Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Débattons sur le mode de scrutin

Forum général sur l'actualité politique du moment. Discutez ici de l'action de la Présidence, des décisions gouvernementales, des projets ou propositions de lois ainsi que de toutes les démarches de l'opposition.

Re: Débattons sur le mode de scrutin

Messagede tet2lar » Jeu 6 Juil 2017 10:42

La suppression des représentants des Français de l'étranger ne serait-elle pas inconstitutionnelle ?
tet2lar
 
Messages: 10
Inscription: Lun 5 Juin 2017 21:47

Re: Débattons sur le mode de scrutin

Messagede Fabien » Jeu 6 Juil 2017 12:05

tet2lar a écrit:La suppression des représentants des Français de l'étranger ne serait-elle pas inconstitutionnelle ?


Oui, il faudrait modifier la constitution si ma mémoire est bonne.
Fabien
 
Messages: 1433
Inscription: Lun 12 Oct 2009 08:49

Re: Débattons sur le mode de scrutin

Messagede cevenol30 » Dim 23 Juil 2017 20:20

Exact pour les circos de l'étranger, vu que leur introduction s'est faite par une modification constitutionnelle.

Les subtilités sont que:
-d'une part, on peut en diminuer le nombre de circonscriptions, notamment si le nombre général diminue / à l'occasion d'un redécoupage
-d'autre part, si la proportionnelle instaurée est "correctrice", les élus en circonscription ayant gagné avec peu de voix et -on peut le supposer avec peu de participation- peu de voix pour leur liste nationale récoltées dans leur circonscription seront plus ou moins compensés par une perte de siège de la liste nationale. Même sinon, ces circos pèseront peu dans la partie proportionnelle de la répartition des sièges, toujours à cause de la faible participation.

La suggestion revenant à bien représenter les électeurs minoritaires des diverses régions est une bonne chose: les électeurs d'un parti ne sont pas forcément les mêmes dans ses fiefs, dans les circos tangentes et "hors fief" et ces derniers ont aussi des choses à dire, pas forcément les mêmes que les premiers.
Les partis auraient davantage intérêt à récupérer des voix partout et moins à accentuer les effets de fiefs, ce qui est vrai surtout des formations qui font, dirais-je, moins de 20% nationalement (FI, PCF, PS, FN actuellement).
Sur le fond, il s'agit d'une proportionnelle intégrale déguisée de prime abord en scrutin majoritaire à un tour, soit une conciliation entre contraires absolus...

Le point délicat de ce mode de scrutin est qu'on distribue plus de sièges qu'il n'y a de circonscriptions (contrairement à une suggestion de ma part bien plus haut dans ce fil, je crois, où il s'agit de basculer des circonscriptions existantes dans la limite de la dose de proportionnelle prévue), dans l'exemple plus haut de gerard24, avec 577 circos, on en arrive à 858 sièges soit 48,7% de plus et encore, c'est basé sur les scores réels et ce n'est pas un exemple maximal et extrême. On peut compter que le supplément doit pouvoir atteindre 50% en conditions réelles, je suppose. Et à un moment, il peut falloir poser une limite de la sorte. Mathématiquement, un parti peut arriver en tête partout avec un score assez faible mais des scores homogènes partout pour tout le monde (ex. Jacques Chirac présidentielle 2002 à moins de 20%), ce qui peut mener à d'importants nombres de sièges supplémentaires, potentiellement 4-5 fois le nombre de circonscriptions et pas juste 50%.
L'avantage est que l'on se base sur le seul vote par circonscription sans histoires de doubles votes (typiquement dans le système allemand, les électeurs CDU en circonscriptions peuvent tous voter FDP sur la 2e voix...) générant in fine des sièges supplémentaires, là cet effet trouve plus vite ses limites.
On pourrait, si on retient 50% maximum de sièges supplémentaires, dans le cadre d'une réduction à 399 sièges nominalement "par exemple" (non pris au hasard mais c'est un autre fil), avoir 266 circos.... ou 384 circos pour rester collé au seuil (constitutionnel) de 577 députés.
cevenol30
 
Messages: 2220
Inscription: Lun 16 Mar 2015 01:52

Re: Débattons sur le mode de scrutin

Messagede Winfred » Mer 26 Juil 2017 17:11

Pour une simplification du scrutin majoritaire aux élections législatives et aux élections départementales.

Sans rentrer dans le débat scrutin majoritaire / scrutin proportionnel, je trouve que si le scrutin majoritaire est conservé totalement ou partiellement, il mériterait d’être modernisé.
Si on explique le mode de scrutin à un ado qui passe en âge de voter, plus de la moitié de l’explication portera sur les seuils des 12,5 % et 25 % d’électeurs inscrits, alors que ces derniers sont parfaitement inutiles.
Les seuils des 12,5 % et 25 % d’électeurs inscrits sont inutiles, nécessitent des calculs inutiles partout et mériteraient d’être supprimés.

Le seuil de 12,5 % des inscrits : tout cela pour une seule triangulaire en France en 2017 !
Et celui qui s’est qualifié 3ème position au 1er tour a fini 3ème au second tour.
En cas de ballottage, les deux candidats en tête qualifiés au deuxième tour, pas besoin de seuil, ce serait plus simple.

Le seuil de 25 % des inscrits : Pour être élu au 1er tour, il faut obtenir 50 % des voix et dépasser le seuil de 25 % des inscrits.
Au premier tour des élections législatives de 2017, 10 candidats ont dépassé 50 % des voix sans atteindre le seuil des 25 % des inscrits, la règle des 25 % des inscrits a conduit à 10 seconds tours inutiles, il n’y a eu aucune inversion des résultats du premier tour nulle part et à ma connaissance, cela n’est jamais arrivé dans aucune élection…
Quelqu’un connaît-il un exemple d’un candidat ayant obtenu plus de 50 % des voix au premier tour qui a été battu au second tour ?
Le seuil des 25 % des inscrits n’existe pas aux élections municipales (et aux élections sénatoriales) et on ne s’en porte pas plus mal, on devrait faire de même pour les élections législatives et les élections départementales.
Winfred
 
Messages: 149
Inscription: Jeu 16 Mar 2017 14:05

Re: Débattons sur le mode de scrutin

Messagede Pullo » Jeu 27 Juil 2017 19:39

Un blogueur a fait une proposition assez originale concernant l'élection présidentielle :
Voici comment se déroulerait l'élection présidentielle à trois tours :

- Le premier tour n'aura aucun impact sur la suite des événements mais remplacera les sondages désormais interdits en période électorale. Même si seulement 30% des inscrits vont voter, le résultat sera infiniment plus parlant que n'importe quel sondage. A l'issue de ce vote, les citoyens pourront donc, s'ils le souhaitent, changer d'avis et diriger leur vote vers un autre candidat. En faisant face à la conséquence de leur vote, les électeurs se repolitiseront et se mobiliseront au second tour pour affirmer ou infirmer le résultat du premier.

- Le second tour sera l'équivalent du premier tour actuel : les deux finalistes pourront prétendre à la Présidence de la République.

- Le troisième tour sera l'équivalent du second tour actuel : celui qui obtient la majorité absolue devient Président-e de la République.


Source
Pullo
 
Messages: 1184
Inscription: Ven 30 Mar 2012 21:25
Localisation: Paris
Avertissements: 2

Re: Débattons sur le mode de scrutin

Messagede metre3 » Jeu 27 Juil 2017 20:08

Bonsoir

Et pourquoi pas la même chose en 2 tours seulement avec une éléction à la majorité relative au deuxième tour, le "sondage" du premier tour permettant éventuellement des alliances, des retraits.
En clair, on aurait 1 premier tout avec tous les candidats validés par le CC
un deuxième tour avec tous les candidats qui décideraient de l'être après le premier tour,
un Pdt élu à la majorité relative des scrutins exprimés ou plus drôle à la majorité relative des inscrits, si c'est l'abstention qui l'emporte, pas de président élu, lol.

Philippe
metre3
 
Messages: 20
Inscription: Dim 21 Mai 2017 10:16

Re: Débattons sur le mode de scrutin

Messagede cevenol30 » Lun 7 Aoû 2017 01:10

Sur la présidentielle, j'avais vu semblable proposition à trois tours après la présidentielle de 1995 mais avec un premier tour longtemps avant la fin et servant à éliminer les petits candidats de façon à avoir ensuite avoir une longue campagne avec les quelques candidats ayant dépassé 10% (seuil à discuter) pour garder 4-5 grands candidats différents portant de grandes lignes et de grands enjeux (en 1988 ça aurait donné Mitterrand-Chirac-Barre-JMLP, en 2017 Macron-MLP-Fillon-Mélenchon...).

Sur la simplification du scrutin majoritaire: la triangulaire s'est faite rare cette fois mais c'est vraiment une exception. Auparavant, l'émergence d'un tripartisme PS-UMP-FN donnait bien au contraire tout son sens à la possibilité de triangulaires (je sais, ça paraît loin... 2015, au siècle dernier ;-) ). La possibilité de remontée est certes limitée mais elle existe, surtout si un des candidats a de grosses réserves de voix (c'est traditionnellement plus fréquent à gauche).
Il pourrait être bon au contraire d'avoir 3 tours et une règle permettant de garder une poignée de candidats au tour intermédiaire.

Sur le seuil des 25% des inscrits, il donne simplement la petite vexation au candidat arrivé en tête de devoir s'y reprendre à deux fois. S'il existait aussi au second tour, cela créerait la menace d'un siège vacant, ce qui serait fort fréquent sur les circos de l'étranger (presque un moyen de les supprimer sans le dire ^^), les élections partielles et dans certains territoires déshérités/dégoûtés.

Ces seuils ont au moins le mérite de pousser certains candidats à chercher des participants et à lutter contre l'abstention. Ils permettent aussi - et ce serait encore plus le cas si le seuil des 25% s'étendait au second tour- de limiter les problèmes de faible représentativité liés à des campagnes trop faibles/ courtes/mal médiatisées ou à des évènements extraordinaires (cyclone, éruption volcanique... les élections ne prémunissent pas contre ça!).

Ces éventuelles modifications du scrutin majoritaire amènent des questions sur leur contexte:
-vote obligatoire ou pas? les seuils de participation sont plus faciles à atteindre s'il y a obligation; tous les abstentionnistes ne voteraient pas blanc si la menace d'amende les poussait dans le bureau de vote.
-dose connexe de proportionnelle? Surtout s'il y a une proportionnelle correctrice assez forte, les distorsions sur le scrutin majoritaire sont à relativiser voire annulées.

Ne jamais oublier qu'il y a lieu de prendre en compte 2 impératifs : celui de la représentation et celui de constituer une majorité, si possible au choix des électeurs .
La tradition française n'est plus de constituer des coalitions après le vote, la 4ème république ayant déconsidéré ce système.

La représentativité (ou, disons, le non-excès de distorsion) devrait même être un principe constitutionnel, menant concrètement à une dose importante de proportionnelle.
La IVe a effectivement plutôt déconsidéré les coalitions post-électorales, plutôt instables dans le contexte français, très multipartite surtout à la proportionnelle (ce n'est pas le cas en Allemagne par exemple).
( Ceci dit, la facilité à démettre un gouvernement est plutôt une bonne chose d'un point de vue démocratique à mon avis, sinon, comme sous la Ve, la responsabilité du gouvernement est seulement théorique; si le peuple est souverain alors que ses opinions sont diverses et changeantes (surtout quand on commence à lui faire les poches...) il est logique que la démocratie soit quelque peu instable, ce qui est toutefois à doser.)

Un autre cas a déconsidéré ce fonctionnement, au niveau local surtout: les alliances droite-FN post-régionales 1998.
Dès lors qu'il y a alliance avec un partenaire que l'autre tendait à considérer publiquement comme infréquentable avant les élections, il y a un problème de respect de la volonté de l'électeur.
Ce qui a mené aux régionales à deux tours avec prime majoritaire. Où on n'a jamais vu de liste commune droite-FN au second tour, l'alliance étant décidément inassumable devant les électeurs.

Pour comparer avec l'Allemagne, on voit apparaître toutes sortes d'idées de coalitions régionales entre SPD, Grünen écolos, FDP libéraux de centre-droit et CDU/CSU de droite chrétienne-democrate mais jamais avec l'AFD et fort peu avec Die Linke. C'est d'ailleurs la forte présence de partis considérés comme extrêmes ou infréquentables qui complique les coalitions post-électorales au sein du bloc central - sous la IVe, la "3e force" devait finir par s'entendre presque en entier alors que chaque parti avait ses propres idées, ces majorités trop courtes et trop hétéroclites étaient donc instables.
cevenol30
 
Messages: 2220
Inscription: Lun 16 Mar 2015 01:52

Précédente

Retourner vers Débats politiques du moment

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité politique française.

Voir toutes les vidéos

Comprendre les finances locales

Joël Clérembaux

Les finances locales sont une matière trop sérieuse pour être confiée aux seuls experts ! Les élus locaux, qui ont la lourde responsabilité de prendre les décisions en matière budgétaire, ne doivent pas s'en tenir...

Découvrir l'ouvrage

Guide de l'élu délégué au tourisme

Jean-Luc Boulin

Le tourisme représente un atout de plus en plus fort pour les collectivités locales : générateur d'emplois, facteur d'attractivité territoriale, créateur de lien social, il s'inscrit de façon transversale dans les politiques publiques. Comment, lorsqu'on est élu délégué...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron