Politiquemania

La base de données de la vie politique française

La gauche pourra-t-elle conserver le Val-d'Oise ?

Chambre de discussion sur les élections cantonales qui seront organisées en mars 2011 et visant au renouvellement de la moitié des conseillers généraux.

La gauche pourra-t-elle conserver le Val-d'Oise ?

Messagede Zimmer » Sam 22 Mai 2010 12:21

Créé en 1967 et composé actuellement de 39 membres, le conseil général du Val-d'Oise, présidé aujourd'hui par le socialiste Didier Arnal, avait basculé à gauche pour la première fois de sa jeune histoire, avec un siège d'avance, lors des dernières élections cantonales de 2008.

Même si Didier Arnal, élu à ce poste suite au scrutin de 2008, devrait rester président du conseil général jusqu'au prochain renouvellement de mars 2011, la droite a repris l'avantage depuis septembre 2009, après avoir reconquis le canton d'Argenteuil-Est lors d'une élection partielle consécutive à l'annulation de l'élection de la communiste Marie-José Cayzac.

Dès lors, les élections cantonales à venir devraient se focaliser, entre autres, sur ce département.

Au jour d'aujourd'hui, la répartition des sièges est la suivante : 20 élus pour la droite (dont 14 UMP et 6 divers droite) et 19 élus pour la gauche (dont 18 PS et 1 PCF).

19 cantons seront renouvelables en 2011 : 12 sont détenus par le PS (Argenteuil-Nord, Argenteuil-Ouest, Eaubonne, Ecouen, Franconville, Garges-lès-Gonesse-Est, Gonesse, Magny-en-Vexin, Saint-Ouen-l’Aumône, Sannois, Sarcelles-Nord-Est et Sarcelles-Sud-Ouest), 4 par l'UMP (Herblay, Marines, Montmorency et Viarmes) et 3 par des divers droite (Beauchamp, Beaumont-sur-Oise et la Vallée-du-Sausseron) .

Compte tenu des résultats à la fois des élections cantonales de 2004, des élections municipales de 2008 et des élections régionales de 2010, les cantons qui peuvent éventuellement être gagnables pour la droite sont ceux d’Ecouen, Franconville et Sannois, tandis que la gauche aurait ses chances à Herblay, la Vallée-du-Sausseron et Viarmes (dans le cadre d’une triangulaire avec le FN, dans ce dernier canton). Il pourrait donc y avoir, pour chaque camp, un gain potentiel de 1 à 3 sièges.
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 22:10

Re: La gauche pourra-t-elle conserver le Val-d'Oise ?

Messagede Robespierre » Mer 26 Mai 2010 12:11

Le projet de composition des conseillers territoriaux prévoit de ramener le nombre de cantons du Val d'Oise de 39 à 32 ...

Je ne connais pas ce département. Y a t'il des cantons faiblement peuplés dont il serait objectif de revoir le découpage ?
La gauche concentre t'elle ses gains dans les principales zones urbaines ? ... où les tentations de rationalisation se concentreront sans aucun doute ...

Ambiance detestable à venir !
Robespierre
 
Messages: 482
Inscription: Lun 25 Jan 2010 10:26
Localisation: Lille

Re: La gauche pourra-t-elle conserver le Val-d'Oise ?

Messagede Zimmer » Mer 26 Mai 2010 23:01

Le principal objectif du gouvernement actuel ne sera sans doute pas de favoriser la gauche dans le futur découpage des circonscriptions territoriales, dans ce département comme ailleurs.

Comme dans le reste de l'Ile-de-France et notamment sa grande couronne, les cantons ruraux, généralement moins peuplés, élisent plutôt des conseillers généraux de droite tandis que les cantons urbains sont davantage marqués à gauche. La gauche ne peut cependant pas se contenter de se concentrer sur les zones urbaines si elle souhaite conserver ses positions.

D'une manière générale et bien qu'elle ait conquis, de justesse, le conseil général en 2008, et reconquis, également d'extrême justesse la plus grande ville du département, Argenteuil, aux élections municipales de la même année, la gauche est en reflux dans le Val-d'Oise, depuis une vingtaine d'années. C'est ainsi qu'en 1988, sur les 9 sièges de députés que compte le département, le PS en détenait 5 et le PCF 1, en 1993, il n'y avait plus aucun député de gauche, en 1997, le PS en détenait 3, le PCF 1 et les Verts 1, en 2002, le PS en détenait 2 et en 2007 (alors que le scrutin était plus favorable à la gauche, sur le plan national, que celui de 2002), le PS n'en détenait plus qu'1.

C'est d'ailleurs une tendance qu'on observe depuis la même période, dans l'ensemble de la région parisienne : les départements plutôt populaires de sa périphérie (Val-d'Oise, Seine-et-Marne, Essonne) votent davantage à droite, tandis que Paris la bourgeoise (on dit aujourd'hui "bobo") vote de plus en plus à gauche. Ca semble d'ailleurs être assez représentatif de l'évolution de l'électorat qui vote aujourd'hui à gauche, davantage issu des classes moyennes et aisées, ayant plutôt suivi des études supérieures, tandis que l'électorat populaire et ouvrier lui est de moins en moins captif, sans doute parce qu'elle lui est moins audible.
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 22:10

Re: La gauche pourra-t-elle conserver le Val-d'Oise ?

Messagede Robespierre » Jeu 27 Mai 2010 11:31

... Où plutot que les grandes idéologies reculent et que dès lors, les catégories populaires sont d'avantage sensibles à la communication politique plutot qu'au fond, donc aux postures.

Or c'est bien ce qui caractèrise Sarkozy et qui a caractérisé sa campagne de 2007.

C'est le problème de nos démocraties ... l'émergence et la toute puissance actuelle d'un populisme éléctoral (anathèmes, thèses simplistes, relativisme à l'extrême ...).

... Des populations votant finalement pour la formation politique la moins à même de répondre à ses propres problématiques.

Heureusement, les masques tombent et les scores naguère prometteurs deviennent sanctionneurs.
Robespierre
 
Messages: 482
Inscription: Lun 25 Jan 2010 10:26
Localisation: Lille

Re: La gauche pourra-t-elle conserver le Val-d'Oise ?

Messagede Zimmer » Jeu 27 Mai 2010 22:04

Robespierre a écrit:... Où plutot que les grandes idéologies reculent et que dès lors, les catégories populaires sont d'avantage sensibles à la communication politique plutot qu'au fond, donc aux postures.


Donc, pour résumer et faire plus clair, les gens votent mal parce qu'ils sont cons ?

Permets-moi, cher Maximilien, de ne pas partager cette analyse.

En fait, je pense que c'est plutôt le mépris de classe d'une certaine "gauche" qui détourne de cette dernière une partie grandissante des catégories populaires. Celle-ci ne va d'ailleurs pas toujours jusqu'à voter à droite, mais se réfugie plutôt dans l'abstention.
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 22:10

Re: La gauche pourra-t-elle conserver le Val-d'Oise ?

Messagede Robespierre » Jeu 27 Mai 2010 23:07

Donc, pour résumer et faire plus clair, les gens votent mal parce qu'ils sont cons ?


Zimmer, pas d'anathème ! Pas de sélection de propos pour étayer tes interprêtations pour le moins hasardeuses.
Robespierre
 
Messages: 482
Inscription: Lun 25 Jan 2010 10:26
Localisation: Lille

Re: La gauche pourra-t-elle conserver le Val-d'Oise ?

Messagede Zimmer » Jeu 27 Mai 2010 23:48

Robespierre a écrit:
Donc, pour résumer et faire plus clair, les gens votent mal parce qu'ils sont cons ?


Zimmer, pas d'anathème ! Pas de sélection de propos pour étayer tes interprêtations pour le moins hasardeuses.


Excuse-moi. C'est ce que j'avais compris.
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 22:10

Re: La gauche pourra-t-elle conserver le Val-d'Oise ?

Messagede Sommar » Mer 11 Aoû 2010 12:31

Que les banlieues en particulier de la grande couronne parisienne glisse à droite, c'est pourtant bien une réalité. Il suffit de regarder les résultats de 1981/88/95/2007 pour observer le basculement: http://cdsp.sciences-po.fr/. Le Val d'Oise a toujours voté pour un candidat de gauche depuis sa création (s'il en a un au second tour) jusqu'en 1995, date à laquelle la droite est devenue majoritaire. Ce qu'il faut regarder, c'est pas les pourcentages qui ne disent souvent pas tout, mais les suffrages exprimés des deux camps, mais aussi la participation des électeurs inscrits.

Si la gauche dispose de bastions solides sur le département, elle est exposé à un handicap de taille: Son assise électorale est assez réduite aux territoires constituant l'ancienne banlieue rouge, alors que la droite est présente aussi bien dans les milieux urbains aisés ainsi que les zones péri-urbaines souvent moins marquées politiquement mais réputées peu à gauche. De ce fait la marge de manœuvre de la gauche est assez réduite, contrairement à l'Essonne par exemple où ses territoires sont mieux étalés sur le département.
Sommar
 
Messages: 66
Inscription: Dim 7 Mar 2010 19:18

Re: La gauche pourra-t-elle conserver le Val-d'Oise ?

Messagede Zimmer » Mer 11 Aoû 2010 23:14

Sommar a écrit:Si la gauche dispose de bastions solides sur le département, elle est exposé à un handicap de taille: Son assise électorale est assez réduite aux territoires constituant l'ancienne banlieue rouge, alors que la droite est présente aussi bien dans les milieux urbains aisés ainsi que les zones péri-urbaines souvent moins marquées politiquement mais réputées peu à gauche. De ce fait la marge de manœuvre de la gauche est assez réduite, contrairement à l'Essonne par exemple où ses territoires sont mieux étalés sur le département.


Nous pourrions en effet analyser la situation électorale actuelle du Val-d'Oise de cette façon. Mais comment expliquer son "glissement à droite" (dans le temps) que tu t'accordes également à reconnaître ?

Comme je le mentionnais précédemment, on assiste, depuis au moins 15 à 20 ans, dans l'ensemble de la France, à un glissement ("glissement" ne veut pas toujours dire "glissement majoritaire") à droite de certains secteurs géographiques, composés majoritairement ou en grande partie de couches populaires, qui constituèrent pendant très longtemps des bastions pour la gauche, tandis que des centres ville généralement assez bourgeois et jusqu'à une période encore relativement récente "acquis" à la droite, votent désormais majoritairement à gauche.

Dans le premier cas, je pense notamment à des zones de l'est de la France (en Lorraine, Franche-Comté, Champagne-Ardenne par exemple) ou encore de la Picardie et de la grande banlieue parisienne qui ont d'ailleurs assez grandement contribué à la victoire de Sarkozy en 2007, ou également de la région Nord-Pas-de-Calais qui semble désormais constituer le berceau de la "renaissance" du FN (l'implantation de Marine Le Pen dans cette région facilitant sans doute les choses), tandis que les centres de Paris et de Lyon, pour ne citer que ces exemples, optent désormais pour la gauche, en tout cas pour celle incarnée par le PS ou les Verts et Europe Ecologie.

Très modestement et on peut bien-sûr me contredire, je pense avoir donné déjà une réponse dans un précédent post sur ce même topic.
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 22:10

Re: La gauche pourra-t-elle conserver le Val-d'Oise ?

Messagede maxxx » Mar 24 Aoû 2010 00:52

Les investitures UMP sur 11 cantons ont été dévoilées par la fédération du Val d'Oise.

Il apparait clair que le Val d'Oise sera un des lieux d'affrontements les plus rudes, avec des chances sérieuses pour la droite de reprendre la majorité. Plusieurs cantons paraissent en effet gagnables par la droite et les duels entre gauche et droite y seront, à mon avis, particulièrement serrés (avec, ensuite, de possibles annulations, n'excluant pas des "blocages" et tensions comme celles rencontrées en octobre 2009).
- Sur Franconville, la réélection facile de Francis Delattre aux municipales face au conseil général du canton-ville Gérard Sebaoun met ce dernier en difficulté, comme d'ailleurs en 2004 où le second tour avait été particulièrement serré. Les réticences de l'UMP à investir Francis Delattre, pourtant candidat de longue date à la reprise de ce canton (il avait abandonné en conséquence son siège de député lors des législatives de 2007 pour se préparer à prendre la relève de François Scellier), suite aux déboires de l'affaire Soumaré, ont conduit à l'investiture de sa première adjointe, ce qui n'enlève rien au caractère serré de cette élection (surtout, avec le jeu des suppléances paritaires, Francis Delattre pourrait contribuer à faire élire son adjointe).
- Sur Garges-les-Gonesse-Est, l'investiture du maire UMP Maurice Lefèvre apparait là-aussi très stratégique. Le sortant Hussein Mokthari a en effet été élu avec une faible avance en 2004, dans un contexte de division fratricide de la droite, et pourrait patir de son conflit local avec le PCF, historiquement implanté et encore influent dans cette ville que Nelly Olin lui avait enlevé en 1995. Le maintien du PCF au second tour des municipales de 2008 avait en effet empêché le conseiller général PS de s'emparer de la ville. De plus, si Maurice Lefèvre avait été réélu en triangulaire face au PS et au PC (en récoltant 44% des voix), son mauvais score des municipales était dû à la division de la droite et à la dissidence de Michel Montaldo. Ce dernier ayant été réélu, certes de justesse, dans le canton ouest de la ville, il ne représente pas une menace pour le maire-candidat dans ce canton.
- Sur Sannois, l'élection de Christophe Duluard (PS) n'avait été acquise que par le jeu d'une élection partielle, provoquée par le jeu du cumul des mandats (Yannick Paternotte, le maire-conseiller général de la ville ayant été élu député en 2007 dans la circonscription voisine). Depuis, Yannick Paternotte a été réélu à la mairie de Sannois, toujours face au conseiller général PS. La candidate UMP investie est la deuxième adjointe au maire de Sannois, une proche de Yannick Paternotte, que ce dernier pourrait conforter en se plaçant en suppléant.

Tout ceci reste conditionné à l'absence de pertes pour la droite, mais celles-ci détient moins de sortants lors de ce renouvellement, et ne semble pas menacée outre mesure (sur Herblay, le résultat avait été serré en 2004 mais le conseiller général a depuis été facilement réélu maire de la ville). A surveiller toutefois : la succession de l'ancien sénateur Gérard Claudel (DVD) sur la Vallée du Sausseron : celui-ci, très implanté, ne se représentera certainement pas (il aura alors 86 ans!)
maxxx
 
Messages: 853
Inscription: Mar 17 Aoû 2010 21:20

Suivante

Retourner vers Élections cantonales de 2011

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité politique française.

Voir toutes les vidéos

Les marchés publics expliqués aux élus locaux

Patrice Cossalter

Le droit de la commande publique a été bouleversé début 2016. Il est d'autant plus indispensable d'intégrer ce droit nouveau que les élus ont un rôle juridique, stratégique et de management dans la commande publique...

Découvrir l'ouvrage

Ecrire un discours

Alexandra Fresse

Le discours est un exercice récurrent, voire quotidien, des élus. De l'inauguration au discours de campagne, écrire un discours demande à la fois rigueur et imagination. De la rigueur dans la forme, de l'imagination dans l'art de toucher l'auditoire...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité