Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Les législatives en Gironde

Dimanche 17 juin
A partir de 20h00
Nouveau découpage électoral et composition de l'Assemblée nationale : exprimez-vous sur les enjeux des prochaines législatives de juin 2012.

Les législatives en Gironde

Messagede Nico » Lun 31 Oct 2011 16:57

La Gironde passera de 11 à 12 circonscriptions en 2012. Elle gagne donc un siège de député et demeure le seul département de la Région Aquitaine à voir son seuil de députés modifié.

Composition des circonscriptions de 1986 à 2012:
1°-Cantons de Bordeaux-1, Bordeaux-2, Bordeaux-8 et le Bouscat.
2°-Cantons de Bordeaux-3, Bordeaux-4, Bordeaux-5 et Bordeaux-7.
3°-Cantons de Bègles, Bordeaux-6, Talence et Villenave-d'Ornon.
4°-Cantons de Carbon-Blanc, Cenon, Floirac et Lormont.
5°-Cantons de Blanquefort, Castelnau-de-Médoc, Lesparre-Médoc, Pauillac, Saint-Laurent-du-Médoc et Saint-Vivien-de-Médoc.
6°-Cantons de Mérignac-1, Mérignac-2 et Saint-Médard-en-Jalles.
7°-Cantons de Gradignan, la Brède, Pessac-1 et Pessac-2.
8°-Cantons d'Arcachon, Audenge, Bazas, Belin-Béliet, Captieux, Grignols, Saint-Symphorien, la Teste-de-Buch et Villandraut.
9°-Cantons d'Auros, Cadillac, Créon, Langon, Monségur, Podensac, la Réole, Saint-Macaire, Sauveterre-de-Guyenne et Targon.
10°-Cantons de Branne, Castillon-la-Bataille, Fronsac, Libourne, Lussac, Pellegrue, Pujols et Sainte-Foy-la-Grande.
11°-Cantons de Blaye, Bourg, Coutras, Guîtres, Saint-André-de-Cubzac, Saint-Ciers-sur-Gironde et Saint-Savin.

Composition des circonscriptions à partir de 2012:
1°-Inchangée.
2°-Inchangée.
3°-Inchangée.
4°-Inchangée.
5°-Inchangée.
6°-Inchangée.
7°-Cantons de Gradignan, Pessac-1 et Pessac-2.
8°-Cantons d'Arcachon, Audenge et la Teste-de-Buch.
9°-Cantons de Bazas, Belin-Béliet, la Brède, Captieux, Grignols, Langon, Podensac, Saint-Symphorien et Villandraut.
10°-Cantons de Branne, Castillon-la-Bataille, Fronsac, Libourne, Lussac, Pujols et Sainte-Foy-la-Grande.
11°-Inchangée.
12°-Cantons d'Auros, Cadillac, Créon, Monségur, Pellegrue, la Réole, Saint-Macaire, Sauveterre-de-Guyenne et Targon.

En réalité, seules 5 circonscriptions sont donc réellement modifiées. A noter également que dans ce département, la parité est respectée, 5 femmes députées (Chantal Bourragué, Michèle Delaunay, Conchita Lacuey, Pascale Got et Martine Faure) pour 6 hommes députés (Noël Mamère, Michel Sainte-Marie, Alain Rousset, François Deluga, Jean-Paul Garraud et Philippe Plisson).

Ce département est également très porté à gauche, seules 2 échappent à cette vague (Chantal Bourragué (UMP, 1°) et Jean-Paul Garraud (UMP, 10°)).
Il est aussi l'un des rares départements à avoir un parlementaire écologiste en la personne de Noël Mamère élu depuis 1997 dans sa 3° circonscription et maire de Bègles depuis 1989.

Circonscriptions de la Gironde en 1986.png
Circonscriptions de la Gironde en 1986

Circonscriptions de la Gironde en 2012.png
Circonscriptions de la Gironde en 2012
Nico
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 3140
Inscription: Dim 3 Oct 2010 17:34
Localisation: Corrèze

Re: Les législatives en Gironde

Messagede Jean-Philippe » Lun 31 Oct 2011 18:33

Dans la 1e, Chantal Bourragué (UMP) a été réélue pour un 2e mandat avec 54,45% face à Béatrice Desaigues, candidate du PS depuis 1997.

Dans la 2e circonscription, Alain Juppé est candidat pour reprendre son siège perdu en 2007 (de 670 voix avec 49,07%). Ce sera à nouveau l'une des circonscriptions les plus observées de France.

Dans la 3e, Noël Mamère a été réélu pour un 3e mandat avec 62,82% face à l'UMP Elisabeth Vigné.

Dans la 4e, Conchita Lacuey a été réélue pour un 3e mandat avec 59,5% face à l'UMP Nathalie Delattre.

Dans la 5e, Pascale Got a battu le sortant UMP Jean-François Régère avec 50,37% et 434 voix d'avance.

Dans la 6e, Michel Sainte-Marie a été réélu pour un 8e mandat (en continu depuis 1973, sauf en 1993 où il a été battu de 30 voix) avec 57,19% sur l'UMP Marie-Hélène Mutter. A 74 ans en 2012, il se retirera logiquement.

La 7e ne perd que le canton de La Brède, qui penche à gauche depuis 1998 après avoir été un fief de droite depuis au moins 1945. Sarkozy n'y a fait que 46,5%. Elle s'ancre davantage à gauche malgré ça. Alain Rousset, qui devra choisir avec le conseil régional, y a été élu avec 60,46% devant l'UMP Sylvie Dufranc.

La 8e ne conserve que les 3 cantons au bord du bassin d'Arcachon, ce qui l'ancre davantage à droite, Sarkozy y étant majoritaire dans chacun alors qu'il était minoritaire dans les autres. Marie-Hélène des Esgaulx l'avait emporté avec 54,13%, mais lors de la partielle qui a suivi son élection au Sénat, François Deluga s'est imposé sur le même score sur le maire d'Arcachon Yves Foulon (54,37%). Ce dernier devrait devenir facilement député car Deluga a annoncé sa candidature dans la nouvelle 9e, favorable à la gauche. Alain Rigolet, ex préfet de 69 ans en 2012, sera candidat DVD. Favorable à Juppé, il est opposé à Foulon et Sarkozy. De quoi probablement entraîner un 2e tour.

La 9e correspond au sud du département. Bien qu'élu d'une commune (Le Teich) désormais hors de la circonscription, François Deluga y sera candidat avec de fortes chances d'y être réélu puisque Sarkozy y était minoritaire dans tous les cantons.

La 10 qui perd Pellegrue (fief de droite depuis 1988) pourrait à nouveau basculer. Jean-Paul Garraud, élu depuis 2002 (mais battu aux municipales de 2008 à Libourne après l'avoir été à en juillet 2007 à Saint-Emilion), a été réélu avec 51,44% face à Philippe Buisson, élu régional et adjoint à Libourne. Je pense qu'il sera battu dans cette circonscription tangente.

La 11e est inchangée. Philippe Plisson, élu depuis 2007 avec 55,07% face à l'UMP Hélène Estrade, devrait conserver ce siège pour le PS.

La 12e correspond à la 9e, privée des cantons de Langon (PC, 44,5 pour Sarkozy) et Podensac (PS depuis 2008, 44,7) mais augmentée du canton de Pellegrue (DVD, 56,5) pris à la 10e. Martine Faure, élue avec 55,8% face au sortant UMP Philippe Dubourg, sera candidate avec le même suppléant Jean-Marie Darmian, maire et CG de Créon. Elle devrait facilement être réélue.

Je pense que l'UMP gagnera au moins 2 sièges, celui de la 1e et celui d'Arcachon, mais qu'elle perdra celui de Libourne. Quant à Juppé, mystère. A noter que dans la 1e et la 2e, le PS détient 2 des 4 cantons.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8947
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:11
Localisation: Mayenne

Re: Les législatives en Gironde

Messagede Jean-Philippe » Sam 5 Nov 2011 02:14

Dans la 6e, il y aura une primaire au sein du PS entre la suppléante (aubryste) du sortant qui a annoncé son retrait hier (jeudi) et Ludovic Freygefond, le jeune maire (40 ans en décembre) du Taillan-Médoc, par ailleurs vice-président chargé des finances à la CUB, vice-président du conseil régional d’Aquitaine chargé des affaires internationales et de la coopération décentralisée et surtout premier secrétaire fédéral. C'est un proche de Hollande.
Il promet de démissionner de ses autres mandats électifs en cas d'élection.
Marie Récalde, elle, est adjointe et conseillère général de Mérignac-1 depuis 2008.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/11/04/97001-20111104FILWWW00564-legislativesps-une-primaire-en-gironde.php
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8947
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:11
Localisation: Mayenne

Re: Les législatives en Gironde

Messagede vudeloin » Sam 5 Nov 2011 15:04

On rappellera que le siège du bassin d'Arcachon et des Landes de Gascogne a été perdu à l'occasion d'une élection partielle où, suite à l'élection de Mme Nollet des Esgaulx au Luxembourg, c'est François Deluga, maire du Teich, qui a battu sèchement Yves Foulon, le très sarkozyste maire d'Arcachon.
Là, le moins que l'on puisse dire, c'est que le découpage vise à assurer un siège de droite dans ce qui est tout de même une villégiature assez fortement occupée par des retraités plutôt fortunés...
D'ici à ce que Marleix ait fait en sorte de préserver ce siège, de viser à garder celui de Libourne, et de mettre la main sur les 1ere et 2e circonscriptions, sur la rive gauche de la Garonne, y a pas des kilomètres...
Dernière édition par vudeloin le Dim 6 Nov 2011 12:47, édité 1 fois.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 12:39
Avertissements: 3

Re: Les législatives en Gironde

Messagede Oskial » Dim 6 Nov 2011 11:42

La maire socialiste d'Audenge, Nathalie LE YONDRE, se déclare candidate à l'investiture socialiste dans la 8ème criconscription délaissée par son député sortant, François DELUGA (PS), parti tenter sa chance dans la 9ème circonscription voisine. Elle veut former un "ticket" avec l'ancien maire socialiste de la Teste de Buch, Jean-François ACOT-MIRANDE.

http://www.sudouest.fr/2011/11/05/candi ... 7-2733.php
Oskial
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 336
Inscription: Mer 24 Fév 2010 16:40
Messages : 2 (détails)

Re: Les législatives en Gironde

Messagede Jean-Philippe » Dim 6 Nov 2011 12:39

C'est l'un des meilleurs tickets possibles, mais il ne peut qu'espérer faire un score supérieur à 45% au 2e tour, une victoire me semblant hors de portée (même si le maire d'Arcachon n'est pas particulièrement apprécié partout).
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8947
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:11
Localisation: Mayenne

Re: Les législatives en Gironde

Messagede Oskial » Dim 6 Nov 2011 23:37

Attention tout de même, car si François Hollande l'emporte, la poussée à gauche pourrait être similaire en proportion aux régionales où les résultats avaient été les suivants dans les communes de la "nouvelle" 8ème :

Inscrits 92280
Exprimés 42394

EXG 979 2,3 %
FDG 1 453 3,4 %
PS 14 697 34,7 %
EELV 3 925 9,3 %
MODEM 3 056 7,2 %
UMP 13 470 31,8 %
FN 4 032 9,5 %
DIV 782 1,4 %

soit 49,7% pour la gauche au 1er tour... On peut juste en conclure que si la circonscription est plutôt à droite, elle est quand même aspirable par une franche victoire aux présidentielles...
Oskial
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 336
Inscription: Mer 24 Fév 2010 16:40
Messages : 2 (détails)

Re: Les législatives en Gironde

Messagede Jean-Philippe » Mar 8 Nov 2011 13:25

Gilles Savary, ex eurodéputé PS (1999-2009), tête de liste socialiste face à Alain Juppé en juin 1995 et mars 2001 et défait en 2008 à Talence (tout en restant conseiller général de ce canton), et vivant à Léognan (canton de La Brède) depuis 25 ans, est candidat à la primaire dans la 9e face au sortant Deluga (on lui a proposé d'autres sièges dont celui de Libourne).
Interrogé sur l'intérêt d'un autre socialiste, François Deluga pour la 9ème circonscription, Gilles Savary a aussitôt déclaré qu'il est "du devoir" de ce député sortant de "garder sa circonscription, car il est le seul à pouvoir le faire sur Arcachon".


http://www.aqui.fr/politiques/gilles-savary-candidat-aux-legislatives-en-gironde-sur-la-9eme-circonscription,5622.html
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8947
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:11
Localisation: Mayenne

Re: Les législatives en Gironde

Messagede vudeloin » Mer 9 Nov 2011 00:31

L’examen de la situation de la 8e circonscription, qui recoupe trois des cantons du nouvel arrondissement d’Arcachon, mérite en effet d’être quelque peu approfondi.

Nous avons donc dit trois cantons.

Le premier c’est celui d’Arcachon

Il n’y a sans doute pas découpage électoral plus simple puisque le canton est constituée de la seule commune d’Arcachon, dont le développement remonte au Second Empire.

Arcachon, commune balnéaire, thermale (on y exploite l’eau de la source des Abatilles, propriété jusqu’en 2008 du groupe Nestlé Waters), a en effet été détachée de la Teste en 1857 par décret impérial et développée sous l’impulsion des fameux banquiers d’origine juive portugaise, les frères Pereire.

Elle compte aujourd’hui un peu moins de 11 800 habitants, particulièrement âgée, puisque largement constituée de retraités plus ou moins fortunés.

Ainsi, compte on sur place 5 000 habitants de plus de 65 ans contre moins de 1 600 moins de 20 ans.

10 % des Arcachonnais sont arrivés sur place depuis moins de cinq ans en venant d’une autre région du pays.

Et l’on compte 49,8 % de retraités dans la population adulte…

Un électorat par conséquent plutôt acquis à la droite, ressemblant beaucoup à l’ancien électorat chiraquien de Paris (femmes retraitées vivant seules) mais avec une population active qui peut être, hors saison touristique, frappée par le chômage saisonnier.

La structure des revenus accuse les traits locaux avec une prépondérance des pensions et retraites (47 % de l’assiette de l’impôt sur le revenu) et une part non négligeable des activités non salariées (près de 7 %) et des autres revenus (plus de 14 %), c'est-à-dire des revenus fonciers, immobiliers et mobiliers.

Des revenus relativement conséquents puisque se situant 10 % au dessus de la moyenne départementale.

Politiquement, Arcachon vote à droite.

Aux municipales 2008, la liste UMP d’Yves Foulon l’a emporté avec 4 534 voix (71,18 %) contre 1 836 voix (28,82 %) pour la liste de gauche de Jean Pierre Soulas.

Aux cantonales 2011, le même Yves Foulon a été réélu conseiller général en obtenant 2 778 voix et 55,9 % au premier tour.

Le FN a réalisé 589 voix, un divers droite 73 voix.

Quant à la gauche, la candidate PS a rassemblé 747 voix, le Verts 658 voix et le PCF 125 voix, soit un total de 1 530 voix, finalement asse proche de la performance des municipales.

Le second canton, c’est celui d’Audenge.

Un canton densément peuplé, avec plus de 55 200 habitants et comptant huit communes.

Tout d’abord Audenge, commune d’un peu moins de 6 000 habitants qui, en 2008, a élu la socialiste Nathalie Le Yondre au terme d’une triangulaire au couteau.

Sa liste a en effet obtenu 1 289 voix et 21 élus, contre 1 234 voix et 6 élus à une liste divers droite et 374 voix et deux élus pour une seconde liste divers droite.

Aux cantonales 2011, léger changement de décor puisque les trois candidats de gauche ont recueilli 1 049 voix contre 717 voix aux candidats de droite et d’extrême droite au premier tour.
Au second tour, Audenge a contribué à l’élection d’un conseiller général socialiste, en lui accordant 1 159 voix contre 651 à la candidate UMP.

La seconde commune, c’est Andernos les Bains, commune de près de 11 000 habitants.

Le maire d’Andernos, Philippe Pérusat, est UMP, et les municipales de 2008, qui ont mobilisé près de 62 % du corps électoral, se sont déroulées sans liste de gauche.

Stupéfaction lors des cantonales de 2011.

En effet, au premier tour, les trois candidats de gauche ont rassemblé 1 914 voix et les candidats de droite 2 101 voix.

Et au second tour, le PS est arrivé en tête avec 2 125 voix contre 1 876 pour la candidate UMP.

Troisième commune du canton, Arès.

Commune d’environ 5 500 habitants, Arès a un maire UMP, élu avec 1 979 voix en 2008 face aux 1 056 voix de la liste de gauche.

Mais, aux cantonales 2011, 872 voix de gauche au premier tour et 1 099 voix de droite.

Au second tour, stupeur et tremblements en mairie d’Arès, avec le candidat PS en tête avec 1 025 voix contre 976 voix pour la candidate UMP.

Vient ensuite Biganos, commune d’environ 9 000 habitants.

En 2008, Biganos a voté en faveur d’une liste DVG, aucune liste présente ne se réclamant au demeurant de la droite dans cette localité.

Située au fond du bassin, Biganos n’a pas les mêmes caractères qu’Arcachon ou Lège Cap Ferret situées plus près de l’Océan.
L’attachement de la commune à la gauche s’est d’ailleurs manifesté de nouveau lors des cantonales de 2011.

Au premier tour, les trois candidats de gauche ont réuni 1 373 suffrages quand les candidats de droite et d’extrême droite en rassemblaient 905.

Avec une particularité : le fait que le FN ait été en tête de la droite avec un peu plus de 20 % des suffrages.

Au second tour, le candidat PS a écrasé la candidate UMP en obtenant 1 582 voix contre 688.

Allons maintenant à Lanton, commune de 6 000 habitants, mairie d’élection de Christian Gaubert, le conseiller général du canton d’Audenge.

En 2008, lors des municipales, la liste de Christian Gaubert l’a emporté avec 1 903 voix, contre 883 voix pour l’UMP et 814 pour une liste divers gauche.

Lors des cantonales de 2011, Christian Gaubert a joui d’une prime locale en obtenant 1 254 voix et un peu plus de 50 % au premier tour.

La gauche était à 1 525 voix, la droite à 981 voix.

Au second tour, 1 608 voix pour Gaubert, 969 pour la droite.

Allons maintenant à Lège Cap Ferret, commune résidentielle, sorte de sœur jumelle d’Arcachon sur l’autre rive du bassin et en contact direct avec l’Atlantique par son cap.

Dans ses lotissements et ses villages, la commune abrite un peu plus de 7 300 habitants, dont un bon tiers de retraités et 41 % de chefs de famille retraités.

Le revenu déclaré moyen excède la moyenne départementale de plus de 40 %, et l’on compte, comme à Arcachon, plus de revenus d’activité non salariée et de revenus de patrimoine et de placement que dans la moyenne girondine.

Lors des municipales de 2008, la liste de l’UMP fut élue avec plus de 70 % des voix face à une liste divers droite…

Aux cantonales 2011, la commune est restée fidèle à la droite en accordant 1 497 voix et plus de 47,5 % à la candidate UMP, devant les 578 voix (18,4 %) à la candidate du FN.

Retour désormais à Mios, dans la partie Est du bassin.

Cette commune d’un peu moins de 7 000 habitants est moins huppée que Lège Cap Ferret.

Aux municipales 2008, les deux listes divers droite arrivées en tête ont obtenu 2 272 voix tandis que la liste de gauche se contentait de 765 voix.

Au second tour, la gauche est d’ailleurs tombée à 501 suffrages.

Aux cantonales 2011, par contre, nouvelle surprise.

Les candidats de gauche obtiennent au total 944 voix contre 739 voix pour les candidats de droite et d’extrême droite, avec le FN en tête, nanti de 389 voix.

Et au second tour, avec une faible participation (moins de 40%), le candidat PS a obtenu 1 135 voix contre 523 voix pour la candidate de de l’UMP.

Terminons le canton avec la commune de Marcheprime, comptant un peu moins de 4 000 habitants.

La commune est gérée par une équipe divers gauche menée par le PRG.

Aux municipales de 2008, la liste du PRG a obtenu 67 % et la liste du Parti socialiste 33 %.

Le nombre d’exprimés fut de 1 903 sur un total de 2 846 inscrits.

Aux cantonales de 2011, les candidats de gauche sont naturellement arrivés en tête sur la commune.

Ils ont réuni 636 voix sur 1 078 exprimés, tandis que la droite devait donc se contenter de 442 voix, en plaçant, là encore, le FN en tête avec 229 voix.

Au second tour, large avance pour le candidat PS, avec 765 voix contre 299.

Le troisième canton est celui de la Teste de Buch

Un canton qui comprend dans un premier temps la commune de La Teste, comptant plus de 25 000 habitants, avec plusieurs ensembles urbains puisque l’une des ressources touristiques de la commune est constituée par l’impressionnante Dune du Pilat (ou du Pyla), située dans la villégiature de Pyla sur Mer, face au Cap Ferret.

Un temps mairie PS, La Teste de Buch est devenue aux municipales de 2008 une commune gérée par la droite.

La ville est sectionnée en deux éléments : section de la Teste d’un côté, section du Pyla de l’autre.

Le Pyla a voté pour la liste de l’UMP, en lui accordant 640 voix sur 1 229 exprimés, une liste divers obtenant 366 voix et la liste de gauche 223.

Ce qui a donné à l’UMP 4 sièges sur 5.

Dans la section de la Teste, la liste de gauche est arrivée en tête avec 3 936 voix sur 10 708 exprimés.

Elle devançait trois listes de droite, une plutôt centriste, arrivée deuxième, une investie par l’UMP et une dernière divers droite.

Au second tour, la fusion des listes de droite a emporté le morceau avec 5 994 voix et 23 élus contre 5 178 voix et 7 élus pour la liste de gauche.

Aux cantonales 2008, situation aussi serrée avec 5 341 voix de droite et d’extrême droite au premier tour face à 5 831 voix de gauche et écologistes.

Au second tour, 5 720 voix à gauche et 5 964 voix pour le candidat UMP.

La seconde commune du canton est celle de Gujan Mestras, ville d’élection de Mme Marie Hélène Nollet des Esgaulx, ancienne députée et actuellement sénatrice de Gironde, peuplée d’un peu plus de 18 400 habitants, et dont les activités touristiques constituent l’ossature économique.

On rappellera toutefois que la ville a quelques difficultés à faire fonctionner son casino, celui-ci échappant pour le moment aux grands groupes casinotiers.

Aux municipales de 2008, la liste de Mme Nollet des Esgaulx fut élue sans problème avec 50,6 % des voix, tandis qu’une liste sans étiquette recevait 22,5 %, une liste de gauche 21,2 % et une liste Modem 5,6 %.

Aux cantonales, la commune apporta son soutien aux candidats de droite pour 4 141 voix au premier tour contre 4 710 voix pour les candidats de gauche et écologistes.

Le second tour vit la droite l’emporter avec 3 847 voix contre 3 122 au candidat de gauche.

Enfin, reste la commune du Teich.

Le Teich compte un peu plus de 6 200 habitants, et est gérée depuis un certain temps par le député socialiste François Deluga, par ailleurs président du CNFPT.

La ville est orientée à gauche.

Aux municipales 2008, la liste Deluga l’a très nettement emporté avec 2 327 voix et 77,1 % des voix.
La liste de droite dut se contenter de 690 voix et 22,9 %.

Aux cantonales 2008, même tendance.

Au premier tour, la gauche obtient 2 018 voix et la droite 954.

Au second tour, 1 473 voix à gauche et 694 à droite.

A noter que la baisse de la participation au second tour est aussi venue d’incidents climatiques en mars 2008 dans le secteur.

Ceci dit, la conclusion est claire.

Cette 8e circonscription, a priori taillée sur mesure pour la droite, compte tenu des communes qui en font partie, est finalement relativement incertaine, notamment du fait de la hausse constante de l’influence de la gauche ( à moins que ce ne soit la baisse de celle de la droite ).

Faites vos jeux, rien ne va plus et les casinos ne manquent pas dans sur ce territoire !
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 12:39
Avertissements: 3

Re: Les législatives en Gironde

Messagede Oskial » Ven 11 Nov 2011 17:43

Le Front de Gauche a désigné ses candidats dans la 5ème criconscription, celle du Médoc. Le titulaire sera Stéphane LE BOT, habitant de Cussac-Fort-Médoc et secrétaire de la section communiste du Médoc. Sa suppléante sera la conseillère municipale PCF d'Eysines et syndicaliste enseignante. La candidate App. PCF en 2007, Conchita CIMBRON, avait obtenu 2,8% des voix.

http://www.sudouest.fr/2011/11/07/dans- ... 4-3145.php
Oskial
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 336
Inscription: Mer 24 Fév 2010 16:40
Messages : 2 (détails)

Suivante

Retourner vers Elections législatives de 2012

Guide de l'élu délégué à la culture

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques culturelles communales et intercommunales : les acteurs et le contexte d'intervention, les enjeux, les champs d'intervention. Il développe aussi une démarche d'élaboration et de mise en oeuvre de ces...

Découvrir l'ouvrage

L'acte III de la décentralisation - Une nouvelle donne pour les territoires

Chrystelle Audoit, Aurélie Aveline, Mounia Idrissi et Laurent Roturier

À vouloir répondre à tous les enjeux territoriaux à la fois, tout en s'exonérant d'une réforme constitutionnelle, la nouvelle réforme territoriale...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité