au second tour

Nord : 7e ( Roubaix Est ), 10e ( Tourcoing Nord ), 12e ( Dunkerque ), 20e ( Saint Amand les Eaux ), 23e ( Maubeuge ) ; 2 candidats dans les 12e et 23e.
Pas de Calais : 11e ( Carvin, Cambrin ), 13e ( Lens ), 14e ( Hénin Beaumont ), 4 candidats au second tour avec la 12e ( Liévin ), repêché.

Haute Normandie : 1 candidat

Eure : 5e ( Vernon, Les Andelys )

Picardie : 7 candidats, 1 au second tour

Aisne : 4e ( Soissons ), 5e ( Château Thierry ) ; 1 au second tour dans la 5e
Oise : 1ere ( Beauvais ), 2e ( Beauvais Sud ), 3e ( Creil ), 6e ( Compiègne Nord, Noyon ), 7e ( Clermont )

Rhône Alpes : 11 candidats, 3 au second tour

Ain : 2e ( Oyonnax ), 4e ( Miribel, Trévoux )
Drôme : 2e ( Montélimar ), 4e ( Romans )
Isère : 6e ( Bourgoin Nord )
Loire : 3e ( Saint Chamond ), 7e ( Montbrison )
Rhône : 9e ( Villefranche sur Saône ), 13e ( Meyzieu, Oullins ), 14e ( Vénissieux ) ; 2 candidats au second tour sur 9e et 13e
Haute Savoie : 3e ( Cluses, Bonneville ), présent au second tour

Provence Alpes Côte d’Azur : 24 candidats, 14 au second tour

Alpes Maritimes : les 9 circonscriptions ; 5 au second tour ( 2e en triangulaire, 3e,4e,5e et 8e )
Bouches du Rhône : 1ere 3e, 4e, 5e, 6e, 7e, 8e, ( Marseille ), 9e ( Aubagne, La Ciotat ), 10e ( Gardanne ), 13e ( Istres ), 15e ( Châteaurenard ), 16e ( Arles ) ; 6 au second tour ( 4e, 5e, 6e, 7e, 8e, 9e ) avec triangulaire sur la 8e.
A noter que, dans la 12e ( Marignane ), Bruno Mégret dépasse les 10 % des inscrits, sans parvenir au second tour.
Var : les 7 circonscriptions ; 4 seconds tours dans les 4e ( Draguignan ), 5e ( Fréjus ), 6e ( Le Beausset ) et 7e ( La Seyne sur Mer )
Vaucluse : les 4 circonscriptions ; 2 seconds tours sur les 3e ( Carpentras ) et 4e ( Orange )

TOTAL : 80 candidats au dessus de 10 % des inscrits, 32 candidats au second tour dont 9 triangulaires.

On se situe donc, pour ce cru législatives 2002, sur un profil d’implantation en rétrécissement sensible, avec trois fois moins de candidats au dessus de 10 % et quatre fois moins de candidats engagés au second tour.

On retrouve cependant les signes habituels : absence dans une large frange Ouest de la France ( pas de candidat ni de second tour en Basse Normandie, Bretagne, Pays de Loire, Poitou Charentes, Aquitaine, Limousin, Auvergne ) et en Corse.
Un repli sur le réduit méditerranéen avec 36 candidats et 18 seconds tours ( sur 80 et 32 ) entre PACA et Languedoc Roussillon ; une incrustation dans le cône Nord, avec notamment la poussée sur le bassin minier du Pas de Calais ( aux dépens de la droite classique dont aucun candidat n’atteint les 15 % des exprimés dans les quatre circonscriptions concernées ) ; une faible présence en région Ile de France, marquée par l’absence sur Paris et les Hauts de Seine – fiefs de la droite classique – et une présence malgré tout encore réelle sur les départements du grand bassin Parisien.

On relève en effet, de nouveau, 15 candidats sur ces départements ayant dépassé les 10 % des inscrits, même s’il n’en est resté qu’un seul ( Franck Briffaud ) en lice au second tour sur le siège de Château Thierry et du Tardenois.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Vers un FN sans Jean-Marie Le Pen

Messagede vinvin59 » Dim 6 Mar 2011 18:18

Le Front National ne sera pas sans JMLP!!!

Il est même président d'honneur!!!!
vinvin59
 
Messages: 1
Inscription: Dim 6 Mar 2011 17:37

Re: Vers un FN sans Jean-Marie Le Pen

Messagede vudeloin » Dim 6 Mar 2011 19:48

Encore un honneur qui se donne sans vergogne...
D'ailleurs, Fernand Le Rachinel, jadis candidat FN et imprimeur de son état, attend toujours de se faire rembourser les avances qu'il a versées au Front National...
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Vers un FN sans Jean-Marie Le Pen

Messagede Zimmer » Mar 19 Avr 2011 21:24

Le FN a exclu de ses rangs, aujourd'hui, le conseiller régional de Rhône-Alpes (élu en mars 2010 dans le département de l'Isère), Alexandre Gabriac, qui avait été confondu par une photo circulant sur internet le montrant en train de faire le salut nazi, à deux jours du second tour des élections cantonales. Ce proche de Bruno Gollnisch était candidat dans le canton de Grenoble-6, où il s'était qualifié pour ce même second tour.

La commission des conflits du FN a convoqué, au total, une vingtaine de membres de ce parti, parmi lesquels plusieurs autres proches de Gollnisch, venant eux aussi de la région Rhône-Alpes, à l'instar d'Olivier Wyssa, également conseiller régional, élu dans le département de l'Ain, où il était aussi secrétaire départemental du FN avant de démissionner de cette fonction lorsque Marine Le Pen en a été élue présidente au début de cette année.

http://www.lefigaro.fr/politique/2011/04/19/01002-20110419ARTFIG00627-operation-mains-propres-au-front-national.php
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

PrécédenteSuivante

Retourner vers Vie des partis

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Guide de l'élu délégué à l'animation, à la vie associative et à la vie des quartiers

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques locales d'animation, de vie associative et de vie des quartiers : les acteurs et le contexte d'intervention, les enjeux, les champs d'intervention...

Découvrir l'ouvrage

Comprendre la TVA et ses évolutions pour maîtriser son impact et sécuriser sa récupération

Jean-Claude Chocque et Anne Lise Rodier

L'ouvrage expose les différentes catégories d'EPCI à fiscalité propre et de structures syndicales, les procédures de fusion et de modification de périmètre des EPCI à fiscalité propre et des...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Anarkour et 2 invités