Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Portrait chinois de Martine Martinel

Présentation

Martine Martinel

Martine Martinel est née en 1953 à Toulouse (Haute-Garonne).

A l’occasion du renouvellement cantonal de 1998, elle se porte pour la première fois candidate dans le canton de Toulouse-3. Présente au second tour face au candidat sortant, elle s’incline avec 48,08% des suffrages exprimés. De nouveau candidate lors de l’élection partielle de 2002, elle réalise une performance quasiment identique en réunissant sous son nom 47,79%. Elle renverse finalement la tendance, et entre au conseil général à l’issue de sa troisième tentative lors du renouvellement de 2004 (60,46%). Elle conserve son siège en 2011 en obtenant 63,78%.

En parallèle, en 2001, elle figure sur la liste d’union de la gauche qui tente de faire basculer la ville. Battue au second tour, sa 17e position sur la liste ne lui permet pas d’être éligible. Elle entre néanmoins au conseil municipal en mai 2005 après plusieurs départs dans les rangs de l’opposition. Elle ne conserve cette fonction que deux années, devenue parlementaire, elle démissionne afin de se mettre en conformité avec les dispositions en vigueur sur le non cumul des mandats. Elle retrouve toutefois cette fonction en avril 2013 : présente en 54e position sur la liste de Pierre Cohen présentée en 2008, les démissions progressives font d’elle la première suivante sur la liste. Ce retour au conseil municipal entraîne de fait son retrait de l’assemblée départementale.

En 2007, à l’occasion des élections législatives, elle est investie par le Parti socialiste dans la 4e circonscription de Haute-Garonne. Au soir du second tour, elle est élue députée avec 56,46% des suffrages exprimés. Candidate à sa propre succession en 2012, elle conserve son siège en obtenant la confiance de 65,91% des électeurs.

A l’Assemblée nationale, Martine Martinel est membre de la commission des affaires culturelles et de l'éducation et siège au sein du groupe Socialiste, républicain et citoyen.

Son portrait chinois

Si j'étais un objet

Une boucle d’oreille

Si j'étais un animal

Un chat

Si j'étais un évènement

Le festival d’Avignon

Si j'étais une couleur

Le Noir

Si j'étais un roman

Belle du Seigneur d'Albert Cohen

Si j'étais un film

La nuit du chasseur de Charles Laughton

Si j'étais un lieu

Le cloître des Jacobins à Toulouse

Si j'étais une devise

« La femme est l’avenir de l’homme » d’Aragon – Le fou d’Elsa

Si j'étais une légende politique

Nelson Mandela

Mon mentor politique

Mon père

Mon plus grand succès politique

L’élection de François Mitterrand en 1981

Mon plus grand échec politique

Le FN au 2nd tour de l’élection présidentielle en 2002

Ma plus grande réalisation d'élu

Avoir participé au vote du projet de loi en faveur du mariage pour tous pour lequel j’étais déjà engagée lors de mon mandat précédent

L'évènement politique qui m'a marqué

L’abolition de la peine de mort

Mon élection la plus difficile

Mon échec lors de ma première candidature aux cantonales en 1998

Mon prochain défi ou mon actualité

Appartenir à la majorité qui saura redonner espoir à la jeunesse, apporter des solutions à la crise et instaurer une vraie parité

Autres portraits chinois

Découvrir également les réponses de toutes les personnalités ayant accepté de participer au portrait chinois de Politiquemania.

Lectures recommandées

Campagnes électorales

de François Trétarre

Ce livre s'adresse aux candidats en campagne électorale ainsi qu'aux différents membres de leur équipe. Il intéressera également toute personne concernée par la vie démocratique, qu'elle soit acteur ou observateur.

Découvrir le livre

Les conquérants 2017

de Eric Revel & Xavier Panon

Bien malin qui prédira l’issue de la présidentielle à venir. Ils sont plusieurs à pouvoir prétendre s’asseoir dans le fauteuil de l’actuel président. Si la bataille s’annonce incertaine, la présence annoncée de Marine Le Pen au second tour et l’arrivée de ...

Les conquérants 2017