Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Les cantonales en Gironde

Chambre de discussion sur les élections cantonales qui seront organisées en mars 2011 et visant au renouvellement de la moitié des conseillers généraux.

Les cantonales en Gironde

Messagede Zimmer » Sam 4 Sep 2010 07:08

Un article de Sud Ouest concernant les prochaines élections cantonales dans le département de la Gironde :

4 septembre 2010 06h00 | Par Hervé Mathurin

Des poids lourds en piste pour trois ans de mandat
Trente et un cantons seront renouvelables en mars 2011 pour ce qui sera la dernière élection avant la présidentielle. Et peut-être la dernière cantonale.

Ce n'est certes pas la préoccupation première des Girondins mais les élections cantonales de mars 2011 n'en seront pas moins les dernières avant la présidentielle de 2012. Elles éclaireront donc l'échiquier politique d'une manière beaucoup plus crue que les actuels sondages.

Il s'agira peut-être des ultimes du genre puisque les conseillers élus ou réélus (rappelons que le Conseil général est renouvelé de moitié tous les trois ans) ne le seront plus pour six ans mais pour trois ans. En effet, la réforme des collectivités territoriales fait fusionner conseillers régionaux et généraux en « territoriaux » à partir de 2014 (ils seront alors 79 en Gironde). Mais cette révolution s'accompagne d'un redécoupage des cantons actuels, dont la population minimum devra être de 15 000 habitants. Reste à savoir si, en cas de changement de majorité en 2012, ce principe serait maintenu.

Madrelle repart

En attendant, il faudra bien en passer par ces élections avec 31 cantons renouvelables. Des « poids lourds » devront en principe se présenter devant les électeurs. C'est le cas du sénateur-président Philippe Madrelle à Carbon-Blanc, des députés Philippe Plisson (Saint-Ciers) et Michèle Delaunay (Bordeaux 2), du sénateur Gérard César à Pujols, du maire d'Arcachon Yves Foulon, du leader de l'UMP à l'assemblée Yves d'Amécourt (Sauveterre), des vice-présidents du Conseil général Gilles Savary (Talence), Gilbert Mitterrand (Libourne), Bernard Dussaut (Monségur), Jacques Respaud (Bordeaux 6), Isabelle Dexpert (Villandraut), Alain Marois (Guîtres), Martine Faure (Auros), Édith Moncoucut (Pessac 2), Jean-Luc Gleyze (Captieux), Jean-Jacques Paris (Bègles) et Yves Lecaudey (Castelnau).

En fait, ce dernier mais aussi sans doute Gérard César (qui laisse encore planer l'incertitude) et peut-être Bernard Dussaut ne se représenteront pas. Les autres conseillers renouvelables sont Christian Gaubert à Audenge, Vincent Nuchy à Belin-Béliet, Pierre Lothaire à Bordeaux 8, Max Jean-Jean à Bourg, Christian Mur à Branne, Hervé de Gabory à Cadillac (qui devrait passer la main), Alain David à Cenon, Jean-Pierre Soubie à Floirac, Bernard Fath à La Brède, Jacques Fergeau à Mérignac 2, Sébastien Hournau à Pauillac, Henri Laurent à Saint-Laurent-de-Médoc (qui serait écarté), Michel Hilaire à Saint-Macaire et Philippe Carreyre à Saint-Symphorien.

Tous sont socialistes ou apparentés sauf Yves Foulon, Yves d'Amécourt, Pierre Lothaire et Gérard César (UMP), Jean-Jacques Paris et Michel Hilaire (PC).

Incertitude pour Mitterrand

Par ailleurs, le PS a réservé huit cantons à des femmes : Arcachon, Pessac, Villandraut, Pujols, Bordeaux 2 et 8, Saint-Macaire et Castelnau. Le cas de Libourne reste en suspens, selon que Gilbert Mitterrand se présentera ou non à la future communauté de communes, ce qui entraînerait un cumul des mandats.

http://www.sudouest.fr/2010/09/04/des-poids-lourds-en-piste-pour-trois-ans-de-mandat-176454-662.php
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

Re: Les cantonales en Gironde

Messagede Jean-Philippe » Sam 4 Sep 2010 22:23

Sur ces 31 cantons renouvelables, l'UMP n'a que 4 sortants (après avoir perdu un siège de cette série en 2009 à Belin-Béliet).
Les 27 autres sont PS sauf ceux de Bègles et de Saint-Macaire (au PC), Saint-Symphorien (élu comme DVG face à un PS, noté aujourd'hui comme PS) et Floirac (DVG, élu face à des socialistes en 1998 et 2004). En 1998, la gauche avait gagné 11 sièges et 4 supplémentaires en 2004.

La droite peut notamment espérer reprendre Belin-Béliet, Audenge, Bordeaux 2 et Saint-Laurent-Médoc (traditionnellement de droite jusqu'à 2004). A Saint-Laurent-Médoc, le sortant PS n'est plus maire du chef-lieu.
Les écolo pourraient percer, notamment à Bègles où le sortant PC (depuis 1985) pourrait perdre son siège. A Bordeaux, ils pourraient devancer le PS dans certains cantons où celui-ci n'a pas de sortant candidat.

Au conseil général, la droite a 12 élus (11 UMP), CPNT un (non inscrit), le Modem 1 (dans l'opposition), 3 PC, un DVG, 45 PS.

2011 devrait marquer au minimum la fin de la chute de la droite, mais le poids de la gauche dans les municipalités de toutes tailles permettront pas de revenir à la situation de 1985 où la droite avait pris pour 3 ans la présidence du conseil général. EN octobre 1993, suite à une partielle (canton du Bouscat-Bruges), la gauche est minoritaire en sièges mais Madrelle se maintient jusqu'au renouvellement de 1994 qui le conforte.

A noter que le président Madrelle est élu depuis 1969 (l'une des plus grande longévité de France à ce mandat) et qu'il préside le conseil général depuis 1976 (sauf pendant 3 ans entre 1985 et 1988).
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 9007
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Re: Les cantonales en Gironde

Messagede Zimmer » Mar 5 Oct 2010 06:25

Le PS relance les sortants
5 octobre 2010 06h00 | Par HERVÉ MATHURIN

Les socialistes ont désigné, hier soir, leurs candidats pour l'élection de mars 2011. Pas de grosses surprises, avec une prime à l'expérience et des femmes en minorité.

Masculine (22 hommes pour 7 femmes), expérimentée (20 conseillers sortants relancés) et quasi complète (seuls manquent les candidats de Libourne et Saint-Laurent de-Médoc) : telles sont les grandes lignes de la liste des candidats socialistes pour les cantonales de mars 2011, pour ce qui concerne la moitié renouvelable (31 cantons).

Ainsi en a décidé, hier soir, le conseil fédéral du PS au terme d'une procédure interne qui a permis aux militants de se prononcer le 30 septembre dernier.

S'agissant de la parité, le PS a encore quelques progrès à accomplir pour féminiser le Conseil général, ce qui est paradoxal dans un parti qui met souvent cette thématique en avant. L'exemple d'Auros en fait foi : la députée Martine Faure, vice-présidente sortante, ne se représente pas mais c'est le maire de Pondaurat, et président de la Communauté de communes, Francis Zaghet, qui est promu.

LA LISTE

Arcachon : Marlène Peyrutie ; Audenge : Christian Gaubert (Sortant) ; Auros : Francis Zaghet ; Bègles : Jacques Raynaud ; Belin-Beliet : Vincent Nuchy (S) ; Bordeaux 2 : Michèle Delaunay (S) ; Bordeaux 6 : Jacques Respaud (S) ; Bordeaux 8 : Béatrice Desaigues ; Bourg : Max Jean-Jean (S) ; Branne : Christian Mur (S) ; Cadillac : Guy Moreno ; Captieux : Jean-Luc Gleyze (S) ; Carbon-Blanc : Philippe Madrelle (S) ; Castelnau : Pascale Got ; Cenon : Alain David (S) ; Floirac : Jean-Pierre Soubie (S) ; Guîtres : Alain Marois (S) ; La Brède : Bernard Fath (S) ; Libourne : en réserve ; Mérignac 2 : Jacques Fergeau (S) ; Monségur : Bernard Dussaut (S) ; Pauillac : Sébastien Hournau (S) ; Pessac 1 : Edith Moncoucut (S) ; Pujols : Marie-Emilie Salette ; Saint-Ciers-sur-Gironde : Philippe Plisson (S) ; Saint-Laurent-de-Médoc : en réserve ; Saint-Macaire : Bruno Tauzin ; Saint-Symphorien : Philippe Carreyre (S) ; Sauveterre-de-Guyenne : Daniel Barbe ; Talence : Gilles Savary (S) ; Villandraut : Isabelle Dexpert (S).

De même à Cadillac, siège laissé vacant par Hervé de Gabory, le maire de Lestiac, Guy Moreno, a été désigné.

En revanche, la maire de Pujols, Marie-émilie Sallette, se voit offrir une belle occasion de ravir un siège à la droite (celui de Gérard César) face à une autre femme, Liliane Poivert, maire de Saint-Pey-de-Castets, pour un duel féminin qui promet.

Comme prévu, le PS aligne quatre parlementaires, Philippe Madrelle, Philippe Plisson, Michèle Delaunay (tous sortants) mais aussi Pascale Got sur le siège détenu par Yves Lecaudey, retraité d'une administration dont il connaît tous les rouages.

À remarquer aussi l'envoi au feu du maire de Blasimon, Daniel Barbe, face à un autre jeune loup (de droite) Yves d'Amécourt : un duel que Philippe Madrelle suivra avec une attention particulière…

Concernant le canton de Libourne, le PS se donne un peu de marge pour ne pas trop faciliter la vie de la droite, alors que la querelle sur la communauté de communes bat son plein. Mais tout laisse penser que Gilbert Mitterrand ne se représentera pas… et que son canton sera réservé à une femme. Un léger rééquilibre.

http://www.sudouest.fr/2010/10/05/le-ps-relance-les-sortants-203543-658.php
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

Re: Les cantonales en Gironde

Messagede Zimmer » Jeu 4 Nov 2010 08:38

Mars s'annonce chaud
4 novembre 2010 06h00 | Par HERVÉ MATHURIN

À cinq mois des élections, plusieurs cantons apparaissent indécis et peuvent même basculer. Revue de détail.

Ce n'est pas parce que les élections cantonales 2011 ont lieu les 20 et 27 mars que les états-majors politiques n'ont pas commencé à se mettre en campagne. Ce n'est pas non plus parce que le mandat a été réduit de six ans à trois ans (réforme territoriale oblige) pour ce renouvellement de moitié (31 cantons sur 62) que les candidats sont moins impatients d'en découdre.

D'ores et déjà, de vrais « points chauds » apparaissent sur l'échiquier politique girondin. État des lieux.

1 Bordeaux : Michèle Delaunay risque tout

Trois cantons sont renouvelables. Si Pierre Lothaire devrait être réélu sans problème à Caudéran (Bordeaux 8), l'affaire apparaît beaucoup plus indécise sur les deuxième et sixième cantons. Sur le deuxième, la sortante Michèle Delaunay est opposée à l'UMP Anne-Marie Cazalet, maire adjointe sur le quartier.

La députée socialiste, qui avait éliminé Chantal Bourragué en 2004, ne semble pas très à l'aise avec le cumul de ses deux mandats. La « raison de parti » l'a emporté sur ses réticences à affronter un scrutin risqué à un an des législatives où elle serait opposée à Alain Juppé pour la grande revanche de 2007.

Anne-Marie Cazalet aura un concurrent gênant en la personne du Nouveau Centre Philippe-Adrien Bonnet. Comme en 2004, le contexte national pourrait jouer en faveur de la socialiste. Sur le sixième (Belcier), Jacques Respaud aura face à lui un autre maire de quartier, Alain Moga, soutenu par son épouse et conseillère régionale MoDem Martine Moga. La forte implantation du couple sera-t-elle suffisante pour faire tomber un cacique du PS dans un des cantons les plus à gauche de la ville ?

2 Pujols et Branne peuvent basculer

Le retrait de Gérard César sur le canton de Pujols laisse l'enjeu très ouvert entre d'une part la maire du chef-lieu Marie-Emilie Sallette (PS) et la première magistrate de Saint-Pey-de-Castets Liliane Poivert. Celle-ci l'a emporté dans des primaires à droite contre la maire de Mouliets Jean-Claude Delguel, à la notoriété plus établie. Dans ce duel de dames, la socialiste a des chances d'offrir un autre canton à la gauche.

En revanche à Branne, la nouvelle maire de Saint-Germain-du-Puch Catherine Viandon est en mesure de déboulonner Christian Mur, conseiller sortant PS, avec l'appui de Gérard César, très influent dans le secteur. Rappelons que Catherine Viandon figurait sur la liste du sénateur César. Reste à savoir si les plaies des sénatoriales sont oubliées à l'UMP…

3 Cadillac : la gauche en ordre dispersé

Cadillac constitue sans aucun doute un des points les plus chauds de ces cantonales. Le sortant Hervé de Gabory (PS) ne se représentant pas, la fédération a désigné le maire de Lestiac Guy Moreno.

Mais celui-ci trouvera sur son chemin d'autres élus de gauche : le maire de Loupiac Lionel Chollon (ex PC, Front de gauche) et le maire de Sainte-Croix du Mont Michel Latapy (tout frais Europe Écologie), sans oublier à droite le président de la communauté de communes Pierre Préaud. Une élection très ouverte donc dans un canton passé à gauche en 2004.À Sauveterre-de-Guyenne, Yves d'Amécourt, maire, conseiller sortant UMP et leader de la droite au Conseil général, est le favori mais mis en minorité chez lui avec la liste Darcos aux élections régionales, il a donné des espoirs au maire PS de Blasimon Daniel Barbe, très implanté localement.

Reste que celui-ci devra compter avec le Front de gauche Christophe Miqueu. Toute la force politique de Philippe Madrelle sera toutefois employée pour faire tomber son principal opposant au Conseil général.

4 Médoc : Lecaudey tire les ficelles

Le retrait du conseiller sortant de Saint Laurent Henri Laurent a rebattu les cartes dans ce canton détenu auparavant par la droite. Curieusement, le PS n'a encore investi officiellement personne alors qu'il est de notoriété publique que le maire d'Hourtin Christophe Birot a reçu l'appui essentiel d'Yves Lecaudey… et du maire CPNT de Carcans Henri Sabarot.

Tout aussi curieusement, l'UMP laisse planer le mystère sur son candidat alors qu'il serait désigné. Pas vraiment un signe de confiance dans les deux cas.

Bref, un canton chaud, davantage en tout cas que celui de Castelnau où la députée socialiste Pascale Got sera la favorite avec l'appui de l'inévitable Yves Lecaudey, soucieux de bien préparer sa succession en Médoc.

5 CUB : un test pour Europe Écologie

Deux cantons de la CUB attirent plus particulièrement l'attention non parce qu'ils opposeront seulement la gauche et la droite mais donneront l'occasion aux Verts de mesurer leur ascension électorale.

À Mérignac 2 face au sortant Jacques Fergeau (PS) et le Nouveau Centre Thierry Millet, le vice-président écolo de la CUB Gérard Chausset possède la chance de sa vie, d'autant que sa notoriété est au moins égale à celle des deux autres et bénéficie de sa position d'élu municipal mérignacais.

À Bègles, Clément Rossignol, adjoint de Noël Mamère, a les moyens de réaliser un joli score face au sortant communiste Jean-Jacques Paris et au socialiste Jacques Raynaud.

Cette primaire à trois à gauche met le PC en danger et s'il devait perdre le canton après la ville de Bègles, l'événement serait historique. Mais on n'en est pas encore là.

http://www.sudouest.fr/2010/11/04/mars-s-annonce-chaud-229945-755.php
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

Re: Les cantonales en Gironde

Messagede Zimmer » Jeu 25 Nov 2010 22:20

A propos du Modem :

Joan Taris n'ira pas sur le canton de St-Laurent
25 novembre 2010 06h00 | Par Hervé Mathurin

Investitures au compte-gouttes pour le parti centriste qui ménage ses effets.

Le MoDem n'est pas pressé de divulguer la liste complète de ses candidats aux élections cantonales. Une première liste d'investiture a été élaborée lors du conseil départemental lundi dernier mais pour en connaître les heureux bénéficiaires, bernique. Les centristes ménagent le suspense et attendent la deuxième vague pour donner la liste complète, sans doute vers la mi-décembre.

Néanmoins, trois noms ont déjà franchi la zone grise qui sépare l'investiture de la communication : ceux d'Aurélien Sebton à Talence, de Philippe Verbois à Floirac et de Laurent Peyrondet à Castelnau-de-Médoc. Si l'enjeu s'annonce compliqué pour les deux premiers nommés, le troisième porte beaucoup d'espoirs du MoDem, avec toutefois une nuance : il n'est pas membre de ce parti mais bénéficie seulement de son soutien. Fils de l'ancien maire de Lacanau, Laurent Peyrondet, propriétaire d'un bar et d'une boîte de nuit dans la cité balnéaire, reste sur un très bon score aux dernières municipales comme divers gauche dans une triangulaire avec le PS et le futur maire Jean-Michel David. Sa candidature aux cantonales est une mauvaise affaire pour Pascale Got mais aussi pour le maire d'Arcins Claude Ganelon, investi par l'UMP.

Quant au président du MoDem, Joan Taris (conseiller régional), qui avait un moment envisagé de se présenter à Saint-Laurent de Médoc, il a finalement renoncé face au maire d'Hourtin Christophe Birot (PS) et à celui de Saint-Laurent Jean-Marie Ferron, divers droite investi par l'UMP. « L'élection va opposer deux communes littorales au chef-lieu de canton et je n'ai rien à faire dans cet intervilles », a expliqué Joan Taris.

http://www.sudouest.fr/2010/11/25/joan-taris-n-ira-pas-sur-le-canton-de-st-laurent-248772-755.php
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

Re: Les cantonales en Gironde

Messagede maxxx » Lun 13 Déc 2010 20:01

Pacte entre l'UMP et le Modem en Gironde pour les cantonales

Les instances départementales de l'UMP et du Modem en Gironde ont mis en place un "pacte" dans la perspective des élections cantonales de 2011, provoquant la grogne de militants du mouvement fondé par le maire de Bordeaux Alain Juppé, a-t-on appris lundi auprès des deux partis.
Cet accord, qui doit être finalisé cette semaine, porte sur cinq cantons de Gironde, que l'UMP abandonne au Modem avec, "en contrepartie", la garantie que le Modem ne présente pas de candidat dans les 26 autres cantons renouvelables lors du scrutin de mars 2011, a indiqué à l'AFP Nicolas Florian, secrétaire départemental de l'UMP.

"C'est une logique politique" qui existe "depuis longtemps pour les élections locales" et qui a été "validée" par le ministre de la Défense et numéro deux du gouvernement Alain Juppé, également président départemental de l'UMP, lors de la dernière réunion des instances dirigeantes du mouvement populaire de Gironde, le 4 décembre, a-t-il ajouté.
"On est tout simplement dans la continuité de notre partenariat tissé au niveau local avec Alain Juppé", a indiqué de son côté Joan Taris, président départemental du Modem, qui parle de "non événement" en soulignant que des élus du mouvement démocrate siègent déjà aux côtés de ceux de l'UMP à la mairie et à la communauté urbaine de Bordeaux, ainsi qu'au conseil général.
Cet accord suscite pourtant une certaine grogne parmi les militants UMP car des candidats officiellement investis par le parti de la majorité présidentielle doivent se retirer au profit de candidats centristes.
"Localement, ça crée quelques cicatrices" car "au niveau national, on est dans une logique d'affrontement avec le Modem", a ajouté le responsable de l'UMP, "c'est logique que certains s'émeuvent mais nous, au niveau local, on essaie d'être pragmatiques".


http://www.leparisien.fr/bordeaux-33000/pacte-entre-l-ump-et-le-modem-en-gironde-pour-les-cantonales-2011-13-12-2010-1189878.php
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 20:20

Re: Les cantonales en Gironde

Messagede maxxx » Lun 13 Déc 2010 20:13

Cette dernière annonce explique en grande partie le silence du Modem local depuis quelques temps et également la non candidature de Joan Taris sur le canton de Saint-Laurent, un canton qui sera très scruté car il verra l'affrontement des maires des deux petites communes contre le nouveau maire de la principale...Un canton qui peut potentiellement basculer donc.

Par contre, cette annonce risque de semer le bazar dans le canton de Castelnau : je vois mal la droite se coucher derrière le candidat du Modem, ancien chef de file d'une liste DVG et qui s'est opposé en 2008 au maire DVD de Lacanau...Je ne vois pas comment ce dernier et les maires DVD-UMP du canton pourraient se mettre à le soutenir...Si ça se confirme, il y a de fortes chances qu'un candidat DVD se positionne...
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 20:20

Re: Les cantonales en Gironde

Messagede Jean-Philippe » Lun 13 Déc 2010 20:32

Cet accord fait grincer les dents de pas mal de militants. Certains déclarent même qu'ils sont prêts à s'asseoir sur cet accord. Comme dans le canton de Castelnau de Médoc, Jean-Christophe GUILLAUME est le responsable UMP du Médoc, il est aussi le conseiller municipal d'oposition à Blanquefort
Le député Jean-Paul GARRAUD demandent la tenue en urgence d'un comité départemental pour éclaircir les choses. Cet accord, est une exception locale, a dit hier lors du Conseil National de l'UMP Jean-François COPé, le nouveau patron du parti.

http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-bleu/?nr=69a6f7d2df0b9a1daa1efa0114a69b11&1f5a555fd4828011de7c1b920b2290c1_info_mode=&1f5a555fd4828011de7c1b920b2290c1_info_index=0


Les 5 cantons laissés à l'UMP concernés sont Castelnau-de-Médoc et Monségur hors agglomération de Bordeaux et Talence, Floirac et Bègles. Les 3 premiers sont détenus par le PS, Floirac par un DVG et le dernier par le PC.
Castelnau et Talence sont les seuls qui peuvent basculer à droite, surtout si c'est le maire Modem de Talence qui se présente (il a été élu de 1985 à 1998).

Le Modem soutiendra le candidat UMP dans les cantons de Bourg, Audenge et La Brède (seul le premier est un fief PS, les deux autres sont des fiefs de droite qui ont basculé respectivement en 2004 et 1998), ainsi que dans deux cantons de Bordeaux, dont celui détenu la conseillère générale et députée socialiste Michèle Delaunay, qui avait battu Juppé aux législatives.
http://www.sudouest.fr/2010/12/12/alain-juppe-pactise-en-solo-avec-le-modem-264786-653.php

Des portes vont probablement claquer à l'UMP.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 9007
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Re: Les cantonales en Gironde

Messagede SALVAT » Lun 13 Déc 2010 22:25

voilà qui me conforte dans mes dires, répétés, sur un rapprochement qui se dessine entre MODEM et majorité présidentielle...Les nouvelles venues de Gironde se conjuguent et renforcent celles des Landes, des Pyrénées atlantiques, du Puy-de-Dôme et de combien d'autres (cf; le Rhône, la Loire etc...). Hier c'était bien une liste NC-MODEM-UMP qui l'a emporté à Noisy. Il y aura des exceptions mais elles confirmeront la règle plus générale de retrouvailles et désistements préférentiels de ce côté plutôt que de l'autre. L'intervention de JUPPE dans ce domaine provient d'un Ministre d'Etat : il n'a pas pris cette initiative sans en parler aux instances nationales de l'UMP et au véritable chef du parti. Il est vrai que le discours national est d'une tonalité quelque peu différente mais il y a atténuation du ton, de part et d'autre. Aux sénatoriales, il en sera de même : je sens que Robespierre va réagir depuis la ville d'ARRAS !
Bertrand SALVAT
SALVAT
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 4237
Inscription: Dim 8 Nov 2009 22:13
Messages : 1 (détails)

Re: Les cantonales en Gironde

Messagede maxxx » Mar 14 Déc 2010 18:48

Comme il fallait s'y attendre :

Le maire UMP de Lacanau a décidé de rendre sa carte

Sur le canton de Castelnau-Médoc, un accord entre le MoDem et l'UMP… C'est une partie du plan de bataille entériné par les deux formations politiques et leurs leaders (lire ci-dessus). À Bordeaux, cette alliance est qualifiée de « non-événement ». Mais sur la presqu'île, la pilule a du mal à passer. Jean-Christophe Guillaume, le délégué sur la 5e circonscription pour l'UMP, y va de son éclairage : « Laurent Peyrondet, le candidat soutenu par le MoDem aux cantonales, s'est présenté divers gauche lors des dernières élections municipales à Lacanau. Il a affronté Jean-Michel David, le maire, qui est notre candidat. Très probablement, Laurent Peyrondet repartira à la bataille. Je ne vois pas comment nous pourrions le soutenir en mars 2011, alors qu'il sera notre adversaire aux municipales de 2014 ! ». On retiendra que les deux élus, David et Peyrondet, sont déjà en situation d'opposition au Conseil municipal.

Tout en précisant qu'il assume sa prise de position, Jean-Christophe Guillaume prévient : « Laurent Peyrondet n'a rien à attendre de l'UMP sur le canton de Castelnau-Médoc. » En interne, dans les prochains jours, nul doute qu'une sévère explication devrait avoir lieu. Et de rajouter « qu'il ne renie pas ses engagements auprès d'Alain Juppé », mais que la situation sur le canton de Castelnau « n'est pas négociable ».

Peyrondet pas démonté

« Mon seul Parti, c'est le Médoc et le canton de Castelnau. J'ai un projet. Je n'ai rien demandé à personne », lance lui Laurent Peyrondet. Un brin provocateur, le candidat, qui se veut indépendant même s'il a fait alliance avec le MoDem, constate : « Si au PS, ils tenaient leurs promesses, la députée Pascale Got au mandat unique ne devrait pas se présenter. Pour l'UMP, sans candidat, s'ils veulent me laisser leur voix, c'est leur problème. »

« Ma carte en retour… »

À Lacanau, Jean-Michel David, le maire UMP, peine à contenir sa colère. « C'est décidé. Ils auront ma carte en retour. Ils s'étonnaient de ne plus me voir depuis un moment. Maintenant, c'est réglé. » L'édile se dit ulcéré par l'attitude d'Alain Juppé. « Il n'y en que pour Bordeaux et pour lui. C'est le coup de trop. Autant de mépris pour le Médoc et les élus locaux, c'est insupportable ! » Il dit ne pas avoir l'intention d'abandonner sa commune. En 2014, c'est « sans étiquette » qu'il a l'intention de se présenter.


http://www.sudouest.fr/2010/12/14/le-maire-ump-de-lacanau-a-decide-de-rendre-sa-carte-266681-625.php
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 20:20

Suivante

Retourner vers Élections cantonales de 2011

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Les compétences du conseil municipal, du maire et des adjoints

Joël Clérembaux

Les communes ont des compétences multiples, dont certaines seulement sont clairement identifiées par le Code général des collectivités territoriales ; les lois de décentralisation et la...

Découvrir l'ouvrage

Conseil municipal : mode d'emploi

Joël Clérembaux

Parce qu'on le pratique en permanence, on croit bien le connaître, le conseil municipal. Et pourtant... les habitudes ne sont pas un gage de la légalité ni d'un bon fonctionnement ! Ce guide rappelle l'ensemble des règles relatives à la préparation et à la tenue...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité