Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Législatives 1958

Espace dédié aux membres qui souhaitent échanger sur les élections plus anciennes. Résultats, analyses, cartographie,...

Re: Législatives 1958

Messagede vudeloin » Lun 2 Mai 2011 17:20

S’agissant de Jean Marie Le Pen, je peux effectivement confirmer son élection en 1958, sous une étiquette de droite, dans la 3e circonscription de la Seine, correspondant au territoire du 5e arrondissement parisien ( Sorbonne, Saint Victor, Jardin des Plantes, etc…).

En 1956, cet arrondissement avait donné 13 600 voix (25,42 %) à la liste du Parti Communiste Français, le 5e étant compris dans une circonscription comprenant les 5e, 6e, 7e, 13e, 14e et 15e arrondissements.

Le parti arrivé en second était le Centre national des indépendants et Paysans avec 11 600 voix (21,68 %) devant la liste des radicaux avec 9 590 voix (17,92 %) et celle de la SFIO avec 5 330 voix (9,96 %).

En 1958, nous passons donc au scrutin majoritaire uninominal à deux tours.

Le nombre de bulletins validés baisse de près de 5 000 ( le régime des partis avait du mauvais, mais au moins les gens votaient ! ) et les rapports de forces évoluent.

Jean Marie Le Pen, candidat pour le CNIP, arrive en tête avec 11 711 voix (24,14 %) devant le candidat communiste Lucien Monjauvis, ancien député, 8 670 voix (17,87 %).
En troisième position, arrive le professeur Capron, candidat démocrate chrétien, avec 6 909 voix (14,24 %), suivi par le candidat UNR Charles Fatosme, 4 736 voix (9,76 %), par le candidat UFD, ex député SFIO, le professeur Robert Verdier, député sortant, 4 216 voix (8,69 %) et le candidat SFIO, le docteur Choffe 3 999 voix (8,24 %).

Le scrutin de 1958 est donc marqué par deux phénomènes dans cet arrondissement : un, la disparition du vote radical, dont on peut se demander où il est allé – sans doute en partie vers les deux candidats d’obédience socialiste mais pas seulement – et deux, la perte d’influence du PCF – ici près de 5 000 voix et plus de sept points et demi.

En 1956, on avait aussi compté dans le 5e près de 3 200 voix MRP et plus de 8 300 voix sur diverses listes de droite, dont plus de 4 400 pour la liste Union et Fraternité Française de Pierre Poujade.

Au second tour, Jean Marie le Pen est élu avec 21 556 voix, soit 45,17 % des exprimés devant le candidat communiste Lucien Monjauvis 10 649 voix (22,31 %) et le candidat UNR Charles Fatosme 10 473 voix (21,94 %).

Le solde des suffrages va sur la candidature SFIO, et quelques voix se portent sur Robert Verdier et l’ancien résistant Jacques Debû Bridel, dont le résultat du premier tour était assez faible.

En tout cas, dès 1958, nous voyons comment un arrondissement plutôt de gauche sous la IVe République ( majorité absolue des voix pour l’ensemble PCF – SFIO – radicaux en 1956 ) se positionne clairement à droite.

Et en l’espèce une droite non gaulliste dont on ne peut s’empêcher de penser qu’elle se nourrit du vote favorable des couches moyennes ( artisans, commerçants ) et d’une partie de la bourgeoisie intellectuelle de la capitale.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Législatives 1958

Messagede vudeloin » Lun 2 Mai 2011 17:26

Bien entendu, compte tenu des avancées technologiques, je pourrais, ces prochains jours, procéder à une petite étude des votes des habitants de la région Ile de France en 1958, année 0 du gaullisme au pouvoir, dont nous verrons d'ailleurs qu'il n'avait pas encore, sur un strict plan politique et parlementaire, l'audience qu'il a pu acquérir par la suite.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Législatives 1958

Messagede vudeloin » Jeu 5 Mai 2011 00:09

En 1958, les élections législatives organisées pour la première fois depuis 1936 sous la forme du scrutin uninominal à deux tours conduisirent, de par le jeu des alliances, à voir la gauche connaître une perte sensible de son influence, notamment pour le Parti Communiste Français tombé à 10 députés au lieu des 150 élus de 1956...

Alors, nous allons notamment le cas des départements parisiens, c'est à dire la Seine, la Seine et Oise et la Seine et Marne.

Commençons par la Seine et, notamment Paris, la capitale élisant en 1958 31 députés, couvrant tout ou partie des 20 arrondissements.
Les deux premières circonscriptions couvraient d'une part les 1er et 4e arrondissements et d'autre part les 2e et 3e arrondissements, les suivantes un arrondissement entier du 5e au 10e ( 5e, 6e, 7e, 8e, 9e et 10e ) , puis on trouve deux députés pour les 11e, 12e, 13e 14e, 16e, 19e et 20e arrondissements, et trois élus pour les 15e, 17e et 18e arrondissements, soit donc nos 31 sièges...

Les sortants de 1956 sont les suivants.

PCF : Georges Cogniot, Florimond Bonte, Roger Garaudy, Bernard Jourd'hui, Maria Rabaté, Jeannette Thorez Vermeersch, Madeleine Marzin, Raymond Guyot, Marcel Cachin ( décédé en février 1958 ).

SFIO dissident : Robert Verdier

SFIO : André Le Troquer, Daniel Mayer ( ne se représente pas )

Radical socialiste : Claude Panier, Pierre Clostermann, Albert de Bailliencourt dit Courcol, Jacques Rolland, Vincent de Moro Giafferi (décédé en novembre 1956)

RGR : Joseph Hugues, Louis Gautier Chaumet, Bernard Lafay, Pierre de Léotard ( ne se représente pas )

MRP : Francine Lefebvre, Robert Lecourt ( ne se représente pas )

UFF Poujade : Jean Marie Le Pen, André Gayrard, Jean Damasio ( ne se représente pas ),

CNIP : Edouard Frédéric Dupont, Jacques Féron, Jean Louis Vigier, Julien Tardieu, Jean Cayeux, Jacques Isorni, Paul Coirre ( ne se représente pas )

Républicains sociaux : Alexis Thomas ( élu en partielle en 1958 ).

Comme on le voit, les élus communistes étaient un nombre assez conséquent et trois élus socialistes, plus quelques radicaux complétaient le bloc des gauches sur Paris,

Nous verrons dans l'article suivant ce qu'il restera de cet équilibre issu du scrutin de janvier 1956.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Législatives 1958

Messagede orional » Jeu 5 Mai 2011 22:21

Bonsoir,

Afin de compléter vos vues et analyses très intéressantes sur le scrutin législatif français de 1958, je soumets à votre réflexion ces deux cartes.

Image
By sguillerez at 2011-05-05

Image
By sguillerez at 2011-05-05

Il s'agit des résultats présentés à l'échelon cantonal - au niveau du quartier d'arrondissements pour Paris et des communes pour le département de la Seine- sur la base des fonds de carte utilisés par le brillant Gaël L'Hermine.

Si la première carte, quant à la méthode utilisée, ne réclame aucune remarque particulière, la seconde exige des explications. J'ai regroupé chacune des grandes forces et tendances politiques par grands blocs. Il s'agit d'abord d'identifier la tendance politique arrivant en tête en suffrages exprimés à savoir la droite, la gauche et le centre et inclassables, puis, au sein de celle-ci, déterminer l'étiquette du candidat ou de la liste concernée. Ainsi, pour ne prendre qu'un exemple, dans le canton de Gonesse (Seine et Oise), la gauche est majoritaire en terme de voix, et en son sein le candidat P.C.F. arrive en tête, le député sortant Antoine Demusois, en l'occurrence.

Comme vous pouvez le constater, nous nous heurtons de plein front à l'une des difficultés majeures quant à la méthode d'élaboration des cartes électorales avec l'étiquette des candidats.

A quoi se fier ?

- à l'étiquette affichée du candidat en question ?
- à ses positions présentées dans sa profession de foi ou dans ses discours de campagne tant à la radiotélévision qu'à à l'occasion de réunions électorales sous le préau d'une école communale ?
- au mouvement politique auquel il appartient ?
- au courant de pensée auquel il se rattache ?
- aux informations souvent erronées données par la presse de l'époque ?
- aux données électorales officielles parfois tronquées?
- etc, etc ...

Entre ces différentes grilles de lecture, il faut trancher.

J'ai distingué pour ces cartes plusieurs courants en allant de gauche à droite :

- le P.C.F. et les progressistes (tels que Pierre Cot en Savoie ou Pierre Meunier en Côte d'Or) ;
- l' U.F.D. - P.S.A. : cette catégorie regroupe les candidats de l'Union des forces démocratiques, conglomérat politique et associatif représenté par des personnalités de gauche non-communiste (Mendès-France ou Mitterrand) opposées au retour du général de Gaulle au pouvoir et appelant à voter non au référendum constitutionnel de 1958. Le Parti socialiste autonome (qui deviendra en avril 1960 le P.S.U.) en fait partie intégrante ;
- la S.F.I.O. ;
- les socialistes indépendants (Spinasse en Corrèze, Deschizeaux dans l'Indre ou Poignant dans la Sarthe) ;
- les divers gauche ;
- les radicaux-socialistes du Parti républicain radical et radical-socialiste de 1901 ;
- les radicaux modérés : ce sont les candidats issus soit du Rassemblement des Gauches Républicaines (cartel électoral de partis du centre gauche dont le Parti radical, qui deviendra parti en 1955 pris en main par Edgar Faure suite à son exclusion du Parti radical) soit de mouvements périphériques comme l'U.D.S.R. ou le Centre républicain d'André Morice (scission de la droite du Parti radical en 1957 opposée à une résolution négociée du conflit algérien avec le F.L.N.) ;
- le M.R.P. sachant que certains candidats, députés sortants issus du M.R.P. ne s'y rattachent pas directement ou explicitement ;
- les divers droite qui comprennent notamment certains des députés M.R.P. sortants (dont Georges Bidault) ayant pris la décision en juillet 1958 de fonder la Démocratie chrétienne de France, prélude à une sorte de rassemblement de tous les démocrates-chrétiens, libéraux et indépendants. Celà nous complique la tâche puisque certains candidats se revendiquent des étiquettes M.R.P. et D.C.F..
- les modérés : la différence entre ces deux dernières catégories repose sur un souci de rendre confortable la lisibilité des cartes. Ainsi, dans une seule et même circonscription, deux candidats classés divers droite peuvent arriver en tête dans plusieurs cantons de la même circonscription (cas de la Normandie) ;
- les Indépendants et paysans du C.N.I. ;
- l'U.N.R. avec les satellites gaullistes comme le Centre de la Réforme Républicaine ou Renouveau et Fidélité ;
- les poujadistes (l'ex-républicain social Pesquet dans le Loir-et-Cher qui sera impliqué plus tard dans l'affaire de l'Observatoire ciblant François Mitterrand) ;
- enfin, les inclassables sans étiquette.

A cela s'ajoute le clivage induit par le soutien ou non au Général de Gaulle et à l'Algérie française.

Avec le choix de ces étiquette apparaît une France mosaïque dans laquelle s'expriment avec puissance les spécificités locales et le poids des clientèles notabiliaires.

Naturellement, je serais prêt à communiquer ces documents à qui le souhaitera.

Bien à vous.
orional
 
Messages: 23
Inscription: Ven 14 Jan 2011 00:51
Localisation: Issy-les-Moulineaux (92)

Re: Législatives 1958

Messagede vudeloin » Ven 6 Mai 2011 07:32

Une bonne idée, orional, que de vouloir procéder à cette cartographie...
Sauf que le contexte de 1958 est évidemment différent, ne serait ce que parce que le Gouvernement Debré de l'époque comprend, entre autres, un Ministre d'Etat nommé Guy Mollet, co signataire de la Constitution de 1958, et d'autres Ministres comme André Boulloche ou Max Lejeune, tous aussi SFIO que le premier nommé...
Et que le report de voix à gauche est alors à des années lumière de se mettre en place.
Antoine Demusois dit Bouboule peut être en tête sur le canton de Gonesse, je crois bien me souvenir que c'est son " ami " Mazurier, maire SFIO d'Arnouville les Gonesse, la commune dont il fut maire à la Libération, qui va être élu en 1958...

PS ce qui aurait quelque intérêt, ce serait de prendre une carte des circonscriptions...
Et de faire la comparaison suivante : qui est en tête le 2 janvier 1956, puis au premier tour de 1958 et qui est élu au second...
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Législatives 1958

Messagede baudoin » Ven 6 Mai 2011 10:16

Tu devrais ouvrir une académie Vudeloin, nous viendrions tous y prendre des leçons...
baudoin
 
Messages: 197
Inscription: Lun 20 Juil 2009 18:17

Re: Législatives 1958

Messagede orional » Ven 6 Mai 2011 11:40

Vudeloin,

La seconde carte a pour objet de présenter les rapports de force au premier tour des législatives de 1958 peu importe l'issue du second tour de scrutin, faisant ainsi abstraction des désistements d'entre-deux tours, des candidats en lice au second tour et des reports de voix. Naturellement, je mesure sans peine que la carte reflète assez mal l'état d'isolement du Parti communiste français à cette époque. D'après les informations qu'elle nous donne, nous pourrions nous livrer à une série d'interprétations hâtives. Ainsi, Mitterrand n'aurait fait au second tour qu'une bouchée de l'indépendant Faulquier à Château-Chinon et les communistes auraient sauvé facilement une soixantaine de sièges. Nous savons tous qu'il en sera autrement ...

Le second tour sera marqué par de nombreuses triangulaires, voire quadrangulaires -le seuil de qualification au second tour étant de 5% des suffrages exprimés seulement. Les affrontements entre candidats de gauche seront nombreux et les désistements rarissimes. Dans l'Aisne, relevons cependant que le socialiste acceptera de se retirer du second tour contre le communiste à Chauny-Tergnier moyennant le retrait du P.C.F. contre le S.F.I.O. Levindrey dans sa circonscription de Laon. Le clivage né du référendum constitutionnel de septembre 1958 aura des effets ravageurs sur la représentation parlementaire du P.C.F..

Le rapport de force droite-gauche reste toutefois pertinent si nous conservons bien à l'esprit qu'il s'agit de mesurer l'implantation territoriale de chacun des mouvements et tendances politiques au soir du premier tour, et seulement au soir du premier tour, indifféremment de l'issue finale. Nous pouvons corriger cette méthode en analysant les rapports de force en fonction de la position face à la guerre d'Algérie et bien évidemment face au débat constitutionnel de septembre entre les tenants du "oui" (gaullistes, S.F.I.O., M.R.P., C.N.I.P., majorité du Parti radical derrière Félix Gaillard, quelques parlementaires U.D.C.A., ...) et ceux du "non" (P.C.F., S.F.I.O. minoritaires, radicaux mendésistes, U.F.D., quelques éléments de l'extrême droite, ...). Là, les choses auraient sans doute été plus claires ...

Bien évidemment, présenter les candidats en tête par circonscription au premier tour pour 1956, 1958, puis le résultat final en 1958 aurait un certain intérêt. Toutefois, l'idéal serait d'établir la carte du second tour de 1958 par canton. Encore faut-il disposer des informations adéquates pour le faire. Là, c'est une autre paire de manches ...
orional
 
Messages: 23
Inscription: Ven 14 Jan 2011 00:51
Localisation: Issy-les-Moulineaux (92)

Re: Législatives 1958

Messagede vudeloin » Ven 6 Mai 2011 14:00

baudoin a écrit:Tu devrais ouvrir une académie Vudeloin, nous viendrions tous y prendre des leçons...


J'y songe, baudoin, j'y songe...
Avec, especially for you, un tarif spécial !
The most expensive, of course ! ;)
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Législatives 1958

Messagede vudeloin » Ven 6 Mai 2011 14:08

@ orional,

Bien entendu que la question des désistements est essentielle, comme d'ailleurs celle des reports de voix, sollicités ou non, comme nous allons le voir du côté de Paris...
Sauf si je ne m'abuse, les cartes que tu as produites ( et dont je suis preneur, évidemment, pour mon Académie des Jugements partisans et de la mauvaise foi ;) ) ont un air de déjà vu...
Si l'occasion t'en est offerte, orional, je n'aurais aucun souci à te mettre en rapport avec une information plus complète au regard de ce que tu rechercherais quant aux évolutions politiques dans notre beau pays, dont je cherche aussi à saisir quelques bribes de compréhension.
( ce qu'il y a de bien avec la science politique, c'est qu'elle constitue une porte ouverte à une réflexion jamais épuisée )
En tout cas, doit y avoir moyen de faire scores de 1956 en version découpage 1958 et comparer...
A bon entendeur

Vudeloin
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Législatives 1958

Messagede orional » Sam 7 Mai 2011 22:05

Bonsoir à tous,

Voici trois nouvelles cartes qui permettent de mesurer les évolutions électorales à l'aube de la Cinquième République.

Image

Image

Image

Tous vos commentaires seront les bienvenus.

Bien à vous.
orional
 
Messages: 23
Inscription: Ven 14 Jan 2011 00:51
Localisation: Issy-les-Moulineaux (92)

PrécédenteSuivante

Retourner vers Histoire des élections en France

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Guide de l'élu délégué aux affaires scolaires et à l'action éducative

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques éducatives locales et de leurs champs d'intervention (construction, entretien et fonctionnement des écoles maternelles et élémentaires...

Découvrir l'ouvrage

Guide de l'élu délégué aux affaires scolaires et à l'action éducative

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques éducatives locales et de leurs champs d'intervention (construction, entretien et fonctionnement des écoles maternelles et élémentaires...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités