Page 2 sur 2

Re: Lutte Ouvrière

MessagePosté: Sam 30 Déc 2017 13:22
de armi24
Eco92 a écrit:
armi24 a écrit:En 2008 LO avait soutenue quelque candidat-e-s du PCF, dont certain-e-s l'était aussi par le PS (Nathalie Arthaud avait d'ailleurs était élue à Vaulx-en-Velin à l'époque) mais ça semble être une parenthèse (avec le soutien à Royal au second tour des présidentielles de 2007) dans la ligne sectaire de LO (les militant-e-s semblent d'ailleurs en peine d'expliquer l'attitude de leur parti à ce moment)

Je ne sais pas si c'est sectaire ou non, s'allier avec le PS aujourd'hui est difficile pour tous à gauche (sauf EELV qui croit y voir un avantage apparemment, je ne me l'explique toujours pas), ce devait déjà l'être pour LO.


C'est surtout le refus d'accord avec tout le monde, NPA compris, que je qualifie de sectaire, le refus de l'alliance avec le PS je prône aussi en interne du PCF.

Re: Lutte Ouvrière

MessagePosté: Sam 30 Déc 2017 18:43
de Eco92
Pour les européennes, même en circo unique, LO aura bien du mal à atteindre les 5% je pense, le NPA aussi hein, quand au POI (qui aura peut-être de quoi monter une liste) encore moins.

Si on parle d'alliances avec d'autres que le PS on peut rappeler les européennes de 1999 ou une liste d'union LO-LCR avait été présentée, dans une circo unique d'ailleurs. Cela avait été un succès puisqu'avec 5,18 % ils avaient été la dernière liste à obtenir des élus, mais 5 parlementaires européens tout de même, soit autant que le FN et seulement un de moins que le PCF - d'ailleurs PCF, LCR et LO siégeaient à la GUE - ou que... CPNT.

C'était un résultat plutôt positif, qui a du enrichir les structures permettre de former des cadres, etc. LO avait eu trois députée : Arlette Laguiller, Armonia Bordes et Chantal Cauquil. La LCR avait fait élire Alain Krivine et Roseline Vachetta.

L'alliance a également existée aux régionales de 1993 (3 élus LO et 2 LCR) et en 2004 - 4,97 % de score national, mieux qu'en 93 mais 0 élu car le mode de scrutin a changé.

Re: Lutte Ouvrière

MessagePosté: Sam 30 Déc 2017 20:46
de RAYAN DU 09
Eco92 a écrit:Pour les européennes, même en circo unique, LO aura bien du mal à atteindre les 5% je pense, le NPA aussi hein, quand au POI (qui aura peut-être de quoi monter une liste) encore moins.

Si on parle d'alliances avec d'autres que le PS on peut rappeler les européennes de 1999 ou une liste d'union LO-LCR avait été présentée, dans une circo unique d'ailleurs. Cela avait été un succès puisqu'avec 5,18 % ils avaient été la dernière liste à obtenir des élus, mais 5 parlementaires européens tout de même, soit autant que le FN et seulement un de moins que le PCF - d'ailleurs PCF, LCR et LO siégeaient à la GUE - ou que... CPNT.

C'était un résultat plutôt positif, qui a du enrichir les structures permettre de former des cadres, etc. LO avait eu trois députée : Arlette Laguiller, Armonia Bordes et Chantal Cauquil. La LCR avait fait élire Alain Krivine et Roseline Vachetta.

L'alliance a également existée aux régionales de 1993 (3 élus LO et 2 LCR) et en 2004 - 4,97 % de score national, mieux qu'en 93 mais 0 élu car le mode de scrutin a changé.


Ces élections régionales dont tu parle ont eu lieu en 1998

Re: Lutte Ouvrière

MessagePosté: Sam 30 Déc 2017 21:11
de Eco92
Tout à fait, merci pour la correction !

Re: Lutte Ouvrière

MessagePosté: Dim 31 Déc 2017 15:13
de cevenol30
En termes de nombre de partis trotskystes ou d'extrême-gauche, il y en a en réalité bien plus que trois ou quatre, la plupart des autres se contentant de diffuser des journaux (généralement payants, afin de se financer) et/ou tenir des tables militantes aux manifs ou notamment dans les facs mais sans présenter de candidats aux élections (ou alors en alliances larges, c'est parfois arrivé en 1998 sans succès particulier et sans apporter de plus-value à la LCR ou autres partis connus).
En gros, leur stratégie c'est de diffuser leurs idées et attendre la révolution (sans participer à toutes les manifs en attendant, peut-être pour ne pas trop se fatiguer).
Certains comme les POI et aussi LO investissent en fait davantage le champ syndical qu'électoral, avec des présences fortes dans certaines sections locales voire fédérations CGT ou FO notamment, les nombres de syndiqués étant souvent largement supérieurs à ceux d'adhérents des partis. Ce peut être un vivier de recrutement, avec en plus l'avantage d'avoir côtoyé longuement le nouvel adhérent au travail et dans le syndicat, ce qui permet de bien le connaître.
Inversement, des syndicats historiquement assez parallèles à des partis se portent aujourd'hui nettement mieux, parce qu'on adhère plus facilement à un syndicat et qu'on le quitte plus difficilement (tout simplement parce qu'il défend les intérêts concrets du salarié). Je dis cela en pensant à SUD/Solidaires et le NPA (le premier n'est peut-être plus au sommet de sa forme mais existe bien plus que le second) mais c'est d'ailleurs vrai aussi de la CGT et du PCF, de la CFDT et du PS...