Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Les cantonales en Meurthe-et-Moselle

Chambre de discussion sur les élections cantonales qui seront organisées en mars 2011 et visant au renouvellement de la moitié des conseillers généraux.

Les cantonales en Meurthe-et-Moselle

Messagede Jean-Philippe » Mer 15 Sep 2010 18:35

Dans [environ] 6 mois, les électeurs seront (...) appelés à renouveler la moitié des 44 conseillers généraux du département.

Ces élections seront d’autant plus marquantes qu’elles seront les dernières sous la forme actuelle. La réforme des collectivités territoriales substituera en effet, à partir de 2014, des conseillers territoriaux aux actuels conseillers généraux et régionaux. De ce fait, les 22 conseillers généraux qui seront élus en 2011 ne le seront que pour un mandat de 3 ans.

Au niveau politique, si ces élections seront l’occasion pour les différents partis (et candidats potentiels) de se jauger, notamment avant les élections sénatoriales de l’automne 2011, il a peu de chance de voir la majorité départementale changer de main.

Avec 32 élus de gauche, le président Dinet, qui a par ailleurs été chargé par Martine Aubry de la plateforme nationale de ces élections, est quasi-assuré de retrouver confortablement son siège (ce qui ne signifie néanmoins pas qu’il entende le garder jusqu’en 2014…).

La composition de sa majorité ne sera cependant pas nécessairement identique à celle issue du renouvellement partiel de 2008 (soit 24 élus pour le groupe socialiste et 8 pour le groupe communiste). En effet, les sièges de 5 des 8 élus communistes (qui – à une exception – sont élus dans l’arrondissement de Briey) seront à renouveler. Or, rien ne permet d’affirmer que le Parti socialiste ne leur opposera pas, au premier tour, un candidat, et ce d’autant plus que les élus d’extrême gauche se sont montrés quelque peu frondeurs ces derniers temps, en particulier sur l’épineux dossier Skylander.

Les Verts auront également à cœur de montrer les muscles : ils ont déjà annoncé qu’ils présenteraient des candidats. Mais de là à avoir des élus…

De son côté, l’opposition UMP n’aura que 4 sièges (sur les 10 qu’elle détient) à défendre lors de ces élections partielles. Eu égard au contexte politique national, rien ne permet d’assurer qu’ils seront conservés. Quant à en gagner…

Il n’est de surcroît pas exclu que les candidats UMP soit concurrencés par des candidats du Nouveau Centre en mal de reconnaissance et d’émancipation, voire par quelques candidats du MoDem (à supposer que ce parti soit encore en mesure d’envoyer au casse-pipe des militants, comme il le fait régulièrement depuis 2007).

Le FN présentera également des candidats.


http://raphaelvuitton.wordpress.com/2010/09/03/cantonales-2011-etat-des-lieux-en-meurthe-et-moselle/

En 2004, la majorité départementale de gauche avait gagné 8 sièges, ne perdant que le canton d'Arracourt (le sortant, élu comme DVD en 1998, avait rallié la précaire majorité du président Dinet en 2001 et a été battu par un autre élu de droite). Le Modem a un sortant à Badonviller.

Les sièges de gauche potentiellement menacés (sans regarder les résultats, mais les élus des dernières années) sont Jarville-la-Malgrange, Lunéville-Nord, Nancy-Sud, Pont-à-Mousson, Toul-Sud.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 9035
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Re: Les cantonales en Meurthe-et-Moselle

Messagede pierrot » Sam 18 Sep 2010 20:53

les sièges de 5 des 8 élus communistes (qui – à une exception – sont élus dans l’arrondissement de Briey) seront à renouveler.


Si l’implantation des élus de sensibilité communiste dans le nord du département reste forte, plusieurs d'entre eux (maires et conseillers généraux) ne sont plus membres du PCF. Ils sont rassemblés au sein de la Gauche Solidaire du Pays-Haut.
Cette implantation locale se mesure par les 18-19% de Laurent Righi, qui peut être considéré comme un leader de la GSPH, aux législatives des 2002 et 2007 dans la 7ème circonscription. A comparer aux 8,6% de Hue et 5% de Buffet lors des présidentielles précédant immédiatement ces deux scrutins dans la circonscription

A noter que lors des dernières régionales, la GSPH, tout comme les militants de la section PCF du Pays Haut, n'ont pas suivi les instances officilelles du PCF en refusant l'alliance sur la liste du PS Masseret dès le premier tour et en soutenant la démarche du Front Lorrain de Gauche avec le PG, la FASE... Cette liste a d’ailleurs atteint les 11,46% dans la 7ème circonscription (contre 3% au niveau regional).
pierrot
 
Messages: 1638
Inscription: Ven 7 Mai 2010 19:44
Messages : 3 (détails)

Re: Les cantonales en Meurthe-et-Moselle

Messagede pierrot » Sam 11 Déc 2010 15:31

Cantonales : la fébrilité gagne les états-majors
[…]

Le panache blanc de Dinet
Depuis sa conquête surprise en 1998 de la présidence de la Meurthe-et-Moselle, Michel Dinet (PS) n’a cessé d’y gagner en influence. En mars, sa majorité remettra en jeu 17 sièges (12 PS, 5 PC), dont le sien pour lequel il repartira à Colombey-les-Belles, contre 5 sièges à la droite – sur 44 cantons. Cette confortable avance, Dinet s’en méfie comme d’un faux frère : « Surtout ne pas baisser la garde », prévient le boss. « Un patron, une équipe, un projet », exhorte-t-il, en guise de panache blanc.
En face, André Rossinot ne fait pas mystère de sa volonté de mettre le paquet sur les trois cantons nancéiens en compétition. Le maire de Nancy y pousse au combat ses adjoints : Jérôme Marchand-Arvier face à Mathieu Klein élu en 2004 sur Nancy Nord, Valérie Levy-Jurin contre Dominique Olivier sur Nancy Est et Patrick Baudot face à Nicole Creusot sur Nancy Sud. « Cette stratégie de la territorialisation répond à notre volonté de regagner nos positions, pouce par pouce », analyse Jean-François Husson, élu non renouvelable de Nancy-Ouest et président du groupe UMP au Département.
Mathieu Klein ne doute pas devoir en découdre : « Avec 17 sortants contre 5 pour la droite, nous avons plus à perdre qu’à gagner », calcule-t-il.
[…]

Source : Le Républicain Lorrain
Xavier BROUET.
Publié le 11/12/2010
pierrot
 
Messages: 1638
Inscription: Ven 7 Mai 2010 19:44
Messages : 3 (détails)

Re: Les cantonales en Meurthe-et-Moselle

Messagede gauchedecombat » Lun 27 Déc 2010 11:05

Les cantonales de 2011 ne voient pas moins de 8 candidats pour Lunéville Nord (conseiller sortant : Philippe Fleurantin). Il aurait donc été souhaitable pour ce qui concerne les responsabilités de la majorité départementale, que Michel Dinet pardonne les erreurs du passé du candidat sortant, plutôt que de laisser deux candidats du même bord se bouffer le nez... Ceci d'autant plus que celui nommément désigné par le ps ne lui fait pas vraiment honneur...
gauchedecombat
 
Messages: 1
Inscription: Lun 27 Déc 2010 10:58

Re: Les cantonales en Meurthe-et-Moselle

Messagede marc joseph » Lun 27 Déc 2010 18:06

serait_il possible de savoir quels sont ces candidats ou au moins quelles formations selancent dans la bataille ?
merci d'avance
marc joseph
 
Messages: 149
Inscription: Lun 21 Déc 2009 20:45

Re: Les cantonales en Meurthe-et-Moselle

Messagede pierrot » Mar 28 Déc 2010 16:02

marc joseph a écrit:serait_il possible de savoir quels sont ces candidats ou au moins quelles formations selancent dans la bataille ?
merci d'avance


Quelques éléments de réponse :

Cantonales 2011 : les divisions de Lunéville

Source : Raphaël Vuitton
19 décembre 2010

Lors des élections cantonales de 2008, la division de la gauche avait permis, à la suite d’une triangulaire au second tour, l’élection du candidat UMP, Michel Baumont dans le canton de Lunéville Sud. Le même scénario va-t-il se reproduire en 2011 sur le canton voisin de Lunéville Nord ? Tout laisse à penser que ce n’est pas improbable.

En effet, le PS a certes fait le choix de la rénovation en désignant un très jeune candidat de 28 ans, Grégory Grandjean, secrétaire de la section PS de Lunéville, ancien conseiller municipal sous l’ère de Michel Closse, et assistant parlementaire (à mi temps) de Jean-Yves Le Déaut. Cependant, le conseiller général sortant, Philippe Fleurentin, entendrait également se présenter pour effectuer un second mandat. A ce risque de division à gauche, le candidat socialiste « officiel » répond par une formule, rapportée par la presse, tant laconique que vide de sens, faisant valoir que « ce sont les partis politiques qui sont en capacité de proposer une réponse concrète aux difficultés quotidiennes des citoyens, à la casse des services publics et de la solidarité nationale » . Ce sont donc les résultats du premier tour qui départageront les candidats socialistes. Mais quid dans l’hypothèse où Philippe Fleurentin distance nettement Grégory Grandjean ? Ce serait sans nul doute un échec cuisant pour l’appareil socialiste départemental, et un revers personnel pour Jean-Yves Le Déaut et Michel Dinet, respectivement, employeur et président du comité de soutien du candidat officiel. Par ailleurs, si, comme en 2004, l’extrême gauche présente deux candidats et que les écologistes se lancent également dans la bataille, la division à gauche sera totale et le risque d’échec proportionnellement accru.

Du côté de la droite, l’unité n’est pas totalement de mise. Jacques Lavoil, conseiller municipal d’Einville-au Jard et délégué intercommunal à la communauté de communes du Sânon, et Brigitte Fleurantin, adjointe au maire de Lunéville (et quasi-homonyme du conseiller général sortant), composeront le ticket qui se présentera aux suffrages sous l’étiquette « divers droite ». Ils bénéficieront de l’appui du député-maire UMP de Lunéville, Jacques Lamblin. Mais ils devraient être concurrencés, au centre droit, par Pierre-Jean Courbey, un des rares candidats que présentera le Nouveau Centre dans le département. Ce chirurgien, issu des rangs de l’UDF et du MoDem, fut le suppléant de Luc Binsinger lors des élections législatives de 2007. Il avait également été candidat en 2008 aux élections municipales sur la liste « Lunéville ville nouvelle » , cette liste n’obtenant que 12% des voix. A noter que la candidature de Pierre-Jean Courbey a donné lieu à d’âpres discussions entre l’UMP et le Nouveau Centre, ce dernier parti entendant « fermement » présenter son candidat sur ce canton. Cette division de la droite et du centre droit ne devrait pas être accentuée par le MoDem, qui ne sera pas – selon toute vraisemblance – en mesure de présenter un candidat sur ce canton, détenu par l’UDF pendant près de 20 ans. Du côté de l’extrême droite, une candidature semble en revanche probable.

Ce n’est donc pas moins d’environ 8 candidats qui pourraient potentiellement être présents au premier tour de scrutin des élections cantonales de mars 2011 dans le canton de Lunéville Nord.

Nota : les noms de domaine lunevillenord.fr et lunevillenord.com ont été réservés par Grégory Grandjean dès juillet 2010. Son site de campagne n’est cependant pas encore en ligne.


Pour compléter le comparaison avec le canton de Lunéville Sud en 2008, voici les résultats de ce scrutin typique de la triangulaire fratricide (la gauche avait plus de 52% au premier tour) :

1er tour
=======
I 15 790
V 9 986
E 9 445

Michel BAUMONT (UMP) 2 815 voix 29,80%
Michel LAURENT (PS) 2 344 voix 24,82%
Jean Marc VILLEMIN (DVG) 1 947 voix 20,61%
Jean-Luc MANOURY (FN) 1 089 voix 11,53%
Nassima FAÏQ (PCF) 637 voix 6,74%
Romuald NOSSE (Modem) 613 voix 6,49%

2ème tour
========
I 15 790
V 7 882
E 7 533

Michel BAUMONT (UMP) 3 252 voix 43,17%
Michel LAURENT (PS) 2 672 voix 35,47%
Jean Marc VILLEMIN (DVG) 1 609 voix 21,36%
pierrot
 
Messages: 1638
Inscription: Ven 7 Mai 2010 19:44
Messages : 3 (détails)

Re: Les cantonales en Meurthe-et-Moselle

Messagede pierrot » Mar 28 Déc 2010 16:20

Autre article intéressant sur le blog de Raphaël Vuitton :

Cantonales 2011 : les écologistes à la trappe ?


Lors des élections cantonales de 2004, les Verts n’avaient présenté, en Meurthe-et-Moselle, que 4 candidats, respectivement dans les cantons de Conflans-en-Jarnisy, Nancy Est, Nancy Nord et Nancy Sud, alors que 22 cantons étaient renouvelables. Ceux-ci le seront à nouveau en mars 2011.

Parmi ces candidats écologistes, aucun n’avait dépassé la barre des 10% des voix au 1er tour : 6,4% à Conflans-en-Jarnisy, 9,6% à Nancy Est, 7,7% à Nancy Nord, et 8,2% à Nancy Sud. Quant à celui qui avait réalisé le meilleur score, à savoir Serge Billon sur le canton de Nancy Est, il est, depuis lors, passé à la gauche extrême dans sa version dite alternative(1).

Nonobstant cette situation, les Verts ont annoncé, pendant l’été, qu’ils présenteraient des candidats aux élections cantonales de l’année prochaine, leur score aux élections régionales (9,25% pour le département et 13,2% pour la ville Nancy) les ayant certainement incité en ce sens. A cette fin, des tractations auraient eu lieu entre les Verts et le PS , afin que certains cantons soient « laissés » aux écologistes sans concurrence socialiste au 1er tour. Force est toutefois de constater que, comme dans de nombreux autres départements, ces tractations ont échoué : des candidats socialistes seront en effet présents au 1er tour dans tous les cantons de Meurthe-et-Moselle renouvelables en 2011.

Dans ces conditions, il est acquis que les écologistes n’auront aucun élu dans la future assemblée départementale. En effet, il n’apparait pas probable qu’un candidat écologiste arrive en tête des candidats de gauche au 1er tour et bénéficie, par conséquent, du désistement républicain de ses partenaires pour le 2d. Les candidatures vertes seront donc des candidatures de témoignage.

Mais qui seront ces candidats ? Difficile à dire, les candidatures envisagées n’ayant pas encore été rendues publiques par les Verts. Il semble néanmoins probable que Frédéric Maguin se présentera à nouveau sur le canton de Nancy Sud. Par ailleurs, eu égard à sa place dans la liste présentée aux élections régionales, il apparait envisageable que Pierre Christophe succède à Solange Ducamin dans la bataille électorale du canton de Nancy Nord. Quant au canton de Nancy Est, pourquoi ne pas envisager une candidature de Jacqueline Fontaine, vice-présidente du Conseil régional ?

Quoiqu’il en soit, n’ayant aucun élu dans l’assemblée départementale, les écologistes de Meurthe-et-Moselle n’auront rien à perdre lors du prochain scrutin cantonal. Ce dernier sera toutefois le moyen de jauger les forces en présence dans la perspective des élections sénatoriales de l’automne 2011 et, le cas échéant, de réserver aux écologistes une place éligible sur une liste d’union de la gauche. Tel ne sera pas le cas en Moselle, où, les négociations ayant échoué, les Verts présenteront une liste autonome du PS aux sénatoriales, qui devrait être dirigée par Marie-Anne Isler Béguin, ressortie du placard pour l’occasion.

Reste une dernière inconnue : l’attitude de CAP 21, le micro-parti de Corinne Lepage. Divorcé du MoDem mais cocufié, au niveau national, par son amant Europe Écologie, sera-t-il en mesure de présenter des candidats ? Et pourquoi pas en lien avec les Verts, avec qui l’entente reste cordiale au niveau local (tel sera le cas, par exemple, en Côte d’Or) ?

PS du 22/12/2010 : Europe Écologie – Les Verts Meurthe-et-Moselle (EELV) a confirmé sa participation aux élections cantonales de manière autonome. Ce parti présentera (ou soutiendra) des candidat(e)s dans la plupart des cantons dont le siège est à renouveler. Plusieurs candidats ont déjà été désignés : Michel Claire à Haroué, Pierre Christophe à Nancy-Est, Vincent Herbuvaux à Nancy-Sud, Marie-Neige Houchard à Saint-Nicolas-de-Port, Frédéric Dallé à Seichamps. La candidature de Pierre Christophe constitue une surprise étant donné qu’il était attendu sur le canton de Nancy-Nord. Il en va de même de celle de Vincent Herbuvaux à Nancy-Sud, où était attendu Frédéric Maguin.


(1) Pour être précis il s'agit de la Gauche Alternative 54
pierrot
 
Messages: 1638
Inscription: Ven 7 Mai 2010 19:44
Messages : 3 (détails)

Re: Les cantonales en Meurthe-et-Moselle

Messagede pierrot » Sam 1 Jan 2011 21:48

Dans le canton de Conflans-en-Jarnisy, la sortante Évelyne Didier (PCF) par ailleurs sénatrice-maire du chef-lieu a annoncé officiellement qu'elle ne se représentait pas (Le Républicain Lorrain du 23/12/10).
Le siège communiste sera défendu par Olivier Tritz, 38 ans. Il est 1er adjoint au maire de Jarny, la principale commune du canton en nombre d'habitants. Il était candidat sur la liste officielle PS-PCF de JP Masseret aux dernières régionales et n'avait donc pas choisi de participer à l'aventure du Front Lorrain de Gauche comme bon nombre d'élus communistes ou apparentés du nord du département . Sa suppléante sera Manuela Ribeiro enseignante et syndicaliste SUD bien connue sur le secteur.

Autant le maintien du canton à gauche semble plus que probable, autant les résultats du premier tour de 2004 démontre que la menace socialiste est bien réelle pour le PC (150 voix d'écart). Surtout avec un candidat non-sortant ayant une notoriété moindre que la sénatrice E. Didier, même si le soutien de cette dernière et celui du maire communiste de Jarny Jacky Zanardo devraient l'aider.
A noter qu'en 2004, le candidat de droite n'avait pu se maintenir au second tour qu'en franchissant de peu la barre des 10% de inscrits (avec un FN élevé) relevée depuis à 12,5% . La candidate socialiste arrivée deuxième s'est désistée.

1er Tour 2004
I 14 203
V 8 472
E 8 135

Evelyne DIDIER (PCF) 2 400 voix 29,50%
Céline HENQUINET (PS) 2 251 voix 27,67%
M. Michel KLEIN (DVD) 1 590 voix 19,55%
Christine CHRISTOPHE (FN) 995 voix 12,23%
J.Paul OLIVIER (Verts) 524 voix 6,44%
Christian MINARY (PT) 375 voix 4,61%

2ème Tour 2004
I 14 203
V 8 897
E 8 223

Evelyne DIDIER (PCF) 5 423 voix 65,95%
M. Michel KLEIN (DVD) 2 800 voix 34,05%
pierrot
 
Messages: 1638
Inscription: Ven 7 Mai 2010 19:44
Messages : 3 (détails)

Re: Les cantonales en Meurthe-et-Moselle

Messagede Christophe54 » Mer 12 Jan 2011 15:10

Sur le canton de Saint-Nicolas-de-Port, on devrait trouver à gauche le conseiller général socialiste sortant, Jean-Claude Pissenem, une candidate d'Europe Ecologie Marie-Neige Houchard et probablement un candidat du Front de Gauche et un d'extrême gauche.

A droite Jean-François Guillaume, maire de Ville-en-Vermois et conseiller régional sera le candidat UMP dans le but d'obtenir unn 3éme mandat qu'il pourra cumuler avec les autres vu que Ville-en-Vermois est une ville de moins de 3500 habitants, on trouvera aussi Sébastien Nantz, candidat gaulliste soutenu par le MoDem qui était sur la liste de Luc Binsinger aux dernières municipales, le Front National devrait envoyer un de ses représentants et comme d'habitude un parachuté lol.

Résultats 1er tour 2004

Inscrits 18 778
Votants 11 523
Exprimés 11 083

M. Jean ROJ (DIV) 471 4,25% BAT
Mme Evelyne PITON (FN) 1 566 14,13% BAT
M. Luc BINSINGER (DVD) 2 105 18,99% BAL
M. J.Claude PISSENEM (PS) 3 769 34,01% BAL
M. Henri WALD (PC) 305 2,75% BAT
M. J.François GUILLAUME (UMP) 2 268 20,46% BAL
M. Jacques LACREUSE (EXG) 599 5,40% BAT

Résultat 2ème tour 2004

Inscrits 18 773
Votants 12 136
Exprimés 11 586

M. Luc BINSINGER (DVD) 2 655 22,92% BAT
M. J.Claude PISSENEM (PS) 5 634 48,63% ELU
M. J.François GUILLAUME (UMP) 3 297 28,46% BAT
Christophe54
 
Messages: 4
Inscription: Mer 12 Jan 2011 14:30

Re: Les cantonales en Meurthe-et-Moselle

Messagede maxxx » Mer 12 Jan 2011 15:48

Il me semble au passage que Jean-François Guillaume est le fils de François Guillaume, 78 ans, l'ancien député (1993-2007) de la circo de Lunéville, une figure essentielle du monde agricole car il fut président de la FNSEA de 1979 à 1986, date à laquelle il est entré au gouvernement à l'appel de Jacques Chirac. Il fut par ailleurs député européen de 1989 à 1994.

Pour l'anecdote, François Guillaume fut sinon le du moins l'un des élu(s) les moins bien élus en 1997, en étant reconduit dans sa circonscription pour 12 petites voix (50.01%). La droite avait à cette époque conservé deux sièges, tous deux d'extrême justesse (Claude Gaillard, l'autre député de droite réélu dans le 54, n'avait conservé son siège que pour 24 voix, avec 50.02%).
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 20:20

Suivante

Retourner vers Élections cantonales de 2011

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Petit guide du protocole local

Fabrice Jobard

Ce « Petit guide du protocole local » s'appuie sur les formations animées depuis plus de dix ans par Fabrice Jobard, qui est reconnu comme un des plus grands spécialistes français des questions protocolaires. Accessible et opérationnel, l'ouvrage...

Découvrir l'ouvrage

Petit guide du protocole local

Fabrice Jobard

Ce « Petit guide du protocole local » s'appuie sur les formations animées depuis plus de dix ans par Fabrice Jobard, qui est reconnu comme un des plus grands spécialistes français des questions protocolaires. Accessible et opérationnel, l'ouvrage...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités