Politiquemania

La base de données de la vie politique française

La vie politique américaine

Ce forum permet de réagir sur tous les évènements politiques qui ne concernent ni la France ni l'Europe. Exprimez-vous sur les élections, décisions ou nominations dans le reste du monde.

Re: La vie politique américaine

Messagede pop03 » Sam 20 Juil 2019 23:16

Corondar a écrit:Acte 1 : comme souvent ça se passe sur twitter. Le président s'est fendu d'une série de tweets dans lesquels il s'en prend à plusieurs élues démocrates de la Chambre. Sur la forme c'est assez obscur : il s'adresse à des élues progressistes démocrates du Congrès (mais ne les nomme pas : "progressive" democrat congresswomen) qui viendraient de pays dont le gouvernement serait une catastrophe. Par contre, sur le fond, l'attaque raciste est elle évidente : il invite ces élues à repartir d'où elles viennent, pour soigner les pays dont elles sont originaires, puisqu'elles ne sont pas dignes des USA.
On suppose qu'il vise là plusieurs élues démocrates de la Chambre qui ont ses derniers jours dénoncé avec force la politique migratoire du gouvernement, notamment les conditions de détention inhumaines des clandestins, surtout des familles avec enfants.

Il est utile de rappeler les propos d'Ocasio-Cortez qui ont déclenché de vives polémiques en comparant les centres de rétention à des camps de concentration.
« Les Etats-Unis gèrent des camps de concentration à la frontière sud, c’est exactement ce qu’ils sont »
« Une présidence qui crée des camps de concentration est fasciste »
https://www.nouvelobs.com/l-amerique-se ... ation.html
pop03
 
Messages: 1716
Inscription: Jeu 26 Fév 2015 01:04

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Dim 21 Juil 2019 03:02

pop03 a écrit:
Corondar a écrit:Acte 1 : comme souvent ça se passe sur twitter. Le président s'est fendu d'une série de tweets dans lesquels il s'en prend à plusieurs élues démocrates de la Chambre. Sur la forme c'est assez obscur : il s'adresse à des élues progressistes démocrates du Congrès (mais ne les nomme pas : "progressive" democrat congresswomen) qui viendraient de pays dont le gouvernement serait une catastrophe. Par contre, sur le fond, l'attaque raciste est elle évidente : il invite ces élues à repartir d'où elles viennent, pour soigner les pays dont elles sont originaires, puisqu'elles ne sont pas dignes des USA.
On suppose qu'il vise là plusieurs élues démocrates de la Chambre qui ont ses derniers jours dénoncé avec force la politique migratoire du gouvernement, notamment les conditions de détention inhumaines des clandestins, surtout des familles avec enfants.

Il est utile de rappeler les propos d'Ocasio-Cortez qui ont déclenché de vives polémiques en comparant les centres de rétention à des camps de concentration.
« Les Etats-Unis gèrent des camps de concentration à la frontière sud, c’est exactement ce qu’ils sont »
« Une présidence qui crée des camps de concentration est fasciste »
https://www.nouvelobs.com/l-amerique-se ... ation.html


Je suis d'accord avec vous : c'est très utile de rappeler ces propos. Mais un simple rappel me parait un peu cours en l'espèce.

Ce propos d'Alexandria Ocasio-Cortez (AOC) est-il excessif et injurieux ? Incontestablement. Son analogie est-elle fondée ? Absolument pas. Ce propos défend-il la cause d'AOC ? Sans doute pas.
La réalité des faits devrait suffire : oui cette administration traite de manière indigne les clandestins, en ne respectant ni les traités internationaux, ni la justice américaine (plusieurs cours de justice US ont déjà condamné le gouvernement pour la séparation des familles, l'administration a fait appel, la SCOTUS va sans doute devoir se pencher sur la question...) ou tout simplement le respect le plus élémentaire du à la personne humaine (11 personnes sont déjà mortes en détention tout de même) dans une démocratie qui devrait se respecter. Le simple rappel de ces réalités devrait suffire, pas besoin de basculer dans un point Godwin d'une pauvreté intellectuelle confondante.
Mais est ce là le terrain choisi pas Trump ? Est ce là l'angle d'attaque retenu ?
Non. Déjà, Trump pratique une stratégie populiste ultra classique et éprouvée : si vous critiquez la politique du gouvernement US, alors vous êtes anti-Américain, un traître à la nation. Stratégie déjà utilisée par le passé : le maccarthysme, la guerre au Vietnam, la guerre en Irak, toutes ces périodes peu glorieuses de l'histoire US ont vu des politiciens-démagogues utiliser la même stratégie. Intellectuellement parlant, le procédé est aussi pauvre que la tirade d'AOC, et est aussi lamentable que ceux qui vous traitent d'antisémite si vous émettez des critiques sur la politique de l'état d’Israël (que personnellement je n'hésite pas à qualifier d'apartheid).
Mais Trump rajoute un étage à la fusée : cette accusation porte sur des immigrés, ou des enfants d'immigrés. Non seulement les élues qu'il attaque (surnommées the squad par le président) doivent être mises au ban de la nation, mais elles doivent aussi repartir d'où elles viendraient, des pays d'arriérés (je ne paraphrase pas, c'est bien le sens des tweets présidentiels concernant les pays en question : des pays gangrenés et en faillite).
Je note que Trump lui même décrit parfois l'Amérique avec des mots très durs (les états et les villes démocrates, l'Amérique d'il y a 2 ans pendant sa campagne), son slogan à lui seul (Make America great again) est déjà une critique au vitriol de l'Amérique (qui ne serait plus grande). Viendrait-il à l'esprit de quiconque au sein du parti républicain d'accuser Trump d'anti-américanisme ? Non. Mais, contrairement aux 4 membres de "l'escouade", Trump est un homme, et il est blanc.
Je note aussi que dans le dernier meeting de Trump en Caroline du Nord, un nouveau chant est apparu : le Send her back remplace le Lock her up.
https://edition.cnn.com/2019/07/18/opin ... index.html
Le ton est donné : les ennemis sont désignés. L'Amérique multiculturelle sera le nouvel épouvantail (Clinton n'étant plus disponible :) ). Et là aussi Trump le reconnait publiquement. Le but de la manœuvre est de faire un amalgame : le parti démocrate est un défenseur des anti-Américains, Trump et le GOP étant les seuls à représenter la véritable Amérique. L'Amérique blanche. Je veux bien écouter avec attention ceux qui tentent de relativiser les propos de Trump, de les contextualiser, de tenter d'en faire des explications de textes (désormais au sein du GOP, on tente de nous dire que quand Trump parle des les renvoyer chez elles, il parle de leurs districts, comme si ce serait moins grave, les districts en question et Porto Rico seront ravis d'apprendre que le président des Etats Unis les considère comme des pays étrangers décadents...). Mais, personnellement, chez moi, quand je croise quelque chose qui a des plumes, un bec et qui fait coin-coin en sortant d'une mare, j'appelle ça un canard. Quand je vois quelqu'un qui a de nombreuses reprises tient publiquement des propos racistes (le Mexique comme pays pourvoyeur de violeurs et de trafiquants, "les pays de merde", le fait que chez les néo-nazis aussi vous avez des gens biens, maintenant le désir de renvoyer chez "eux" des descendants d'immigrés, alors même qu'AOC ne rentre même pas dans cette catégorie, et j'en oublie surement d'autres...), et bien, oui, je le confesse, je l'appelle un raciste.
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2690
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede ploumploum » Sam 27 Juil 2019 18:20

Corondar a écrit:Ce propos d'Alexandria Ocasio-Cortez (AOC) est-il excessif et injurieux ? Incontestablement. Son analogie est-elle fondée ? Absolument pas. Ce propos défend-il la cause d'AOC ? Sans doute pas.
La réalité des faits devrait suffire : oui cette administration traite de manière indigne les clandestins, en ne respectant ni les traités internationaux, ni la justice américaine (plusieurs cours de justice US ont déjà condamné le gouvernement pour la séparation des familles, l'administration a fait appel, la SCOTUS va sans doute devoir se pencher sur la question...) ou tout simplement le respect le plus élémentaire du à la personne humaine (11 personnes sont déjà mortes en détention tout de même) dans une démocratie qui devrait se respecter. Le simple rappel de ces réalités devrait suffire, pas besoin de basculer dans un point Godwin d'une pauvreté intellectuelle confondante.


A la place des démocrates modérés, je me poserais des questions concernant la nouvelle égérie du parti : essayer de faire du D.Trump (les déclarations à l'emporte-pièce sans aucun fondement parfois) pour le battre, est-ce réellement une stratégie gagnante ?


Sinon, on peut signaler que la Chambre a rejeté il y a une dizaine de jours une résolution réclamant l'ouverture de la procédure de destitution du Président des Etats-Unis : il n'y a eu que 95 Pour. (332 Contre)
http://www.lefigaro.fr/international/et ... t-20190718

Et dans sa bataille concernant le mur aux frontières du Mexique, le Président des États-Unis obtient une victoire puisque la Cour Suprême autorise provisoirement l'utilisation de fonds du Pentagone.
https://www.lemonde.fr/international/ar ... _3210.html
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 15238
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Dim 28 Juil 2019 01:06

ploumploum a écrit:A la place des démocrates modérés, je me poserais des questions concernant la nouvelle égérie du parti : essayer de faire du D.Trump (les déclarations à l'emporte-pièce sans aucun fondement parfois) pour le battre, est-ce réellement une stratégie gagnante ?


Je suis assez d'accord. Je crains hélas que Trump a déjà nivelé par le bas énormément de comportements politiques outre atlantique. Par contre, je serais plus réservé pour qualifier AOC de nouvelle égérie du parti démocrate. D'une certaine frange du parti démocrate incontestablement. De l'ensemble du parti, j'en suis moins certain. Elle s'est déjà créée une collection d'ennemis au sein du parti assez impressionnante, au regard du peu de temps depuis lequel elle est entrée dans l'arène politique, au premier rang desquels Nancy Pelosi, qui goûte fort peu l'aspect très médiatique d'AOC, et ses déclarations tonitruantes et excessives.
Même au niveau électoral, je ne suis pas certain qu'elle soit si populaire que ça au sein de l'électorat démocrate dans son ensemble. Au sein de la gauche du parti démocrate elle est populaire, au delà d'un espace très urbain, je pense qu'elle a encore pas mal de chemin à faire si elle veut s'imposer au sein du parti de l'âne.
https://edition.cnn.com/videos/politics ... -politics/
Par contre, pour atteindre le niveau de Trump en matière de déclarations à l'emporte pièce, je pense quand même que même les démocrates les plus démagogues ont encore une marge de progression. Trump vient en effet d'attaquer violemment, dans un tweet, pèle mêle, la ville de Baltimore, ses habitants, et plus précisément le district représenté par le député Cummings (auquel le président reproche d'avoir accusé, lors d'une audition parlementaire, l'administration Trump de mentir sur la situation réelle des migrants dans les centres de détention, en l’embellissant). La ville étant décrite comme étant le lieu le plus infâme, dégoûtant, criminel et infesté de rats de tous les USA (par opposition à la situation à la frontière, que Trump décrit comme étant tout à fait bien gérée, il consent juste à reconnaître que la frontière est "juste un peu surpeuplée"). A tel point que Trump déclare qu'aucun être humain ne voudrait habiter là (les habitants de la ville apprécieront).
https://edition.cnn.com/2019/07/27/poli ... index.html
Précision : Cummings est Afro-Américain, et son district l'est à 60%
Après la sortie sur "l'escouade' et les traîtres à la Nation qui devraient repartir "chez eux", je crois qu'on voit très bien l'axe de campagne retenu par le président. Il reste environ 15 mois avant l'élection, je sens que le niveau déjà fort bas de l'élection de 2016 va être largement dépassé. Lors de la campagne de 2016 il fut fortement reproché (avec une certaine pertinence à mon sens) à Hillary Clinton d'avoir qualifié de "déplorables" beaucoup d'électeurs de Trump. Là, on a quand même le président en poste des USA qui dénie carrément aux habitants d'une ville de son pays le statut d'êtres humains...Je sens que cette campagne va être horriblement longue et atteindre des sommets de déclarations polémiques, pour ne pas dire plus.

ploumploum a écrit:Sinon, on peut signaler que la Chambre a rejeté il y a une dizaine de jours une résolution réclamant l'ouverture de la procédure de destitution du Président des Etats-Unis : il n'y a eu que 95 Pour. (332 Contre)
http://www.lefigaro.fr/international/et ... t-20190718


Si je ne m'abuse c'est la troisième ou quatrième fois que la Chambre rejette une telle résolution depuis les midterms ? Si les votes pour augmentent (un peu) à chaque fois, on est toujours très loin du compte. Et, de toute façon, je me répète, mais tant que Nancy Pelosi est la Speaker, il n'y aura pas d'impeachment. Au cours des derniers mois elle a prouvé sur plusieurs textes qu'elle tenait son caucus (elle a ainsi fait voter à l'unanimité ou presque des voix démocrates pas mal de textes importants, dont une augmentation du salaire minimum à 15$, qui devrait mourir de sa belle mort en ne passant pas les fourches caudines de McConnell pour le moindre vote au Sénat...), et elle a toujours été invariable sur l'impeachment : pour elle c'est une très mauvaise idée, et elle fera tout pour que ce projet formulé par certains démocrates reste à l'état de projet.
Et je pense en effet qu'elle a raison sur ce point.

ploumploum a écrit:120
Et dans sa bataille concernant le mur aux frontières du Mexique, le Président des États-Unis obtient une victoire puisque la Cour Suprême autorise provisoirement l'utilisation de fonds du Pentagone.
https://www.lemonde.fr/international/ar ... _3210.html


Victoire réelle, mais symbolique. Les délais et les enjeux étant ce qu'ils sont sur ce sujet épineux, le mur ne verra toujours pas le jour avant la fin du premier mandat. En effet, l'avis de la Cour Suprême suspend l'injonction qui empêchait l'exécutif d'utiliser les fonds en question, mais il ne se prononce pas sur le fonds du dossier (qui suit donc son cours devant les tribunaux concernés). En revanche, le secrétaire à la Défense vient d'annoncer qu'il redéployait des troupes le long de la frontière pour réparer (et repeindre, véridique...) les portions de mur déjà existantes (pendant un mois tout de même...). Avec les fonds en question (2.5 milliards, une goutte d'eau face au projet pharaonique défendu pendant la campagne), les portions existantes vont pouvoir être rendues rutilantes. Je pense que Trump va nous faire une jolie opération photo devant les portions en question, et déclarer son mur réalisé...
https://edition.cnn.com/2019/06/06/poli ... index.html
Par contre, ce vote a un impact potentiel majeur : la SCOTUS reconnait au pouvoir exécutif une forme de droit d'appropriation du budget fédéral pour des projets non consentis par le législatif. Beaucoup de républicains et de démocrates salivent déjà à l'idée de ce qu'ils pourraient faire à partir d'une telle jurisprudence...
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2690
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede ploumploum » Lun 29 Juil 2019 08:55

Et hop nouveau départ du Cabinet : le Président Trump annonce que Dan Coats va quitter la Direction du Renseignement National (qu'il occupait depuis mars 2017) le 15 août prochain.
Le Monde rappelle que l'ex-sénateur de l'Indiana était régulièrement en désaccord avec le chef de l'Etat, que ce soit sur l'ingérence russe ou encore la question nord-coréenne.
https://www.lemonde.fr/international/ar ... _3210.html

Le Président Trump a désigné John Ratcliffe, représentant du Texas, pour lui succéder.
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 15238
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La vie politique américaine

Messagede Eco92 » Ven 2 Aoû 2019 16:18

Nouveau départ officiel d'un traité international, les États-Unis quittent le traité sur les armes nucléaires intermédiaires, après l'avoir annoncé il y a six mois. Ce départ se fait en même temps que celui de la Russie enterre ce traité symbolique - et bilatéral, donc bon avec deux signataires qui s'en vont... - de la fin de la guerre froide. En cause : selon l'administration Trump la Russie ne respecterait pas l'accord, elle avait six mois pour montrer des signes de bonne foi et ne l'a pas fait.

Est-ce vrai ? A priori oui, il y a bien des missiles interdit mettant l'Europe à portée de tir. Et je n'ai guère confiance dans la volonté de Poutine de ne pas développer son armée. En tous les cas c'est important au moins symboliquement, reste à voir l'application concrète. Une des conséquence pourrait être l'arrivée de nouvelles armes américaine stockées dans des sites de pays de l'OTAN comme l'Allemagne, qui indique y être opposée.

De toute façon les enjeux actuels dépassaent un traité signé dans un monde opposant deux blocs quand aujourd'hui la pensée géostratégique doit être bien plus multipolaire. Mais bon, pas sur que ce soit vraiment la pensée trumpienne. (quoique Esper dit bien que des armes nucléaires en Europe seraient importantes pour contrer la Chine)


https://www.lemonde.fr/international/article/2019/08/02/les-etats-unis-sortent-officiellement-du-traite-sur-les-armes-nucleaires-intermediaires_5495989_3210.html
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 5544
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Re: La vie politique américaine

Messagede Eco92 » Ven 9 Aoû 2019 19:22

Plusieurs choses ont retenus mon attention aux USA ces derniers jours.

Tout d'abord les dialogues avec les talibans - dont est exclu le gouvernement afghans et durant lequel les talibans continuent les attentats sur le sol afghan - avance. Il semble qu'un départ des troupes américaines en 2020 soit acté avec une pierre d'achoppement sur le fait d'y garder une force anti-terroristes, les talibans ne veulent pas, Trump et ses hommes seraient prêt à l'accepter mais ça bloque au niveau du conseil de sécurité et cela bloquerait avec les parlementaires. D'autant que les américains laisseraient énormément de matériels derrière eux et que cela pourrait faire désordre. Sur le fond Trump est cohérent avec la ligne de sa campagne (retrait des troupes partout où il peut) et à une méthode visant à discuter avec des gens auparavant vu comme le mal tout en squizzant les alliés historiques (sauf pour l'Iran où là il fallait dégommer l'ex-axe du mal contre les alliés).
https://www.lemonde.fr/international/article/2019/08/09/afghanistan-les-americains-pourraient-partir-fin-2020_5498033_3210.html

En passant mais plus anecdotique, le secrétariat d'état a donné son agrément (nécessaire) à la nomination du fils Bolsonaro comme ambassadeur du Brésil aux USA. Le président Bolsonaro a également indiqué qu'il avait reçu une lettre « personnelle, manuscrite » de Trump approuvant cette nomination. Il avait déjà dit qu'il serait très heureux de cette nomination et qu'il n'y voyait aucun népotisme, ce qui est là aussi cohérent avec sa gouvernance.
https://www.lemonde.fr/international/article/2019/08/09/jair-bolsonaro-confirme-l-aval-de-washington-pour-nommer-son-fils-ambassadeur-du-bresil-aux-etats-unis_5498194_3210.html

Après la démission de Dan Coats, chef des renseignements, Trump a nommé Joseph Maguire, qui était à la tête de l’antiterrorisme depuis décembre, au poste de directeur intérimaire du renseignement. Il faut dire que la directrice adjointe des renseignement, Sur Gordon, venait elle aussi de démissionner, et que le premier choix de Trump pour le poste de directeur du renseignement, l'élu républicain du Texas à la Chambre des représentants John Ratcliffe, a du renoncé au poste après que le creux de son CV pour un poste de tel niveau ait été largement relevé. L'article ne dit pas si maguire cumule son poste à l'antiterrorisme avec ce poste intérimaire. Encore une fois une assez belle preuve de vacance de l'administration.
https://www.lemonde.fr/international/article/2019/08/09/le-chef-de-l-antiterrorisme-choisi-par-trump-a-la-tete-du-renseignement_5497863_3210.html

Et en parlant de vacances administratives et de problèmes de nominations, où pour le coup là Trump n'est pour rien (il faut dire qu'il a prouvé qu'il n'était pas certain que l'île est de son territoire - enfin là il s'en est rappelé pour condamner le gouverneur démocrate), Porto Rico traverse une grave crise de gouvernance. Outre les problèmes déjà anciens de l'île, le gouverneur de Porto Rico Ricardo Rossello a du quitter le poste après d’immenses manifestations fin juillet suite à la révélation de nombreux propos homophobes et misogynes dans des conversations internet, ainsi que d’accusations de corruption et de détournement de fonds.
Je ne retrouve plus le nom mais il me semble que la personne devant lui succéder statutairement était aussi concernée et avait donc démissionné aussi, passant la suite à la secrétaire à la justice Wanda Vazquez, qui avait refusé le poste. Juste avant son départ Ricardo Rossello a donc nommé Pedro Pierluisi en dernière minute pour le remplacer jusqu'aux élections de novembre 2020. Problème : la Chambre des représentants de Porto Rico a pu approuver la nomination avant le week-end mais pas le Sénat, qui ne siégeait pas à ce moment. Selon le gouverneur sortant une modification récente d'une loi de 1952 permettait de se passer de ce vote. La cours suprême locale a été saisie et à déclarer la nomination anti-constitutionnelle.
Wanda Vazquez a finalement indiqué que vu la situation elle acceptait le poste.
https://www.courrierinternational.com/depeche/porto-rico-senfonce-encore-davantage-dans-la-crise-politique.afp.com.20190807.doc.1je0m7.xml
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 5544
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Précédente

Retourner vers Politique dans le monde

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Guide de l'élu délégué aux travaux

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques communales de travaux et explique comment agir, quelles relations développer avec les acteurs et opérateurs, quels outils méthodologiques privilégier, quels rapports et coopérations bâtir...

Découvrir l'ouvrage

Le maire président de séance du conseil municipal

Joël Clérembaux

Le maire, en sa qualité d'exécutif du conseil municipal, se voit attribuer des compétences relatives aux réunions de l'assemblée délibérante. Administrer la séance du conseil municipal en assurant sa publicité et en tenant la présidence, diriger les...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités