Politiquemania

La base de données de la vie politique française

La France, démocratie imparfaite ?

Forum général sur l'actualité politique du moment. Discutez ici de l'action de la Présidence, des décisions gouvernementales, des projets ou propositions de lois ainsi que de toutes les démarches de l'opposition.

La France, démocratie imparfaite ?

Messagede vudeloin » Ven 18 Mar 2011 19:22

La question peut paraître saugrenue, et même pratiquement stupéfiante, mais, en tout cas, c’est ainsi que la revue britannique The Economist a placé notre pays dans le cadre de la publication de son indice annuel de la démocratie.

Avant de commenter quoique ce soit, revenons quelques instants sur la méthodologie utilisée par la revue pour définir l’indice de démocratie de chaque pays.

Le principe de l’indice et du classement en découlant est d’attribuer une note à chaque pays, à raison des critères suivants : processus électoral et pluralisme, respect et réalité des libertés civiles, fonctionnement du Gouvernement, participation politique et culture politique.

La transparence et la liberté du suffrage participent évidemment des conditions incontournables pour qualifier un pays de démocratie, de même que la liberté d’association, celle d’organiser un parti politique, la liberté d’opinion et de conscience, notamment en matière religieuse, la liberté d’expression ou encore la transparence et l’équité de la justice.

Chacun des cinq critères indiqués plus haut est classé selon une échelle de valeur de 0 à 10, la note la plus élevée étant le signe de la plus grande liberté.

Et la moyenne des cinq critères donne une note générale à chaque pays qui permet la classification de tous.

Si un pays est noté entre 8 et 10, il est une démocratie.

S’il est noté en 6 et 8, il rendre dans la catégorie des démocraties imparfaites et devient un régime hybride si sa note est comprise entre 4 et 6.

Sous le 4, nous sommes face à un régime autoritaire.

Pour justifier la notation, on peut donc penser que l’indépendance rédactionnelle des journaux de la presse écrite ou des journalistes de l’audiovisuel constitue un bon élément du point de vue de la liberté d’expression ou de la culture et de la participation politiques dans le pays.

Tandis que la corruption galopante des élus, à tout niveau de responsabilités, peut constituer un facteur mettant en question la qualité de la « gouvernance «.

En 2008, la France se positionnait en 24e position dans le classement de The Economist, avec une note globale de 8,07 sur 10, notre pays souffrant d’un mauvais indice de participation politique ( la croissance de l’abstention entre autres ) et d’un fonctionnement du Gouvernement loin d’être exempt de reproches ( noté 7,5 sur 10 ).

Parmi les meilleurs élèves de la classe mondiale, si l’on peut dire, figuraient les pays scandinaves ( Suède 1er, Norvège 2e, Islande 3e, Danemark 5e et Finlande 6e ), mais aussi ceux du Bénélux ( Pays Bas 4e, Luxembourg 9e, Belgique 20e ), les colonies britanniques de luxe ( Nouvelle Zélande 7e, Australie 10e, Canada 11e ), les Etats-Unis, le Japon, l’Allemagne, l’Autriche ou encore Malte et l’Espagne.

A noter que nous n’arrivions qu’en 15e position des pays de l’Union Européenne, devancée par les pays cités mais aussi par la Grèce, le Royaume Uni ou la Tchéquie et l’Eire.

Nous devancions le Portugal, classé 25e, l’Italie (29eet première des démocraties imparfaites ), la Slovénie ( 30e), Chypre (36e), l’Estonie (37e), la Hongrie (40e), la Lituanie (42e), la Slovaquie (44e), la Pologne (45e), la Lettonie (46e), la Roumanie (50e) et la Bulgarie (52e).

Mais nous étions aussi devancés par un pays comme l’Uruguay, celui-ci ayant accompli des efforts particuliers en matière de lutte contre la corruption des élus.

En 2010, la notation de la France s’est trouvée dégradée, et avec une moyenne générale de 7,77 sur 10, notre pays se positionne désormais en 31e position du classement de The Economist.

Nous sommes donc entrés dans la liste des démocraties imparfaites, puisque notre note est inférieure à 8 et nous nous trouvons désormais débordés par des pays comme la Corée du Sud, l’Ile Maurice, le Costa Rica, la Grèce, l’Italie ou même la République du Cap Vert et l’Afrique du Sud !

Les raisons de la dégradation de la note française résident, selon la revue britannique, dans le mode de fonctionnement du Gouvernement, notamment pour la pression exercée sur les media audiovisuels et même une partie de la presse écrite, sur la participation citoyenne ( problème de l’abstention et de la défiance croissante des résidents à l’égard des institutions ), et sur les libertés civiles et publiques.

Je ne sais si les journalistes de la revue britannique pensent aux questions soulevées par l’exercice de la religion musulmane ( affaire du voile par exemple ), mais on ne peut s’empêcher de penser que les lois sur la sécurité et la délinquance, certains textes relatifs à l’immigration ou encore les mesures prises à l’encontre des Roms participent de la dégradation de la note française.

La dégradation de la moyenne sur le mode de gouvernement intègre t elle le rôle de VRP des grands groupes industriels du pays assumé de plus en plus par le Président de la République ou les Ministres en place ?

Ou encore les retards persistants sur le respect de l’indépendance de la justice ou les procédures de garde à vue ?

A moins que ces questions ne soient plus prises en compte dans le champ des libertés civiles…

Je n’ai pas de jugement particulier à porter sur ce type de classement, sinon qu’il me semble devoir éveiller notre attention au moins sur une certaine image internationale de notre pays, de ses dirigeants, de sa vie politique qui n’est pas aussi positive que cela…

Etant entendu que le consensus n’est pas forcément évident sur ce qui serait la démocratie pure et parfaite, je vous laisse libre juge de commenter ces éléments utiles pour notre réflexion commune sur le devenir de notre société démocratique.

PS Le classement complet est évidemment accessible sur une célèbre encyclopédie en ligne que chacun connaît bien ici mais aussi sur le site de The Economist à l’adresse suivante

http://graphics.eiu.com/PDF/Democracy_I ... 10_web.pdf
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: La France, démocratie imparfaite ?

Messagede HORATIO » Ven 18 Mar 2011 21:46

Voici mon vote à « ton sondage »

1. Liberté d’association : 10/10
2. Celle d’organiser un parti politique : 1/10
3. La liberté d’opinion et de conscience : 9/10
4. la liberté d’expression : 9/10
5. L’équité de la justice : 1/10.

Précisions sur les points 2 et 5 :
2 : Certes, on peut organiser des partis politiques et le droit de vote existe ; c’est les répartitions des élus par rapport aux votes qui sont foireuses ; d’ailleurs, elles ne dépendent plus du tout du vote mais des alliances des parti (Combines, "repport de voix"), tous les modes de scrutin (sauf présidentiel) sont farfelus, de plus en plus compliqués et de plus en plus injustes.
5. L’équité devant la justice est foireuse également, la période Sarkozy a aggravé cela ; réformes Dati, radars mal étalonnés, passes droits politiques, la justice manque de moyens et n’est pas du tout indépendante du pouvoir.
Aucune analyse sérieuse n’a été faite sur l’affaire Outreau, ce genre d’affaire se reproduira avec ou sans juge d’instruction.

Moi, la question que je me pose c'est : Est-ce que la France est encore une démocratie ?
HORATIO
 

Re: La France, démocratie imparfaite ?

Messagede vudeloin » Sam 19 Mar 2011 10:05

Ce n'est pas un sondage Horatio ;)
Mais je regarde avec intérêt ce que tu penses de tout cela...
En attendant d'autres réactions, bien entendu, pour que la discussion progresse et ne se contente pas de nos avis personnels...:)
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: La France, démocratie imparfaite ?

Messagede ploumploum » Sam 19 Mar 2011 14:58

Oui la France est une démocratie imparfaite. Pourquoi ? Parce que rien n'est parfait :lol:
Mais soyons sérieux , au niveau de la liberté d'expression et et d'association on est très bien (même trop bien pour la liberté d'association vu le nombres d'assos farfelus)
Pour la l'équité là c'est vrai il y a des efforts à faire. On est loin des principes révolutionnaires
On peut notamment parler de la suppression des juges d'instruction, de la justice à deux vitesses entre citoyens et "grands hommes" mais aussi de la collusion du Conseil Constitutionnel avec certaines lois ( ex : nationalisation de 1981 jugée non conforme par le Conseil sachant que des membres de celui-ci étaient des proches des patrons des entreprises concernées)
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 12586
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La France, démocratie imparfaite ?

Messagede STB » Sam 10 Mar 2012 22:09

Bonjour,

En 1789 , l'un des fondateurs les plus célèbres de notre chère Démocratie, proposait le Contrat social. Pour ne pas altérer l'expression du cheminement de sa pensée, je préfère le citer :
Dans Du contrat social, Rousseau établit qu’une organisation sociale "juste" repose sur un pacte garantissant l’égalité et la liberté entre tous les citoyens. Ce pacte est contracté entre tous les participants, c’est-à-dire l’ensemble exhaustif des citoyens. Dans le pacte social, chacun renonce à sa liberté naturelle pour gagner une liberté civile. La souveraineté populaire est le principe fondamental du contrat social. L’indivisibilité de cette souveraineté est un autre principe fondamental, par lequel il faut comprendre que le pouvoir du Souverain ne saurait être divisé (Rousseau emploie ce terme pour désigner le peuple souverain) et il ne peut s’en séparer par intérêt particulier, car l’intérêt particulier est contraire à la recherche de l’intérêt général, seul objectif du contrat social. Ce contrat social, Rousseau le voit comme faisant suite à l’état de nature dans lequel règne la loi du plus fort. Pour lui, la loi du plus fort ne peut être un principe directeur d’une société car il est incompatible avec l’intérêt général, et donc avec le contrat social : « Le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître, s’il ne transforme sa force en droit et l’obéissance en devoir. »
La dissolution du contrat social, c’est le retour à l’état de nature, primitif, présocial, « tyrannique et vain ». Une société qui rompt son contrat social ne serait plus une société …

Ainsi, il souhaitait instaurer la Souveraineté Populaire en maître de notre grande Maison : La France afin de garantir de manière la plus égalitaire à cette époque La Liberté, L'Egalité à tous les citoyens.

Aujourd'hui , les nouvelles technologies peuvent contribuer à améliorer cette Démocratie; nous vivons une nouvelle ère des Lumières et nous ne pouvons nous permettre de l'éviter !
STB
 
Messages: 1
Inscription: Sam 10 Mar 2012 20:33

Re: La France, démocratie imparfaite ?

Messagede Geoffroy » Dim 11 Mar 2012 01:21

Pour ma part, je serais dur concernant la liberté d'association.

Autant pour créer ton association sportive, culturelle, il n'y a aucun problème.

Mais du coté du syndicalisme qui est une sorte d'association, la donne est tout autre.
Pour créer son propre syndicat, il faut être représentatif sur un plan national. Deux choix s'offrent alors, être affilié à un autre syndicat (CGT, CFTC) ou alors ces centaines et des centaines de personnes adhérents partout en France, ce qui semble extrêmement dur dés la création.

Voila pourquoi il n'y a pas vraiment de syndicats en France même minoritaire demandant du protectionnisme pour les ouvriers en France.
Je vais résumé grossièrement : "Pour créer ton syndicat en France, il est nécessaire que sa vision du syndicalisme soit celle de la CGT"

Infos
Geoffroy
 
Messages: 90
Inscription: Sam 10 Mar 2012 11:59

Re: La France, démocratie imparfaite ?

Messagede vudeloin » Dim 11 Mar 2012 01:47

Le résumé est effectivement grossier et je rappelle tout de même que la loi sur la représentativité , qui a une origine historique (singulièrement le comportement des organisations pendant la Seconde Guerre Mondiale où elles n'étaient d'ailleurs que deux, à savoir la CGT et la CFTC, ayant toutes deux participé au Conseil National de la Résistance), a quelque peu évolué.
Il y a aujourd'hui, a priori, cinq organisations syndicales représentatives historiques : la CGT et FO, la CFDT et la CFTC et la CGC.

FO et la CFDT (rappel pour ceux qui auraient été distraits en cours d'Histoire ;) ) sont des scissions de la CGT et de la CFTC, l'une intervenue en 1947, l'autre en 1964.
La CGC a été créée dans les années 50.
Trois autres syndicats aspirent à bénéficier d'une représentativité : SUD Solidaires, dont l'origine provient d'une scission de la CFDT dans certaines professions (PTT notamment), FSU et UNSA. La FSU dispose d'ailleurs du critère de représentatitivité dans la Fonction Publique, de par son influence tant au Ministère de l'Education, que dans celui de la Culture ou celui de la Justice.
Quant à l'UNSA, elle s'est surtout constituée à partir de la scission de l'ex FEN qui a aussi donné la FSU, et de son regroupement avec les syndicats de la Police et de la Justice.
Ensuite, il y a foultitude de syndicats indépendants et sans étiquette (cela existe aussi, faut pas croire) mais dont la représentativité est limitée au pire à une entreprise, au mieux à une branche professionnelle (exemple de la FNCR dans le transport routier)
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: La France, démocratie imparfaite ?

Messagede Geoffroy » Dim 11 Mar 2012 02:05

Tout à fait, je suis absolument d'accord avec toi sur les "scissions", celle de la FO était je crois orchestré par les USA afin de bloquer la progression communiste en France l'adhésion au PC était même obligatoire à l'époque. D'ailleurs, le vrai nom de la FO c'est CGT-FO.

Hormis quelques syndicats de secteur professionnel, aucun syndicat "généraliste" d'envergure nationale n'existe. C'est bien dommage.
Geoffroy
 
Messages: 90
Inscription: Sam 10 Mar 2012 11:59

Re: La France, démocratie imparfaite ?

Messagede vudeloin » Dim 11 Mar 2012 02:16

Tu as vraiment du manquer des chapitres parce que l'adhésion au PCF n'a jamais été une obligation pour les adhérents de la CGT :lol:
Et je crois qu'elle ne l'est toujours pas !
Pour le reste, les organisations syndicales représentatives ont peut être leurs défauts, mais, cela, c'est affaire de jugement.

Quant au fait que l'extrême droite n'ait jamais réussi à constituer une organisation syndicale digne de ce nom, peut être faut il en chercher la raison dans la part d'intelligence du monde du travail ;)
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: La France, démocratie imparfaite ?

Messagede Geoffroy » Dim 11 Mar 2012 02:47

L'adhésion obligatoire m'a été raconté par les vieux syndicalistes de mon entreprise, mais sans préciser si c'était administrativement obligatoire ou alors si le formulaire d’adhésion disparaissait dans une corbeille si la carte du parti n'était pas présenté. Ou peut être parlaient ils de la branche temporairement indépendante CGTU. Mais c'est très vieux, avant la seconde guerre. D'ailleurs c'était très mal vu d'être ouvrier et de ne pas être encarté PCF après la seconde guerre.


Ensuite, voila bien des années et des années que le vote "extrême-droite" est parmi les plus haut dans la catégorie ouvrier. Pourtant aucun syndicat n'a en effet été crée. Je ne pense pas que les ouvriers soient plus idiots que les autres. Parfois moins instruits que d'autres professions d'accord mais pas forcement plus bête. Peut être faudrait-il chercher dans ce qui les pressions alentours car les syndicats ne veulent pas partager leur bifteck.

J'aurais aimé retrouver la phrase de De Gaulle concernant les ouvriers, l'éducation de leurs enfants et la logique propre à ceux qui sont en bas de l'échelle.
Geoffroy
 
Messages: 90
Inscription: Sam 10 Mar 2012 11:59

Suivante

Retourner vers Débats politiques du moment

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Le maire président de séance du conseil municipal

Joël Clérembaux

Le maire, en sa qualité d'exécutif du conseil municipal, se voit attribuer des compétences relatives aux réunions de l'assemblée délibérante. Administrer la séance du conseil municipal en assurant sa publicité et en tenant la présidence, diriger les...

Découvrir l'ouvrage

Guide de l'élu délégué aux affaires scolaires et à l'action éducative

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques éducatives locales et de leurs champs d'intervention (construction, entretien et fonctionnement des écoles maternelles et élémentaires...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité