Politiquemania

La base de données de la vie politique française

La vie politique américaine

Ce forum permet de réagir sur tous les évènements politiques qui ne concernent ni la France ni l'Europe. Exprimez-vous sur les élections, décisions ou nominations dans le reste du monde.

Re: La vie politique américaine

Messagede Pullo » Ven 29 Sep 2017 19:05

Eco92 a écrit:Tiens, je vois qu'il est révélé que Jared Kushner, gendre de Trump aux fonctions diplomatiques dans son administration, a... utilisé un serveur de mails privés pour des échanges sur des sujets officiels ! Exactement (même si le nombre, durée oblige, et le poste n'est pas le même) le même reproche que celui qui devait envoyer la traitresse Clinton "En prison" durant la campagne, c'était un scandale, de la haute trahison, etc. Et donc le gendre fait la même chose.

http://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/le-gendre-et-conseiller-de-donald-trump-jared-kushner-a-utilise-un-serveur-d-e-mails-prive-a-la-maison-blanche_2388396.html


Autre maladresse de Monsieur Gendre : il a été enregistré en tant que femme sur les listes électorales pendant huit ans ! Non, ce n'est pas le Gorafi ! C’est ce que montrent les registres d’informations tenus par l’Etat de New York, a dévoilé le magazine Wired. Avant 2009, le profil d’électeur dans le New Jersey du conseiller multitâches à la Maison Blanche indiquait son genre comme étant "inconnu", selon le site d’information The Hill.
https://www.wired.com/story/jared-kushn ... -woman/amp
http://thehill.com/business-a-lobbying/ ... ting-error

Ce genre d'histoire porte un coup très dur au storytelling trumpiste selon lequel les démocrates auraient été les bénéficiaires de la mal inscription de certains électeurs, dans le cadre de leur présumée opération de fraude massive...

Les dégâts provoqués par les ouragans à Porto Rico (où l'aide du gouvernement fédéral tarde à arriver), ainsi que la situation financière difficile de l'île, rouvrent le débat sur le statut institutionnel :
https://www.washingtonpost.com/investig ... c8f486c5bf
https://www.nytimes.com/2017/09/28/us/p ... ml?mcubz=1
http://www.lemonde.fr/ameriques/article ... _3222.html
Pullo
 
Messages: 1185
Inscription: Ven 30 Mar 2012 20:25
Localisation: Paris
Avertissements: 2

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Ven 29 Sep 2017 22:52

Après plusieurs jours de polémique suite à des vols indus sur des avions du gouvernement pour des motifs privés ou non justifiés (dont le coût oscillerait entre 500 000 et un million de dollars quand même), le secrétaire à la santé de Trump, Tom Price, finit par démissionner, après avoir proposé de rembourser 10% des dépenses (pour rappel, il est multimillionnaire).
http://edition.cnn.com/2017/09/29/polit ... index.html
On notera qu'il fut un secrétaire à la santé très transparent sur les tentatives de réforme ou de retrait de l'Obamacare. On attend toujours le plan magique qu'il avait promis lors de ses auditions d'investiture...Une démission de plus pour l'administration Trump.
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2188
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Sam 30 Sep 2017 16:47

Comme attendu, Trump a livré un projet fiscal qui avantage surtout les entreprises et les contribuables les plus riches.
https://www.washingtonpost.com/news/won ... 2762386bb0
Mais il semble que les classes moyennes feraient quelques économies aussi (sans commune mesure avec celles des 1% les plus riches cependant). Evidemment il faudra voir ce qu'il ressort du projet une fois que le Congrès y aura mis sa patte.
Pendant ce temps, les démocrates ont encore fait basculer deux districts très rouges dans les assemblées locales, en Floride et dans le New Hampshire cette fois.
http://www.miamiherald.com/news/politic ... 81331.html
http://www.wmur.com/article/upset-democ ... t/12479901
Du coup, les appétits démocrates pour les midterms de l'année prochaine s'aiguisent. En Arizona, le premier démocrate à se déclarer pour les primaires afin de trouver un opposant au sortant républicain Flake sort du bois : et c'est une femme. Il s'agit de Kyrsten Sinema.
http://www.politico.com/story/2017/09/2 ... bid-243278
Elle est membre de la Chambre des représentants. Un profil très atypique d'ailleurs : elle est à la seule élue de la Chambre ouvertement bisexuelle et athée, mais ça ne l'a pas empêchée d'être élue en Arizona. C'est la première à se déclarer, mais d'autres démocrates devraient se lancer dans la course (Randy Friese, un chirurgien élu à la chambre de l'état est pressenti également). L'aile gauche du parti (les sandersiens) vient d'annoncer qu'elle ne présenterait pas de candidats aux primaires dans les états rouges où les démocrates ont des sortants centristes (Joe Manchin en Virginie Occidentale, Heidi Heitkamp dans le Dakota du Sud, Claire McCaskill dans le Missouri et Joe Donnelly dans l'Indiana).
http://www.politico.com/story/2017/09/2 ... 018-243254
D'ailleurs les démocrates hésitent à tenter ou non la bascule du siège sénatorial en Alabama (l'élection est prévue début décembre). Le premier sondage post primaires républicaines ne donne à Roy Moore que 5 points d'avance sur son challenger démocrate, Doug Jones (50% contre 45%).
http://thehill.com/homenews/campaign/35 ... -race-poll
La décision devrait être prise assez rapidement. Comme la carte sénatoriale de 2018 reste très compliquée pour les démocrates (25 sièges à défendre, dans des états parfois très compliqués), certains préconisent de garder l'argent et les efforts pour ces sortants, et de ne viser que les sièges du Nevada, de l'Arizona et du Tennessee pour tenter la bascule.
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2188
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede jean24 » Sam 30 Sep 2017 18:22

Corondar a écrit:Comme attendu, Trump a livré un projet fiscal qui avantage surtout les entreprises et les contribuables les plus riches.
https://www.washingtonpost.com/news/won ... 2762386bb0
Mais il semble que les classes moyennes feraient quelques économies aussi (sans commune mesure avec celles des 1% les plus riches cependant). Evidemment il faudra voir ce qu'il ressort du projet une fois que le Congrès y aura mis sa patte.

Vous êtes sur de vous ? Trump laisse le soin au congrès de décider le taux d’imposition pour les plus riches. Cette critique de favoriser les plus riches a tout de suite été utilisée par les democrates avant même l'annonce du plan, mais pour l'instant, comme il manque quelques détails dans la loi, cette étude est fort critiquable, et même votre article le dit :
https://www.washingtonpost.com/news/won ... 2762386bb0
Je viens de retrouver cet article du monde :
http://www.lemonde.fr/economie/article/ ... _3234.html
Il est écrit que :
LeMonde a écrit:Les médias et les fiscalistes qui ont tenté des simulations sont incapables de prédire l’impact de la réforme sur les cas individuels, d’autant que le détail des suppressions des niches n’est pas connu (intérêts immobiliers, dons caritatifs, garde de personne âgées, etc.) et que les déductions fédérales s’emmêlent avec les impôts locaux.


Cependant le GOP a du mal à expliquer comment ils vont faire pour assumer le trou de plusieurs millier de milliards de dollars dans le budget. Et il est vrai, que le taux de 20% pour les entreprises favoriseraient plus les riches que la classe moyenne.


Corondar a écrit:Du coup, les appétits démocrates pour les midterms de l'année prochaine s'aiguisent. En Arizona, le premier démocrate à se déclarer pour les primaires afin de trouver un opposant au sortant républicain Flake sort du bois : et c'est une femme. Il s'agit de Kyrsten Sinema.
http://www.politico.com/story/2017/09/2 ... bid-243278
Elle est membre de la Chambre des représentants. Un profil très atypique d'ailleurs : elle est à la seule élue de la Chambre ouvertement bisexuelle et athée, mais ça ne l'a pas empêchée d'être élue en Arizona. C'est la première à se déclarer, mais d'autres démocrates devraient se lancer dans la course (Randy Friese, un chirurgien élu à la chambre de l'état est pressenti également).

L'Arizona sera un Etat très intéressant à suivre en 2018, Jeff Flake n'est même pas sur de pouvoir gagner la primaire républicaine, à l'heure actuelle les sondages disent même que c'est Kelli Ward qui pointe en tête, et chose surprenante, selon un sondage HighGround Public Affairs cette pro-Trump serait la candidate la mieux placée pour gagner en 2018 (cet institut n'est pas trés connu mais c'est le seul à avoir testé Ward) :
http://www.azhighground.com/blog/post/u ... y-election


Corondar a écrit:L'aile gauche du parti (les sandersiens) vient d'annoncer qu'elle ne présenterait pas de candidats aux primaires dans les états rouges où les démocrates ont des sortants centristes (Joe Manchin en Virginie Occidentale, Heidi Heitkamp dans le Dakota du Sud, Claire McCaskill dans le Missouri et Joe Donnelly dans l'Indiana).
http://www.politico.com/story/2017/09/2 ... 018-243254

En Virginie Occidentale, il faudra voir, mais il y'a déjà une activiste pro-Sanders qui s'est déclarée candidate : Paula Jean Swearengin. Elle a reçu le soutien de deux Pacs se revendiquant Sandersien et de Tim Canova (un pro-Sanders soutenu par ce dernier en 2016 pour une élection au congrès).


Corondar a écrit:D'ailleurs les démocrates hésitent à tenter ou non la bascule du siège sénatorial en Alabama (l'élection est prévue début décembre). Le premier sondage post primaires républicaines ne donne à Roy Moore que 5 points d'avance sur son challenger démocrate, Doug Jones (50% contre 45%).
http://thehill.com/homenews/campaign/35 ... -race-poll
La décision devrait être prise assez rapidement. Comme la carte sénatoriale de 2018 reste très compliquée pour les démocrates (25 sièges à défendre, dans des états parfois très compliqués), certains préconisent de garder l'argent et les efforts pour ces sortants, et de ne viser que les sièges du Nevada, de l'Arizona et du Tennessee pour tenter la bascule.

Je suis pas un expert en la matière, mais pour que l'Alabama ou le Tennessee bascule, il faudrait que les démocrates n'y aillent pas avec le dos de la cuillère, le PVI est de 14% pour le GOP dans ces deux Etats, seul 10 Etats ont une cote égale ou supérieur pour les républicains.
De plus le sondage en question, vient de l'institut Opinion Savvy, noté par un C- par Nate Silver.
https://projects.fivethirtyeight.com/pollster-ratings/

Pour terminer deux sondages (notés C+ pour l'un par Nate Silver, l'autre étant inconnu) donne 2 points d'avance à Rick Scott sur Bill Nelson pour l'élection au sénat en Floride en 2018. Si les républicains parviennent à gagner ce siège, ce serait quand même un coup dur pour les démocrates, à suivre donc si cela est confirmé par d'autres instituts.
jean24
 
Messages: 519
Inscription: Mar 26 Aoû 2014 12:05

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Dim 1 Oct 2017 00:03

jean24 a écrit:Vous êtes sur de vous ? Trump laisse le soin au congrès de décider le taux d’imposition pour les plus riches. Cette critique de favoriser les plus riches a tout de suite été utilisée par les democrates avant même l'annonce du plan, mais pour l'instant, comme il manque quelques détails dans la loi, cette étude est fort critiquable, et même votre article le dit :
https://www.washingtonpost.com/news/won ... 2762386bb0
Je viens de retrouver cet article du monde :
http://www.lemonde.fr/economie/article/ ... _3234.html
Il est écrit que :
LeMonde a écrit:Les médias et les fiscalistes qui ont tenté des simulations sont incapables de prédire l’impact de la réforme sur les cas individuels, d’autant que le détail des suppressions des niches n’est pas connu (intérêts immobiliers, dons caritatifs, garde de personne âgées, etc.) et que les déductions fédérales s’emmêlent avec les impôts locaux.


Cependant le GOP a du mal à expliquer comment ils vont faire pour assumer le trou de plusieurs millier de milliards de dollars dans le budget. Et il est vrai, que le taux de 20% pour les entreprises favoriseraient plus les riches que la classe moyenne.


Il me semble bien pourtant que mon post initial soulignait les éléments que vous pointez, à savoir que d'une part une large partie du projet est amendable par le Congrès et que, d'autre part, les classes moyennes aussi peuvent espérer faire des économies.
Néanmoins le projet trumpien préconise deux éléments qui feraient faire quoi qu'il arrive d'immenses économies aux super riches. Il prévoit de remplacer les 7 tranches d'impôt actuelles par 3 : 35%, 25% et 12%. La tranche supérieure passerait donc de 40% à 35%. Et quel que soit le barème retenu, les 1% les plus riches verraient donc leur imposition réduite de 12.5%. De plus, un impôt collecté au niveau des états et qui touche les 0.2% des contribuables les plus riches serait lui aussi supprimé.
Là où je n'ai pas tout compris c'est sur les abattements fiscaux pour les enfants, si quelqu'un de plus calé que moi en fiscalité peut éclairer ma lanterne...
Le projet laisse le soin au Congrès de fixer les seuils des barèmes. Il n'est par contre pas impossible que les un peu moins riches et les classes moyennes supérieures (ou les classes supérieures inférieures ? :) ) payent eux plus d'impôts que précédemment. De même, le projet préconise de compenser le manque à gagner (plusieurs trilliards sur 10 ans) par la suppression d'un maximum d'abattements fiscaux (mais là aussi le sujet est laissé à l'appréciation des parlementaires). Mais pour récupérer le manque à gagner, il va falloir en supprimer un maximum. Les lobbyistes vont mouiller la chemise. Si les républicains n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur la santé, je suis plus que septique quant au fait de les voir se mettre d'accord sur ça.
Sachant que pour être voté sous le régime de la conciliation le projet doit être neutre au niveau du déficit.

jean24 a écrit:L'Arizona sera un Etat très intéressant à suivre en 2018, Jeff Flake n'est même pas sur de pouvoir gagner la primaire républicaine, à l'heure actuelle les sondages disent même que c'est Kelli Ward qui pointe en tête, et chose surprenante, selon un sondage HighGround Public Affairs cette pro-Trump serait la candidate la mieux placée pour gagner en 2018 (cet institut n'est pas trés connu mais c'est le seul à avoir testé Ward) :
http://www.azhighground.com/blog/post/u ... y-election


Personnellement je ne regarde pas encore les sondages pour les midterms : c'est beaucoup trop tôt :). Tant que les primaires ne sont pas terminées, ils ne valent rien (surtout pour l'Arizona où on ignore complètement quelle sera l'affiche de la générale). Et puis surtout, impossible de savoir dans quel contexte se dérouleront ces midterms.

jean24 a écrit:En Virginie Occidentale, il faudra voir, mais il y'a déjà une activiste pro-Sanders qui s'est déclarée candidate : Paula Jean Swearengin. Elle a reçu le soutien de deux Pacs se revendiquant Sandersien et de Tim Canova (un pro-Sanders soutenu par ce dernier en 2016 pour une élection au congrès).


Sur les questions sociales, Manchin est un sandersien : il est pour la hausse du salaire minimum, la hausse des protections sociales, pour un système de santé fédéralisé, il est pour une plus forte protection syndicale, et il est plutôt protectionniste. Mais, en ce qui me concerne, Manchin ne fait pas parti des sénateurs que je comptabilise dans la colonne en jeu côté démocrate. Il a une équation personnelle et politique en béton armé dans son état. A mon avis il ne risque rien, ni sur les primaires ni sur la générale. Il y a d'ailleurs un signe qui ne trompe pas : le GOP n''arrive jamais à mettre en face de lui de poids lourds pouvant réellement le menacer (et puis comme Manchin est conservateur sur les questions sociétales, le GOP s'en satisfait plus ou moins). Et ça devrait être pareil l'année prochaine. Comme on dit aux USA : "on ne peut pas battre quelqu'un avec personne". Par contre, dès que Manchin se retirera, son siège sera plié et reviendra au GOP.


jean24 a écrit:Je suis pas un expert en la matière, mais pour que l'Alabama ou le Tennessee bascule, il faudrait que les démocrates n'y aillent pas avec le dos de la cuillère, le PVI est de 14% pour le GOP dans ces deux Etats, seul 10 Etats ont une cote égale ou supérieur pour les républicains.
De plus le sondage en question, vient de l'institut Opinion Savvy, noté par un C- par Nate Silver.
https://projects.fivethirtyeight.com/pollster-ratings/

Pour terminer deux sondages (notés C+ pour l'un par Nate Silver, l'autre étant inconnu) donne 2 points d'avance à Rick Scott sur Bill Nelson pour l'élection au sénat en Floride en 2018. Si les républicains parviennent à gagner ce siège, ce serait quand même un coup dur pour les démocrates, à suivre donc si cela est confirmé par d'autres instituts.


En temps normal, l'Alabama devrait être une zone noire sous les radars politiques. Une chèvre avec un panneau GOP devrait être élue. Mais on n'est plus dans des temps normaux aux USA :). Depuis novembre, les démocrates font des scores anormalement élevés y compris dans des zones rouge vif, parce que, contrairement à l'habitude, l'électorat démocrate est anormalement mobilisé pour des élections intermédiaires ou locales (historiquement l'électeur républicain est plus mobilisé sur les midterms et les élections locales, l'électeur démocrate ne se surmobilisant que lors des présidentielles, notamment chez les minorités). C'est le deuxième sondage à indiquer un écart anormal entre les deux candidats (il y en avait un eu un autre auquel je n'avais donné aucun crédit parce que c'était avant les primaires républicaines, et qui ne donnait que 3 points d'avance à Moore sur Jones). Mais on est juste après les primaires républicaines : il n'est pas impossible que des électeurs plus proches du courant de Strange ne trainent les pieds pour soutenir le gars qui a fait tomber leur champion (mais ça va leur passer quand il faudra choisir entre un républicain et un démocrate :) ).
Pour que les démocrates aient une vraie chance ici il faudrait que Moore fasse (beaucoup) de Moore (continuer à appeler les Asiatiques des "jaunes", dire que la bible est supérieure à la loi US, condamner les homosexuels à la lapidation, ce genre de choses...), et que les électeurs Afro-Américains se mobilisent massivement. Mais claquer des millions juste pour que l'écart entre les 2 candidats soit faible sans pour autant faire basculer le siège, ça n'a pas grand intérêt...
Par contre pour le Tennessee, c'est un poil plus jouable quand même (mais ça reste difficile) : le sortant républicain ne se représente pas (comme en Alabama d'ailleurs), et le Tennesse élit régulièrement des démocrates (depuis 50 ans, les gouverneurs républicains alternent avec les gouverneurs démocrates avec une régularité de coucou suisse, et l'état a élu des sénateurs démocrates il n'y a pas si longtemps, Al Gore par exemple, même au niveau des districts de la Chambre c'est moins déséquilibré que pour l'Alabama, avec 2 démocrates pour 7 républicains, et jusqu"en 2011 on avait même 5 démocrates pour 4 républicains...). Et puis surtout, pour le Tennessee, l'élection a lieu lors des midterms, ce n'est pas une élection spéciale (contrairement à l'Alabama). Si le vote sanction est très fort, les démocrates peuvent avoir une petite chance, cela dépendra surtout de l'identité de leur candidat et de celui des républicains.
Quant à la carte électorale sénatoriale des midtermes 2018, on ne dira jamais assez à quel point elle est horrible pour les démocrates :). Mais, encore une fois, je ne regarde pas (encore) les (quelques) sondages pour les midterms, c'est trop tôt. Rappelons qu'aux USA, 90% des sénateurs qui se représentent sont réélus lors des générales. Le plus dur est parfois la primaire en fait, où les sénateurs "modérés" doivent gérer des "outsiders" plus marqués idéologiquement qui jouent la base. Parfois avec succès. Le problème c'est que ces candidats sont souvent très mauvais pour les générales. Dans les sortants démocrates de l'année prochaine, on a ainsi des élus qui n'auraient peut-être pas du l'être la fois d'avant, et qui l'ont été un peu justement parce qu'ils ont affronté des candidats républicains très à droite, qui avaient sorti des énormités lors des campagnes (c'est le cas de McCaskill au Missouri, et de Donnelli en Indiana).
Mais pour les midterms, encore une fois, tant qu'on ne connait pas avec certitude l'identité des candidats, c'est dur de se prononcer. La carte avantage les républicains, le poids des sortants et l'élément historique (les midterms sont quasiment toujours mauvaises pour le parti présidentiel) avantagent les démocrates.
Quant à la Floride, en effet, le siège de Nelson est plus que jouable pour le GOP : c'est la première fois que Nelson va devoir affronter un adversaire réellement dangereux, en la personne de l'ex-gouverneur Scott. Mais bon, des élections serrées en Floride c'est un peu la norme quand même :). Scott lui même a été élu deux fois gouverneur avec des scores très serrés face à ses challengers démocrates. Mais là aussi, il faudra voir l'évolution à l'approche du scrutin. Parce que souvent, lors des sénatoriales, les swing states sont pas forcément les états les plus disputés, justement à cause du poids des sortants. Les bascules viennent assez souvent d'états jugés comme "surs" pour un camp (outre les cas du Missouri ou de l'Indiana, on se souvient aussi de la bascule du siège d'Obama dans l'Illinois, ou de celle du siège des Kennedy dans le Massachusetts)/
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2188
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede ligerien » Dim 1 Oct 2017 06:52

Corondar a écrit:Du coup, les appétits démocrates pour les midterms de l'année prochaine s'aiguisent. En Arizona, le premier démocrate à se déclarer pour les primaires afin de trouver un opposant au sortant républicain Flake sort du bois : et c'est une femme. Il s'agit de Kyrsten Sinema.
http://www.politico.com/story/2017/09/2 ... bid-243278
Elle est membre de la Chambre des représentants. Un profil très atypique d'ailleurs : elle est à la seule élue de la Chambre ouvertement bisexuelle et athée, mais ça ne l'a pas empêchée d'être élue en Arizona.


Hommes et femmes confondus, c'est également le 1er membre du Congrès a avoir terminé un triathlon Ironman.
ligerien
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 1397
Inscription: Mer 12 Jan 2011 16:54
Localisation: Loire
Messages : 2 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede jean24 » Mar 3 Oct 2017 20:20

Un autre sondage de JMC Analytics Polls pour l'Alabama donne Moore à 48% et Jones à 40%, le "generic republican" est à 49% et le "generic democrat" à 45%. J'avoue que de tels chiffres me surprennent !
http://winwithjmc.com/wp-content/upload ... Poll-1.pdf

Si je regarde les sondages pour les midterms, c'est simplement, que très souvent, ce sont les seuls sondages à donner le taux d'approbation de Trump par Etat, ce qui est fort intéressant.

Pour les midterms en 2018 les démocrates auront aussi un autre cauchemar, ils devront (probablement) affronter des gouverneurs républicains élus pour la première fois en 2010, réélu en 2014, et qui ne peuvent pas se représenter en 2018 (le nombre de mandats étant souvent limités pour les gouverneurs) mais qui peuvent tenter leurs chances au sénat. Pour l'instant aucun d'eux ne s'est encore déclaré (c'est possible qu'il n'y en ait aucun). Mais six gouverneurs sont dans ce cas là dans des Etats ou le sénateur sortant est démocrate : Rick Scott en Floride, Paul LePage dans le Maine, Rick Snyder dans le Michigan, Chris Christie dans le New Jersey, Susana Martinez dans le Nouveau-Mexique et John Kasich dans l'Ohio.
Trois autres gouverneurs républicains le sont aussi, mais dans des Etats où cette fois ci le sortant est républicain : Brian Sandoval dans le Nevada, Bill Haslam dans le Tennessee et Matt Mead dans le Wyoming.
Je ne dis pas qu'ils gagneront, ni même qu'ils se présenteront (ils ne sont pas tous des menaces, par exemple Chris Christie n'a aucune chance vu comment il est détesté dans le New Jersey) mais ce sont des personnalités politiques suffisamment connues dans leurs Etats pour tenter le coup contre un sortant démocrate ou pour remplacer un républicain en difficulté (par exemple dans le Nevada).
Les démocrates n'ont quand à eux qu'un seul gouverneur dans ce cas, et dans un Etat très démocrate : Jerry Brown en Californie.
jean24
 
Messages: 519
Inscription: Mar 26 Aoû 2014 12:05

Re: La vie politique américaine

Messagede manudu83 » Mar 3 Oct 2017 22:06

Il me semble avoir lu que Kasich avait décliner l'offre de se présenter au sénat.
manudu83
 
Messages: 3760
Inscription: Mer 8 Fév 2012 20:53
Localisation: le long de la grande bleu

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Mar 3 Oct 2017 22:24

jean24 a écrit:Un autre sondage de JMC Analytics Polls pour l'Alabama donne Moore à 48% et Jones à 40%, le "generic republican" est à 49% et le "generic democrat" à 45%. J'avoue que de tels chiffres me surprennent !
http://winwithjmc.com/wp-content/upload ... Poll-1.pdf

Si je regarde les sondages pour les midterms, c'est simplement, que très souvent, ce sont les seuls sondages à donner le taux d'approbation de Trump par Etat, ce qui est fort intéressant.

Pour les midterms en 2018 les démocrates auront aussi un autre cauchemar, ils devront (probablement) affronter des gouverneurs républicains élus pour la première fois en 2010, réélu en 2014, et qui ne peuvent pas se représenter en 2018 (le nombre de mandats étant souvent limités pour les gouverneurs) mais qui peuvent tenter leurs chances au sénat. Pour l'instant aucun d'eux ne s'est encore déclaré (c'est possible qu'il n'y en ait aucun). Mais six gouverneurs sont dans ce cas là dans des Etats ou le sénateur sortant est démocrate : Rick Scott en Floride, Paul LePage dans le Maine, Rick Snyder dans le Michigan, Chris Christie dans le New Jersey, Susana Martinez dans le Nouveau-Mexique et John Kasich dans l'Ohio.
Trois autres gouverneurs républicains le sont aussi, mais dans des Etats où cette fois ci le sortant est républicain : Brian Sandoval dans le Nevada, Bill Haslam dans le Tennessee et Matt Mead dans le Wyoming.
Je ne dis pas qu'ils gagneront, ni même qu'ils se présenteront (ils ne sont pas tous des menaces, par exemple Chris Christie n'a aucune chance vu comment il est détesté dans le New Jersey) mais ce sont des personnalités politiques suffisamment connues dans leurs Etats pour tenter le coup contre un sortant démocrate ou pour remplacer un républicain en difficulté (par exemple dans le Nevada).
Les démocrates n'ont quand à eux qu'un seul gouverneur dans ce cas, et dans un Etat très démocrate : Jerry Brown en Californie.


Les chiffres que vous évoquez ne sont pas si surprenants. Depuis l'élection de Trump, la seule constante que l'on retrouve dans toutes les élections (qu'elles soient à enjeu local ou national) c'est la surmobilisation de l'électorat démocrate, que ce soit dans des circonscriptions bleues, rouges ou pourpres. Dans le cas de l'Alabama, je me répète, mais on est très proche de la primaire, il n'est donc pas impossible que des républicains pro-Strange boudent un peu Moore. Lequel a eu des propos très limites en fin de campagne. Et puis c'est un républicain qui se positionne sur un créneau quand même très religieux. Même en Alabama, tous les électeurs républicains et les indépendants ne partagent pas forcément sa vision biblique de la loi.
C'est ce que j'évoquais dans mon poste précédent : les candidats très à droite (ou à gauche) peuvent être très bons dans les primaires républicaines (ou démocrates), mais moins performants pour les générales, pour les mêmes raisons.
Alors certes, en Alabama ça reste moins problématique quand même :). Mais si vous transposez ce modèle dans des états moins rouges, le problème peut être réel.
Pour les gouverneurs républicains dont vous parlez l'enjeu existe. Mais comme je l'ai dit précédemment, les sénateurs sortants ont un taux de réélection qui frôle ou dépasse les 90%. Ce qui fait que souvent, les candidats qui pourraient réellement représenter une menace pour le sortant, hésitent et n'y vont finalement pas. Créant d'ailleurs un cercle vicieux : comme ils n'y vont pas, le taux de réélection des sortants reste meilleur :).
C'est pour ça que j'attends de connaitre les noms des candidats pour me prononcer sur de nombreuses sénatoriales. Mais là aussi, le poids historique du recul du parti présidentiel lors des midterms devrait faire réfléchir certains candidats potentiels du côté des républicains. On en saura plus lorsque la saison des primaires sera terminée.

Sinon, suite à la tuerie de Las Vegas, comme d'habitude (le macabre "record" d'Orlando n'aura pas tenu très longtemps), de nombreuses voix s'élèvent pour réglementer la vente d'armes. Et comme d'habitude, rien ne changera.
http://abcnews.go.com/US/las-vegas-shoo ... d=50223240
https://www.washingtonpost.com/news/the ... ed328694bc
Je ne peux m'empêcher de constater que lorsque le tireur est barbu ou d'origine étrangère, beaucoup de voix (républicaines pour la plupart) s'élèvent pour réclamer des lois fortes telle que la fermeture des frontières, le bannissement des musulmans et j'en passe. Par contre, quand le tireur est un retraité blanc du Nevada, circulez, y a rien à voir du côté républicain. Alors que pourtant les sondages indiquent qu'une majorité d'Américains (toute tendance politique confondue) serait favorable à de simples lois de bon sens pour limiter les ventes d'armes, face à des statistiques toujours effrayantes.
https://www.vox.com/policy-and-politics ... aps-charts
Tout cela est d'une tristesse. Rappelons qu'en février Trump a signé un décret annulant un décret d'Obama, ré autorisant ainsi la vente d'armes aux malades psychiatriques. La NRA garde de beaux jours devant elle en Amérique.
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2188
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede Eco92 » Mer 4 Oct 2017 18:15

On apprend aujourd'hui que durant l'été Rex Tillerson, secrétaire d'état (pas rien quand même) qui avait condamné Trump lors de Charlottesville et défend une diplomatie d'apaisement avec la Corée du nord a traité Trump de "moron" (débile) en public cet été et menacé de démissionner. Pence l'aurait convaincu de rester au moins jusque fin 2017, d'où l'entente exécrable des deux et la volée d'insulte du président à son ministre il y a une semaine. Désormais Trump, qui se targue d'être puissant, voit afficher partout qu'il se laisse insulter par quelqu'un et ne le vire pas. Bien sur tout le monde dément, mais bon, si Tillerson a pris le soin de déclarer qu'il aimait travailler avec Trump et le trouvait intelligent (on en est là) il n'a pas répondu quand on lui a demandé si oui ou non il l'avait insulter (l'hypothèse de Sellin est qu'il ne voudrait se trouver en parjure en cas d'enregistrement).
http://www.tvanouvelles.ca/2017/10/04/rex-tillerson-a-traite-trump-de-debile-et-menace-de-demissionner-durant-lete
https://www.washingtonpost.com/world/national-security/tillerson-vows-to-stay-on-amid-tensions-with-trump-i-have-never-considered-leaving-this-post/2017/10/04/61c9591a-a910-11e7-850e-2bdd1236be5d_story.html

Pour ne rien arranger le général Mattis, secrétaire à la Défense de Trump, a déclaré aujourd'hui que l'accord avec l'Iran avait été bénéfique pour les USA et devait être conservé. Soit tout l'inverse que ce que répète le président en boucle.
https://www.nytimes.com/2017/10/03/world/middleeast/mattis-iran-deal-trump.html

On a donc deux des principaux ministres, sur deux des sujets majeurs de l'agenda Trump, qui le contredisent totalement.
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 4308
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique dans le monde

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Guide de l'élu délégué à l'économie et à l'emploi

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse des leviers d'action au service de l'économie et de l'emploi communaux, sans oublier les articulations avec l'intercommunalité, acteur désormais essentiel du domaine. Il s'attache aussi à répondre aux questions suivantes...

Découvrir l'ouvrage

Ecrire un discours

Alexandra Fresse

Le discours est un exercice récurrent, voire quotidien, des élus. De l'inauguration au discours de campagne, écrire un discours demande à la fois rigueur et imagination. De la rigueur dans la forme, de l'imagination dans l'art de toucher l'auditoire...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités