Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Les sénatoriales en Meurthe-et-Moselle

Forum de discussion dédié aux élections sénatoriales de septembre 2011 et au renouvellement pour la première fois d'une moitié du Sénat français.

Les sénatoriales en Meurthe-et-Moselle

Messagede maxxx » Mer 15 Sep 2010 15:27

Comme en 2001, ce département enverra l'an prochain 4 sénateurs au Palais du Luxembourg. Le scrutin de 2001 avait été particulièrement fructueux pour la gauche, qui était parvenue à faire jeu égal avec la droite, celle-ci s'étant à l'époque divisée assez fortement (avec pour résultat l'éviction de deux sortants de droite). Fait marquant : l'élection d'une sénatrice communiste, pour un parti qui n'avait plus eu de parlementaires depuis 1988 dans ce département.

Les 4 sortants sont, par ordre d'élection :
- Daniel Reiner (PS), 69 ans, ancien député-maire de Blainville-sur-l'eau, ancien conseiller général et régional, élu pour la première fois en 2001.
- Evelyne Didier (PC), 62 ans, conseillère générale-maire de Conflans-en-Jarnisy, vice-présidente de sa communauté de communes, élue également pour un premier mandat en 2001.
- Philippe Nachbar (UMP), 60 ans, secrétaire du Sénat, ancien adjoint au maire de Nancy et vice-président du conseil général. Il est sans mandat local depuis sa lourde défaite aux cantonales de 2004 sur Nancy-Nord. Il siège au Sénat depuis 1992.
- Jacqueline Panis (UMP), 62 ans, conseillère municipale de Seichamps, après y avoir été adjointe au maire et n'ayant pu garder la ville à droite aux municipales de 2008. Elle n'est élue que depuis 2007 au Sénat, où elle a remplacé Jacques Baudot (UMP), figure majeure de la vie politique locale, à son décès. Ce dernier fut en effet pendant 10 ans président du conseil général (1988-1998) et vice-président du conseil régional. Il était par ailleurs un des proches de Christian Poncelet.

A l'heure actuelle, aucun des sortants n'a manifesté le souhait de se retirer, ce qui parait logique, aucun d'entre eux n'étant a priori exclu en raison de leur âge...ces sexagénaires pourraient tous sur ce plan facilement rempiler.

Au niveau des équilibres politique, c'est la droite qui est plus minoritaire que la gauche, notamment au niveau des villes moyennes. Cela dit, la situation pour elle est loin d'être catastrophique : elle a certes perdu en 2008 notamment les mairies de Vandoeuvre (2ème ville du département au profit du PS), Seichamps et de Laxou (au profit du Modem), mais elle a réussi à s'emparer de Lunéville, Baccarat et surtout Longwy (véritable bastion ouvrier - ce qui fut un réel choc pour une gauche qui règne sans partage dans le nord du département - touché particulièrement par les crises industrielles). La gauche est majoritaire dans ces communes moyennes, mais la droite reste influente et bien implantée dans les petites communes rurales. On pourrait donc théoriquement parier sur un statu quo, la gauche ayant réalisé la quasi-totalité du travail en 2001.

Pour conserver ses deux sièges, je pense cependant que la droite aurait peut être intérêt à rabattre totalement les cartes, en parvenant à convaincre ses sortants de ne pas rempiler...Ces derniers sont en effet affaiblis : Philippe Nachbar a certes un beau parcours politique et est encore assez jeune, mais son ascension politique a été freinée brutalement en 2004, quand il a été éjecté par le PS de son canton de Nancy-Nord, en ne recueillant en duel au second tour que 39.7% des voix. Jacqueline Panis n'avait quant à elle pas le poids politique suffisant dès le départ pour combler le vide laissé par la disparition de Jacques Baudot : elle a encore plus été fragilisée par la perte de la ville de Seichamps, dont elle était l'adjointe sortante et la tête de liste de l'équipe sortante en 2008. Ces deux élus n'ont donc pas véritablement le moyen de négocier un renouvellement de leur mandat si la droite locale souhaite les sortir.
Pour assurer ses deux sièges, et se recrédibiliser, la droite pourrait tenter un coup de poker, à l'heure actuelle hypothétique mais qui serait sur le papier terriblement efficace : André Rossinot (UMP-PR), 71 ans, inoxydable maire de Nancy et président de la CA, ancien ministre et député, pourrait en effet être tenté pour prendre la tête de la liste UMP et ainsi finir sa carrière politique bien remplie. Il n'était pas parti en 2001, ne voulant pas ajouter de la division à la division déjà très forte de la droite (et surtout, il espérait peut être encore à l'époque rebondir ailleurs qu'au Sénat...). La stratégie de la droite serait alors que ce dernier fasse un ticket avec la très influente présidente de l'association des maires de Meurthe-et-Moselle, la conseillère générale UMP-DVD Rose-Marie Falque, élue du canton de Baccarat et maire d'Aizerailles. Elle en plus issue d'une zone où la droite ne cesse de reprendre des couleurs (depuis l'élection facile en 2007 de Jacques Lamblin aux législatives, après une période d'incertitudes marquée par l'usure du député François Guillaume).
La 3ème place reviendrait, pour le symbole et les voix, à un élu du nord du département voire du centre-nord : trois candidatures crédibles dans ce cas : Pierre Mersch, le conseiller général-maire DVD de Longuyon, Edouard Jacque, maire PR de Longwy et ancien député (2002-2007) ou Henri Lemoine, maire UMP de Pont-à-Mousson qui vient très récemment de reprendre sa mairie. Ces trois candidats sont de toute façon tout à fait crédibles également pour la 1ère place, si André Rossinot décide de ne pas y aller...

A gauche, tout dépendra de l'attitude du sortant Daniel Reiner. Evelyne Didier repartira certainement en numéro 2, le PS n'a aucun intérêt à laisser partir seul le PC, encore très présent dans le nord du département, surtout si André Rossinot part au combat. Si Daniel Reiner est prêt à céder la place de meneur, ce serait très vraisemblablement au profit du président du conseil général PS depuis 1998, Michel Dinet, 62 ans, qui serait heureux de redevenir parlementaire, 17 ans après avoir été battu aux législatives : celui-ci a décidé depuis 2001 de se consacrer entièrement au conseil général et à sa présidence, mais on sait très bien ce que vaut ce type d'engagement en politique...En 3ème place, on pourrait envisager dans ce cas le nouveau maire PS de Vandoeuvre, Stéphane Hablot par exemple, ou pour le symbole, Daniel Reiner...

Un duel Rossinot-Dinet mettrait en tout cas un peu de piquant à ses sénatoriales, à l'image du combat Gaudin-Guerini aux sénatoriales de 2008 dans les Bouches-du-Rhône...Reste à convaincre, si ces leaders veulent aller au Palais du Luxembourg, les sortants de ne pas se mettre en travers de leur chemin...
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 21:20

Re: Les sénatoriales en Meurthe-et-Moselle

Messagede Jean-Philippe » Mer 15 Sep 2010 16:46

Philippe Nachbar a certes un beau parcours politique et est encore assez jeune, mais son ascension politique a été freinée brutalement en 2004, quand il a été éjecté par le PS de son canton de Nancy-Nord, en ne recueillant en duel au second tour que 39.7% des voix.


Tu fais erreur en écrivant que ce sénateur était le sortant de ce canton en 2004. Avant d'être adjoint à Nancy (en 2001), il a été maire de Jarny (10 000 habitants) de 1989 à 2001 et conseiller général du canton de Conflans-en-Jarnisy de 1985 à 1998 (NSRP). En 2004, le sortant du canton de Nancy-Nord est le socialiste Jean-Yves Le Déaut, député depuis 1986, battu aux municipales de 2001 à Nancy et qui rejoignait alors le conseil régional où il est depuis vice-président. Enfin, il a été battu avec 39,3% des voix.

Sur le reste, rien à redire, je mise aussi sur un statu quo et sur le départ d'au moins un des deux sortants UMP (surtout la sortante), de gré ou de force. Si Dinet est élu, il quittera la présidence du conseil général (en mars 2011 ou après son éventuelle élection au Sénat).
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8947
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:11
Localisation: Mayenne

Re: Les sénatoriales en Meurthe-et-Moselle

Messagede vudeloin » Mar 11 Jan 2011 22:38

Statu quo ou trois à un pour la gauche, voilà ce qui peut se passer, en fonction de la configuration d'une élection où la droite ne va pas forcément partir dans l'unité la plus absolue...
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 12:39
Avertissements: 3

Re: Les sénatoriales en Meurthe-et-Moselle

Messagede maxxx » Mar 11 Jan 2011 22:53

Je ne change pas mon analyse et effectivement, le statut quo est probablement l'option la plus probable, sans exclure une division trop forte à droite synonyme de perte d'un siège...La droite, qui a peur de la perte du Sénat, fera probablement tout pour éviter une nouvelle et forte division...

Je continue à penser que pour assurer les 2 sièges, la droite devrait a minima remplacer Jacqueline Panis, qui ne pèse plus rien électoralement après avoir été battue dans sa ville, par Rose-Marie Falque, une des rares femmes en France à présider une association des maires locale et plébiscitée dans son canton de Baccarat en 2008...
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 21:20

Re: Les sénatoriales en Meurthe-et-Moselle

Messagede vudeloin » Mer 12 Jan 2011 00:26

Jacqueline Panis ne pèse peut être plus grand chose mais elle n'a peut être pas renoncé à siéger au Sénat.
L'ancien Maire de Villers les Nancy, mis en examen, s'était présenté en 2001 parce qu'il était sortant et il avait été balayé en bloquant 30 voix sur son nom.
Et le rapport des forces au conseil général s'est nettement modifié en faveur de la gauche.Ne pas oublier aussi que l'élection a lieu dix ans après l'adoption de la loi Chevènement sur l'intercommunalité et que, depuis, les relations entre élus peuvent avoir connu des évolutions un peu par delà les clivages politiques apparents.
Ainsi, pour prendre l'exemple du Toulois, le PS contrôle les principaux EPCI de l'arrondissement, avec ce que cela implique du point de vue des élus locaux.
Affaire à suivre, là encore
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 12:39
Avertissements: 3

Re: Les sénatoriales en Meurthe-et-Moselle

Messagede vudeloin » Ven 4 Fév 2011 01:07

Bon, l'hypothèse c'est le statu quo.
Selon mes estimations, dans le collège des délégués municipaux, la gauche aurait entre 900 et 920 voix, tandis que la droite disposerait entre 920 et 940 voix, plus environ 70 centristes.
Le problème c'est que les voix de droite proviendraient d'abord de communes à liste unique, d'intérêt communal avant que de procéder de choix politiques clairs.
Et, compte tenu de la situation des différents cantons du département, les cantons de droite comptent 367 grands électeurs de droite, c'est à dire assez peu, finalement...
La moindre division des votes de droite, susceptibles pour un certain nombre d'être captés par une liste de gauche, peut mettre en question le second élu.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 12:39
Avertissements: 3

Re: Les sénatoriales en Meurthe-et-Moselle

Messagede vudeloin » Mer 15 Juin 2011 01:30

Dans ce département comptant un nombre important de petites communes, le collège électoral présente cette année une caractéristique assez rare.

En effet, les communes de moins de 3 500 habitants élisent 964 grands électeurs ( la plupart un seul ).

Mais les communes de 3 500 à 9 000 habitants en désignent 472 ( 31 communes en élisent 15 et une 7 ), les communes de 9 à 31 000 habitants comptent 320 délégués de droit et les deux communes de plus de 31 000 habitants, 171.
Ce qui donne 963 grands électeurs élus à la proportionnelle ou de droit.

Ce qui fai une somme de 1 927 grands électeurs, à parts égales pratiquement entre type d'élection.

Ajoutons y les 7 députés, 44 conseillers généraux et 22 conseilers régionaux, soit 73 grands électeurs de plus portant à 2 000 tout rond le nombre des électeurs sénatoriaux et à 500 votes le quotient pour un élu.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 12:39
Avertissements: 3

Re: Les sénatoriales en Meurthe-et-Moselle

Messagede Zimmer » Mar 5 Juil 2011 00:14

Comme en 2001, le PS et le PCF se présenteront unis au scrutin du mois de septembre.

La liste sera conduite par le sortant Daniel Reiner (PS), avec en deuxième position, l'autre sortante de gauche, Evelyne Didier (PCF), maire de Conflans-en-Jarnisy. Le maire de Villers-lès-Nancy, Pascal Jacquemin (PS), occupera la troisième position.

http://www.lasemaine.fr/2011/06/23/la-gauche-en-ordre-de-marche
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 22:10

Re: Les sénatoriales en Meurthe-et-Moselle

Messagede vudeloin » Mar 5 Juil 2011 00:24

Il fut un temps question que le président du Conseil général, Michel DInet, soit candidat.
Comme la configuration de l'élection n'est pas encore connue, on peut au moins s'attendre à la reconduction du rapport de forces existant, notamment parce que la gauche s'est plutôt renforcée en 2008, au mieux au gain d'un siège mais cela ne devrait procéder que d'une division de la droite et du centre...
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 12:39
Avertissements: 3

Re: Les sénatoriales en Meurthe-et-Moselle

Messagede R.V. » Mar 5 Juil 2011 17:14

Concernant les rapports de force, cela se précise à droite où il y aura deux listes :
Une liste UMP : Philippe Nachbar (sénateur sortant), Rose-Marie Falque, Jean Loctin, Marie-Christine Leroy, Gérard Liger, Marie-Josée Dufour.
Une liste de droite dissidente (mais avec soutien de responsables locaux) : Jean-François Husson, Gisèle Fromager, Michel Marchal, Thérèse Hautecouverture, Claude Colin, Martine Schreiber.
R.V.
 
Messages: 24
Inscription: Mar 4 Jan 2011 20:02

Suivante

Retourner vers Élections sénatoriales de 2011

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité politique française.

Voir toutes les vidéos

Droits des élus d'opposition

Joël Clérembaux

Le mode de scrutin des élections municipales assure la représentation des minorités au sein de l'assemblée délibérante communale. Les minorités constituent l'opposition, c'est-à-dire les conseillers qui n'appartiennent pas à la majorité et bénéficient...

Découvrir l'ouvrage

Conseil municipal : mode d'emploi

Joël Clérembaux

Parce qu'on le pratique en permanence, on croit bien le connaître, le conseil municipal. Et pourtant... les habitudes ne sont pas un gage de la légalité ni d'un bon fonctionnement ! Ce guide rappelle l'ensemble des règles relatives à la préparation et à la tenue...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité