Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Les cantonales dans le Nord

Chambre de discussion sur les élections cantonales qui seront organisées en mars 2011 et visant au renouvellement de la moitié des conseillers généraux.

Les cantonales dans le Nord

Messagede maxxx » Mar 24 Aoû 2010 11:51

Dans le département du Nord, 40 des 79 cantons seront renouvelables en mars 2011. La particularité de ce renouvellement est à relier aux précédentes élections de 2004, qui s'étaient soldées par une véritable Bérézina pour la droite. Au-delà du contexte général du vote sanction contre le gouvernement Raffarin, l'Union pour le Nord (UPN), regroupant l'UMP, le Nouveau centre et les divers droite, n'avait en effet conservé que 4 sièges sur les 10 qu'elle possédait. Cet effondrement avait représenté un électrochoc pour la droite nordiste, dont le leader, le sénateur Jean-René Lecerf, espérait reprendre la majorité perdue en 1998.

Alors que ce renouvellement triennal avait permis à la droite de conquérir le conseil général en 1992, il s'est transformé en véritable chemin de croix pour celle-ci, dans la mesure où le renouvellement de 2008 lui fournit les 3/4 de ses effectifs - à savoir 15 élus sur ses 19 représentants.

En toute logique, le PS (30 sièges et 1 apparenté) et les communistes (5 sièges) sont beaucoup plus menacés en terme de pertes que la droite - même si celle-ci ne reprendra évidemment pas la majorité.

Pour les 4 cantons détenus par l'UPN (Landrecies, Worhmout, Avesnes-Nord et Cysoing), seul le canton de Landrecies parait a priori gagnable pour la gauche. Le sortant, André Ducarne, confortablement réélu à chaque scrutin, a en effet décidé de ne pas se représenter et sa succession risque de tourner au duel entre l'ancien maire de Landrecies, Bernard Delva (UPN), battu aux municipales de 2008, et le nouveau maire DVG de la ville. Les petites communes autour de Landrecies étant très ancrées à droite, le scrutin apparait indécis avec un léger avantage pour Bernard Delva s'il parvient à réduire l'écart dans la ville-centre. Les 3 autres cantons paraissent imprenables pour la gauche et verront certainement la large réélection de leurs sortants.

La droite peut au-delà, malgré un contexte national très défavorable, reprendre un certain nombre de positions dans ses fiefs traditionnels, dont la perte en 2004 avait surtout était liée à l'usure de sortants accrochés à leurs mandats ou à des divisions et successions ratées. Je pense en particulier aux cantons de Cambrai-Est, dont la sortante PS, Brigitte Guidez, a été écrasée (22%) aux municipales de Cambrai face à l'inoxydable député-maire souverainiste François-Xavier Villain (67%), qui devrait placer un de ses poulains sur ce territoire, de Bergues (où l'UPN devrait investir André Figoureux, battu de justesse en 2004 par l'ancienne députée Monique Denise (PS), par le biais d'une division à droite au premier tour, mais qui a depuis pris la tête de la communauté de communes) voire de Dunkerque-Est, où le nouveau maire DVD de Zuydcoote, Paul Christophe, pourrait sérieusement accrocher la sortante Danièle Thinon si elle se représente, où de Tourcoing-Nord.
Dans ce dernier canton, perdu en 1998 par la droite, la sortante Marie Deroo pourrait avoir fort à faire dans un canton qui ne cesse de pencher à droite. Le canton regroupe une partie très réduite de Tourcoing et les villes d'Halluin, Bousbecque, Roncq et Linselles. Ces trois dernières sont de véritables bastions de droite et la gauche n'est parvenue à se maintenir en 2004 qu'avec les suffrages halluinois. Or, "Halluin la rouge" a nettement glissé, depuis 2007, à droite (58% pour Sarkozy et autant pour le député Vanneste), et le maire socialiste de la ville, Jean-Luc Deroo, époux de la conseillère générale, a été réélu de justesse en 2008, en grande partie grâce aux divisions de la droite au premier tour. L'élimination éventuelle au second tour du Front National pourrait être fatale aux socialistes, surtout si l'UPN investit le chef de file de l'opposition à Halluin, Gustave Dassonville.
Particularité encore du département : les cantons où se fondent les espoirs de la droite sont tous détenus par des femmes socialistes, la plupart élues à la surprise générale en 1998 et 2004, ce qui relativiserait la féminisation de l'assemblée en cas de victoire de la droite. Et ce d'autant que les deux benjamines PS de l'Assemblée, Jocya Vancoillie (Lannoy) et Delphine Bataille (Carnières), ne sont pas les moins menacées : si elles bénéficient du poids du terrain et du contexte national, leurs cantons sont des zones de bonne implantation municipale pour la droite (celui de Lannoy regroupe notamment Lannoy, Hem, Leers et Baisieux, villes de droite et Delphine Bataille, devenue vice-présidente du conseil régional, a échoué très largement à reprendre en 2008 la mairie de Rieux en Cambrésis, que son père, le député Christian Bataille, avait perdue en 2001).

En dehors de ces cantons, la droite ne peut qu'espérer une éventuelle surprise sur Arleux, le Cateau voire Valenciennes-Nord. La stratégie d'alliance sera intéressante à analyser sur Seclin-Nord, où le sortant Modem, Dany Wattebled, maire de Lesquin, avait bénéficié du soutien de l'UPN (et avait fait campagne grâce aux militants UMP) pour se faire élire en 2008 (suite au décès du conseiller général PS et maire de Templemars, Noel Dejonghe, l'élection partielle avait été organisée en même temps que le renouvellement triennal)....pour voter, dès la première séance plénière, pour le socialiste Bernard Derosier. Si l'UPN a peu de chances de remporter ce canton, elle pourrait contribuer à faire chuter, en triangulaire, Dany Wattebled, en investissant par exemple Alain Pluss, maire de Wattignies.

Des changements peuvent toutefois s'opérer à gauche : la séquence de 2004 avait vu le grignotage du PS sur le PC atteindre son paroxysme, avec les défaites du PC à Douai-Sud, Douai Nord-Est (deux successions ratées pour le PC) et Maubeuge-Sud (défaite d'Annick Matighello au premier tour....qui en avait profité pour "remonter" dans la liste d'union PS-PC aux régionales et se faire élire, faute de mieux, au conseil régional). Les 5 cantons restants se semblent cette fois-ci pas menacés mais le PC ne semble pas non plus en mesure de reprendre des cantons, malgré l'alliance avec le député de Douai (PG) Marc Dolez.

Par contre, il faudra particulièrement surveiller le canton de Villeneuve d'Asq Nord, où le sortant socialiste, Didier Mannier, président du groupe PS au conseil général et figure de poids au sein de ce dernier, pourrait faire les frais d'une candidature DVG-Europe Ecologie, impulsée par Gérard Caudron, maire de la ville. Didier Mannier était en effet numéro 3 sur la liste socialiste de Jean-Michel Stievenard aux municipales de 2008, liste largement défaite (29%) au second tour avec le "come-back" de l'atypique Gérard Caudron (maire de 1977 à 2001, ne se représentant pas à cette date, puis de nouveau depuis 2008 avec 58% au second tour). Europe écologie pourrait également faire monter les enchères pour obtenir une représentation au sein de l'assemblée départementale, en réclamant par exemple le canton de Lille-Nord-Est, délaissé par la doyenne socialiste Betty Gleizer, 74 ans, qui ne se représente pas.
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 21:20

Re: Les cantonales dans le Nord

Messagede maxxx » Mer 8 Sep 2010 21:16

Paru dans la Voix du Nord

| POLITIQUE |

Pour ceux qui en doutaient encore, le dernier coin du voile est désormais levé : ...

Gérard Caudron prendra bel et bien part à la prochaine campagne des cantonales. Ce n'est guère une surprise, mais mercredi soir, Rassemblement Citoyen a décidé d'être présent dans le plus grand nombre possible de cantons renouvelables en mars 2011 (une quarantaine au total dans le Nord). Parmi eux celui de Villeneuve-d'Ascq Nord, objet de bien des convoitises.

Solidement détenue depuis 1998 par le socialiste Didier Manier, la forteresse pourrait paraître inaccessible, dans un territoire traditionnellement acquis à la gauche. Mais depuis le retour fracassant de Gérard Caudron lors des municipales de 2008, assorti d'une sévère défaite des socialistes emmenés par Jean-Michel Stievenard, les lignes ont clairement bougé. La seule présence du nom de Gérard Caudron aux côtés de Monique Lempereur dans la cantonale de Villeneuve-d'Ascq Sud a suffi à la candidate de Rassemblement Citoyen pour emporter le siège détenu jusqu'alors par Guy Renaud. Comment ne pas être tenté de renouveler l'opération ? « Légalement, je peux parfaitement être le suppléant d'une candidate à Villeneuve-d'Ascq Nord, voire être titulaire », prévient Gérard Caudron, avant d'ajouter : « Je n'ai pas pris ma décision ». Mais franchement, comment pourrait-il en aller autrement, sans défier les lois de la logique électorale la plus élémentaire ?

En attendant, Rassemblement Citoyen doit résoudre une difficile équation à plusieurs inconnues : peut-il vivre et si oui comment sans Gérard Caudron ? « C'est difficile, il ne faut pas se raconter d'histoires, admet le premier intéressé, mais il arrivera un moment où le mouvement devra être en situation de faire sans moi ». D'où l'appel à candidatures lancé hier « à toutes celles et tous ceux qui, se reconnaissant dans nos valeurs et principes, souhaiteraient porter nos couleurs ». Les valeurs ? La laïcité, la liberté d'expression, la lutte contre le communautarisme, la solidarité, la citoyenneté « à part entière », l'écologie active, le refus du laxisme... Un éventail assez large pour attirer des personnalités venues de tous horizons. « Je peux très bien soutenir un candidat qui ne soit pas carté à Rassemblement Citoyen, confirme celui qui fut membre du PS pendant 34 ans, l'étiquetage, ce n'est pas pareil que l'adhésion.

» L'affichage, lui, est clair : d'ici le 15 décembre, Rassemblement Citoyen ambitionne de présenter des candidats et des suppléants dans au moins dix cantons. A charge ensuite de nouer, ou pas, des accords avec ceux qui seront intéressés. « On est en démocratie et moi je n'ai pas peur du scrutin », avertit à toutes fins utiles Gérard Caudron.


Cette annonce va venir réjouir une droite locale qui ne peut qu'espérer reprendre des cantons lors des élections de mars prochain! Reste à voir dans quels cantons le mouvement du maire de Villeneuve d'Ascq va placer ses acolytes : si les postulants sont nombreux, ça peut faire mal : une division de la gauche dans certains cantons (Cambrai-Est, Bergues, Cassel, Tourcoing Nord...) pourrait être fatale, car il y a toujours des déperditions de voix entre le premier et le second tour, et ce d'autant plus que le positionnement des candidats pro-Caudron ne sera pas forcément le plus clair dans les petits cantons.

Ce qui apparait dans tous les cas quasi-sûr, c'est que Gérard Caudron sera au pire suppléant dans le canton de Villeneuve-Nord : Didier Manier risque fort d'être éjecté de son siège, ce qui constituerait une défait symbolique pour Bernard Derosier, dont il est proche...A moins que tout ceci ne finisse en triangulaire et que, par miracle et abstention, la chef de file de l'opposition de droite et candidate UMP Florence Bariseau, conseillère régionale depuis mars 2010, très active et médiatique depuis le départ de l'ancien leader Didier Plancke, ne rafle la mise, ce qui, il faut le concéder, serait historique dans cette ville...
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 21:20

Re: Les cantonales dans le Nord

Messagede Jean-Philippe » Mer 8 Sep 2010 22:20

Quand la gauche se divise dans un de ses fiefs, la droite peut en pâtir aussi. En effet, l'attention des électeurs peut être attirée par ces duels fratricides et les porter à choisir l'un de ses candidats, se détournant des candidats de droite. C'est ce qui s'est passé dans le XXe arr de Paris ou à Montreuil aux municipales 2008.
En revanche dans les cantons plus tangents (où la gauche ne fait pas plus de 60% au second tour), la droite peut en effet en profiter.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8947
Inscription: Sam 26 Sep 2009 22:11
Localisation: Mayenne

Re: Les cantonales dans le Nord

Messagede Zimmer » Jeu 9 Sep 2010 00:28

Jean-Philippe a écrit:Quand la gauche se divise dans un de ses fiefs, la droite peut en pâtir aussi.


Ne perdons pas non plus de vue que dans ce département, comme dans celui voisin du Pas-de-Calais, le FN devrait être en embuscade dans un certain nombre de cantons.
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 22:10

Re: Les cantonales dans le Nord

Messagede Robespierre » Jeu 9 Sep 2010 10:12

Les candidats UMP sont connus ...

cf. ci-dessous l'article de la VDN paru le jour même de la Braderie (pas trés malin car passé inapercu).

Je mettrai en ligne le nom des suppléants ultérieurement avec commentaires circonstanciés.

http://www.lavoixdunord.fr/Region/actua ... ingt.shtml

> Arrondissement d'Avesnes.
Avesnes-Nord : Alain Poyart
Le Quesnoy-Est : Guislain Cambier
Solre-le-Château : Christian Binois.

> Arrondissement de Cambrai.
Cambrai-Est : Nicolas Siegler ou Marc Derasse
Solesmes : Samuel Decaux.

> Arrondissement de Douai.
Arleux : Bertrand Six
Douai-Nord-Est : Bruno Bufquin
Douai-Sud : Marc Hemez.

> Arrondissement de Dunkerque.
Bailleul-Nord-Est : Françoise Hostalier
Bergues : André Figoureux
Coudekerque-Branche : Alexandre Distanti
Gravelines : François Rosseel.

> Arrondissement de Lille.
Cysoing : Luc Monnet
Lille-Est : Caroline Vannier
Lille-Nord-Est : Jérôme Garcia
Lille-Sud-Est : Hervé-Marie Morelle
Lille-Sud-Ouest : François Kinget
Pont-à-Marcq : Luc Foutry
Roubaix-Centre : Guillaume Delbar
Roubaix-Est : Arnaud Vanhelle
Tourcoing-Nord : Gustave Dassonville
Tourcoing-Nord-Est : Gérald Darmanin
Villeneuve-d'Ascq Nord : Florence Bariseau.

> Arrondissement de Valenciennes.
Condé-sur-l'Escaut : Jacques Schneider
Saint-Amand rive droite : Charles Mattioli
Valenciennes-Est : Jean-Noël Verfaillie.
Robespierre
 
Messages: 482
Inscription: Lun 25 Jan 2010 10:26
Localisation: Lille

Re: Les cantonales dans le Nord

Messagede maxxx » Jeu 9 Sep 2010 13:11

Sur ces candidatures, effectivement, le choix du jour de publication n'était pas très judicieux...Les candidatures peuvent de toute façon ponctuellement changer car il ne s'agit que des choix effectués par le bureau départemental de l'UMP, il reste à établir les derniers arbitrages, avec le Nouveau centre, les DVD...sous le magistère du sénateur Jean-René Lecerf, président du groupe Union pour le Nord au conseil général.

La droite a décidé de considérablement rajeunir ses troupes, après avoir apparemment tiré les leçons du scrutin de 2004, qui avait viré à la mise en retraite forcée, par les électeurs, de nombre de ses sortants (Edouard Lecerf sur Cassel, l'ancien député Claude Pringalle sur Cambrai-Est, Jean-Marie Lemaire sur Carnières...) ou à des successions râtées (Valenciennes-Nord, Bergues...).
Vu le contexte électoral, il semble aussi que certains maires DVD ou SE, qui auraient pu être des challengers redoutables pour les sortants PS en 2004 sans le contexte national très défavorable, ont été douchés par ce même scrutin et la perspective d'un climat national encore plus délétère à droite les a fait renoncer à une nouvelle candidature : je pense au maire DVD de Solesmes Serge Machepy, qui a préféré envoyer un de ses jeunes adjoints dans une bataille assez désespérée, à celui UMP de Flers-en-Escrebieux, Jean-Jacques Peyraud, qui s'était nettement incliné en 2004 sur Douai-Nord-Est, ou encore à Jean-Luc Hallé, maire DVD d'Hamel, qui avait échoué à prendre le canton d'Arleux (même s'il avait obtenu un score plus qu'honorable (45.5%) dans un canton détenu par le PC depuis des générations à travers la famille Beauchamp). Le renouvellement générationnel semble donc, dans certains cantons, la seule carte à jouer pour la droite, étant donné le peu d'enthousiasme des maires bien implantés...

Cela dit je classerai ces candidatures dans trois catégories :
- les "acharnés", c'est-à-dire les vieux loups de la politique qui n'en sont pas à leur première candidature, loin de là, et qui espèrent capitaliser cet acharnement. Dans cette catégorie, on peut faire figurer en premier lieu Jacques Schneider (UMP), qui repart pour une troisième fois sur le canton de Condé-sur-Escaut, Serge Siméon, qui semble tenté par une nouvelle candidature sur le Cateau, ville dont il est maire, ou bien André Figoureux et Françoise Hostalier. Pour les deux premiers, Serge Siméon a beaucoup plus de chances : il a battu assez facilement le jeune conseiller général PS Laurent Coulon aux municipales sur le Cateau (54.8% contre 45.2%). Le challenge du maire UMP d'Hergnies sur Condé sera avant tout de faire oublier son assez mauvais score de 2004 (42.5% face au sortant PC Serge Van den Hoeven (57.5%)), en obtenant un résultat raisonnable (du style 47-48%).

Je m'arrête un instant sur la candidature de Françoise Hostalier, qui est, à vrai dire, la seule véritable surprise de cette liste. Députée surprise de la 11ème circonscription en 1993 et éphémère secrétaire d'Etat sous Juppé en 1995, Françoise Hostalier est toujours celle qui arrive là où on ne l'attend pas, à force d'acharnement et de travail de terrain : on la croyait finie à la fin des années 1990, son départ rapide du gouvernement, en partie lié à son échec aux municipales sur Armentières à l'automne 1995, ayant freiné son ascension politique - large défaite aux législatives de 1997 (40.9% au second tour face au PS), échec non moins large aux cantonales de 1998 sur Armentières face à l'inamovible maire PS Gérard Haesebrouck, élection de justesse aux régionales la même année et échec à prendre la succession à la mairie de Nieppe du DVD Michel Grasset en 2001 et candidature dissidente aux législatives de 2002 sur la 15ème circonscription, celle de Nieppe-Bailleul (8.5% au premier tour, sans l'investiture UMP).
Cette succession de revers n'ont pas entamé sa détermination : elle a réussi à se faire réélire au conseil régional et surtout à se faire investir par l'UMP aux législatives dans la 15ème circonscription - une conjonction de facteurs (champ libre à droite du fait de l'éviction de ses concurrents de 2002, déchirements à gauche avec un soutien du député PS sortant Jean Delobel à un candidat SE contre une candidate PS officielle quasi-inconnue et peu crédible...) l'ont permis, à contre-courant de la tendance nationale, de reprendre à la gauche cette circonscription (51.8%).
De nouvelles déconvenues se sont depuis ajoutées : échec une nouvelle fois à la mairie de Nieppe (45.5% au second tour) et éviction aux régionales de la liste UMP (règle appliquée également aux députés UMP Sébastien Huyghe et Christine Marin). La 15ème circonscription va de plus disparaitre dans sa forme actuelle avec le redécoupage Marleix en 2012 : elle se voit adjoindre les cantons de Cassel et Steenvorde : un bol d'oxygène au départ pour la députée (ces deux cantons votent tous deux largement à droite) mais au final un calvaire : le député suppléant de Jean-Pierre Decool, député de la 14ème circonscription, Jean-Pierre Bataille, maire-conseiller régional de Steenvoorde, a davantage les faveurs de l'UMP locale et de Paris pour lui succéder...
En attendant de résoudre ce problème, qui risque de tourner en 2012 à l'affrontement fratricide, elle tente donc un coup de poker dans le canton de Bailleul-Nord-Est, détenu par Michel Vandevoorde (PS), maire de Nieppe depuis 2001. Ce dernier a été facilement réélu en 2004 (60%) alors qu'il s'était emparé de justesse et par surprise du canton en 1998 face au maire de Nieppe de l'époque Michel Grasset (DVD). Cela dit, la députée laboure énormément le terrain et le climat déplorable des municipales de 2008 sur Nieppe ont laissé des traces : 4 listes (2 de droite et 2 de gauche) s'étaient affrontées dans cette ville de moins de 10 000 habitants et Michel Vandevoorde avait été reconduit essentiellement du fait du manque de crédibilité de la fusion des trois autres listes (après n'avoir obtenu que 39,1% des voix au premier tour contre 3 listes ouvertement en opposition avec sa politique mais qui s'étaient profondément affrontées au premier round)...Françoise Hostalier pourrait encore une fois surprendre, comme à son habitude...

- les quadras qui montent et peuvent faire de bons scores : dans cette catégorie, je mets Luc Foutry, maire d'Attiches (Pont-a-Marcq), Bruno Bufquin, adjoint au maire de Douai (Douai-Nord-Est), Gustave Dassonville, leader de l'opposition municipale d'Halluin (Tourcoing-Nord), Marc Hemez, chef de file de l'opposition à Aniche (Douai-Sud) ou Florence Bariseau, qui tient le même rôle à Villeneuve d'Ascq : je ne pense pas qu'ils aient des chances d'emporter ces cantons, hormis pour Gustave Dassonville (comme je l'ai indiqué plus haut). Par contre, ils pourraient obtenir de très jolis scores pour une droite qui plafonne dans ces cantons aux élections locales (par contraste, les résultats des élections nationales y sont souvent bons). Bruno Bufquin incarne la relève de Jacques Vernier à la mairie de Douai pour 2014. Marc Hemez a quant à lui créé une véritable surprise aux municipales de 2008 à Aniche, la liste DVD qu'il conduisait ayant obtenu 48.1% face aux 51.9% de la liste PC-PS dans un fief incontesté du PC.

- les jeunes novices, qui se lancent quasiment pour la première fois dans le bain (moins de 30 ans) : Jean-Noel Verfaillie, Hervé-Marie Morelle et Gérald Darmanin. L'effet de génération fait qu'ils ne sont pas encore véritablement implantés et risquent d'obtenir de mauvais scores, et ce d'autant que ce ne sont souvent pas les derniers à hésiter à afficher l'étiquette UMP...Ca risque bien, je pense, de finir comme la candidature de Fabien de Sans Nicolas en Isère en 2007 et 2008. La gauche n'a de toute façon aucun souci à se faire dans ces cantons.

Les autres cas de figures sont les 3/4 du temps des cantons où le seul espoir de l'UMP sera de figurer devant le FN (Bouchain, Lille-Est, Roubaix-Est, Gravelines...) ou d'empêcher que le PC et le PS soient tous deux en tête conduisant à des candidatures uniques au second tour (Saint Amand rive droite)...
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 21:20

Re: Les cantonales dans le Nord

Messagede maxxx » Mer 22 Sep 2010 13:00

Nouveau rebondissement dans la préparation des cantonales de mars prochain dans ce département : des rumeurs qui annoncent Bernard Derosier, 71 ans, député et président du conseil général depuis 1998, partant à la fois de la présidence et du conseil (dans la mesure où son canton est renouvelable). L'hypothèse monte en puissance : le deal en coulisses est la mise en orbite de Patrick Kanner, actuel 1er vice-président du conseil général et proche de Martine Aubry, à la tête de l'institution contre le départ pour le Sénat de Bernard Derosier - (les relations entre les deux hommes sont devenues exécrables). Deux remarques si cette option se réalise :
- la volonté de Martine Aubry d'avoir un plein contrôle sur son département : cela se traduit par la volonté d'éviction des figures de l'ère Mauroy et des proches de l'ancien maire de Lille : elle l'a fait avec Bernard Roman (en appuyant son 1er adjoint Pierre de Saintignon pour la direction de la tête de liste départementale), elle veut désormais accélérer le retrait - et la retraite - de Bernard Derosier...Cela va donner du grain à moudre aux opposants de la première secrétaire, qui l'accusent de vouloir tout verrouiller dans le Nord...
- le méli-melo redoutable des futures sénatoriales à gauche : comment le PS va-t-il faire pour mettre Bernard Derosier sur la liste PS sachant que Michel Delebarre a été adoubé pour conduire la liste et que la 3ème place a été promise à René Vandierendonck (ce n'est pas juste des tractations de couloirs, étant donné que le maire de Roubaix l'a clairement annoncé dans la presse locale)...Je vois mal Bernard Derosier figurer en 5ème position - éligible qu'en cas de mauvais score pour le PC comme pour la droite (double hypothèse donc double risque)...Les 2 précédents ne se retireront pas, c'est évident - un vrai casse-tête!

Article de la VDN de ce jour :

PS : des élections cantonales sans Bernard Derosier ?

« Bernard Derosier ne se présente plus aux cantonales. C'est Frédéric Marchand qui y va. » Rien n'est encore officiel mais effectivement ça pourrait arriver. L'intéressé, Gilles Pargneaux, premier secrétaire de la fédération socialiste du Nord (et successeur de Bernard Derosier à la mairie d'Hellemmes), et Frédéric Marchand ont été sollicités, mais pas un n'a souhaité communiquer sur le sujet. « J'ai eu le même écho », indique un élu hellemmois, membre de la majorité. Un son de cloche identique est parvenu jusque sous le beffroi lillois.

Le décor de ces élections sur le canton de Lille-Est (qui regroupe Hellemmes et un morceau de Lille) a été planté ce vendredi soir. Une réunion appelée par quelques-uns « la nuit des longs couteaux » au cours de laquelle Gilles Pargneaux aurait annoncé sa volonté d'investir Frédéric Marchand, son premier adjoint dans la commune associée d'Hellemmes. Bernard Derosier a été élu la première fois sur ce canton de Lille-Est en 1973. Il semble loin le temps où il passait avec 100 % des voix (en 1979 et 1985, il était le seul candidat au second tour). « Il (Bernard Derosier) pourrait accepter s'il devient sénateur », rapporte un membre de la majorité de Martine Aubry. Si les socialistes conservent en 2011 la majorité au conseil général, le fidèle Patrick Kanner figure parmi les « présidentiables ».

Autre possibilité ? Bernard Derosier, qui, légitimement, ne veut pas décevoir les électeurs qui lui renouvellent leur confiance depuis près de quarante ans, part en franc-tireur et se déclare quand même candidat... à la candidature socialiste. Ce serait alors aux militants de trancher. •


EDIT Vincent : Ajout du lien vers l'article.
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 21:20

Re: Les cantonales dans le Nord

Messagede Robespierre » Mer 22 Sep 2010 14:39

Beaucoup d'exagérations et d'approximations et dans l'article de la VDN de ce matin et dans le post de maxxx ...
Robespierre
 
Messages: 482
Inscription: Lun 25 Jan 2010 10:26
Localisation: Lille

Re: Les cantonales dans le Nord

Messagede baudoin » Mer 22 Sep 2010 22:18

Robespierre a écrit:Beaucoup d'exagérations et d'approximations et dans l'article de la VDN de ce matin et dans le post de maxxx ...

Sur quels points Robespierre ?
baudoin
 
Messages: 197
Inscription: Lun 20 Juil 2009 19:17

Re: Les cantonales dans le Nord

Messagede Robespierre » Jeu 23 Sep 2010 13:12

Le journaliste à l'origine du papier est coûtumier dans annonces qui ont maintes fois été démenties dans les faits.

Sur la forme, il devrait faire preuve de plus de recul par rapport aux rumeurs qui bruissent - c'est normal - et qui émanent de sources plus bavardes qu'expertes ...

Sur le fond, il ne répond pas aux questions qu'il "balance" : Derosier a t-il pris une décision ? Est-ce, donc, une candidature alternative pour le forcer à partir ou pour répondre à son départ qu'il n'aurait pas encore annoncé publiquement ? La sénatoriale n'a jamais été évoquée jusqu'à présent mais elle ferait "d'une pierre deux coups" en suggérant qu'il ne serait pas candidat non plus dans sa circonscription ...

Donc, "wait and see" et sachons ne pas tomber dans l'approximation suite aux annonces de journalistes trop contents de publier leurs scoops.
Robespierre
 
Messages: 482
Inscription: Lun 25 Jan 2010 10:26
Localisation: Lille

Suivante

Retourner vers Élections cantonales de 2011

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité politique française.

Voir toutes les vidéos

Guide des usages, du protocole et des relations publiques

Collectif

Les questions protocolaires sont généralement source d'un grand stress dans les collectivités locales. Comment composer une table d'honneur ? Comment aligner les drapeaux devant un bâtiment public ? Quel est l'ordre des discours lors d'une inauguration ?...

Découvrir l'ouvrage

Comprendre la TVA et ses évolutions pour maîtriser son impact et sécuriser sa récupération

Jean-Claude Chocque et Anne Lise Rodier

L'ouvrage expose les différentes catégories d'EPCI à fiscalité propre et de structures syndicales, les procédures de fusion et de modification de périmètre des EPCI à fiscalité propre et des...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités