Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Les sénatoriales dans l'Orne

Forum de discussion dédié aux élections sénatoriales de septembre 2011 et au renouvellement pour la première fois d'une moitié du Sénat français.

Les sénatoriales dans l'Orne

Messagede chapichapo » Sam 25 Déc 2010 17:20

Bonjour
Démission d'Alain Lambert, "cas" de Nathalie Goulet, prétentions du maire Flers, ambitions de celui de Tinchebray. Je" pense que tous les ingrédients sont réunis pour un nouveau forum... (D'ailleurs sur le forum "Cantonales dans l'Orne", on parle surtout des sénatoriales.
chapichapo
 
Messages: 8
Inscription: Sam 25 Déc 2010 14:37

Re: Les sénatoriales dans l'Orne

Messagede maxxx » Sam 25 Déc 2010 20:27

Bonjour et Bienvenue sur le forum, comme tu es un nouveau rédacteur désormais...

La situation sénatoriale de l'Orne a en effet déjà été évoquée...Je ne reprendrai pas tous les arguments évoqués dans la rubrique des cantonales...Pour coller au bon forum, je copie donc ci-dessous mon analyse.

Pour compléter cette dernière, qui date d'il y a plusieurs semaines, il est très clair que la droite conservera ses deux sièges et que la gauche, malgré le gain d'Alençon et de quelques autres communes, fera dans ce département, de la figuration aux alentours des 30%...

Je rappelle au passage qu'en 2004, date de la dernière élection sénatoriale dans ce département, une partielle suite au départ de Brigitte Luypaert du Sénat, elle-même due au départ d'Alain Lambert, qu'elle remplaçait, du gouvernement, Yves Goasdoué n'avait obtenu que 22.42% des voix (contre principalement 65.49% au PCG et 8.65% à une candidate DVD)...Avec les évolutions positives pour la gauche, il montera aux alentours des 30% mais sera encore une fois loin de la droite...

La droite pouvant aisément se diviser au premier tour pour sélectionner ses meilleurs représentants du second tour...Le seul enjeu de ce département sera de savoir si Nathalie Goulet parviendra à conserver son siège ou si l'UMP arrivera à la déloger...A moins d'un changement et d'une soudaine allégeance de la sénatrice, qui a rejoint l'UC après avoir migré dans le RDSE car le groupe UMP l'a refusée, à l'UMP mais c'est fort improbable.
Le siège d'Alain Lambert reviendra à coup sûr à un UMP ou un app. UMP coopté par le toujours président du CG...

Personnellement, je crois à la candidature en 2011 d'au moins un des deux députés UMP hommes du département : et à ce jeu là, Jean-Claude Lenoir, 66 ans, élu de Mortagne-au-Perche depuis 1971, qui fut conseiller général, conseiller régional, qui esr toujours président de la communauté de communes est probablement le mieux venu des deux députés...Il ferait peut être un ticket UMP avec Jérôme Nury ou, si on respecte la parité, avec Brigitte Luypaert, redevenue récemment conseillère régionale...Chez les conseillers généraux, c'est simple : il n'y a qu'une seule femme possible, à savoir la conseillère générale DVD de Courtomer, Odile Duval...


il est évident que le départ d'Alain Lambert rabat les cartes, au moins sur deux plans :
- il est certain que la droite, ultramajoritaire dans ce département, conservera haut la main la présidence du conseil général : je pense qu'Alain Lambert attendra de s'approcher des échéances de mars pour démissionner du canton de Putanges, afin de faire renouveler ce canton en même temps que les autres renouvelables (c'est quand même moins risqué électoralement parlant, étant donné que l'écart entre le scrutin de 2008 et la partielle de 2009 s'est sacrément réduit entre la droite et la gauche : une partielle déconnectée pourrait favoriser la gauche avec l'exaspération des électeurs vis-à-vis des gesticulations à droite). La question qui se pose est donc celle du successeur d'Alain Lambert pour la présidence : c'est un peu le flou. Le 1er vice-président sortant, Gilles de Courson, conseiller général UMP du Theil, pourrait lorgner sur la présidence, s'il se représente en 2011 et s'il n'est pas battu à cette occasion (comme en 2004, une concurrence sur sa droite n'est pas impossible)... S'il l'on privilégie le saut générationnel, je pense à Jérôme Nury, vice-président du conseil général, maire de Tinchebray et président de la CDC, qui n'a que 38 ans et qui a conduit la liste UMP départementale aux régionales de mars 2010 : s'il accédait à la présidence, on peut penser que vu son âge, il y resterait pour quelques années, bouchant l'espace pour quelques temps.

- l'autre enjeu est celui du Sénat : la droite n'a rien à craindre sur ce plan là, et la prise d'Alençon par la gauche n'est qu'une peau de chagrin qui ne lui fera pas dépasser les 35% chez les grands électeurs...Par contre, niveau candidatures, ça sera intéressant de voir qui remplacera Alain Lambert : sa suppléante actuelle, Brigitte Luypaert, a déjà siégé au Palais du Luxembourg de 2002 à 2004 et n'a que 55 ans : pour autant, même avec le soutien du sortant, elle n'a pas une influence énorme localement et pourrait facilement être mise de côté par un candidat concurrent ; on peut envisager pas mal de candidatures, parmi les vice-présidents du conseil général, les maires bien implantés ou même les actuels députés, la représentation parlementaire de l'Orne au Palais Bourbon étant vieillissante et la perspective d'une non reconduction (âge, concurrence à droite) en 2012 pourrait donner des envies d'un dernier tour de piste à Sylvie Bassot (UMP), 70 ans, ou Jean-Claude Lenoir, 66 ans...Je pense par contre que Jérôme Nury, même s'il montait en grade en mars prochain, est trop jeune pour le Sénat et se prépare en réalité davantage à prendre la succession de Sylvia Bassot en 2012 dans la 3ème circonscription (elle aura 72 ans et ne repartira probablement pas).
Le problème le plus épineux n'est pas le siège d'Alain Lambert mais le second siège, occupé par Nathalie Goulet (UC), 52 ans : je ne reviendrai pas sur l'affaire Goulet et les imbroglios autour du décès du sénateur Daniel Goulet (UMP) en 2007 mais inutile de dire que la quasi-totalités des gens de l'UMP locale voudrait la voir battue en septembre prochain : elle a été refusée au groupe UMP en 2007 et a rejoint le RDSE puis l'UC, groupe au sein duquel elle tente de faire entendre sa voix en se montrant souvent rebelle (en votant contre ou s'abstenant sur la plupart des réformes gouvernementales - cf. la réforme territoriale). J'estime à 50/50 ses chances d'être réélue en 2011, sachant que le départ d'Alain Lambert l'aide énormément : un tandem d'Alain Lambert avec un autre élu UMP ou NC aux sénatoriales de septembre 2011 aurait diminué ses chances de victoire. [EDIT Vincent le 13/11/2010 à 13:45 -> passage supprimé] Mais elle a pour elle son activisme impressionnant sur le terrain (beaucoup plus présente dans les petits patelins qu'Alain Lambert, et pour cause, elle ne cumule avec aucun autre mandat), son indépendance de vote (on ne peut pas dire qu'elle soit une godillot, loin de là...l'UMP lui a dit non en 2007 et elle le lui rend bien depuis...Ca peut plaire aux petits maires ruraux, déçus par la réforme territoriale mais pas non plus enclins à voter à gauche) et aussi le fait que, comme la gauche n'a aucun espoir dans ce département, cette dernière pourrait favoriser son élection, trop contente d'atténuer le succès d'une UMP omnipotente (Nathalie Goulet a une image politique un peu floue, ce qui l'amène à s'afficher sans complexe à côté de Laurent Beauvais, le président PS de la Région).

La situation est donc équivalente à celle de la Vendée : une place forte de la droite, cette dernière étant très puissante dans les campagnes - la gauche ne pouvant exercer de pouvoirs que dans des espaces urbains circonscrits (Alençon-Argentan ici, La Roche-sur-Yon en Vendée), mais dans laquelle la majorité doit remplacer un puissant chef de file...
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 20:20

Re: Les sénatoriales dans l'Orne

Messagede SALVAT » Ven 31 Déc 2010 19:22

Un rappel des résultats de 2001 et du 28/09/2004 (partielles) :

2001 (1er tour)2001 (2nd tour)2004
Alain LAMBERTUDF-DL572 voix (élu)Alain LAMBERTUMP666 voix (élu)
Gérard BURELRPR442 voix430 voix
Daniel GOULETRPR439 voix481 voix (élu)Marie-France LEBOZECDVD88 voix
Claude BROSSARDPRG40 voix
Denise FRANCOISPS194 voix95 voixYves GOASDOUEPS228 voix
Robert LEVESQUEPCF26 voixRobert LEVESQUEPCF18 voix
Fabrice NODETPCF22 voix
Mireille LEMERCIERMNR6 voixYves DUPRESMNR1 voix
Daniel REICHERTMNR3 voixClaude GUITTONFN16 voix
Olivier BIDOUDIV11 voix
Paulette TALLETDIV8 voix

Cela donnait un total de voix pour la droite de 726 en 2001 et de 754 en 2004 face à une gauche obtenant 141 voix en 2001 et 246 voix en 2004, le nouveau candidat du PS élu à Flers tant à la mairie qu'au conseil général ayant élargi son champ électoral.

Depuis, la gauche a gagné les villes d'ALENCON, La FERTE MACE, DOMFRONT, St GERMAIN de CORBEIS et a été associée à la liste MODEM victorieuse à FLERS sur l'UMP. L'opposition a disparu également de FLERS.
Elle a sur de plus petites communes (avec toutes les précautions d'usage sur les labels) par des alliances DVG/centre pris pied à BONVOUX, CERISY, COLOMBIERS, MOULINS la M., St GEORGES de GROSE., CHAMPSECRET et quelques autres peut-être qui m'auraient échappé.
Pour la droite les gains de SEES et pour les petites communes, d'AVERNES, CONDEAU, St BOMER et en alliance avec le centre de BELLEME, ne compensent pas les pertes subies d'où un déficit de 65 voix.
Sur le plan cantonal le gain de 2 sièges pour la gauche en 2008 est à amoindrir d'une perte d'un siège en 2004.
Sur le plan régional, la gauche a gagné 3 voix mais la droite (+FN) en a perdu 4.
D'où un différentiel de 70 voix qui pourrait porter la gauche à 310 voix, la droite demeurant à hauteur de 670.
Toutes les divisions sont donc autorisées pour cette dernière lors du premier tour.
Les chances de Nathalie GOULET ne me semblent pas minces en vue de sa réélection : à travers l'élection de nombreux nouveaux élus municipaux, on retrouve en particulier des candidates...qui se sont opposées à des tenants du système Lambert et se sont proposées sous le signe d'une évolution de la gestion de leurs communes marquée par "un nouvel élan", "davantage de solidarité","l'ouverture"...traduisant l'essoufflement dudit système et un changement de génération : sans qu'elles aient l'exclusivité de cette démarche....D'où mon sentiment que la sénatrice pourrait trouver parmi ces élu(e)s un vivier de voix.
Sentiment renforcé, si on ajoute que des centristes ont repris le dessus sur l'UMP à l'Aigle notamment ou sur le PS à Belleme...
Lorsque "l'homme fort" d'un département disparaît de la scène (le système commençait bien à montrer des faiblesses , ex. la fuite d'Alençon 3 vers Putanges où l'élection ne fut pas glorieuse) tous ceux qui devaient le supporter tournent d'autant mieux la page, laissant de côté les "fidèles" qui apparaissent comme des nostalgiques.
S'étant démarquée à temps sans y avoir été conduite par de l'opportunisme suite à l'effacement d'Alain LAMBERT, Nathalie GOULET me semble avoir ajouté une chance supplémentaire à sa réélection.
Bertrand SALVAT
SALVAT
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 4922
Inscription: Dim 8 Nov 2009 22:13
Messages : 1 (détails)

Re: Les sénatoriales dans l'Orne

Messagede SALVAT » Ven 31 Déc 2010 19:27

le tableau que j'avais composé s'est retranscrit après envoi du post de façon malheureuse et difficilement compréhensible.
Help pour le rétablir à notre administrateur !
Bertrand SALVAT.
SALVAT
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 4922
Inscription: Dim 8 Nov 2009 22:13
Messages : 1 (détails)

Re: Les sénatoriales dans l'Orne

Messagede vincent » Dim 2 Jan 2011 12:21

SALVAT a écrit:le tableau que j'avais composé s'est retranscrit après envoi du post de façon malheureuse et difficilement compréhensible.
Help pour le rétablir à notre administrateur !

Et voilà !
vincent
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 2687
Inscription: Ven 12 Déc 2008 21:37

Re: Les sénatoriales dans l'Orne

Messagede vudeloin » Sam 8 Jan 2011 15:13

La candidature Goulet va sans doute troubler quelque peu le jeu, d'autant que le département a, à la surprise générale, voté à gauche aux régionales, ce qui n'avait jamais du lui arriver.

En meme temps, le fait est que les principales villes de l'Orne sont aujourd'hui à gauche et qu'un scénario type Ille et Vilaine est peut etre envisageable sur la durée, avec une sorte de mouvement de " tache d'huile " qui gagnerait peu à peu les cantons ruraux. Les positions de la droite sont, cependant, particulièrement fortes dans le Perche et très nettement suffisantes pour assurer à la droite la majorité des votes sénatoriaux.

Mais, encore une fois, que va t il se passer avec la candidature Goulet, d'autant que cette sénatrice pour le moins originale est très présente localement ?
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Les sénatoriales dans l'Orne

Messagede Jean-Philippe » Sam 8 Jan 2011 15:22

vudeloin a écrit:le fait est que les principales villes de l'Orne sont aujourd'hui à gauche et qu'un scénario type Ille et Vilaine est peut etre envisageable sur la durée, avec une sorte de mouvement de " tache d'huile " qui gagnerait peu à peu les cantons ruraux.


La différence fondamentale avec l'Ille-et-Vilaine, c'est que la périurbanisation autour de Rennes s'est diffusée à près de la moitié du département et que le département breton connaît une forte dynamique démographique ce qui est très loin d'être le cas de l'Orne. L'Orne se rapproche davantage de la Mayenne pour ce qui est de son évolution politique.
Sur plusieurs décennies, on ne peut exclure totalement une gauche majoritaire deux scrutins de suite, mais on en est loin.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 9132
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Re: Les sénatoriales dans l'Orne

Messagede vudeloin » Sam 8 Jan 2011 15:46

Oui et Moulinex n'est pas Citroen :)
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Les sénatoriales dans l'Orne

Messagede maxxx » Jeu 13 Jan 2011 20:14

Un début de réponse vient d'être dévoilé au niveau des candidatures à droite avec celle de Jean-Pierre Gérondeau

Le conseiller général du canton de Rémalard, l’UMP Jean-Pierre Gerondeau, était pressenti pour être le candidat UMP de l’Orne au Sénat. Selon nos informations, il a bien présenté sa candidature samedi 8 janvier au comité départemental de l’UMP Orne, en succession du sénateur Alain Lambert démissionnaire du Sénat depuis son entrée à la cour des comptes. Ce sont les instances nationales de l’UMP qui trancheront. Installé dans le Perche depuis 1976, Jean-Pierre Gerondeau, fort de 24 années de fonctions électives, a milité au RPR. Il siège depuis 14 ans au conseil général de l’Orne et préside le Parc du Perche où il a été réélu en avril 2010. Jean-Pierre Gerondeau fait partie de la majorité départementale. Son prédécesseur au canton de Rémalard était déjà parlementaire : c’était le sénateur Olivier.


http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Jean-Pierre-Gerondeau-candidat-UMP-au-Senat_40771-1653809-pere-bno_filDMA.Htm
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 20:20

Re: Les sénatoriales dans l'Orne

Messagede stephed » Jeu 13 Jan 2011 22:31

Je pense qu'il peut y avoir une candidature de Gilles de Courson si alain lambert reste président du conseil général mais il est auusi du perche comme la majorité des candidats potentiels!
stephed
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 3396
Inscription: Mar 21 Sep 2010 09:47
Localisation: Toulouse

Suivante

Retourner vers Élections sénatoriales de 2011

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Guide de l'élu délégué aux sports

Patrick Bayeux

Aucune obligation n'incombe aux communes en matière de politique sportive. En effet, le sport a cette particularité de n'avoir fait l'objet d'une répartition de compétences ni dans les lois de décentralisation, ni même dans la loi sur le sport...

Découvrir l'ouvrage

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité