Politiquemania

La base de données de la vie politique française

La vie politique espagnole

Forum dédié à la vie politique sur le "vieux continent". Réagissez sur les institutions européennes, les élections ou les décisions politiques de nos voisins européens.

Re: La vie politique espagnole

Messagede MiniM » Jeu 8 Fév 2018 00:53

Ça a au moins le mérite d'être transparent, contrairement à la situation ailleurs, comme la Pologne où le Président est officiellement Duda, mais, tout le monde sait que le vrai pouvoir appartient à l'ancien premier ministre et chef du parti au pouvoir Kaczynski.
MiniM
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 1110
Inscription: Ven 21 Jan 2011 23:16

Re: La vie politique espagnole

Messagede ploumploum » Jeu 8 Fév 2018 14:07

MiniM a écrit:Ça a au moins le mérite d'être transparent, contrairement à la situation ailleurs, comme la Pologne où le Président est officiellement Duda, mais, tout le monde sait que le vrai pouvoir appartient à l'ancien premier ministre et chef du parti au pouvoir Kaczynski.


Cela se discute : le électeurs polonais étaient conscients ou prévenus en 2015, que ce soit à la présidentielle ou aux législatives, que Kaczynski n'était pas loin derrière A.Duda (Président) ou B.Szydlo (chef du Gvt).

Là pour la Catalogne, on sort du chapeau une solution potentiellement illégale et qui n'a pas été proposée aux électeurs lors de la dernière campagne des régionales. On rappellera que Pugdemont a fait "campagne" en promettant notamment son retour en Espagne afin de "rétablir le Gvt légitime renversé par le coup d'Etat de l'article 155"

Comme quoi le respect des promesses électorales et de la démocratie, c’est à géométrie variable...

Sinon, après les fortes réserves d'ERC et de la CUP (qui se dit prête à soutenir un autre candidat...tiens, tiens, ça me dit quelque chose...) sur la "double-investiture", on apprend que la députée régionale Elsa Artadi, présidente du groupe PdeCAT, pourrait être la candidate commune aux 3 partis à la présidence de la Generalitat.

https://elpais.com/ccaa/2018/02/08/cata ... 53626.html
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 13146
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La vie politique espagnole

Messagede Estagel66 » Jeu 8 Fév 2018 16:07

c'est pour cela que dans mon message du 6 février, j'avais écrit : "un président (ou une présidente)".

Elsa Artadi a dirigé la campagne de la liste de Puigdemont lors des élections du 21D. C'est la collaboratrice la plus fidèle (l'ombre de) à Carles Puigdemont depuis plusieurs années.

Ce nom n'est pas une surprise pour moi, c'est le plus logique pour appliquer la proposition de Puigdemont: un gouvernement en Catalogne sous tutelle du gouvernement en exil.
Estagel66
 
Messages: 344
Inscription: Sam 28 Déc 2013 23:42

Re: La vie politique espagnole

Messagede manudu83 » Jeu 8 Fév 2018 23:20

Je partage ici un avis qui exprime au mieux mon sentiment sur la solution envisagée :

Quoi qu'en dise Carles Puigdemont, c'est bel et bien un renoncement pour lui et une victoire symbolique pour le gouvernement espagnol, qui sera parvenu à l'empêcher, lui, de revenir au pouvoir. Vaincre, à défaut de convaincre. Mais c'est une victoire à la Pyrrhus puisque l'indépendantisme, lui, reste majoritaire, mobilisé et demain de nouveau pleinement aux manettes de la Generalitat de Catalunya."
manudu83
 
Messages: 3848
Inscription: Mer 8 Fév 2012 20:53
Localisation: le long de la grande bleu

Re: La vie politique espagnole

Messagede cevenol30 » Sam 10 Fév 2018 00:02

manudu83 a écrit:Je partage ici un avis qui exprime au mieux mon sentiment sur la solution envisagée :

Quoi qu'en dise Carles Puigdemont, c'est bel et bien un renoncement pour lui et une victoire symbolique pour le gouvernement espagnol, qui sera parvenu à l'empêcher, lui, de revenir au pouvoir. Vaincre, à défaut de convaincre. Mais c'est une victoire à la Pyrrhus puisque l'indépendantisme, lui, reste majoritaire, mobilisé et demain de nouveau pleinement aux manettes de la Generalitat de Catalunya."

C'est juste.

Que C. Puigdemont soit le dirigeant le plus important au final, cela n'a rien de bien surprenant: il était en tête de la liste PDeCat/divers qui était la plus importante du bloc indépendantiste. Pour l'électeur indépentantiste de base, remettre Puigdemont comme dirigeant correspond effectivement à effacer l'intrusion de Madrid dans la vie de la Generalitat par l'application de l'article 155. Ce serait plutôt l'élection de quelqu'un d'autre à la tête de la communauté autonome qui serait une petite entorse mais là aussi, comme c'était déjà arrivé avec Artur Mas et que Puigdemont était (est encore) dans une situation plus compliquée que d'autres, on pouvait bien se douter que c'était une possibilité.

Le contexte contraint fait qu'il n'est pas possible qu'il revienne tranquillement dans l'enceinte du parlement catalan pour se faire investir (les photos avec lui dans les environs sont peut-être simplement des images prises il y a plusieurs mois et ressorties en clin d'oeil). Là aussi, les électeurs savaient quand même que le candidat tête de liste pour qui ils votaient était en fuite.

Le montage bruxello-barcelonais, même s'il peut être menacé par des dissensions, peut éventuellement tenir aussi longtemps qu'il n'y aura pas de majorité sans catalanistes en Catalogne (en effet, une majorité "mixte" ne pourrait se faire qu'en le maintenant). Autant dire que cela peut durer très longtemps (inversement, ce n'est pas arrivé depuis longtemps...), même si on ne sait jamais. Ciudadanos est arrivé en tête relative à force de piller les voix du PP mais le total n'est pas suffisant.
cevenol30
 
Messages: 2364
Inscription: Lun 16 Mar 2015 00:52

Re: La vie politique espagnole

Messagede ploumploum » Sam 10 Fév 2018 11:26

Après deux reports à cause de fortes divisions, le service juridique du parlement catalan a finalement émis hier un avis sur le calendrier après la suspension de séance d'investiture décidée par le Président du parlement.
Cet avis est relativement favorable aux "indépendantistes". Il considère, du fait de la décision du TC, que la période des 2 mois suite à une investiture ratée n'a pas débuté, mais il soumet également trois solutions possibles pour débloquer la situation :
- soit une déclaration du Président du parlement (votée ensuite ?) devant l'assemblée régionale constatant l'impossibilité d'investiture de Puigdemont. Cette déclaration enclencherait le chrono des 2 mois.
- soit trouver un autre candidat (la voie normale)
- soit une initiative des groupes parlementaires ("après un délai raisonnable") si le Président de l'assemblée refuse de trancher.
http://www.lavanguardia.com/politica/20 ... lazos.html

https://elpais.com/ccaa/2018/02/09/cata ... 89955.html

Par ailleurs, le PdeCAT a décidé d'y aller en solo pour sa proposition d'amendement de "la loi sur la Présidence"
http://www.lavanguardia.com/politica/20 ... emont.html
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 13146
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La vie politique espagnole

Messagede cevenol30 » Sam 10 Fév 2018 19:55

ploumploum a écrit:Après deux reports à cause de fortes divisions, le service juridique du parlement catalan a finalement émis hier un avis sur le calendrier après la suspension de séance d'investiture décidée par le Président du parlement.
Cet avis est relativement favorable aux "indépendantistes". Il considère, du fait de la décision du TC, que la période des 2 mois suite à une investiture ratée n'a pas débuté, mais il soumet également trois solutions possibles pour débloquer la situation :
(1)- soit une déclaration du Président du parlement (votée ensuite ?) devant l'assemblée régionale constatant l'impossibilité d'investiture de Puigdemont. Cette déclaration enclencherait le chrono des 2 mois.
(2)- soit trouver un autre candidat (la voie normale)
(3)- soit une initiative des groupes parlementaires ("après un délai raisonnable") si le Président de l'assemblée refuse de trancher.
http://www.lavanguardia.com/politica/20 ... lazos.html

Je ne comprends pas exactement la même chose dans le premier article de La Vanguardia - or on est dans un tel imbroglio (tiens, un mot italien, pour changer :-) ) que tout détail a son importance.
En fait, seules les solutions 1 et 3 sont possibles de prime abord, surtout la 1 en fait. Une fois le délai de deux mois lancé, il est toujours possible de désigner un(e) autre candidat(e). Toutefois, la première condition, non obligatoire mais fortement recommandée, serait que le tribunal constitutionnel rende une décision sur le fond.

Le rapport souligne déjà que dans ce cadre de parlementarisme régulé (le but étant plutôt d'arriver à un gouvernement stable qu'à de nouvelles élections), on a 2 délais indiqués:
-2 jours pour que le président du Parlement catalan propose un nom suite à consultation des partis représentés
-2 mois à partir du vote d'investiture pour obtenir un vote favorable
mais que rien n'indique que les deux délais doivent être absolument contigus ni ne régule le temps entre la fin de l'un et le début de l'autre et il est souligné qu'un tel écart est déjà arrivé tant au niveau espagnol en 2015-2016 que de la communauté autonome de Madrid en 2003.
Le non-respect du délai de deux jours n'a cependant pas de conséquences prévues par les textes et le rapport considère comme complètement excessive l'idée qu'elle mène à elle seule à de nouvelles élections, ce qui reviendrait à donner au président du parlement un droit de dissolution qu'il n'a pas. Un cas partiellement semblable (aucune proposition, là) s'est produit à Madrid et c'est ce qui a conduit le Conseil D'Etat espagnol à produire l'idée d'un acte équivalent à une première investiture ratée et faisant démarrer le délai de deux mois.
Ici, il y a un candidat (Puigdemont) proposé le 22 janvier.
La première décision du Tribunal Constitutionnel est considérée comme provisoire et on attend donc encore la décision définitive dans un délai de 5 mois (ce qui peut s'avérer problématique, y compris juridiquement mais sans forcément qu'il y ait de solution... d'autant qu'un nouveau recours est possible si le premier est rejeté...).
Si le président du Parlement Catalan lève la suspension de la session (oui, subtilité, elle n'est que suspendue) pour indiquer l'impossibilité de passer au vote sur le candidat proposé, ce serait le fameux "acte équivalent", le délai de deux mois commencerait alors à courir et alors seulement interviendrait la possibilité de proposer officiellement quelqu'un d'autre. Le rapport n'insiste pas beaucoup dessus mais il semble clair qu'on ne peut pas changer de proposition de candidat avant d'avoir fini de se prononcer sur la première du moment qu'elle aurait été émise.
Dans la conclusion du rapport, il est indiqué notamment que la suspension de session est indépendante de la volonté du président du parlement et interrompt le délai de deux jours pour présenter un candidat (c'est donc le premier délai qui est interrompu!), potentiellement jusqu'au rendu de la décision définitive du Tribunal Constitutionnel.
La principale porte de sortie indiquée dans le rapport serait clairement "l'acte équivalent" effectué au terme d'un délai raisonnable (mais lequel?? c'est le flou), l'autre possibilité, si le président du parlement s'y refuse, que les groupes politiques s'emparent de la question et produisent eux-même un tel acte, le fondement d'une telle procédure étant encore plus délicat à trouver...
Bref, il me semble que les divisions au sein du service juridique ne sont pas seulement liées à l'esprit partisan de certains mais aussi à la difficulté de donner une conclusion juridique alors que les vides juridiques sont multiples.
cevenol30
 
Messages: 2364
Inscription: Lun 16 Mar 2015 00:52

Re: La vie politique espagnole

Messagede ploumploum » Dim 11 Fév 2018 12:43

cevenol30 a écrit:
ploumploum a écrit:Après deux reports à cause de fortes divisions, le service juridique du parlement catalan a finalement émis hier un avis sur le calendrier après la suspension de séance d'investiture décidée par le Président du parlement.
Cet avis est relativement favorable aux "indépendantistes". Il considère, du fait de la décision du TC, que la période des 2 mois suite à une investiture ratée n'a pas débuté, mais il soumet également trois solutions possibles pour débloquer la situation :
(1)- soit une déclaration du Président du parlement (votée ensuite ?) devant l'assemblée régionale constatant l'impossibilité d'investiture de Puigdemont. Cette déclaration enclencherait le chrono des 2 mois.
(2)- soit trouver un autre candidat (la voie normale)
(3)- soit une initiative des groupes parlementaires ("après un délai raisonnable") si le Président de l'assemblée refuse de trancher.
http://www.lavanguardia.com/politica/20 ... lazos.html

Je ne comprends pas exactement la même chose dans le premier article de La Vanguardia - or on est dans un tel imbroglio (tiens, un mot italien, pour changer :-) ) que tout détail a son importance.
En fait, seules les solutions 1 et 3 sont possibles de prime abord, surtout la 1 en fait. Une fois le délai de deux mois lancé, il est toujours possible de désigner un(e) autre candidat(e). Toutefois, la première condition, non obligatoire mais fortement recommandée, serait que le tribunal constitutionnel rende une décision sur le fond.

Le rapport souligne déjà que dans ce cadre de parlementarisme régulé (le but étant plutôt d'arriver à un gouvernement stable qu'à de nouvelles élections), on a 2 délais indiqués:
-2 jours pour que le président du Parlement catalan propose un nom suite à consultation des partis représentés
-2 mois à partir du vote d'investiture pour obtenir un vote favorable
mais que rien n'indique que les deux délais doivent être absolument contigus ni ne régule le temps entre la fin de l'un et le début de l'autre et il est souligné qu'un tel écart est déjà arrivé tant au niveau espagnol en 2015-2016 que de la communauté autonome de Madrid en 2003.
Le non-respect du délai de deux jours n'a cependant pas de conséquences prévues par les textes et le rapport considère comme complètement excessive l'idée qu'elle mène à elle seule à de nouvelles élections, ce qui reviendrait à donner au président du parlement un droit de dissolution qu'il n'a pas. Un cas partiellement semblable (aucune proposition, là) s'est produit à Madrid et c'est ce qui a conduit le Conseil D'Etat espagnol à produire l'idée d'un acte équivalent à une première investiture ratée et faisant démarrer le délai de deux mois.
Ici, il y a un candidat (Puigdemont) proposé le 22 janvier.
La première décision du Tribunal Constitutionnel est considérée comme provisoire et on attend donc encore la décision définitive dans un délai de 5 mois (ce qui peut s'avérer problématique, y compris juridiquement mais sans forcément qu'il y ait de solution... d'autant qu'un nouveau recours est possible si le premier est rejeté...).
Si le président du Parlement Catalan lève la suspension de la session (oui, subtilité, elle n'est que suspendue) pour indiquer l'impossibilité de passer au vote sur le candidat proposé, ce serait le fameux "acte équivalent", le délai de deux mois commencerait alors à courir et alors seulement interviendrait la possibilité de proposer officiellement quelqu'un d'autre. Le rapport n'insiste pas beaucoup dessus mais il semble clair qu'on ne peut pas changer de proposition de candidat avant d'avoir fini de se prononcer sur la première du moment qu'elle aurait été émise.
Dans la conclusion du rapport, il est indiqué notamment que la suspension de session est indépendante de la volonté du président du parlement et interrompt le délai de deux jours pour présenter un candidat (c'est donc le premier délai qui est interrompu!), potentiellement jusqu'au rendu de la décision définitive du Tribunal Constitutionnel.
La principale porte de sortie indiquée dans le rapport serait clairement "l'acte équivalent" effectué au terme d'un délai raisonnable (mais lequel?? c'est le flou), l'autre possibilité, si le président du parlement s'y refuse, que les groupes politiques s'emparent de la question et produisent eux-même un tel acte, le fondement d'une telle procédure étant encore plus délicat à trouver...
Bref, il me semble que les divisions au sein du service juridique ne sont pas seulement liées à l'esprit partisan de certains mais aussi à la difficulté de donner une conclusion juridique alors que les vides juridiques sont multiples.


Ok, je ne l'avais compris comme ça. Je pensais que R.Torrent pouvait immédiatement annuler sa 1ère proposition de candidature, bon après le problème, c'est que ça repose(rait) toujours sur un énorme vide juridique. Il faudrait que le TC se bouge un peu pour trancher la question.

En parlant des juges constitutionnels, on apprend qu'ils viennent de censurer définitivement un acte du Bureau du Parlement de la précédente mandature qui avait permis l'adoption de "la loi sur le référendum". La censure est assez simple : il y a eu violation du règlement et du Statut de la région car la fameuse "loi" a été adoptée :
---
"al margen de cualquiera de los procedimientos legislativos previstos y regulados en el reglamento del Parlament y a través de una vía inapropiada"

"en marge [...] des procédures législatives prévues dans le Règlement du Parlement"
Il y a avait eu un tripatouillage de dernière minute de l'ordre du jour afin de prendre de court l'opposition parlementaire.
Rappel :
http://www.lemonde.fr/europe/article/20 ... _3214.html

--- ...et au mépris du droit (prévu le Statut) de la minorité parlementaire de solliciter pour avis le Conseil des Garanties Statutaires (une sorte de "TC" consultatif au niveau régional)
https://www.elespanol.com/espana/tribun ... 954_0.html
http://www.abc.es/espana/abci-anula-acu ... ticia.html
http://www.lavanguardia.com/politica/20 ... endum.html

A propos de ce Conseil des Garanties Statutaires, dont la composition (9 membres) dépend aux 2/3 tiers des élus régionaux et le reste par le Gvt catalan, je viens de voir qu'il avait infligé un dur camouflet à l'encontre de l'ex-exécutif régional puisqu'il avait rejeté à l'unanimité le recours au référendum



Pour en revenir à la politique espagnole, il semble que Puigdemont soit le meilleur agent électoral de Ciudadanos. Le parti orange grimpe dans les sondages à tel point qu'il talonne voire dépasse le PP dans certaines enquêtes :
- il est crédité de 28 % chez le dernier Metroscopia (pour El Pais) contre 22 % pour le PP
https://elpais.com/elpais/2018/02/09/me ... 30560.html
- chez GAD3 pour ABC, il pointe à 25,6 contre 25,8 pour le PP
http://www.abc.es/espana/abci-pp-vuelve ... ticia.html
- pour le CIS, il pointe seulement à 20,7 % contre 26,3 % pour le PP, mais là encore l'écart s'est fortement réduit par rapport à la précédente enquête (10,5 pts en octobre dernier)
http://datos.cis.es/pdf/Es3203mar_A.pdf
Dernière édition par ploumploum le Dim 11 Fév 2018 14:54, édité 1 fois.
Raison: Ajouts
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 13146
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La vie politique espagnole

Messagede ploumploum » Jeu 15 Fév 2018 17:51

L'instruction du dossier avançant assez rapidement, Tribunal Suprême pourrait relancer le mandat d'arrêt européen contre Puigdemont en avril :
https://politica.elpais.com/politica/20 ... 31168.html
http://www.lavanguardia.com/politica/20 ... iento.html

Par ailleurs, les négociations entre les deux principales forces "indépendantistes" patinent toujours. 3 décisions du Président du Parlement R.Torrent sont venus exacerber les tensions existantes entre ERC et le PDeCAT :
- le président de l'assemblée régionale a refusé de modifier à la dernière minute l'ordre du jour pour inscrire l'examen de la proposition de loi amendant celle "sur la Présidence" (cf : messages précédents)

- il a écarté provisoirement la constitution de la commission du Règlement (théoriquement, sa constitution est possible seulement après l'élection d'un Président de la Generalitat)
https://elpais.com/ccaa/2018/02/13/cata ... 79114.html

- il a annoncé sans prévenir le PdeCAT, un recours auprès de la CEDH concernant l'investiture de Puigdemont.
Initiative très peu appréciée par le parti de l'ex-président qui critique un "coup d'éclat médiatique", une décision "unilatérale". Au delà de cette charge, le PdeCAT redoute en fait un fiasco devant la Cour Européenne à cause du caractère précipité de la décision, ce qui compliquerait la suite du processus (notamment d'autres recours)
http://www.lavanguardia.com/politica/20 ... burgo.html
http://www.lavanguardia.com/politica/20 ... burgo.html
https://elpais.com/ccaa/2018/02/14/cata ... 91082.html



Et signe de la radicalisation engendrée par la crise catalane, les attaques verbales entre PNV et Ciudadanos (les deux partenaires du PP) ont franchi un cap ces derniers jours : le leader du PNV a taxé les membres de C's de "talibans" et en retour, le leader de C's qualifie le PNV de suprémaciste ...
https://politica.elpais.com/politica/20 ... 44708.html
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 13146
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La vie politique espagnole

Messagede ploumploum » Mar 20 Fév 2018 12:23

Le juge du Tribunal Suprême Pablo Llarena continue les auditions de dirigeants "indépendantistes" : après avoir laissé M.Rovira (n° d'ERC) et Marta Pascal (n°2 du PDe CAT) en liberté (sous caution de 60 000 euros pour la 1ère), il entend aujourd'hui l'ex-président Artur Mas et Neus Lloveras, députée régionale, maire de et ex-présidente de l'association des municipalités pour l'indépendance.

https://politica.elpais.com/politica/20 ... 15079.html

Mais la principale information de la journée, c'est la confirmation que Anna Gabriel, principale figure de proue de la CUP, fuit la justice espagnole* en s'installant ...en Suisse. L'ex-députée régionale l'a confirmée à la presse et TV helvétiques, estimant notamment qu'elle est déjà "déclarée coupable" et qu'elle n'aura "pas le droit à un procès équitable chez [elle]"
(tiens, c'est drôle ça, "l'indépendantiste sans frontières" considère encore l'Espagne comme son pays de résidence...)
https://twitter.com/RTSinfo/status/965870364625637377
https://politica.elpais.com/politica/20 ... omentarios
https://www.letemps.ch/suisse/lindepend ... ter-geneve

L'hypothétique procédure d'extradition (qui passerait donc par Interpol) serait compliquée.
http://www.lavanguardia.com/politica/20 ... icion.html

* elle devait être auditionnée par le Tribunal Suprême
Dernière édition par ploumploum le Mar 20 Fév 2018 13:52, édité 1 fois.
Raison: Modification de l'astérisque.
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 13146
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique en Europe

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Comprendre la TVA et ses évolutions pour maîtriser son impact et sécuriser sa récupération

Jean-Claude Chocque et Anne Lise Rodier

L'ouvrage expose les différentes catégories d'EPCI à fiscalité propre et de structures syndicales, les procédures de fusion et de modification de périmètre des EPCI à fiscalité propre et des...

Découvrir l'ouvrage

Guide du conseil municipal - Règles, pièges et astuces

Eric Landot

Comment un conseil municipal fonctionne-t-il ? Quel est le statut de l'élu ? Quels sont les droits des élus minoritaires ? Quels pièges juridiques éviter lors des séances du conseil ? Quelles astuces faut-il maîtriser ? Quelles sont les premières mesures à prendre...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités