Politiquemania

La base de données de la vie politique française

La vie politique américaine

Ce forum permet de réagir sur tous les évènements politiques qui ne concernent ni la France ni l'Europe. Exprimez-vous sur les élections, décisions ou nominations dans le reste du monde.

Re: La vie politique américaine

Messagede manudu83 » Mer 11 Jan 2017 11:38

Jeff Sessions a été auditionné par le comité sénatorial, il s'est efforcé (avec réussite) à recentrer son image :

Waterboarding : c'est illégal
Empécher les musulmans de certains pays d'entrer sur le territoire américain : il est contre
Une enquête sur Hilary Clinton : Il se récusera.

Il a aussi affirmer que même s'il est contre son boulot de procureur général des USA l'obligera à défendre :
Le droit à l'avortement
Le droit des gays (Hate crimes law)
manudu83
 
Messages: 3173
Inscription: Mer 8 Fév 2012 20:53
Localisation: le long de la grande bleu

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Mer 11 Jan 2017 12:53

manudu83 a écrit:Jeff Sessions a été auditionné par le comité sénatorial, il s'est efforcé (avec réussite) à recentrer son image :

Waterboarding : c'est illégal
Empécher les musulmans de certains pays d'entrer sur le territoire américain : il est contre
Une enquête sur Hilary Clinton : Il se récusera.

Il a aussi affirmer que même s'il est contre son boulot de procureur général des USA l'obligera à défendre :
Le droit à l'avortement
Le droit des gays (Hate crimes law)


Un grand classique des auditions en somme : dire aux sénateurs ce qu'ils veulent entendre...
On a senti un Sessions assez cordial et calme. Sur le fond, l'opération recentrage était évidente. En apparence, on pourrait trouver assez rigolo de voir le futur procureur général dire qu'il n'appliquera quasiment aucun élément programmatique du président élu, mais Trump ayant lui aussi beaucoup varié sur tous ces sujets, on peut quand même dire qu'il reste raccord avec lui.
Pour le reste, sauf audition catastrophique, je ne vois aucun candidat être recalé : déjà, imaginer les 48 sénateurs démocrates (enfin, 46 démocrates et 2 indépendants) voter unanimement contre un candidat, ce serait exceptionnel. Mais voir 3 sénateurs républicains les rejoindre, ce serait extrêmement surprenant. Des candidats connus, seuls Perry et Carson sont susceptibles de connaître des auditions difficiles si on s'en réfère à leurs performances passées. Quant aux candidats novices, on verra bien ce que ça donne.
Sur la forme, Sessions a été mis en difficulté à 2 reprises. Le sénateur Franken (Minnesota) a asticoté Sessions sur des déclarations récentes (dans son questionnaire au comité d'éthique) où il avait déclaré avoir défendu 20 ou 30 dossiers en faveur des droits civils, dont 3 ou 4 dossiers où il aurait été personnellement impliqué. Ces déclarations n'ont pas résisté à l'analyse des faits, et Sessions a du concéder à Franken qu'il avait surement surestimé le chiffre de "20 ou 30", et que son "implication personnelle" s'étant essentiellement limitée à apposer sa signature sur des dossiers instruits par ses assistants. C'est le seul moment où on a senti Sessions tendu.
L'autre moment difficile a été lorsque le sénateur du Vermont, Patrick Leahy, a demandé si Sessions considérait que toucher les parties génitales ou les seins d'une femme sans son consentement était une agression sexuelle. Contrairement à un précédent commentaire de Sessions durant la campagne, il a répondu oui à la question, créant un petit moment de flottement chez les républicains de l'assistance et Sessions. Leahy a alors demandé si en tant que procureur il poursuivrait un suspect pour lequel on lui présenterait un dossier d'accusation avec des preuves d'un tel comportement. Sessions a aussi répondu oui. Là on a senti carrément un certain malaise chez les sénateurs républicains et chez Sessions.
Aujourd'hui c'est au tour de Tillerson de passer sur le grill.
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 1970
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Sam 14 Jan 2017 02:39

Énormément d'actualités ces dernières 48 heures, Tellement, que je vais surement en oublier...

Les entretiens des nominés au cabinet par le Sénat

Le gros morceau, c'était l'entretien de Tillerson pour le secrétariat d'état. Ça s'est nettement moins bien passé que Sessions, pour plein de raisons. Déjà, contrairement à Sessions, Tillerson n'a pas dit aux sénateurs ce qu'ils voulaient entendre, voire il n'a pas vraiment répondu à leurs questions en fait.
Les démocrates ont asticoté Tillerson sur ses liens avec le Exxon (le parachute doré de 180 millions a été abordé de manière subliminale), ses conflits d'intérêts éventuels avec le lobby pétrolier (l'entretien a d'ailleurs été plusieurs fois interrompu par des manifestations de lobbyistes écolos hostile aux compagnies pétrolières).
Moins attendu (quoique...), quelques sénateurs républicains (Rubio et Graham surtout, mais pas qu'eux) ont été très incisifs sur les droits de l'homme, et Tillerson a eu des questions très précises sur ce qu'il pensait de leur respect par de nombreux pays : Russie, Philippines, Pakistan, Turquie et Arabie Saoudite. Apparemment la diplomatie du téléphone et les couronnes de lauriers tressés par Trump à certains chefs d'états passent très mal auprès des sénateurs républicains. Et Tillerson s'est montré plus qu'évasif sur ces questions là, essayant de noyer le poisson. Et il faut bien avouer que sa prestation est apparue assez légère, dans le sens où il a été jusqu'à dire qu'il n'avait pas encore vraiment évoqué ces questions là avec le président élu (notamment les droits de l'homme). A l'issue de l'entretien, les sénateurs ont fait part de leur frustration face au manque de réponses et de coopération du candidat. Je ne sais pas si le comité oserait aller jusqu'à refuser Tillerson (ce serait vraiment exceptionnel et assez risqué), mais après cette audition, le scénario ne me semble pas totalement impossible.
http://www.cnn.com/2017/01/11/politics/ ... index.html
Par contre, comme attendu, l'audition de Chao (un des profils les plus expérimentés du cabinet Trump, et surtout une insider de Washington, épouse du président la majorité républicaine au Sénat) a fait figure de long fleuve tranquille plein d'amabilités. Pour elle, une validation à l'unanimité est fort probable (on ne sait pas encore si son mari se récusera ou non pour le vote cependant).
https://www.nytimes.com/2017/01/11/us/p ... .html?_r=0
De son côté, Matthis a obtenu l'aval du comité sénatorial pour pouvoir devenir secrétaire à la défense malgré qu'il n'ait pas encore atteint le délai requis entre la fin de son service militaire actif et l'exercice d'une fonction exécutive (normalement, un militaire qui sort du service actif doit attendre au moins 7 ans si il veut exercer une fonction exécutive, Matthis n'a que 3 ans de carence effective, mais le comité sénatorial des armées lui accorde donc une dispense). Pour lui aussi ça se présente bien : les républicains l'adorent, les démocrates le respectent (ils entonnent même presque ouvertement une petite musique de communication, disant qu'ils seront plus rassurés avec Matthis situé entre Trump et le bouton nucléaire).
http://www.thehill.com/policy/defense/3 ... tis-waiver

Le pataquès sur le "dossier" des services secrets russes contre Trump

Alors là, je suis pas certain d'avoir tout suivi, ou même tout compris. Si quelqu'un de plus calé que moi (ou plus intéressé en théorie du complot aussi) veut apporter des précisions sur le sujet, qu'il n'hésite pas, parce que moi je patauge, et je m'en fous un peu aussi...
En gros, un (ex ?) agent secret britannique aurait pondu un rapport disant que Moscou aurait réuni des éléments contre Trump (des sextapes avec des prostitués russes si j'ai bien suivi ?) pour avoir un éventuel moyen de pression sur lui. Le rapport en question a été rendu public par les services de renseignement américain (à priori le FBI ?), agrémenté d'éléments en plus selon lesquels des membres de l'équipe Trump auraient eu, pendant la campagne, des communications directes avec le Kremlin pour mettre sur pied une stratégie de déstabilisation de Clinton. Et, évidemment, il n'y a avec ce rapport aucun début de preuves tangibles de quoi que ce soit (mais les journalistes vont fouiller).
Je ne me prononce pas sur le fond, tellement tout cela est rocambolesque, et pas étayé pour un sou. Mais sur la forme, c'est assez exceptionnel. Une semaine avant l'élection, le FBI a décidé de se payer assez gratuitement la candidate démocrate, en jouant la carte de l'honnêteté extrême (on vous livre des infos sans preuve, faites en ce que vous voulez, peu importe les conséquences ?). Une semaine avant l'inauguration du président élu, il semblerait bien qu'ils aient décidé de lui faire subir le même traitement. Volonté de traitement impartial ? Début (confirmation ?) d'une guerre plus ou moins avérée entre le président et les services de renseignement ? Franchement, j'en sais rien, et je suis pas certain de vouloir savoir. Tout cela me dépasse.
D'autant que, dans le même temps, les services de la justice ouvrent une enquête sur la manière dont le FBI a enquêté (on ne parle pas encore de gros ratés et d'incompétences, mais ça semble se profiler) sur les emails de Clinton.
http://www.cnn.com/2017/01/12/politics/ ... index.html
http://www.newsmax.com/Newsfront/jason- ... id/768320/

La conférence de Trump
La première depuis 6 mois, et donc la première en tant que président élu. Sur la forme du Trump pur jus : il est génial, il a déjà fait énormément, il va faire tellement plus, ceux qui le critiquent (ou lui posent des questions) sont des ennemis ou des imbéciles, il ne répond qu'aux questions qu'il choisit (il s'est méchamment pris la tête avec un journaliste de CNN, qui a eu le malheur d'évoquer le rapport des services secrets). Mais sur le fond, on a eu du lourd :
1) après des entretiens avec la CIA, Trump est désormais convaincu que les Russes sont bien derrière le hacking des mails démocrates
2) le mur sera construit, dans un premier temps avec des fonds américains (on est pas certain que le Congrès accepte...), mais Trump persiste à dire que le Mexique remboursera à posteriori (comment le contraindre, alors là mystère...).
3) Trump ne rendra pas public sa déclaration fiscale (il s'y était pourtant engagé lors des débats), et continuera à tweeter à gogo (encore une promesse de campagne qui s'évapore)
4) la gestion de son groupe revient à ses fils. De toute la conférence, ça a été le passage le plus surréaliste j'ai trouvé, puisque Trump a passé un long moment à dire qu'il pouvait être président et PDG, je m'attendais presque à ce qu'il nous dise qu'il ferait les deux. Et puis en fait, non, son groupe sera bien géré par ses 2 fils, je vois pas en quoi ça règle la question des conflits d'intérêts, mais bon, on en est plus là
5) pour l'obamacare, Trump est pour la suppression avec remplacement dans la foulée par autre chose (il n'a pas voulu dire quoi, mais le projet serait déjà prêt, et sera dévoilé très rapidement, et sera bien sur voté par les républicains du Congrès, qui eux non plus pour l'heure ne savent pas de quoi ils retournent à priori). Là aussi, si j'ai bien compté, c'est la 3e position différente de Trump sur le sujet au cours des 6 derniers mois (on a d'abord eu la suppression pure et simple, puis l'amendement, et maintenant la suppression-remplacement)
6) concernant le dossier des services secrets contre lui, Trump a parlé de méthodes nazies. Si je suis beaucoup plus mesuré que lui sur la perception de la chose (je suis pas un grand fan de l'usage du point Godwin en général), je partage quand même son point de vue sur l'aspect nauséabond de tout ça. C'est presque aussi choquant que de voir une personne attaquée et discréditée par l'instrumentalisation d'un dossier judiciaire vide, ou bien encore d'intenter à quelqu'un un procès en illégitimité en réfutant ses origines via des thèses complotistes racistes.
http://www.politico.com/story/2017/01/t ... own-233488
http://www.thehill.com/business-a-lobby ... iness-plan
https://www.washingtonpost.com/news/fac ... 7d5f2fe20f
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 1970
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Ven 20 Jan 2017 12:53

Aujourd'hui c'est Inauguration Day :
1) On attend entre 700 et 900 000 personnes (ce qui représente une affluence moyenne). Washington se transforme en camp retranché.
2) La nouveauté c'est qu'on attend presque autant de pro que d'anti Trump. Des dizaines de demandes de manifestations anti Trump ont été déposées, certaines ont été acceptées. Depuis plusieurs jours, les t-shirts (ou casquettes vue la saison :) ) deplorable croisent avec une certaine tension les make America racist again. Les hôtels et les autorités de DC ont investi beaucoup de moyens pour qu'ils se croisent le moins possible.
3) Une quarantaine de parlementaires démocrates boycottent la cérémonie, là aussi c'est un chiffre assez classique. Ce qui est nouveau c'est la publicité faite à ce boycott, aussi bien par les pro que les anti.

Et, pendant ce temps, les grandes manœuvres pour le cabinet continuent :
1) Trump a enfin donné le nom du dernier membre manquant de son cabinet, le secrétaire à l'agriculture. Si ça a pris autant de temps c'est parce que Trump semblait ne pas avoir trop préparé en amont cette candidature (les questions agricoles ne sont pas celles qui le passionnent le plus), et, surtout, il a désespéramment essayé de débaucher un démocrate pour ce poste (notamment la sénatrice du Dakota du Nord, Heidi Heitkamp), mais sans succès. L'heureux vainqueur est donc un ancien gouverneur de Géorgie, Sonny Perdue, dont le CV semblait ne pas forcément le prédisposer à l'agriculture.
Sur les 16 membres du cabinet, 13 sont donc des hommes blancs, il n'y a aucun latino, un homme noir et 2 femmes (dont une américano-asiatique). C'est le cabinet le moins divers ethniquement et le plus masculin de l'air moderne. Avec la présence d'autant de milliardaires et millionnaires c'est aussi le plus riche. On peut donc considérer que Trump a déjà réalisé au moins une de ses promesses de campagne avec la composition de son cabinet : ramener l'Amérique vers cet "âge d'or" des années 1950.
2) les auditions continuent, et celle de Betsy DeVos a été catastrophique : elle a été incapable de répondre aux questions techniques concernant les bases du système éducatif américain, et il était évident que c'était parce qu'elle n'avait pas du tout travaillé ses dossiers. Mnuchin a lui été malmené par les démocrates sur son passé de profiteurs de la crise immobilière de 2008. Mais je pense vraiment que le cabinet devrait être validé : les républicains feront bloc, et au fond, même si ils ne l'avouent pas publiquement, les démocrates sont ravis d'avoir un cabinet aussi clivant et inexpérimenté.
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 1970
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede ploumploum » Sam 21 Jan 2017 09:59

Parmi les 1ers actes de Donald Trump, officiellement 45ème Président des États-Unis d'Amérique, il y a :
- le décret permettant à J.Mattis de devenir Secrétaire à la Défense
- le décret contre Obamacare :
Dans le détail, le président ordonne à son administration d'utiliser toutes les marges de manoeuvres possibles pour ne pas appliquer la loi actuelle, via des exemptions et des reports.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/ ... macare.php

Notons aussi qu'il y a déjà deux confirmations de nomination par le Sénat :
- celle de James Mattis (Défense) approuvée par 98 pour / 1 contre (Dem) / 1 non votant : Jeff Sessions, ce qui est normal vu sa position (il est désigné pour la Justice)
http://www.senate.gov/legislative/LIS/r ... vote=00029
- celle de John Kelly (Sécurité intérieure), approuvée par 88 pour / 11 contre (dems) / 1 non-votant
http://www.senate.gov/legislative/LIS/r ... vote=00030
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 10780
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La vie politique américaine

Messagede Profil supprimé » Sam 21 Jan 2017 11:53

Trump est là, Trump le faillitaire, Trump le xénophobe, Trump le macho (sait il que c'est un mot espagnol ?), Trump aux mains d'or vivant au coeur de la cité de l'argent et qui s'adresse prioritairement à ceux qui vivent en pleine campagne dans des baraques essentiellement constituées de planches à clous ! (la fameuse "rust belt")

En regardant, hier, la télé, j'ai cru regarder un épisode de "la 4ème dimension" ou de la série" Sliders" avec Jerry O'Connel, tellement c'est hallucinant. L'homme est toujours aussi présomptueux, aussi vindicatif, avec cette espèce gestuelle des doigts qui le trahit et qui indique à tout le monde qu'il n'est même pas convaincu de ce qu'il dit (incroyable, d'ailleurs, que dans un pays où les gens sont aussi attachés aux signes et à l'apparence, cela puisse passer aussi facilement).

Cet homme n'aura, heureusement, pas trop de pouvoir, politiquement parlant mais qui va, tout de même, nous entraîner dans un zone de turbulence, dont on n'a même pas encore idée, sauf que cela va être fort, très fort. Mais bon, il correspond tellement bien à son époque qui est, hélas, aussi la notre...
Profil supprimé
 

Re: La vie politique américaine

Messagede ploumploum » Mar 24 Jan 2017 11:31

Trump confirme le retrait des États-Unis du traité de libre-échange trans-pacifique

http://www.lemonde.fr/ameriques/article ... _3222.html

Côté nominations, le Sénat approuve (par 66 voix/ 32 contre) celle de Mike Pompeo, représentant républicain du Kansas, à la tête de la CIA.
Malgré sa forte opposition contre l'administration Obama, il a reçu le soutien de 13 démocrates.
http://www.senate.gov/legislative/LIS/r ... 2#position

Et la commission des Affaires Étrangères donne de justesse son aval à une nomination de R.Tillerson au secrétariat d’État : 11 voix pour / 10 contre.

http://www.lemonde.fr/elections-america ... 29254.html
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 10780
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Mar 24 Jan 2017 12:16

On est sur des chiffres de confirmation très bas selon les standards américains, mais l'essentiel est acquis : le GOP sert les rangs, et les confirmations seront validées.
Actuellement, une polémique assez vive démarre sur le fait que les vêtements de la marque Trump sont toujours fabriqués en Indonésie et que les goodies "Make America great again" sont eux fabriqués en Chine (mais floqués aux USA apparemment).
A J+4, Trump est toujours officiellement PDG de son groupe (les services financiers et fiscaux fédéraux n'ont reçu aucun des milliers de papiers présentés lors de la conférence de presse de Trump censés transférer la gestion de son groupe à ses fils). Du coup, un organisme de veille citoyenne a déposé une plainte contre le président Trump pour violation de la constitution, arguant qu'il continue à recevoir des fonds de la part de gouvernements étrangers en tant que PDG de son groupe.
https://www.nytimes.com/2017/01/22/us/p ... .html?_r=0
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 1970
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

Re: La vie politique américaine

Messagede guillaume44 » Mer 25 Jan 2017 20:42

On notera que cet organisme de veille citoyenne est financé par le plus grand donateur du parti démocrate George soros et qu'il va tous faire pour obtenir embêter le président Trump et tenter d'obtenir un impeachment. On n'a vu mieux comme organisme indépendant.
Sinon les auditions se poursuivent et aujourd'hui Tom Price à été oblige d'admettre qu'il respecterait la promesse de Trump sur le Medicare. Il n'a en revanche rien dit sur le médicaid.
Quant à son homologue du budget, Mr mulvaney il a dit la même chose en ajoutant tout de même que le financement du Medicare et médicaid était digne du schéma de Ponzi et qu'il espérait négocier avec Trump pour lui expliquer le problème.
Il est amusant que Bob Corker le sénateur du Tennessee qu'il l'a interrogé à declarer que les promesses de Trump était irréalistes financièrement et pourtant quelques jours plutôt il s'inquiétait de la réforme de l'obamacare. Visiblement même chez les sénateurs républicains, l'on dit tout et son contraire à quelques jours d'intervalle.
Quant à Bernie Sanders, il a lui aussi interrogé Mr Mulvaney. Il est prêt à le croire sur sa promesse de ne pas toucher au Medicare mais il ne comprend pas pourquoi Trump s'est entouré de 2 ministres Tea Party très éloigné de ses positions.
À vrai dire moi aussi, je ne comprends pas ces nominations.
En attendant Trump souhaite avancer sur la construction du mur Et le programme des infrastructures. Ces dernières muid tiennent très à cœur au grand dame de son parti.
En tous cas, il aurait admis en privé être plus en phase avec Mr Schumer le leader de la minorité démocrate au sénat qu'avec pas mal de membre du Gop sur de nombreux sujets.
Enfin la déclaration de Trump sur une assurance santé pour tous à fait sursauter de nombreux conservateurs. Selon Forbes, cela pourrait être tous simplement le Medicare pour tous. Si c'est le cas les charges sociales seraient conséquentes pour les salariés selon les standards américains.
guillaume44
 
Messages: 138
Inscription: Mar 1 Mar 2016 20:40

Re: La vie politique américaine

Messagede Corondar » Jeu 26 Jan 2017 02:43

guillaume44 a écrit:On notera que cet organisme de veille citoyenne est financé par le plus grand donateur du parti démocrate George soros et qu'il va tous faire pour obtenir embêter le président Trump et tenter d'obtenir un impeachment. On n'a vu mieux comme organisme indépendant.
Sinon les auditions se poursuivent et aujourd'hui Tom Price à été oblige d'admettre qu'il respecterait la promesse de Trump sur le Medicare. Il n'a en revanche rien dit sur le médicaid.
Quant à son homologue du budget, Mr mulvaney il a dit la même chose en ajoutant tout de même que le financement du Medicare et médicaid était digne du schéma de Ponzi et qu'il espérait négocier avec Trump pour lui expliquer le problème.
Il est amusant que Bob Corker le sénateur du Tennessee qu'il l'a interrogé à declarer que les promesses de Trump était irréalistes financièrement et pourtant quelques jours plutôt il s'inquiétait de la réforme de l'obamacare. Visiblement même chez les sénateurs républicains, l'on dit tout et son contraire à quelques jours d'intervalle.
Quant à Bernie Sanders, il a lui aussi interrogé Mr Mulvaney. Il est prêt à le croire sur sa promesse de ne pas toucher au Medicare mais il ne comprend pas pourquoi Trump s'est entouré de 2 ministres Tea Party très éloigné de ses positions.
À vrai dire moi aussi, je ne comprends pas ces nominations.
En attendant Trump souhaite avancer sur la construction du mur Et le programme des infrastructures. Ces dernières muid tiennent très à cœur au grand dame de son parti.
En tous cas, il aurait admis en privé être plus en phase avec Mr Schumer le leader de la minorité démocrate au sénat qu'avec pas mal de membre du Gop sur de nombreux sujets.
Enfin la déclaration de Trump sur une assurance santé pour tous à fait sursauter de nombreux conservateurs. Selon Forbes, cela pourrait être tous simplement le Medicare pour tous. Si c'est le cas les charges sociales seraient conséquentes pour les salariés selon les standards américains.


Quelqu'un a dit que l'organisme en question était indépendant ? Dans l'Amérique d'aujourd'hui, tout est forcément partisan. On peut retourner les alternative facts (j'aime déjà ce concept trumpien) dans tous les sens possibles, Trump est bien toujours le PDG de son groupe et le président des États Unis en même temps, contrairement à une promesse formulée il y a à peine un mois. Et le problème n'est pas tant que cela dérange les adversaires de Trump, que la constitution des États Unis. Les pères fondateurs trouvaient qu'il était dangereux qu'un détenteur d'une fonction exécutive soit le bénéficiaire de revenus, titres, possessions venant d'intérêts étrangers. Cela dit, je fais parti de ces gens qui pensent que même une gestion du groupe par ses fils ne change rien au problème insoluble des conflits d'intérêts. Je ne sais pas ce que sera le bilan présidentiel de Trump. Mais il est déjà acquis que son groupe en tirera des profits faramineux, cela a d'ailleurs déjà commencé. Le simple fait de voir Trump proposer un système fiscal pour les entreprises américaines proche du paradis fiscal est déjà en soi un conflit d'intérêt. Et le problème c'est qu'on ne saura jamais si Trump prend une décision parce qu'il pense qu'elle est bonne pour l'intérêt général ou pour celui de son groupe (l'un n'empêchant pas forcément l'autre d'ailleurs). Mais sans même parler de Trump, le problème ne vient pas tellement de lui en plus. Dès qu'un chef d'état ou un gouvernement voudra engager un bras de fer avec l'Amérique ou avoir un moyen de pression sur son président, il ne faudra pas aller très loin : il suffira d'attaquer les intérêts du groupe Trump (les Turcs ont déjà commencé). Ou au contraire de les soutenir selon le but recherché...
Quant à l'impeachment, Trump peut dormir sur ses deux oreilles : tant que le Congrès est contrôlé par les républicains, à moins qu'il ne vende l'Alaska à la Russie ou que sa popularité passe sous les 20%, il ne risque rien. Si il y a bien une chose que les nominations du cabinet nous confirment, c'est bien celle ci : même si le GOP peut avoir quelques divergences avec Trump, l'étiquette républicaine vaut bien plus qu'un quelconque désaccord idéologique ou programmatique. On verra si c'est toujours le cas lorsque l'on en viendra aux actes plutôt qu'aux paroles ceci dit.
Concernant Trump et ses premières mesures, pour l'heure, il semble surtout intéressé par le fait d'établir qu'il y avait plus de monde à son intronisation qu'à celle d'Obama (en tout cas cela semble être la feuille de route principale de son attaché de presse), et il reprend le cheval de bataille consistant à démontrer que si il a perdu le vote populaire c'est du à une fraude électorale massive (il y a autant de preuves de cela que des vidéos sulfureuses de Trump soit disant détenues par les Russes, mais bon, ce genre de prévention ne doit s'appliquer qu'à Trump à priori). Je reste fasciné de voir le vainqueur d'une élection insister lui même pour dire que l'élection qui l'a mené au pouvoir était frauduleuse. Les mesures prises par Trump jusqu'ici ne nécessitaient qu'un stylo. Le véritable moment de vérité ce sera quand on passera aux débats et aux votes parlementaires pour mettre tout ça en action. Concernant le mur, une chose est désormais certaine en tout cas : si jamais il est effectivement construit, ce sera avec des fonds américains (là non plus, j'ai jamais trop compris comment quiconque pouvait raisonnablement croire que les Mexicains le financeraient). Un autre élément dans lequel il s'investit déjà : sa réélection en 2020. Trump a ainsi acquis les droits sur son futur slogan : Keep America Great (on ne sait pas trop si il pense qu'elle sera grande en 2020 ou si son élection seule suffit déjà à garantir ce résultat).
Concernant les sénateurs républicains, je crois qu'ils sont un peu comme tout le monde : dans l'expectative sur beaucoup de sujets. Pour l'heure, la conséquence la plus immédiate et concrète de ce début de présidence Trump, c'est au Moyen Orient qu'il faut la chercher : Israël relance allégrement son processus de colonisation en Cisjordanie, convaincue que Trump donnera son aval à Netanyahou d'ici quelques semaines lors de sa visite officielle à Washington. Quant on pense que pendant la campagne Trump était présenté comme le pro-palestinien face à la pro-israélienne Clinton. Quand on connait le penchant pro-israélien du GOP, c'était presque aussi crédible que de nous vendre Trump comme un candidat pro-choice...
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 1970
Inscription: Mar 26 Jan 2010 01:57
Messages : 1 (détails)

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique dans le monde

Guide de l'élu délégué à l'urbanisme

Eric Becet

Ce Dossier d'experts présente la réforme initiée par les dispositions de la loi n° 2010-788 portant engagement national pour l'environnement, votée le 12 juillet 2010, dite loi « Grenelle II ». Il ne s'agit pas d'une réforme complète du Code de...

Découvrir l'ouvrage

Comprendre le nouveau paysage intercommunal après la loi NOTRe

Anne Gardàre

L'ouvrage constitue une présentation globale du paysage intercommunal français et de son fonctionnement au lendemain de la loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités