Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Quel avenir pour Nicolas Sarkozy ?

Laissez votre imagination s'exprimer. Quel sera le futur de la vie politique en France ? Qui seront les gagnants ou les perdants ? A vous de le dire.

Re: Quel avenir pour Nicolas Sarkozy ?

Messagede Draume » Dim 6 Juil 2014 07:06

Comment se fait-il que le conseil constitutionnel et l'organe qui surveille les comptes de campagne ne l'ont pas remarqué

Le président du Conseil constitutionnel J-L Debré a tenu à rétablir les faits : "Nous n'avons pas des enquêteurs, nous n'avons pas de pouvoir de police judiciaire, nous ne pouvons pas faire de perquisitions, des saisies ! Lorsque nous avons instruit l'af faire, c'est moi qui signais les lettres pour demander des précisions à telle personne. Nous ne sommes pas la police judiciaire. On laisse entendre que nous aurions vérifié l'ensemble des comptes de campagne de l'ancien président Non ! Ce n'est pas exact ! Nous n'avons pas validé les comptes, nous avons validé la décision de la Commission nationale de contrôle qui avait constaté qu'il avait dépassé les plafonds autorisés. "

Le président de la CNCCFP, F Logerot procéda à une mise au point après la révélation Bygmalion : «La commission a fait son travail avec les moyens qui sont les siens. Nous n’avons pas de pouvoirs d’investigation sur les comptes des partis, ni sur les comptes bancaires et encore moins sur la comptabilité des prestataires de service», répondant à ceux qui soutenaient qu’il n’y avait rien à voir, puisque la commission n’a rien vu. "L'équipe Sarkozy était au courant des règles : nous les avons rappelées à plusieurs reprises. Le code électoral fixe des règles claires. Toutes les dépenses doivent être consignées ". Selon Logerot, "certaines dépenses n'étaient pas dans le compte ou sous-évaluées".
Draume
 
Messages: 1352
Inscription: Lun 26 Déc 2011 17:11

Re: Quel avenir pour Nicolas Sarkozy ?

Messagede ploumploum » Dim 6 Juil 2014 10:55

Corondar a écrit:Ensuite, sur le procès en berlusconnisme, j'avoue être assez perplexe. Est-ce à dire que la critique d'un système judiciaire (qu'elle soit fondée ou non d'ailleurs) est obligatoirement un signe de dérapage populiste ? Autant, je trouvais que lorsqu'il était président, il était très choquant d'entendre Sarkozy critiquer les juges (rôle de garant des institutions tout ça tout ça), autant, maintenant qu'il est redevenu un justiciable non-présidentiel, critiquer la justice est son droit le plus strict (il n'est pas le premier mis en examen à le faire, il ne sera pas le dernier). Et, que je sache, Berlusconi n'est pas non plus l'inventeur de cette ligne de défense consistant, pour un mis en examen, à mettre en cause une justice partiale, incompétente ou inefficace (encore une fois, je ne dis pas que ce soit forcément le cas en l'espèce, je dis juste que c'est un grand classique pour tout mis en examen, et que c'est parfaitement une ligne de défense, ou d'attaque, valable). Et, étant donnés les prises de position politiques officielles d'une des deux juges et le déplorable épisode dit du "mur des cons", Sarkozy serait un peu bête de ne pas tenter le coup du "mes juges sont partiaux" (encore une fois, je ne dis pas qu'ils le sont, je constate juste qu'il a quelques cartouches à faire valoir de ce côté là).



Nicolas Sarkozy n'est pas un justiciable comme un autre. Il a été durant 5 années le 1er garant des institutions républicaines.
Et d'une certaine façon il est encore l'un des garants (en théorie) en étant membre de droit du Conseil Constitutionnel.


Concernant les prises de position de Mme Claire Thépaut, les sarkozystes ont exagéré quelques aspects. Voici ce qu'indiquent les Décodeurs du Monde :
- elle n'a pas été membre de la direction du Syndicat de la Magistrature, qui, faut-il le rappeler, est un syndicat minoritaire.
(et non majoritaire comme certains le prétendent)
- elle n'a pas signé de tribune anti-Sarkozy mais seulement participé à un reportage de Médiapart
- on lui a attribué des propos qui émanent en réalité du Syndicat de la Magistrature.


Il y a eu des juges plus partiaux que cela.
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 12594
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: Quel avenir pour Nicolas Sarkozy ?

Messagede Corondar » Dim 6 Juil 2014 11:33

Draume a écrit:Comment se fait-il que le conseil constitutionnel et l'organe qui surveille les comptes de campagne ne l'ont pas remarqué

Selon Logerot, "certaines dépenses n'étaient pas dans le compte ou sous-évaluées".


C'est sur cet élément que la défense de Sarkozy va s'appuyer justement, je pense. Si la CNCCFP a eu les moyens d'établir que certaines dépenses n'étaient pas dans le compte ou sous-évaluées, pourquoi si peu au final (400 000€ de mémoire ?) ? Comment a-t-elle pu repérer 400 000€ et en rater 19 600 000 ? Il y a là une faille à exploiter. Après, que la CNFCCP n'ait pas des moyens d'enquête suffisant c'est hélas vrai (je n'ai pas attendu l'affaire Bygmalion pour savoir que le contrôle et la validation des comptes de campagne étaient une vaste blague, voir la campagne de 1995...). Je précise tout de suite, qu'en ce qui me concerne, de toutes les affaires dans lesquelles Sarkozy est ou a été impliqué, Bygmalion et ses comptes de campagne sont les éléments les plus graves pour lui, dont il n'arrivera pas aussi facilement à se dédouaner que pour les affaires Bettencourt, Karachi ou la Libye (dans les cas Tapie et les sondages, hélas, son statut de président au moment des faits le rend quasiment intouchable), ou même l'actuelle affaire de corruption.
C'est pour cela que je pense que dans ce dossier là il ne niera pas les faits (contrairement aux autres affaires), mais tentera de mettre en avant, non pas une double facturation, mais bien de fausses factures organisées par d'autres pour détourner de l'argent depuis l'UMP. Mais même si il arrivait à prouver cela (c'est pas gagné en l'état), il resterait le procès en incompétence du chef, moins risqué judiciairement, mais tout aussi grave au niveau de l'image politique.

@ploumploum : merci de relayer le Monde, et de rappeler (ce que je reconnais bien volontiers) les extrapolations, raccourcis et amalgames des sarkozystes dans l'accusation de partialité de Mme Thépaut. Mais, de mon point de vue, son appartenance au SM (avérée et tout à fait légale), couplée au "mur des cons" et à l'appel du syndicat à voter contre Sarkozy, suffisent à émettre quelques doutes sur cette question (les dérapages sarkozystes sur certains faits décrédibilisant la force de l'attaque, mais il y a bien une base). Et je rappelle que si aucune loi n'interdit à un juge de se syndiquer, aucune non plus n'interdit à un ex président de critiquer la justice et les gens qui la rendent (en l'espèce c'est plutôt de cela qu'il s'agit d'ailleurs).
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2188
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: Quel avenir pour Nicolas Sarkozy ?

Messagede Draume » Dim 6 Juil 2014 18:19

J'ai cru comprendre que la CNCCFP avait rejeté les comptes juste sur des questions de dépenses avec factures produites ventilées entre candidat Sarkozy et UMP, puisqu'elle n'a pas accès à des pièces qui ne furent pas produites (et pour cause).
Néanmoins, les sommes évoquées dans le dossier Bygmalion vont obliger Sarkozy à se positionner et peut être "accabler" ses amis : la "bande" à Copé , G Didier (voir JDD de ce jour) , ses directeur de campagne et trésorier qui n'ont rien vu...
Draume
 
Messages: 1352
Inscription: Lun 26 Déc 2011 17:11

Précédente

Retourner vers Politique fiction

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Guide de l'élu délégué aux travaux

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques communales de travaux et explique comment agir, quelles relations développer avec les acteurs et opérateurs, quels outils méthodologiques privilégier, quels rapports et coopérations bâtir...

Découvrir l'ouvrage

Les marchés publics expliqués aux élus locaux

Patrice Cossalter

Le droit de la commande publique a été bouleversé début 2016. Il est d'autant plus indispensable d'intégrer ce droit nouveau que les élus ont un rôle juridique, stratégique et de management dans la commande publique...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités