Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Les législatives à Paris

Dimanche 17 juin
A partir de 20h00
Nouveau découpage électoral et composition de l'Assemblée nationale : exprimez-vous sur les enjeux des prochaines législatives de juin 2012.

Les législatives à Paris

Messagede Zimmer » Mar 1 Juin 2010 22:01

Le département de Paris qui comprend, depuis 1988, 21 circonscriptions, n’en comptera plus que 18 en 2012.

Le découpage en vigueur, depuis 1988, et les députés actuels sont les suivants :
- 1ère circ. - 1er, 2e, 3e et 4e arrondissements - Martine Billard (Parti de Gauche)
- 2ème circ. - 5e arrondissement ; partie du 6e arrondissement (quartier Notre-Dame-des-Champs et partie du quartier Odéon située au sud d'une ligne définie par l'axe des voies ci-après : rue de Vaugirard et rue de Médicis) - Jean Tibéri (UMP)
- 3ème circ. - Partie du 6e arrondissement non comprise dans la 2e circonscription; 7e arrondissement – Martine Aurillac (UMP)
- 4ème circ. - 8e et 9e arrondissements – Edwige Antier (UMP), en qualité de suppléante de Pierre Lellouche (UMP) qui siège actuellement au gouvernement
- 5ème circ. - 10e arrondissement – Tony Dreyfus (PS)
- 6ème circ. - Partie du 11e arrondissement (quartiers Folie-Méricourt et Saint-Ambroise) ; partie du 20e arrondissement (quartier Belleville et partie du quartier Père-Lachaise située au nord d'une ligne définie par l'axe des voies ci-après : avenue Gambetta, rue de la Bidassoa et rue Villiers-de-l'Isle-Adam) – Danièle Hoffman-Rispal (PS)
- 7ème circ. - Partie du 11e arrondissement (quartiers Roquette et Sainte-Marguerite) ; partie du 12e arrondissement (quartier Quinze-Vingts) – Patrick Bloche (PS)
- 8ème circ. - Partie du 12e arrondissement non comprise dans la 7e circonscription – Sandrine Mazetier (PS)
- 9ème circ. - Partie du 13e arrondissement (quartiers Gare, Salpêtrière et partie du quartier Maison-Blanche située à l'est d'une ligne définie par l'axe des voies ci-après : avenue d'Italie et avenue de la Porte-d'Italie) – Jean-Marie Le Guen (PS)
- 10ème circ. - Partie du 13e arrondissement non comprise dans la 9e circonscription; partie du 14e arrondissement (quartiers Montparnasse et Parc de Montsouris) – Serge Blisko (PS)
- 11ème circ. - Partie du 14e arrondissement (quartiers Petit-Montrouge et Plaisance) – Yves Cochet (Les Verts)
- 12ème circ. - Partie du 15e arrondissement (quartiers Grenelle et Necker et partie du quartier Javel située au nord d'une ligne définie par l'axe des voies ci-après : rue de la Convention, rue de Lourmel, rue de Javel, quai André-Citroën jusqu'au pont de Grenelle) – Philippe Goujon (UMP)
- 13ème circ. - Partie du 15e arrondissement non comprise dans la 12e circonscription – Jean-François Lamour (UMP)
- 14ème circ. - Partie du 16e arrondissement (quartier Auteuil et partie du quartier Muette située au sud d'une ligne définie par l'axe des voies ci-après : boulevard de Beauséjour, chaussée de la Muette, rue de Passy, rue de l'Annonciation, rue Raynouard, avenue du Parc-de-Passy, avenue Marcel-Proust, rue d'Ankara, avenue du Président-Kennedy jusqu'à la place Clément-Ader) – Claude Goasguen (UMP)
- 15ème circ. - Partie du 16e arrondissement non comprise dans la 14e circonscription – Bernard Debré (UMP)
- 16ème circ. - Partie du 17e arrondissement (quartiers Ternes, Plaine-de-Monceaux, et partie du quartier Batignolles située à l'ouest d'une ligne définie par l'axe des voies ci-après : rue de Saussure, boulevard Pereire et rue de Rome) – Françoise de Panafieu (UMP)
- 17ème circ. - Partie du 17e arrondissement non comprise dans la 16e circonscription; partie du 18e arrondissement (partie du quartier Grandes-Carrières située au nord d'une ligne définie par l'axe de la rue Marcadet) – Annick Lepetit (PS)
- 18ème circ. - Partie du 18e arrondissement (partie du quartier Grandes-Carrières non comprise dans la 17e circonscription et quartier Clignancourt) – Christophe Caresche (PS)
- 19ème circ. - Partie du 18e arrondissement non comprise dans les 17e et 18e circonscriptions ; partie du 19e arrondissement (quartier Villette) – Daniel Vaillant (PS)
- 20ème circ. - Partie du 19e arrondissement (quartiers Pont-de-Flandre, Amérique et Combat) – Jean-Christophe Cambadélis (PS)
- 21ème circ. - Partie du 20e arrondissement non comprise dans la 6e circonscription – George Pau-Langevin (PS)

Le PS compte donc 11 députés, l’UMP 8, les Verts 1 et le Parti de Gauche 1 (Martine Billard avait été réélue avec l’investiture des Verts en 2007 avant de rejoindre le PG en 2009).

Le nouveau découpage est le suivant :

1re circonscription
1er, 2e et 8e arrondissements ; partie du 9e arrondissement (quartiers Chaussée-d'Antin, Faubourg-Montmartre et Saint-Georges, partie du quartier Rochechouart située au sud d'une ligne définie par les voies ci-après : rue Condorcet et rue de Maubeuge)

2e circonscription
5e arrondissement ; partie du 6e arrondissement (quartiers Monnaie, Odéon, Saint-Germain-des-Prés) ; partie du 7e arrondissement (quartiers Gros-Caillou, Invalides et Saint-Thomas-d'Aquin)

3e circonscription
Partie du 17e arrondissement (quartiers de Batignolles et Epinettes) ; partie du 18e arrondissement (partie du quartier Grandes-Carrières située à l'ouest et au nord d'une ligne définie par les voies ci-après : avenue de la Porte-de-Montmartre, boulevard Ney, rue du Ruisseau, rue Marcadet)

4e circonscription
Partie du 16e arrondissement (quartier Chaillot et partie du quartier Porte Dauphine située au nord d'une ligne définie par les voies ci-après : rue de la Pompe, place Monnet et rue Saint-Didier) ; partie du 17e arrondissement non comprise dans la 3e circonscription

5e circonscription
3e et 10e arrondissements

6e circonscription
Partie du 11e arrondissement (partie des quartiers Folie-Méricourt, Saint-Ambroise, Roquette et Sainte-Marguerite située à l'est d'une ligne définie par l'axe des voies ci-après : rue de la Folie-Méricourt, rue de la Fontaine-au-Roi, avenue Parmentier, rue du Chemin-Vert, rue Saint-Maur, rue Léon-Frot, rue de Charonne, rue Faidherbe, rue du Faubourg-Saint-Antoine, place de la Nation, avenue du Trône) ; partie du 20e arrondissement (partie des quartiers Belleville et Père-Lachaise située à l'ouest d'une ligne définie par l'axe des voies ci-après : rue Piat, rue des Envierges, rue Levert, rue des Pyrénées, rue de Bagnolet, boulevard de Charonne, place des Antilles)

7e circonscription
4e arrondissement ; partie du 11e arrondissement non comprise dans la 6e circonscription ; partie du 12e arrondissement (quartier Quinze-Vingt)

8e circonscription
Partie du 12e arrondissement non comprise dans la 7e circonscription ; partie du 20e arrondissement (partie du quartier Charonne située au sud d'une ligne définie par l'axe des voies ci-après : place de la Porte-de-Montreuil, avenue de la Porte-de-Montreuil, rue d'Avron, rue des Pyrénées, rue de la Plaine, boulevard de Charonne, place des Antilles)

9e circonscription
Partie du 13e arrondissement (quartiers Salpêtrière, Gare, Croulebarbe)

10e circonscription
Partie du 13e arrondissement (quartier Maison-Blanche) ; partie du 14e arrondissement (partie des quartiers parc de Montsouris, Petit-Montrouge et Plaisance située au sud d'une ligne définie par l'axe des voies ci-après : place Coluche, avenue Reille, rue Beaunier, avenue du Général-Leclerc, rue de Coulmiers, rue Auguste-Cain, rue des Plantes, rue d'Alésia)

11e circonscription
Partie du 6e arrondissement non comprise dans la 2e circonscription ; partie du 14e arrondissement non comprise dans la 10e circonscription

12e circonscription
Partie du 7e arrondissement (quartier Ecole-Militaire) ; partie du 15e arrondissement (quartiers Necker et Grenelle et partie du quartier Saint-Lambert située au nord d'une ligne définie par l'axe des voies ci-après : rue Léon-Lhermitte, rue Péclet, rue Petel, rue Maublanc, rue de Vaugirard, rue Paul-Barruel, place d'Alleray, rue Saint-Amant, place du Général-Monclar, rue de Vouillé)

13e circonscription
Partie du 15e arrondissement non comprise dans la 12e circonscription

14e circonscription
Partie du 16e arrondissement (quartiers Auteuil et La Muette et partie du quartier Porte Dauphine non comprise dans la 4e circonscription)

15e circonscription
Partie du 20e arrondissement non comprise dans les 6e et 8e circonscriptions

16e circonscription
Partie du 19e arrondissement (quartiers Amérique et Pont de Flandre et partie du quartier Combat située au sud d'une ligne définie par l'axe des voies ci-après : avenue Secrétan, avenue Simon-Bolivar et rue Turot)

17e circonscription
Partie du 18e arrondissement (quartiers Goutte-d'Or et Chapelle) ; partie du 19e arrondissement non comprise dans la 16e circonscription

18e circonscription
Partie du 9e arrondissement non comprise dans la 1re circonscription ; partie du 18e arrondissement non comprise dans les 3e et 17e circonscriptions

Avec 3 circonscriptions en moins, certains députés sortants vont être mis sur la touche et cela promet peut-être de belles empoignades, comme par exemple dans la nouvelle 4ème circonscription, d’ores et déjà acquise à la droite parisienne.

Bernard Debré, le retour du trublion

"Je lance ma campagne!", annonce Bernard Debré au JDD. De quelle élection parle-t-il? Des législatives de… 2012. Si le député UMP du 16e Nord s’y prend si tôt, c’est qu’il veut couper l’herbe sous le pied de sa voisine, Françoise de Panafieu, députée UMP du 17e arrondissement. Leurs deux circonscriptions (15e et 16e) vont fusionner, dans le cadre du redécoupage électoral voté par le Parlement et validé par le Conseil constitutionnel – qui supprime trois circonscriptions sur vingt et une à Paris...

http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Bernard-Debre-le-retour-du-trublion-196654/
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 22:10

Re: Les législatives à Paris

Messagede Jean-Philippe » Sam 5 Juin 2010 00:40

Rachida Dati confirme qu'elle sera candidate en 2012, dans les futures 2e ou la 12e circonscription probablement. C'est bien la preuve que les élections européennes servent souvent à recaser des élus en attendant mieux (seul contre-exemple connu qui me vienne : Michel Rocard).
Elle pense aussi très fort aux municipales de 2014 : ainsi elle n'est pas sur la même ligne que six autres maires d'arrondissement de droite qui en appelent à Fillon.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8947
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:11
Localisation: Mayenne

Re: Les législatives à Paris

Messagede Hashemite » Sam 5 Juin 2010 00:47

pour reference, voici la carte du nouveau découpage a Paris (source: geoelections)

Image
Hashemite
 
Messages: 346
Inscription: Lun 7 Sep 2009 00:16

Re: Les législatives à Paris

Messagede Zimmer » Sam 5 Juin 2010 12:23

D'une manière générale, l'évolution du comportement électoral des Parisiens et l'ancrage de plus en plus à gauche de Paris, au fil des scrutins, peut paraître spectaculaire sur les dernières décennies. Ainsi, lors des élections législatives de 2002 assez défavorables à la gauche au plan national, celle-ci gagnait encore des circonscriptions à Paris tandis qu'aux élections municipales de 1983 et 1989, Chirac remportait toutes les mairies d'arrondissement en réalisant alors ce qu'on appelait le « grand chelem ». En fait et même si la population parisienne n’est plus, sociologiquement, tout à fait la même, et si les tendances ont pu s’accentuer, la carte électorale du Paris des années 2000-2010 est un peu la même que celle des années 70 : la gauche est bien implantée dans les parties est, nord et sud-est de la capitale (dans les années 70, des députés communistes y étaient élus au scrutin majoritaire) tandis que la droite reste forte dans la partie ouest. La toute puissance de la droite s’est finalement réalisée sur la période 1983-1993, le renversement de tendance ayant eu lieu, selon moi, dès les élections législatives de 1993, lorsque la gauche, alors en pleine débâcle au niveau national, parvenait à conserver la 6ème circonscription (dont le député était le très chevènementiste Georges Sarre) et à faire des scores plutôt honorables (en tout cas moins catastrophiques qu’ailleurs) dans les autres circonscriptions où elle était sortante. Elle avait également pu reprendre la 19ème circonscription (avec l’élection de Daniel Vaillant) dès 1994, à l’occasion d’une élection législative partielle, avant de conquérir six arrondissements (les 3ème, 10ème, 11ème, 18ème, 19ème et 20ème) lors des élections municipales de 1995.

Quel que soit le résultat de l’élection présidentielle de 2012, la gauche devrait pouvoir, au minimum, maintenir ses positions lors des élections législatives qui suivront, la principale inconnue résidant toutefois dans le rapport de force entre le PS et les Verts (ou Europe Ecologie), ces derniers ayant confirmé dans la capitale, lors des dernières élections régionales et même si c’était à un degré moindre, leur percée des élections européennes de juin 2009.

Même s’il est encore un peu tôt pour faire des pronostics précis, les choses pourraient se dessiner, circonscription par circonscription, de la façon suivante, pour 2012.

1ère circ. : Pierre Lellouche (UMP) devrait être réélu. L’autre leader de la droite, dans cette circonscription, est le maire du Ier arrondissement Jean-François Legaret. Le principal candidat de la gauche pourrait être le maire (Verts) du IIème arrondissement Jacques Boutault, mais ce dernier vise également, comme je l’avais évoqué dans ce topic, l’investiture de son parti pour les élections municipales de 2014 et il n’est pas certain, alors que ses chances d’élection sont très minces voire quasiment inexistantes dans cette circonscription, qu’il veuille se « griller » avant cette échéance électorale suivante.

2ème circ. : Cette circonscription, redécoupée au profit de la droite, devrait très logiquement être conservée par l’UMP. Les députés sortants (UMP) Jean Tibéri (député depuis 1968, qui sera alors âgé de 77 ans et qui a été notamment condamné à 3 ans d’inéligibilité par le tribunal correctionnel de Paris en 2009, même s’il a fait appel de ce jugement) et Martine Aurillac (qui aura alors 73 ans) ne devraient pas se représenter. Jean Tibéri aurait sans doute beaucoup aimé passer le relai à son fils Dominique (qui est déjà l’un de ses adjoints à la mairie du Vème arrondissement et en faveur duquel il serait question qu’il démissionne prochainement pour lui permettre de reprendre cette mairie d’arrondissement et son siège au Conseil de Paris), mais il est très improbable que l’UMP lui accorde son investiture. On parle beaucoup d’une candidature de François Fillon dans cette circonscription, qui constituerait alors le prélude d’une candidature du futur ancien premier ministre aux élections municipales de 2014, mais personnellement et comme je l’ai déjà indiqué dans ce même topic, je n’y crois guère. Je pense, en revanche, que la carrière politique de Rachida Dati qui, comme le faisait remarquer précédemment Jean-Philippe, a fait part de ses intentions d’être candidate à ce scrutin, n’est pas forcément entièrement derrière elle.

3ème circ. : Annick Lepetit (PS) devrait être investie par son parti et réélue.

4ème circ. : On s’acheminerait vers un duel entre les deux députés sortants (UMP) Bernard Debré et Françoise de Panafieu (voir mon post précédent).

5ème circ. : Tony Dreyfus (PS), qui sera alors âgé de 73 ans et qui a déjà passé la main, dans sa mairie du Xème arrondissement, en 2008, devrait ne pas se représenter. Le PS a toutes les chances de conserver cette circonscription, qui pourrait revenir à son successeur à la mairie du Xème , Rémi Féraud, ou à sa suppléante actuelle (également première adjointe au maire du Xème), Alexandra Cordebard.

6ème circ. : Danièle Hoffman-Rispal (PS) devrait être réélue.

7ème circ. : Cette circonscription a toutes les chances de rester à gauche. Elle pourrait faire l’objet d’un affrontement entre les députés sortants Martine Billard (PG) et Patrick Bloche (PS), maire du XIème arrondissement depuis 2008. Dans un tel cas de figure, ce dernier, qui pourrait prendre comme suppléante la maire du IVème arrondissement Dominique Bertinotti, partirait largement favori.

8ème circ. : Sandrine Mazetier (PS) devrait être réinvestie par son parti et réélue.

9ème circ. : Jean-Marie Le Guen (PS) sera réélu sans problème s’il est réinvesti par son parti.

10ème circ. : Cette circonscription restera acquise au PS. Le député sortant, Serge Blisko, entré à l’Assemblée nationale pour la première fois en 1983 lorsque Paul Quilès était entré au gouvernement et qui avait déboulonné Jacques Toubon (RPR) en 1997 (avant de lui ravir sa mairie du XIIIème arrondissement en 2001), sera alors âgé de 62 ans et a déjà abandonné son mandat de maire du XIIIème au lendemain des élections législatives de 2007. S’il n’était pas à nouveau candidat, ses successeurs pourraient être Jérôme Coumet (qui lui a déjà succédé à la mairie du XIIIème), Pascal Cherki (maire du XIVème depuis 2009) ou Carine Petit (sa suppléante actuelle et adjointe au maire du XIVème).

11ème circ. : Yves Cochet (Verts) pourrait être réélu même si ça sera peut-être un peu plus difficilement que précédemment, du fait qu’une partie du VIème arrondissement se trouve désormais rattaché à cette circonscription.

12ème circ. : Philippe Goujon (UMP) devrait être réélu sans problème.

13ème circ. : Jean-François Lamour (UMP) sera très probablement à nouveau candidat. Anne Hidalgo, déjà candidate en 2002 et 2007, est sans doute la meilleure candidate du PS dans cette circonscription où elle parvient à améliorer son score à chaque scrutin (également aux élections municipales). La perspective de son élection dans celle-ci reste cependant encore assez difficile et il n’est pas certain qu’elle y prenne le risque d’une nouvelle défaite alors qu’elle vise la succession de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris en 2014. Les chances de réélection de Jean-François Lamour sont, quoi qu’il arrive, assez importantes.

14ème circ. : Claude Goasguen (UMP), qui sera alors âgé de 67 ans, sera réélu sans problème s’il est à nouveau investi par son parti.

15ème circ. : George Pau-Langevin (PS) devrait être candidate à un deuxième mandat et réélue.

16ème circ. : Jean-Christophe Cambadélis (PS) devrait être réélu sans problème.

17ème circ. : Daniel Vaillant (PS), également toujours maire du XVIIIème arrondissement, sera réélu sans problème s’il est à nouveau candidat. Il sera alors âgé de 62 ans.

18ème circ. : Christophe Caresche (PS) devrait être réélu sans problème.
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 22:10

Re: Les législatives à Paris

Messagede Jean-Philippe » Sam 5 Juin 2010 15:42

Le rapport de force que Zimmer nous présente (12 députés de gauche contre 6 de droite) me paraît très juste et complet. A l'intérieur des députés de gauche, je pense qu'un siège de sortant PS (celui de Tony Dreyfus par exemple) pourrait être réservé aux écologistes, surtout si Bloche fait chuter l'ex Verte Martine Billard.
Sur Anne Hidalgo, je pense qu'elle se réservera pour 2014, même si une nouvelle défaite ne serait pas honteuse dans cette circonscription.
Sur Fillon, je suis d'accord pour dire qu'il serait mal inspiré de se présenter. Aux législatives, il n'aurait pas de problème, mais si c'est pour s'enraciner en pensant à 2014, je ne pense pas qu'il soit le bon candidat pour la droite (n'ayant eu que 2 ans pour préparer le terrain et ayant plus un profil de provincial). Joxe en 1989 a tenté en vain le parachutage depuis la Saône-et-Loire, Jack Lang a vite renoncé en 2000.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8947
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:11
Localisation: Mayenne

Re: Les législatives à Paris

Messagede Zimmer » Ven 2 Juil 2010 01:08

Paris : Lellouche, Dati et Jouanno en lice pour les législatives de 2012

"Je suis candidat." Pierre Lellouche, secrétaire d'Etat aux affaires européennes, conseiller et député de Paris, n'a pas attendu le top départ de son parti pour se lancer dans la bataille des législatives 2012. De la décision de la commission d'investiture de l'UMP, qui n'a pas prévu de se prononcer sur ses candidats avant le second semestre 2011, le député de la 4e circonscription se moque un peu..."

http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/07/01/paris-lellouche-dati-et-jouanno-en-lice-pour-les-legislatives-de-2012_1381893_823448.html
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 22:10

Re: Les législatives à Paris

Messagede Jean-Philippe » Mer 1 Déc 2010 00:16

Ce n'est pas une surprise, mais une réaffirmation de ses ambitions et de la nécessité pour Dati de défendre ses positions face à des concurrents probables ou éventuels (Fillon notamment).
Dati vise un siège de députée à Paris

L'ex-ministre UMP de la Justice Rachida Dati, qui siège au parlement européen depuis 2009, déclare, sur le site des Echos aujourd'hui, qu'elle souhaite toujours être candidate aux législatives de 2012 à Paris...

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/11/30/97001-20101130FILWWW00716-dati-vise-un-siege-de-deputee-a-paris.php
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8947
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:11
Localisation: Mayenne

Re: Les législatives à Paris

Messagede maxxx » Mer 1 Déc 2010 01:03

Dans la lignée des alliances et dans l'hypothèse d'une victoire de la gauche aux présidentielles (même sans d'ailleurs, car, à Paris, une victoire de la droite ne devrait pas modifier la donne - cf. Les contre-vagues bleues de 2002 et 2007), il est loin d'être improbable que les écolos revendiquent des circonscriptions supplémentaires ou qu'ils parviennent tout simplement, en partant seuls, à devancer le PS : ce serait une première et probablement un électrochoc mais c'est loin d'être une hypothèse fantaisiste.

Je prends l'exemple de la 5ème circonscription, qui regroupera le 3ème et le 10ème au lieu de ne contenir que le 10ème comme c'est le cas actuellement. La circonscription n'a aucune chance de tomber à droite et celle ci, quel que soit le scenario national, fera de la figuration comme en 2002 et 2007.

A 73 ans, Tony Dreyfus, député PS sortant et ancien maire du 10ème, ne se représentera très certainement pas. Sa circonscription pourrait très légitimement revenir à EELV en cas d'alliance. Sans alliance, la circonscription est tout aussi périlleuse pour le PS au regard des dernières élections européennes et régionales.

On sait à quel point les européennes ont été sensationnelles pour EE - et encore plus à Paris, effet Cohn-Bendit oblige :
- dans le 10ème, la liste EE obtenait 36.3% contre à peine 17.1% pour le PS.
- dans le 3ème, on était quasiment au centième près, sur les mêmes scores : 36.7% pour EE et 17.1% au PS

Évidemment, le soufflé est quelque peu retombé en France pour les écolos aux régionales. Mais les scores n'ont pas été - loin de là - mauvais pour EE sur Paris. Ils dessinent des futurs scrutins serrés :
- dans le 10ème, la liste EE réalisait un très beau 28.3% contre 29.7% à la liste Huchon : à peine 1 point d'écart, c'est très serré.
- dans le 3ème, la liste EE récoltait un non moins beau 27.9% contre 30.4% au PS.

Tout ceci prépare des lendemains moins radieux pour le PS dans la capitale, un peu à l'image de ce qu'est entrain de vivre le SPD à Berlin...Il est possible pour le PS que ça passe encore en 2012 pour les législatives, mais le scrutin sera probablement très serré au premier tour s'il y a affrontement, et ceci même si le candidat PS est Rémi Féraud (c'est encore plus vrai si le PS envoie un ou une adjointe à la place - le risque de chute sera amplifié) : la notoriété d'un maire d'arrondissement n'est jamais équivalente à celle d'un maire "normal". C'est encore plus vrai dans une ville comme Paris.

Ce que je pense, c'est que le PS ne devra pas se tromper de candidat pour l'après Delanoë en 2014 : il ne faut pas que cela tourne au grand vide et à une candidature d'une personne qui ne puisse capitaliser les voix : la tête de liste des régionales de 2010 était Anne Hidalgo à Paris pour le PS et on voit les scores et les faibles écarts entre PS et EE au premier tour...

Avec les derniers résultats, un paquet d'arrondissements peuvent tomber dans l'escarcelle des écolos, s'ils finissent devant le PS en 2014 : le 3ème et le 10ème viennent d'être mentionnés, mais il y a un maintien assuré dans le 2ème (EE devant le PS en 2010 avec 28.9% contre 25.5%), et une chute potentielle dans le 9ème (24.3% à EE contre 25.9% : un PS pris en tenaille car potentiellement inquiété également par la droite, le 9ème étant l'arrondissement de gauche le moins à gauche) et le 18ème (29.6% au PS contre 25.5% aux écolos)...Sans compter qu'EE pourrait être devant dans les arrondissements de droite (moins de 1 point d'écart entre le PS et EE dans le 1er et le 8ème). Les écarts ont de toute façon été à chaque fois inférieurs à 10 points, sauf dans le 13ème.

Le PS a semble-t-il écarté la menace de la droite sur Paris en tendance : son ennemi le plus coriace sera probablement, parti comme c'est parti, Europe écologie en 2012 et 2014. C'est un phénomène de plus en plus important dans certaines grandes villes européennes : le passage de Berlin dans le camp écolo l'an prochain créerait certainement un électrochoc positif chez EE.
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 21:20

Re: Les législatives à Paris

Messagede 3x10 » Lun 13 Déc 2010 17:13

Les allégations qui justifieraient à la légère un passage de la nouvelle 5ème circonscription aux mains des Verts / EELV aux vues des derniers résultats des élections européennes et régionales du 3ème et 10ème arrondissements semblent oublier un point important : le manque d’implantation locale de ce nouveau parti dans ces deux arrondissements de Paris.
Si EE/LV connaît plutôt, effectivement, de bons résultats dans ces arrondissements, il le doit surement davantage au profil de l’électorat de ces quartiers et du casting de ces deux dernières listes plutôt qu’au profil de ses représentants locaux….qui sont quasi inexistants.

Et une élection législative ne se gagne pas sur une étiquette, ou du moins pas aussi facilement sur cet item qu’une élection européenne voir régionale (où d’ailleurs le score d’EE/LV a radicalement chuté).
Émettre le possible passage aux mains d’EELV de cette circonscription voudrait d’abord émettre le nom d’un(e) candidat(e) potentiel(lle). Et là, les supputations deviennent beaucoup plus difficiles. Personnellement, je donne ma langue au chat !

Reste donc l’inconnu du candidat PS ? Tony Dreyfus, dont vous annoncez la non-candidature, n’a pas l’air de vouloir abandonner son poste, ou du moins sa candidature. Il l’a affirmé lui-même dans un entrefilet du Nouvel Observateur.
Même s’il cherche aujourd’hui le soutien de l’appareil, pas sûr qu’il trouve demain le soutien de la base dans ces arrondissements avides de renouvellement.
Rémi Féraud a, lui, annoncé à son entourage qu’il ne serait pas un Maire cumulard.
La surprise (surprise pour certains seulement) viendrait alors d’une élue locale, proche du terrain de ces deux arrondissements et qui se prépare aujourd’hui à se lancer dans la bataille….
A suivre.
3x10
 
Messages: 4
Inscription: Lun 13 Déc 2010 16:31

Re: Les législatives à Paris

Messagede Zimmer » Mar 14 Déc 2010 02:53

3x10 a écrit:Et une élection législative ne se gagne pas sur une étiquette, ou du moins pas aussi facilement sur cet item qu’une élection européenne voir régionale


C'est vrai, d'une manière générale... mais ça l'est moins à Paris, où l'on a pas mal d'exemples, aussi bien à gauche qu'à droite, de députés sortants pourtant souvent emblématiques, qui se sont faits laminer parce qu'ils n'avaient plus le soutien de tel ou tel parti. On peut citer et la liste n'est pas exhaustive : Michel Charzat (ex PS) battu en 2007 par la candidate du PS George Pau-Langevin (il a perdu, l'année suivante, sa mairie du 20ème arrondissement dans les mêmes conditions face à la socialiste Frédérique Calandra), Georges Sarre (Pôle Républicain) battu en 2002 par la candidate du PS Danièle Hoffman-Rispal, Gabriel Kaspereit (ex RPR) battu en 1997 par le candidat du RPR Pierre Lellouche, Michèle Barzach (ex RPR) battue lors d'une élection partielle en 1991 par le candidat du RPR René Galy-Dejean, lequel, non investi par l'UMP, sera à son tour battu en 2007 par le candidat de l'UMP Jean-François Lamour, ou encore Claude Roux (ex RPR), député depuis 1958, battu en 1981 par le candidat du RPR, un certain Jacques Toubon. Il peut aussi y avoir des contre-exemples, plus rares, comme celui de Françoise de Panafieu, non investie par le RPR, battant en 2002 le candidat soutenu officiellement par ce parti et député sortant, dans sa circonscription, Bernard Pons.

Pour le reste, c'est vrai que l'électorat d'EELV est sans doute l'un des plus mouvants qui soit et cette 5ème circonscription est très loin d'être gagnée d'avance pour cette formation.
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 22:10

Suivante

Retourner vers Elections législatives de 2012

Guide de l'élu délégué à l'enfance et à la jeunesse

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques en faveur de l'enfance et de la jeunesse : les acteurs et le contexte d'intervention, les enjeux, les champs d'intervention. Il développe aussi une démarche d'élaboration et de mise en oeuvre de cette...

Découvrir l'ouvrage

Guide des usages, du protocole et des relations publiques

Collectif

Les questions protocolaires sont généralement source d'un grand stress dans les collectivités locales. Comment composer une table d'honneur ? Comment aligner les drapeaux devant un bâtiment public ? Quel est l'ordre des discours lors d'une inauguration ?...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité