Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Les législatives en Polynésie française

Dimanche 17 juin
A partir de 20h00
Nouveau découpage électoral et composition de l'Assemblée nationale : exprimez-vous sur les enjeux des prochaines législatives de juin 2012.

Les législatives en Polynésie française

Messagede vudeloin » Lun 26 Déc 2011 16:53

Le développement démographique de la Polynésie française amène, pour ce renouvellement 2012, à créer un troisième siège de député sur ce « Pays d'Outre Mer » dont les terres émergées représentent une surface plutôt réduite ( 4 167 kilomètres carrés officiellement ) mais dont l'extension dans l'espace Pacifique recouvrirait une surface allant de la Laponie finlandaise aux contreforts de l'Atlas, ou peu s'en faut.

Le fenua ayant dépassé le seuil de la seconde tranche de population, le troisième siège s'imposait, les effets des migrations internes au monde océanien (notamment la présence de Wallisiens) suffisant pour conforter le processus de renouvellement des populations par génération.

La population polynésienne, à la fois jeune (moins de trente ans de moyenne d'âge) et n'ayant pas encore tout à fait appliqué la transition démographique, se renforce en effet d'un pour cent et demi par an, singulièrement du fait de l'excédent naturel, encore supérieur au pour cent.

L'arrêt des activités du Centre d'expérimentation du Pacifique, dans l'atoll du « grand secret », à savoir Mururoa, a évidemment eu quelques conséquences économiques sur les archipels polynésiens, les essais nucléaires servant de vecteur à la distribution d'un certain volume de revenus (et semble t il, aussi, de problèmes sanitaires et environnementaux latents).

Confrontée à des difficultés économiques que le développement d'une offre touristique élargie ne permet pas de combler tout à fait, la Polynésie est quelque part un peu à la croisée des chemins.

Les soubresauts de sa vie politique mouvementée, avec la dénonciation régulière de la corruption de certains élus comme le caractère jusqu'à il y a peu plutôt instable des alliances électorales, alimentent d'ailleur autant les pages politiques que la chronique judiciaire, dans la presse locale (parfois non sans risques pour les journalistes eux mêmes) que nationale.

La Polynésie compte aujourd'hui deux députés UMP, Bruno Sandras et Michel Buillard, qui ont en commun d'avoir été récemment condamnés par les tribunaux et pour lesquels une privation des droits civiques et une inéligibilité temporaire sont pendants.

Une situation connue par l'ancien homme fort du territoire, Gaston Flosse, ancien Ministre de l'Outre Mer dans les années 80, employeur compréhensif de multiples cadres de la droite métropolitaine dans les années 90 (à tel point que nombre de ces postes ont été assimilés à des emplois fictifs), et dont les nombreux faits d'armes seraient fastidieux à rappeler.

Le climat politique polynésien a évolué depuis 2007.

Si Nicolas Sarkozy était arrivé en tête dans le pays, en obtenant un peu moins de 52 % des voix au second tour, après quelques péripéties dont les Polynésiens sont les spectateurs plus ou moins amusés (ou désespérés), le Gouvernement comme la majorité du Conseil territorial sont aujourd'hui tenus par les partisans d'Oscar Temaru, le maire de Faaa, combattant de l'indépendance du territoire et dirigeant historique du Tavini Huiratiraa.

Dans la pratique, le Tavini (le parti bleu) a face à lui les rouges de l'UMP locale ( dont nous avons vu que les deux députés avaient maille à partir avec la justice) et les orange du Tahoeraa Huiratiraa de Gaston Flosse, dissident de l'UMP, au point de n'avoir retrouvé son mandat de sénateur que par le truchement d'une alliance contre nature avec le Tavini.

Autres évolutions (nous verrons le détail des sièges dans un autre message) : l'adoption d'un statut des agents des collectivités locales, largement inspiré de la loi Le Pors sur le statut de la territoriale de 1984, et d'un projet de loi modifiant le mode de scrutin destiné à élire les membres de l'Assemblée territoriale, instituant une circonscription unique découpée en sections de vote.

De même, le droit du travail a évolué dans le fenua, ce qui devrait conduire à modifier les conditions générales d'emploi sur le territoire.

Sur le contexte, comme nous l'avons indiqué, la droite locale est confrontée à ses difficultés juridiques et ses querelles intestines quand les mouvements indépendantistes ont, semble t il, le vent en poupe.

Trois députés UPLD en juin prochain ?
Dernière édition par vudeloin le Lun 26 Déc 2011 17:29, édité 1 fois.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 12:39
Avertissements: 3

Re: Les élections législatives en Polynésie Française

Messagede vudeloin » Lun 26 Déc 2011 17:28

Maintenant, le découpage électoral !

1ere circonscription : 27 communes dont les 6 composant l'archipel des Marquises, les 17 composant les archipels des Tuamotu et des Gambier, ainsi que Papeete, Arue, Moorea Maiao et Pirae issus de l'archipel des Iles du Vent.
L'élément le plus important du siège est évidemment l'ensemble des quatre communes issues de l'archipel du Vent, les Marquises ne comptant que moins de 9 000 habitants, les Tuamotu environ 15 000 et les Gambier moins de 1 500, quand Papeete compte à elle seule près de 30 000 habitants.

2e circonscription
: 12 communes dont les 5 constituant l'archipel des Tubuai ou Iles Australes, et 7 de l'archipel du Vent, à savoir Hiti'a O Te Ra, Mahina, Paea, Papara, Taiarapu Est, Taiarapu Ouest et Teva I Uta.
Le centre de gravité du siège est évidemment sur l'archipel du Vent, les Tubuai ne comptant qu'un peu plus de 6 000 habitants.

3e circonscription : 9 communes dont les 7 issues des Iles sous le Vent (dont Bora Bora) et deux communes venues de l'archipel du Vent, à savoir Punaauia et Faaa, commune la plus peuplée du fenua.

Le siège est plus « équilibré «  que les deux premiers, les Iles sous le Vent comptant plus de 33 000 habitants (dont Gaston Tong Sang, le maire de Bora Bora est le plus évident candidat de l'UMP locale), Faaa environ 30 000 et Punaauia un peu plus de 25 000.
Il caractérise également assez bien la volonté de Marleix d'isoler le problème posé par le vote des habitants de Faa'a, largement acquis à la cause de l'UPLD devenue depuis UDSP.

Maintenant, la discussion est juste lancée...
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 12:39
Avertissements: 3

Re: Les législatives en Polynésie française

Messagede Jean-Philippe » Lun 26 Déc 2011 22:47

Dans la 1e circonscription (jusqu'en 2012), Michel Buillard (62 ans en 2012), maire de Papeete depuis 1995 et député depuis 1997, a été réélu avec 54,07% face à Temaru. Il ne se représentera pas en 2012.
http://www.lesnouvelles.pf/article/ca-fait-la-une/les-legislatives-dans-le-viseur


Dans la 2e, Bruno Sandras, maire de Papara, sera candidat pour un 2e mandat. Il a été élu avec 56,96% face à Pierre Frébault, soutenu par les indépendantistes et ministre des finances depuis avril dernier, tous deux ayant devancé la sortante Béatrice Vernaudon, UMP partie sans l'investiture, désormais maire de Pirae après avoir battu le gendre de Flosse en 2008. C'est maintenant une proche de Gaston Tong Sang (GTS) avec lequel elle a été battue sous l'étiquette UMP aux sénatoriales 2008 après s'être rapprochée de Temaru en 2004 pour faire chuter Flosse.

http://www.lesnouvelles.pf/article/lactu-politique-du-fenua/%E2%80%9Cje-serai-candidat-aux-legislatives%E2%80%9D

Dans la 3e, on attend en effet un match Temaru (68 ans en 2012)/GTS (61 ans en 2012) qui pourrait être serré.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8947
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:11
Localisation: Mayenne

Re: Les législatives en Polynésie française

Messagede vudeloin » Mar 27 Déc 2011 12:32

Que Buillard ne se représente pas peut être lié à ses ennuis judiciaires, entre autres.
Pour Sandras, comme il a les mêmes soucis ( quand bien même l'appel est pendant), sa position n'est pas forcément la plus solide.
Enfin, le fait est que la troisième risque fort de se concentrer en un match Temaru Tong Sang, vu que Marleix a eu la sagesse (si l'on peut dire) de mettre Faaa avec Bora Bora).
La question, bien entendu, est que les choix politiques des uns et des autres sont relativement évolutifs (comme le montre le cas Vernaudon ) sans parler des dynasties familiales ( et du jeu de mots très en vogue en Polynésie sur les gendres de Gaston Flosse, à savoir M.Fritsch et Rohfristch ), créant un contexte assez spécial.
Nous y reviendrons d'autant plus que certains élus des archipels les plus éloignés, a priori proches du TTA de GTS au départ, se sont finalement accordés avec l'UDSP d'Oscar Temaru.
Et comme le seul parlementaire polynésien à avoir une activité ces temps derniers est l'avocat indépendantiste Richard Tuheiava (il va faire débattre ce mois de janvier d'un texte sur les conséquences environnementales des essais atomiques), je pense que le Tavini et l'UDSP disposent d'un petit plus dans la perspective de juin.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 12:39
Avertissements: 3

Re: Les législatives en Polynésie française

Messagede vudeloin » Mar 27 Déc 2011 18:59

Les conseils municipaux des communes de Polynésie sont composés de manière fort variable, d'autant que la géographie très spécifique des archipels entraîne la présence d'un grand nombre de communes associées, qui sont autant d'atolls ou d'îlots rattachés administrativement à une entité plus importante érigée en municipalité.

Les élections de 2008 ont d'ailleurs été marquées (je reviendrai peut être sur quelques scores à l'avenir) par l'émergence de conseils municipaux parfois fort divers en termes de recrutement des élus.

Pour en rester à la première circonscription, qui compte 21 communes dont les 17 des archipels des Tuamotu et des Gambier, quelques éléments d'entrée.

Prenons les quatre communes de l'archipel du Vent, qui rassemblent l'essentiel de l'électorat.

Arue, ville gérée par Philip Schyle, ancien Président de l'Assemblée territoriale, si je ne m'abuse, compte 22 élus TTA (l'UMP locale), 5 Tahoeraa et 2 UPLD.
Le problème est que, depuis, Philip Schyle s'est détaché de l'UMP et siège au milieu des non inscrits à l'Assemblée de Polynésie.
Papeete, commune de Michel Buillard, compte 28 élus TTA, 5 UDSP et 2 Tahoeraa.
L'autre problème est que l'intéressé a quitté le TTA de Gaston Tong Sang (GTS) dans le courant de l'année 2008.
Mooera Maiao, qui est une commune sectionnée, compte 19 élus UDSP, 13 élus Tahoeraa et 1 seul élu TTA.
Enfin, Pirae est allée vers le TTA avec 25 élus contre 8 pour l'UDSP, dans un contexte de quasi égalité en voix, puisque la liste Vernaudon avait recueilli 3 786 voix contre 3 699 pour la liste UDSP.
Depuis, comme indiqué, Béatrice Coppenrath Vernaudon a quitté le TTA pour le mouvement Ia Ora Te Fenua, fondé par Jean Christophe Bouissou.

Dans la deuxième circonscription, orientée sur le reste ou peu s'en faut de l'archipel du Vent, quelles situations locales ?

Hiti'a O Te Raa est gérée par le Tahoeraa qui y compte 15 élus en activité, contre 13 élus UPLD – UDSP.
Mahina a voté dans une partielle pour un conseil municipal aujourd'hui composé de 25 non inscrits, 4 Tahoeraa et 4 Ai'a Api, le parti de l'ancien maire Emile Vernaudon, dont on se rappellera qu'il est aujourd'hui pensionnaire de la prison de Faa'a.
Paea, pour sa part, compte 26 élus du Tahoeraa contre 7 de l'UDSP.
Papara, autre commune, ville gérée par le député Bruno Sandras, compte 26 élus du Tahoeraa, 6 de l'UDSP et un seul du TTA.
Taiarapu Est, commune sectionnée, compte pour sa part 15 élus TTA et 12 élus Tahoeraa, qui sont en accord local pour gérer la municipalité, les 6 derniers sièges étant UDSP, la liste UPLD ayant remporté la section de Pueu lors des municipales 2008.
Taiarapu Ouest est également sectionnée, compte 24 élus TTA et 5 élus Tahoeraa.
Le problème, c'est que le maire de 2008, c'est Clarenntz Vernaudon, qui a quitté le TTA pour l'UDSP avant de la quitter en 2010 pour les non inscrits.
Pour faire bonne mesure, il a quelques soucis judiciaires, lui aussi...

Enfin, Teva I Uta, gérée par l'UDSP, compte 15 élus issus de la liste UPLD et 14 du Tahoeraa.

Pour que chacun comprenne, on rappellera que l'UDSP, en tant que telle, rassemble les élus de l'UPLD, dont le principal élément est le Tavini Huiraatira d'Oscar Temaru et le Tahoeraa de Gaston Flosse.

Les alliances politiques variables sont donc bel et bien le lot de cette partie de la Polynésie.

Enfin, dans la troisième circonscription, les deux communes de Faa'a et Punaauia ont des orientations différentes.

Faa'a, c'est la ville d'Oscar Manutahi Temaru, avec 30 élus UDSP et 5 TTA (7 293 voix contre 3 514) et Punaauia, c'est 28 élus TTA contre 6 Tahoeraa et un divers.

Lors des plus récentes élections territoriales, notons aussi que, sur les 57 élus de l'Assemblée, l'UPLD avait obtenu 21 sièges (14 sur 37 dans l'archipel du Vent, 3 sur 8 dans l'archipel sous le Vent, 2 sur 3 dans l'archipel des Tubuai ou Australes, 1 sur 3 dans l'archipel des Tuamotu Est et îles Gambier, 1 sur 3 dans l'archipel des Tuamotu Ouest).
Le To Tatou Ai'a (UMP locale), avait obtenu 10 sièges (6 sur 37 dans l'archipel du Vent, 4 dans l'archipel sous le Vent).
Le Tahoeraa Huiraatira (parti de Gaston Flosse), avait décroché 9 sièges (5 sièges sur 37 dans l'archipel du Vent, 1 dans l'archipel sous le Vent, les Marquises, les Australes et les Tuamotu Est – Gambier).
Ia Ora Te Fenua, le parti de Jean Christophe Bouissou, dissident du TTA, avait eu 6 sièges, tous élus dans l'archipel du Vent.
Le mouvement Te Mana o Te Mau Motu, regroupant une partie des élus des archipels éloignés, avait eu 6 élus (2 sur 3 aux Marquises et à Tuamotu Ouest, 1 sur Tuamotu Est Gambier et dans l'archipel du Vent)

Enfin on comptait cinq non inscrits, tous élus dans les Iles du Vent.

Même si tout cela ne dépendait, in fine, que d'une répartition différente des sièges, le contour des listes ayant été marqué par des différences d'une circonscription l'autre.

Sur les actualités plus récentes, outre le soutien probable du Tahoeraa à la candidature de Villepin lors de la présidentielle, notons que le parti de Gaston Flosse entend présenter des candidats dans les trois circonscriptions et cherche à signer un accord de désistement réciproque avec le TTA de GTS.

Pas sûr qu'il y parvienne, eu égard à l'état des relations entre les deux partis.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 12:39
Avertissements: 3

Re: Les législatives en Polynésie française

Messagede Jean-Philippe » Sam 3 Mar 2012 12:45

Avec ou sans l'investiture UMP, la conseillère régionale du Morbihan Téaki Dupont-Cochard affirme qu’elle se présentera aux prochaines législatives, dans la première circonscription de Polynésie française.
Rappelons que le député UMP sortant ne se représente pas et qu'il n'a pas désigné de successeur.
La candidate, originaire des îles Marquises, présente sa candidature comme "celle de l’indépendance vis à vis du sérail local qui a fait beaucoup de mal à la Polynésie".
http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Teaki-Dupont-cap-sur-la-Polynesie-_-2050949------56121-aud_actu.Htm

Gaston Tong Sang, président du mouvement O Porinetia To Tatou Ai’a, est candidat dans la 3e circonscription sous la bannière UMP. GTS se présente aux côtés de Poema Tang (1ère circonscription) et de Tearii Alpha (2ème circonscription).

http://www.domtomnews.com/v1/archives/36809
GTS était candidat de l'UMP aux sénatoriales de 2008, mais a été battu par l'alliance Flosse-indépendantistes.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8947
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:11
Localisation: Mayenne

Re: Les législatives en Polynésie française

Messagede Zimmer » Sam 3 Mar 2012 13:08

Jean-Philippe a écrit:Avec ou sans l'investiture UMP, la conseillère régionale du Morbihan Téaki Dupont-Cochard affirme qu’elle se présentera aux prochaines législatives, dans la première circonscription de Polynésie française.


Elle n'est, certes, pas encore élue mais un cumul députée de la Polynésie française-conseillère régionale de Bretagne ne manquerait pas d'originalité. A une époque, nous avions déjà un maire d'Amboise (Indre-et-Loire) qui était également député de la Réunion...
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 22:10

Re: Les législatives en Polynésie française

Messagede vudeloin » Sam 3 Mar 2012 15:29

On aura surtout noté que l'UMP ne représente aucun des deux sortants et que, de fait, tout est possible.
Une source locale m'a indiqué que deux des trois sièges pouvaient tomber dans l'escarcelle des indépendantistes, compte tenu de la stabilité actuelle (relative) des institutions locales...
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 12:39
Avertissements: 3

Re: Les législatives en Polynésie française

Messagede Jean-Philippe » Mer 16 Mai 2012 11:32

43 candidats se présentent sur les 3 circonscriptions contre 22 pour 2 sièges en 2007.
Il y a 15 candidats dans la 1e, 14 dans la 2e et 14 dans la 3e.

Tous les partis présents à l'Assemblée de Polynésie française sont représentés : UPLD-Tavini (Pierre Frébault, Philipe Neuffer, Tauhiti Nena), Tahoeraa (Edouard Fritch, Jonas Tahuaitu, Jean-Paul Tuaiva), O Porinetia To Tatou Ai'a (Poema Tang, Tearii Alpha, Gaston Tong Sang) et Heiura-Les Verts (Karl Reguron, Jaros Otcenasek, Angèle Teriitau) le sont partout.
Des partis récents sont aussi présents partout :
_ Te Hiti Tau Api (son leader Quito Braun Ortega, Manea Tuahu et John Tefan)
_ Hotu Ora (Liliane Mairoto, son leader Jimmy Panie, Daniel Tuahu)
_ le collectif Carton Rouge (Pierre Marchesini, Hinano Tunoa, Gaston Tetuanui)

Des partis représentés à l'APF ne le sont que dans une seule circonscription :
Te Niu Hau Manahune (Louis Frébault dans la 1e), Te Mana Toa (Sandra Lévy-Agami dans la 2e), Te Aho No Te Fenua (Clarenntz Vernaudon dans la 2e) et Rautahi (Jean-Christophe Bouissou dans la 3e)

Autres candidats issus d'autres formations politiques :
Sur la 1ère, on trouve No Oe e te Nunaa (Nicole Bouteau), Porinetia Ora (Pita Bennett), Passeurs d'Avenir-Te U'i Faau'i (Gustave Heitaa), Fetia Api (Philip Schyle, qui se présente en candidat libre).
Sur la 2e, Ia Hau Noa (Bruno Sandras), Te Aveia (Antonio Perez), Porinetia Ora (Teiva Manutahi).
Sur la 3e, O'Hiva (Teva Rohfritsch), RNB (Nicolas Bertholon), Te Nati Bleu Marine (Eric Minardi).

Côté candidats libres, voici les noms :
Sur la 1ère : Ronald Terorotua, Teiva Forteleoni, Teaki Dupont-Teikivaeoho ; sur la 2e : Antonio Soares Pires, Edouard Poroi; sur la 3e: Teriiorai Oopa, Monil Tetuanui, Taimana Ellacott.

http://www.lesnouvelles.pf/article/ca-fait-la-une/le-palais-bourbon-et-les-43-candidats
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8947
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:11
Localisation: Mayenne

Re: Les législatives en Polynésie française

Messagede Jean-Philippe » Mer 16 Mai 2012 16:08

En affinant, on arrive à 45 candidats (source) :
CIRCONSCRIPTION 1 (Papeete, Pirae, Arue, Moorea Maiao, îles Tuamotu-Gambier, îles Marquises)

1- Teaki Dupont-Teikivaeoho (Sup: Willy Cadousteau) Candidate LIBRE (UMP dissidente)
2- Karl Réguron (Sup: Vaite Urarii-Pambrun) HEIURA LES VERTS
3- Gustave Heitaa (Sup: Mireille Burns) TE U’I FAAU’I
4- Poema Tang-Pidoux (Sup: Jean-Claude Clark) OPTTA
5- Enrique “Quito” Braun-Ortega (Sup: Teiki Richmond) TE HITI TAU API
6- Pierre Aroarii Frébault (Sup: Victor Maamaatuaiahutapu) UPLD
7- Philip Schyle (Sup: Teave Chaumette) Candidat LIBRE
8- Louis Maheono Frébault (Sup: Teina Maraeura) UPLD
9- Nicole Bouteau (Sup: Pierre Cancian) NOETN (MoDem)
10- Teiva Fortéléoni (Sup: Fleur Garnier) Candidat LIBRE
11- Pierre Marchesini (Sup: Noël Tueinui) Collectif CARTON ROUGE
12- Edouard Fritch (Sup: Louise Peltzer) TAHOERAA HUIRAATIRA
13- Robert Anania (Sup: Thérèse Mohau) Candidat LIBRE
14- Ronald Terorotua (Sup: Miriama Apuarii) Candidat LIBRE
15- Pita Bennett (Sup: Raipa Tehau) PORINETIA ORA
16- Tevahine Liliane Mairoto (Sup: Philippe Tetohu) HOTU ORA

CIRCONSCRIPTION 2
(Mahina, Hitiaa o te Ra, Taiarapu-Est, Taiarapu-Ouest, Teva i Uta,
Papara, Paea, îles Australes)
1- Sandra-Lévy-Agami (Sup: Félix Tautu) TE MANA TOA
2- Teiva Manutahi (Sup: Tearopa Hatitio) PORINETIA ORA
3- Philippe Neuffer (Sup: Valentina Cross) UPLD
4- Jaroslav, dit Jaros Otcenasek (Sup: Tati Salmon) HEIURA LES VERTS
5- Tearii Alpha (Sup: Clotilde Virmaux) OPTTA
6- Jimmy Panie (Sup: Bianca Lagarde) HOTU ORA
7- Manea Tuahu (Sup: Pamela Otcenasek) TE HITI TAU API
8- Antonio Perez (Sup: Nadine Inariki) TE AVEIA
9- Édouard Poroi (Sup: Gerry Picard) Candidat LIBRE
10- Clarenntz Vernaudon (Sup: Hina Teaurai) TE AHO NO TE FENUA
11- Bruno Sandras (Sup: Gilda Maiau) IA HAU API
12- Antonio Narii Soares-Pires (Sup: Henri Tetuanui Teaurai) Candidat LIBRE
13- Jonas Tahuaitu (Sup: Marcel Tuihani Jr) TAHOERAA HUIRAATIRA
14- Hinano Tunoa (Sup: Gérard Vahine) Collectif CARTON ROUGE

CIRCONSCRIPTION 3
(Faa’a, Punaauia, îles Sous-le-Vent)
1- René Hoffer (Sup: Claude Jacques) Candidat LIBRE
2- Monil Tetuanui (Sup: Lydia Roopinia) Candidat LIBRE
3- Gaston Tetuanui (Sup: Teuratua Lehartel) Collectif CARTON ROUGE
4- Nicolas Bertholon (Sup: Julia Vane) RNB
5- Jean-Christophe Matahuira Bouissou (Sup: Johann Roopinia) RAUTAHI
6- Angèle Teriitau (Sup: Maxime Hauata) HEIURA LES VERTS
7- Taimana Ellacott (Sup: Punareva Bonnet) Candidat LIBRE
8- Éric Minardi (Sup: Holly Tiareapetahi Raa) TE NATI BLEU MARINE
9- Daniel Tuahu (Sup: Turia Peres) HOTU ORA
10- Teriiorai Oopa (Sup: Morito Maro) Candidat LIBRE
11- Teva Rohfritsh (Sup: Tati Salmon) O ‘HIVA
12- Tauhiti Nena (Sup: Régina Tetuanui) UPLD
13- Gaston Tong Sang (Sup: Maeana Champs) OPTTA
14- John Tefan (Sup: Jacqueline Liénard) TE HITI TAU API
15- Jean-Paul Tuaiva (Sup: Thomas Moutame) TAHOERAA HUIRAATIRA
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8947
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:11
Localisation: Mayenne

Suivante

Retourner vers Elections législatives de 2012

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité politique française.

Voir toutes les vidéos

Les marchés publics expliqués aux élus locaux

Patrice Cossalter

Le droit de la commande publique a été bouleversé début 2016. Il est d'autant plus indispensable d'intégrer ce droit nouveau que les élus ont un rôle juridique, stratégique et de management dans la commande publique...

Découvrir l'ouvrage

Les compétences du conseil municipal, du maire et des adjoints

Joël Clérembaux

Les communes ont des compétences multiples, dont certaines seulement sont clairement identifiées par le Code général des collectivités territoriales ; les lois de décentralisation et la...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité