Politiquemania

La base de données de la vie politique française

La Charente Maritime restera t elle à l'UMP?

Chambre de discussion sur les élections cantonales qui seront organisées en mars 2011 et visant au renouvellement de la moitié des conseillers généraux.

La Charente Maritime restera t elle à l'UMP?

Messagede pierrep » Ven 24 Sep 2010 08:00

Département interessant que la Charente Maritime, dont le CG a longtemps été MRG puis PS , avant de basculer à droite en 1985, Philippe Marchand le président PS sortant devant laisser son siège à François Blaizot, auquel succéda Claude Belot de 1994 à 2008 , qui lui même laissa sa présidence au ministre Dominique Bussereau ( UMP) en 2008.
Il est à noter que les présidents Blaizot et Belot étaient des élus du centre droit , tendance UDF-CDS de l'époque pour le premier et plus proche du parti radical pour le second. Ce dernier a d'ailleurs reussi à se maintenir à sa présidence grace au soutien lors des votes décisifs ( dont son élection en 2004 par exemple) des élus membres ou proches du MRG puis du PRG, en particulier ceux qui étaient élus de longue date dans des cantons ruraux .Cette " catégorie" d'élus ayant disparu du fait du retrait de la plupart d'entre eux en 2004 puis en 2008, le CG de Charente Maritime est désormais plus " clivé" et les votes se font de façon plus claire entre une gauche à 23 sièges actuellement et une droite ( en incluant l'élu Modem-non inscrit d'Aulnay) à 28.
C'est d'ailleurs avec ce score net que D. Bussereau a été élu président en 2008 ( Bernard Lalande PS obtenant 23 voix ) .
Ce département a été considéré comme " gagnable " par les instances du PS , locales comme nationales dès 2004 puis en 2008. Or, les résultats n'ont pas été à la hauteur de ces prévisions, la gauche essuyant même des échecs inattendus dans plusieurs cantons avec en particulier le passage progressif des anciens "fiefs" du radicalisme de gauche du sud de la Saintonge vers les divers droite et l'UMP ( Montguyon, Montlieu la Garde, Cozes, Mirambeau ..), les scores assez bas à Aytré en 2008, les pertes par le PS de Saint-Savinien, de Saint Hilaire de Villefranche ou encore de Matha.
Symétriquement le nord du département s'ancrait plus à gauche, sous l'influence de l'aire urbaine rochelaise qui génère une " rurbanisation " de l'Aunis, un afflux de nouveaux habitants non influencés par les traditions locales . C'est cette évolution qui a permis le gain par les verts de Marans en 2004 et au PRG de Courçon en 2008, contre des sortants pourtant implantés de longue date.
En schématisant on peut dessiner la géopolitique de ce département de la façon suivante :
1- L'aire rochelaise et l'Aunis où la gauche est bien ancrée. On peut à présent rattacher le secteur de Rochefort à cette catégorie ( avec des nuances cependant).
2- L'agglomération de Saintes et son aire d'influence qui semblent s'ancrer durablement au PS ( qui a regagné la mairie de Saintes en 2008 après une éclipse de 6 ans).
3-Le reste du département assez largement acquis à la droite, qu'il s'agisse de fiefs avérés comme le Royannais ou l'ile de Ré ou de l'arc assez rural qui va de Loulay à l'extrème sud du département en pasant par Saint Porchaire, Pons et Gémozac.
4-Au delà, on notera que grosso-modo l'Aunis est durablement orientée à gauche, alors que la Saintonge l'est à droite, chaque camp s'étant renforcé dans son secteur ces dernières années.
5-Quelques territoires sont en cours de mutation, soit qu'ils se trouvent dans l'aire d'influence rochelaise ( Surgères), soit qu'ils subissent une évolution socio-économique et politique ces dernières années ( Pays de Marennes-Oléron et secteur de Saint Jean d'Angély) .Pour plusieurs d'entre eux ces cantons sont à la charnière de l'Aunis et de la Saintonge .
C'est dans ces secteurs que pourraient se jouer les cantonales de 2011.

La composdition actuelle du CG est donc la suivante :
UMP: 19 ,DVD :7, Nouveau Centre 1, Modem 1 soit 28 sièges.
PS : 15 ,PRG : 7 ,Verts : 1 soit 23 sièges.


Les 26 sièges renouvelables en 2011 se répartissent de la manière suivante:

UMP et divers droite ( regroupés dans le même groupe "en avant la Charente Maritime"): 12 sièges.
PS et apparentés, dont un Vert: 9 sièges.
PRG et apparentés : 5 sièges.
Pour prendre la majorité la gauche devrait gagner 3 sièges en 2011 et n'en perdre aucun.

Dans ce contexte quels sont les cantons où la majorité de 2011 se jouera?

Dans d'assez nombreux cantons on peu considérer que le sortant, ou son camp s'il ne se représente pas, est assuré de se maintenir:

PS : Cantons de Aigrefeuille, Burie, Montendre, Rochefort-sud, Saintes-ouest, La Rochelle 6, soit 6 sièges.
Verts :canton de Marans, soit 1 siège.
PRG :cantons de Saujon, La Rochelle 1, 3 et 5, soit 4 sièges.
UMP et Divers droite: cantons de Loulay, Pons, Royan est et Royan ouest, Saint Genis de Saintonge, Saint Martin de Ré, Tonay Boutonne,Montlieu la Garde, soit 8 sièges.

Les cantons qui pourraient bouger:

Deux cantons PS sont fragiles:
-Archiac où Michel Lachaize PS a gagné en 2004 en triangulaire à la suite de divisions entre un UDF et un divers droite.
-Rochefort nord où le sortant André Bonin élu en 1998, réélu en 2004 est menacé par la nouvelle maire de Fouras ( élue en 2008 avec 63% dès le 1er tour distançant très nettement les trois listes de gauche se réclamant de la majorité sortante) , Sylvie Marcilly élue au conseil régional en 2010 et sur laquelle l'UMP fonde beaucoup d'espoir. En vis à vis André Bonin apparaitra plus en perte de vitesse du fait qu'il n'est plus élu à la mairie de Rochefort, et que son étiquette de " dauphin " potentiel du maire actuel Bernard Grasset n'est plus du tout d'actualité.

Un canton PRG est incertain:
-Saint Jean d'Angély où bien qu'élu avec 65 % des voix au second tour,en 2004, Jean Yves Martin pourrait être sérieusement constesté par le nouveau maire de la commune chef lieu, Paul-Henri Denieul qui a ravi cette ville au PS en 2008 de facon inattendue avec plus de 58% au premier tour, sur fond de crise économique.


4 cantons UMP et divers droite sont incertains et seront certainement le théatre d'élections assez disputées, c'est sur ceux-ci que la gauche fonde ses espoirs de conquète du Conseil général.

-Marennes où le sortant divers droite Marc Pellacoeur pourrait être sérieusement menacé par le nouveau maire PS de Marennes, Mickaêl Vallet qui profitant des traditionnelles divisions de la droite locale a été élu en 2008. M. Vallet a assis son implantation depuis ( Présidence du pays de Marennes-Oléron..) et semble en assez bonne posture pour jouer une carte en 2011.

-Saint Pierre d'Oléron où le candidat PS avait atteint près de 48% en 2004 et où le PS s'est emparé de la commune chef lieu en 2008 avec Patrick Moquay ( sur une quadrangulaire il est vrai mais avec un total de la gauche de pres de 56% sur deux listes).La seconde commune du canton , Saint Georges ayant également un maire PS. De plus il est vraisemblable que le sortant JP.Pevry ne se représentera pas.

-Surgères où la candidate PS atteignait un peu plus de 47 % en 2004, contre Philippe Guilloteau UMP. Ce dernier a cependant gagné haut la main les municipales de 2008 à Surgères avec près de 58% . Cependant l'évolution sociologique et la population nouvelle qui ont fait changer des cantons comme Courçon et Marans, pourrait se retrouver à Surgères en 2011, avec les phénomènes liés à la périurbanisation rochelaise.

-La Rochelle 4, où l'élue UMP Dominique Morvant l'a emporté avec 51,3% contre le vert Alain Bucherie en 2004, pourrait basculer en 2011. Bien qu'étant le "fief" historique de la droite rochelaise depuis des lustres, ce territoire pourrait évoluer dans le sens de la ville dans son ensemble,c'est à dire avec un renforcement du PS et de ses alliés.

Les cantonales de 2011 en Charente Maritime vont donc se jouer à une poignée de cantons près.
Si le PS peut fonder quelques espoirs il devra se garder dans deux à trois cantons dont les sortants sont fragilisés, et surtout faire face à l'offensive en règle du président sortant Dominique Bussereau . En effet ce dernier qui aura été libéré de ses charges ministérielles d'ici la, voudra également effacer le souvenir de son cuisant échec contre Ségolène Royal en mars 2010 aux régionales . De plus il est considéré, y compris par ses opposants, comme un homme de terrain efficace .La droite ayant avec lui un leader identifié, la gauche malgré des atouts dans plusieurs cantons incertains risque de manquer singulièrement de ce même type de locomotive.
Mon pronostic actuel est que l'UMP conservera ce Conseil général.
Je reviendrai sur ces analyses dès l'ensemble des candidatures connues.
pierrep
 
Messages: 1014
Inscription: Jeu 15 Avr 2010 20:43

Re: La Charente Maritime restera t elle à l'UMP?

Messagede Jean-Philippe » Ven 24 Sep 2010 08:36

Je suis d'accord avec le pronostic d'un maintien de la droite à la tête du département, même si une nouvelle progression de la gauche est possible.
Depuis 1998, la gauche a gagné sur la série renouvelable 5 cantons en 1998 (ne perdant que Loulay) et 3 autres en 2004. Elle a désormais plus à perdre que la droite.
Nombre d'élus de droite sont en place depuis environ 20 ans : ceux de Saint-Pierre-d'Oléron, de Saint-Martin-de-Ré, de Tonnay-Boutonne, de Royan-Est ont été élus en 1985, ceux de Royan-Ouest et de Pons respectivement en 1992 et 1993.
A gauche, un seul élu est en poste depuis plus de 15 ans : l'élu PRG de La Rochelle 5 (maire de Puilboreau), qui siège depuis 1992.

Cela peut jouer : l'usure éventuelle de certains élus facilite le risque de dissidence, surtout à droite. Cependant, en cas d'égalité, la présence dans son camp du doyen d'âge est décisive.
Sur Bussereau, son passage prolongé au gouvernement (depuis 2002 sans interruption) peut lui jouer de mauvais tours. La gestion de la tempête Xynthia notamment peut coûter cher à la droite, notamment dans les cantons littoraux.
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8947
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Re: La Charente Maritime restera t elle à l'UMP?

Messagede pierrep » Ven 24 Sep 2010 10:13

Effectivement la gestion de la tempête peut influer l'électorat, mais le canton le plus touché est Marans ( sortant Vert semblant bien implanté). D'autres secteurs touchés sont La Rochelle 9 et Aytré, non renouvelables en 2011. Quant à Rochefort nord également atteint par cette tempête, il semble que d'autres facteurs puissent jouer pour une éventuelle alternance .
Quant au canton de Ré il est hors d'atteient de la gauche , mais il peut être le théatre de sévères divisions dans le camp de la majorité départementale.
pierrep
 
Messages: 1014
Inscription: Jeu 15 Avr 2010 20:43

Re: La Charente Maritime restera t elle à l'UMP?

Messagede Zimmer » Ven 1 Oct 2010 00:28

Un article de Sud Ouest à propos des élections cantonales en Charente-Maritime.

Cantonales : un match ouvert
30 septembre 2010 06h00 | Par Thomas Brosset

À l'occasion du tchat avec Dominique Bussereau, état des lieux politique du département, à six mois des cantonales.

Image
Bernard Lalande et Dominique Bussereau, capitaines des deux équipes qui s'affronteront en mars prochain. photo Xavier Léoty

Score serré : 28-23 à la pause. La seconde mi-temps promet d'être chaude. Tout peut dépendre du vent politique et de l'âge du capitaine.

Métaphore rugbystique mise à part, les prochaines élections cantonales de Charente-Maritime, en mars prochain (1), ressemblent à s'y méprendre aux dernières. Avec la même question : le Département, ancré à droite depuis 25 ans, peut-il basculer à gauche ?

26 sièges sont renouvelables. 12 sont détenus par la majorité (UMP et divers droite), 14 par l'opposition (PS, PRG, Vert). Il suffirait à l'équipe de Bernard Lalande, maire socialiste de Montendre, de gagner trois cantons sans en perdre un seul pour que la face du département en soit changée.

Mais, comme dans un match de rugby, tout peut arriver d'ici mars 2011. La majorité peut basculer comme sortir renforcée de la joute électorale.

Bussereau plus disponible

Un premier élément à prendre en compte, c'est la disponibilité du capitaine de l'équipe de droite. Dominique Bussereau l'a dit et redit : il a demandé à Nicolas Sarkozy d'être dispensé de ses obligations ministérielles lors du prochain remaniement ministériel. Le principal reproche que lui faisait l'opposition - ne pas être à temps plein dans le département - va donc tomber de lui-même. Il pourra s'engager personnellement dans la campagne.

Reste à savoir si sa fidélité à Nicolas Sarkozy, dont les sondages ne sont pour l'heure pas favorables, sera un atout ou le desservira. Dominique Bussereau lui-même est renouvelable mais ne semble nullement menacé dans son fief de Royan-Est, pas plus d'ailleurs que Bernard Lalande à Montendre.

Les capitaines sont en position de force. Mais leurs troupes ? Dans le camp Bussereau, quatre cantons peuvent paraître incertains : Marennes, où le jeune maire socialiste Mickaël Vallet, très actif sur le terrain, semble prêt à déloger Marc Pellacoeur ; Saint-Pierre-d'Oléron, où le PS, majoritaire dans les deux communes principales, avait atteint 48 % en 2004 ; Surgères, qui suit la même évolution démographique et sociologique que Courçon et Marans, avec l'attractivité rochelaise, et pourrait donc vivre la même mutation politique ; enfin, La Rochelle 4 (quartier de la Genette), où l'UMP Dominique Morvant, en 2004, ne l'avait emporté que de très peu face à Alain Bucherie qui, depuis, n'appartient plus au parti des Verts, bien que toujours écologiste.

L'après-Xynthia

Dans le camp Lalande, trois cantons semblent également fragiles : Archiac, traditionnellement à droite mais où le socialiste Michel Lachaize avait été élu, en 2004, au bénéfice d'une triangulaire ; Saint-Jean-d'Angély, où la poussée du nouveau maire de droite, Paul-Henri Denieul, pourrait grignoter le capital de voix du radical Jean-Yves Martin ; Rochefort-Nord, enfin, où le socialiste sortant André Bonnin aura fort à faire avec Sylvie Marcilly, maire de Fouras, nouvelle égérie de la droite charentaise-maritime, malicieusement rebaptisée « la Mickaël Vallet de l'UMP ».

Hors ces sept cantons, dont l'incertitude semble avant tout politique, il en est aussi où les événements de ces derniers mois ou dernières années ont pu influer sur l'humeur des électeurs, dans un sens comme dans l'autre : la gestion de la crise d'après-Xynthia pour le Vert Bernard Ferrier à Marans ou l'UMP Léon Gendre à Saint-Martin-de-Ré ; les atermoiements autour du dossier d'autoroute A 831 pour les socialistes Christian Brunier à Aigrefeuille, André Bonnin à Rochefort-nord et Jacques Boucher à Rochefort-Sud ; la sécheresse et le débat sur l'irrigation pour Jean-Yves Martin à Saint-Jean-d'Angély et Bernard Rochet à Tonnay-Boutonne ; l'extension de la zone Seveso à la Pallice pour le radical Gilles Gautronneau.

Enfin, derniers éléments difficilement mesurables à six mois de l'échéance : la poussée démographique des zones périurbaines traditionnellement favorables à la gauche, l'usure des élus en place dans certains cantons et les négociations entre les différents partis ou mouvements de chaque camp. Entre socialistes et radicaux, tout baigne à gauche, puisqu'un accord vient d'être trouvé pour des candidatures communes au premier tour. Mais cela risque fort de ne pas être le cas avec Europe Écologie qui pourrait bien choisir l'autonomie.

(1) Les dates précises ne sont pas encore fixées.

http://www.sudouest.fr/2010/09/30/cantonales-un-m-atch-ouvert-198690-632.php
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

Re: La Charente Maritime restera t elle à l'UMP?

Messagede pierrep » Ven 1 Oct 2010 08:08

Cet article de Sud Ouest reprend point par point mon analyse , pour ce qui concerne les cantons menacés qu'ils aient un sortant PS ou UMP ( 3 PS/PRG, 4 UMP) . C'est à croire que nous sommes très très lus, ce dont je ne doutais pas !!
pierrep
 
Messages: 1014
Inscription: Jeu 15 Avr 2010 20:43

Re: La Charente Maritime restera t elle à l'UMP?

Messagede baudoin » Ven 1 Oct 2010 18:05

Il m'arrêtera si je me trompe, mais il y a plusieurs mois il me semble que Jean-Philippe avait fait un constat assez semblable. Je serais bien incapable de retrouver le sujet concerné par contre.
baudoin
 
Messages: 197
Inscription: Lun 20 Juil 2009 18:17

Re: La Charente Maritime restera t elle à l'UMP?

Messagede Jean-Philippe » Ven 1 Oct 2010 18:49

Je crois que Baudoin fait référence à mon état des forces (vite fait, comparé à la présentation de Pierrep), fait avant les régionales.

http://www.politiquemania.com/forum/2010-regionales-f20/les-regionales-poitou-charentes-t125.html
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8947
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Re: La Charente Maritime restera t elle à l'UMP?

Messagede Robespierre » Mar 5 Oct 2010 22:00

Cantonales: Michel Servit investi par l'UMP à Royan
Le comité départemental de l'UMP a donné hier l'investiture officielle au conseiller général sortant du canton de Royan-Ouest, Michel Servit, 77 ans. Jean-Michel Denis réserve sa décision. Gérard Filoche, lui, ne cache pas son "amertume" mais promet de se ranger à la logique de son parti.

Un premier tour des prochaines élections cantonales en Charente-Maritime s'est presque joué samedi, en fin d'après-midi, à Rochefort. En ce qui concerne en tout cas le canton de Royan-Ouest. Certains observateurs iront jusqu'à dire que l'élection s'est même joué lors de cette réunion du comité départementale de l'UMP, consacrée aux investitures, tant le deuxième canton de Royan est ancré à droite. Sans surprise, le conseiller général sortant, Michel Servit, a été désigné comme le candidat officiel de l'actuelle majorité départementale, malgré ses 77 ans et les candidatures de deux autres élus municipaux royannais, comme lui, Gérard Filoche et Jean-Michel Denis.

Au début du mois, par le biais d'une vidéo diffusé sur internet, Gérard Filoche, adjoint au maire en charge du tourisme à Royan, avait officialisé ses velléités de candidature. Il ne cachait pas ce matin son "amertume", se désolant de ne pas bénéficier du "retour d'ascenseur" que sa fidélité au parti aurait dû lui valoir, estime-t-il. "L'amertume existe, bien entendu, mais ayant le sens de la discipline et le respect de la hiérarchie, je respecterai la logique et la stratégie de mon parti en ne me présentant pas contre Michel Servit."

Autre candidat à la candidature, autre conseiller municipal royannais, d'opposition malgré son appartenance à l'UMP, Jean-Michel Denis ne ferme pas la porte à une candidature qui serait vécue comme "dissidente" par le président à la fois du conseil général et du comité départemental de l'UMP, Dominique Bussereau, qui a prévenu samedi qu'il ne tolérerait pas les duels fratricides. Jean-Michel Denis estime, depuis la joute municipale qui l'a opposée au printemps à Didier Quentin, qu'il a retrouvé "une certaine liberté" vis à vis de l'UMP. "Une majorité unie ne signifie pas "silence dans les rangs". J'entends participer au débat, d'une manière ou d'une autre." Et pourquoi pas en étant candidat lui aussi aux cantonales sur Royan-Ouest.


http://www.sudouest.fr/2010/10/03/canto ... 5-1510.php
Robespierre
 
Messages: 482
Inscription: Lun 25 Jan 2010 09:26
Localisation: Lille

Re: La Charente Maritime restera t elle à l'UMP?

Messagede Zimmer » Sam 30 Oct 2010 09:44

Le FN en ordre de marche
30 octobre 2010 06h00 | Par Ronan Chérel

Le Front national a présenté ses huit premiers candidats.

La fédération départementale du Front national a saisi l'occasion de la venue, jeudi soir, du vice-président exécutif du parti, Bruno Gollnisch, pour présenter aux Mathes huit de ses candidats aux élections cantonales de mars prochain. Huit noms, en attendant les investitures d'autres candidats. « Notre objectif, bien sûr, est d'être en mesure de présenter un candidat dans chacun des 26 cantons renouvelables », annonçait jeudi soir Jean-Marc Lacoste de Lareymondie, le secrétaire de la fédération départementale.

Pour l'heure, afin de surfer sur « une vague phénoménale de nouvelles adhésions après les élections régionales » qu'il dit constater, le Front national sera à coup sûr représenté par Patrice Audibert (canton de Saujon), Philippe de Bretagne (Royan-Ouest), Jean-Michel Guilloteau (Saint-Jean-d'Angély), Élise Somprou (Saint-Pierre-d'Oléron), Marie-Françoise Catalan (canton à déterminer), Jean-Marc Lacoste de Lareymondie (La Rochelle 1), Bernard Roy (Archiac) et Maxime Polin (La Rochelle 3).

http://www.sudouest.fr/2010/10/30/le-fn-en-ordre-de-marche-225701-4628.php
Zimmer
 
Messages: 3936
Inscription: Mar 11 Mai 2010 21:10

Re: La Charente Maritime restera t elle à l'UMP?

Messagede Jean-Philippe » Sam 30 Oct 2010 10:15

Je n'avais pas réagi sur le coup, mais l'investiture UMP accordée au sortant de 77 ans Michel Servit s'explique sûrement par le risque d'égalité entre gauche et droite. Cette dernière veut s'assurer d'avoir en son sein le doyen d'âge (comme le PS qui fait de même dans le Rhône).
Jean-Philippe
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 8947
Inscription: Sam 26 Sep 2009 21:11
Localisation: Mayenne

Suivante

Retourner vers Élections cantonales de 2011

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Mémento du président du bureau de vote

Joël Clérembaux

Ce mémento a été conçu et réalisé pour permettre aux présidents des bureaux de vote de disposer d'outils pratiques à mettre en oeuvre avant, pendant et après le scrutin. Il expose les principales tâches qui incombent au président du bureau de vote pour...

Découvrir l'ouvrage

Comprendre la TVA et ses évolutions pour maîtriser son impact et sécuriser sa récupération

Jean-Claude Chocque et Anne Lise Rodier

L'ouvrage expose les différentes catégories d'EPCI à fiscalité propre et de structures syndicales, les procédures de fusion et de modification de périmètre des EPCI à fiscalité propre et des...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité