Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Congrès du Parti Socialiste (2018)

Partagez vos opinions sur l'actualité ou les évènements internes aux différents partis politiques français.

Congrès du Parti Socialiste (2018)

Messagede Eco92 » Mar 9 Jan 2018 11:13

Après le renoncement de NVB, Stéphane Le Foll a annoncé sa candidature, qu'on imagine peu critique du mandat passé tant il est l'incarnation du hollandisme (le seul qui reste ?). Carvounas est toujours déclaré, Maurel semble assurer de se préseNter.

Olivier Faure, patron du groupe, devrait annoncer bientôt sa candidature au nom des "quadras", Rachid Temal s'y voit aussi, tout en sachant qu'il a peu de chance. Ce que m'apprend l'article c'est quand même que Julien Dray croit en sa chance, ce que je trouve complètement fou aussi.


Avec Dray et Le Foll le PS part pour un franc renouvellement dis donc.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2018/01/09/le-ps-face-a-la-multiplication-des-candidatures-au-poste-de-premier-secretaire_5239119_823448.html
Dernière édition par ploumploum le Dim 21 Jan 2018 12:06, édité 1 fois.
Raison: Création d'un sujet spécifique au congrès du PS à partir du sujet sur le parti.
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 4655
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Re: Vie interne du PS

Messagede Patience » Mar 9 Jan 2018 12:04

Eco92 a écrit:Avec Dray et Le Foll le PS part pour un franc renouvellement dis donc.

Ne vous moquez pas à bon compte de la sorte camarade Eco92, il y a d'autres mouvements politiques où les congrès ont soi-disant accouché de neuf mais qu'avec du vieux (et rance) et le moins que l'on puisse dire c'est que, séquences électorales à l'appui (enfin quand ils présentent encore des candidats ;-), ils n'en sont pas sortis en meilleure santé sur bien des plans ...
Patience
 
Messages: 65
Inscription: Ven 12 Mai 2017 08:59

Re: Vie interne du PS

Messagede pmf » Mar 9 Jan 2018 12:32

Le renouvellement pour le renouvellement, cela n'a pas de sens dans les organisations politiques qui ne sont pas des produits soumis à la mercatique et à la communication de type cabri comme disait un Homme Politique célèbre et reconnu pour ses actions et ses idées.

Le Parti Socialiste souffre d'une absence de clarification idéologique entre deux lignes difficilement conciliables, celle des sociaux-démocrates et celle des socialistes utopistes.
Julien Dray et Stéphane Le Foll sont deux sociaux-démocrates fort respectables et réduire Stephane Le Foll a sa profonde amitié avec François Hollande ne correspond pas à la réalité de la pensée de l'intéressé.
pmf
 
Messages: 1384
Inscription: Mer 2 Déc 2015 18:56

Re: Vie interne du PS

Messagede Relique » Mar 9 Jan 2018 12:36

pmf a écrit:Le renouvellement pour le renouvellement, cela n'a pas de sens dans les organisations politiques qui ne sont pas des produits soumis à la mercatique et à la communication de type cabri comme disait un Homme Politique célèbre et reconnu pour ses actions et ses idées.

Le Parti Socialiste souffre d'une absence de clarification idéologique entre deux lignes difficilement conciliables, celle des sociaux-démocrates et celle des socialistes utopistes.
Julien Dray et Stéphane Le Foll sont deux sociaux-démocrates fort respectables et réduire Stephane Le Foll a sa profonde amitié avec François Hollande ne correspond pas à la réalité de la pensée de l'intéressé.



Tout de même... Sans préjuger des qualités intellectuelles des uns et des autres, Julien Dray a tout de même annoncé qu'il était intéressé en disant qu'il y "pensait même quand il ne se rasait pas". Une référence à l'ambitieux Sarkozy avant sa campagne présidentielle de 2007.

J'ai l'impression que Julien Dray a arrêté ses montres il y a 10 ans...
Relique
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2079
Inscription: Jeu 20 Jan 2011 13:03

Re: Vie interne du PS

Messagede pba » Mar 9 Jan 2018 13:48

pmf a écrit:Le renouvellement pour le renouvellement, cela n'a pas de sens dans les organisations politiques qui ne sont pas des produits soumis à la mercatique et à la communication de type cabri comme disait un Homme Politique célèbre et reconnu pour ses actions et ses idées.

Le Parti Socialiste souffre d'une absence de clarification idéologique entre deux lignes difficilement conciliables, celle des sociaux-démocrates et celle des socialistes utopistes.


sans clarification idélogique, sans cohérence, et sans candidat charismatique, le PS n'émergera pas dans les 2 années qui viennent .

S.Le Foll et J.Dray sont les plus connus, mais archi-connus et archi-hollandais ! Or, sans faire une sorte de bilan du hollandisme,et une clarification crédible par rapport à E.Macron , pas de salut !
Les autres candidats, déclarés à ce jour, ne sont connus que de leur section, au mieux de leur courant, mais en aucun cas du sympathisant de "base " !
pba
 
Messages: 724
Inscription: Lun 8 Aoû 2011 14:26

Re: Vie interne du PS

Messagede pmf » Mar 9 Jan 2018 14:28

Je partage une bonne partie de vos observations.
Le PS doit, en premier lieu, clarifier sa ligne idéologique pour éviter que ne coexistent en son sein deux lignes qu'un ex Premier Ministre a considérées comme irréconciliables.
Ces deux lignes, fort divergentes, existent notamment depuis 2002 et l'échec cinglant de Lionel Jospin à l'élection présidentielle, échec qui n'a pas été analysé au fond en termes politiques.
Le PS s'est relevé de cet échec en étant la seule opposition existant de 2002 à 2012 et en remportant fortement les élections locales au point de parvenir à accéder à la Présidence du Sénat qui paraissait pourtant inaccessible de par les modes de scrutin.
Le nouveau paysage politique, dessiné en 2017 par l'élection présidentielle et sa réplique législative, place le PS dans une impérieuse obligation de clarifier ses positions au regard de la Majorité Présidentielle, d'une part, et, d'autre part, de La France Insoumise, actuellement Force politique principale à gauche.
Jean-Luc Mélenchon avait théorisé les difficultés d'absence de clarification idéologique rencontrées par le PS en quittant en 2008 le PS et l'Histoire Politique lui à donné raison.
Rappelons nous que deux lignes politiques fort opposées se sont déjà affrontées à plusieurs reprises au sein du PS avec les lignes Mollet-Mitterrand en 1971, les lignes Mitterrand-Rocard en 1979 et les lignes Jospin-fabius en 1990.
pmf
 
Messages: 1384
Inscription: Mer 2 Déc 2015 18:56

Re: Vie interne du PS

Messagede cevenol30 » Ven 12 Jan 2018 00:05

Avant même de parler de ligne idéologique, on parle surtout des candidats au poste de premier secrétaire... Déformation médiatique certes en partie, d'autant qu'on connaît à peu près la ligne des uns et des autres mais le PS semble encore plongé dans les questions de personnes. Certes, il peut y avoir des questions de ce côté, entre les départs ou faiblesses de présence de certains, les défauts trop visibles des autres voire le passé qui pèse un peu (Dray et les montres...), la notoriété publique insuffisante d'autres encore même quand ils font de la politique depuis deux ou trois décennies.
Les fortes personnalités tendent à être éjectées dès que l'occasion s'en présente (on pourrait même dire qu'il y a de l'éjectionnite à tout va localement) et celles qui ont du potentiel tendent probablement, soit à aller voir ailleurs si c'est compatible avec leur façon de voir (le parti pesant dans les 8%, il peut sembler moins porteur aux ambitieux), soit se concentrent sur la conservation de leur mandat local, municipal notamment.
Pourtant, il faut davantage s'attendre à la montée en notoriété de personnalités sortant des coulisses qu'à l'arrivée miraculeuse d'un Mitterrand ou d'un Rocard (qui avaient leurs défauts aussi).

Sur le fond, l'absence de phase de textes préliminaires aux textes d'orientation, si elle simplifie la procédure et allège les masses de courrier envoyées, semble tout de même contribuer à la faiblesse du débat de fond. Cette phase obligeait tout de même, pour se "prépositionner", à rédiger ou au moins signer en commun des textes de fond. Certes, il reste pour cela la phase de congrès proprement dite avec le dépôt, direct dorénavant, de textes d'orientation.

Clarifier la ligne semble difficile maintenant. Ejecter purement et simplement une aile au lieu de lui permettre d'exister en tant que minoritaire, comme cela s'est plus ou moins toujours fait serait d'une part quasi impossible et d'autre part assez suicidaire: en pesant 8%, le risque de passer sous la barre des 5 est non négligeable, ce n'est plus le moment. Quant à établir une ligne et avoir un camp vainqueur et un vaincu, cela se fait quasiment à chaque fois: en général, il y a une synthèse (sauf à Rennes 1990...) et la majorité n'inclut pas l'aile gauche (sauf parenthèses Emmanuelli et Aubry). Ceux de l'aile gauche savent qu'ils ont vocation à rester minoritaires (ce qui n'interdit pas de rêver)... ou à passer individuellement dans des tendances plus "normalisées" comme l'ont fait Ayrault ou Dray. C'est d'ailleurs un des intérêts des congrès: permettre aux uns et aux autres de glisser dans un sens ou dans l'autre au sein du spectre relativement large couvert par le parti.

Le PS a en effet eu vocation à être un parti relativement attrape-tout, comme tout parti de gouvernement, couvrant un intervalle entre positions totalement incompatibles, typiquement entre la gauche dure et le centre/centre-droit. Son souci actuel est d'être repassé de la position de parti dominant qui écrase les autres à celui d'interstice coincé entre des mouvements (FI et LREM) qui ont su être efficaces... et qui comptent de nombreux transfuges du PS, ce qui a enlevé des forces à celui-ci et fait que ses proches adversaires le connaissent par coeur. Les problèmes ont commencé pour le PS quand il a commencé à avoir des scissions sur ses deux bords dès 2007 (et même avant avec le MdC de Chevènement): Bockel et Besson passés à droite, Mélenchon puis Larrouturou faisant des scissions sur l'aile gauche... Hamon n'étant que le dernier en date à quitter le navire pour monter son radeau avec l'espoir que ce soit le contraire, espoir réalisé dans le cas de Mélenchon d'ailleurs.
Inversement, le PS a un potentiel de récupération de ses anciens électeurs; comme tout potentiel, il reste à le rendre effectif.

Le souci de fond pour le PS est la disparition de ses bases socio-économiques: d'une part, sociologiquement, une classe moyenne ascendante, avec de l'espoir dans l'avenir et un souci de justice car elle n'oubliait pas d'où elle venait. D'autre part (ou est-ce une autre façon de dire la même chose??) la possibilité d'une résolution de la tension entre tout-économique et tout-social dans un contexte démocratique (par opposition, historiquement, aux dictatures capitalistes puis aussi aux systèmes de type URSS) où tous les types de structure d'entreprise, de l'association à la société capitaliste classique, sont permis et toutes les opinions politiques démocratiques même de droite peuvent s'exprimer et prévaloir.
Or le premier contexte était assez lié au type d'économie et d'entreprise qui prévalait jusqu'à récemment: une croissance parfois élevée mais progressive (parce qu'une industrie, ça se construit progressivement), de grandes entreprises aux effectifs croissants et pléthoriques négociant avec les syndicats des salaires de nature à capter et fidéliser cette main-d'oeuvre. Maintenant l'activité est plus volatile (tout le monde risquant d'être ubérisé ou robotisé), les grandes entreprises (au sens du nombre de salariés) sont plutôt en compression d'effectifs, bref le changement et la sécurité ne vont plus de pair et il est plus compliqué d'avoir un pied de chaque côté.
cevenol30
 
Messages: 2510
Inscription: Lun 16 Mar 2015 00:52

Re: Vie interne du PS

Messagede pierrep » Ven 12 Jan 2018 22:51

cevenol30 a écrit:Avant même de parler de ligne idéologique, on parle surtout des candidats au poste de premier secrétaire... Déformation médiatique certes en partie, d'autant qu'on connaît à peu près la ligne des uns et des autres mais le PS semble encore plongé dans les questions de personnes. Certes, il peut y avoir des questions de ce côté, entre les départs ou faiblesses de présence de certains, les défauts trop visibles des autres voire le passé qui pèse un peu (Dray et les montres...), la notoriété publique insuffisante d'autres encore même quand ils font de la politique depuis deux ou trois décennies.
Les fortes personnalités tendent à être éjectées dès que l'occasion s'en présente (on pourrait même dire qu'il y a de l'éjectionnite à tout va localement) et celles qui ont du potentiel tendent probablement, soit à aller voir ailleurs si c'est compatible avec leur façon de voir (le parti pesant dans les 8%, il peut sembler moins porteur aux ambitieux), soit se concentrent sur la conservation de leur mandat local, municipal notamment.
Pourtant, il faut davantage s'attendre à la montée en notoriété de personnalités sortant des coulisses qu'à l'arrivée miraculeuse d'un Mitterrand ou d'un Rocard (qui avaient leurs défauts aussi).

Sur le fond, l'absence de phase de textes préliminaires aux textes d'orientation, si elle simplifie la procédure et allège les masses de courrier envoyées, semble tout de même contribuer à la faiblesse du débat de fond. Cette phase obligeait tout de même, pour se "prépositionner", à rédiger ou au moins signer en commun des textes de fond. Certes, il reste pour cela la phase de congrès proprement dite avec le dépôt, direct dorénavant, de textes d'orientation.

Clarifier la ligne semble difficile maintenant. Ejecter purement et simplement une aile au lieu de lui permettre d'exister en tant que minoritaire, comme cela s'est plus ou moins toujours fait serait d'une part quasi impossible et d'autre part assez suicidaire: en pesant 8%, le risque de passer sous la barre des 5 est non négligeable, ce n'est plus le moment. Quant à établir une ligne et avoir un camp vainqueur et un vaincu, cela se fait quasiment à chaque fois: en général, il y a une synthèse (sauf à Rennes 1990...) et la majorité n'inclut pas l'aile gauche (sauf parenthèses Emmanuelli et Aubry). Ceux de l'aile gauche savent qu'ils ont vocation à rester minoritaires (ce qui n'interdit pas de rêver)... ou à passer individuellement dans des tendances plus "normalisées" comme l'ont fait Ayrault ou Dray. C'est d'ailleurs un des intérêts des congrès: permettre aux uns et aux autres de glisser dans un sens ou dans l'autre au sein du spectre relativement large couvert par le parti.

Le PS a en effet eu vocation à être un parti relativement attrape-tout, comme tout parti de gouvernement, couvrant un intervalle entre positions totalement incompatibles, typiquement entre la gauche dure et le centre/centre-droit. Son souci actuel est d'être repassé de la position de parti dominant qui écrase les autres à celui d'interstice coincé entre des mouvements (FI et LREM) qui ont su être efficaces... et qui comptent de nombreux transfuges du PS, ce qui a enlevé des forces à celui-ci et fait que ses proches adversaires le connaissent par coeur. Les problèmes ont commencé pour le PS quand il a commencé à avoir des scissions sur ses deux bords dès 2007 (et même avant avec le MdC de Chevènement): Bockel et Besson passés à droite, Mélenchon puis Larrouturou faisant des scissions sur l'aile gauche... Hamon n'étant que le dernier en date à quitter le navire pour monter son radeau avec l'espoir que ce soit le contraire, espoir réalisé dans le cas de Mélenchon d'ailleurs.
Inversement, le PS a un potentiel de récupération de ses anciens électeurs; comme tout potentiel, il reste à le rendre effectif.

Le souci de fond pour le PS est la disparition de ses bases socio-économiques: d'une part, sociologiquement, une classe moyenne ascendante, avec de l'espoir dans l'avenir et un souci de justice car elle n'oubliait pas d'où elle venait. D'autre part (ou est-ce une autre façon de dire la même chose??) la possibilité d'une résolution de la tension entre tout-économique et tout-social dans un contexte démocratique (par opposition, historiquement, aux dictatures capitalistes puis aussi aux systèmes de type URSS) où tous les types de structure d'entreprise, de l'association à la société capitaliste classique, sont permis et toutes les opinions politiques démocratiques même de droite peuvent s'exprimer et prévaloir.
Or le premier contexte était assez lié au type d'économie et d'entreprise qui prévalait jusqu'à récemment: une croissance parfois élevée mais progressive (parce qu'une industrie, ça se construit progressivement), de grandes entreprises aux effectifs croissants et pléthoriques négociant avec les syndicats des salaires de nature à capter et fidéliser cette main-d'oeuvre. Maintenant l'activité est plus volatile (tout le monde risquant d'être ubérisé ou robotisé), les grandes entreprises (au sens du nombre de salariés) sont plutôt en compression d'effectifs, bref le changement et la sécurité ne vont plus de pair et il est plus compliqué d'avoir un pied de chaque côté.

Pour ce qui est des congrès du PS pas de synthèse non plus à Metz en 1979....
pierrep
 
Messages: 1082
Inscription: Jeu 15 Avr 2010 20:43

Re: Vie interne du PS

Messagede cevenol30 » Dim 14 Jan 2018 01:21

En 1979, il y avait eu une synthèse partielle pour former une majorité (bon, ce n'est pas une synthèse générale qui seule peut porter le nom de synthèse stricto sensu). Il y a aussi eu des synthèses fort partielles, ainsi le congrès de 2003 a juste vu une synthèse entre la motion majoritaire de F. Hollande et Utopia qui était bien plus petite. Et d'autres congrès sans synthèse ni même réunion de motions.
cf. https://www.france-politique.fr/congres-ps.htm
Le souci est surtout quand il n'y a pas du tout de ligne majoritaire ressortant d'une phase de congrès, i.e. pas de motion majoritaire absolue et pas de synthèse.
cevenol30
 
Messages: 2510
Inscription: Lun 16 Mar 2015 00:52

Re: Vie interne du PS

Messagede diasflac » Dim 14 Jan 2018 17:12

Peillon en sous main main?
Selon Libération, le premier secrétaire de Haute-Garonne n'excluerait pas de présenter contre Faure... à la fin il congédie Libé pour avoir Peillon.
Ce dernier pour moi a mordu sur Montebourg et baissé Valls pour favoriser Hamon aux primaires. Là il sort de l'ombre avec son pote Dray qui lui aussi l'avait soutenu aux primaires.
Le Jospinisme est de retour?
diasflac
 
Messages: 247
Inscription: Jeu 22 Jan 2015 23:04

Suivante

Retourner vers Vie des partis

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Guide de l'élu délégué au tourisme

Jean-Luc Boulin

Le tourisme représente un atout de plus en plus fort pour les collectivités locales : générateur d'emplois, facteur d'attractivité territoriale, créateur de lien social, il s'inscrit de façon transversale dans les politiques publiques. Comment, lorsqu'on est élu délégué...

Découvrir l'ouvrage

Guide de l'élu délégué aux sports

Patrick Bayeux

Aucune obligation n'incombe aux communes en matière de politique sportive. En effet, le sport a cette particularité de n'avoir fait l'objet d'une répartition de compétences ni dans les lois de décentralisation, ni même dans la loi sur le sport...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité